Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Élites et développement aux Philippines : un pari perdu ?, Stéphane Auvray, Roberto N. Galang Jr. & Cristina T. Jimenez-Hallare

Paris : Les Indes Savantes & Bangkok : Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine, coll. « Regards Croisés », 2003, xx+316 p.
Xavier Huetz de Lemps
p. 385-386
Référence(s) :

Stéphane Auvray, Roberto N. Galang Jr., & Cristina T. Jimenez-Hallare, Élites et développement aux Philippines : un pari perdu ?, Paris : Les Indes Savantes, & Bangkok : Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine, coll. « Regards Croisés », 2003, xx+316 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est une utile synthèse sur les Philippines contemporaines. Les auteurs, un Français et deux Philippins, se sont emparés d’un thème qui n’est pas vraiment neuf, mais qui, malheureusement, reste pleinement d’actualité : pourquoi les Philippines ne sont-elles pas parvenues et ne parviennent-elles pas à connaître un développement économique et social à la mesure d’atouts humains et géographiques que les « experts» soulignent depuis des décennies ?

  • 1 Crony Capitalism, Corruption and Development in South Korea and the Philippines, de David C. Kang, (...)

2La réponse avancée est, elle aussi, classique : les Philippines seraient victimes d’une oligarchie prédatrice qui aurait confisqué depuis des décennies le pouvoir politique, économique et social à son profit exclusif, pillant sans vergogne les fonds publics ou les ressources naturelles et renforçant par ce biais sa domination politique. Trois parties structurent la démonstration. La première explore l’histoire de l’émergence des élites philippines, la seconde met à jour les rouages du système politique, la troisième enfin décrit les ravages induits, surtout dans l’économie, par les dysfonctionnements de la République. Certains aspects font l’objet de développements passionnants et très complets, comme le coût excessif du système politique, en particulier les dépenses électorales inconsidérées et en constante augmentation, ou encore, sujet intimement lié au précédent, la corruption omniprésente et multiforme. Les idées avancées sont solidement étayées par un nombre considérable d’exemples qui ne laissent malheureusement aucun doute sur la validité de la thèse proposée. La bibliographie est solide, même si l’absence de mention des travaux d’Onofre D. Corpuz, de Vicente L. Rafael, ou de la récente étude comparative de David C. Kang1 est surprenante.

3La démonstration flotte sur quelques points. L’analyse est parfois schématique, en particulier dans la partie historique. Inversement, certains développements marginaux font perdre de vue le thème central de la trahison des élites. Au plan conceptuel, les auteurs ne proposent à aucun moment une définition claire de ce qu’ils entendent par « élites ». Par définition, les élites occupent le premier rang et, partant, elles sont forcément responsables. Il est logique que les Philippines n’échappent pas à la règle. Or, le mot « élites », comme les auteurs le soulignent d’ailleurs à plusieurs reprises, recouvre une ensemble hétérogène dont la composition a substantiellement évolué au xxe siècle, en général, et depuis les années 1960, en particulier. Ce renouvellement, inséparable d’une vie politique heurtée, laisse justement supposer que l’essentiel réside dans la reproduction, de génération en génération, des mêmes comportements prédateurs. Le simple appât du gain, aussi intemporel qu’universel, ne peut suffire à l’expliquer. Pas plus, d’ailleurs, que la « persistance de formes précapitalistiques d’échange social comme le népotisme, le clanisme et le clientélisme » (p. 173) : le cas des Philippines montre que ces supposés « archaïsmes » sont, au contraire, des réalités dynamiques et que les dirigeants ont – malheureusement – fait preuve d’une belle réactivité aux changements de la donne économique ou politique. On peut donc regretter qu’une place plus importante n’ait pas été accordée à la composition socioprofessionnelle et ethnique du groupe social dominant.

4De même, les élites intellectuelles auraient mérité d’avoir leur place dans l’ouvrage. Enfin, le système de valeurs qui conditionne pour une part le comportement des élites n’est pas, à mon avis, assez pris en compte, alors qu’il permet peut-être de comprendre pourquoi les dysfonctionnements du système se sont perpétués aux Philippines et pourquoi ils ont eu des répercussions particulièrement graves en termes de développement. Par exemple, Charles Macdonald souligne fort justement, dans sa préface, que le comportement des élites pourrait s’expliquer par un déficit de sentiment national et, donc, de sens de l’intérêt commun. Remarquons, cependant, que ces lacunes reflètent l’état actuel de la bibliographie et, indirectement, que cet ouvrage nous encourage donc à explorer de nouvelles pistes.

5Une chronologie, des photographies bien choisies, des tableaux statistiques, un glossaire, un index et des encadrés complètent fort utilement le texte. Cependant, la forme souffre d’imperfections assez nombreuses. La traduction de l’anglais au français transparaît au travers de quelques anglicismes comme « une diversion de fonds » pour un détournement (p. 177) ou « les coffres nationaux » pour les fonds publics (p. 179). Dans certains chapitres, les règles les plus élémentaires de la concordance des temps ne sont pas respectées, ce qui est agaçant. On relève aussi quelques coquilles, comme « Tarmac » pour Tarlac (p. 106), « monopsone » pour monopole (p. 203), ou les maisons de commerce « anglophones » de la p. 26. Au xixe siècle, les membres de l’élite des communes indigènes sont les principales, et non les principalia (p. 23-24).

6En dépit de ces quelques défauts, dus en bonne partie à l’ampleur des thèmes et de la chronologie pris en compte, la lecture de cet ouvrage est vivement conseillée, au néophyte comme au spécialiste : le premier glanera de très utiles clefs pour mieux comprendre un archipel aussi attachant que désespérant ; le second fera son miel de certaines fiches fort bien informées sur les dysfonctionnements récents du système politique.

Haut de page

Notes

1 Crony Capitalism, Corruption and Development in South Korea and the Philippines, de David C. Kang, Cambridge : Cambridge University Press, 2002, xvi+203 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Huetz de Lemps, « Élites et développement aux Philippines : un pari perdu ?, Stéphane Auvray, Roberto N. Galang Jr. & Cristina T. Jimenez-Hallare », Moussons, 9-10 | 2006, 385-386.

Référence électronique

Xavier Huetz de Lemps, « Élites et développement aux Philippines : un pari perdu ?, Stéphane Auvray, Roberto N. Galang Jr. & Cristina T. Jimenez-Hallare », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 21 janvier 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/1960

Haut de page

Auteur

Xavier Huetz de Lemps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page