Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

The Lao. Gender, Power and Livelihood, C. Ireson-Doolittle & G. Moreno-Black

Cambridge : Westview, Case Studies in Anthropology, 2004, 194 p.
Léo Mariani
p. 387-389
Référence(s) :

C. Ireson-Doolittle & G. Moreno-Black, The Lao. Gender, Power and Livelihood, Cambridge : Westview, Case Studies in Anthropology, 2004, 194 p.

Texte intégral

1D’une certaine façon, cet ouvrage a les qualités et les défauts que livre spontanément sa couverture et c’est par une brève analyse de sa présentation que je commencerai. L’ouvrage est issu de la collaboration de deux auteurs. C. Ireson-Doolittle, professeur de sociologie, travaille sur le Laos depuis près de quarante ans et a ainsi une connaissance profonde des changements politiques qui ont affecté le pays au cours de la fin du xxe siècle. G. Moreno-Black, « anthropologue de la nutrition », a travaillé pendant plus de quinze ans chez les Lao du Nord-Est de la Thaïlande. Nul doute, donc, que toutes deux possèdent bien leur sujet (les Lao). Il s’agit d’un travail à quatre mains, un procédé assez rare pour être souligné, et il faut reconnaître que la perspective de voir matérialisée la conjonction de deux esprits dans une seule écriture est très stimulante.

2La police du titre insiste fortement sur « The Lao », qui est suivi d’un « Gender, Power, and Livelihood » plus discret. Cette hiérarchie se retrouve dès les premières lignes du texte de la quatrième de couverture : « The Lao discusses culture and village life in Laos, exploring topics of kinship and familly, gender relations, households, religion, livelihood strategies, and ethnicity ». Heureusement, on prévient que : « In particular, it highlights the effects of recent development projects on the relative power of men and women in rural Lao society, and the responses of women to those changes ». Cette présentation, un peu maladroite, éclaire cependant particulièrement bien le contenu de l’ouvrage, qui est d’ailleurs assez court –175 pages hors bibliographie, glossaire et index–, et l’on peut considérer qu’il contient bien (et malheureusement, peut-être) tout cela à la fois. Ainsi, The Lao, un travail très complet et très bien documenté dans sa substance, manque, à mon avis, de densité dans le traitement direct de son imposante problématique.

3Concrètement, les auteurs énoncent ainsi leur questionnement : « This study explores the social relations and patterned gender inequalities in recent Lao culture and society in the Lao People’s Democratic Republic. We focus on women, with some attention given to ethnicity, class, and age as they function in the village context » (p. 2). Pour comprendre comment la place des femmes a changé avec les modifications institutionnelles et culturelles qui ont affecté le Laos ces trente dernières années, les auteurs élaborent un procédé systématique qui leur permet de construire le fond de leur travail par le biais d’une forme : pour chaque thème abordé (contexte général, contexte des villages, de la maisonnée, des pratiques économiques, etc.) lors des sept chapitres proposés (le dernier servant de conclusion), les mêmes quatre questions (les « Persistent Questions ») seront posées.

4Ainsi, il s’agit à chaque fois de décrire, dans un premier temps, les tenants de la situation avant 1975 (et l’avènement du gouvernement « communiste ») ; ensuite sont exposés les changements avérés durant la période communiste et sa progressive et récente ouverture à l’économie de marché ; puis sont présentées les influences régionales, nationales et globales qui œuvrent à ces changements ; enfin, sont proposés des exemples concrets et particuliers : comment les femmes lao ont-elles répondu (et répondent-elles) à ces évolutions ? Notons que les problèmes méthodologiques et épistémologiques sont très rapidement éludés, ce qui est étonnant dans un travail qui, bien que partant de faits particuliers, aspire à une dimension généralisante. Les auteurs ont fait le choix d’un ouvrage global sur les populations lao d’origine rurale, et il n’y a pas d’unité géographique ni de thématique du terrain.

5Les chapitres étant construits comme des mini cycles (25-30 pages, en moyenne), abordons-les l’un après l’autre. Le premier chapitre, introductif, expose un pan important de l’histoire du pays, s’attardant plus franchement sur les cinquante dernières années, et donne quelques généralités démographiques, géographiques et, surtout, sociales (concernant les genres).

6D’un point de vue traditionnel, le statut de la femme lao au regard de celui de l’homme montre d’intéressantes particularités. En effet, le fait que l’asymétrie « commune » des sexes soit ici aussi respectée n’empêche pas la dialectique des genres de renfermer bon nombre de subtilités qui font de la femme une personne au statut très respectable et aux prérogatives importantes. Il n’en reste pas moins que les femmes lao travaillent plus que leurs maris, que la division sexuelle des tâches les renvoie souvent aux travaux les plus durs et les plus contraignants, alors qu’elles enfantent le plus souvent plus de six fois dans leur vie.

7Au Laos, l’application de la doctrine communiste qui prêche une idéologie d’égalité des sexes dans la production non domestique et favorise l’émergence d’organisations féminines de masse a apporté des changements intéressants. Dans certains cas, la collectivisation de l’agriculture a permis aux femmes d’accéder au statut sexuellement indifférencié de « travailleur » (et d’être rémunérées et considérées pour cela), et à leur fédération dans la Lao Women’s Union de pouvoir se mobiliser et se défendre, tout en étant, corollairement, bien contrôlées par le Parti. Bien qu’au regard de la loi hommes et femmes soient parfaitement égaux, la rhétorique idéologique bien huilée mettant en avant le rôle fondamental joué par ces dernières « extended women’s household and farming activities into the public sphere, while ignoring their experience in other areas, such as cottage industries, marketing, and the administration of at least part of the household economy » (p. 27). Finalement, malgré quelques opportunités et un discours institutionnel positif, l’aide apportée aux femmes pour, par exemple, alléger leur travail domestique et leur donner les outils pour s’affirmer dans la sphère publique reste faible. Si l’on peut considérer qu’elles ont les droits légaux de leur émancipation, elles sont donc encore loin d’avoir les moyens de les faire jouer.

8Les chapitres 2 et 3 retiennent un schéma similaire, mais appliqué, pour le premier, à l’échelle du village et, pour le second, à celle de la maisonnée. Au total, pour deux tiers, ce qui est présenté concerne des généralités bien connues de tous ceux qui sont un peu familiers des Lao (systèmes villageois, de parenté, etc.). Poser ce rappel n’est pas condamnable en soi, mais peut l’être par rapport à la place qui est de fait accordée à la problématique centrale.

9Ainsi, cette problématique semble parfois traitée avec une hâte étonnante au vu des objectifs, ce que résume à merveille cette phrase, censée faire un bilan du chapitre 2 :

[…] with experience in dozens of rural villages, Women’s Union staff members observed that village project activities allowed women and men to exert more control over their own lives by increasing their agricultural production, by reducing labour required for every survival, by improving sanitation and health, by controlling the size of their families, by increasing cooperation between women and men, by encouraging the education of women and children, by increasing women’s confidence and status, and by increasing household incomes  (p. 51).

10Hormis le fait que ces remarques sont caractéristiques d’un discours global et commun sur l’émancipation des femmes, elles constituent un bien vaste constat après seulement dix pages d’argumentation. Bien qu’un peu mieux équilibré, le chapitre 3 laisse aussi au lecteur le même genre de frustration.

11Les chapitres 4 et 5 développent chacun une aire spécifique de l’économie « publique » : l’agriculture et le commerce à travers le tissage. Après l’habituelle revue, le chapitre 4 reprend la thématique des changements apportés par l’institution de coopératives, qui a modifié les mentalités dans le sens de l’acceptation d’une possible activité féminine au-delà de la sphère domestique. D’autres changements exogènes au village ont ensuite été introduits (économie de marché…), qui ont tous contribué à influer sur les comportements et sur l’univers des possibles féminins (en bien ou en mal, d’ailleurs).

12Du point de vue de l’approche de l’ouvrage, le chapitre 5 est certainement le plus cohérent et le plus complet – le plus simple aussi. En effet, sa thématique, mieux ciblée, dépend d’un nombre plus restreint de paramètres et, pour ce qui est des données de terrain, il est mieux documenté (les auteurs viennent d’entamer une étude sur ce sujet). On présente ainsi trois vraies études de cas, brèves mais précises, qui donnent à voir clairement le jeu des logiques économiques, politiques et « féministes » à l’œuvre.

13Le chapitre 6 est une mise en perspective, par l’étude d’un projet de développement arrivé à son terme, dont l’objectif était d’améliorer la vie de villageoises de la région de Luang Prabang et de leur famille. Il ne déroge pas aux défauts de l’ouvrage. Quatorze villages étant concernés – quatre villages lao, six kmou et quatre hmong –, les spécificités du statut de la femme chez les Kmou et les Hmong sont présentées en quelques brèves pages – une gageure. Le projet, qui se révéla une réussite, consistait en l’introduction de moulins à riz, de matériaux pour construire un système d’adduction d’eau potable, d’assistances diverses (protection contre les moustiques, bicyclettes…), le tout visant à délester les femmes d’un certain nombre de tâches domestiques contraignantes et à leur permettre certaines formes d’individualisation. La conclusion est que pour qu’un tel projet réussisse, les organisations internationales et gouvernementales doivent se contenter d’apporter une aide logistique ainsi que de formation car ce sont les individus seuls qui peuvent amener une évolution qui leur convienne.

14La conclusion de l’ouvrage (chapitre 7) reprend les ambitions de son introduction et l’on ne peut s’empêcher de penser que chacun de ses chapitres aurait pu (ou dû ! ?) constituer un livre en lui-même. The Lao peut être lu par toute personne qui s’intéresse au Laos, il donne une bonne vision d’ensemble de l’ethnie lao et peu d’éléments semblent avancés à la légère. Il a aussi toutes les qualités requises pour servir de base de travail à des ONG : il est succinct, traite de problématiques importantes dans leurs grandes lignes et touche à de nombreux aspects de la vie sociale. C’est peut-être son but. D’un point de vue purement scientifique, cependant, je ne suis pas convaincu de sa valeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léo Mariani, « The Lao. Gender, Power and Livelihood, C. Ireson-Doolittle & G. Moreno-Black », Moussons, 9-10 | 2006, 387-389.

Référence électronique

Léo Mariani, « The Lao. Gender, Power and Livelihood, C. Ireson-Doolittle & G. Moreno-Black », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/1965

Haut de page

Auteur

Léo Mariani

Doctorant en Anthropologie, Université de Paris V-Sorbonne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page