Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Memories of the Future. National Identity Issues and the Search for a New Taiwan, Stéphane Corcuff (éd.)

New York : M.E. Sharpe, 2002, 285 p.
Tanguy Le Pesant
p. 382-385
Référence(s) :

Memories of the Future. National Identity Issues and the Search for a New Taiwan, Stéphane Corcuff (éd.), New York : M.E. Sharpe, 2002, 285 p.

Texte intégral

1Ouvrage collectif, Memories of the Future dresse un tableau d’ensemble de l’apparition et de l’évolution des sentiments nationaux à Taïwan au cours du siècle écoulé. Ce faisant, il traite d’une problématique au cœur des transformations qui animent la société taïwanaise, sans laquelle il est également impossible de comprendre les mécanismes de la rivalité opposant les deux rives du détroit de Formose depuis plus de cinquante ans. Mais la portée de Memories of the Future ne se limite pas à une contribution aux Taiwan Studies ; il constitue aussi un apport précieux à l’étude du phénomène national à travers le monde, Taïwan étant devenu un « laboratoire d’identités » depuis le début des années 1990, comme le fait très justement remarquer Stéphane Corcuff (p. xxiii), un laboratoire aux multiples acteurs, dont les différentes expérimentations tentent d’être mises en évidence et expliquées au fil des articles réunis ici. En effet, si la première partie de Memories of the Future est consacrée au cadre historique de l’émergence d’une réflexion sur ce que « être taïwanais » signifie et à l’apparition d’un sentiment national taïwanais, le but avoué de l’ouvrage est de procéder à une analyse approfondie des transformations engendrées par l’explosion du sentiment national chinois partagé par la très grande majorité de la population taïwanaise jusqu’à la fin des années 1980, une explosion qui a laissé place, dans les années 1990, à plusieurs représentations de la nation en opposition et qui a largement contribué à complexifier la question des rapports entre Taïwan et la Chine.

2Memories of the Future présente la double qualité d’une étude à la fois relativement complète et très fine de cette « transition identitaire à Taiwan », dont les dix chapitres donnent les clefs historiques, psychologiques, idéologiques et géopolitiques. Il s’adresse tout autant à un lectorat de spécialistes qu’à un public néophyte souhaitant acquérir une base solide de connaissances sur Taïwan sans se disperser dans de multiples lectures. Aussi, si certains chapitres présentent un intérêt moindre en raison de l’absence d’un apport réellement novateur, leur présence dans cet ouvrage collectif peut toutefois être jugée utile puisqu’ils constituent des points essentiels de la structuration d’un ouvrage qui se veut un tout cohérent. L’excellente introduction rédigée par Stéphane Corcuff, éditeur du livre et l’un des rares spécialistes français des questions qui y sont traitées, donne à ce titre une vision globale de son contenu en liant les contributions les unes aux autres, ce qui permet d’apprécier d’un coup d’œil l’importance de chacune d’elles. Cette introduction est le ciment d’un livre qui ne peut, une fois ces quelques pages parcourues, être considéré comme une simple addition d’articles.

3Chaque auteur apporte sa pierre à la mise en évidence des facteurs et des modes de transformation du sentiment national à Taiwan. Les trois chapitres de la première partie, intitulée « Historical Roots », entrent pleinement dans ce mouvement d’ensemble par la présentation des éléments et des conditions historiques entourant la genèse d’un discours sur le peuple taïwanais. Dans le Chapitre 1, Andrew Morris livre une description détaillée des événements qui entourent un moment crucial de l’histoire taïwanaise, la cession de l’île au Japon par la Chine au traité de Shimonoseki, signé le 17 avril 1895, et la proclamation en réaction de la République de Taiwan, le 25 mai 1895. Malheureusement, l’auteur se limite à une présentation des faits qui est, certes, bien documentée, mais manque cruellement d’une analyse de la portée symbolique de cette période. Il aurait, notamment, été intéressant de montrer comment la République de Taïwan est utilisée aujourd’hui dans une partie du discours indépendantiste.

4Le second chapitre adopte une tout autre approche. Intitulé « The February 28 Incident andNational Identity », il est consacré au « massacre fondateur » de la réflexion sur l’existence d’un peuple taïwanais se différenciant du peuple chinois. Ce massacre fut perpétré en 1947 par les troupes du Kuomintang (KMT), en réaction au soulèvement des habitants de l’île, fort mécontents de la nouvelle administration chinoise installée à Taiwan depuis fin 1945. Ce chapitre présente un grand intérêt en raison de l’approche originale qu’il offre. Passant rapidement sur le contexte et les détails des événements déjà maintes fois décrits, Robert Edmondson consacre la majeure partie de son article à l’utilisation symbolique qui en a été faite. Il montre comment et pourquoi, après avoir été occultés par le KMT, ils ont d’abord été réhabilités dans les années 1960-1970 à travers trois ouvrages écrits hors de Taïwan, avant de devenir le symbole d’une mobilisation ethnique taïwanaise en faveur d’une démocratisation du régime contrôlé par les Continentaux arrivés avec Chiang Kai-shek, pour finalement être récupérés au début des années 1990 par le Kuomintang, toujours au pouvoir, mais désormais dirigé par Lee Teng-hui, né à Taiwan et déterminé à réformer le système politique tout en diluant l’opposition ethnique Taïwanais/Continentaux dans une conception citoyenne de la nation.

5Le troisième chapitre s’arrête, quant à lui, sur le Mouvement pour l’indépendance de Taïwan (TIM) qui commence à se structurer dès la fin des années 1940 pour s’opposer à la politique du Kuomintang dans l’île. Compte tenu de la répression féroce menée par le KMT contre toute forme d’opposition, il dut toutefois s’organiser à l’étranger, d’abord à Hong Kong et au Japon, puis en Amérique du Nord. L’article proposé par Shu Wei-der tente de déterminer le ou les profils types des « activistes » du TIM à partir d’une série de quatorze entretiens menés auprès de membres de ce mouvement, complétée par deux séries de données préexistantes. Afin de cerner leurs motivations, l’auteur dégage deux grands ensembles théoriques de la multitude d’approches appliquées à l’analyse des mouvements sociaux et des organisations politiques : la « théorie de la marginalité » et la « théorie du privilège ». Selon la première, la participation aux mouvements sociaux est essentiellement le fait d’individus se situant en marge de la société, leur vulnérabilité sociale les incitant à renforcer les liens qui les unissent à l’organisation et/ou au réseau politiques dans lesquels ils sont insérés. Pour la seconde, ces militants sont au contraire plutôt des individus issus des classes moyennes, bénéficiant de temps libre et peu exposés au risque de sanction sociale induit par leur action. Une fois cette base théorique prometteuse mise en place, l’analyse se retrouve malheureusement étouffée sous une avalanche de statistiques et laisse la place à une énumération de pourcentages assez aride. Une bonne conclusion synthétique recolle toutefois à la problématique de départ et fournit finalement les grands traits caractéristiques de « l’activiste » du TIM.

6Après cette première partie d’une soixantaine de pages, les deux parties suivantes, qui en totalisent un peu moins de deux cents, constituent le cœur de Memories of the Future, tant par leur volume que par les sujets brûlants qui y sont abordés. Les sept chapitres qui suivent, bien que groupés en deux parties distinctes, sont en réalité tous consacrés à l’étude du sentiment national en transition dans la décennie 1990, c’est-à-dire, la décennie de démocratisation à marches forcées d’un régime autoritaire en voie de libéralisation depuis les années 1980. La deuxième partie, « The Transition of National Identity », s’ouvre sur l’un des chapitres les plus intéressants de l’ouvrage. Il est en effet révélateur de la manière dont la transition démocratique entreprise par Lee Teng-hui et une partie du Kuomintang, appuyés indirectement par l’opposition (le Parti démocrate progressiste, PDP), s’est accompagnée d’une « taiwanisation » progressive de certains des marqueurs symboliques nationaux « classiques » que sont la doctrine politique (celle des Trois Principes du Peuple issus de la pensée de Sun Yat-sen), les commémorations officielles (le culte de la personnalité de Chiang Kai-shek), le contenu des manuels d’histoire (dans un premier temps, ceux destinés aux élèves de collège) et les billets de banque. Stéphane Corcuff fait remarquer, à juste titre, qu’il s’est agi, à chaque fois, d’une réforme animée par la volonté de chercher un compromis et de dépasser les clivages ethniques, et non d’une révolution faisant table rase du passé.

7Malgré ces précautions, les réformes successives, allant toutes dans le sens d’une « localisation » de l’espace politique et mettant du même coup en grande partie fin à la fiction d’une Grande Chine transposée en miniature à Taiwan et entretenue jusque-là au travers des institutions de la République de Chine, n’ont pas été sans engendrer de vives réactions au sein d’une partie de la population, ainsi qu’un certain malaise parmi les Continentaux, auparavant en position de force, bien que largement minoritaires. C’est ce malaise, traduit par un « dilemme identitaire », que Li Kuang-chün se propose d’étudier dans le cinquième chapitre, en se basant sur les résultats de trente-deux entretiens menés auprès de Continentaux. Il montre comment ceux-ci se situent, d’une part, en termes de sentiment national (Chinois/Taïwanais) et, d’autre part, vis-à-vis des options réunification/indépendance/statu quo. Finalement, l’auteur en arrive à conclure que, si la première génération de Continentaux reste très attachée à ses racines chinoises, les générations suivantes connaissent une « taiwanisation » marquée, atténuant fortement la catégorisation sociale mise en place par le système du jiguan (identification d’une personne selon le lieu de naissance de ses parents).

8Les chapitres 6 et 7 viennent compléter la construction d’une vision composite de la recomposition du sentiment national à Taiwan au cours des années 1990. Ils en présentent chacun clairement des aspects fondamentaux, mais n’apportent pas réellement d’élément novateur. Dans le chapitre 6, Lin Tsong-jyi montre la convergence des programmes du KMT et du PDP, qui abandonnent, respectivement, une ligne purement « unificationiste » et une ligne strictement indépendantiste, dans le cadre du jeu démocratique les contraignant à répondre aux attentes de l’opinion publique. Celles-ci se traduisent par un attachement unanimement partagé aux valeurs démocratiques, une indécision en matière de sentiment national (environ la moitié de la population), la volonté du maintien du statu quo caractérisé par une indépendance de facto de Taiwan (80 %) et un soutien à une diplomatie pragmatique. Le chapitre 7 met, quant à lui, le doigt sur un facteur pesant lourdement sur les choix faits par les habitants de Taiwan, qu’ils soient indépendantistes ou « réunificationistes » : la République populaire de Chine (RPC). Selon Robert Marsh, la « volonté du peuple » est, dans les deux cas, soumise à des « contraintes géopolitiques » incontournables. Alors que les premiers sont confrontés à la menace militaire permanente de la RPC, les seconds doivent faire face à la réalité actuelle : le fossé qui sépare Taïwan du Continent en matière de développement économique et de garantie des libertés individuelles et collectives.

9Comme nous l’avons évoqué plus haut, la troisième partie, « Perspectives on Ethnicity and Taiwanese Nationalism », ne pourrait faire qu’une avec la seconde. Dans le chapitre 8, Stéphane Corcuff revient d’ailleurs sur la transition du sentiment national des Continentaux ou Waishengren (« gens des Provinces extérieures »). Il présente, dans un premier temps, la manière dont cette catégorie ethnique a été construite de toutes pièces sous l’impulsion de la politique étatique du KMT (juncun – « villages militaires » regroupant les Continentaux – jiguan et discours sur la reconquête sacrée de la Grande Chine) et au travers du regard porté sur eux par une population locale taïwanaise de plus en plus rancunière à leur égard, suite à une succession de malentendus. L’auteur étudie ensuite les représentations que les Continentaux ont d’eux-mêmes, avant d’aborder leur positionnement en matière de d’appartenance nationale. Dans les deux cas, il met à juste titre l’accent sur les différences de perception entre générations et rejoint Li Kuang-chün dans ses conclusions. À partir de ces éléments, Stéphane Corcuff termine sa contribution par une remise en cause de la légitimité du terme Waishengren, dans lequel seules 47 % des personnes qu’il a interrogées se reconnaissent et qui semble de plus en plus être vidé de son sens, la plupart des personnes désignées ainsi étant nées et ayant vécu à Taïwan. Il propose pour le remplacer l’expression « Nouveaux Habitants ».

10Le chapitre 9 fait en partie écho au chapitre 4, en revenant de façon originale sur la manière dont ont été menées la transition démocratique et la taïwanisation du cadre national. Alors que Stéphane Corcuff insistait sur le rejet d’une rupture totale avec le passé, Wu Rwei-ren, reprenant Antonio Gramsci, met en avant la « révolution passive », mise en place par Lee Teng-hui et l’aile réformatrice du KMT, qui se caractérise par une « guerre de position », consistant à gagner peu à peu du terrain sur l’adversaire, et s’oppose à la « guerre de mouvement », dont font usage les révolutionnaires radicaux. Une stratégie qui, du moins jusqu’au milieu des années 1990, fut celle du PDP.

11Enfin, le dernier chapitre de l’ouvrage s’arrête sur les mécanismes de production d’une nation taïwanaise en voie de formation. Selon Lin Chia-lung, ils sont de deux ordres : d’une part, la démocratisation a construit un espace politique au sein duquel tous les citoyens taïwanais peuvent s’investir et s’exprimer, du moins théoriquement, ce qui a pour conséquence de diluer les oppositions passées dans une volonté de gérer une destinée commune ; d’autre part, l’agressivité croissante dont fait preuve la RPC à l’égard de Taiwan a engendré un sentiment de souffrance partagée contribuant largement à faire tomber les barrières érigées par les antagonismes passés entre Continentaux et Taïwanais, qui trouvent dans le Parti communiste chinois un ennemi commun aux valeurs démocratiques qu’ils ont faites leurs.

12Finalement, une fois l’ouvrage refermé, il est possible d’affirmer que le tout formé par ces différentes contributions est largement supérieur à la somme de ses parties. Bien que l’on puisse regretter le fait que la place des peuples aborigènes dans cette transition démocratique et nationale, d’une part, et les problèmes tournant autour des rapports entre langues et nation, d’autre part, n’aient pas été abordés, Memories of the Future est tout de même à ranger au rayon des ouvrages de référence, tant pour la finesse de son analyse des représentations de la nation et du sentiment national à Taïwan que pour son apport à l’étude du phénomène national dans son ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tanguy Le Pesant, « Memories of the Future. National Identity Issues and the Search for a New Taiwan, Stéphane Corcuff (éd.) », Moussons, 9-10 | 2006, 382-385.

Référence électronique

Tanguy Le Pesant, « Memories of the Future. National Identity Issues and the Search for a New Taiwan, Stéphane Corcuff (éd.) », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 17 mai 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2068

Haut de page

Auteur

Tanguy Le Pesant

Doctorant, Institut français de Géopolitique, Université de Paris VIII.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page