Navigation – Plan du site
Articles

L’éthique entrepreneuriale : un objet anthropologique ?

The entrepreneurial ethics: an anthropological object?
Ghislaine Gallenga
p. 21-36

Résumés

L’éthique entrepreneuriale se développe dans les milieux de l’entreprise depuis les années 1970. Sans porter un regard sur la pertinence de la morale ou de l’éthique dans les entreprises, c’est-à-dire l’inscription de leur activité dans la catégorie du « bien commun », cet article veut s’arrêter sur l’éthique entrepreneuriale et la traiter en tant qu’objet. Pour la penser anthropologiquement, il s’agirait d’abstraire la notion d’« éthique entrepreneuriale » de toute considération quant à sa finalité, à son applicabilité, voire même de la question de l’intentionnalité « réelle » ou supposée des acteurs qui la mobiliseraient à d’autres fins qu’elle-même. Il s’agit en somme de penser « l’éthique entrepreneuriale » comme une catégorie de la gestion du travail à l’intersection entre discours et pratique et d’observer en situation l’usage qui est fait de cette notion et sa circulation en tant qu’énoncé dans le quotidien de l’entreprise. En d’autres termes, il s’agit de soustraire au questionnement sur l’éthique le débat normatif dont la visée serait son application.

Haut de page

Texte intégral

121 novembre 2012, réunion du conseil d’administration d’une banque mutualiste pour enseignants :

Allant à l’encontre d’une décision du conseil d’administration de ne pas communiquer sur les offres « santé » ou « téléphonie » faites par la banque, le directeur de la Caisse mutualiste se voit reprocher par les administrateurs d’être passé outre leur souveraineté pour avoir fait la promotion de ces produits. Afin d’arbitrer le litige, on fait appel à des membres de la fédération à laquelle la banque se rattache, lesquels orientent les politiques nationales de commercialisation de produits. à l’argument éthique soulevé par les administrateurs : « la santé n’est ni un produit ni une marchandise, la nature même de mutuelle n’est plus respectée » est opposé l’argument éthique des membres de la fédération « du respect du code de déontologie qui fixe notre cadre à tous : “les salariés ont le devoir de proposer l’offre de l’ensemble des produits de la banque” ». Le dialogue se poursuit, les administrateurs arguant du fait que « par délibération du CA, la Caisse ne communiquera pas sur la santé » posent la question : « le directeur peut-il s’affranchir des décisions de son conseil d’administration et quel est le rôle de ce dernier ? » Ce à quoi la fédération répond : « Oui dans la mesure où les décisions sont prises dans le cadre fixé par la déontologie. » Un administrateur lance : « à quoi sert le conseil d’administration s’il ne peut fonctionner que dans le cadre restreint de la déontologie ? » Le directeur devait-il s’accorder au conseil d’administration ou devait-il se conformer aux injonctions nationales ? L’argument éthique soulevé est renvoyé aux administrateurs pour leur donner tort. La fédération donne raison au directeur.

2Cet extrait ethnographique issu d’une recherche en cours dans une banque mutualiste du sud de la France ne relate qu’une des nombreuses occurrences de l’argument éthique dans le monde de l’entreprise auxquelles j’ai été confrontée. Mais il cristallise dans son déroulement l’argument de rétorsion assez commun dans les entreprises contemporaines qui pourrait se résumer par : « C’est parce que vous êtes éthiques (au nom de vos valeurs personnelles) que vous ne pouvez pas être éthiques (au nom de notre charte commune) ! » L’anthropologue qui travaille en entreprise est de plus en plus confronté à ce type de litige où sont mis en avant les chartes déontologiques et les codes éthiques dans l’activité de production et l’organisation collective du travail. Ce que l’on appelle « éthique entrepreneuriale » est aujourd’hui partout. Mais comment la penser intellectuellement quand au sein d’une même séquence d’action, elle est l’objet de tant de torsions ? Que recouvre cette notion ? Comment la penser en termes anthropologiques ? Afin de répondre à ces questions, sans donner de définition normative de ce qu’est, ou devrait être, l’« éthique entrepreneuriale », je propose ici de revenir aux racines philosophiques de la notion. Mais il convient dans un premier temps de préciser que l’anthropologie dans son fondement même n’est pas étrangère aux questions d’éthique.

3On pourrait penser a priori que l’anthropologie se méfie de l’éthique et de la morale, et qu’au nom du relativisme culturel, elle chercherait à la contourner. Or, même si elle ne s’exprimait pas dans les mêmes termes qu’aujourd’hui, la problématique de l’éthique ou de la morale de l’anthropologie s’est posée pratiquement dès la constitution de la discipline. Ainsi la naissance et les tournants scientifiques majeurs de l’anthropologie peuvent être ramenés à un souci d’ordre éthique. De l’évolutionnisme – qui a eu pour souci de replacer ceux que l’on pensait comme « sauvages » dans le berceau de l’Humanité – aux postcolonial studies – qui dénoncent l’hégémonie occidentale et les relations asymétriques qui en découlent, et promeuvent le droit des enquêtés à se réapproprier le savoir dont ils sont les « objets » – en passant par la tradition du relativisme culturel – la reconnaissance de la différence comme richesse à préserver plus qu’à répudier n’est-elle pas une préoccupation éthique ? – le souci parcourt de part en part l’épistémologie de la discipline (Bonte 1991). L’ouvrage dirigé par Pat Caplan – même s’il date d’une décennie – dresse le tableau des débats et des dilemmes de l’éthique de l’anthropologie et pose la question « What is anthropology for ? Who is it for ? » (2003 : 3) et retrace depuis les années 1960 les rapports entre la discipline et l’éthique (ibid. : 1-27). En outre, le rejet de l’utilisation de l’anthropologie et du savoir des anthropologues à des fins d’espionnage ou militaire a traversé l’histoire de la discipline de Frantz Boas (1919) à Marshall Shalins (2007, 2013). Plus récemment, l’effort de constitution d’un nouveau champ, nommé selon les auteurs : ethnography of moralities pour Signe Howell (1997), anthropologie morale pour Didier Fassin (2008), anthropologie des moralités (Zigon 2008) et de l’éthique pour Raymond Massé (2009), ou encore anthropology of ethics pour James Fabion (2011) semble dépasser le questionnement des rapports que l’anthropologie entretient avec la légitimité de sa pratique.

4L’anthropologie se trouve ainsi aujourd’hui soumise aux interrogations et injonctions éthiques tant dans sa pratique que dans son rôle de décryptage du social. Si le champ du médical est celui qui semble susciter le plus de réflexions – tant il opère sur les deux registres que sont l’éthique de l’anthropologie et l’éthique des pratiques – il est d’autres champs du social qui voient également fleurir des préoccupations éthiques. Ainsi en est-il du champ des institutions et de l’entreprise en particulier. De nouvelles formes d’éthique appliquée voient le jour, l’« éthique entrepreneuriale » – si elle n’est toutefois pas récente, née dans les années 1970 (Cardot 2006) – interroge également l’anthropologie et l’anthropologue de l’entreprise. Elle interpelle ce dernier de multiples façons. Par exemple, doit-il répondre favorablement en se soumettant à la formalisation de sa pratique en intégrant les groupes de réflexion éthique au sein des associations professionnelles et adhérer aux multiples comités de déontologie nationaux ? En d’autres termes, s’agit-il de considérer l’éthique entrepreneuriale comme l’éthique de la profession d’anthropologue en entreprise ou s’agit-il de penser cette éthique comme un objet analogue à la notion d’économie morale par exemple (Fassin & Eideliman 2012 : 12) ?

5Si May Edel et Abraham Edel (2000 [1968]), dans un souci d’interdisciplinarité, ont fait dialoguer la philosophie et l’anthropologie pour en conclure – s’il en était besoin – que les deux disciplines s’enrichissent l’une l’autre pour explorer d’une part comment la théorie de l’éthique se redéfinit quand son contenu culturel devient manifeste, et d’autre part quelles sont les relations que la moralité entretient avec les schémas culturels, mon propos ici est bien plus modeste. Loin de saisir la morale ou l’éthique comme objet d’étude central (Fassin 2008), c’est-à-dire d’avoir « […] the ambition of making explicit and intelligible the evaluative principles and practices in different societies and contexts, of analysing and interpreting the way social agents form, justify and apply their judgements on good and evil » (Fassin & Stoczkowski 2008 : 331), je souhaite ici prendre la notion d’« éthique entrepreneuriale » telle que mobilisée dans les milieux de l’entreprise, dans son sens emic, pour objet anthropologique. Je porte ainsi un regard d’anthropologue sur un objet aux racines philosophiques, mobilisé dans les milieux entrepreneuriaux sans être en aucune manière spécialiste ni de philosophie ni de management.

6Les travaux réalisés jusqu’ici, notamment dans le domaine du management ou de l’éthique appliquée, prennent en compte l’aspect moral des entreprises dans son acception normative : leur objet est-il « réellement » moral ou leurs pratiques sont-elles moralement acceptables ? Comment moraliser la production ? Mais ils considèrent peu « l’éthique entrepreneuriale », l’affichage, la promotion et la codification de valeurs par l’entreprise comme un objet en soi. Pour ne citer qu’un exemple, le texte issu de l’ouvrage coordonné par Katherine E. Browne et Lynne Milgram (2009) propose de manière large d’interroger la part morale de l’économie des entreprises étudiées. D’autres ont cherché à interroger la morale dans la part de l’économie (Browne 2009 : 1) ou l’économie morale comme la définit le sociologue Andrew Sayer (2005). Sans porter un regard sur la pertinence de la morale ou de l’éthique dans les entreprises, c’est-à-dire l’inscription de leur activité dans la catégorie du « bien commun », cet article veut s’arrêter sur l’éthique entrepreneuriale et la traiter en tant qu’objet.

  • 1 La déconstruction du discours des gestionnaires fera l’objet d’un autre travail dans un ouvrage col (...)

7Pour ce faire, j’esquisserai en premier lieu les contours philosophiques des notions d’éthique et de morale en évoquant l’inflation dont elles sont l’objet dans le monde contemporain (Fassin 2010), ce qui me conduira à montrer ce que ces notions ont à voir avec l’anthropologie : altérité, culturalisme, etc. En second lieu, je m’attarderai sur la définition que donnent les philosophes de l’éthique entrepreneuriale, ce qui me permettra de proposer ainsi un programme pour une lecture anthropologique de cette éthique1 : la penser comme une catégorie de la gestion du travail en abstrayant toute considération à son applicabilité par exemple. Il ne s’agit donc ni de faire œuvre de moraliste ni de dégager les fondements des grilles d’évaluation morale du monde de l’entreprise.

Éthique, morale, anthropologie : de singuliers rapprochements

L’inflation de la morale et de l’éthique

  • 2 Il ne s’agit pas ici de retracer la généalogie des concepts, encore moins de dresser un panorama de (...)

8Le mot éthique vient du grec habitat ou « habiter le monde », les mœurs, au sens général de comportement. Pour les Grecs, cela renvoie à une forme de savoir relatif à la façon de se comporter. La morale est un terme d’origine latine, du latin mos (ou mores au pluriel) et désigne également les mœurs. Morale est bien la traduction dans le latin classique de ce que les Grecs nomment l’éthique. L’éthique et la morale se préoccupent indiscutablement de la définition et de la distinction des catégories du bien et du mal traduites en valeurs, mais aussi en comportements individuels. Pour la majorité des auteurs, les deux mots semblent être utilisés comme synonymes2. Toutefois, une différence progressive s’est établie dans les usages des deux termes. Depuis une époque plus récente, on a souvent considéré que le terme « morale » pouvait être réservé au type de valeurs héritées du passé et de la tradition ou bien de la religion. « La morale s’est plus ou moins spécialisée dans le sens de “ce qui est transmis” comme un code de comportements déjà plus ou moins figés » (Droit 2009 : 19). Aujourd’hui, en revanche, le terme « éthique » est plutôt utilisé dans les domaines où les normes et les comportements sont à construire, à inventer au moyen d’une réflexion menée de manière individuelle ou collective. La morale serait donc du côté des normes héritées et l’éthique du côté des normes en construction rendues nécessaires par les mutations en cours (ibid. : 20-21) « L’éthique est devenue le nom de la morale en train de se faire […]. » (Ibid. : 22.) On retrouve une distinction analogue chez Monique Canto-Sperber et Ruwen Ogien (2006). En d’autres termes, il s’agit d’une même substance, « la substance éthique » pour reprendre les termes de Michel Foucault (1984), à deux états différents de sa (re)production.

9Aujourd’hui, l’éthique exprime ainsi le principe du rapport « à ce qui se passe », elle désigne l’exercice de régulation et de détermination de notre commentaire sur les situations historiques, technico-scientifiques, sociales ou médiatiques. Cette norme des commentaires et des opinions prend corps dans des institutions qui disposent de leur propre autorité telle que les « commissions nationales d’éthique » nommées par l’État (Badiou 2003 : 20). Nous sommes par ailleurs les témoins d’une inflation de l’éthique (Canto-Sperber 2006) au point que cette dernière se décline même au pluriel. On parle « des éthiques » pour désigner la fragmentation de l’éthique par domaine : éthique de l’entreprise, éthique des affaires, éthique de la médecine, éthique de l’espace, etc. (voir Marzano 2008). Parallèlement à cette fragmentation de l’éthique en éthiques, on assiste à l’émergence d’une nouvelle catégorie professionnelle dans la division sociale du travail, celle dont les représentants se nomment eux-mêmes les « éthicistes », afin de se distinguer des penseurs de la philosophie morale dont ils se verraient volontiers comme des « praticiens » (Canto-Sperber & Ogien 2006 : 14).

10L’anthropologie de l’entreprise est bien évidemment amenée à penser ce phénomène social d’inflation de l’éthique dans le monde du travail, d’autant plus que la philosophie morale à travers l’éthique et l’anthropologie partagent des interrogations similaires. Il semblerait bien en effet qu’elles posent des questionnements semblables et partagent certaines préoccupations.

Anthropologie versus éthique

11Les questionnements relatifs aux rapports entre Nature et Culture, entre universalisme et particularisme, au rapport à l’altérité, etc. attestent de ces préoccupations partagées. Les interrogations éthiques des philosophes moraux ne sont-elles pas finalement les questionnements théoriques des anthropologues sociaux ? Ces deux corps intellectuels sont d’ailleurs aujourd’hui la cible d’une demande sociale commune quand il s’agit de penser les dilemmes d’ordre bioéthique, l’universalité des droits de l’homme, les conflits d’ordre moral dans les situations de cohabitation entre « cultures », etc.

12La diversité des morales constituerait une des raisons d’être de la philosophie, à l’instar de l’anthropologie qui postule la diversité socio-culturelle dans ses fondements épistémologiques. Isaiah Berlin (1969) met au premier plan l’idée d’un pluralisme moral et défend l’idée qu’il n’existe pas de système de valeurs unique capable de fédérer tous les hommes. L’acception courante de l’éthique porte aujourd’hui en elle également une référence aux droits de l’homme, des droits supposés naturels, ce qui recoupe en anthropologie certains postulats essentialistes à prétention universelle. Ces derniers aimeraient dissocier relativisme culturel et relativisme moral afin de mettre l’un sur un piédestal au nom d’une certaine éthique pour mettre l’autre aux bans de la cité. L’éthique est-elle naturelle, universelle ? On voit bien combien cette question relève tant de la philosophie morale que de l’anthropologie, lesquelles naviguent toutes deux dans un espace indéfini traversé par une tension entre universalisme et relativisme.

13Cependant, contrairement au philosophe moral, l’anthropologue éprouve un malaise à l’idée de postuler l’existence d’une morale universelle. Pourrait-il se permettre de dépasser le constat empirique selon lequel il existe une multitude d’éthiques différentes suivant les lieux, les époques, toutes aussi valables les unes que les autres du fait qu’elles sont toutes l’expression et le produit de groupements humains ? Est-il vraiment du rôle de l’anthropologie de postuler la supériorité ou la validité d’une morale ou d’une éthique sur une autre ? Ce postulat qui résulte d’une opération de pensée qui consiste à mener un véritable travail chirurgical, à savoir découper au scalpel les contours supposés de « la Morale », qui se présenterait ainsi en substrat autonome de toute production culturellement située, ne mériterait-il pas qu’on interroge avec plus de prudence sa part d’arbitraire ? Ce type de posture n’exprime-t-il pas là un sentiment frileux à l’idée qu’au nom du relativisme culturel porté par les culturalistes, on finisse par soutenir que « l’éthique n’existe pas » (Badiou 2003 : 53) ? Si le souci éthique recèle l’universalisme en son cœur même, il semble pertinent de vouloir tester cette universalité toute relative à des cas d’étude – c’est-à-dire la façon dont cette éthique se particularise – en fonction de contextes culturels et dans un même contexte en fonction des différents domaines de l’activité humaine (en Indonésie, en France, en Inde, dans une épicerie, dans une entreprise publique, dans le travail social).

14Dans son acception d’aujourd’hui, l’éthique est un exercice de « législation consensuelle » concernant les hommes en général, leurs besoins, leur vie, leur mort ou « une délimitation évidente et universelle de ce qui est mal, de ce qui ne convient pas à l’essence humaine » (Badiou 2003 : 25). L’éthique est ici, selon Kant, conçue comme la capacité à distinguer le Mal a priori (car dans l’usage moderne de l’éthique, le Mal ou le négatif vient en premier, on suppose ainsi un consensus sur ce qui est « barbare », la liberté d’opinion serait la liberté de désigner le Mal) (ibid. : 27-28). On suppose ainsi qu’il existerait un sujet humain général et que ce qui lui arrive de mal est identifiable en fonction de critères universels. « Par sa détermination négative et a priori du Mal, l’éthique s’interdit de penser la singularité des situations » (ibid. : 36). Or, c’est par le bien que l’on détermine le mal et non l’inverse (ibid. : 38). La difficulté de l’éthique est ainsi d’adapter une règle qu’on voudrait universelle et générale, c’est-à-dire une Loi, à un comportement individuel. C’est une difficulté de la dialectique entre universalisme et particularisme partagée par l’anthropologie mais pour laquelle cette dernière est peut-être plus dérangée dans son épistémè que la philosophie morale. C’est dans ce va-et-vient permanent dans ce processus commun- entre réflexion éthique et anthropologie qu’il existe des failles et des biais que l’anthropologue se doit d’éviter pour ne pas se muer en moraliste.

  • 3 Je reviens sur ce point infra.

15Par ailleurs, la difficulté à penser l’éthique comme catégorie universelle est – aussi vraie qu’elle se fonde sur un souci universaliste – qu’elle a également pour soubassement objectif une forme de culturalisme (Badiou 2003 : 51) ; au nom de cette éthique « universelle », on se devrait de reconnaître la différence et de l’accepter, tout en la déniant. Comme le rappelle Badiou (2003 : 39) en suivant Lévinas, « dès le principe, l’éthique est éthique de l’autre, elle est l’ouverture principale à l’autre, elle subordonne ainsi l’identité à la différence ». L’éthique annihile la distance dans le sens que l’on pourrait résumer par : « Deviens comme moi et alors je respecterai ta différence ». La vraie question est donc « la reconnaissance du même » (Badiou 2003 : 49). Une contradiction que peu ont résolue. On peut se demander s’il est possible de penser éthiquement l’éthique ou les éthiques sans tomber dans les travers d’un universalisme aveugle qui nie la réalité de la différence des systèmes de valeur associés au bien-être, ou dans ceux d’un cynisme scientifique qui nierait l’universalité de la souffrance – vérité morale de notre temps – au nom du vœu pieux de l’objectivité scientifique3. L’éthique porte donc en elle un paradoxe : elle tend à unifier des comportements sur la base d’une universalité supposée alors qu’elle n’est souvent qu’une contradiction entre tolérance et crispation identitaire (ibid. : 44). Si entre souci éthique et anthropologie, l’origine est commune (la tension entre universalisme et singularité, le questionnement sur l’humanité de l’Homme issu de la confrontation à l’altérité), les chemins empruntés sont différents et peut-être la destination l’est-elle aussi. L’anthropologie, quand elle s’intéresse à la morale, ou à l’éthique, n’a pas vocation à être appliquée (Fassin 2008).

16L’une des solutions que peut adopter l’anthropologue est d’abandonner une conception fixiste de l’éthique et de la morale pour privilégier une conception dynamique selon laquelle il n’existe pas une éthique en général mais une « éthique de processus » (Badiou 2003 : 38), ou pour reprendre les mots utilisés plus haut, une éthique « en train de se faire ». Plus que d’intenter un procès éthique à la différence morale, il s’agit de penser et d’observer la morale en procès. Un procès par lequel l’individu ou le collectif traite les possibles d’une situation, en opérant un travail contraint de « recollection » et de réinterprétation de ce qui est transmis (la morale) pour créer (l’éthique). Il s’agit de penser la multiplicité de ces procès de production de l’éthique de manière concrètement située.

17Mais l’émergence et le développement de « l’éthique entrepreneuriale » prennent-ils vraiment place dans ces débats ? En effet, avant de savoir si c’est à une question d’éthique ou de morale que l’anthropologue a affaire, il s’agit de questionner l’objet « éthique entrepreneuriale » de plus près en le saisissant dans son contexte historique et dans ses usages sociaux. S’agit-il de la construction quotidienne d’une posture éthique ou d’un nouveau langage du monde de l’entreprise gagné par l’expansion des catégories morales qui fondent le régime sémantique et politique de notre temps (Fassin 2010) ? Le langage de l’éthique de l’entreprise recouvre-t-il la réalité qu’il cherche à montrer, à savoir celle que désigne le discours philosophique auprès duquel les anthropologues trouvent l’inspiration pour définir l’éthique ? Il s’agit là non pas de poser la question en termes normatifs mais en termes pragmatiques. Dans quel espace de la production « l’éthique entrepreneuriale » se situe-t-elle ? Comment s’articule-t-elle à la production elle-même et quelle place prend-elle dans les rapports de production entre travailleurs et/ou entre entrepreneurs ? Comment est-elle mobilisée au quotidien ? Revenir à l’histoire de la notion s’impose au premier chef.

L’entreprise à travers le prisme de l’éthique et de l’anthropologie

Éthique entrepreneuriale

18Née dans les années 1970, « […] l’éthique des affaires connaît un grand essor à partir du début des années 1990, lorsque les entreprises commencent à se soucier de leur image sociale et qu’elles cherchent à montrer que les exigences de rentabilité qui les animent ne sont pas en conflit avec les exigences morales de justice et de respect de la personne. » (Marzano 2008 : 110.)

19L’éthique entrepreneuriale émerge dans le champ de l’éthique appliquée. L’éthique appliquée n’est pas une éthique au sens de la philosophie morale, c’est un « guide ». Les professions sont sous-tendues par des valeurs et des principes qui peuvent entrer en conflit avec l’éthique. Ces mises en tension demeurent permanentes entre universalisme et particularisme, entre éthique et éthique appliquée, entre éthique appliquée et valeur des professions, entre individu et choix éthique ou valeur morale. Dans le milieu de l’entreprise, cette « réflexion » donne lieu à la rédaction de chartes et codes éthiques auxquels les employés doivent se conformer.

20On peut ainsi se demander si dans le cadre de l’entreprise l’obéissance aux différents codes de comportement et chartes sous contrainte managériale (dans le but de ne pas se faire licencier par exemple) constitue un comportement qui a trait à la notion d’« éthique » telle qu’entendue par la philosophie morale. Si l’on suit Kant, pour être moral un acte doit être accompli uniquement par souci du devoir, par pur respect de la loi morale. De la même manière, Edgar Morin (2004 : 15) écrit que le sentiment du devoir éthique « provient [...] d’une source intérieure ». À l’opposé du sentiment du devoir, il est une application contrainte. De la même manière, l’expression « comité d’éthique », désignant un groupe de personnes chargées de veiller à l’application de l’éthique par un scientifique, finit vite par prendre les accents d’un oxymore. Si l’éthique est codifiée, définie, voire imposée par une instance extérieure et devient devoir contraint, est-on toujours dans le domaine de l’éthique ?

21L’une des différences majeures entre l’éthique entrepreneuriale et les débats sur l’éthique et la morale se situe dans le fait que les seconds tentent de surmonter les conflits moraux, de définir ce qui est bien ou juste. Or, la première ne traite pas de ces principes et se situe quelque part dans l’« après » de ces discussions comme si des prémisses avaient été posées (comment ? par qui ? nul ne le mentionne) et que sur ce consensus, les employés, et les clients, doivent se conformer à cette éthique dans une injonction qui part du principe que les individus doivent répondre à des impératifs moraux mais sans les avoir discutés auparavant ni les discuter par la suite. Si les clients peuvent d’une certaine manière se positionner par rapport à ces notions de « bien » ou de « juste » qui sous-tendent l’éthique entrepreneuriale en choisissant une entreprise plutôt que telle autre, ce n’est malheureusement pas le cas des employés, prisonniers d’un système dans lequel ils sont pour une part non décisionnaires. L’éthique, si l’on suit les philosophes, n’implique-t-elle pas l’autonomie du sujet et l’examen de conscience ? L’éthique sous contrainte salariale relève-t-elle toujours de l’éthique ?

22Selon Monique Canto-Sperber, si la philosophie morale peut jouer un rôle c’est en faisant en sorte que les recommandations auxquelles la réflexion éthique aboutit ne soient pas une série de règles ou de préceptes à suivre car cela reviendrait à une forme de moralisation, mais qu’elles puissent être assorties de leurs raisons, de leurs conditions et faire l’objet d’une véritable discussion (2012 : 198). Or dans l’entreprise, l’éthique est décidée par le haut. Quelquefois, des groupes de travail sont organisés en amont laissant ainsi aux salariés l’illusion d’être décisionnaires. En ce sens, l’éthique entrepreneuriale n’est pas une éthique au sens de la philosophie morale.

23Un des problèmes sous-jacents à « l’éthique entrepreneuriale » est que les auteurs ne définissent que rarement ses prémisses : éthique ou morale. Ils se concentrent sur son « applicabilité », ou sur les règles éditées mais sans exprimer si cette éthique est vertu, conséquence ou déontologique. Pourtant, selon sa nature, le but de cette éthique variera.

24Ici, il paraît donc important d’insister sur la distinction que l’anthropologie se doit de faire entre ce qui relève de l’éthique professionnelle de l’entrepreneur et cette catégorie – laquelle n’en fait probablement pas moins sens au plan emic – qu’est « l’éthique entrepreneuriale ». Selon Monique Canto-Sperber et Ruwen Ogien (2006 : 8), « la morale professionnelle serait la traduction concrète du fait que les professions […] sont sous-tendues par des valeurs et des principes », l’éthique professionnelle serait l’application de cette morale par un acteur donné. Elle est une catégorie qui relève de l’individu qui évolue dans le monde des affaires plus que des collectifs de travail des grandes entreprises.

25« L’éthique entrepreneuriale » présente plus de difficultés à être pensée en termes anthropologiques et relève plus de l’outil de gestion managériale des grandes entreprises que de l’éthique professionnelle du « petit » entrepreneur indépendant. L’observation des usages qui en sont faits alimente une réflexion, qui, pour l’anthropologie, pourrait d’ailleurs aboutir à une impasse au plan scientifique, tant elle mobilise des catégories qui semblent bien trop proches de l’évaluation morale. Il arrive en effet que le chercheur soit amené, à l’instar d’Anne Salmon (2007), à observer, probablement avec raison, une « économisation » ou une « marchandisation » de l’éthique plus qu’une « éthicisation » du capitalisme ou des affaires. L’éthique entrepreneuriale serait ainsi devenue, outre un outil de gestion, une marchandise. L’anthropologue se voit par ailleurs confronté au discours du cercle des spécialistes de gestion qui puise dans les outils des sciences sociales et de la philosophie morale. Il s’agit pour lui de mettre entre parenthèses la critique idéologique pour recourir à l’inventaire épistémologique (Gallenga 1993 : 136). Le cercle d’Éthique des affaires (une ONG créée en 1993), pour ne citer qu’un exemple, assure la promotion de l’éthique des affaires et de l’éthique. Quand on s’arrête un tant soit peu sur les publications afférentes à ce domaine, notamment pour les plus visibles, à un « Que sais-je ? » et à un « Repères » respectivement nommés L’Éthique d’entreprise (Cardot 2006) et L’éthique dans les entreprises (Mercier 2004), on constate l’affiliation de leurs deux auteurs à ce cercle. On remarque que la démarche a plus une vocation à s’inscrire dans la recherche appliquée que dans la recherche fondamentale. La plupart des textes produits reposent sur l’idée que « l’éthique paie » et que les retours escomptés de la bonne conduite de l’entreprise viendront rentabiliser les investissements faits en la matière. Selon Michela Marzano « On “fait” de l’éthique un peu comme on “fait” de la publicité. Elle se vend bien et elle permet d’attirer l’attention du grand public. » (2008 : 117.) Édictant elle-même les règles auxquelles « l’entreprise responsable » se soumet, elle « s’affranchit ainsi à la fois de la morale et du politique. Grâce à ses déclarations, ses chartes et ses codes, elle se place progressivement au-dessus de toute instance extérieure pouvant déterminer sa responsabilité » (id.).

26L’éthique de l’entreprise serait légitime mais paradoxale car elle équivaut à une modalité des rôles et une incompatibilité des biens et des valeurs. Nous assistons à un brouillage entre la fin et les moyens, à l’apparition de différences entre l’éthique de la vie économique et l’éthique de l’entreprise. De là à parler « d’instrumentalisation cynique » il n’y a qu’un pas. Peut-on parler « d’éthique entrepreneuriale » sans tomber dans le piège à penser de l’éthique, à savoir porter soi-même un jugement éthique en présumant de la cause ou de la finalité « réelle » de sa mobilisation dans le monde des affaires ? Comment penser ces catégories morales de la sincérité ou de l’authenticité de l’intention en termes anthropologiques ? L’anthropologue serait-il d’ailleurs là dans son rôle ?

Anthropologie et éthique entrepreneuriale

27Quand l’anthropologie traite de l’éthique, elle le fait soit en l’associant à la posture méthodologique – en d’autres termes, une éthique de la recherche –, soit dans des domaines spécifiques comme l’anthropologie du corps, ou de la santé. Le débat anthropologique sur l’anthropologie des moralités et des éthiques comme présenté dans l’introduction du numéro spécial que lui a consacré la revue Anthropologie & Sociétés ne concerne finalement que peu l’éthique de l’entreprise car il ne s’agit ni d’un comportement individuel – mais plutôt de l’entreprise en tant qu’institution –, ni d’une quête d’universaux, mais de la construction d’un niveau intermédiaire entre la morale commune et l’éthique individuelle (Canto-Sperber & Ogien 2006). Ce niveau est d’un grand intérêt pour l’anthropologie afin de comprendre les procédures de construction de sens au niveau mezzo du social, le niveau institutionnel.

28On peut admettre en premier lieu que tout comme il s’éloigne d’une acception philosophique, le concept « d’éthique entrepreneuriale » n’est pas une catégorie anthropologique, en tout cas qu’il n’a pas été construit par l’anthropologie. Toutefois, il existe des pratiques, des codes, des discours que l’anthropologue se doit d’interroger. Là réside une différence majeure entre la mobilisation de la notion dans le discours managérial, et en philosophie, et en anthropologie. Si pour les philosophes et les anthropologues, l’éthique est un exercice intellectuel, un processus de construction du sens, une modalité de production de sujets moraux ou une problématique scientifique, elle est pour le monde de l’entreprise un simple outil d’analyse et de gestion figé et a priori bien défini. Il convient donc de resituer « l’éthique entrepreneuriale » en tant qu’objet empirique, et non en tant que notion intellectuelle dans son contexte d’émergence et dans ses modalités d’usage.

29Il intéressant de noter en effet que la période où naît et se développe l’éthique entrepreneuriale correspond à ce qui apparaît aujourd’hui identifié comme un « tournant global » (Caillé & Dufoix 2013 : 9). Les années 1970 sont effectivement les années où l’on commence à réaliser et à penser la globalisation, la période où ses logiques s’intensifient (accélération de la circulation de biens, d’images, d’informations, d’idées, interconnexion et interdépendance croissante de territoires autrefois relativement cloisonnés) (Appadurai 2005). L’éthique entrepreneuriale pourrait-elle être interprétée comme une réponse à une perte de repères normatifs, à une désorganisation, à un défaut ou à l’inverse à un excès de sens dans un monde globalisé ? L’intensification et l’expansion des capitalismes de l’imprimé et de l’image (le système médiatique dans sa dimension à la fois technologique et économique), l’accélération et l’intensification des mouvements de population sont en effet un terreau favorable à une « prise de conscience » de la part des opinions publiques (Anderson 2002). Ces dernières voient par le prisme du téléviseur ou d’internet se dérouler sous leurs yeux ce qui est perçu comme des « dysfonctionnements », comme « une surdétermination des contradictions du système économique », une succession de crises économiques, entraînant une perte de confiance toujours renouvelée dans la cohérence du système capitaliste (Marzano 2008 : 120-121). L’étalage des conséquences du pouvoir asymétrique entre les centres et les périphéries – pour reprendre une distinction de Wallerstein – et du « coût humain » de l’économie-monde conduit à de nouvelles possibilités de lecture du monde donnant naissance à une demande sociale de « responsabilité ». L’éthique entrepreneuriale, ou tout du moins la demande sociale dont elle émane, n’est-elle pas l’expression d’une recherche de sens dans une crise de valeurs ? La rédaction et l’instauration de chartes visant à réguler ce que l’on appelle communément « l’appât du gain » et la relation entre détenteurs de capitaux – vendeurs de leur force de travail et consommateurs – et l’inflation de l’usage du concept d’éthique ne résultent-elles pas d’un procès permanent de recomposition du sens ?

30De plus, cette inflation de l’éthique revêt une dimension paradoxale en soi puisque visant à responsabiliser, elle aboutit à l’effet inverse par la rédaction de chartes éthiques, intimant comment penser et se comporter. Ce faisant, favorise-t-on vraiment l’autonomie de la pensée ? L’éthique sait répondre à des questions du type « comment dois-je agir ? » Or l’éthique entrepreneuriale ne se pose pas ce genre de questions comme « que doit-on penser ? », mais elle dit « comment on doit penser ».

  • 4 Je souligne.

31Soit deux définitions courtes. L’une est d’Edgar Schein (cité par Maurice Thévenet [1984]) dont voici un extrait : « […] Ensemble des hypothèses de base […] qui ont suffisamment bien marché pour être […] enseignées comme étant la juste manière, de penser, percevoir, sentir vis-à-vis de ces problèmes […] ». Ou encore cet extrait de Bosche (1984) « systèmes de valeurs partagées […] pour produire des normes de comportements4 ». Si ces définitions semblent assez bien coller à celle que les entrepreneurs pourraient donner de ce qu’est l’éthique entrepreneuriale, que le lecteur ne s’y trompe pas. Ces extraits sont des descriptions de ce que leurs auteurs entendent par « culture d’entreprise » (corporate culture). En fait, cette éthique entrepreneuriale ne serait-elle pas simplement un synonyme ou une reconduction de la fameuse corporate culture ? Dans l’entreprise, s’il existe une éthique, elle voudrait donc nier les différences des employés et imposer ainsi, sous couvert de respecter les différences, une seule et même « culture d’entreprise », c’est-à-dire des comportements identiques. On peut légitimement penser que l’éthique entrepreneuriale est une notion voisine de celle de culture d’entreprise, prenant sens dans l’organizational development, en tant qu’armature de principes d’intervention allant dans le sens d’un aménagement programmé du fonctionnement des entreprises (Gallenga 1993 : 139, Bennis 1975 : 92).

32Les tenants de l’éthique entrepreneuriale, à l’instar de ceux du courant de la culture d’entreprise, considèrent l’éthique aussi bien que la culture comme un actif, une ressource à mobiliser pour manager par les symboles. Toutefois, c’est dans les marges de négociation que se joue l’éthique et ce sont ces mêmes conflits de loyauté qu’il est pertinent pour l’anthropologue d’étudier. Or, ces tentatives de création et de fixation du sens dans les unités de production se heurtent à la réalité de la structure et des réseaux de procédures et d’obligation dans le monde de l’entreprise. Là où on essaye de créer artificiellement l’idée d’une cohésion de groupe par la notion de « culture d’entreprise », on essaie de la même manière d’instiguer l’idée de « bien- être » dans le travail, de gestion à « visage humain ».

  • 5 Voir infra.

33Cependant, dans le monde du travail, on peut observer des logiques du management qui donnent un statut ambivalent à la part de l’humain dans le travail, celui de facteur risque. L’humain face à la technique devient en quelque sorte ce qui peut faire échouer l’accomplissement de la tâche et non ce qui permet d’accomplir une œuvre toujours nouvelle. Le risque est ici perçu du côté de son impact sur la production et non du côté d’un risque pour la « dignité humaine ». Cette nomination du « facteur humain » envisage la présence humaine comme un facteur de risque au sein d’un univers de plus en plus technicisé (Russ & Leguil 2008 : 119). La « souffrance » entraîne un comportement qui infléchit la performance et peut donc être considéré comme une défaillance. Les techniques de management tentent de pallier ces défaillances imputées au facteur humain dans le monde de la productivité. C’est en termes de « stress » et non de « souffrance psychique » qu’est alors abordée cette défaillance. « L’éthique entrepreneuriale » est-elle un moyen pour éviter le « stress » au travail ? Poursuit-elle réellement un objectif de « moralisation » de l’activité de production ? Le pourrait-elle seulement ? De la même manière que le discours éthique véhicule une idée d’humanité partagée avec des réfugiés que l’on envoie à la mort dans les faits, bousculant le socle même de « notre économie morale », la raison humanitaire (Fassin 2010), la technicisation et l’externalisation des responsabilités produisent sur les salariés des effets allant à l’encontre du discours véhiculé par « l’éthique entrepreneuriale » elle-même dans les grandes entreprises, ébranlant les fondements mêmes de leur économie morale. En témoignent dans l’actualité récente les suicides des employés de France Télécom, laquelle possédait pourtant bien une charte éthique. L’éthique des affaires se réduit alors à une simple culture d’entreprise. Par conséquent, une éthique de l’entreprise serait pertinente si la nouvelle réalité de l’entreprise (son inscription en tant que réseau de production plus que comme unité physique de production) était prise en compte et ne se réduisait ni à l’éthique des personnes qui y travaillent, ni à l’application des critères de moralité commune (Canto-Sperber 2012 : 120). L’éthique des affaires entre de cette manière en contradiction avec la « main invisible5 » et la liberté. Elle équivaudrait ni plus ni moins à moraliser le monde du travail (Marzano 2008 : 112), ce qui est une priorité pour restaurer à la fois la confiance des salariés et des investisseurs. On a ainsi recours aux concepts de responsabilité sociale, de croissance durable, aux notions de confiance, d’intégrité afin de paraître en phase avec les aspirations de l’économie morale de la « citoyenneté » (id.). L’entreprise tente ainsi de s’intégrer « harmonieusement » à un nouveau réseau d’obligations morales.

34Par ailleurs :

L’éthique des affaires pose ainsi le problème de son indépendance vis-à-vis des professionnels des affaires et par là, le problème de son statut. Est-elle l’étude des moyens légitimes pour mener à bien des transactions rentables ou est-elle simplement un moyen pour les entreprises de se donner un vernis (plus ou moins fragile) de moralité ? (Marzano 2008 : 110.)

35Les entreprises développent l’idée d’un management « à visage humain » qui consisterait pour un dirigeant à manager les autres tout en étant « authentique et véritable » (Marzano 2008 : 111). La nouvelle mode consiste à considérer l’entreprise comme une entité « porteuse de valeurs ». Derrière ces choix pratiques et ces slogans, on découvre une littérature abondante qui vise à tirer les entreprises dans un cercle vertueux de « performance sociale » (id.). Comme je l’ai dit supra, il s’agit bien d’un brouillage entre la fin et les moyens lié à l’apparition de différences entre l’éthique de la vie économique et l’éthique de l’entreprise. En effet, le droit et le marché régulent l’activité économique, ce qui entre en contradiction avec la définition classique de l’entreprise (dogme de la « main invisible ») (Canto-Serber & Ogien 2006 : 120).

36L’éthique des affaires sortirait l’entreprise du paradigme économique classique qui prônait la séparation entre le monde des affaires et le monde de la morale, afin de montrer la possibilité d’une coexistence harmonieuse entre profit et éthique (Marzano 2008 : 113). N’y a-t-il pas finalement derrière ces bonnes intentions la volonté de libérer le monde des entreprises des jugements moraux qu’une société peut porter sur lui ? (Ibid. : 115.)

En conclusion

37J’ai montré que l’éthique entrepreneuriale peut revêtir de nombreux habits et que l’anthropologie est légitime pour s’emparer de ce vocable à condition de bien dissocier l’objet empirique de la notion philosophique. J’aurais pu commencer cet article en ouvrant sur une définition de « l’éthique entrepreneuriale » et ce qu’elle recouvre, mais j’ai choisi de prendre un autre point de vue et tenté de montrer ce qu’elle n’est pas. « L’éthique entrepreneuriale » ne correspond pas à de l’« éthique entrepreneuriale » au sens où les sciences sociales et la philosophie l’entendent, celui de comportement incorporé résultant d’un examen de conscience du sujet ou d’une improvisation réglée. Pour se référer à cette conception qui reste en adéquation avec une certaine réalité empirique au niveau individuel, j’ai proposé la notion d’« éthique professionnelle d’entrepreneur » afin de la dissocier de l’expression d’éthique entrepreneuriale que j’ai toujours tenté d’employer ici dans son acception emic. Il ne s’agit ni d’un concept anthropologique ni d’un concept philosophique moral. Mon propos se résume de manière non exhaustive à interroger de manière critique « l’éthique entrepreneuriale » et les quelques contradictions qu’elle porte en elle, à savoir qu’elle prend place dans un corpus de procédures techniques et administratives dans la gestion des entreprises qui ont pour corollaire les effets allant à « l’inverse » du discours de référence qu’elles constituent. La création artificielle de sens dont elle est l’expression vient se briser sur la technicité des procédures administratives et managériales du monde de l’entreprise.

38Pour conclure ce propos, je serais tentée de dire que pour l’anthropologue le fait de travailler sur « l’éthique entrepreneuriale » est légitime sous réserve de déconstruire cette notion pour à son tour l’« anthropologiser ». Après avoir ébauché la façon dont l’anthropologie s’intéresse à la morale et à l’éthique, on peut se demander ce que l’anthropologie pourrait apporter à l’étude de l’éthique dans ce contexte spécifique qui correspond à celui de l’entreprise. L’« éthique entrepreneuriale », comme la « culture d’entreprise », semble être l’un des avatars de cette migration conceptuelle entre les sciences sociales et la philosophie et le discours managérial.

39Pour la penser anthropologiquement, il s’agirait d’abstraire la notion d’« éthique entrepreneuriale » de toute considération quant à sa finalité et à son applicabilité, voire même de la question de l’intentionnalité « réelle » ou supposée des acteurs qui la mobiliseraient à d’autres fins qu’elle-même. Il s’agit en somme de penser « l’éthique entrepreneuriale » comme une catégorie de la gestion du travail à l’intersection entre discours et pratique afin d’observer en situation l’usage qui est fait de cette notion ainsi que sa circulation en tant qu’énoncé dans le quotidien de l’entreprise. En d’autres termes, il s’agit de soustraire au questionnement sur l’éthique le débat normatif dont la visée serait son application. Cela implique bien évidemment dans un premier temps d’être en mesure d’isoler les fondements des grilles d’évaluation morale en vigueur dans les milieux entrepreneuriaux. Une solution aisée serait de contourner la question de l’« éthique entrepreneuriale » pour éviter une difficulté qui consisterait à « parler d’éthique sans parler d’éthique », mais comme le montre la scène d’ouverture de cet article, non seulement elle fait partie du quotidien dans le monde du travail, mais elle offre aussi à l’anthropologue une matière bonne à penser.

Haut de page

Bibliographie

AMABLE Bruno, Stephano PALOMBARINI, 2005, L’économie n’est pas une science morale, Paris : Raisons d’agir Éditions.

ANDERSON Benedict, 2002, L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris : La Découverte.

APPADURAI Arjun, 2005, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris : Payot.

ARNSPERGER Christian, Philippe VAN PARIJS, 2003, Éthique économique et sociale, Paris : La découverte, coll. « Repères ».

BADIOU, Alain, 2003, L’éthique. Essai sur la conscience du mal, Caen : Nous.

BENNIS, Warren G., 1975, Le développement des organisations, sa pratique, ses perspectives et ses problèmes, préface de H. C. de Bettignies, Paris : Dalloz.

BOSCHE, Marc, 1984, « “Corporate culture” : la culture sans histoire », Revue française de gestion, 47-48 : 29-39.

BERLIN, Isaiah, 1988 [1969], Éloge de la liberté, Paris : Calmann-Lévy.

BOAS, Franz, 1919, « Correspondence : Scientists as Spies », The Nation, 109, 2842 (December).

BONTE, Pierre, 1991, « Questions d’éthique en anthropologie », Sociétés contemporaines, 7 : 73-85.

BROWNE E., Katherine, 2009, « Economics and Morality : Introduction », in Economics and Morality. Anthropological approaches, Katherine Browne E & Lyne Milgram B., éd., New York : SEA Monographs, p. 1-40.

BROWNE E. Katherine & Lyne MILGRAM B., éd., 2009, Economics and Morality. Anthropological approaches, New York : SEA Monographs.

CAILLÉ, Alain & Stéphane DUFOIX, éd., 2013, Le Tournant global des sciences sociales, Paris : La Découverte, coll. « Bibliothèque du MAUSS ».

CANTO-SPERBER, Monique & Ruwen OGIEN, 2006, La Philosophie morale, Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? ».

CANTO-SPERBER, Monique, 2012, « Des valeurs partagées par toutes les cultures. Rencontre avec Monique Canto-Sperber », propos recueillis par Catherine Halpern, La morale. Éthique et sciences humaines, Auxerre : Sciences Humaines Éditions, p. 196-202.

CAPLAN, Pat, 2003, « Introduction : Anthropology and ethics », in The Ethics of Anthropology. Debates and Dilemmas, Cat Caplan, éd., Londres & New York : Routledge, p. 1-34.

CARDOT, Fabienne, 2006, L’éthique d’entreprise, Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? ».

DROIT, Roger-Pol, 2009, L’éthique expliquée à tout le monde, Paris : Seuil.

EDEL, May & Abraham EDEL, 2000 [1968], Anthropology & Ethics, the Quest for Moral Understanding, Piscataway, New Jersey : Transaction Press.

FASSIN, Didier & Jean-Sébastien EIDELIMAN, éd., 2012, Économies morales contemporaines, Paris : La Découverte, Bibliothèque de l’Iris.

FASSIN, Didier & Wiktor STOCZKOWSKI, 2008, « Should Anthropology be Moral ? A Debate », Anthropological Theory, 8 : 331.

FASSIN, Didier, 2008, « Beyond good and evil ? Questioning the anthropological Discomfort with morals », Anthropological Theory, 8, 4 : 333-344.

FASSIN, Didier, 2010, La Raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent, Paris : éditions de l’EHESS.

FAUBION D., James, 2011, An anthropology of ethics, Cambridge : Cambridge University Press.

FOUCAULT, Michel, 1984, Histoire de la sexualité II. L’usage des plaisirs, Paris : Gallimard.

GALLENGA, Ghislaine, 1993, « La notion de culture d’entreprise dans la littérature managériale. Une critique ethnologique », L’Uomo, 6, 1-2 : 135-147.

HEINZ, Monica, éd., 2009, The Anthropology of Moralities, New York, Oxford : Berghahn Books.

HOWELL, Signe, éd., 1997, The Ethnography of Moralities, Londres & New York :
Routledge, European Association of Social Anthropologists.

MARZANO, Michela, 2008, L’éthique appliquée, Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? ».

MASSÉ, Raymond, 2009, « Présentation : l’anthropologie face à la morale et à l’éthique », Anthropologie et Sociétés, 33, 3 : 7-19.

MERCIER, Samuel, 2004, L’éthique dans les entreprises, Paris : La Découverte, coll. « Repères ».

MORIN, Edgar, 2004, Éthique. La méthode 6, Paris : Seuil.

RUSS, Jacqueline & Clothilde LEGUIL, 2008, La pensée éthique contemporaine, Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? ».

SAHLINS, Marshall, 2007, « Marshall Sahlins on Anthropologists in Iraq (an Open Letter to the New York Times) », consulté sur Internet (http://savageminds.org/2007/10/11/marshall-sahlins-onanthropologists-in-iraq/), le 27 novembre 2011.

SAHLINS, Marshall, 2013, in « A Protest Resignation », interview de Serena Golden, 25 février 2013, Inside Higher Ed, consulté sur Internet le 26 février 2013, http://www.insidehighered.com/news/2013/02/25/prominent-anthropologist-resigns-protest-national-academy-sciences.

SALMON, Anne, 2007, La Tentation éthique du capitalisme, Paris : La Découverte.

SAYER, Andrew, 2005, The Moral Significance of Class, Cambridge : Cambridge University Press.

THÉVENET, Maurice, 1986, Audit de la culture d’entreprise, préface d’A. Chevalier, Paris : Les Éditions d’Organisation.

ZIGON, Jarrett, 2008, Morality : An Anthropological Perspective, Oxford, New York : Berg.

Haut de page

Notes

1 La déconstruction du discours des gestionnaires fera l’objet d’un autre travail dans un ouvrage collectif en préparation avec Émir Mahieddin Sur le fil. Anthropologie de l’éthique entrepreneuriale.

2 Il ne s’agit pas ici de retracer la généalogie des concepts, encore moins de dresser un panorama des nombreuses acceptions de ces deux termes. Outre que cette entreprise serait gigantesque, elle ne serait d’aucune utilité pour ce propos.

3 Je reviens sur ce point infra.

4 Je souligne.

5 Voir infra.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ghislaine Gallenga, « L’éthique entrepreneuriale : un objet anthropologique ? », Moussons, 21 | 2013, 21-36.

Référence électronique

Ghislaine Gallenga, « L’éthique entrepreneuriale : un objet anthropologique ? », Moussons [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/2095 ; DOI : 10.4000/moussons.2095

Haut de page

Auteur

Ghislaine Gallenga

Aix-Marseille Université, CNRS, IDEMEC UMR 7307, 13094, Aix-en-Provence, France. Ghislaine Gallenga est maître de conférences en anthropologie à Aix-Marseille Université (AMU) et chercheur à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC UMR 7307 CNRS). Elle mène depuis une quinzaine d’années des recherches dans le champ de l’anthropologie de l’entreprise. Ses travaux incluent d’une part des questionnements épistémologiques sur le champ de l’entreprise et, d’autre part, des enquêtes de terrain sur les transformations du service public en Méditerranée, e-mail : gallenga@mmsh.univ-aix.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page