Navigation – Plan du site
Articles

« Nous sommes tous frères ». Les valeurs des Elephants de Brother, club de baseball professionnel à Taiwan

“We are all Brothers”. The Values of Brother Elephants, professional baseball club in Taiwan
Jérôme Soldani
p. 79-99

Résumés

À Taiwan, où le baseball est considéré comme le « sport national », les équipes professionnelles sont la propriété de grandes firmes locales et ne sont pas formellement attachées à une municipalité. Ce sont elles-mêmes de petites entreprises qui proposent, en archétype de société, un mode de fonctionnement interne qui repose sur des valeurs autour desquelles se fédèrent leurs supporters. Basée sur une enquête ethnographique de douze mois, notamment au sein de la formation professionnelle des Elephants de Brother, cette contribution montrera comment celle-ci se donne à voir comme une entreprise structurée autour de valeurs morales entendues comme « traditionnelles » et dont les joueurs de l’équipe sont érigés en parangons. Le modèle d’une famille unie et strictement hiérarchisée est mis en exergue par les propriétaires du club et son iconographie. Mais ces représentations se heurtent à la réalité de la pratique quotidienne et aux affaires de corruption qui sapent régulièrement l’image de la ligue professionnelle taiwanaise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Précision du traducteur. Je remercie Wu Ching-jin et Gwennaël Gaffric pour leur aide dans l’ensembl (...)

Beaucoup de gens se demandent pourquoi la popularité des Elephants de Brother ne se dément pas, et pourquoi il existe toujours un écart [de notoriété1] avec les autres clubs. Bien sûr, de nombreuses raisons expliquent cela : sa belle réputation d’équipe toujours victorieuse, sa bonne tradition de discipline stricte et ses matchs à rebondissements légendaires. Mais l’élément déterminant est certainement l’application et la détermination dans la gestion du club. Voici ce qu’on peut dire : Brother n’est pas un grand consortium, mais depuis vingt ans, il s’enthousiasme pour le baseball sans plainte ni regret. Cette bonne volonté remporte la reconnaissance et l’adhésion de nombreux supporters. Le club de Brother a établi un modèle de responsabilité sociale des entreprises dans le pays. (Extrait d’une brochure pour la célébration du vingtième anniversaire du club des Elephants de Brother ; Wang 2004 : 6, traduit du chinois.)

  • 2 Pour plus de détails sur l’histoire du baseball à Taiwan, voir Yu (2007), Morris (2010) et Soldani (...)
  • 3 Les championnats du monde junior pour les 10-12 ans (inscrits en école élémentaire) qui se jouent a (...)

1Le baseball est introduit à Taiwan au début du xxe siècle par les Japonais qui administrent l’île entre 1895 et 1945 et pratiquent eux-mêmes ce sport depuis les années 18702. Le Parti nationaliste chinois (Kuomintang 國民黨) s’y replie en 1949, après sa défaite face au Parti communiste, et y impose la loi martiale jusqu’en 1987. Au tournant des années 1970, quand le régime de Pékin est reconnu gouvernement légitime de la Chine aux Nations unies, le Kuomintang fait du baseball un instrument de sa diplomatie et un symbole de sa réussite économique. Les jeunes joueurs taiwanais, qui remportent les Séries mondiales de la Little League3 à dix-sept reprises entre 1969 et 1996, deviennent les dépositaires de l’honneur national de la République de Chine et les représentants des valeurs dites « confucéennes » promues par l’État-parti (Sundeen 2001).

  • 4 Le pays connaît une première alternance au sommet de l’exécutif à l’issue de l’élection présidentie (...)

2L’intérêt pour ces compétitions diminue dans les années 1990, avec les changements sociopolitiques et l’avènement d’une ligue professionnelle. Le baseball, surnommé « sport national » (guóqiú 國球), reste cependant le sport le plus populaire du pays. Avec la levée de la loi martiale en 1987, Taiwan s’ouvre sur une période de démocratisation de son régime4 et de libéralisation économique. Ces conditions et le souhait d’entreprises privées d’investir dans les sports conduisent à la fondation d’une ligue professionnelle de baseball, planifiée dès 1987. Sa structure est officialisée en 1989 et la première saison se joue en 1990. C’est une date relativement tardive en comparaison de ses deux modèles, américain et japonais, qui ont respectivement professionnalisé la discipline en 1876 et 1934. Sa structure et son règlement sont volontairement calqués sur le modèle corporatiste de la ligue japonaise avec qui elle partage, aujourd’hui encore, de nombreux points communs (Kelly 2006).

  • 5 La candidature de l’entreprise de construction en bâtiment Farglory (Yuǎnxióng 遠雄‬), par exemple, a (...)

3La Ligue professionnelle de baseball chinoise (Zhōnghuá zhíyè bàngqiú dàliánméng 中華職業棒球大聯盟, en anglais Chinese Professional Baseball League ou CPBL) est une fédération constituée par de grandes entreprises privées qui possèdent chacune un club. La ligue est seule habilitée à accepter ou refuser d’éventuels nouveaux membres. La décision est prise par son directoire, qui examine notamment la « moralité » (dàodé 道德) des candidats (c’est-à-dire la conformité de leurs valeurs avec celles que la ligue assigne au baseball) et certains critères économiques5. À la différence des autres ligues dont le comité est composé de membres choisis à l’extérieur des franchises membres, le Conseil général des gestionnaires (chángwù lǐshìhuì 常務理事會) de la CPBL est uniquement composé des « directeurs généraux » (lǐngduì 領隊) de chaque équipe.

  • 6 Brother est une entreprise d’hôtellerie de luxe qui possède un établissement du même nom sur l’une (...)
  • 7 À l’issue de la saison 2012, Sinon a annoncé son retrait de la ligue à laquelle il participait depu (...)

4La ligue est actuellement composée de quatre clubs : Les Elephants de Brother (Xiōngdì xiàng 兄弟象), les Lions d’Uni-president (Tǒngyī shī 統一獅), les Bulls de Sinon (Xīngnóng niú 興農牛) et les Monkeys de Lamigo (Nàmǐgē táoyuán ‬那米哥桃猿)6. À l’exception de ce dernier, qui reste sous la responsabilité directe de la compagnie propriétaire, tous les clubs ont été récemment constitués en Sociétés à responsabilité limitée (SARL, gǔfèn yǒuxiàn gōngsī (股份有限公司). La CPBL est la seule ligue professionnelle de baseball au monde dont les équipes ne sont pas formellement domiciliées, c’est-à-dire officiellement attachées à une localité. Des tentatives de domiciliation sont cependant conduites par certains clubs. Les Lions enregistrent un important soutien de la population de la ville de Tainan (台南), où se situe le siège de l’entreprise Uni-president. L’équipe des Bulls est la seule de la ligue à faire figurer, depuis quelques années déjà, le nom d’une ville sur les maillots des joueurs, en l’occurrence celui de Taichung (台中) où l’entreprise Sinon a vu le jour7.

5Dans ce contexte, la question de l’attachement du public à une équipe se pose en des termes qui dépassent la seule logique des appartenances locales. Afin de fidéliser leur public, et conformément au rôle éducatif qui est assigné, à Taiwan, à la fois au baseball et aux entreprises, les clubs s’appuient sur la promotion de « valeurs morales » (dàodé jiàzhí 道德價值). De quel ordre sont ces normes et comment sont-elles mises en œuvre au sein des clubs ? Comment se négocient-elles entre les directions de ces entreprises, qui entendent les imposer, et leurs clients (les supporters), qui en sont le cœur de cible ?

6Le but de cette contribution est d’éclairer le monde des entreprises à Taiwan en se concentrant non pas sur les aspects économiques ou financiers, pour lesquels il existe déjà pléthore de travaux (en mandarin et en anglais surtout), ni sur leur image marketing, mais plutôt sur le champ de leurs valeurs, mobilisant des convictions profondes et faisant entrer en ligne de compte l’idéologie. L’éthique entrepreneuriale doit se comprendre ici comme la négociation de ces valeurs dans la relation triangulaire qui se noue entre la direction, les membres de l’équipe et les supporters.

7Les observations, les éléments de discours et l’iconographie présentés dans ce texte ont été recueillis au cours de douze mois d’enquêtes ethnographiques, entre 2006 et 2010, au sein du club professionnel des Elephants de Brother (dont j’ai partagé le quotidien à l’entraînement, à l’hôtel, au dortoir et dans le bus de l’équipe) et auprès de ses supporters (durant les matchs notamment). Il sera question ici de la mobilisation des valeurs morales, qui font autant l’objet d’instrumentalisations que de convictions profondes. De quelles manières ces valeurs sont-elles rappelées, et à quelles fins sont-elles fixées par le club ? Quelle place occupe la famille dirigeante dans la production de cette image, posée en modèle de société ? Quelles sont, en conséquence, les dimensions constitutives de la vie quotidienne des joueurs ? Dans quelle mesure appliquent-ils les règles imposées, tacitement ou non, par la direction et à quelles sanctions s’exposent-ils ? En quoi les spectateurs adhèrent-ils aux valeurs affichées ou prennent-ils de la distance avec la politique du club ?

8Après deux décennies d’existence, la ligue reste fragile, à cause notamment des affaires endémiques de corruption, relatives aux matchs truqués et aux paris clandestins (Soldani 2012a : 310-350). Elle est moins attractive que les ligues japonaises et américaines, suivies avec enthousiasme par les téléspectateurs taiwanais. Les joueurs d’origine taiwanaise réputés les meilleurs officient au sein de ces championnats. L’affluence moyenne par rencontre en saison est de 3 000 spectateurs seulement, mais les stades de 20 000 places sont pleins lors des matchs des séries éliminatoires et de finales. La ligue compte également sur la popularité du club des Elephants de Brother, considéré comme le représentant de la « tradition du baseball taiwanais » (Táiwān bàngqiú de chuántǒng 台灣棒球的傳統), et la seule formation à pouvoir aligner plus de supporters que ses rivales dans n’importe quel stade à travers tout le pays.

  • 8 Appadurai définit l’imaginaire comme « une propriété appartenant à des groupes d’individus, et pas (...)
  • 9 William Kelly (2009) souligne, à propos du « style samouraï » prêté au baseball professionnel japon (...)

9Cette « tradition » est revendiquée par le club dans les discours et son iconographie (Wang 2004), mais aussi par les membres de l’équipe et leurs supporters. Elle est souvent décrite comme un mélange du « style japonais » (rìběn fēnggé 日本風格‬) et de valeurs dites « confucéennes » (rújiā jiàzhíguān 儒家價值) dont il s’agira de clarifier la construction dans les discours et les pratiques. Le premier constitue un lien imaginaire, au sens que lui donne Arjun Appadurai8, avec l’héritage de la période coloniale et les évolutions plus récentes du baseball au Japon9. Les secondes font références aux représentations d’une « culture chinoise » (zhōngguó wénhuà 中國文化) et à un modèle familial fondé sur la « piété filiale » (xiàoshùn 孝順) qui définit rigoureusement les devoirs envers les parents et les ancêtres, mais également envers l’État (Cheng 1981 : 21). Ces modèles, et les valeurs qu’ils véhiculent, sont notamment présents dans le système de gestion des clubs.

Faire vivre financièrement un club

10L’entretien d’une équipe professionnelle de baseball est souvent présenté comme un gouffre financier ou, plus ironiquement, comme une œuvre de charité (Yu 2007 : 97). C’est en tout cas une activité peu rentable à la seule considération des bénéfices du club. C’est ce qui explique en partie que peu d’entreprises choisissent de fonder une équipe professionnelle. Faute de public, la recette des entrées n’est pas toujours suffisante pour rembourser le coût de la location du stade pour le match. L’équilibre budgétaire est recherché par la vente de produits dérivés : maillots, vêtements, posters, éventails, brassards, porte-clés, etc. Brother est, à ce jour, le seul club à avoir enregistré des bénéfices au terme d’une saison : c’était en 2003, l’année d’un troisième titre de champion consécutif. Il est difficile d’évaluer cependant les bénéfices en termes d’image pour ces grands groupes qui disposent pour la plupart d’un capital à côté duquel ce coût peut paraître dérisoire, mais il est certain que les enjeux ne sont pas les mêmes pour les uns et les autres.

11Les supporters des Elephants n’hésitent pas à vanter les mérites de leur club favori en évoquant l’inégalité du combat sur le terrain économique face à des géants comme Uni-president ou Lamigo qui disposent de moyens financiers considérables. Ils se sont notamment vu octroyer respectivement un bail pour les stades de Tainan et de Taoyuan (桃園) par les administrations locales et en ont fait de véritables supports publicitaires pour les produits de la firme principale. Brother n’a jamais pu obtenir un tel droit dans un stade de la capitale ou alentour, faute de moyens et en raison de la concurrence d’autres clubs mitoyens, aujourd’hui disparus. Sa principale activité étant l’hôtellerie de luxe, limitée à un seul établissement dans le centre de la capitale, Brother n’a pas les mêmes intérêts économiques en termes d’enjeux publicitaires. C’est une manière aussi, pour les propriétaires du club, de souligner leur désintéressement dans une activité qui est de notoriété peu lucrative en ce qui concerne le retour sur investissement. À défaut de se montrer économiquement rentable, l’entretien d’une équipe professionnelle de baseball est présenté comme une forme de mécénat dans une activité socioculturelle de première importance, surtout dans sa dimension éducative. Brother aura investi en vingt ans la somme, considérable à Taiwan, de 500 millions de dollars taiwanais (environ 12,5 millions d’euros) (Wang 2004 : 159).

  • 10 La chaîne de télévision Videoland (Wěilái 緯來 qui retransmet les rencontres depuis 1997, reverse en (...)

12Les droits de retransmission télévisée sont la principale source de revenus des clubs, avec au maximum 46 millions de dollars taiwanais (environ 1 million d’euros) par an et par équipe10. Viennent ensuite les différents sponsors, qui sont le plus souvent de grandes entreprises partenaires avec lesquelles le propriétaire du club entretient des relations privilégiées d’« entraide » (rénzhù 人助) (Guiheux 2002 : 206-208). Celles-ci dépassent le simple sponsoring en ce qu’elles se déploient autour de réseaux d’interconnaissance et de relations interpersonnelles entre grands entrepreneurs qui nouent parfois des alliances matrimoniales. Les noms des partenaires et leurs produits sont affichés sur les équipements des sportifs et sur des pancartes publicitaires autour du terrain pendant les rencontres que les dirigeants de ces grands groupes partenaires sont parfois invités à ouvrir. Des événements les associant au club sont organisés par ce dernier dans et autour du stade lors des matchs. Les enjeux publicitaires autour des Elephants concernent en priorité ces partenaires qui soutiennent financièrement le club en retour.

13Le samedi 23 septembre 2006, un forum de l’emploi est organisé à l’extérieur du stade avant que ne s’y joue une rencontre entre les Elephants et les Bulls. Il est coordonné par Brother et l’un de ses principaux sponsors, la société 1111, spécialisée dans le recrutement et l’intérim. Des vedettes de l’équipe saluent la foule derrière un étal où sont déposés des curriculums vitae que des employés de 1111 aident à remplir. Une cinquantaine d’employés de 1111 sont ensuite invités à suivre gratuitement la rencontre et à supporter les Elephants. Brother fait ainsi valoir non seulement son devoir d’« entraide » entre partenaires économiques, mais aussi son implication dans la vie sociale en promouvant l’emploi.

14Pour rentabiliser ses investissements et structures, Brother organise des camps de vacances payants sur son terrain d’entraînement à Longtan (龍潭), situé à une cinquantaine de kilomètres au sud de Taipei (台北), pour enseigner aux enfants le baseball et ses vertus, ainsi que leur faire rencontrer leurs vedettes. En tant que ressource publicitaire et principal objet proposé à la vente, bien plus que les résultats et le spectacle des rencontres, l’image du club est particulièrement soignée. Elle est aussi, en l’absence de domiciliation formelle, un moyen de structurer les appartenances et de renforcer l’attachement des supporters à l’équipe autour de valeurs communes. Brother, qui compte de nombreux soutiens à travers tout le pays, est le club qui cherche le moins à s’inscrire dans une dimension locale, tandis que ses adversaires profitent de cet espace laissé par le club le plus populaire de la ligue pour gagner des supporters à leur cause. La famille Hung (洪), qui a fondé et possède toujours le club de Brother, occupe une place de premier ordre dans la relation entre les spectateurs et son équipe, comme dans le développement récent du baseball à Taiwan.

Une affaire de famille

  • 11 L’éléphant comme animal emblématique, sans aucun lien particulier avec une quelconque mythologie ou (...)

15L’équipe de baseball de l’hôtel Brother (Xiōngdì fàndiàn bàngqiúduì 兄弟飯店棒球隊) voit le jour le 1er septembre 1984, en tant que formation amateur. Le club prend le nom de Brother Elephants11 lors de sa professionnalisation en 1990 et devient une société à responsabilité limitée en 2007 (SARL Brother Elephants, Xiōngdì Xiàng gǔfèn yǒuxiàn gōngsī 兄弟象股份有限公司). L’entreprise compte environ quatre-vingts employés, dont plus de la moitié sont des joueurs, une dizaine d’entraîneurs et préparateurs physiques, et moins d’une vingtaine de personnes travaillant pour son fonctionnement (transport, billetterie, boutique, administration, site internet, etc.).

16L’histoire du club est étroitement liée à celle de ses propriétaires. Brother est dirigé par Hung Teng-sheng (洪騰勝) considéré à Taiwan comme « le père du baseball professionnel » (zhíbàng zhīfù 職棒之父) en raison de sa contribution déterminante à la création de la ligue. Il est l’aîné d’une fratrie de cinq frères et trois sœurs, originaires de Tainan, dans le sud de l’île. Dans les années 1950, son père, Hung Chao (洪朝) ouvre à Tainan une usine fabriquant des machines à coudre destinées à l’exportation pour la société japonaise Brother. Hung Chao n’est pas joueur de baseball lui-même, mais il soutient les membres de son entreprise qui s’y adonnent lors de leurs jours de repos. Il crée l’équipe Huanan (華南), du nom de sa société, et encourage ses propres enfants à pratiquer ce sport (Wang 2004 : 9).

17Lycéen, Hung Teng-sheng devient membre de l’équipe Huanan. Il part ensuite à Taipei pour y étudier le commerce à l’Université Nationale de Taiwan (Guólì Táiwān Dàxué 國立台灣大學)la plus prestigieuse du pays. Il fonde plus tard une société de commerce important des machines à écrire de la même entreprise japonaise Brother. En 1975, à la suite des incitations gouvernementales pour le développement des infrastructures touristiques, il diversifie ses activités et ouvre, en association avec ses frères, un hôtel du même nom dans le centre-ville de Taipei, essentiellement pour accueillir des visiteurs japonais. Toujours passionné de baseball, Hung Teng-sheng continue de jouer régulièrement avec ses employés et sa famille.

18Son entreprise hôtelière ayant trouvé une certaine stabilité économique au début des années 1980, il fonde, en 1984, une équipe de baseball amateur qui recrute des joueurs sortis des universités ou du service militaire. En 1985, il achète un terrain à Longtan, dans le comté de Taoyuan, pour y faire construire un stade de baseball, inauguré l’année suivante. Il est souvent rapporté que Hung aurait sacrifié l’opportunité de bâtir un second hôtel afin de réaliser son rêve de posséder son propre stade pour jouer en famille et avec ses employés. Le stade de Longtan, qui accueillait dans les années 1990 des rencontres de la ligue professionnelle, sert aujourd’hui de terrain d’entraînement pour les professionnels et de terrain de jeux pour la famille Hung et les employés de l’hôtel (masculins uniquement) qui s’y rendent tous les mardis après-midi de l’année, sauf celui de la semaine de la Fête du Printemps. Il est dit que ce rendez-vous hebdomadaire ne serait pour rien au monde annulé, pas même en cas de typhon (Wang 2004 : 10). Les employés de l’hôtel ont toujours la priorité pour l’accès au terrain. Même les professionnels doivent trouver des espaces à l’extérieur pour poursuivre leurs exercices quand les premiers viennent pratiquer.

19Les cinq frères Hung forment une famille d’entrepreneurs dont l’implication dans le baseball est reconnue et sert l’image de l’équipe Brother. Le second frère, Hung Teng-jung (洪騰榮), possède une société de vente de pièces détachées pour automobiles. Le troisième, Hung Jui-lin (洪瑞麟) a repris l’entreprise du père aujourd’hui disparu. Tous deux sont des mécènes reconnus du milieu sportif taiwanais. Hung Jui-ho (洪瑞河), le quatrième, est aujourd’hui le propriétaire de l’équipe professionnelle des Elephants. Le plus jeune des cinq frères, Hung Chie (洪杰), a activement épaulé l’aîné lors de la fondation de la CPBL, ainsi que dans la gestion de l’hôtel Brother. Le second et le cinquième jouent encore avec les employés de l’hôtel. L’aîné, trop âgé, souffre du bras. Le troisième vit trop loin, à Tainan. Quant à Hung Jui-ho, il s’est vu interdire par son médecin la pratique du baseball, à la suite d’un infarctus sur le terrain de Longtan, en pleine partie du mardi après-midi.

  • 12 La famille Hung reprend ainsi les canons locaux du fonctionnement des grandes entreprises. Celles-c (...)

20Le club de Brother se présente comme une entreprise familiale. Son siège, sa seule boutique officielle, les dortoirs des joueurs taiwanais et les appartements des joueurs étrangers sont concentrés dans différents bâtiments autour de l’hôtel Brother, situé sur la rue de Nankin Est (Nánjīng dōnglù 南京東路) l’une des principales artères de la capitale. Depuis 2008, Hung Jui-ho, qui n’a pas de fils, associe deux de ses trois filles dans les affaires du club. L’aînée, Hung Yun-ling (洪芸鈴), conseille son père sur le nouveau visage que doit prendre l’entreprise. Elle en était à la fois la directrice et la responsable de l’information, jusqu’à ce qu’elle succède à son père à la présidence du club en décembre 2011. La plus jeune, Hung Ling-ya (洪鈴雅), est chargée des relations publiques de l’équipe et de l’organisation de rencontres avec les supporters. Elle est devenue depuis la directrice commerciale de l’équipe. Plus qu’une entreprise familiale, c’est un modèle de famille répondant aux canons de la piété filiale « confucéenne » que donnent à voir les patrons de Brother12.

« Un modèle de responsabilité sociale »

  • 13 Ce sont les couleurs de Brother, dont la dominante est sans conteste le jaune (vif et doré). Le cho (...)

21Le logotype du club, qui est aussi celui de l’hôtel, joue à la fois sur l’image et sur les transcriptions en anglais. Ce symbole contient un remarquable faisceau de significations, qui s’est construit dans le temps et que le club tente de rappeler dès que possible. Il s’agit de cinq « H », pour les cinq frères Hung, fondateurs de l’hôtel Brother, dont la translitération du nom chinois en anglais commence par un « H ». Ils sont également associés à cinq vertus édictées en anglais dans le texte : Health, Honor, Harmony, Honesty, Humility (hygiène, honneur, harmonie, honnêteté, humilité) (Wang 2004 : 157). La page d’accueil de la version anglaise du site internet du club (voir fig. 1) précise que le « 5H est plus qu’un symbole, c’est une tradition et l’esprit de l’hôtel Brother et des Elephants de Brother ». Chacune des lettres est reliée à deux autres par ses branches inférieures de sorte à former les cinq pétales d’une fleur de prunier (méihuā‭ 梅花) jaune et noire, aux couleurs de l’équipe13. La fleur, qui éclot en hiver et résiste au froid, symbolise la résistance et la persévérance, fait écho à une certaine conception du baseball à Taiwan, où les joueurs de tous âges s’adonnent à des entraînements répétitifs et épuisants par tous les temps. La possibilité de triompher jusqu’à la dernière seconde, selon les propriétés formelles du jeu, est aussi une incitation au prolongement de l’effort. La fleur de prunier renvoie enfin à la fidélité envers la République de Chine dont elle est l’emblème (Destrebecq 2002 : 206-207).

22Le recours à une maxime de quelques mots pris comme valeurs cardinales, telles que celles résumées par les cinq « H », est courant dans les entreprises taiwanaises. À Tainan, dont la famille Hung est originaire, les entreprises se réfèrent souvent aux quatre principes : « diligence, frugalité, honnêteté et fidélité » (qín jiǎn chéng xìn 勤儉誠信) (Guiheux 2002 : 198). Leur définition est suffisamment flexible pour en modifier le sens selon le contexte et l’adresse. La promotion de valeurs, localement considérées comme traditionnelles, qui favorisent la paix, l’harmonie et l’entente, qui substituent l’entreprise à la famille et le patron à un père, est aussi une façon de justifier des pratiques qui en sont largement éloignées (stricte hiérarchisation, cloisonnement entre dirigeants et employés) et des conditions de travail difficiles (dureté des tâches, longueur des journées, salaires peu élevés et difficilement négociables) (Guiheux 2002 : 198-199).

Fig 1 : Page d’accueil en anglais du site internet des Elephants de Brother

Fig 1 : Page d’accueil en anglais du site internet des Elephants de Brother

Source : http://www.brothers.com.tw/​en/​5H.php?cate=eh, consulté le 10/02/2013. Reproduit avec l’aimable autorisation de Brother Elephants.

23L’emploi courant de maximes souligne un projet commun à de nombreux entrepreneurs taiwanais : « faire de leur entreprise un microcosme de la société taiwanaise, qui en soit exemplaire aux yeux de l’extérieur, ou qui fasse modèle pour le pays » (Paix & Petit 1991 : 30). Il entre en résonance avec une certaine définition de l’éthique d’entreprise comme construction de normes et de valeurs affichées répondant à une demande sociale par l’affirmation de leur responsabilité sociétale et la formalisation des principes du travail collectif (Cardot 2006). Cette codification la rapproche de la « culture d’entreprise », qui n’est pas une catégorie analytique, mais fonctionne plutôt comme un règlement moral édicté par la direction pour légitimer son organisation du travail et son image (Cuche 2004 : 99). Le club de Brother revendique ainsi, comme stipulé dans l’extrait en exergue de cet article, avoir « établi un modèle de responsabilité sociale des entreprises dans le pays » (Wang 2004 : 6), et répond en cela à une attente de l’État vis-à-vis des grands groupes privés.

  • 14 Le contrôle familial des entreprises taiwanaises peut s’expliquer, d’une part, par les structures s (...)

24Le gouvernement nationaliste en repli à Taiwan à partir de 1949, souhaitant légitimer son pouvoir par la démonstration de sa compétence économique et préférant le dirigisme économique à l’étatisation, a très tôt délégué aux entreprises privées une partie de « la charge d’encadrer la population – voire de lui dispenser un enseignement moral et politique – puis celle de représenter le régime dans l’arène internationale » (Paix & Petit 1989 : 20). Cette relation n’a jamais entamé pour autant une volonté d’indépendance des entreprises à l’égard du pouvoir, notamment par le contrôle familial sur les affaires14. La conception des rapports sociaux internes à l’entreprise où le patron occupe symboliquement la place du père relève aussi de cette tension (Paix & Petit 1989 : 3-4). Ce statut lui confère une position de force dans les négociations avec ses employés.

25Ce mode de gestion, propre aux entreprises taiwanaises, s’étend, dans une certaine mesure, aux équipes de baseball professionnelles. Contrairement aux équipes des ligues américaines et japonaises qui sont des franchises attachées à une ligue professionnelle qui régit leur fonctionnement, les formations de la CPBL sont des clubs sous la gestion directe des entreprises qui en sont propriétaires, la ligue taiwanaise étant elle-même dirigée par celles-ci. Une telle configuration laisse une marge de manœuvre importante aux patrons qui édictent leurs conditions aux membres du club, qui sont leurs employés. La réglementation de la ligue, particulièrement souple, leur laisse toute latitude pour négocier en position de force les contrats des joueurs et des entraîneurs.

  • 15 La situation des joueurs étrangers est encore plus précaire, même s’ils jouissent souvent d’un sala (...)
  • 16 Seul Chen Chin-feng (陳金鋒), batteur vedette des Monkeys de Lamigo, dispose, en vertu des clauses de (...)

26Les joueurs de baseball professionnels taiwanais ne disposent, pour la grande majorité, que d’un contrat d’un an renouvelable d’une saison sur l’autre15. Sauf exception16, ils n’ont pas d’agent pour la négociation de leur salaire et de leurs primes qui se fait à huis clos et ne doit en principe pas être rendue publique, au bénéfice de la direction qui peut plus librement imposer ses conditions. Ils ne peuvent choisir de quitter leur équipe pour une autre qu’au terme de dix années passées avec le club, autant dire la quasi-totalité de leur carrière.

  • 17 Hung s’était retiré à la suite de l’affaire de corruption qui toucha les membres de son équipe en 2 (...)

27Le patron rappelle sa position en montrant qu’il dirige lui-même les affaires de son entreprise et se conforme aux valeurs morales affichées. Hung Jui-ho fait ici figure d’exemple. Il est le seul propriétaire de club (dǒngshìzhǎng 董事長) – ou communément « patron » (lǎobǎn 老闆) – qui occupe aussi la fonction de directeur général (lǐngduì)17. Lorsqu’il assiste à une rencontre, il prend généralement place dans les tribunes, parmi les spectateurs, le plus souvent vêtu d’un jean et d’un polo. Cette démonstration de frugalité ne s’applique cependant pas à sa voiture de luxe. Il est célèbre pour ses sorties médiatiques où il défend son équipe et dénonce les faiblesses structurelles de la ligue. Il est coutumier des appels téléphoniques à l’entraîneur durant les matchs pour faire valoir son point de vue sur la gestion de la rencontre. C’est un aspect peu apprécié du corps des entraîneurs qui le perçoivent autant comme une intrusion qu’une remise en question de leur compétence et de leur autorité auprès des joueurs. Hung attend de ces derniers qu’ils se comportent droitement et n’est pas avare de remontrances, parfois publiques, lorsqu’il juge que les limites de la bienséance ont été franchies, par exemple si un joueur se comporte irrespectueusement envers un arbitre sur le terrain ou s’il est surpris en boîte de nuit.

Les hommes au travail

28La première exigence imposée aux joueurs est celle du « travail » (gōngzuò 工作), ou plus précisément la démonstration publique qu’ils sont durs à la tâche. Cette dimension n’est pas absente du baseball professionnel américain où la qualification par les joueurs de leur activité comme « travail » (work) est bien documentée (Will 1991). Mais leur pratique et leur vision du professionnalisme montrent d’importants écarts avec celles des Taiwanais (Soldani 2010), de ce point de vue beaucoup plus proches de ce que l’on observe au Japon (Whiting 1989). Au cours d’une saison, qui s’étale de mars à octobre, un club dispute plus d’une centaine de rencontres, à raison de quatre ou cinq matchs par semaine. Il en va ainsi à Taiwan, au Japon ou au États-Unis. Mais il n’y a guère de jours consacrés au délassement dans la conception taiwano-japonaise. Les joueurs locaux sont par ailleurs rompus à ce mode de vie et cette activité incessante depuis l’école (Soldani 2012b).

29À l’entraînement, quand un lanceur américain envoie une vingtaine de balles dans la journée, un joueur taiwanais ou japonais en distribue dix fois plus. Nombreux sont les joueurs taiwanais à avoir subi une opération du bras pour en retirer les éclats d’os du coude qui s’y sont disséminés par usure au fil des ans. Ils dénoncent de plus en plus cette pratique excessive qui leur est imposée depuis l’enfance et qui a pour résultat d’écourter leur carrière. Cela ne les empêche pas de railler par ailleurs leurs partenaires américains quittant la piste d’entraînement au bout de quelques balles, les qualifiant parfois, sur un ton espiègle, de « fainéants » (lǎnduò 懶惰), en utilisant son équivalent en anglais lazy pour être sûrs d’être compris.

30Les joueurs américains passent plus de temps dans les salles de musculation et disposent, aux États-Unis, de préparateurs physiques spécialisés. Certains en ont parfois un personnel. Ils n’auraient, de fait, pas tant besoin de muscler leur bras à l’entraînement, quand Taiwanais et Japonais ne sauraient en faire l’économie. Cependant, un tel écart ne peut se justifier par la seule pratique de la musculation. La force physique du bras, dans le cas spécifique des lanceurs, est censée être déjà compensée par un style fondé sur le mouvement du bas du corps (Soldani 2010).

  • 18 Les Han (Chinois) constituent 98 % de la population taiwanaise. Les 2 % restants sont rattachés à l (...)
  • 19 Un proverbe des paysans du nord de la Chine résume cette même idée : « Si l’homme est diligent, la (...)

31Ces entraînements intensifs n’ont pas pour unique fonction la préparation physique et technique. Ils renvoient à d’autres dimensions socioculturelles du travail. Dans la conception chinoise18, un labeur exécuté consciencieusement au quotidien affecte positivement le résultat ou, du point de vue de ce qui est aléatoire, tend à diminuer la part d’impondérable et offre une plus grande probabilité de succès (Harrell 1987)19. Inversement, tout travail effectué avec indigence promet de faillir là où la préparation a manqué d’application. Les joueurs de baseball, américains y compris sur ce point, doutent rarement de l’efficience de ce principe, et quand bien même ce serait le cas, ils préfèrent s’acquitter de leur tâche avec le même zèle que leurs coéquipiers pour éviter tout désappointement.

  • 20 Le hokkien, souvent désigné à Taiwan par le substantif « taiwanais » (táiyǔ 台語, ou tâi-gí en hokkie (...)

32D’autre part, l’assiduité et la diligence sont socialement valorisées à Taiwan, voire font office d’obligation. Dès l’école, l’individu s’inscrit dans une dynamique de travail incessant, avec l’enchaînement des concours pour passer d’une année à une autre, le bachotage extrascolaire (bǔxíbān 補習班) pour la préparation des examens, et la forte pression sociale qui s’exerce sur lui pour la réussite de ses études. Interrogeant le stéréotype de l’« infatigable travailleur chinois » (tireless chinese worker), Stevan Harrell montre qu’il correspond à la recherche du bénéfice familial – et pas uniquement individuel – sur le long terme, et prétend qu’en l’absence d’une telle perspective de profit, l’effort ne serait pas fourni (Harrell 1985 : 224). Dans sa monographie sur le village taiwanais de Kunshen (dans le comté de Tainan), Norma Diamond relève qu’un individu ne faisant pas preuve de diligence au travail, y compris lors des fêtes du calendrier lunaire, est souvent qualifié d’« enfant qui s’amuse » (tshit-thô-gín-á‭ ‬en hokkien20). Cette expression péjorative désigne quelqu’un d’irresponsable, vivant au jour le jour et gagnant sa vie tant bien que mal (Diamond 1969 : 42-45). Inversement, la démonstration publique d’un temps de travail maximal permet d’engranger du prestige social. Si l’exemple de Diamond concerne plus particulièrement le monde paysan, il faut souligner que les parallèles entre celui-ci et le monde du baseball sont nombreux dans les représentations taiwanaises, notamment dans le stéréotype du travail laborieux, répétitif et physique sous un soleil ardent et dans la poussière. Toujours en uniforme, les joueurs de baseball traînent l’image d’individus frustes, recouverts en permanence de poussière et de sueur.

33L’abnégation des joueurs de baseball dans leur entraînement se justifie par l’expression d’un modèle social. Du point de vue américain, cette pratique intensive qui favorise les blessures et dont le résultat n’est pas garanti en termes de performances, est jugée comme irrationnelle, voire contre-productive. Elle est même prohibée par les clubs professionnels américains dont les assurances refusent de couvrir des joueurs s’y adonnant. Du côté taiwanais, comme japonais, elle répond à un ordre de rationalité différent, où priment le social et le symbolique. L’expression « bon boulot » (xīnkǔle 辛苦了, dans le sens de ne pas avoir ménagé ses efforts) est une salutation très répandue chez les joueurs de baseball taïwanais pour signifier la fin d’une journée où un travail « pénible » (xīnkǔ 辛苦) a été accompli avec « sérieux » (rènzhēn 認真), c’est-à-dire en faisant preuve d’ardeur à la tâche.

34En tant qu’anthropologue sur le terrain, parmi des joueurs professionnels, et ne pratiquant pas le baseball moi-même, je ne pouvais participer que par l’exercice de mon propre métier et l’aide que je fournissais en ramassant, avec le reste du groupe, les centaines de balles utilisées durant la journée d’entraînement. J’ai pu expérimenter ces deux expressions comme une reconnaissance de mon propre travail et une forme d’intégration. Ayant observé des semaines durant les entraînements publics de l’équipe au stade de Longtan, j’ai vu ma demande pour enquêter au sein même du club acceptée par le président Hung Jui-ho en partie sur la foi de ma réputation de travailleur « très sérieux » (hěn rènzhēn 很認真). C’est grâce aux couleurs que j’ai prises sous le soleil de Longtan que les joueurs et les entraîneurs ont commencé à m’accepter comme l’un des leurs. C’est parce que j’ai traversé avec eux les longues heures et journées d’entraînement qu’ils qualifient eux-mêmes d’« ennuyeuses » (wúliáo 無聊) par n’importe quelles conditions climatiques, que l’on commença à me saluer pour le travail effectué en clôturant la séance. Ma situation restait cependant très distincte, dans la mesure où je n’étais pas soumis aux mêmes restrictions.

Prescriptions, proscriptions et sanctions

35La valeur publicitaire du club, dont il tire une bonne partie de ses revenus, directement ou non, dépend essentiellement de son image auprès du public. Autour de celle de groupe besogneux, Brother décline tout un spectre de valeurs ayant une portée significative et éducative au sein de la société taiwanaise. Il joue sa réputation sur la démonstration de leur respect par ses membres, y compris les propriétaires. Dans le contexte de l’exposition médiatique du club, cet aspect fait partie du travail de chacun, même s’il est parfois jugé comme une charge supplémentaire indésirable, car ne correspondant pas aux contraintes de la pratique à proprement parler, ou venant s’y ajouter de façon souvent inopportune. Brother met cependant tout en œuvre pour le rappeler comme un élément fondamental de son identité, en conformité avec les dispositions de la ligue. Le troisième article du contrat professionnel qui lie un joueur à n’importe quel club de la CPBL est consacré au « comportement exemplaire » (mófàn xíngwéi 模範行為) qu’il se doit d’observer :

Le joueur reconnaît que : le match de baseball professionnel est l’un des loisirs familiaux les plus importants en République de Chine. Les joueurs de baseball professionnel sont souvent pris comme exemples par les enfants et les adolescents. Par conséquent, le baseball professionnel doit être un sport positif, pur, sain et sans tache. Pour assumer cette importante responsabilité sociale, les joueurs, en plus de fournir un travail diligent, doivent être honnêtes, se maintenir en bonne santé et respecter les dispositions du club et de la ligue. Par leur attitude individuelle, par des matchs propres et par leur esprit sportif, les joueurs se doivent d’être des modèles pour les citoyens de la République de Chine. (Chinese Professional Baseball League, 2008 : 73, traduit du chinois.)

  • 21 Dans un stade de baseball taiwanais, deux tribunes s’opposent face à face, chacune supportant l’une (...)
  • 22 C’est une pratique également courante dans le baseball scolaire et au Japon.

36Les autres clubs se réfèrent moins systématiquement que Brother à ces valeurs, bien que contraints de s’y inscrire pour répondre aux attentes de la ligue. Ils préfèrent présenter un visage plus « moderne » (xiàndài 現代), avec une gestion plus rationnelle de l’effectif, une priorité donnée aux résultats et la mise en avant d’individualités charismatiques, qui servent notamment la promotion des produits de l’entreprise propriétaire. Brother n’hésite pas non plus à faire reposer sa réputation sur des figures emblématiques, joueurs ou entraîneurs, mais elles doivent présenter toutes les vertus prônées en exemple. Au premier rang de celles-ci se trouve le « respect » (zūnzhòng 尊重) envers les coéquipiers, les supporters, les adversaires et leur public. Il se manifeste notamment par la « politesse » (lǐmào 禮貌), comme respect de la hiérarchie sociale et des conventions. À la fin de chaque rencontre qu’ils remportent, les Elephants se présentent face à la tribune adverse21 et s’inclinent pour la saluer avant d’en faire autant avec leur public, puis le terrain lui-même. L’équipe de Brother est la seule à procéder ainsi, tandis que les autres équipes se contentent de saluer leurs supporters avant de quitter le terrain, quelles que soient les circonstances22.

  • 23 En Asie, le bétel (ou noix d’arec) est couramment consommé pour ses propriétés stimulantes, général (...)
  • 24 Il ne s’agit pas forcément de jouer dans les règles. Différentes formes de tricheries – répréhensib (...)

37La « discipline » (jìlǜ 紀律) et le « respect du règlement » (guījǔ 規矩), autant celui du jeu que de la vie en groupe comme équipe, sont constitués d’un ensemble d’interdictions imposées aux joueurs depuis leur scolarité, comme ne pas boire de l’alcool, ni fumer, ni mâcher le bétel23 en aucune circonstance, ou encore éviter les sorties nocturnes. Dans les faits, ces restrictions sont discrètement contournées, en dépit des sanctions financières, le plus souvent des retenues sur salaires, auxquelles s’exposent les contrevenants. Mais ces règles sont appliquées en façade et rappelées publiquement. Bien que me sachant au fait de ces transgressions, l’entraîneur général de l’équipe, dans son rôle de garant de la moralité de son groupe, continuait de m’énoncer ces proscriptions par le menu au début de mon enquête. En aparté, ces interdictions morales et les sanctions qui les accompagnent sont parfois tournées en dérision par des membres de l’équipe qui les trouvent inappropriées en raison du décalage qu’elles comportent avec leur quotidien. Il est sous-entendu par là que le rôle de modèle que le club leur assigne ne correspond pas exactement à la mission qu’ils estiment être la leur, à savoir se comporter en professionnels : s’acquitter d’une préparation minutieuse, jouer sur le terrain avec le sérieux nécessaire pour remporter la rencontre24, gagner et perdre faisant partie du métier. L’image publique du club, définie par sa responsabilité sociale, ne correspond pas systématiquement à l’idée que les joueurs se font de leur profession.

  • 25 Le baseball n’est pas la seule activité affectée par les paris et l’emprise des organisations crimi (...)

38Certaines retenues sur salaire viennent sanctionner une répétition d’erreurs commises sur le terrain au cours du même match. Ces pénalités, préétablies par le club et affichées jusque dans le dortoir des joueurs, ne sont pas faites pour motiver leurs performances. Il s’agit de les décourager de tricher pour le compte de bookmakers, eux-mêmes liés à de puissantes organisations criminelles solidement implantées à Taiwan (Chin 2003)25. Les affaires de paris et de matchs truqués impliquant un grand nombre de joueurs et d’entraîneurs (y compris des Elephants), de figures politiques locales et de membres de la police, ne cessent d’éclabousser la CPBL depuis le milieu des années 1990 (Yu 2007 : 119-125 ; Morris 2010 : 144-148). Ils sont la raison généralement avancée pour expliquer la désertion des gradins que la ligue a connue ces dernières années.

  • 26 Les équipes et compétitions scolaires sont également sujettes aux paris et à la corruption des joue (...)

39S’agissant le plus souvent de faire perdre son équipe, les coupables ont rompu le contrat moral les liant au public, voire à la société dans son ensemble, et sont généralement considérés comme des traîtres par les supporters, parmi lesquels se trouvent aussi des parieurs. Les sanctions pécuniaires n’ont jusqu’ici guère eu raison de la corruption endémique qui touche le milieu du baseball professionnel26, pas plus d’ailleurs que la solidarité qui structure une équipe et tend au contraire à en favoriser la propagation et à la couvrir, ou la menace de radiation à vie pour tous ceux qui sont convaincus de tricherie ou de proximité avec le milieu des paris. Une véritable paranoïa s’est emparée des clubs qui ont laissé la surveillance de leurs joueurs et entraîneurs aux soins de la police et de la justice (caméras dans les dortoirs, écoutes téléphoniques, etc.). Depuis 2009, date du dernier scandale à l’issue duquel Brother a dû se séparer de la moitié de son effectif et de ses entraîneurs, chaque club est entré en relation étroite avec un procureur local (Soldani 2012a : 226-235).

« Esprit Brother » ou « esprit Elephants » ?

40Depuis cet incident, Hung Jui-ho exhorte les supporters à dénoncer les déviances de ses joueurs qu’ils auraient pu surprendre, allant de la cigarette fumée dans la rue à la relation extraconjugale ou la fréquentation d’individus suspects. Un formulaire à compléter a été déposé à cet effet sur une page du site internet du club, dans la section dédiée aux fans. Hung le fait précéder d’un paragraphe expliquant les critères qui, selon lui, président depuis toujours au recrutement de ses joueurs. Il commence son exposé par la maxime : « la conduite morale distingue le bien du mal, une pratique sérieuse détermine la victoire ou la défaite » (rénpǐn dìng yōuliè, kǔliàn jué shèngfù 人品定優劣,苦練決勝負27).

41Brother est en étroite relation avec ses supporters qui sont les premiers destinataires et les vecteurs des valeurs morales affichées par le club. Ils sont aussi ses principaux clients. C’est d’autant plus important que le club recherche un équilibre financier qui dépend essentiellement de leur nombre, de leur fidélité et de leur consommation. Il garde la haute main sur leurs activités. L’aval du club est nécessaire à la création de groupes de supporters locaux (hòuyuánhuì ‮ +‬後援會). Il en dispose à travers tout le pays. Un employé de l’entreprise se charge des relations avec ces groupes. Avant chaque rencontre, il leur apporte tambours et étendards, éléments nécessaires à l’animation d’une tribune taiwanaise (Soldani 2011b). Il faut noter que ces grands drapeaux, manipulés à chaque match, portent exclusivement le nom de l’entreprise (Brother) et non celui de l’équipe (Elephants), ce qui n’est pas toujours le cas pour les autres clubs.

  • 28 Cette expression apparaît textuellement dans les Entretiens de Confucius, Livre XII, verset 5 (Chen (...)
  • 29 Cette chanson est écrite en mars 2002 par Lin Kuo-jung (林國榮) et Chueh Chia-hsing (闕家興). Ses paroles (...)

42Brother a construit toute une rhétorique autour de la fraternité qui associe également les supporters. L’un des principaux slogans du club, « Nous sommes tous frères », joue sur le nom de l’entreprise en anglais (« We are all Brothers »), ou en mandarin (Sìhǎi zhīnèi jiē xiōngdì 四海之内皆兄弟 littéralement « Entre les Quatre Mers, tous les hommes sont frères28 »). Cette relation fraternelle, l’effort (jusque dans la souffrance) et la discipline sont autant de valeurs censées garantir le succès et célébrées dans l’hymne du club, sobrement titré « chanson de l’équipe des Elephants de Brother » (Xiōngdì Xiàng duìgē 兄弟象隊歌29) :

Le drapeau de l’équipe flotte au vent de la victoire
Maîtres de chaque instant
Disciplinés, énergiques, nous voilà, l’équipe des Elephants de Brother
Disséminons aux quatre coins des mers l’enthousiasme de la fraternité
Que l’éclat de nos victoires rayonne du nord jusqu’au sud
Dans le vent et la pluie, sous un soleil de plomb, rien ne peut ébranler notre confiance
Ne faisons plus qu’un dans l’amour fraternel
Écrivons la légende qui n’appartient qu’à nous
Concentrons nos peines et nos efforts
Nos espoirs et nos entraides
Pour accomplir ensemble la mission qui mène au triomphe. (Traduit du chinois.)

  • 30 La notion d’« esprit » s’emploie ici au sens d’« état d’esprit », qui se dit en mandarin jīngshén ( (...)

43En signifiant leur appartenance à ces valeurs communes par l’expression d’« esprit Elephants » (Xiàng hún 象魂), les supporters du club se démarquent de ceux des autres équipes, ainsi que de l’entreprise qui préfère parler d’un « esprit Brother » (Xiōngdì hún 象魂‬30). Cette défiance à son égard s’accompagne de critiques, parfois acerbes, des choix de la direction et de l’attente de résultats au-delà des considérations morales. Certains supporters affichent une préférence pour le frère aîné, Hung Teng-sheng, qui reste pour eux le « vrai » patron et dont la période de direction est rappelée avec nostalgie. Les spectateurs, même s’ils en ignorent certains aspects ou ne peuvent dans certains cas se fier qu’à des rumeurs, ne sont pas forcément dupes du décalage existant entre la réalité de la vie de leurs vedettes et l’image que leur présente le club. Leurs logiques d’appartenance sont donc plus complexes qu’un attachement à des valeurs morales. Elles font intervenir une certaine forme de sociabilité, voire de socialité, une histoire et des choix personnels. Les spectateurs peuvent, selon les circonstances, interpréter un événement ou négocier leurs valeurs à l’aune de leurs propres critères et de la façon dont ils veulent bien les hiérarchiser.

44Au cours de l’été 2005, Tsai Feng-an (蔡豐安), joueur de première base des Elephants, parmi les plus populaires et les plus performants du club, fut subitement renvoyé de l’équipe au milieu de la saison. Le club ne voulut pas donner le motif de son licenciement soudain. Il n’en fallut pas plus pour qu’enfle la rumeur de corruption. En septembre 2006, il s’agissait encore de l’une des principales préoccupations des supporters, qui ignoraient toujours les tenants et les aboutissants de l’histoire. Plusieurs d’entre eux, avant même d’être fixés sur les motifs réels de son exclusion et ne disposant pas de la moindre preuve pour étayer leurs soupçons, entreprirent de dédouaner le joueur présumé coupable. S’il devait de l’argent à des usuriers de la pègre, c’était, d’après eux, pour reconstruire la maison de ses parents, détruite par un tremblement de terre en 1999 dans le comté de Nantou (南投). Cet acte relevant de la piété filiale, il venait compenser à leurs yeux celui de la trahison que constituait la participation à des matchs truqués. Des valeurs présentées comme fondamentales sont donc à replacer dans un jeu complexe où, faute d’être toujours compatibles, elles sont négociées par les acteurs.

Conclusion

45Dans un célèbre chapitre intitulé « Jouer avec la modernité » (« Playing with Modernity »), dans son ouvrage Après le colonialisme (Modernity at Large), Arjun Appadurai décrit le cricket indien comme une forme d’« indigénisation » d’un sport chargé de représentations et des valeurs élitistes de l’empire colonial britannique, au travers de conceptions de la masculinité, du fair-play, du contrôle de soi, du rapport au collectif, de la loyauté, etc. (Appadurai 2005 : 139-168). Ce processus de réappropriation passe par la vernacularisation de la pratique et son imprégnation de valeurs morales et esthétiques, pour faire de valeurs exogènes des marqueurs de l’identité locale. Il nourrit parallèlement l’entreprise de construction de l’État-nation par l’écriture d’une histoire collective insérée dans un monde global et en œuvrant au profit du sentiment national dans les grandes compétitions sportives. Cet exemple partage de nombreux points communs avec celui de la diffusion du baseball à Taiwan (Soldani 2011a).

46Le cas d’une équipe professionnelle taiwanaise de baseball, dans le cadre d’une fédération contrôlée par des grandes entreprises, souligne cependant l’ambivalence du processus. Il n’est pas que le produit d’une « indigénisation » par l’influence conjuguée de « valeurs confucéennes » et de « traditions japonaises », qui sont elles-mêmes des reconstructions très contemporaines et dont la récupération n’est l’apanage ni du sport ni du contexte taiwanais (Vlastos 1998 ; Cheng 2007). Il s’agit aussi d’un ensemble de réinterprétations de celles-ci au travers de choix, de contraintes ou de transformations plus spontanées, selon des logiques propres. Les valeurs familiales et morales, ainsi que l’ardeur au travail, affichées par Brother sont autant un modèle de gestion pour l’entreprise et le collectif que pour la société et la nation. Elles correspondent d’ailleurs, sans cependant être revendiquées dans ce sens par l’entreprise ou le club, au projet de reconstruction de la nation chinoise du Kuomintang, qui vise à transformer les Taiwanais en « citoyens chinois modèles » (hǎo guómín 好國民). Après son repli à Taiwan en 1949, le Parti nationaliste déclina notamment le concept de piété filiale à tous les échelons de la société dans le but d’imposer ordre et obéissance et de mener à bien ses réformes économiques (Chun 1994 : 53-58 ; Morier-Genoud 2007 : 328). Ces valeurs sont avant tout celles qui sont toujours promues dans le baseball scolaire taiwanais et font référence à son modèle japonais pour se démarquer du « style américain » (měiguó fēnggé 美國風格).

47Pour Brother, ces valeurs sont aussi un argument de communication et de vente à des fins plus strictement économiques, un instrument de mise en réseau avec d’autres grandes entreprises et un moyen d’entretenir l’esprit d’équipe ou de contrôle des employés, visant notamment à combattre la corruption. L’exemple de Brother montre cependant que les acteurs en présence (les dirigeants, les joueurs, les supporters) ne sont pas forcément d’accord sur les contours que doivent prendre ces valeurs ou des priorités censées régir leur activité.

48La volonté de maintenir le respect de ces valeurs donne lieu à l’énonciation d’un règlement strict et à l’émergence d’un cadre relativement rigide de leur application. Ces contraintes peuvent être cependant détournées ou contournées, parfois tout simplement ignorées, par les acteurs qui valorisent des besoins plus pratiques de leur quotidien ou dénoncent en aparté l’ineptie de certaines obligations que leur impose la direction du club. La confrontation de ces valeurs avec la pratique souligne qu’elles sont soumises à une dimension éthique qui se définit ici comme la mise en concurrence de plusieurs cadres de valeurs, parmi lesquels les acteurs opèrent des choix en fonction du contexte et de leur position (Massé 2009 : 27).

49Si la conviction des acteurs, y compris celle des dirigeants, ne peut être remise en cause, il faut considérer l’expression des points de vue opposés et les pratiques divergentes des membres du club, ainsi que le recul pris par les spectateurs. L’éthique des Elephants de Brother n’est pas uniquement le fruit des efforts de la direction du club, incarnée par la famille Hung, pour produire une image publicitaire ou un modèle pour la société conforme à certaines valeurs morales ; elle est aussi, et peut-être surtout, le produit de négociations permanentes entre la direction et ses employés – les joueurs et les entraîneurs essentiellement – et entre le club et ses supporters.

Haut de page

Bibliographie

ALLIO, Fiorella, 2000, « Comprendre l’unicité, la multiplicité et le Tout », Perspectives chinoises, 57 : 44-51.

APPADURAI, Arjun, 2005 [1996], Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, traduit de l’anglais par Françoise Bouillot et Hélène Frappat, Paris : Payot.

ARKUSH, David, 1984, « If Man Works Hard, the Land Will not Be Lazy. Entrepreneurial Values in North Chinese Peasant Proverbs », Modern China, 10, 4 : 461-480.

Brother Elephants Official Website, consulté le 10 février 2013, URL : http://www.brothers.com.tw/.

CARDOT, Fabienne, 2006, L’éthique d’entreprise, Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? »

CHENG, Anne, 1981, Entretiens de Confucius (traduction française), Paris : Seuil.

CHENG, Anne, 1997, Histoire de la pensée chinoise, Paris : Seuil.

CHENG, Anne, 2007, éd., La Pensée en Chine aujourd’hui, Paris : Gallimard.

Chinese Professional Baseball League 中華職業棒球大聯 (CPBL), 2008, Zhonghua zhiye bangqiu dalianmeng guizhang 2008 中華職業棒球大聯盟規章 ‬[Les règles de la Ligue professionnelle de baseball chinoise 2008], Taipei : CPBL.

CHUN, Allen, 1994, « From Nationalism to Nationalizing : Cultural Imagination and State Formation in Postwar Taiwan », The Australian Journal of Chinese Affairs, 31 : 49-69.

CUCHE, Denys, 2004 [1996], La Notion de culture dans les sciences sociales, Paris : La Découverte.

DESTREBECQ, Marie-Anne, 2002, « Le symbolisme de la fleur de prunier dans la philosophie, la politique et l’esthétique chinoises des Song à nos jours », Études chinoises, 21, 1&2 : 197-209.

DIAMOND, Norma, 1969, K’un Shen. A Taiwan Village, New York : Holt, Rinehart & Winston.

CHIN, Kuo-lin, 2003, Heijin. Organized Crime, Business and Politics in Taiwan, New York : M.E. Sharpe.

GUIHEUX, Gilles, 2002, Les Grands Entrepreneurs privés à Taiwan. La main invisible de la prospérité, Paris : CNRS.

HARRELL, Stevan, 1985, « Why Do the Chinese Work so Hard ? : Reflections on an Entrepreneurial Ethic », Modern China, 11, 2 : 203-226.

HARRELL, Stevan, 1987, « The Concept of the Fate in Chinese Folk Ideology », Modern China, 13, 1 : 90-109.

KELLY, William W., 2006, « The Hanshin Tigers and the Japanese Professional Baseball », in Baseball without Borders. The International Pastime, George Gmelch, éd., Lincoln : University of Nebraska Press, p. 65-88.

KELLY, William W., 2009, « Samurai Baseball : The Vicissitudes of a National Sporting Style », International Journal of the History of Sport, 26, 3 : 429-441.

MASSÉ, Raymond, 2009, « Anthropologie des moralités et de l’éthique : essai de définitions », Anthropologie et Sociétés, 33, 3 : 21-42.

MORIER-GENOUD, Damien, 2007, « Où en est la pensée taiwanaise ? Une histoire en constante réécriture », in La pensée en Chine aujourd’hui, Cheng Anne, éd., Paris : Gallimard, p. 323-349.

MORRIS, Andrew D., 2010, Colonial Project, National Game. A History of Baseball in Taiwan, Berkeley & Los Angeles : University of California Press.

PAIX, Catherine & Michèle PETIT, 1989, « Espace graphique et pratiques de pouvoir : philosophies d’entreprises à Taiwan, préceptes politiques à Singapour », Strates, 4, consulté le 10 février 2013, URL : http://strates.revues.org/4262.

PAIX, Catherine & Michèle PETIT, 1991, « L’entreprise à Taiwan : le pouvoir des mots », Revue française de gestion, 82 : 28-44.

SOLDANI, Jérôme, 2010, « Partout le même, chaque fois différent. Une interprétation du baseball taiwanais dans le contexte global », Journal des Anthropologues, numéro spécial : Les cultures sportives au regard de la globalisation, 120-121 : 121-148.

SOLDANI, Jérôme, 2011a, « Pourquoi les Taiwanais jouent-ils au baseball ? Étude diachronique d’une diffusion réussie », Ethnologie française, numéro spécial : « Diffusion des sports », 41, 4 : 677-689.

SOLDANI, Jérôme, 2011b, « Du côté des tribunes. Supporter une équipe de baseball professionnelle à Taiwan », Les Cahiers de l’idiotie, numéro spécial : « Baseball », 4 : 65-116.

SOLDANI, Jérôme, 2012a, « La fabrique d’une passion nationale. Une anthropologie du baseball à Taiwan », thèse de doctorat, Aix-en-Provence : Université d’Aix-Marseille.

SOLDANI, Jérôme, 2012b, « L’ethnicité à l’épreuve du quotidien. Ethnographie d’une équipe de baseball lycéenne à Taiwan », Tsantsa, numéro spécial : « Les enfants comme enjeux et comme acteurs. Appartenances, relations interindividuelles et logiques institutionnelles », 17 : 96-105.

SUNDEEN, Joseph T., 2001, « A Kid’s Game  ? Little League Baseball and National Identity in Taiwan », Journal of Sport and Social Issues, 25, 3 : 251-265.

VLASTOS, Stephen, éd., 1998, Mirror of Modernity. Invented Traditions of Modern Japan, Berkeley et Los Angeles : University of California Press.

WANG, Huei-min 王惠民, 2004, Feixiang 20 nian. Xiongdi Xiang gan’en jishi 飛象 20 年兄弟象感恩紀實 [Les Elephants volent vers leurs 20 ans. Une histoire en remerciement des Elephants de Brother], Taipei : Minshengbao.

WHITING, Robert, 1989, You Gotta Have Wa, New York : Vintage Books.

WILL, George F., 1991, Men at Work. The Craft of Baseball, New York : Macmillan.

YU, Junwei, 2007, Playing in Isolation. A History of Baseball in Taiwan, Lincoln : University of Nebraska Press.

YU, Junwei & BAIRNER, Alan, 2010, « Schooling Taiwan’s Aboriginal Baseball Players for the Nation », Sport, Education and Society, 15, 1 : 63-82.

Haut de page

Notes

1 Précision du traducteur. Je remercie Wu Ching-jin et Gwennaël Gaffric pour leur aide dans l’ensemble des traductions du chinois. Je reste seul responsable des erreurs éventuelles.

2 Pour plus de détails sur l’histoire du baseball à Taiwan, voir Yu (2007), Morris (2010) et Soldani (2011a).

3 Les championnats du monde junior pour les 10-12 ans (inscrits en école élémentaire) qui se jouent annuellement à Williamsport (Pennsylvanie, États-Unis).

4 Le pays connaît une première alternance au sommet de l’exécutif à l’issue de l’élection présidentielle de 2000.

5 La candidature de l’entreprise de construction en bâtiment Farglory (Yuǎnxióng 遠雄‬), par exemple, a été plusieurs fois rejetée pour des raisons d’absence de garantie économique.

6 Brother est une entreprise d’hôtellerie de luxe qui possède un établissement du même nom sur l’une des principales artères de la capitale ; Uni-President est un conglomérat alimentaire basé à Tainan, responsable de la distribution et de la gestion de grandes enseignes internationales dans l’île (7-Eleven, Starbucks, Carrefour, etc.) ; Sinon est un fabricant de produits agricoles (engrais, pesticides, etc.) basé à Taichung ; Lamigo, spécialisée dans l’organisation de mariages et de rencontres entre célibataires, est une filiale de La New, fabricant de chaussures de Kaohsiung et propriétaire des Bears depuis 2004.

7 À l’issue de la saison 2012, Sinon a annoncé son retrait de la ligue à laquelle il participait depuis 1995, arguant que son équipe lui coûtait trop cher. Le club a cependant trouvé repreneur auprès de la société E-da (Yìlián jítuán 義联集團), la plus grande entreprise métallurgique du pays qui possède également une université, un hôpital, un parc d’attraction et des hôtels. L’équipe prendra part à la saison 2013 sous le nom de Rhinos (Xīniú 犀牛).

8 Appadurai définit l’imaginaire comme « une propriété appartenant à des groupes d’individus, et pas seulement comme un don individuel » (Appadurai 2005 : 37) et l’imagination comme une « pratique sociale, […] un champ organisé de pratiques sociales, une forme de travail (au sens à la fois de labeur et de pratique organisée culturellement) et une forme de négociation entre des sites d’actants (les individus) et des champs globalement définis de possibles » (Appadurai, 2005 : 68-69).

9 William Kelly (2009) souligne, à propos du « style samouraï » prêté au baseball professionnel japonais, qu’il relève plus des représentations sociales et du discours, éventuellement repris par des commentateurs experts, que de pratiques réelles liées à un ethos culturel. Robert Whiting caractérise ce « style » par la mise en œuvre conjointe de deux concepts, considérée comme indispensable au succès de toutes formes d’organisations collectives au Japon : l’« effort » (doryoku ‬努力) et l’« harmonie » (wa 和). Le premier se matérialise dans les entraînements rigoureux et quasi quotidiens, que les joueurs américains considèrent souvent comme absurdes et inutiles. L’harmonie de groupe donne à l’équipe une configuration « familiale », qui serait par essence différente de celles des équipes américaines (Whiting 1989 : 65-73).

10 La chaîne de télévision Videoland (Wěilái 緯來 qui retransmet les rencontres depuis 1997, reverse en fin de saison une somme fixée préalablement avec la ligue professionnelle. Elle est augmentée ou diminuée en fonction de l’audience moyenne de chaque équipe sur son antenne, sur la base d’une part également prédéfinie. À ce jour, aucun club n’a obtenu la totalité de la somme, faute d’audience suffisante. Brother, qui attire le plus de téléspectateurs, est régulièrement le club le moins pénalisé.

11 L’éléphant comme animal emblématique, sans aucun lien particulier avec une quelconque mythologie ou avec Taiwan, serait un choix par défaut de Hung Teng-sheng, qui aurait laissé la priorité aux trois autres grands patrons parmi une sélection comprenant aussi le dragon, le lion et le tigre.

12 La famille Hung reprend ainsi les canons locaux du fonctionnement des grandes entreprises. Celles-ci sont en effet contrôlées, pour la plupart, par un groupe familial uni par la filiation ou par l’alliance. Elles ne sont pas pour autant sous la férule d’un seul homme qui se présenterait comme le patriarche de la famille. On a le plus souvent affaire à une association d’individus partageant des relations pères/fils ou fraternelles avec, idéalement du moins, un respect de la hiérarchie traditionnelle où le père prime sur le fils, le frère aîné sur ses cadets, les premiers associant les seconds à leur entreprise (Guiheux 2002 : 123-136).

13 Ce sont les couleurs de Brother, dont la dominante est sans conteste le jaune (vif et doré). Le choix du jaune serait celui de Hung Teng-sheng, sous les conseils de l’architecte de son hôtel, sans autres raisons avancées qu’un coup de cœur et la recherche d’une couleur rare et singulière (Wang 2004 : 157).

14 Le contrôle familial des entreprises taiwanaises peut s’expliquer, d’une part, par les structures socioculturelles qui affirment la primauté de la famille en tant que structure fondamentale (jugée notamment plus efficace) et, d’autre part, par le contexte institutionnel d’une planification étatique plus incitative que contraignante, qui se double d’une faiblesse du système bancaire – favorisant le financement privé, notamment familial – et de la réticence à lever des fonds du marché boursier qui placerait l’entreprise dans le giron étatique (Guiheux 2002 : 142-145).

15 La situation des joueurs étrangers est encore plus précaire, même s’ils jouissent souvent d’un salaire mensuel plus élevé (autour de 7 000 dollars américains). Leur santé n’étant pas assurée par les clubs taiwanais, la moindre blessure est synonyme de retour au pays.

16 Seul Chen Chin-feng (陳金鋒), batteur vedette des Monkeys de Lamigo, dispose, en vertu des clauses de son contrat, du droit d’être représenté par un agent. Cette clause avait été négociée en 2005, lors de son retour de la Ligue majeure américaine, où la totalité des joueurs jouissent effectivement de ce droit. Joueur de champ extérieur pour la prestigieuse équipe des Dodgers de Los Angeles depuis 2002, il est le premier joueur d’origine taiwanaise à pratiquer au sein de l’élite américaine, ce qui lui confère une extraordinaire popularité à Taiwan et représentait pour son nouveau club une manne économique qui lui permit de négocier avantageusement son contrat.

17 Hung s’était retiré à la suite de l’affaire de corruption qui toucha les membres de son équipe en 2009, mais reprit les rênes au début de la saison 2011, avant de les quitter de nouveau au profit de sa fille aînée en décembre 2011.

18 Les Han (Chinois) constituent 98 % de la population taiwanaise. Les 2 % restants sont rattachés à la catégorie juridique des « Aborigènes » (Yuánzhùmín 原住民). Ces derniers représentent 30 % des joueurs de la ligue professionnelle taiwanaise (Yu & Bairner 2010) et partagent de nombreuses représentations avec leurs coéquipiers han, notamment en raison d’une longue formation commune (Soldani 2012b).

19 Un proverbe des paysans du nord de la Chine résume cette même idée : « Si l’homme est diligent, la terre ne sera pas paresseuse » (rénqín dì bùlǎn 人勤地不懶) (Arkush 1984 : 467).

20 Le hokkien, souvent désigné à Taiwan par le substantif « taiwanais » (táiyǔ 台語, ou tâi-gí en hokkien), est la langue maternelle de la majorité ethnique hoklo, qui représente entre 70 et 73 % de la population totale de Taiwan (Allio 2000 : 45).

21 Dans un stade de baseball taiwanais, deux tribunes s’opposent face à face, chacune supportant l’une des deux équipes sur le terrain (Soldani 2011b).

22 C’est une pratique également courante dans le baseball scolaire et au Japon.

23 En Asie, le bétel (ou noix d’arec) est couramment consommé pour ses propriétés stimulantes, généralement entouré d’une feuille de bétel et parfois aromatisé au tabac.

24 Il ne s’agit pas forcément de jouer dans les règles. Différentes formes de tricheries – répréhensibles ou non selon le point de vue – sont un expédient non négligeable pour s’adjuger une victoire, qui reste l’objectif de tout sportif professionnel.

25 Le baseball n’est pas la seule activité affectée par les paris et l’emprise des organisations criminelles. Ces dernières fondent leur influence sur de vastes réseaux établis jusque dans les hautes sphères politiques et contrôlent un nombre important de marchés, légaux (investissements immobiliers, entrepreneuriat, etc.) ou non (prostitution, jeux, extorsion, recel, trafic de drogue, etc.) (Chin 2003).

26 Les équipes et compétitions scolaires sont également sujettes aux paris et à la corruption des joueurs et des entraîneurs, donnant au problème une complexité qui dépasse le seul milieu professionnel (Yu 2007 : 137-138).

27 http://www.brothers.com.tw/apply_supervise.php?cate=pd.

28 Cette expression apparaît textuellement dans les Entretiens de Confucius, Livre XII, verset 5 (Cheng 1981 : 96). L’adage exprime un élargissement des sentiments de bienveillance et de confiance, censés caractériser les relations familiales, à l’échelle d’un pays ou de l’ensemble de l’humanité (Cheng 1997 : 71-73).

29 Cette chanson est écrite en mars 2002 par Lin Kuo-jung (林國榮) et Chueh Chia-hsing (闕家興). Ses paroles sont parfois distribuées à l’entrée du stade, par les membres du groupe des supporters du club, les jours de match à fort enjeu. Elles m’ont été données par l’un d’eux, imprimées sur une petite feuille volante, peu avant la sixième rencontre de la finale de l’année 2008, le 1er novembre, au stade de Tainan. La chanson est disponible en libre écoute, sur le site internet des Elephants de Brother : http://www.brothers.com.tw/player_song.php?cate=pl (consulté le 10 février 2013).

30 La notion d’« esprit » s’emploie ici au sens d’« état d’esprit », qui se dit en mandarin jīngshén (精神). Le terme hún (魂), qui signifie initialement « âme », serait un néologisme venant du japonais.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1 : Page d’accueil en anglais du site internet des Elephants de Brother
Crédits Source : http://www.brothers.com.tw/​en/​5H.php?cate=eh, consulté le 10/02/2013. Reproduit avec l’aimable autorisation de Brother Elephants.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2133/img-1.png
Fichier image/png, 403k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Soldani, « « Nous sommes tous frères ». Les valeurs des Elephants de Brother, club de baseball professionnel à Taiwan », Moussons, 21 | 2013, 79-99.

Référence électronique

Jérôme Soldani, « « Nous sommes tous frères ». Les valeurs des Elephants de Brother, club de baseball professionnel à Taiwan », Moussons [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 14 juin 2013, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/2133 ; DOI : 10.4000/moussons.2133

Haut de page

Auteur

Jérôme Soldani

Université d’Ottawa, Chaire d’Études Taiwanaises, Ottawa, ON K1N 6N5, Canada. Jérôme Soldani est docteur en anthropologie à Aix-Marseille Université (Aix-en-Provence), post-doctorant à l’Université d’Ottawa (Canada) attaché à la Chaire d’études Taiwanaises, chercheur associé à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC, laboratoire CNRS, UMR 7307) et membre du Groupe Français de Recherche sur Taiwan (CNRS, GDR n°2991). Ses recherches portent sur les modalités de la diffusion du baseball à Taiwan, les logiques de sa pratique quotidienne par des spécialistes, amateurs (scolaires) ou professionnels, et les processus identitaires dont ce sport constitue une expression au travers de ses différents niveaux de réappropriation. Ces travaux s’appuient sur plusieurs enquêtes ethnographiques, notamment plus de douze mois passés au sein du club professionnel des Elephants de Brother et auprès de leurs supporters, entre 2008 et 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page