Navigation – Plan du site
Comptes rendus

The Perfect Business ? Anti-trafficking and the Sex-Trade along the Mekong, Svere Molland

Honolulu : University of Hawai’i Press, 2012, 277 p.
Laurence Husson
p. 144-146
Référence(s) :

Svere Molland, The Perfect Business ? Anti-trafficking and the Sex-Trade along the Mekong, Honolulu : University of Hawai’i Press, 2012, 277 p.

Texte intégral

1L’expression « traite des personnes » désigne le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace ou le recours à la force ou d’autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre à des fins d’exploitation. Cette exploitation comprend la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitation sexuelle, travail ou services forcés, l’esclavage, la servitude ou le prélèvement d’organes. Même si la traite des personnes n’est pas un phénomène récent et qu’elle s’apparente de près ou de loin au commerce des esclaves, il n’en demeure pas moins qu’elle est devenue un phénomène décrié et en parfaite contradiction avec la morale politique mondiale contemporaine dominante. Et c’est ainsi que ces dernières années on a assisté à une floraison d’articles de presse, de textes de lois nationaux et internationaux, de directives, de plans d’action, de programmes internationaux pour dénoncer et enrayer ce mal.

2L’auteur, qui enseigne actuellement l’anthropologie du développement à l’Université Nationale Australienne (ANU) a une longue expérience de terrain puisqu’il a effectué des recherches et travaillé pendant près de 10 ans dans un programme « anti-traite » des Nations unies pour la région du Mékong.

3Cet ouvrage au titre provocateur décrit à l’aide d’une fine ethnographie les inter-ac-tions complexes qui lient les trafiquants d’êtres humains dans le but d’alimenter le commerce du sexe, les victimes et les ONG « anti-commerce illégal des personnes » le long de la très perméable frontière lao-thaïe. Cette étude a le mérite d’exposer trois réalités, celles des victimes, celle des organismes internationaux qui conceptualisent la traite et les solutions à apporter au problème, et celle des hommes de terrain qui travaillent dans les programmes anti-traite dans le contexte local du commerce du sexe. Et ce faisant, elle soulève les ambiguïtés qu’il y a à vouloir faire coller les définitions juridiques officielles aux réalités de terrain. L’auteur affirme que des questions sans détour ont été le point de départ du livre : qui est la victime et qui est le trafiquant ? Selon qui ? Comment l’enrôlement dans l’industrie du sexe au Laos et en Thaïlande s’opère-t-il ? Ce recrutement est-il conforme à ce qui est décrit dans les rapports des programmes d’aide internationale ?

4L’un des points importants de ce livre est de montrer que les acteurs « anti-traite » ont une vision de la façon dont fonctionne la traite qui n’est pas forcément en adéquation avec les pratiques locales du commerce sexuel. Et l’une des originalités de l’ouvrage est également de montrer que la traite n’est pas le si parfait « business » que tout le monde s’accorde à croire, puisqu’il n’y a en fait que des cas particuliers et beaucoup d’« imperfections » qui sont difficilement prises en compte dans les directives et les stratégies bureaucratiques. Les rapports, les médias, la législation, les ONG et les gouvernements adhérent à une forme idéalisée de savoir sur la question à laquelle ils sont confrontés et qu’ils entendent régler. Svere Molland souhaite aussi nuancer les clichés obligatoirement noirs et sordides sur la traite des personnes puisqu’eux non plus ne reflètent pas forcément la réalité du terrain. Il montre également les limites des programmes « anti-trafic des personnes » et leurs difficultés quotidiennes, et suggère que l’on manque peut-être de données empiriques suffisantes pour attester que la traite des personnes dans cette région est un problème de grande ampleur, orchestré par le crime organisé international et adapté aux lois d’un marché mondial. Sans oser affirmer que le matériel ethnographique recueilli durant son terrain fait mentir les idées reçues sur la question, l’auteur montre quand même qu’elles nécessitent d’être réexaminées. Il s’agit donc de souligner les raisons politico-morales qui donnent une image figée et très orientée de la traite en vue du commerce sexuel. Il s’agit aussi de voir comment cette catégorisation et cette image médiatique officielle se mêlent à la réalité locale des migrations et de la prostitution le long de la frontière lao-thaïe. Et enfin il s’agit de voir comment les programmes anti-traite locaux s’adaptent au terrain comme aux directives, dans des situations toujours mouvantes et différentes.

5Tout le long de ses huit chapitres, le livre alterne des passages théoriques en se servant de l’abondante littérature produite sur la question du servage, de l’esclavage, des relations patrons-clients et de la prostitution, en Thaïlande principalement, et les descriptions ethnographiques de terrain, à savoir les bars, les boîtes de nuits, les hôtels de passe, les réunions d’information et de prévention des risques, les débats entre hommes de terrain, etc. Ainsi de nombreuses études de cas, de récits de vie sont exposés, glanés à Vientiane comme à Nong Khai où l’écrasante majorité des prostituées sont laotiennes, viennent soutenir l’analyse et interroger le lecteur. Les modes de recrutement décrits soulèvent vraiment de nombreuses interrogations puisque même s’il y a mensonge ou omission au moment où la jeune fille ou jeune femme quitte son village pour gagner de l’argent en ville, il y a rarement de la coercition, de la violence après son arrivée dans un beer-shop en ville, etc., et bien souvent la personne finit par accepter de se prostituer de son propre chef, pour gagner plus après une période d’adaptation à la vie de l’établissement. Et dans de nombreux cas, c’est la fille recrutée, devenue prostituée, qui partira, plus tard, à la recherche de nouvelles recrues qu’elle va choisir parmi ses connaissances villageoises. L’examen des tarifs comparés aux salaires locaux plaide en faveur de la prostitution librement choisie plutôt qu’imposée par une quelconque force. Des filles disent souvent éprouver de la reconnaissance, se sentir solidaires vis-à-vis de la mamasan ou du papasan. L’auteur remarque bien souvent des relations familières voire quasi familiales entre les patrons de bar et leurs filles, fruit peut-être de l’isolement et de la dépendance de ces jeunes femmes, des chocs qu’elles endurent, de la violence qu’elles subissent contrebalancée parfois par du réconfort. Si ces sentiments peuvent surprendre l’observateur étranger, ils sont peut-être la manifestation d’un désordre affectif post-traumatique.

6Nombreux sont également les patrons de bar qui affirment qu’ils éprouvent de la compassion et qu’ils aident vraiment des filles dans le besoin en les engageant. Et d’ajouter qu’une fois qu’elles sont habituées au travail, elles ont conscience et sont satisfaites de gagner beaucoup plus d’argent qu’ailleurs.

7Si l’on connaissait déjà la résignation des épouses qui disent préférer que leur mari fréquente une prostituée plutôt qu’une maîtresse attitrée, on apprend ici que bien des filles regrettent d’avoir perdu leur virginité avec un petit ami qui a fini par les abandonner sans les épouser alors qu’elles auraient pu la vendre cher.

8Bref, le lecteur comprend à travers chaque description que les interprétations et analyses sont délicates, que les frontières entre le volontaire et le forcé, le bien, le moindre mal et le mal sont ténues. Les réalités et les situations telles qu’elles sont vécues sont souvent pleines d’ambiguïtés, d’ambivalences, de subjectivité qui les rendent difficilement classifiables.

9Ce livre vient compléter de façon très personnelle une série d’ouvrages plus ou moins similaires parus récemment sur cette question complexe, dérangeante et difficile à cerner. L’ouvrage présente une solide bibliographie de 21 pages et un index précis pour qui souhaite entrer plus avant dans la complexité du sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « The Perfect Business ? Anti-trafficking and the Sex-Trade along the Mekong, Svere Molland », Moussons, 21 | 2013, 144-146.

Référence électronique

Laurence Husson, « The Perfect Business ? Anti-trafficking and the Sex-Trade along the Mekong, Svere Molland », Moussons [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 03 juin 2013, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/2149

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Chargée de recherche, Aix-Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, 13003, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page