Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nay Pyi Taw, une résidence royale pour l’armée birmane, Guy Lubeigt

Paris-Bangkok : IRASEC-Les Indes Savantes, préface de D.M. Seekins, 15 photographies couleur de l’auteur, 10 cartes, plans et schémas, 4 tableaux, 10 encarts, 5 annexes, index, bibliographie, 185 p.
Jean Baffie
p. 149-152
Référence(s) :

Guy Lubeigt, Nay Pyi Taw, une résidence royale pour l’armée birmane, Paris-Bangkok : IRASEC-Les Indes Savantes, préface de D.M. Seekins, 15 photographies couleur de l’auteur, 10 cartes, plans et schémas, 4 tableaux, 10 encarts, 5 annexes, index, bibliographie, 185 p.

Texte intégral

1Guy Lubeigt est un géographe du CNRS spécialiste de la Birmanie et, à un moindre degré, de la Thaïlande, deux pays qu’il parcourt et étudie depuis un demi-siècle. Son intérêt pour la région commença lorsqu’il occupa les fonctions de directeur de l’Alliance française de Rangoun et d’attaché culturel à l’ambassade de France en Birmanie. Il fut, en outre, lecteur de français à l’université Chulalongkorn de Bangkok. Il partage encore son temps à égalité entre la France, la Birmanie et la Thaïlande. Cet ouvrage sur la nouvelle capitale birmane lui a été commandé par l’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine (IRASEC) en 2006 ou 2007, soit assez peu de temps après l’annonce officielle du changement de capitale en novembre 2005.

2Si l’on en croit Kitti Lophetcharat dans l’ouvrage de langue thaïe qu’il vient de publier (en 2012) sur les déplacements de capitale dans le monde, les Birmans détiendraient le record du monde dans ce domaine puisque Nay Pyi Taw serait leur 19e capitale (Lophetcharat 2555 : 77). Pour celui qui prend en compte la longue durée, ce nouveau changement ne devrait donc guère surprendre.

3Revenons un instant sur la transcription du nom de cette ville nouvelle. À ma connaissance, G. Lubeigt est le premier à écrire Nay Pyi Taw, en trois mots et avec un T en initiale du troisième mot. En 2008, dans Birmanie Contemporaine le nom était Nay Pyi Daw (Defert 2008) ; ailleurs, on trouve Naypyidaw (Preecharushh 2009 ; Steinberg 2010). En langue thaïe, le même Dulyapak Preecharushh a choisi d’écrire เนปิดอว์soit en transcriptionhabituelle [nepidɔ]. Cependant, même sans être spécialiste de la langue birmane, il faut bienreconnaître que la dernière syllabe du nom birman comprend la consonne t plutôt que d. Lemot « tɔ » a dans ce cas le sens de « royal » (Bernot 1981 : 145). Toutefois, il est bien net quela presse française – notamment Le Monde et Libération – a choisi la graphie « anglaise » de Naypyidaw et que la graphie retenue par Lubeigt, même si elle est justifiée, peut ajouter à la confusion. Notons que le site Internet de Libération propose un diaporama sur la nouvelle capitale birmane dans lequel on trouve une photo avec un panneau de bienvenue bilingue birman-anglais ; la formule anglaise est bien « Welcome to Naypyitaw » (http://www.liberation.fr/​monde/​11011806-naypyidaw-capitale-irrelle-au-beau-milieu-de-la-jungle-birmane). Lubeigt souhaite apparemment tellement imposer sa graphie en trois mots qu’il a des difficultés à respecter celles qui divergent comme pour le working paper de Maung Aung Myoe dans lequel on trouve la forme Naypyitaw (Maung Aung Myoe 2006) mais que Lubeigt reprend dans sa bibliographie en Nay Pyi Taw (p. 174).

4L’ouvrage de Lubeigt a un plan particulièrement clair en quatre parties. La première partie nous donne le cadre géographique de la nouvelle capitale. Avec cinq cartes et deux schémas, c’est un travail classique de géographe, mais avec déjà quelques précieux éléments d’histoire. Ainsi la cinquième carte relève les principaux sites archéologiques des âges du bronze et du fer de la vallée de la Samon, entre Mandalay et Nay Pyi Taw (p. 38).

5Le chapitre deux donne un résumé de l’histoire de cette vallée centrale, notamment celle de Toungou, principauté majeure entre la fin du xve et le milieu du xviiie siècle. La seconde partie du chapitre s’attache, elle, à décrire les croyances et les pratiques religieuses des Birmans de cette région. Cela est directement lié au sujet de l’ouvrage, notamment lorsque l’auteur démonte le procédé de sacralisation du territoire de la nouvelle capitale (p. 68 et suivantes).

  • 1 L’article de Michael Aung Thwin – que Lubeigt traduit in extenso dans un encart pages 81-82 – a d’a (...)

6Le chapitre trois est le plus long et traite plus directement de la nouvelle capitale puisqu’il énumère les raisons de la création de Nay Pyi Taw. Sa composition est assez déroutante mais sa lecture reste édifiante. Lubeigt commence par présenter les opinions d’un historien d’origine birmane (Aung Thwin), de leaders rebelles shans non identifiés, d’un politologue birman installé à Singapour (Maung Aung Myoe) et de l’universitaire thaïlandais déjà mentionné (Dulypak Preecharushh), auteur d’un mémoire universitaire et de deux ouvrages sur la question. Notons que ces sources sont de natures bien différentes mais ont été produites par des observateurs régionaux (birmans, shans et thaïlandais) très peu de temps après l’événement1.

7Le chapitre quatre sur les « réalisations symboliques de Nay Pyi Taw » se présente comme une succession de fiches ou de vignettes, certaines assez détaillées – en fonction des éléments d’information disponibles –, sur l’Uppatasanti, le grand stupa qui est une imitation du Shwedagon de Rangoun, le Parlement qui a des allures de « palais royal » (p. 127), les bureaux du Comité de développement, un organisme à la fois civil et militaire qui est l’organe administratif de la ville et de la région, l’aéroport international et la gare, les sites culturels et de loisir (zoo, parc, planétarium), les grands hôtels et les résidences de la classe dirigeante.

  • 2 Bien entendu, cela changea par la suite. En 1959, une publication officielle parlait de 506 100 Bir (...)

8Pourquoi finalement les dirigeants birmans ont-ils décidé de déplacer la capitale administrative de la Birmanie ? Certes, Rangoun était avant tout la capitale choisie par le colonisateur britannique. En 1945, J. L. Collins, un Américain, écrivait : « Rangoun ne fut jamais vraiment une ville birmane, au moins à partir de 1825, elle comptait plus de résidents étrangers que birmans » (Collins 1945, 71)2. Lubeigt passe en revue tous les arguments avancés par les divers observateurs et auteurs, depuis la superstition jusqu’à la peur de l’invasion américaine. L’idée dominante toutefois est que l’armée birmane a voulu se construire une capitale forteresse pour résister, le cas échéant, à tous les dangers, intérieurs comme extérieurs.

9Le lecteur doit se demander si cet ouvrage n’arrive pas un peu trop tôt. L’impression finale est bien entendu que cette nouvelle capitale est totalement artificielle, qu’il lui manque de la vie. Mais comment être étonné, par exemple, lorsqu’en mars 2007, un peu plus d’un an après que Nay Pyi Taw a été officiellement déclarée capitale, un économiste birman interrogé par Lubeigt déclare : « Rien ne marche, rien à faire, aucune distraction, rien » (p. 99). Lubeigt s’est certes rendu de nombreuses fois en Birmanie depuis 2007. Il a fait ainsi des enquêtes sur le marché Âharâ thukha de Nay Pyi Taw en 2008 ou 2009, mais sans doute trop de lieux de la nouvelle capitale sont restés fermés.

  • 3 Notons l’absence dans ce tableau de Michael Moe Myint cité parfois comme étant le plus gros contrib (...)

10Les annexes sont pour la plupart d’un grand intérêt. Il faut mentionner tout particulièrement l’annexe 3 sur « les grands entrepreneurs nationaux » réalisée à partir d’enquêtes réalisées par l’auteur entre 2005 et 2011 (p. 165)3. En revanche, l’annexe 5 sur « la composition du gouvernement au 30 mars 2011 » (p. 167-169) paraît déjà dépassée, notamment après le remaniement de septembre 2012.

11Ces dernières remarques montrent bien à quel point le présent ouvrage de Lubeigt est, en vérité, une introduction à la Birmanie contemporaine, à son urbanisme mais également à sa sociologie et à son système politique. Ainsi, on y apprend beaucoup sur la classe dirigeante des officiers supérieurs de l’armée.

  • 4 Dans un article de novembre 2008 du mensuel The Irrawaddy un bijoutier chinois parle de discriminat (...)
  • 5 Un journaliste thaï basé à Nay Pyi Taw depuis deux ans racontait en 2010 qu’il n’avait rencontré qu (...)

12Bien entendu, sur un sujet aussi passionnant qu’une nouvelle capitale, on peut admettre qu’il est important de publier les éléments disponibles, même si des zones d’ombre persistent. Personnellement intéressé par la question de la minorité chinoise de Birmanie – comme l’est par ailleurs Lubeigt –, je n’ai guère glané d’information sur celle-ci 4. Le lecteur sociologue ou anthropologue aurait souhaité avoir davantage d’informations et d’analyses sur l’embryon de vie sociale dans cette nouvelle capitale même si Lubeigt, qui – contrairement à Dulyapak Preecharushh – est l’auteur des photographies, nous donne à coup sûr tous les éléments disponibles, alors que les visites d’étrangers, a fortiori d’enquêteurs, sont nettement découragées5. Quelques points sont plus contestables comme l’usage inutile de mots anglais alors que les mots birmans ou français étaient attendus (brahmines [sic], township, National Stadium, Mayor, free and fair [deux fois], Supreme Council) ou l’usage – en parlant de lui-même – de formule comme « l’auteur pense que », « l’auteur estime que ».

  • 6 étrangement, Guy Lubeigt choisit de ne nommer cet auteur que par son nom de famille, ce qui n’est g (...)

13Les deux ouvrages disponibles sur le sujet se complètent de fait particulièrement bien. Celui de Dulyapak 6 insiste sur la dimension historique, notamment les déplacements de capitale dans l’histoire birmane, tandis que Lubeigt, géographe de formation, sans négliger le passé, nous apporte toutes les données pertinentes sur le site et la dimension régionale. Comme les deux chercheurs se connaissent, on pourrait leur suggérer de programmer un livre commun sur le sujet, une fois que Nay Pyi Taw sera devenu une véritable capitale. Nul doute que ce nouveau livre serait une référence difficile à dépasser.

14Au final, l’impression demeure que ces deux chercheurs ont voulu se précipiter pour proposer un ouvrage sur la nouvelle capitale de la Birmanie, peut-être afin de marquer le coup, bien évidemment, mais surtout de crainte que cette nouvelle capitale n’ait une durée de vie très courte. De fait, de l’avis de nombreux Birmans, quand la libéralisation du pays sera plus avancée et que le pouvoir de l’armée sera moindre, les nouveaux responsables auront hâte de retourner à Rangoun et Nay Pyi Taw deviendra une ville d’importance secondaire, voire une ville fantôme.

Haut de page

Bibliographie

BERNOT, Denise, 1981, Dictionnaire Birman-Français, fascicule VI, Paris : SELAF.

CHANDRA, Anand, 2012, « Myanmar Tycoon Lobbies for Smart Sanctions », The Nation, Bangkok, 6 août : 13A.

CHRISTIAN, John L., 1945, Burma, Londres : Collins.

DEFERT, Gabriel (pseud.), éd., 2001, Birmanie Contemporaine, Paris-Bangkok, Les Indes Savantes-IRASEC.

Directorate of Information, Union of Burma, 1959, Burma Handbook…on the occasion of the centenary of the foundation of the royal city of Mandalay.

LOPHETCHARAT, Kitti (กิตติ โล่ห์เพชรัตน์) 2555 [2012] ตำนานการสร้างและย้ายเมืองหลวงทั่วโลกTamnan kansang lae yai mueangluang thua lok (histoire de la foundation et du déplacement de capitals à travers le monde), Bangkok : Kawraek.

Maung Aung Myoe, 2006, « The Road to Naypyitaw : Making Sense of the Myanmar Government’s Decision to Move its Capital », Asia Research Institute, Working Paper No. 79, National University of Singapore, novembre.

Min Khet Maung, 2008, « Capital Blues », The Irrawaddy, 16, 11 (novembre), p. 10-19.

PREECHARUSHH, Dulyapak, 2006, « Myanmar’s Capital Relocation from Yangon to Pyinmana Naypyidaw », mémoire de maîtrise, Southeast Asian Studies, Université Chulalongkorn.

PREECHARUSHH, Dulyapak, 2009, Naypyidaw : The New Capital of Burma, Bangkok : White Lotus.

PREECHARUSHH, Dulyapak (ดุลยภาค ปรีชารัชช), 2555 [2012], เนปิดอว์: ปราการเหล็ก แห่งกองทัพพม่า (Nepido : forteresse de fer de l’armée birmane), Bangkok- : université Chulalongkorn.

STEINBERG, David I., 2010, Burma/Myanmar. What Everyone Needs to Know, Oxford : Oxford University Press.

YONGRIT, Rungroj, 2010, « Myanmar : New parliament, same junta », Southeast Asian Globe, Phnom Penh, mai, 39 : 30.

Haut de page

Notes

1 L’article de Michael Aung Thwin – que Lubeigt traduit in extenso dans un encart pages 81-82 – a d’abord été publié dans le quotidien The Bangkok Post ; on peut retrouver la version anglaise originale sur www.burmanet.org ; la deuxième source est un court article que l’on peut lire sur le site Shan Herald Agency for News (S.H.A.N.) à http://www.english.panglong.org ; le troisième est un working paper disponible sur le site du Asia Research Institute de l’université nationale de Singapour (www.ari.nus.edu.sg), tandis que la dernière source fut d’abord un mémoire de maîtrise en études sur l’Asie du Sud-Est (en langue anglaise) que M. Dulyapak Preecharushh soutint en 2006 à l’université Chulalongkorn et que la maison d’édition White Lotus a publié en 2009. Lubeigt figure parmi ceux que remercie M. Dulyapak au début de son livre, mais je ne suis pas sûr que ce dernier ait pu se rendre à Naypyidaw dans le cadre de sa recherche.

2 Bien entendu, cela changea par la suite. En 1959, une publication officielle parlait de 506 100 Birmans sur une population totale de 821 800 personnes (159 500 Indiens et Pakistanais, 87 400 Chinois, 65 900 d’autres ethnies indigènes, 2 900 Européens et Américains (Directorate…1959, 55).

3 Notons l’absence dans ce tableau de Michael Moe Myint cité parfois comme étant le plus gros contribuable de Birmanie (Chandra 2012 : 13A).

4 Dans un article de novembre 2008 du mensuel The Irrawaddy un bijoutier chinois parle de discrimination ethnique et le propriétaire d’un restaurant sino-shan explique que la politique officielle est de débarrasser Nay Pyi Taw de ses résidents chinois (Min Khet Maung 2008 : 15).

5 Un journaliste thaï basé à Nay Pyi Taw depuis deux ans racontait en 2010 qu’il n’avait rencontré que deux touristes occidentaux dans la nouvelle capitale : « l’un des deux conduisait une bicyclette et était suivi par un policier à moto » (Yongrit 2010 : 30).

6 étrangement, Guy Lubeigt choisit de ne nommer cet auteur que par son nom de famille, ce qui n’est guère la coutume chez les Thaïlandais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Nay Pyi Taw, une résidence royale pour l’armée birmane, Guy Lubeigt », Moussons, 21 | 2013, 149-152.

Référence électronique

Jean Baffie, « Nay Pyi Taw, une résidence royale pour l’armée birmane, Guy Lubeigt », Moussons [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/2153

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche, Aix-Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, 13003, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page