Navigation – Plan du site
Comptes rendus

กบฏจีนจน บนถนนพลับพลาไชย กรุงเทพฯ ศิลปวัฌนธรรม (Révolte des Chinois pauvres dans la rue Phlapphlachai), สิทธิเทพ เอกสิทธิพงษ์ (Sittithep Eaksittipong)

Bangkok : Sinlapa-Watthanatham, ๒๕๕๕ (2012), photographies, bibliographie, 251 p.
Jean Baffie
p. 153-156
Référence(s) :

Sittithep Eaksittipong, กบฏจีนจน บนถนนพลับพลาไชย กรุงเทพฯ ศิลปวัฌนธรรม (Révolte des Chinois pauvres dans la rue Phlapphlachai), Bangkok : Sinlapa-Watthanatham, ๒๕๕๕ (2012), photographies, bibliographie, 251 p.

Texte intégral

  • 1 On trouve un entretien avec l’auteur à cette adresse : http://transform.in.th/change-agents/sittith (...)

1Sittithep fut (et demeure pour une part) journaliste à Phutchakan, le plus ancien journal économique de Thaïlande ; il reçut sa licence en science politique à l’université Chulalongkorn, puis obtint un master en histoire à l’université de Chiang Mai avec un mémoire sur la vie des Chinois ordinaires à Bangkok entre 1957 et 1974 qui semble être une version presque identique de cet ouvrage sur les émeutes de juillet 1974 dans le Quartier chinois de Bangkok1.

2L’ouvrage est en réalité assez mal nommé car les émeutes (la révolte, selon l’auteur) de juillet 1974 dans le secteur de Phlapphlachai à Bangkok ne constituent que le sixième chapitre (p. 183-228). En fait, l’objectif de l’auteur semble être plus ambitieux puisqu’il veut poursuivre l’œuvre de William Skinner dont l’ouvrage de référence fut publié en 1957. Sittithep a donc choisi d’étudier la période 1957-1974. Mais, dans sa thèse (qui fut à l’origine des deux livres sur les Chinois de Thaïlande qui l’ont fait connaître), Skinner parle tout spécialement des élites, tandis que Sittithep veut, lui, mettre l’accent sur les Chinois pauvres (chin chon).

  • 2 L’auteur appelle son père pa (ป๊า) et il semble que ce soit lui qu’il mentionne dans la liste des p (...)

3En introduction, l’auteur se demande si les Thaïlandais d’origine chinoise (khon thai chueasai chin) ont une histoire qui leur serait propre. Alors que toute l’idéologie officielle – et de nombreux chercheurs thaïlandais dans leurs publications de langue anglaise – ne cesse de discourir sur la Thainess, Sittithep parle, lui, de « khwam pen chin », que l’on traduirait en anglais par Chineseness (p. 9). Nul doute que pour l’auteur, d’origine chinoise, il s’agit d’une question identitaire toute personnelle2.

4Le chapitre premier, intitulé « Avant de dévoiler la vie des “Chinois ordinaires” » (p. 4-9), n’est guère qu’une courte introduction dans laquelle il annonce qu’il veut se démarquer des travaux magistraux de Skinner, lesquels prédisaient l’assimilation prochaine des Chinois de Thaïlande. Pour Sittithep, même si les enfants et petits-enfants des immigrés chinois ne parlent plus de langue chinoise et parfois sont éloignés des traditions chinoises, ils continuent de se sentir chinois et il propose d’appeler – après d’autres – ce nouveau groupe ethnique les จีนสยาม (Chinois du Siam ? Sino-Siamois ?) pour insister sur le fait qu’il existe là un groupe original, ni Chinois de l’étranger, ni Thaïs d’origine chinoise (p. 7).

5Le 2e chapitre concerne l’histoire de Yaowarat, le principal « quartier chinois » historique de Bangkok (p. 10-41). La partie la plus originale traite de la période 1957-1974 (p. 28-35) mais elle est particulièrement courte et les sources utilisées sont relativement décevantes (ouvrages grand public, sites Internet). Des entretiens, des commentaires de plans, des références littéraires et même des articles de presse auraient pu être d’un grand secours pour donner un peu plus de couleur au propos.

6Le 3e chapitre est intitulé « le monde des Chinois de Bangkok de 1957 à 1974) (p. 42-87). Il s’agit d’une période charnière puisqu’elle commence avec le coup d’État du maréchal Sarit Thanarat, qui sera Premier ministre de 1958 à sa mort en 1963, et se termine par ces émeutes (révolte, selon l’auteur) de juillet 1974. C’est aussi la période qui suit le travail de Skinner, qui a enchaîné son étude des Chinois de Thaïlande avec une recherche sur les Chinois d’Indonésie, nettement moins connue.

  • 3 De Bourdieu, la seule référence est « The Forms of Capital », disponible sur Internet, tandis que l (...)
  • 4 M. Chaisit Eaksittipong est le patron de la Inside Software Co. Ltd., une société de Bangkok spécia (...)

7Le titre du chapitre quatre est un peu confus : « relations économiques entre les “différentes classes de Chinois”, les “occasions” et les “contradictions” dans la société bangkokienne » (p. 88-139). Il s’agit en fait de montrer les relations entre les Chinois riches, les Chinois des classes moyennes et les Chinois pauvres. Influencé par Pierre Bourdieu, d’une part, et Benedict Anderson, de l’autre3, Sittithep parle de « capital social », de « capital culturel » et de « réseaux sociaux imaginés ». Les sources restent encore assez décevantes puisque la quasi-totalité de celles consultées aux Archives nationales est issue des quotidiens de langue thaïe de l’époque. Et l’un des rares entretiens utiles à l’auteur pour cette partie est celui de M. Chaisit Eaksittipong, son père ou son oncle 4. Il est intéressant de constater comment l’auteur distingue les Chinois des classes moyennes des Chinois pauvres. Les premiers envoient leurs enfants étudier à l’étranger ou au minimum dans les écoles européennes (missionnaires ?) de Thaïlande ; ils habitent des maisons de bonne facture ou au moins dans des compartiments chinois (tuek thaew) ; ils adoptent des noms de famille thaïs et sont donc moins actifs dans les associations de noms de famille chinois (samakhom sae). Pour l’auteur, les Chinois pauvres ordinaires (samanchon chin thiyakchon) habitent dans des slums (chumchon ae-at), sont des employés, participent à des tontines (p. 106-111). L’auteur insiste sur le rêve permanent des Chinois pauvres : passer du statut de « sueaphuen monbai » (l’immigré pauvre possédant seulement « une natte et un oreiller ») à celui de thaokae, patron d’un petit commerce ou d’une petite entreprise (p. 130), mais ajoute que bien peu y parviennent.

8Le cinquième chapitre est peut-être le plus original. Il est intitulé « armes des pauvres : “politique culturelle” et “opposition à l’État et à la société” » (p. 140-181). Sont traitées successivement comme manifestations de cette opposition l’importation et la vente illégales de marchandises de Chine communiste, deux cas de résistance à l’expulsion à la suite d’incendies à Saphan Lueang et à Khlong Toei en 1958 et 1966, le développement de gangs d’adolescents, les ngiw (théâtre chinois) politiques, la littérature sur la vie des Chinois ordinaires de Thaïlande, les expositions sur la Chine communiste pendant la période démocratique qui a suivi octobre 1973, les romans de kung-fu.

  • 5 De passage à Bangkok en décembre 2012, j’avais lu l’annonce de la parution du livre dans un numéro (...)

9Enfin le sixième et dernier chapitre (p. 182-235) traite directement de l’émeute de juillet 1974 et a pour titre « révolte des Chinois ordinaires dans les “émeutes de Phlapphlachai” : souvenirs et vérités », titre accrocheur qui rappelle peut-être que l’auteur est aussi journaliste. Car une quarantaine de pages de texte, c’est passablement décevant, alors que j’avais fait quelques efforts pour me procurer ce livre sur les émeutes de juillet 1974 que je connaissais assez bien5.

  • 6 Un de ses entretiens eut pourtant lieu avec Paisal Sricharatchanya, alors journaliste au Bangkok Po (...)
  • 7 Ces émeutes restent elles-mêmes bien mystérieuses, mais l’on dispose de quelques références utiles (...)

10Les sources utilisées sont d’abord assez limitées : des quotidiens de langue thaïe (dont les plus connus Thai Rath, Daily News, Prachathipatai et Sayam Rath), un quotidien de langue anglaise, le Bangkok Post (exemplaire du 7 juillet 1974) ainsi que l’exemplaire du 18 juillet 1974 de l’hebdomadaire Prachachat. Les trois entretiens que l’auteur a réalisés avec des personnes présentes (ou leurs enfants) sont à l’origine d’une douzaine de lignes (p. 227) sans grand intérêt 6. L’auteur aurait dû au moins consulter d’autres périodiques de l’époque qui ont bien entendu largement commenté l’événement (anonyme 2517e ; Atcheri 2517 ; Yutthawiwat 2517). Surtout il aurait été nécessaire de pouvoir utiliser les publications spécialement suscitées par ces émeutes comme Chalachon (émeutes), publié sous la direction de Bunrueang Limcharun ou Pramuan phap hetkan ko kanmai sa-ngop…, une publication de 76 pages (reprenant de nombreux articles de presse, des photos et des documents officiels, préparée par le département de la Police. L’article le plus intéressant, que Sittithep semble ignorer, est celui sur le rôle éventuel du Guomindang dans cette affaire. Un article de l’hebdomadaire Maharat des 3-10 août 1974 révèle en effet que M. Phun Lamlueprasoet (Fu sae Lu), le chauffeur de taxi à l’origine des émeutes, était membre du Guomindang au moins depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, puisqu’il avait joué un rôle après les précédentes émeutes du Quartier chinois, en septembre 1945 (Yutthawiwat 2517, 31 7). Dans les deux cas, c’est la situation internationale plus que la réalité sociologique qui pourrait expliquer l’ampleur de ces émeutes. Une autre maladresse de l’auteur est que, commençant son étude en 1957, il n’a guère pris en compte la période précédente.

  • 8 Cette contribution devait être publiée dans les actes du colloque (Hsiao 2006). Les corrections dem (...)
  • 9 Sittitep ne cite pas cet ouvrage – le seul à traiter (même si ce n’est qu’en quelques pages) de ces (...)
  • 10 Notons que si le rôle des ang-yi, les triades ou sociétés secrètes chinoises, a parfois été évoqué, (...)

11Mais, il est vrai que, jusqu’ici, ces émeutes de juillet 1974 n’avaient suscité que peu d’intérêt. En décembre 2005, lors d’un colloque organisé à Taipei, j’ai donné une communication sur « Chinese Violence vs anti-Chinese violence in Thailand » dans laquelle je consacrais un développement à cette affaire 8. En 2006, un autre enseignant-chercheur thaïlandais de l’université de Chiang Mai, Atthachak Sattayanurak avait consacré une dizaine de pages à cet événement dans un ouvrage plus ambitieux sur « les troisièmes mains dans l’histoire thaïlandaise 9 ». Il avançait plusieurs hypothèses sans choisir réellement : les Taïwanais, la CIA ou les partisans du colonel Narong Kittikachorn, le fils du dictateur renversé neuf mois plus tôt (Sattayanurak 2549 : 92-100). L’explication par une révolte des Chinois des classes les plus pauvres avancée par Sittithep pourrait être séduisante pour les chercheurs en sciences humaines, mais la démonstration est loin d’être convaincante10.

12Au final, l’ouvrage reste d’un grand intérêt pour la connaissance des Chinois de Bangkok entre 1957 et 1974, mais certainement pas pour son traitement de ces émeutes du début du mois de juillet 1974 dont une étude plus minutieuse reste à faire.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 2517a [1974], « chalachon thi phlapphlachai man arai kan nae ? » [« que c’est-il vraiment passé lors des émeutes de Phlapphlachai ? »], prachachat rai sapda, 1 : 35 (18 juillet), p. 7-9.

Anonyme, 2517b [1974], « chalachon : yot namphueng klang mueang » [« émeutes : goutte de miel en centre-ville »]), prachachat rai sapda, 1 : 35 (18 juillet), p. 10-18.

Anonyme, 2517c [1974], « namphueng yot raek rawang yot to pai » ([« attention à la prochaine goutte de miel »], prachachat rai sapda, 1 : 35 (18 juillet), p. 5.

Anonyme, 2517d [1974], « phailang kanchalachon thi phlapphlachai » [« les suites des émeutes de Phlapphlachai »], prachachat rai sapda, 1 : 36, (25 juillet), p. 10-11.

Anonyme, 2517e [1974], « songsan prathet thai » [« pitié pour la Thaïlande »], phuean, 2 : 5 (Juillet), n.p.

Anonyme, 2517f [1974], « ya khia suea lap » [« n’irritez pas le tigre qui dort »], prachachat rai sapda, 1 : 36 (25 juillet), p. 24.

Anonyme, 2528 [1985], « Mueang thai nai adit : chalachon thai-chin » [« émeutes sino-thaïes »], Mueang thai wanni, 17-23 mars, p. 14.

Anonyme, 2530 [1987], « Ang-yi khuan mueang “lia pha” lang songkhram mat chin maha-amnat » [« Lia pha” : les triades attaquent la ville quand la Chine était une grande puissance après la Seconde Guerre mondiale »], in Khon chin 200 pi phai tai phrabarommaphot somphan, vol. 2, Bangkok : Senthang Setthakit, numéro spécial, p. 320-323.

« Atcheri » (pseud.), 2517 [1974], « kanchalachon hon ni pen sanyan bok het anakhot » [« ces émeutes qui annoncent l’avenir »]), Sayam Rath Sapda Wichan, 27 : 5 (21 juillet), p. 20, 31-32, 41.

BAFFIE, Jean, [non publié], « Chinese Violence vs. Anti-Chinese Violence in Thailand », 14 p.

EAKSITTIPONG, Sittithep, 2553 [2010], « Chiwit samanchon chin nai krungthep rawang pho so 2500-2517 » [« la vie des Chinois ordinaires à Bangkok entre 1957 et 1974 »], mémoire de master, université de Chiang Mai.

HSIAO, Hsin-Huang Michael, éd., 2006, The Frontiers of Southeast Asia and Pacific Studies, Taipei : Center for Asia-Pacific Area Studies, Academia Sinica, 295 p.

Krom Tamruat, samnak ngan lekhanukan (Office of the Police Department Secretary), [2517 (1974)], pramuan phap hetkan kokan mai sa-ngop nai khet thongthi sathani tamruat nakhonban phlapphlachai khet 1-2 [« photos et chronologie des événements des émeutes survenues dans les secteurs 1 et 2 de la station de police de Phlapphlachai »], Bangkok, n.p.

KLINNNSUNTHON, Chattawa, 2517 [1974], « chalachon klang mueang thi phanma » [« les récentes émeutes »], Sayam Rath Sapda Wichan, 27 : 5 (21 juillet), p. 24-26.

LIMCHARUN, Bunruang, éd., 2517 [1974], Chalachon (Riots ), n.p.

PATTHAMASUKHON, Prasoet, 2517 [1974], Ratthasapha thai nai rop sisipsong pi (2475-2517) [« les 42 ans de l’Assemblée nationale : 1932-1974 »], Bangkok : Chunnum Chang, 1156 p.

PRASERTKUL, Seksan, 2517 [1974], « Khabuankan naksueksa kap khwamsamakkhi phainai chat : phapsathon chak korani phlapplachai » [« le mouvement étudiant et l’unité nationale : réflexions à partir de l’affaire de Phapphlachai »], Sangkhomsat parithat, 12, 8 (août), p. 20-26.

RUANGSUWAN, Damri, 2544 [2001], Khabuankan raeng-ngan thai nai kantotan kongthap yipun nai songkhram look khrang thi 2, [le mouvement des travailleurs en opposition à l’armée japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale], Bangkok : Sukkhaphap Chai.

SATTAYANURAK, Atthachak, 2549 [2006], « Mue thi sam » nai prawattisat kanmueang thai [les « troisièmes mains » dans l’histoire politique de la Thaïlande], Bangkok : Kho Fai-So ko wo.

SKINNER, George William, 1957, Chinese Society in Thailand. An Analytical History, Ithaca : Cornell University Press, 814 p.

SRINARA, Thikan, 2554 [2011], « Hetkan chalachon thi Phlapphlachai » [« émeutes à Phlapphlachai »], Wikipedia Thai : www.kpi.ac.th/wiki/index.php.

YUTTHAWIWAT, Amnat, 2517 [1974], « kok min tang kap korani phlapphlachai » [« Guomindang et l’affaire de Phlapphalchai »], Maharat, 4 : 165 (3-10 août), p. 10-11, 31.

Haut de page

Notes

1 On trouve un entretien avec l’auteur à cette adresse : http://transform.in.th/change-agents/sittithep-eaksittipong.

2 L’auteur appelle son père pa (ป๊า) et il semble que ce soit lui qu’il mentionne dans la liste des personnes interviewées sous le nom de Chaisit Eaksittipong (p. 251).

3 De Bourdieu, la seule référence est « The Forms of Capital », disponible sur Internet, tandis que les deux références citées de B. Anderson sont celles traduites en langue thaïe dont le célèbre Imagined Communities.

4 M. Chaisit Eaksittipong est le patron de la Inside Software Co. Ltd., une société de Bangkok spécialisée dans l’informatique.

5 De passage à Bangkok en décembre 2012, j’avais lu l’annonce de la parution du livre dans un numéro de l’hebdomadaire Matichon, mais, comme je ne le trouvais pas dans les librairies de l’université Chulalongkorn, les plus importantes de Bangkok (Université de Chula, Siam Square, Chamchuri Square), j’ai dû me rendre à la boutique Matichon de l’hôpital Krungthep à Sukhumvit pour me le procurer.

6 Un de ses entretiens eut pourtant lieu avec Paisal Sricharatchanya, alors journaliste au Bangkok Post avant de devenir le correspondant à Bangkok de l’hebdomadaire de Hong Kong, la Far Eastern Economic Review. Jeune Sino-thaï, lui-même, Paisal, qui était en reportage, fut pris pour un émeutier et agressé par la police.

7 Ces émeutes restent elles-mêmes bien mystérieuses, mais l’on dispose de quelques références utiles pour mieux les comprendre (Skinner 1957 ; anonyme 2528 ; anonyme 2530 ; Patthamasukhon 2517 ; Ruangsuwan 2544).

8 Cette contribution devait être publiée dans les actes du colloque (Hsiao 2006). Les corrections demandées avaient été réalisées, mais, pour une raison non précisée, elle ne fut finalement pas inclue.

9 Sittitep ne cite pas cet ouvrage – le seul à traiter (même si ce n’est qu’en quelques pages) de ces émeutes – alors qu’il est bien difficile de penser qu’il ne le connaissait pas puisqu’il devait être alors étudiant à l’université de Chiang Mai où enseignait l’auteurdu livre.

10 Notons que si le rôle des ang-yi, les triades ou sociétés secrètes chinoises, a parfois été évoqué, il n’a jamais été très développé. Certainement parce qu’il est bien difficile d’obtenir des informations sûres sur leurs activités. Pourtant, on sait que, depuis toujours, le secteur de Phlapplachai – qui correspond à la première partie du Quartier chinois de Bangkok – abrite de nombreux tripots clandestins, des lieux de prostitution (illégale en Thaïlande) et tous les trafics.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « กบฏจีนจน บนถนนพลับพลาไชย กรุงเทพฯ ศิลปวัฌนธรรม (Révolte des Chinois pauvres dans la rue Phlapphlachai), สิทธิเทพ เอกสิทธิพงษ์ (Sittithep Eaksittipong) », Moussons, 21 | 2013, 153-156.

Référence électronique

Jean Baffie, « กบฏจีนจน บนถนนพลับพลาไชย กรุงเทพฯ ศิลปวัฌนธรรม (Révolte des Chinois pauvres dans la rue Phlapphlachai), สิทธิเทพ เอกสิทธิพงษ์ (Sittithep Eaksittipong) », Moussons [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2178

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche, Aix-Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, 13003, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page