Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laos. Sociétés et pouvoirs, Vanina Bouté & Pholsena Vatthana, éd.

Bangkok/Paris : IRASEC/Indes Savantes, 2012, 228 p.
Léo Mariani
p. 157-159
Référence(s) :

Vanina Bouté, Pholsena Vatthana, Laos. Sociétés et pouvoirs, Bangkok/Paris : IRASEC/Indes Savantes, 2012, 228 p.

Texte intégral

1En 1975, le Laos a connu une révolution communiste qui a radicalement modifié la trajectoire politique, économique et sociale déjà incertaine du pays. Les premiers temps du nouveau régime furent marqués par des réformes radicales (fermeture des frontières et de l’économie, collectivisation des terres, déportation des « réactionnaires » en camps de « rééducation », etc.) qui ne firent qu’aggraver la situation. Confrontés à la résistance souvent discrète mais persistante des Laotiens, à un manque de moyens tant humains que logistiques et à un déficit de légitimité qui ne pouvait être comblé par la force, les dirigeants communistes ont ensuite su faire preuve de pragmatisme pour revenir progressivement sur la plupart des politiques qu’ils avaient imposées. Depuis la fin des années 1990, le pays se trouve ainsi engagé dans un processus accéléré d’ouverture diplomatique et économique dont les répercussions sur un tissu social d’une grande diversité sont aussi nombreuses que variées. L’objectif de cet ouvrage est de revenir sur ces changements sociaux en s’intéressant à « la reconfiguration des rapports entre État et sociétés » (p. 10). Il s’agit donc, d’une part, de mettre au jour les logiques propres à tout pouvoir, qui doit concilier son maintien avec des facteurs socio-économiques sur lesquels il a plus ou moins d’emprise, et, d’autre part, de mesurer les impacts de l’adaptation à ces contraintes dans la société. La démarche est d’autant plus légitime que les recherches sur le Laos, bien qu’elles connaissent actuellement un renouveau, sont encore relativement rares.

2L’ouvrage est divisé en trois parties et rassemble huit contributions qui sont toutes le résultat de recherches engagées depuis plusieurs années par des auteurs qui sont familiers du contexte laotien et de ses évolutions. Le premier volet, intitulé « Genèse du Parti-État et stratégies de légitimation », débute par un article de Martin Rathie, qui retrace l’histoire du Parti communiste laotien tout en mettant au jour certaines des logiques internes qui lui ont permis de s’adapter et de se perpétuer tout au long du xxe siècle. On sait peu de chose de ces dynamiques et c’est le mérite de cet article, qui s’attache aux biographies de personnages centraux de la révolution laotienne, d’en révéler certaines et d’en confirmer d’autres. Il reste que ces questions sont saisies par l’intermédiaire de sources orales et écrites qui ne sont jamais discutées alors même qu’elles sont fondées pour les unes sur les souvenirs d’anciens révolutionnaires et pour les autres sur des documents publiés sous l’égide de différents organes d’État. Ce manque est d’autant plus criant que l’article de Vatthana Pholsena, qui suit, pose remarquablement bien le cadre théorique et méthodologique de l’analyse biographique. Dans cette contribution, qui retrace les itinéraires singuliers de jeunes écoliers recrutés et formés dans les rangs communistes, l’auteure donne à voir la lente socialisation politique d’une génération d’anonymes dont certains intégrèrent, en 1975, les rangs de la nouvelle administration. En laissant la parole à ses informateurs sans jamais se départir d’un regard critique sur les conditions de sa production et de son recueil, elle montre ici toute la fécondité d’une démarche qui s’attache à l’incorporation des normes à partir desquelles les individus donnent ensuite sens à leur itinéraire et à leur vie. On comprend mieux, alors, les processus qui façonnent la « culture » des fonctionnaires laotiens. L’article d’Oliver Tappe revient sur les stratégies historiographiques et iconographiques de légitimation du Parti révolutionnaire populaire, bien illustrées par l’instauration de lieux de mémoire sur les sites de « la résistance à l’impérialisme » comme dans les villes importantes, où des statues et des musées sont érigés en l’honneur des membres du panthéon officiel laotien, qui mêle désormais révolutionnaires et rois féodaux. Ce travail d’instrumentalisation de l’histoire est également bien décrit à partir de l’iconographie des billets de banque, des timbres et, bien entendu, des discours qui contribuent à la fabrication d’une identité nationale.

3La deuxième partie, intitulée « Enjeux économiques, différenciations sociales et nouvelles logiques d’action », débute par une contribution d’Olivier Evrard qui, dans une veine proche de celle de l’article de Vatthana Pholsena, s’intéresse aux formes de mobilité induites par les déplacements forcés de villages montagnards vers les plaines (il est question des populations khmou). À partir de deux itinéraires singuliers, l’auteur illustre les modes d’adaptation des populations à ces politiques de rationalisation et de contrôle en leur donnant une profondeur historique et culturelle bienvenue. Ce travail permet in fine de sortir du manichéisme qui caractérise les débats sur la pauvreté et les déplacements de population en soulignant la capacité des individus à mobiliser leurs réseaux (notamment ethniques et transfrontaliers) pour s’adapter aux contraintes imposées « d’en haut ». L’article de Vanina Bouté est également consacré à la question des migrations, détaillant les logiques politiques et les logiques de réseaux qui sous-tendent le développement récent des villes laotiennes, en particulier celui de certaines capitales de province. Au travers d’une ethnographie fouillée, l’auteure évoque parallèlement les effets de ce développement sur les campagnes, mais aussi sur la vie des nouveaux citadins, « paysans sans terres ». La partie se clôt par un article de Pierre Petit qui analyse, dans le contexte d’un village multi-ethnique récent, la reformulation du lien social à partir de l’étude des confrontations/adaptations rituelles et religieuses. Cette contribution, fondée sur quatre études de cas, montre bien comment différents registres religieux largement divergents sont passés au prisme de « la rhétorique de l’État multiethnique » et, finalement, se superposent plutôt qu’ils ne se remplacent (p. 161). L’unité de lieu, qui permet de suivre l’ethnologue et ses informateurs dans les différents événements présentés, rend la description singulièrement vivante.

4La dernière partie, « Ouverture et stratégies économiques transnationales », commence par une étude de Danielle Tan qui analyse « le rôle des réseaux chinois au sein de l’économie politique du Laos » (p. 166) pour montrer comment les premiers constituent finalement un allié de poids dans la stratégie de contrôle et de rentabilisation du territoire par l’État laotien, mais aussi dans son maintien. En filigrane de cette étude très riche, ce sont finalement les intérêts convergents de deux États postcommunistes qui se donnent à voir. Dans l’article qui clôt l’ouvrage, le seul qui concerne concrètement la capitale du pays (Vientiane), Annabel Vallard revient sur la transformation des filières textiles traditionnelles dont les produits, longtemps cantonnés aux économies familiales et commu-nau-taires, se trouvent aujourd’hui destinés à un marché international qui impose de nouvelles normes esthétiques et techniques. On observe ainsi de façon panoramique l’émergence d’un entrepreneuriat souvent exogène, qui s’appuie sur le recrutement d’employées d’origine rurale pour lesquelles l’usine va constituer une « école de vie (moderne) » où se mêlent sociabilités traditionnelles, rapports techniques et découverte de l’urbanité.

5Au final, ces différentes contributions composent un ouvrage riche et dense dont la qualité est de donner à voir, par touches, un pays en mouvement, pris dans un jeu de logiques plus ou moins contradictoires que sa population concilie au grè des contextes et de ses ressources. Le livre a toutefois le défaut de ses qualités, car le lien avec la problématique de départ n’y est pas toujours bien lisible, variant selon les contributions et les efforts consentis par les auteurs pour situer leur apport dans l’ensemble. Bien que les responsables de l’ouvrage soulignent en outre très justement que l’État ne doit pas être ici envisagé comme une entité abstraite, mais comme un ensemble d’acteurs sociaux qui interagissent au quotidien avec la population, « sociétés [individus ?] et pouvoirs [politiques ?] » sont le plus souvent traités séparément. Cela ne nuit pas au contenu des articles, mais perturbe en revanche l’unité de l’ensemble, dont la bipolarisation aurait gagné à être mieux assumée. Les variations d’échelle, d’approche et de contexte impliquées par le choix d’un plan thématique, qui sont accentuées par des écritures inégales et compliquent de fait la lecture, se seraient ainsi trouvées intégrées et atténuées. De la même façon, la brève introduction se clôt par un argumentaire censé justifier l’absence de contributions portant sur le bouddhisme, les élites urbaines et les organisations associatives. Ces impasses, loin d’être évidentes, auraient gagné soit à être mieux explicitées, soit à ne pas être mentionnées du tout. En l’état, les éditrices peinent à nous convaincre que les arguments qu’elles avancent pour les expliquer ont bien présidé à la conception de l’ouvrage. En d’autres termes, on aurait apprécié que la cohérence de l’ensemble fasse l’objet d’attentions plus fournies ou, de manière alternative, qu’elle soit définie dans un rapport plus intuitif avec le contenu, qui donne à voir « des dynamiques sociales nouvelles » (p. 11) et l’adaptation des populations aux politiques plus qu’il ne traite du lien entre « sociétés et pouvoirs » (l’histoire et les sous-entendus de ce couple conceptuel sont d’ailleurs entièrement passés sous silence). Cela aurait évité au propos de se trouver en partie brouillé par une focalisation qui, parce qu’elle appelait des ajustements qui ne sont pas réalisés, le dessert plutôt qu’elle ne l’accompagne. C’est donc par sa diversité beaucoup plus que par son unité que cet ouvrage contribue à la compréhension du Laos contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léo Mariani, « Laos. Sociétés et pouvoirs, Vanina Bouté & Pholsena Vatthana, éd. », Moussons, 21 | 2013, 157-159.

Référence électronique

Léo Mariani, « Laos. Sociétés et pouvoirs, Vanina Bouté & Pholsena Vatthana, éd. », Moussons [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2180

Haut de page

Auteur

Léo Mariani

Chercheur associé à URMIS et LAPCOS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page