Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Déambulations phnompenoises, Jean-Michel Filippi

Phnom Penh : Kam éditions, 2012, annexe, bibliographie, plans anciens, photographies, 150 p.
Jean Baffie
p. 159-163
Référence(s) :

Jean-Michel Filippi, Déambulations phnompenoises, Phnom Penh : Kam éditions, 2012, annexe, bibliographie, plans anciens, photographies, 150 p.

Notes de l’auteur

L’ouvrage a été publié simultanément en français et en anglais sous le titre de Strolling around Phnom Penh.

Texte intégral

1La capitale du Cambodge n’a encore guère inspiré les chercheurs. La ville n’est pas très ancienne. En 1885, lorsqu’il visita la ville, Xavier Brau de Saint-Pol Lias, explorateur, diplomate, un peu ethnologue, écrivit que quinze ans plus tôt la ville n’était qu’un groupe de paillots, mais qu’elle comptait désormais de 60 000 à 70 000 habitants (Brau 2005 : 46). Il évoquait déjà une ville surtout peuplée de Chinois et de Vietnamiens. L’histoire de Phnom Penh est peut-être unique.

2La population qui était de 765 000 habitants en 1970 et avait atteint les deux millions en 1975 avec la présence de très nombreux réfugiés, passa brutalement à 20 000 à la fin du mois d’avril de cette année, pour remonter à partir de la chute des Khmers Rouges en 1979. En 1980, le premier recensement post-khmer rouge donna à Phnom Penh une population de 90 000 personnes. Neuf ans plus tard elle était estimée à 500 000 habitants, dont sans doute pas plus de 10 % avaient habité la ville avant 1975 (p. 120). En 1995, la population dépassait à nouveau le million d’habitants (Vann 2003 : 167). Plus précis, le recensement de 2008 donnait, lui, le chiffre de 1 325 681 habitants. En 2012, celle-ci doit approcher les 1,6 millions d’habitants.

  • 1 Phnom Penh ne figure même pas dans l’index de huit pages de l’ouvrage sans doute le plus volumineux (...)
  • 2 Notons le titre plutôt trompeur d’un livre thaï de 1972 yuean kamphaeng phanom pen (rendre visite [ (...)

3Même vers 1970, alors que la ville abritait déjà un million de personnes, le lecteur devait se satisfaire de quelques notices ou de passages dans des ouvrages généraux (Hernault 1959)1. Les guides de Phnom Penh n’ont jamais été très nombreux. En introduction du premier guide de langue anglaise de l’ère post-khmère rouge, Robert Philpotts note que certains utilisent encore (en 1992) un guide publié par la société Shell au milieu des années 19602 (Philpotts 1992 : II).

  • 3 Il faut lire de concert l’article de Christiane Blancot et Charles Goldblum publié en 1994 qui prop (...)

4Parmi les travaux universitaires plus récents, le plus intéressant pour le chercheur est certainement le recueil de dix contributions publiées en 1997 sous la direction de Christiane Blancot3. La plupart des articles est très bien documentée et les relevés cartographiques qui forment le cahier final montrent dans le détail comment était la ville en décembre 1996. Cet ouvrage est utilement complété par le recueil de seize articles publié en 2003 par le même Atelier parisien d’urbanisme (Legrand et al. 2003). En langue anglaise, la lecture de l’ouvrage, plus récent encore, d’Osborne, un khmérisant australien qui fit un premier séjour à Phnom Penh au début des années 1960, est également indispensable (Osborne 2008). Le principe de la collection est notamment de présenter la littérature de fiction concernant la ville étudiée. Osborne, qui connaît aussi très bien les romans français sur Phnom Penh, a pris ce travail particulièrement à cœur et le résultat est impressionnant.

  • 4 Il a publié en 2008, avec le soutien de l’UNESCO, Recherches préliminaires sur les langues des mino (...)

5L’ouvrage publié par Jean-Michel Filippi est bien différent de ces guides et études. Filippi, docteur en linguistique de l’université Paris III en 1988, est une figure incontournable de la communauté française de Phnom Penh ; il enseigne dans le programme de master en linguistique à l’université royale de Phnom Penh. Présenté aussi comme anthropologue4 et, plus généralement « spécialiste du Cambodge », il donne des conférences à Phnom Penh et organise des visites « de quelques joyaux de la capitale cambodgienne » (Médeville 2012).

  • 5 Pour une notice biographique sur Haing S. Ngor (Wu Hanrun, 吴汉润 [吳漢潤],1940-1996), on peut se reporte (...)
  • 6 Esmeralda Luciolli, qui passa au Cambodge l’essentiel des années 1984-1986, donne de précieuses inf (...)

6L’ouvrage est composé de sept itinéraires, plus poétiquement appelés déambulations, qui couvrent particulièrement bien le centre ancien de Phnom Penh. La déambulation I commence au wat Phnom en direction vers la place de la Poste et l’ancien quartier français. La déambulation II longe le canal de Phnom Penh, le quartier hainanais, se dirige vers la gare pour revenir au wat Phnom. Il s’agit encore pour beaucoup d’évoquer des bâtiments de l’époque coloniale. Filippi évoque les figures de ces aventuriers français, dont le plus connu est Thomas Caraman, qui tentèrent de faire fortune au Cambodge des premiers temps de la colonisation (Müller 2006). La déambulation III explore un autre quartier chinois de la ville, cette fois plutôt les secteurs hakka et teochiu. Les quatre photos de la rue Ang Eng, ex-rue Ohier, en 1910, 1972, 1993 et 2011 sont particulièrement intéressantes. Dommage que l’on ne puisse trouver une photo de cette rue sous les Khmers rouges, dans une ville quasi déserte. Filippi porte un grand intérêt aux Chinois de Phnom Penh, mais sa hiérarchisation reste pour le moins étonnante. Pour lui, les Hakkas seraient au sommet, puis viendraient les Teochius, puis les Cantonais, etc. À Bangkok, tout au moins, il faudrait retourner la hiérarchie : les Cantonais se sentent supérieurs aux Teochius, eux-mêmes beaucoup plus prestigieux que les Hakkas. La déambulation IV parcourt encore un autre secteur de la ville chinoise. À la fin de cet itinéraire, l’auteur pose la question attendue : Phnom Penh est-elle une ville chinoise (p. 66) ? D’autant qu’il est encore question de Chinois dans la déambulation V, mais cette fois, plus particulièrement des communautés hokkien et cantonaise. On apprend, entre autres choses, que Haing Ngor, l’auteur d’Une Odyssée cambodgienne est un Chinois hokkien (p. 75)5. Pour les Cantonais, il est même question de cette Madame Choum, célèbre mère maquerelle qu’évoquent encore avec nostalgie ceux qui étaient coopérants au Cambodge au début de la décennie 1970 (p. 79). Il faut regretter, en revanche, que Filippi ne nous dise rien de bien précis sur ce retour des Chinois sur la scène phnompénoise6.

  • 7 Le 25 juin 2008, l’année de ses 82 ans, Vann Molyvann soutint une thèse d’architecture de l’univers (...)

7La déambulation VI conduit de l’université royale à l’institut de Technologie le long de l’avenue de la confédération de Russie. Il s’agit de visiter des monuments architecturaux de l’époque de Sihanouk et du Sangkhum Reastr Niyom (1955-1970), le mouvement politique lancé par l’ancien souverain. Et, comme il se doit dans un ouvrage sur Phnom Penh, le nom de Vann Molyvann revient à diverses reprises. Celui-ci, en effet, est considéré comme le premier architecte cambodgien moderne. Lorsqu’il revint de France en 1956, après une décennie consacrée aux études, il devint un homme de confiance de Norodom Sihanouk. Il fut un temps ministre de l’éducation, mais c’est comme architecte qu’il laissa une trace durable dans le paysage urbain : les monuments les plus importants des années 1950 et 1960 sont de lui. Il quitta le Cambodge pour la Suisse après le coup d’État du général Lon Nol de 1970 pour ne revenir dans son pays qu’en 1991. Deux ans plus tard, il occupait le poste de ministre de la Culture, des Beaux-Arts, de la Gestion territoriale, de la Planification urbaine et de la Construction7.

8La déambulation VII, la dernière, s’attache à nous faire découvrir les rives du Bassac. Filippi consacre un long développement illustré de photos à un bâtiment construit en 1963 par Henri Chatel pour loger le personnel de la banque nationale, puis céder en 1979 à l’union soviétique qui le réhabilita pour en faire son ambassade.

9Filippi explique en conclusion qu’il s’agissait d’une promenade dans le Phnom Penh du Sangkhum Reastr Niyom de Sihanouk, donc celui des années 1955-1970 et de l’architecte Vann Molyvann qui avait largement contribué à doter la capitale cambodgienne d’un cachet architectural unique en Asie du Sud-Est (p. 111).

10Les dix pages de conclusion couvrent la période allant de 1970 à 2012, période de guerre, puis de reconstruction. Politique d’abandon de la ville aidant, Phnom Penh était passée de 2 millions d’habitants en 1975 à peut-être seulement 20 000 en 1978. Mais l’on sait que la ville abrita la célèbre prison S-218 où la quasi-totalité des 15 000 personnes interrogées fut exécutée (p. 116).

11Un des points forts de l’ouvrage réside dans la collection de photographies et de plans anciens. Et le plan au 1/9000e publié en 1996 par Quess permet de tirer le plus grand profit de l’ouvrage de Filippi (Phnom Penh Cambodia 1996). Le chercheur regrettera bien entendu l’absence des sources et le caractère succinct des identifications. Car les faiblesses sont loin d’être absentes. Une relecture attentive aurait permis d’éviter des fautes – certes bénignes mais agaçantes quand elles se répètent – comme « Cantonnais » ou lieu de Cantonais ou des noms propres sans majuscule, à l’inverse des capitales là où il n’en fallait pas comme à « Chinois Teochiu » ou « Hokkien » en parlant de la langue (p. 52, 55), des phrases répétées presque à l’identique (p. 17 et 23 sur le « marché central »), l’emploi de Hainan au lieu de Hainanais (p. 32, 33).

12La bibliographie, réduite, n’est guère rigoureuse. À ma connaissance, l’ouvrage de Brau de Saint-Pol Lias n’a jamais été publié à Phnom-Penh, mais Filippi aurait dû mentionner la nouvelle édition de 2005, publiée à Paris et toujours disponible. Le titre de l’ouvrage de Milton Osborne est donné comme Phnom-Penh, a Literary and Cultural History. Au lieu de Phnom-Penh, a Cultural and Literary History. Le nom du lieu d’édition est parfois donné avant la maison d’édition, parfois après. Il s’agit le plus souvent ici de détails, mais qui confirment l’impression première d’un livre non universitaire, mais, comme l’auteur se présente d’emblée comme un universitaire, professeur de linguistique, le lecteur était en droit de s’attendre à davantage de rigueur. Entre guide touristique et étude universitaire, l’ouvrage de Jean-Michel Filippi reste tout à fait intéressant car il apporte la dimension du vécu, celle du marcheur parcourant une ville qu’il connaît particulièrement bien.

Haut de page

Bibliographie

BLANCOT, Christiane, 1994, « Phnom Penh : Defying Man and Nature », in Cultural Identity and Urban Change in Southeast Asia. Interpretative Essays, Marc Askew & William S. Logan, éd, Geelong : Deakin University Press, p. 71-84.

BLANCOT, Christiane, éd., 1997, Phnom Penh : développement urbain et patrimoine, Paris : ministère de la Culture et Atelier parisien d’urbanisme.

BLANCOT, Christiane & Charles GOLDBLUM, 1994, « Phnom Penh : seconde vie d’une capitale d’Asie du Sud-Est. Regards d’urbanistes », in Recherches nouvelles sur le Cambodge, François Bizot, éd., Paris : EFEO, p. 315-361.

BRAU DE SAINT-POL LIAS, Xavier, 2005, Phnom Penh, Paris : Magellan & Cie/GEO, coll. « Heureux qui comme… » (1re édition 1885 dans La Nouvelle Revue).

FAULDER, Dominic, 1999, « Selective Memories. The guards of Tuol Sleng are Alive, Well and Very Near », Asiaweek, 19 mars, p. 30.

HAING, Ngor, 1988, Une Odyséée cambodgienne, Paris : Fixot-Filipacchi (1re édition américaine, 1987).

HERNAULT, Gilles, 1959, « Phom-Penh », in Les Capitales du Monde, Alphonse Couson, éd., vol. II, Paris : éditions encyclopédiques européennes, p. 338-341.

FILIPPI, Jean-Michel, http://kampotmuseum.wordpress.com/

LEGRAND, François et al., 2003, Phnom Penh à l’aube du XXIe siècle, Paris : Atelier parisien d’urbanisme.

LUCIOLLI, Esmeralda 1988 Le Mur de Bambou. Le Cambodge après Pol Pot. Paris. Editions Régine Deforges/Médecins sans frontières.

MéDEVILLE, Pascal, 2012, https:/khmerologie.wordpress.com/2012/09/02/bibliographie-20-deambulations-phnompenhoises/

METHPRASAT, Anong (อนงค์ เมษประสาท) ๒๕๑๕, 1972, เยือนกำแพงพนมเปญ (visiter les murs de Phnom Penh) กรุงเทพธนบุรี, ส.สมบูรณ์การพิมพ์.

MÜLLER, G., 2006, Colonial Cambodia’s « Bad Frenchmen ». The Rise of the French Rule and the Life of Thomas Caraman, 1840-1887, Londres : Routledge.

OSBORNE, Milton E., 2008, Phnom Penh, a Literary and Cultural History, Oxford : Signal Books Ltd.

PHILPOTTS, Robert, 1992, A Guide to Phnom Penh, Londres : Blackwater Books.

Phnom Penh Cambodia. First 3D City Map 1996, Singapour : Quess.

POMONTI, Jean-Claude & Serge THION, 1971, Des courtisans aux partisans. La crise cambodgienne, Paris : Gallimard, coll. « Idées actuelles ».

SURYADINATA, Leo, éd., 2012, Southeast Asian Personalities of Chinese Descent. A Biographical Dictionary, Singapour : Chinese Heritage Centre/ISEAS, 2 vols.

VANN, Molyvann, 2003, Modern Khmer Cities, Phnom Penh : Reyum Publishing.

Haut de page

Notes

1 Phnom Penh ne figure même pas dans l’index de huit pages de l’ouvrage sans doute le plus volumineux de l’époque sur le Cambodge (Pomonti & Thion 1971).

2 Notons le titre plutôt trompeur d’un livre thaï de 1972 yuean kamphaeng phanom pen (rendre visite [aux murs de] à Phnom Penh) puisque seulement une cinquantaine de pages concernent directement la ville de Phnom Penh (Methprasat 2515 : 33-83), le reste de l’ouvrage étant constitué, d’une part, d’une série de biographie des acteurs politiques cambodgiens de l’époque (p. 1-32), d’autre part, d’articles sur le Cambodge déjà parus dans la presse de Thaïlande au cours de l’année 1972 (p. 84-178).

3 Il faut lire de concert l’article de Christiane Blancot et Charles Goldblum publié en 1994 qui propose une histoire très complète de l’urbanisme de la capitale cambodgienne (Blancot & Goldblum 1994).

4 Il a publié en 2008, avec le soutien de l’UNESCO, Recherches préliminaires sur les langues des minorités du Cambodge, disponible sur Internet, un travail très intéressant mais incomplet puisque les nombreux locuteurs de thaï de la province de Koh Kong ne sont même pas mentionnés.

5 Pour une notice biographique sur Haing S. Ngor (Wu Hanrun, 吴汉润 [吳漢潤],1940-1996), on peut se reporter au dictionnaire des personnalités sud-est asiatiques d’origine chinoise publié en 2012 sous la direction de Leo Suryadinata (Suryadinata 2012 : 784-786).

6 Esmeralda Luciolli, qui passa au Cambodge l’essentiel des années 1984-1986, donne de précieuses informations sur la situation des Chinois de Phnom Penh à l’époque « vietnamienne » (1988 : 58-59).

7 Le 25 juin 2008, l’année de ses 82 ans, Vann Molyvann soutint une thèse d’architecture de l’université Paris VIII avec un mémoire intitulé « Cités du Sud-Est Asiatique. Le Passé et le Présent », préparé sous la direction de Pierre Clément (et de Charles Goldblum). Avec ces deux directeurs et Mme Ashley Thompson de l’université de Californie (Berkeley), j’ai eu le grand honneur de compléter le jury. On trouvera un entretien avec Vann Molyvann, repris d’une revue cambodgienne de 1969, dans l’ouvrage déjà mentionné publié sous la direction de Christiane Blancot (1997 : 45-47).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Déambulations phnompenoises, Jean-Michel Filippi », Moussons, 21 | 2013, 159-163.

Référence électronique

Jean Baffie, « Déambulations phnompenoises, Jean-Michel Filippi », Moussons [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/2182

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche, Aix-Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, 13003, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page