Navigation – Plan du site
Note

Les missionnaires et la botanique : l’exemple du père Urbain Faurie en Extrême-Orient

Missionaries and Botany. The Case of Father Urbain Faurie in the Far-East
Chantal Zheng et Zheng Shun-de
p. 181-189

Résumés

Au cours de leurs voyages d’évangélisation, les missionnaires occidentaux ont contribué au développement de la science botanique en faisant connaître au monde des plantes jusqu’alors inconnues. L’exemple du père Faurie, des Missions étrangères de Paris, montre que la vocation religieuse pouvait, en effet, aller de pair avec une activité scientifique.

Haut de page

Texte intégral

Les missionnaires découvrent la science botanique

1Depuis plusieurs siècles, au cours de leur périple évangélisateur, les missionnaires ont arpenté le grand jardin du monde et emprunté nombre de chemins difficiles et inconnus à travers jungles et forêts peu fréquentées, sur lesquels ils n’ont pas manqué de remarquer l’extraordinaire richesse de la flore locale, souvent méconnue dans leur pays d’origine. Ils ont remarqué des plantes qu’ils n’avaient jamais vues auparavant, ont commencé à les collecter, à les étudier, puis à les classer et à les nommer, attirant dès lors l’attention des scientifiques européens sur leurs trouvailles (voir Fournier 1932).

2Dès 1585, ce sont les jésuites qui font connaître en Europe le litchi (Nephelium litchi) et, en 1656, paraît la Flora sinensis du père Michel Boym (1612-1659), qui fait notamment connaître l’ananas, la goyave, le dourion et l’acajou. Aux xviie et xviiie siècles, dans leurs Lettres édifiantes, les jésuites présentent de nombreuses plantes chinoises, dont le ginseng, et le père du Halde, en 1735, consacre plusieurs chapitres à la flore chinoise, introduisant l’olive, le thé, le mûrier à papier (Broussonetia papyrifera), et signalant les céréales, plantes économiques, industrielles ou officinales les plus remarquables (voir Esquirol 1923). Le père d’Incarville (1706-1757) introduisit l’indigo, la reine-marguerite et le jujubier, et le jésuite portugais Loureiro (1715-1794), qui passa 36 ans en Annam, élabora une Flora cochinchinensis, parue en latin à Lisbonne en 1879 et décrivant 1257 espèces. Au xixe siècle, on doit au père Paul-Hubert Perny (Missions étrangères de Paris ; 1818-1907), résidant au Guizhou, l’introduction du ver à soie (Bombyx pernyi), tandis que plusieurs plantes de Chine portent désormais son nom. Les pères Jean-Marie Delavay (1834-1895) au Yunnan et Emile-Marie Bodinier (1842-1901) au Guizhou herborisent systématiquement leur province respective, d’où ils envoient des spécimens. Le père Henri-François Bon (1844-1892), au Tonkin, était aussi un botaniste émérite, qui a enrichi la science de plusieurs espèces nouvelles, et le père Paul-Guillaume Farges (1844-1912), au Sichuan, y introduisit pour ses chrétiens plusieurs espèces de pommes de terre et, en contrepartie, fit parvenir au Muséum de Paris quelques nouveautés. Le père Emile-Joseph Taquet (1873-1952) collecta en Corée méridionale et dans les îles adjacentes. Il faut souligner que nombre de ces missionnaires collecteurs reçurent des récompenses ou des prix (voir Esquirol 1923 : 623). Le père Jean-André Soulie (1858-1905), qui explora le Tibet, reçut de la Société de Géographie de Paris une médaille d’argent, tandis que sa connaissance des plantes lui valait auprès de ses chrétiens une solide réputation de médecin. Le père Furet (1816-1900), qui séjourna dans les Ryukyus, puis à Nagasaki, à Hakodaté et, enfin, à Yezo dans les années 1863-1869, mérita par ses envois de plantes, de graines et d’oiseaux, le titre de membre honoraire de la Société d’Acclimatation. À son retour, il offrit au Muséum d’Histoire naturelle 350 espèces de plantes récoltées à Hong Kong. Le père Paul-Hubert Perny eut le même honneur.

Les missionnaires sollicités par les scientifiques

  • 1 Mais ils ont aussi effectué des recherches dans les domaines zoologique et géologique.
  • 2 Voir l’exposition vaticane de 1925, qui a permis de mieux saisir cette forme d’activité missionnair (...)

3On peut s’étonner du fait que des hommes dont la vocation était au départ celle de l’apostolat ont pu jouer un rôle d’ampleur dans le progrès scientifique de leur pays et du monde en général. Mais il faut tenir compte du fait qu’au siècle dernier et encore au début de ce siècle, il n’existait pas d’organisation coordonnant l’établissement des Missions apostoliques. Celles-ci étaient souvent improvisées selon les circonstances. Leur création et leur entretien nécessitaient le soutien et l’appui des pouvoirs et des donateurs privés. Les missionnaires confrontés à des difficultés financières pour faire fonctionner leur entreprise furent dans la quasi-obligation de chercher des débouchés complémentaires. Il n’est donc pas étonnant, dans ces circonstances, qu’ils se soient tournés vers la prospection botanique1, d’autant que le monde scientifique, conscient de l’intérêt de leur présence à tous les coins du monde, se mit à les solliciter. Par vocation, en effet, les missionnaires se trouvaient voués à l’exploration, à l’observation géographique, à l’étude des langues, des mœurs et des populations. C’est ainsi que certains, sous l’influence des savants de l’Occident, se mirent à l’apprentissage de l’histoire naturelle, tandis que d’autres, par goût inné, devinrent à leur tour de vrais savants, gagnant une réputation mondiale, un rang dans la science, et dont la contribution aux grandes collections scientifiques du monde fut sans pareille. Mais quelle que fût leur motivation, les missionnaires jouèrent très souvent un rôle capital dans le développement des sciences2.

  • 3 Créée en 1622 dans le but de favoriser l’action missionnaire dans des terres nouvellement explorées
  • 4 Cette brochure de 18 pages, de la main de E. Licent , fut publiée (sans doute pour une diffusion in (...)

4Dès 1882, la Congrégation de la Propagande3 fit parvenir au pape Léon xiii une circulaire destinée à tous les préfets, vicaires et délégués apostoliques sous sa dépendance pour les inviter à « recueillir tout ce qui leur semblerait contribuer à faire connaître l’histoire naturelle de chaque pays, surtout la botanique, la minéralogie et la zoologie ». Pour les besoins de la cause, les scientifiques s’engageaient à fournir aux missionnaires des rudiments de formation et tous conseils utiles pour qu’ils puissent remplir cette nouvelle tâche. Par ailleurs, un fascicule intitulé Appel aux missionnaires pour la récolte et l’envoi d’objets d’histoire naturelle, publié par le musée Hoang-ho Pai-ho4, dresse le profil du missionnaire-collecteur :

L’aide demandée serait peu onéreuse, il faut l’espérer, à chaque missionnaire. Elle se bornerait en utilisant les saisons où le travail de l’apostolat est moins actif (et il y en a dans toutes les régions), ou même en profitant des occasions fortuites qu’on rencontre en tournée, à recueillir les objets plus rares, plus singuliers […] il ne s’agit donc pas de recueillir tout l’ensemble des plantes et des animaux de chaque district mais seulement ce qui a pu et dû échapper à l’attention et aux recherches, si soutenues qu’elles aient été, d’un voyageur […] (Appel, p.1).

5S’ensuivent des conseils pratiques :

Il serait à souhaiter que les faits remarquables, tremblements de terre, sécheresse ou pluie exceptionnelle, épidémies, fléaux des récoltes, passage de bêtes remarquables, etc., soient signalés […] de cette vaste enquête pourraient se dégager des conclusions assez importantes non seulement d’ordre théorique mais aussi d’ordre pratique. (Appel, p. 2.)

6De fait, comme on le constate, il s’agit pratiquement pour les missionnaires d’ériger un vrai service de renseignements dans le pays où ils sont basés.

7Concernant la méthode de collecte elle-même, il est conseillé « d’envoyer plusieurs spécimens d’une même espèce de plante ou de bête » (id.), dans le but d’en faciliter l’étude. Par ailleurs, « il est nécessaire d’inscrire dessus la date et l’endroit auxquels ont été trouvés les spécimens. Les envois sont à faire le plus rapidement possible, dans des boîtes solides, en planche d’un ou deux centimètres d’épaisseur » (id.) « […] les objets petits et délicats s’emballent parfaitement dans un matériel que l’on trouve partout […] des boîtes d’allumettes vides » ! (id.) […] Il est bien précisé dans le fascicule que les frais de recherche, d’emballage et d’expédition seront supportés par le musée (ibid. : 3).

Fig. 1

Fig. 1

« Les boites d’allumettes sont de menus écrins à bon marché. Deux précautions à prendre : caler les objets avec du coton en flocons légers, et protéger le tiroir par une bande de papier avant de le pousser dans l’étui… » (Appel aux Missionnaires).

8Mais le plus ardu pour le missionnaire est la phase de conservation. Ainsi, la notice destinée aux missionnaires poursuit :

9« […] on enveloppe les échantillons (pour l’herbier constitué de plantes à fleurs, fougères, mousses et algues) dans de vieux journaux ou au milieu d’une petite botte de plantes vulgaires aussi feuillues que possible avec liens aux deux bouts et sur la longueur [...] » (ibid. : 5). « Pour le séchage, ne pas se servir de vieux journaux. Les journaux sont chargés d’huile. Le meilleur papier est le papier chinois […] » (id.). « Mais on doit le changer tous les jours pour éviter la moisissure. Quant aux fruits gros et juteux, ils sont à conserver dans l’alcool » (ibid. : 7). « Les animaux doivent être divisés en trois catégories. Les uns sont à conserver dans l’alcool (comme les lézards, serpents, grenouilles, poissons, mollusques et crabes), les autres sont à sécher (comme les insectes), d’autres à écorcher (comme les oiseaux, les mammifères et aussi certains poissons comme les requins…) » (ibid. : 8).

Fig. 2 : Flacon à occision

Fig. 2 : Flacon à occision

« [...] dans le tube (partie supérieure) on mettra des morceaux de cyanure de potassium (poison violent !) ou du coton imbibé de benzine ou d'éther ou de chloroforme… avant de mourir les insectes émettent beaucoup de vapeur d'eau qui ruisselerait sur les parois du flacon et mouillerait les insectes eux-memes ; pour y obvier, mettre dans le flacon des lanières de papier chinois [...] » (Appel aux Missionnaires).

10On donne également comme consigne aux missionnaires d’établir des cartes détaillées, tâche aisée pour eux qui sont toujours sur les routes et donc connaissent comme leur poche les contrées visitées (ibid. : 13-15). En même temps, rien ne les empêche de prélever au passage des échantillons géologiques. Et puis, pendant qu’ils y sont, pourquoi ne pas signaler les objets, instruments, industries les plus typiques du pays. Il ne s’agit pas d’art, mais de choses très populaires comme les outils agricoles, tissus, coiffures… (ibid. : 18). En conclusion, dit la notice, « Appel aux missionnaires », il ne faut qu’un outillage très restreint pour cette collecte (id.), et pour les missionnaires, quelques conseils sur la façon de s’y prendre.

L’exemple du Père Urbain Faurie

11Le père Urbain Faurie, des Missions étrangères de Paris fut ordonné prêtre en 1873. Destiné à la mission du Japon, il part en juillet de la même année. Il commence sa carrière à Tokyo, où il enseigne au Collège ecclésiastique, puis exerce à Niigata, à nouveau à Tokyo, à Asakusa et, dès 1881, à Hakodaté, où il restera 42 ans. Il est dès lors chargé de l’évangélisation de tout le Japon septentrional, du département d’Aomori, des dix provinces de Hokkaido et des îles Kouriles. À Niigata, mettant à profit le temps libre généré par l’indifférence religieuse des populations locales, il se met à étudier la langue du pays, à s’intéresser aux alentours et c’est ainsi que débute sa vocation de collecteur. Au cours de ses douze années à Hakodaté, il sillonne son domaine d’une extrémité à l’autre, baptise massivement tout en s’intéressant de plus en plus à ses plantes. Sa carrière scientifique est en bonne voie. Profitant des moments de loisir que lui laisse sa fonction de prêtre, il herborise phanérogames, fougères et lichens. En mai 1889, ses premières collectes ayant attiré l’attention des scientifiques, il devient correspondant du Muséum d’Histoire naturelle de Paris. Jusqu’en 1894, il parcourt les régions d’Aomori, Hokkaido, les Kouriles et Sakhaline. La même année, il tombe malade et rentre en France. Il est de retour au Japon l’année suivante et reprend avec enthousiasme ses activités.

  • 5 Voir une nécrologie dans le Bulletin de la Société des Missions étrangères de Paris 1915 : 266.
  • 6 Il s’agissait de ceux de Paris, Londres, Vienne ou Berlin, de la Suisse, de l’Autriche, de l’Italie (...)

12Pour entretenir les postes qu’il évangélise, le père Faurie est conscient du fait qu’il a besoin d’argent. C’est ainsi qu’il collecte pour vendre aux grands jardins botaniques d’Europe et d’Amérique. Il avait l’habitude de dire : « Je ne suis qu’un ramasseur de plantes »5. Mais dans son esprit, la botanique était servante de l’apostolat, car elle lui donnait les moyens d’acheter des terrains pour la mission et d’y construire églises et oratoires, de payer des catéchistes et d’acheter des livres. C’est ainsi que, jusqu’à sa mort, il continua d’envoyer régulièrement aux jardins botaniques des spécimens de nouvelles plantes qu’il trouvait6.

  • 7 Si l’on étudie de près le parcours des deux hommes à Taiwan, il apparaît qu’ils ont visité les même (...)

13Le père Faurie a exploré exhaustivement le Japon et la Corée, les Ryukyus, les îles Kouriles, les îles Hawai et Formose. Il a étonné tous les grands savants d’Europe, concurrencé les grands botanistes de son époque, comme le Japonais Hayata, ou l’Anglais Wilson7. Sans doute, Faurie s’est-il inspiré du père Furet des Missions étrangères de Paris (1816-1900) qui séjourna au Japon dans les années 1853-69 et était devenu, lui aussi, membre honoraire du Muséum d’Histoire naturelle de Paris.

  • 8 Il envoyait aussi des pierres et des fossiles, des animaux et, d’une manière générale, tout ce qu’i (...)
  • 9 Il l’aurait donné aux marianistes de Tokyo. Voir Bulletin de la Société des Missions étrangères de (...)

14On raconte que le Père Faurie partait en promenade dans les montagnes, chargé de boîtes de lait concentré, ce qui était sa seule nourriture. Et le soir, au cours de ses haltes, il essayait d’évangéliser les villages où il s’arrêtait. Parfois, il passait la nuit sous un arbre ou à l’abri des rochers. Et quand il rentrait chez lui, avant de prendre du repos, il mettait ses plantes à sécher et surveillait leur dessication avec une grande attention. Il aurait envoyé au total 22 500 phanérogames au seul Muséum parisien. Les établissements qui ont fait l’objet du plus grand nombre d’envois sont le Arnold Arboretum Museum, le British Museum, l’Université de Berkeley, Kew Gardens et l’Université de Kyoto8. Mais il avait aussi son herbier personnel9. Sa passion grandissante ne laissait personne indifférent. Un voyageur qui passa au Japon chez le père Faurie raconte :

Nous avons été reçus au port par un botaniste célèbre qui est un aimable original. Sans nous laisser le temps de souffler, il nous a fait admirer avant toute chose sa collection de mousses et de lichens et n’a consenti qu’ensuite à nous emmener contempler la rade qui est l’une des plus belles du Japon […]. (Annales de la Société des Missions étrangères de Paris, 1903 : 38.)

Fig. 4 : Monument dédié au Père Faurie, Jardin botanique de Taipei

Fig. 4 : Monument dédié au Père Faurie, Jardin botanique de Taipei

Avec l'inscription suivante : « A la mémoire de l'Abbé Urbain Faurie (1847-1915), l'inlassable collecteur de plantes, mort à la peine dans cette île le 4 juillet 1915. »

  • 10 Voir Bulletin de la Société des Missions étrangères de Paris 1923 : 823.

15Une autre anecdote évoque le capitaine d’un bateau italien faisant escale à Aomori, qui vint le saluer et lui demander quelles étaient les curiosités de la région. Sans lever le nez de son herbier, le père Faurie répondit : « Oh ! Vous savez quand on m’a vu, on a tout vu »10.

16Urbain Faurie fit deux voyages à Formose, l’un en 1901, le deuxième en 1913. La seconde fois, il resta dans l’île jusqu’en 1915 et en explora tous les recoins. Insensible au climat, indifférent aux dangers de la forêt, il avait l’habitude de se déplacer sans précaution, uniquement chaussé de sandales de paille. Dans l’île, il découvrit et nomma nombre de plantes, notamment une orchidée épiphyte (Dendrobium Père-Fauriei), plusieurs Violacées, des Rosacées, des Primulacées… Il collectait avec une telle ardeur que son collègue japonais Hayata disait de lui : « Je crains de n’être jamais capable d’approcher de son dévouement à la science ! » (Hayata 1916 : 272).

Fig. 5-6 : Saussurea Fauriei (gauche) et Schizachne Fauriei (droite)

Fig. 5-6 : Saussurea Fauriei (gauche) et Schizachne Fauriei (droite)

http://kmunakata.cool.ne.jp/​hanazono/​faurie.html.

  • 11 Il mourut d’une congestion cérébrale dans la résidence des pères dominicains de Taipei. Lors d’un r (...)
  • 12 A cette époque, Formose est une colonie du Japon depuis 1895.

17De fait, c’est Faurie qui fit connaître Formose aux botanistes, qui l’avaient fort peu visitée jusque-là. Il était très enthousiaste quant aux potentialités du lieu et, si la mort ne l’y avait pas surpris11, il est fort à parier qu’il aurait fini d’explorer la côte est, dont il venait juste de débuter l’investigation. Dans une lettre datée du 9 mars 1915 et adressée au Muséum d’Histoire naturelle de Paris, il écrit : « C’est incroyable la richesse et la nouveauté de cette flore ! Si un jour vous venez au Japon, c’est à Formose qu’il faut venir. C’est à se repentir d’avoir tant tardé d’y venir ! Mais mieux vaut tard que jamais ! »12.

Conclusion

  • 13 Sur le père Urbain Faurie, nous avons trouvé des informations dans les institutions suivantes : 1) (...)

18L’exemple du père Faurie montre bien que la vocation religieuse peut aller de pair avec une activité scientifique. En effet, la contribution de ces missionnaires-botanistes est non seulement inestimable au plan des collections rassemblées d’un bout du monde à l’autre, mais extrêmement précieuse également pour le développement d’autres sciences telles que géologie, zoologie, ou ethnologie. Nombre de documents et archives relatifs aux missionnaires et à leurs travaux scientifiques sont disponibles à la fois dans les archives de leurs ordres et dans celles des grands muséums du monde avec lesquels ils collaborèrent. Jusqu’à présent mal connus, voire ignorés, ces documents sont une source d’information incontournable pour la connaissance des pays où leurs auteurs ont exercé, souvent de très longues années, leurs activités13.

Haut de page

Bibliographie

ESQUIROL, Joseph, 1923, « La Botanique et les Missionnaires », Bulletin de la Société des Missions étrangères de Paris, 2 : 615-626.

FOURNIER, P., 1932, La contribution des missionnaires français au progrès des sciences naturelles aux xixe et xxe siècles, Paris : Lechevalier.

HAYATA, Bunzo, 1916, « Père Urbain Faurie », Botanical Magazine, pp. 267-272.

LI Hui-lin, 1963, Woody Flora of Taiwan, Narberth (Pennsylvania) : Morris Arboretum & Livingston Publishing Cy.

WU Yonghua, 2003, Taiwan senlin tanxian [Plant hunting in Taiwan], Taizhong : Editions Morning Star.

Haut de page

Notes

1 Mais ils ont aussi effectué des recherches dans les domaines zoologique et géologique.

2 Voir l’exposition vaticane de 1925, qui a permis de mieux saisir cette forme d’activité missionnaire par la variété et la richesse des collections qui s’y trouvaient réunies.

3 Créée en 1622 dans le but de favoriser l’action missionnaire dans des terres nouvellement explorées.

4 Cette brochure de 18 pages, de la main de E. Licent , fut publiée (sans doute pour une diffusion interne) par le musée-laboratoire d’Histoire naturelle « Hoang-ho Pai-ho » en 1920. Originellement, s’y trouvait adjointe une carte « des itinéraires du Père Licent dans le bassin du golfe du Pei tche ly ». On la trouve à la bibliothèque du Muséum d’Histoire naturelle de Paris.

5 Voir une nécrologie dans le Bulletin de la Société des Missions étrangères de Paris 1915 : 266.

6 Il s’agissait de ceux de Paris, Londres, Vienne ou Berlin, de la Suisse, de l’Autriche, de l’Italie et, aux Etats-Unis, du Arnold Arboretum, de l’Université de Californie, du jardin botanique de New York, de la Smithsonian Institution, ainsi que de l’Université Nationale de Taiwan et de l’Université de Kyoto.

7 Si l’on étudie de près le parcours des deux hommes à Taiwan, il apparaît qu’ils ont visité les mêmes lieux au même moment. Il n’est pas interdit de penser qu’ils ont pu coopérer lors de certaines expéditions. Pour des détails sur les lieux et les plantes collectées par Wilson et Faurie, voir Li Hui-lin 1963.

8 Il envoyait aussi des pierres et des fossiles, des animaux et, d’une manière générale, tout ce qu’il trouvait dans les villages qu’il traversait : outils agraires, vaisselle, ustensiles, objets religieux, statues, etc. Voir son courrier du 13 juin 1888 adressé de Tokyo au Muséum de Paris (Archives du laboratoire de Phanérogamie, n° 211404).

9 Il l’aurait donné aux marianistes de Tokyo. Voir Bulletin de la Société des Missions étrangères de Paris 1953 : 238-240.

10 Voir Bulletin de la Société des Missions étrangères de Paris 1923 : 823.

11 Il mourut d’une congestion cérébrale dans la résidence des pères dominicains de Taipei. Lors d’un récent séjour à Taiwan, nous avons contacté les dominicains mais il semble que toute donnée relative au séjour de Faurie chez eux soit à rechercher dans les archives de l’ordre, conservées à la maison-mère de Manille.

12 A cette époque, Formose est une colonie du Japon depuis 1895.

13 Sur le père Urbain Faurie, nous avons trouvé des informations dans les institutions suivantes : 1) Muséum d’Histoire naturelle de Paris, Archives du laboratoire de Phanérogamie (16, rue Buffon) : il s’agit de lettres de Faurie principalement au Muséum, écrites de Taihoku (Taipei, Formose, en 1915), de Yokohama (1898) et de Tokyo (1888), d’une fiche de l’herbier récapitulant les plantes qu’il envoya au Muséum en provenance du Japon, de Corée et de Formose entre 1885 et 1915, d’une biographie classée à « Faurie » (n° 11404 ; 1916) et comportant divers articles rédigés en japonais par Bunzo Hayata, d’une correspondance adressée au docteur Vidal et datée de 1877, comportant une liste de 600 plantes collectées lors d’un voyage de Niigata à Yedo et une liste de 14 pages de « Fougères du Japon » collectées par lui ; 2) Archives du Jardin Botanique de Kew : une liste de 48 pages des plantes qu’il a expédié au jardin jusqu’à l’année 1896 ; enfin, 3) Archives des Missions étrangères de Paris : des correspondances classées dans : Japon 1873-1876, Japon méridional 1877-1884, vol. 570, écrites en 1884 de Sapporo, en 1882 de Hakodaté, 1874 (Hakodaté), et également des correspondances entre sa famille, le ministère des Affaires étrangères et la congrégation après le décès de Faurie (1919), au sujet de son herbier personnel et de questions d’héritage. Parmi les articles dans lesquels on trouve des informations sur Faurie, nous citerons Hayata 1916 ; les Annales de la Société des Missions étrangères 1900 : 102 ; 1903 : 38 ; 1915 : 265-269 ; 1917-1918 : 593 ; 1938 : 11 ; et le Bulletin de la Société des Missions étrangères de Paris 1922 : 145-146 ; 1923 : 615-616, 623-624 ; 1938 : 671 ; 1941 : 673 ; 1953 : 238-240 ; 1957 : 668, 853. Pour plus de détails sur la flore collectée, on se reportera à Li Hui-lin (1963) et à Wu Yonghua (2003 : 12-54).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende « Les boites d’allumettes sont de menus écrins à bon marché. Deux précautions à prendre : caler les objets avec du coton en flocons légers, et protéger le tiroir par une bande de papier avant de le pousser dans l’étui… » (Appel aux Missionnaires).
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2281/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Titre Fig. 2 : Flacon à occision
Légende « [...] dans le tube (partie supérieure) on mettra des morceaux de cyanure de potassium (poison violent !) ou du coton imbibé de benzine ou d'éther ou de chloroforme… avant de mourir les insectes émettent beaucoup de vapeur d'eau qui ruisselerait sur les parois du flacon et mouillerait les insectes eux-memes ; pour y obvier, mettre dans le flacon des lanières de papier chinois [...] » (Appel aux Missionnaires).
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2281/img-2.png
Fichier image/png, 144k
Titre Fig. 3 : Le Père Urbain Faurie
Crédits http://kmunakata.cool.ne.jp/​hanazono/​faurie.html.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2281/img-3.png
Fichier image/png, 928k
Titre Fig. 4 : Monument dédié au Père Faurie, Jardin botanique de Taipei
Légende Avec l'inscription suivante : « A la mémoire de l'Abbé Urbain Faurie (1847-1915), l'inlassable collecteur de plantes, mort à la peine dans cette île le 4 juillet 1915. »
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2281/img-4.png
Fichier image/png, 796k
Titre Fig. 5-6 : Saussurea Fauriei (gauche) et Schizachne Fauriei (droite)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2281/img-5.png
Fichier image/png, 98k
Crédits http://kmunakata.cool.ne.jp/​hanazono/​faurie.html.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2281/img-6.png
Fichier image/png, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Zheng et Zheng Shun-de, « Les missionnaires et la botanique : l’exemple du père Urbain Faurie en Extrême-Orient », Moussons, 8 | 2005, 181-189.

Référence électronique

Chantal Zheng et Zheng Shun-de, « Les missionnaires et la botanique : l’exemple du père Urbain Faurie en Extrême-Orient », Moussons [En ligne], 8 | 2005, mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/2281 ; DOI : 10.4000/moussons.2281

Haut de page

Auteurs

Chantal Zheng

Chantal Zheng, professeur au département d’Études chinoises de l’Université de Provence, est spécialisée dans l’ethnohistoire de Taiwan.

Articles du même auteur

Zheng Shun-de

Zheng Shun-de est professeur assistant au département de Gestion de l’hospitalité de l’Institut de Technologie Nan-Jeon de Taiwan.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page