Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Articles

Présentation

Des migrants birmans dans la ville
Renaud Egreteau et Julie Baujard
p. 5-7
Traduction(s) :
Presentation

Texte intégral

1Le rôle des villes dans les processus de transnationalisation et de mobilité migratoire fait, depuis quelques années, l’objet d’une attention particulière (Sassen 2001 ; Smith 2001). L’espace urbain, situé entre le global et le local, est en effet le théâtre de processus complexes de migration et de pratiques transnationales. Les villes attirent des populations diverses et des acteurs hétérogènes y coexistent dans la proximité. Elles constituent des lieux d’innovation en termes de modes d’action, d’échanges, de sociabilité et de mobilisation politique (Appadurai 2002 ; Agier 2009). Elles sont autant de lieux d’expression et de (re)construction de l’identité des populations qui les composent, de redéfinition de leurs territoires ainsi que des pouvoirs et des modes de gouvernance qui s’y exercent.

2Les articles et les notes de recherche rassemblés dans ce dossier s’inscrivent dans cette perspective théorique qui vise à interroger les relations entre migration, urbanité, mobilisation et transnationalisme. Plus particulièrement, nous avons choisi d’explorer ces phénomènes à travers l’étude de diverses communautés de migrants de Birmanie (Myanmar) s’étant établies de façon plus ou moins permanente dans des métropoles d’Asie. La dernière étude traite quant à elle de la migration de travailleuses philippines et indonésiennes à Hong Kong et apporte un contrepoint aux textes sur les migrants birmans, dont l’étude comparative reste encore très marginale.

3La Birmanie fut pourtant au cours du xxe siècle un véritable foyer d’émigration : des communautés indiennes et chinoises attirées vers Rangoun ou Mandalay par l’entreprise coloniale britannique (1826-1937) puis chassées par les politiques nationalistes menées par les élites postcoloniales birmanes, aux réfugiés birmans fuyant un contexte de guerre civile permanente depuis l’indépendance en 1948, en passant par les migrants birmans cherchant des opportunités économiques absentes d’un pays miné par le sous-développement et les dérives autarciques et xénophobes de ses régimes militaires successifs. Aujourd’hui, près de quatre millions de Birmans vivraient en dehors de leurs frontières nationales. Nombre d’entre eux se sont installés dans des grandes métropoles du monde actuel, en particulier en Asie. Migrants volontaires ou forcés, légaux ou illégaux selon les législations en vigueur, tous font l’expérience de profonds changements dans ce mouvement migratoire vers des mondes urbains et globalisés, mouvement provoqué par la modernité, le libéralisme économique et social ou de violentes transformations politiques intervenues dans leurs régions d’origine.

4Dans ce dossier, nous souhaitons mieux comprendre les dynamiques d’installation de diverses communautés de migrants birmans dans des espaces urbanisés, ainsi que leur mobilisation au sein de leur société d’accueil « urbaine ». Nous avons ainsi choisi de nous intéresser à des villes asiatiques de plusieurs millions d’habitants : des villes « globales » (Bangkok, Tokyo, Singapour) ou en train de le devenir (New Delhi), ainsi que des capitales régionales au tissu urbain fortement développé (Madras et Calcutta en Inde, Chittagong au Bangladesh). Toutes concentrent un fort capital économique, dont l’essor nécessite une main-d’œuvre « étrangère  souvent peu onéreuse, mobile et plus ou moins qualifiée. Ces villes proposent aussi des infrastructures politiques et sociales particulières – inconnues en milieu rural – qui attirent ces migrants en quête de ressources nouvelles.

5L’ensemble des contributions réunies met en avant quelques éléments saillants liés à la migration de populations birmanes – et plus généralement sud-est asiatiques – vers de grands espaces urbains. Tout d’abord, la ville offre des ressources économiques, sociales, politiques que chaque migrant tente de capter, en premier lieu l’emploi. Les Rohingya alimentent de leur main-d’œuvre extrêmement bon marché les chantiers de construction immobilière et navale de Chittagong (Berthet). Les rapatriés indo-birmans ont été rapidement employés dans des usines ou des administrations locales selon des quotas imposés par les autorités indiennes à Madras ou Calcutta (Egreteau). Les travailleuses domestiques indonésiennes et philippines trouvent à Hong Kong des opportunités inconnues dans leurs espaces ruraux d’origine (Husson).

6D’autre part, la ville facilite la mobilisation sociopolitique des Birmans exilés car elle concentre les moyens de la lutte. Les associations et autres organisations ethniques ou diasporiques développent, dans et à partir des espaces urbains dans lesquels elles prennent pied, des réseaux de solidarité communautaire locaux mais aussi transnationaux (Mersan). Les connexions Internet y sont aisées, chez soi ou dans des cafés, les transports en commun aident à la mobilité des personnes (Banki), les organisations de migrants y tiennent réunions et sessions de formation, notamment aux droits de l’homme ou au syndicalisme (Baujard, Egreteau), la récolte de fonds y est plus aisée (Mersan, Husson). Ces villes constituent donc des nœuds de circulations transnationales liant pays d’origine et sociétés d’installation, en Asie et en Occident. On voit à travers ces différentes contributions que l’espace urbain est un lieu d’interactions par excellence, de familiarisation avec d’autres luttes, en ce qu’il met en contact les migrants et ceux qui les soutiennent, comme l’atteste le « dispositif-réfugié » que l’on retrouve à New Delhi (Baujard). Il est aussi le véhicule permettant aux migrants de s’approprier leur nouvelle « citoyenneté », locale et urbaine dans un premier temps, nationale ensuite, en développant peu à peu un sentiment d’appartenance « à la cité » (Egreteau).

7La ville offre ainsi une plus grande liberté dans la (re)construction des repères de la vie économique et sociale mais elle produit aussi de la précarité pour des populations déracinées, souvent d’origine rurale (Banki, Baujard) ou isolées, comme ces jeunes femmes à Hong Kong qui trouvent pourtant dans cette métropole bouillonnante un soutien affectif, notamment à travers des expériences sexuelles jugées immorales dans leur région d’origine (Husson). Fenêtre sur le monde global, d’où son élection par les activistes et les travailleurs, la ville est aussi le lieu par excellence de l’anonymat. Celui-ci permet ainsi aux plus précaires de se fondre dans la masse tout en y agissant malgré les dangers encourus (d’arrestation, de déportation), comme le montre Susan Banki à travers l’exemple de l’activisme birman à Bangkok et Tokyo. La ville constitue donc un lieu de refuge idéal pour les différents migrants qui ne souhaitent pas être identifiés ou remarqués : migrants rohingya illégaux à Chittagong (Berthet), demandeurs d’asile dont la résidence n’est pas autorisée (Banki) ou qui se trouvent déboutés du droit d’asile.

8Pour clore ce dossier, nous offrons un éclairage comparatif grâce à diverses revues critiques d’ouvrages récents portant sur l’activisme sociopolitique de populations birmanes et sud-est asiatiques exilées à travers le monde, de façon volontaire ou non.

Haut de page

Bibliographie

Agier, Michel, 2009, Esquisses d’une anthropologie de la ville, Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant.

Appadurai, Arjun, 2002, « Deep Democracy : Urban Governmentality and the Horizon of Politics », Public Culture, 14, 1 : 21-47.

Sassen, Saskia, 2001 [1991], The Global City : New York, London, Tokyo, Princeton NJ : Princeton University Press.

Smith, M. P., 2001, Transnational Urbanism : Locating Globalization, Malden MA : Blackwell.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Egreteau et Julie Baujard, « Présentation », Moussons, 22 | 2013, 5-7.

Référence électronique

Renaud Egreteau et Julie Baujard, « Présentation », Moussons [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 21 novembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/2309 ; DOI : 10.4000/moussons.2309

Haut de page

Auteurs

Renaud Egreteau

Renaud Egreteau (PhD IEP Paris, 2006) is Research Assistant Professor with the Hong Kong Institute for the Humanities and Social Sciences (inc. Centre of Asian Studies) at the University of Hong Kong, and Associate Researcher with the Bangkok-based Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine (IRASEC). His current research explores the evolving political ecologies of contemporary India and Burma (Myanmar). A political scientist, he recently moved beyond nation state-based classical theories to address the (mis)fortunes of Indian and Burmese transnational actors, their diasporic networks and migration trajectories.

Articles du même auteur

Julie Baujard

Julie Baujard est anthropologue, membre associée de l’IrAsia (CNRS-AMU UMR 7306) et du Centre d’étude de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS-EHESS UMR 8564). Ses recherches portent sur les réfugiés vivant en milieu urbain indien.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page