Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Articles

« Nous sommes des femmes dangereuses ! »… en danger. Mobilisation des réfugiées birmanes à Delhi

“We are Dangerous Ladies !”... in Danger. Mobilisation of Burmese Refugee Women in Delhi
Julie Baujard 
p. 57-73

Résumés

En venant demander l’asile à Delhi, les Birmans entrent au cœur d’un « dispositif-réfugié », soit l’ensemble des acteurs intervenant auprès d’eux, les valeurs qu’ils véhiculent et les interactions qu’ils engendrent. Cette situation très complexe projette les réfugiés dans un monde transnational, aux référents et aux logiques multiples. Les organisations féminines réfugiées constituent un groupe cible de ce dispositif et sont au cœur de cet article. On analyse l’effet produit par la ville de Delhi sur les réfugiés birmans, et plus particulièrement les femmes chin, au travers des actions des multiples acteurs sur les problèmes vécus par ces dernières. On observe que la ville génère tout autant des problèmes (précarité, violence) et exacerbe la vulnérabilité des femmes dans la cité qu’elle crée des opportunités nouvelles et qu’elle renforce, via la multitude des leviers offerts par la présence des différents acteurs, la capacité de mobilisation des femmes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les réfugiés sont considérés comme des populations vulnérables et, à ce titre, reçoivent généralement protection et assistance humanitaire présentée comme répondant aux besoins des réfugiés (Harrell-Bond 1986 ; Malkki 1995). Les anthropologues ont montré comment « le gouvernement humanitaire » – pour reprendre l’expression par laquelle Agier (2006, 2008) désigne les différentes instances délivrant l’aide humanitaire et, par la même occasion, contrôlant les bénéficiaires de cette aide – introduit des normes et des valeurs spécifiques et génère des dynamiques sociales singulières (Atlani-Duault 2005 ; Baujard 2008). Qu’en est-il à Delhi où les réfugiés ne sont pas accueillis dans des camps mais vivent au sein d’une mégapole constituant une zone de convergence de populations et d’acteurs de toutes sortes avec lesquels les réfugiés entrent en contact ?

2En venant chercher l’asile à Delhi, les Birmans se retrouvent au cœur de l’attention de nombreux acteurs, qui s’intéressent à eux en tant que réfugiés et/ou entendent en assurer la gestion. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), tout d’abord, qui administre ceux à qui il va accorder le statut international ; des institutions nationales, comme le bureau d’enregistrement des étrangers, qui légalise leur séjour en Inde ; des religieux animés par des dynamiques caritatives communautaires ; ou encore des acteurs politiques au sens large du terme, qui cherchent à défendre un projet de société à travers la promotion de la démocratie ou la formation d’une société civile. Je propose de nommer l’ensemble de ces acteurs, les valeurs qu’ils véhiculent et les interactions auxquelles ils donnent lieu, le « dispositif-réfugié ».

  • 1 Les données ethnographiques sur lesquelles repose cet article ont d’une part été collectées entre2 (...)

3Les organisations féminines réfugiées constituent un groupe cible de ce dispositif en ce qu’elles reçoivent une attention plus grande encore que leurs homologues masculins ; elles seront au cœur de cet article, et tout particulièrement une de ces organisations, la Burmese Women Delhi (BWD), qui revendique un travail social, de « grass root », et se défend de faire de la politique. Néanmoins, par ses actions, elle contribue à faire advenir des sujets politiques, qui revendiquent une légitimité sociale en tant que réfugiés, en tant que femmes. On questionnera ici l’impact des acteurs du dispositif-réfugié sur les mobilisations des Birmanes dans la capitale indienne : on se demandera dans quelle mesure ces nombreux acteurs de la gigantesque et cosmopolite ville de Delhi influencent la structuration des migrants, inspirent leurs revendications et orientent leurs trajectoires, et quelle est la part du contexte urbain dans ces processus. L’hypothèse ici défendue est que le contexte urbain – de Delhi en l’occurrence – en tendant à multiplier le nombre possible d’acteurs de ce dispositif-réfugié, projette ces réfugiés dans un monde transnational, aux référents et aux logiques multiples. Les réfugiés birmans pénètrent ainsi des sphères sociales qui traversent les frontières géographiques, politiques et culturelles traditionnelles et les construisent (ou, en fonction de la place, participent à leur construction). Après avoir présenté les différents acteurs de ce dispositif-réfugié que découvrent les réfugiés birmans de Delhi, on examinera, à partir de l’exemple des organisations féminines, en quoi ils peuvent influer sur les modes d’organisation et d’action de ces réfugiés et les orienter1.

Le dispositif-réfugié à Delhi

4L’Inde ne reconnaît pas le statut de réfugié, ni au niveau international, puisqu’elle n’est pas signataire de la Convention de Genève (1951), ni au niveau national, car elle les considère comme de simples étrangers, régis par le Foreigners’ Act de 1946. Elle leur accorde néanmoins certains droits fondamentaux, garantis par la Constitution de 1950, mais non celui de travailler, et tous ne disposent pas de permis de résidence temporaire.

5On compte quelque 70 000 à 80 000 Birmans dans le Nord-Est indien – il s’agit essentiellement de Chin dans l’État du Mizoram2 (Egreteau 2012) –, faiblement pris en charge car le HCR n’y est pas autorisé et que la présence extérieure (internationale comme nationale) y a longtemps été régulée par des permis de séjour spécifiques. C’est en milieu urbain, à Delhi, que se concentre l’action du HCR, qui y recense plus de 10000 réfugiés et demandeurs d’asile en provenance de Birmanie en 20123, là encore majoritairement chin. Ce désir de protection humanitaire est l’une des principales raisons qui conduisent les Birmans vers Delhi ; ils y sont également attirés par l’espoir que la capitale indienne constitue un tremplin vers un ailleurs meilleur. L’agence des Nations unies les qualifie de « réfugiés urbains », c’est-à-dire despersonnes qui ont quitté leur pays sous la contrainte et, plutôt que d’être accueillies dans des camps, se sont établies dans différents quartiers de la ville. Par rapport aux réfugiés en camps, ils ont davantage de latitude pour reconstruire les repères de la vie courante (choix du lieu de résidence, travail, éducation, etc.). Bien qu’il existe de très nombreuses formes de camps de réfugiés, dont certains sont ouverts et situés en ville (mais qui s’apparentent alors souvent à des ghettos), ils demeurent des zones d’exclusion socio-spatiale, de mise à distance. Au contraire, à Delhi, les réfugiés vivent au sein de la cité, dans des quartiers qui ne sont pas des « espaces écarts » (Doraï & Puig 2013) et où ils peuvent être acteurs de leur trajectoire, dans une certaine mesure.

6Cette ville où convergent les réfugiés, la métropole tentaculaire de Delhi, est un impressionnant carrefour cosmopolite qui contraste avec le milieu d’origine de la plupart, même si certains sont d’origine urbaine. Plus qu’une ville, Delhi est une capitale, concentrant ambassades, agences des Nations unies, médias, organisations non gouvernementales (ONG), maisons d’édition et militants. Ce contexte de mégapole permet l’intervention d’un nombre d’acteurs bien plus élevé que dans les camps de réfugiés, des acteurs qui interviennent sur les trajectoires des réfugiés par leurs actions caritatives, philanthropiques, politiques.

Le HCR

7Le premier de ces acteurs est le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). En délivrant le statut de réfugié, le HCR ouvre des droits de protection contre le retour forcé au pays ou refoulement. Il a également pour mission d’aider les individus qu’il administre en matière de santé, d’éducation, de logement et de nourriture. Ces aides qu’il met en place visent à « rendre autonomes les réfugiés, en particulier les femmes, et à renforcer leurs capacités productives et leur autosuffisance […]4. » Cette attention particulière accordée aux femmes s’appuie sur l’idée qu’elles sont plus vulnérables que leurs partenaires masculins. Mais elles sont également considérées comme des interlocutrices privilégiées dans les projets d’activités de création de revenu car elles feraient preuve d’une vision plus collective, elles seraient les garantes de la famille, et, au-delà, du groupe.

  • 5 La réinstallation est l’une des trois solutions durables à l’exil des réfugiés prévue par la Conven (...)

8Les premiers gender guidelines ont été développés par le HCR en 1991 (Binder & Tošić 2005 : 616) et depuis, différents textes ont été adoptés. Cette politique se traduit par des allocations spécifiques destinées aux femmes isolées avec enfants, par l’attribution de places prioritaires en réinstallation5 ou par des programmes de génération de revenus spécifiquement féminins, tel que le tissage ou le tricotage dans le cas des Birmanes. Le HCR met ainsi l’accent sur les activités féminines pour répondre à des contraintes objectives, comme l’impossibilité pour les mères d’enfants en bas âge de quitter la maison, et dans le but d’augmenter le revenu familial.

  • 6 Consultante indépendante du HCR, Marie Lobo a réalisé une enquête sur les réfugiés de Birmanie, et (...)
  • 7 Entretien mené en août2006.

9De plus, à la suite des conclusions de l’enquête d’une consultante à Delhi en 2005, le HCR a mis en place un centre, le Women’s Protection Centre6, pour procéder au profiling des réfugiées birmanes : des entretiens approfondis, lors desquels les femmes pouvaient exposer leurs problèmes. La chargée de communication du HCR7 a cependant dénoncé la part de construction du discours des réfugiées – beaucoup d’entre elles faisant état de violences à leur encontre – pour entrer dans les catégories de l’assistance humanitaire, pour être considérées comme des women at risk et accéder à la réinstallation. Si l’on ne peut exclure ce phénomène, témoin d’une maîtrise, par les réfugiées, du fonctionnement du système de protection international, la violence est néanmoins un thème récurrent contre lequel les associations de réfugié-e-s à Delhi luttent.

10En plus de cette attention portée à la vulnérabilité des femmes, le HCR développe un discours sur l’égalité entre les sexes. En 2005, il a ainsi pris cinq engagements en faveur des femmes, dont celui de leur représentativité. Cette même année, le HCR a insisté auprès du comité représentant les réfugiés face au HCR, le All Burmese Refugees Committee (ABRC), pour que les femmes y soient davantage représentées : il demanda que le nombre de déléguées soit proportionnel au nombre de femmes dans la communauté réfugiée, soit environ 40 %. Le ABRC accepta cette requête.

Des ONG

11Le HCR travaille avec des ONG locales partenaires ; en 2013 il s’agit principalement du Socio-Legal Information Council – en matière de protection juridique – et de Don Bosco Ashalayam – pour les questions d’éducation, de santé, d’emploi. D’autres ONG font partie de ces acteurs composant le dispositif-réfugié, et agissent auprès des réfugiés indépendamment des instances officielles, sans devoir passer par elles pour avoir accès aux réfugiés.

12Moins investie par les ONG que la Thaïlande, l’Inde offre cependant aux sympathisants des réfugiés un riche terrain d’action. L’Inde et plus particulièrement Delhi, car la capitale est bien plus facile d’accès que le Nord-Est, pour lequel les étrangers, jusqu’à récemment, devaient posséder un permis spécial8. Parmi ces ONG actives dans le milieu des réfugiés birmans de Delhi, notons le Burma Centre Prague (BCP) qui a été créé par une Birmane réinstallée en République tchèque et mariée à un Allemand avec lequel elle a fondé l’organisation. Son projet « Indian Base for the transformation of Burma » est financé par le ministère des Affaires étrangères tchèque et par des dons. Cette ONG donne la priorité aux projets multi-ethniques et à ceux qui renforcent les capacités des femmes et des « faibles » (handicaps physiques, victimes de violences)9.

  • 10 Margot Pires est doctorante en anthropologie culturelle et sociale à l’université de Vienne et prép (...)

13L’Austrian Burma Centre (ABC) est avant tout l’œuvre d’une personne, Margot Pires10, qui a mis en place un projet de production de sacs de jute assemblés par des Birmanes. Une dizaine de femmes travaillent dans le cadre de cette initiative. Les projets développés au sein de l’ABC s’adressent aux réfugiés birmans vivant à Delhi et visent aussi les Rohingya (une minorité musulmane de l’ouest birman) présents dans la capitale. M. Pires donne aussi parfois des formations en gestion de projet de création de revenus (étude de marché, évaluation des risques) et elle apporte des aides individuelles et ponctuelles.

Des religieux

14Le soutien du monde chrétien indien aux Chin est manifeste. Il se décline dans différents domaines, en premier lieu celui de l’éducation et l’Inde constitue de facto une destination privilégiée pour les Chin. Plusieurs collèges bibliques, que l’on retrouve aussi en Birmanie et partout en Inde, accueillent les Chin à des coûts très réduits. Ils leur délivrent un enseignement religieux et visent notamment à former des pasteurs pour poursuivre l’évangélisation. Encouragés à quitter leur village pour venir étudier en Inde, plusieurs Chin rencontrés à Delhi se destinaient à devenir pasteurs à leur retour en Birmanie, ou sur le chemin de l’exil. Delhi se trouve ainsi au cœur d’un réseau éducatif chrétien transnational qui se déploie en Asie et est intimement connecté avec l’Occident, notamment du fait du public international de plusieurs de ces établissements ou de la circulation, en leur sein, de missionnaires occidentaux (Baujard 2008 : 310-13). Les chrétiens indiens soutiennent également les organisations féminines chin dans le domaine social, comme l’illustre le cas de la Burmese Women Delhi. Enfin, ils interviennent dans des situations d’urgence, comme lors de l’arrivée soudaine de demandeurs d’asile en 2002 (Baujard 2010 : 86).

15Au-delà du monde caritatif indien, les Chin reçoivent le soutien des Églises nord-américaines par l’intermédiaire des immigrés birmans, dont l’un des plus visibles est Zo Tum Hmung. Ce leader chin expatrié aux États-Unis, partie prenante de la reconnaissance en 2001 d’un millier de demandeurs d’asile chin et kachin sur l’île de Guam (territoire américain dans le Pacifique), est l’auteur de différentes missions donnant lieu à des rapports envoyés aux Nations unies et à l’administration américaine pour tenter de faciliter la réinstallation des Chin dans des terres prospères et chrétiennes (Baujard 2008 : 221-222) ou médiatiser la cause des Chin au Mizoram (Seeking Refuge11, dont les deux pages de remerciements témoignent d’un vaste soutien chrétien américain, des baptistes en particulier, comme on l’observe en Thaïlande [Horstmann 2011]).

16Delhi constitue de fait un des nœuds d’un réseau chrétien transnational missionnaire, au sein duquel se déploie un espace de mobilité chin. S’y joue la migration des Chin vers l’Occident, opportunité facilitée par le statut de réfugié et/ou par le soutien de la diaspora chin, principalement installée en Amérique.

Des fondations politiques

  • 12 Il s’agit du discours de Westminster (1982) prononcé en pleine guerre froide devant le parlement br (...)
  • 13 Le gouvernement en exil (National Coalition Government of the Union of Burma) et la Ligue nationale (...)

17Parmi les acteurs politiques qui soutiennent les réfugiés, on trouve des organisations démocrates et libérales occidentales qui financent diverses associations de réfugiés. Deux d’entre elles se montrent particulièrement actives à Delhi : le National Endowment for Democracy (NED) et l’Open Society Institute (OSI). J’ai proposé ailleurs de les qualifier de « croisés de la démocratie » (Baujard 2008 : 251). Fondé en 1983 par le Congrès américain à la suite d’un appel de Ronald Reagan en faveur d’une « croisade » pour la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes12, le NED est une association qui finançait les organes politiques majeurs des Birmans jusqu’en 201213 ainsi que certaines de leurs associations, notamment celles développant des projets éducatifs ou d’empowerment, c’est-à-dire de développement des capacités (en particulier diverses organisations féminines). Américain également, l’Open Society Institute (OSI), fondé par George Soros, est une sorte de multinationale de la philanthropie fonctionnant sur la base de remise de fonds à des ONG dont les projets visent la promotion de la gouvernance démocratique.

18En apportant leur soutien aux réfugiés, ces bailleurs tentent de transmettre leurs valeurs et leur idéologie, parfois de façon très claire, en faisant figurer leurs attentes sur les contrats de subventions, lors d’échanges téléphoniques avec les responsables réfugiés ou de visites de contrôle à Delhi, mais aussi parfois par de simples orientations données en amont. Le choix des projets financés reflète également l’idée qu’ils se font des réfugiés. Ils contribuent à cristalliser une définition politique du réfugié dans la mesure où ils n’apportent leur aide qu’à ceux qui s’affirment comme des sujets politiques. Ainsi, ils financent la Women’s Rights and Welfare Association of Burma (WRWAB), qui vise l’émancipation et la participation politique des femmes birmanes, mais non la Burmese Women Delhi (BWD), dont le travail vise en premier lieu la réduction de la pauvreté des Birmanes.

Des activistes

  • 14 Par exemple, celle du Chin Hre Mang J.H., 2000, Report on the Chin Refugees in Mizoram state of Ind (...)

19Aux côtés de ces bailleurs de fonds occidentaux, existe à Delhi une nébuleuse constituée d’activistes indiens dans laquelle les réfugiés puisent un soutien manifeste, bien qu’essentiellement non financier. Les Birmans mobilisent ces militants de la défense des droits de l’homme pour médiatiser leur cause et pour les épauler au sein de la société indienne. Ces activistes encouragent les réfugiés à exister sur la scène politique indienne et au-delà. Parmi eux, the Other Media (TOM), un média alternatif traitant des droits des minorités et de leurs luttes, est un des soutiens les plus importants des Birmans à Delhi. Sur un plan strictement politique, l’action de TOM vise à faire connaître la présence et la vie des Chin vivant au Mizoram, à médiatiser leur situation dans cet État isolé du Nord-Est. Pour cela, TOM produit des publications14, imprimées dans la capitale et distribuées à partir de celle-ci.

  • 15 Le but de cette campagne est de dénoncer la situation vécue par les Birmans, qui doivent payer des (...)

20À Delhi, TOM a ouvert un bureau pour les réfugiés (Refugee Desk) en 2004, dont les missions sont multiples. Il s’agit premièrement d’aider les réfugiés à régler les problèmes du quotidien, par le biais de conseils et d’aides individuelles (par rapport au HCR, aux propriétaires d’appartement, etc.) mais aussi de mener des campagnes politico-médiatiques telles que celle en préparation en janvier 2013 autour du problème des permis de résidence15. Par ailleurs, TOM se veut un centre de ressources pour les réfugiés, proposant diverses publications sur les réfugiés en général et les Birmans en particulier ainsi que sur la situation politique en Birmanie. Ceci participe de l’idée de former les réfugiés, de leur donner les moyens de mener leurs propres luttes. Enfin, TOM participe à l’organisation de formations aux droits des réfugiés et sur le leadership féminin, en collaboration avec les organisations de réfugiées. TOM est financé aujourd’hui par Inter Pares (Canada), qui soutient aussi la Chin Human Rights Organisation (CHRO), une des principales organisations des Chin hautement transnationale : enregistrée au Canada, son siège se trouve à Chiangmai (Thaïlande), son directeur – chin – vit aux États-Unis et deux employés travaillent au bureau de Delhi.

21Cette effervescence politique est caractéristique de toute capitale, qui concentre médias et maisons d’édition, vecteurs de diffusion de l’activisme. Delhi constitue donc une place de choix pour ces activistes, une fenêtre sur le monde.

Des chercheurs, des étudiants, des citoyens militants

22En outre, la ville est un grand centre universitaire, elle rassemble des étudiants de toute l’Inde et d’ailleurs, qui viennent pour ses universités ou y réalisent leur terrain de recherche. Enfin, ville de grande pauvreté, Delhi rassemble aussi de nombreuses organisations de lutte contre la pauvreté, où l’on retrouve des étrangers ayant choisi l’aide humanitaire ou caritative comme forme d’engagement citoyen. La capitale indienne attire ainsi des personnes qui sont prêtes à s’investir auprès des réfugiés, par l’intermédiaire d’ONG ou de façon individuelle. Le cas de M. Pires illustre le continuum entre ONG et individus singuliers qui s’investissent pour une cause particulière, tel le soutien aux réfugiés. Les échanges et les interactions entre les réfugiés et ces individus, occidentaux principalement, sont autant d’occasion de connaître d’autres pays, d’autres cultures, d’autres systèmes et de nourrir l’univers de pensée des réfugiés, d’orienter leurs revendications si ce n’est leurs trajectoires. Il m’est par exemple arrivé de discuter avec des amies chin des relations hommes-femmes en Birmanie, en Inde et en France. De façon moins anecdotique, depuis 2007, des groupes d’étudiants du Centre for Refugee Research (CRR) de l’université australienne de New South Wales viennent une fois par an à Delhi délivrer des formations aux réfugiés telles que : project management, men and women counselling. S’adressant aux deux sexes, le CRR met néanmoins l’accent sur les projets de femmes, ainsi qu’on le constate sur son site.

23Ayang est aussi un bon exemple de ces personnages activistes. En 2011, cette jeune femme d’origine mizo s’est installée à Delhi avec son mari, anglais, et leurs deux jeunes enfants. Ils vivaient au Royaume-Uni et voulaient déménager à Delhi pour y travailler avec les pauvres, explique-t-elle, ce qu’il fait en tant que travailleur social au sein de différentes ONG. Ayant eu vent du sort des réfugiés birmans de Delhi dans la presse, elle prend les premiers contacts avec le Chin Refugee Committee et emmène son amie journaliste Rajni George, qui écrira sur le blog du New-York Times India un article intitulé « Life in Limbo for Chin refugees16 ». Ayang est chrétienne (elle a une licence en théologie appliquée et un mastère en théologie postcoloniale) et mobilise son réseau de coreligionnaire dès qu’il le faut. Elle fréquente l’Église mizo du quartier huppé de Green Park et y a déjà collecté de l’argent auprès des fidèles. « Les Églises aident beaucoup, la mienne, où j’ai pu récupérer de l’argent, des vêtements, des couvertures… celle de Kiran aussi, celles des réfugiés tout autant, à leur mesure. Ces dernières ont peu d’argent, mais sont très généreuses et leur soutien est décisif », dit-elle.

24Les villes sont des creusets de rencontre et d’expérience de l’altérité (Agier 2009) ; Delhi n’y fait pas exception. La multiplicité des acteurs auxquels ont affaire les réfugiés y est remarquable, tout comme l’influence de leur action sur les mobilisations des réfugiés. Le travail de ces différents acteurs comporte deux conséquences majeures. La première est l’inscription des Birmans en général et des Chin en particulier dans des réseaux transnationaux à travers les différents acteurs qu’ils rencontrent à Delhi (activistes, chrétiens, ONG, etc.) et les thèmes qu’ils développent avec eux. Cette inscription transnationale prend différentes formes : des conférences politiques sur la Birmanie parrainées par des Occidentaux et se déroulant en Inde puis en Thaïlande avec la participation d’expatriés birmans vivant en Occident ; la formation d’une élite mondialisée possédant les attributs des activistes « globaux » (maîtrise de l’anglais et des nouvelles technologies d’information et de communication, pratique régulière du voyage, familiarité avec les luttes des minoritaires et les idées de démocratie et de droits de l’homme, connaissance des textes internationaux s’y rapportant, circulation dans des réseaux qui dépassent le cadre de leur propre lutte) ; la dispersion des Birmans à travers la planète au gré des réinstallations et les circulations d’idées, d’argent, et de personnes dans une moindre mesure. Ceci contribue à façonner l’imaginaire des Birmans dans un monde non borné par les frontières étatiques et où les ressources se trouvent en Occident.

25La deuxième conséquence, que nous allons maintenant présenter en détail, est de mettre en avant les droits des réfugiés. Les rapports dénonçant les violations des droits de l’homme perpétrées par les gouvernements oppresseurs ou les conditions d’asile, les nombreuses formations (trainings) dispensées aux réfugiés et organisées grâce aux fonds et parfois au personnel des ONG sont autant d’occasions, pour les réfugiés, de découvrir les textes internationaux régissant le régime de protection des réfugiés ainsi que tous les traités se rapportant à leur statut (tels les droits des femmes, des peuples indigènes, des minorités, des migrants). La reconnaissance par le HCR participe à cette construction du réfugié en tant que sujet de droit ; mais l’action des autres acteurs du dispositif-réfugié, présents en contexte urbain et libres d’y agir auprès des réfugiés, est aussi déterminante. Les valeurs générées par l’entrée dans ce dispositif et portées par les différents soutiens permettent à ces derniers d’exister comme sujets politiques. Le cas des organisations féminines birmanes en témoigne tout particulièrement.

L’impact du dispositif-réfugié sur l’action des Birmanes réfugiées à Delhi

  • 17 Notons qu’elles étaient auparavant bien plus nombreuses : on en comptait neuf (pour un millier de B (...)

26Le fait que les femmes birmanes réfugiées se soient fédérées en association ne s’explique pas uniquement par le fait qu’elles soient réfugiées. Les ONG ainsi que les congrégations chrétiennes ont elles aussi tendance à favoriser l’émergence de telles organisations féminines (Danel-Fédou & Robinne 2007). Chez les Chin, chaque Église a sa section féminine, au pays comme en exil. Pour autant, la condition de réfugié semble bel et bien favoriser ce processus, et ce pour deux raisons. La première, que l’on peut qualifier d’exogène, résulte de l’influence des bailleurs de fonds occidentaux pour lesquels les projets doivent venir du « bas » – des femmes ou des jeunes par exemple (Abélès 2008). La seconde, endogène, relève d’une véritable prise de conscience assumée et revendiquée d’un rôle des femmes dans l’espace public urbain, comme en témoignent les deux associations17 des réfugiées birmanes existant aujourd’hui à Delhi.

Les associations de femmes birmanes

27La Women’s Rights and Welfare Association of Burma (WRWAB), une des premières organisations féminines des réfugiées birmanes, est aussi la plus professionnelle, en raison des fonds reçus de l’international et des compétences des femmes qui l’animent. Fondée en 1995 par des femmes bamar – le groupe ethnique bouddhiste et majoritaire en Birmanie – issues des mouvements étudiants dissidents de 1988, cette organisation s’est créée sur l’idée que les femmes birmanes isolées à Delhi avaient besoin d’aide et qu’il leur fallait pour cela se structurer en association. La WRWAB est soutenue par plusieurs bailleurs occidentaux, en particulier des acteurs politiques tels la National Endowment of Democracy et l’Open Society Institute.

  • 18 Entretien réalisé en janvier2013. L’ensemble des entretiens réalisés avec les femmes de la BWD l’o (...)

28La Burmese Women Delhi (BWD), quant à elle, a été formée en 2006, à la suite d’un appel de Kiran, l’ancienne responsable naga du bureau pour les réfugiés de TOM. L’objectif était notamment d’unifier les nombreuses petites organisations, et de donner une visibilité aux femmes « ethniques », par opposition aux bamar, c’est-à-dire chin essentiellement. Ses soutiens proviennent principalement du monde chrétien, indien et occidental. « Quelques ONG ou des particuliers nous aident, explique l’une des responsables – Saing Par –, indiens ou étrangers. C’est le cas par exemple de l’Église mizo. Ce sont des gens du Nord-Est, qui demandent à leurs amis, qui font une annonce à l’Église et collectent auprès des fidèles18. »

29Saing Par fait ici allusion en particulier au travail d’Ayang, mais également à celui de Kiran, qui mobilise elle aussi son Église et son réseau naga, ou encore de Kathy, une consultante en communication américaine du Jesuit Refugee Service qui apporte des aides ponctuelles à la BWD (comme le fait de collecter des matelas pour des familles nécessiteuses et les apporter au domicile de Saing Par pour que la BWD les distribue). La BWD est financée par Hope Adelaide, une organisation australienne, créée dans les années 1990 par une sœur chrétienne, qui travaille avec les Chin à Delhi, au Mizoram et en Malaisie. C’est sa rencontre avec des réfugiés birmans réinstallés à Adélaïde qui a été à l’origine des projets aujourd’hui financés, peut-on lire sur le site de l’organisation, une illustration de l’action du réseau transnational chin.

Lutte contre la précarité en ville

30D’après le témoignage de leurs responsables, c’est avant tout la précarité des réfugiées, fortement accentuée en milieu urbain, qui a motivé la création de ces organisations. L’exil à Delhi provoque en effet la perte des moyens de subsistance traditionnels, conduisant à une précarité socio-économique des réfugiés birmans, quand ce n’est pas à la pauvreté. Le coût de la vie en termes de logement, de nourriture, de déplacement y est très élevé. Or, les réfugiés ne sont pas autorisés à travailler en Inde et doivent s’insérer dans le secteur informel de l’économie. Bien que ce secteur regroupe plus de 90 % de la population active indienne (Ghose 2004 : 5109), Delhi se caractérise par une très forte compétitivité sur le marché de l’emploi et l’impossibilité d’avoir un permis se traduit, pour les réfugiés, par un fort taux d’inactivité professionnelle, qui engendre de grandes difficultés. Et bien qu’il existe une niche économique pour les femmes en tant qu’employées de maison (cuisinières, femmes de ménage, nounou), les questions de violence y sont saillantes, à la fois chez l’employeur et dans l’espace public urbain, dans la rue ou dans les transports permettant de se rendre sur le lieu de travail.

31Par ailleurs, les Chin, et parmi eux les femmes en particulier, subissent à Delhi une forte stigmatisation. Associés aux activités illicites de trafics de drogue, d’armes ou de distillation d’alcool (Levesque & Rahman 2008), les Chin connaissent aussi ce phénomène au Mizoram, mais il touche davantage les hommes et est contrebalancé par des réseaux d’entraide – culturelle, ethnique – quasiment absents à Delhi, hormis quelques soutiens ponctuels, comme dans le cas de l’Église mizo, de Kiran ou d’Ayang. Dans la capitale indienne, les Chin dénoncent la stigmatisation dont ils sont l’objet, associés par la population locale aux Indiens du Nord-Est, dont la présence est remarquable à Delhi (Mc Duie-Ra 2013). Comme ces derniers, ils font face au racisme, basé tout d’abord sur leur apparence physique distincte – les Chin appartiennent au groupe ethno-linguistique tibéto-birman – qui leur vaut le sobriquet de chinky (« chinetoque »). Ils sont considérés comme arriérés et exotiques (un héritage de la catégorisation britannique ayant classé les populations du Nord-Est dans les communautés tribales) et immoraux, en particulier les femmes, qui sont qualifiées de « faciles », parce qu’elles vivent sous le même toit que des hommes qui ne sont pas forcément leur mari, et de « sexy », car elles occupent des emplois – dans la restauration ou l’hôtellerie par exemple – où leur sexualité est soulignée (Mc Duie-Ra, ibid.) et qu’elles s’habillent à l’occidentale. Ces femmes, qui ont plus de liberté que leurs consœurs indiennes, attisent en effet la curiosité – et l’envie – des Indiens.

32Ces problèmes structurent et orientent les formes d’action des réfugié-e-s dans la ville, comme en témoignent les réponses apportées par les réfugiées au sein de leurs organisations. De fait, la WRWAB s’est d’abord concentrée sur le bien-être (Welfare) des femmes en développant des projets économiques et sociaux. Les premières activités ont donc visé la création de revenus (telle la mise en place d’un service de traiteur). Les fonds ainsi générés ont permis d’organiser des formations professionnelles (soins esthétiques, coiffure, premiers secours) pour les femmes les plus démunies. C’est à ce moment-là que les premiers contacts avec les organisations féminines indiennes ont été noués. De la même façon, la BWD est avant tout une structure d’aide aux femmes les plus démunies. À travers différentes actions, elle entend lutter contre leur précarité socio-économique : « Notre aide se situe au niveau social. Nous agissons à la base : la plupart des réfugié-e-s sont très pauvres. Nous collectons des vêtements par exemple, ou des couvertures, du riz et des médicaments ou des pilules pour assainir l’eau », explique Molly, l’autre responsable de la BWD.

Lutte contre la violence

33La stigmatisation vécue par les réfugiées confine parfois à la violence. Delhi est dépeinte par les Birmanes comme la ville de tous les dangers, où elles évitent de se déplacer seules, dans les transports publics comme dans la rue, et où elles craignent de se faire voler, agresser, violer. De fait, la ville se place au premier rang des statistiques en matière de violence contre les femmes (Tawa Lama-Rewal 2011) et les Chin rencontrent cette violence au quotidien. Elle fait d’ailleurs l’objet du recueil Lives of Chin Refugees in Delhi. Case Studies publié par le Chin Refugee Committee en 2011. À la BWD, qui se veut un lieu d’échange où les femmes peuvent partager leurs problèmes, le thème de la violence revient de façon récurrente dans les discours. Deux formes de violences sont évoquées : la violence conjugale et celle subie par les femmes dans l’espace public urbain.

34Il faut souligner l’importance du contexte actuel à Delhi, où le décès en décembre 2012 d’une victime d’un viol collectif extrêmement sauvage a fortement mobilisé la population. Les manifestations qui ont secoué Delhi pendant plusieurs semaines et qui ont été très largement couvertes par les médias ont conduit à libérer la parole des femmes de la capitale (Tawa Lama-Rewal 2013). Fréquemment mentionné dans les discussions avec les réfugiés au sujet de la violence des hommes à l’encontre des femmes, ce viol est mis en parallèle avec les violences subies par les femmes birmanes, dans la rue ou au sein de leur foyer. Les deux responsables estiment que ces situations se produisent parce que « les femmes sont ignorées dans la communauté » et qu’elles « doivent agir pour elles-mêmes », ensemble.

35La BWD se veut donc également un lieu de formation. En 2013, en partenariat avec TOM, et avec l’aide d’Ayang, la BWD propose une formation qualifiée de women empowerment course, un cours de développement personnel, d’aide psychologique et de développement des capacités des femmes. Elle se déroule une fois par mois, pendant six mois. La première session relevait de l’aide psychologique en général (women counselling) ; la seconde, à laquelle j’ai pu assister, a traité de l’estime de soi ; les suivantes aborderont les questions de droits légaux, de harcèlement sexuel, d’auto-défense (une pratique en vogue depuis le viol de décembre 2012) et enfin de la situation politique en Birmanie. La sécurité des femmes est bien au cœur de l’action de l’association.

36La formatrice, une Canadienne qui se présente comme une théologienne féministe, par ailleurs psychologue de formation, est une connaissance d’Ayang, qui l’a conviée. Elle invite les Birmanes à témoigner et partager les événements difficiles qui marquent leur existence et façonnent leur personnalité, les problèmes qu’elles rencontrent dans leur vie quotidienne à Delhi pour ensuite leur proposer une méthode permettant de les résoudre. Les réfugiées parlent de leur sentiment d’être méprisées par les Indiens de New Delhi car elles viennent du Nord-Est. Elles évoquent la peur de sortir parce qu’elles ne parlent pas correctement la langue, leur sentiment d’impuissance car elles ne peuvent offrir à leurs enfants une bonne éducation à cause du manque d’argent, ou encore la honte ressentie du fait de leur faible niveau d’instruction. Ces récits témoignent d’une confrontation violente entre des paysannes peu instruites et des Indiens dont les comportements sont façonnés par une jungle urbaine où la compétition pour l’accès aux ressources est centrale. L’inscription chrétienne des réfugiées, réaffirmée par l’intervention de la Canadienne, renforce également le sentiment d’altérité et achève de projeter les Chin dans un monde occidental.

Lutte pour les droits des femmes

37L’idée que les femmes doivent s’émanciper est intervenue après la prise en charge de leur précarité. C’est dans un deuxième temps que la WRWAB s’est focalisée sur la question des droits des femmes (Women’s Rights) à travers des formations aux droits de l’homme, aux droits des femmes et à la politique. Dans un troisième temps, l’association a milité pour la participation politique des Birmanes, conséquence directe de l’influence des chantres de la démocratie qui gravitent autour des réfugiés. Ceci a conduit les femmes de la WRWAB à établir des liens avec les autres organisations de Birmanes basées dans le Nord-Est indien, au Bangladesh, à la frontière birmano-thaïe. L’une des fondatrices de l’association estime que les femmes ont gagné beaucoup de poids grâce à cette organisation :

Notre voix a beaucoup plus de portée aujourd’hui, parce que nous sommes formées donc que nous savons de quoi nous parlons. Les hommes doivent nous inviter dorénavant quand ils organisent des conférences stratégiques. Qu’il s’agisse de la réunion des groupes ethniques ou des choix à défendre face aux Nations Unies, nous avons notre mot à dire. Pour qu’ils comprennent que les choses doivent vraiment changer, nous dirigeons une part de nos activités vers les hommes, en les associant et en leur demandant de nous former. Ce sont eux qui nous parlent des différentes options politiques, des multiples organisations auprès desquelles on peut agir (comme le Bureau international du travail ou l’Office international des migrations). Et je crois que ça change, que les hommes reconnaissent peu à peu que nous pouvons faire avancer les choses en faisant du lobbying et en tentant d’utiliser la cause des femmes pour faire avancer notre combat commun pour la démocratie. (Entretien réalisé avec la responsable de la WRWAB, juillet 2005.)

  • 19 Fondée sur le modèle de la Young Men’s Christian Association, la Young Mizo Association est une org (...)

38L’engagement dans des associations féminines à Delhi permet, selon les principales concernées, de revendiquer à la fois une nouvelle place dans le groupe, et une légitimité sociale au sein de la société d’accueil. L’une des responsables de la BWD a passé deux mois dans le Mizoram avant de rejoindre Delhi. Elle ne s’y sentait pas bien : « il y avait des problèmes avec les locaux, la Young Mizo Association19, il fallait parler leur langue, il fallait en permanence cacher son identité […] ». Elle y a été femme de ménage et cuisinière, le temps de gagner de l’argent pour poursuivre le voyage. À Delhi, elle a d’abord travaillé dans une entreprise où elle entrait des données sur ordinateur, puis dans un restaurant coréen avant d’avoir ce travail à la BWD.

À cette époque, je ne connaissais rien aux droits, au fait d’aider les autres… C’est Molly qui m’a parlé d’un atelier avec TOM dont le sujet était les droits de l’homme. Il y avait deux places, c’était un stage en fait. J’ai commencé et ça m’a beaucoup intéressée… J’aime faire de la comptabilité, j’ai un diplôme de Birmanie, mais je ne peux pas travailler ici comme comptable, je n’ai pas le droit… Et j’aime le travail social, aider les gens, quand je vois des gens dans le besoin, des gens qui ne savent vraiment pas comment s’en sortir… Molly est en charge des violences faites aux femmes, j’ai appris énormément à son contact, en l’écoutant quand elle reçoit les femmes. (Entretien avec Saing Par, février 2013.)

39Elle parle avec beaucoup d’enthousiasme de sa prise de responsabilité au sein de l’organisation, du sentiment d’utilité qu’elle ressent, des nombreuses compétences qu’elle acquiert ainsi. Et que ce sont là ses réelles motivations, bien plus que le (modeste) salaire qu’elle en tire (4000 roupies par mois). La prise de responsabilité associative permet donc de se former, d’accéder à un revenu, et favorise le départ vers l’Occident, comme en témoigne le renouvellement fréquent des leaders d’organisation au gré des départs en réinstallation.

40L’exil à Delhi permet aux Chin de revendiquer leur identité, culturelle et sociale, leur existence précaire, qui est d’ailleurs à la base de leur droit à une prise en charge, en tant que réfugiés. La capitale, où les liens de solidarité ethniques ou culturels sont très peu opérants et où l’État indien ne leur fait pas de réelle place, oblige les réfugiés à recourir au dispositif-réfugié. Ils contribuent ainsi également à la multiplicité de ce dispositif, explorant par eux-mêmes le tissu associatif indien et identifiant de nouveaux acteurs, comme ce fut le cas avec Don Bosco Ashalayam. Aujourd’hui partenaire principal du HCR à Delhi, l’organisation catholique a été dans un premier temps repérée par les réfugiés eux-mêmes.

  • 20 Ainsi, la WRWAB est en contact avec Malavika Karlekar, intellectuelle et féministe, du Centre for W (...)

41Favorisé par l’exil en ville, l’impact de la société d’accueil sur le travail de ces associations est également à souligner : il se forge essentiellement dans les rencontres avec les organisations de défense des femmes indiennes, sur les bancs de l’université pour les quelques un-e-s qui arrivent à s’y inscrire, à la lecture des journaux ou en regardant la télévision. Il s’illustre dans certaines revendications des réfugiées. Ainsi, dans le cadre de la fédération Women’s League of Burma, les Birmanes ont entrepris en 2005 une campagne vigoureuse pour l’introduction de quotas dans la future constitution de Birmanie : elles demandent que 30 % des sièges soient réservés aux femmes dans l’exécutif, le législatif et le judiciaire. On ne peut manquer de faire un parallèle avec les 33 % de sièges réservés aux femmes indiennes dans les conseils municipaux garantis par le 74e amendement à la Constitution (Tawa Lama-Rewal 2011). Le mouvement indien d’émancipation féminine étant ancien et très dynamique, les femmes réfugiées ont tissé des liens avec leurs consœurs indiennes et s’inspirent parfois de leurs combats20. C’est notamment le cas de la lutte des Birmanes contre la violence qui s’exerce en ville, une violence qui colle à l’image de Delhi.

Conclusion

42Outre les bouleversements entraînés par le fait d’être réfugiées, les Chin à Delhi découvrent aussi la vie totalement nouvelle d’une mégapole telle Delhi et doivent s’adapter à tout ce que cela implique : passage d’un monde rural à un environnement urbain, perte de l’accès aux ressources qui fondait le partage traditionnel des tâches, confrontation à d’autres manières de faire et à une multiplicité d’acteurs, notamment de la société civile, qui font entendre des voix différentes. En accédant à des aides multiples (en matière d’éducation, de formation, d’emploi, de santé, etc.) provenant d’origines diverses (ONG, activistes, militants, etc.), les réfugiés à Delhi se trouvent influencés par les valeurs qui les sous-tendent et par les normes mises en avant par les institutions et les pratiques du dispositif-réfugié. Parmi eux, les chrétiens occupent une place centrale. Ils offrent aux réfugiés un espace transnational très vivace et efficace, mettant en relation la Birmanie, l’Inde et l’Occident et offrant aux Chin un espace de circulation – d’idées, d’argent et de personnes dans une moindre mesure – dont Delhi est le cœur.

43Parmi ces idées qui circulent, celles qui mettent en avant les femmes, pour leur vulnérabilité ou dans leur recherche d’égalité avec les hommes, trouvent un écho favorable chez les réfugiés. À l’étranger et en situation précaire, ils sont d’autant plus réceptifs aux interventions extérieures. Mais elles ne sont pas pour autant acceptées sans heurts, ni adoptées sans résistance. L’une des responsables de la ligue en témoigne :

C’est très difficile de communiquer sur ce genre de sujets avec les hommes. Ils ne veulent pas. Au contraire, ils disent à leur femme ou à leur fille : « elle travaille pour les droits des femmes, ne lui parle pas ». Nous sommes des femmes dangereuses ! (Entretien réalisé avec Molly, février2005.)

44Le positionnement des réfugiés face aux normes véhiculées par le dispositif ou l’imprégnation de celles-ci participent à leur affirmation en tant que sujets de droits – des sujets politiques qui revendiquent une légitimité sociale en tant que réfugiés. En finançant des projets de femmes, visant principalement leur autonomie financière et sociale, les acteurs du dispositif-réfugié contribuent à mettre en place de nouveaux pouvoirs, autonomes par rapport aux instances traditionnelles. Ils participent à l’établissement d’une société civile où les personnes peuvent par exemple se regrouper sur la base de leur genre, de leur classe d’âge ou de leur nationalité. Les femmes se retrouvent ainsi « soudainement » dans l’espace public et prennent une place qu’elles n’avaient jamais occupée au sein de leurs sociétés ; elles développent un sens critique qui les conduit à remettre en cause les catégories et les instances traditionnelles. On constate que le statut de réfugié urbain se base sur une reconnaissance (d’un statut ou au moins d’une condition, de vulnérabilité), mais que cette reconnaissance implique des transformations, créatrices de nouvelles normes et de nouveaux rapports sociaux, et que le contexte urbain de Delhi, par contraste avec la situation des réfugiés en zones rurales ou en camps, a grandement favorisé. De fait, l’exil à Delhi apporte aux femmes chin tout autant le sentiment d’un pouvoir d’action par le renforcement de leurs capacités et de leurs droits que celui d’une exacerbation de leur vulnérabilité, dans cette jungle urbaine qu’est la capitale indienne.

Haut de page

Bibliographie

ABÉLÈS, Marc, 2008, Anthropologie de la globalisation, Paris : Payot.

AGIER, Michel, 2006, « Le gouvernement humanitaire et la politique des réfugiés », Recueil Alexandries 10, en ligne [http://www.reseau-terra.eu/article569.html#nh28], consulté le 24mai 2013.

AGIER, Michel, 2008, Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris : Flammarion.

AGIER, Michel, 2009, Esquisses d’une anthropologie de la ville, Louvian-la-Neuve : Academia-Bruylant.

ATLANI-DUAULT, Laëtitia, 2005, Au bonheur des autres, Paris : Société d’ethnologie.

BAUJARD, Julie, 2008, « Identité “réfugié”, identité transversale. Les réfugiés à Delhi au sein des dynamiques institutionnelles, communautaires et associatives », thèse d’anthropologie, Université de Provence, http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/35/68/95/PDF/these.pdf.

BAUJARD, Julie, 2010, « L’usage du conflit dans la négociation. Des manifestations de demandeurs d’asile devant le HCR à Delhi », in Conflit et rapports sociaux en Asie du Sud, L. Baixas et al., éd., Paris : L’Harmattan : 73-89.

BINDER, Susanne & Jelena TOŠIC, 2005, « Refugees as a Particular form of Transnational Migrations and Social Transformations : Socioanthropological and Gender Aspects », Current Sociology, 53, 4, July : 607-624.

DANEL-FÉDOU, Grégoire & François ROBINNE, 2007, Microcrédit et changement social au Myanmar (Birmanie). Une étude anthropologique et économique dans l’État Chin, Paris : Gret.

DORAÏ, Mohamed Kamel & Nicolas PUIG, éd., 2012, L’Urbanité des marges, Paris : Téraèdre.

EGRETEAU, Renaud, 2012, « Burma in Diaspora : A Preliminary Research Note on the Politics of Burmese Diasporic Communities in Asia », Journal of Current Southeast Asia Affairs, 2 : 115-147.

GHOSE, A.K., 2004, « The Employment Challenge in India », Economic and Political Weekly, 27 : 5106-5116.

HARRELL-BOND, Barbara, 1986, Imposing Aid. Emergency Assistance to Refugees, Oxford : Oxford University Press.

HORSTMANN, Alexander, 2011, « Sacred Networks and Struggles among the Karen Baptists across the Thailand-Burma Border », Moussons, 17 : 85-104.

Mc DUIE-RA, Duncan, 2013, « Beyond “Exclusionary City” : Northeast Migrants in Neo-liberal Delhi », Urban Studies, 50, 8 : 1625-1640.

MALKKI, Liisa, 1995, Purity and Exile : Violence, Memory and National Cosmology among Hutu Refugees in Tanzania, Chicago : Chicago University Press.

LEVESQUE, Julien & Mirza Zulfiqur Rahman, 2008, « Tension in the Rolling Hills : Burmese Population and Border Trade in Mizoram », IPCS Research Paper, 14.

TAWA-LAMA REWAL, Stéphanie, 2011, « Women’s Rights to the City », in Urban Policies and the Right to the City in India : Rights, Responsibilities and Citizenship, Marie-Hélène Zérah et al., éd., Delhi, Unesco/CSH, p.31-38.

TAWA-LAMA REWAL, Stéphanie, 2013, « Les manifestations contre le viol en Inde : un “moment révolutionnaire” d’une grande ambivalence », Contretemps, en ligne [http://www.contretemps.eu/interventions/manifestations-contre-viol-en-inde- « moment-révolutionnaire » -grande-ambivalence], consulté le 9mai 2013.

Haut de page

Notes

1 Les données ethnographiques sur lesquelles repose cet article ont d’une part été collectées entre2001 et2006 auprès des réfugiés et en tant que stagiaire au HCR de Delhi, et d’autre part lors d’une enquête sur les associations de réfugiés birmans réalisée en janvier-février 2013. Elles proviennent d’observations menées lors de visites fréquentes dans les quartiers d’installation des Birmans et de participation à certains événements (tels que des mariages, réunions politiques, manifestations culturelles, formations, etc. qui rythment la vie des réfugiés) ainsi que d’entretiens (menés en anglais ou avec l’aide d’un interprète) avec des réfugiés et autres acteurs du dispositif-réfugié. Les noms des personnes rencontrées sur le terrain ont été modifiés. Je sais grée au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud-Paris, à l’IrAsia-Marseille et au Centre de Sciences Humaines-Delhi pour leur soutien scientifique et financier aux différents stades de cette enquête. Cet article est aussi le résultat d’une collaboration sur le terrain avec Uwe Roth, que je remercie chaleureusement. Un grand merci enfin à Grégoire Schlemmer pour ses remarques stimulantes.

2 Les Chin forment un groupe ethnique de Birmanie vivant à la frontière de l’Inde et du Bangladesh ; comme la plupart des groupes ethniques minoritaires des états du Nord-Est de l’Inde et de la Birmanie (tels les Mizo ou les Naga), ils sont chrétiens. Le Mizoram est un État du Nord-Est indien, une région qui se caractérise par un certain isolement du reste du pays, à la fois géographique et socio-culturel.

3 http://www.unhcr.org.in/pages/index/62, 14 février 2013. En 2001, ils n’étaient que 1 500 enregistrés par l’agence.

4 Document du Comité exécutif du programme du Haut Commissaire, 16 septembre 2003, http://www.unhcr.fr/cgi-bin/texis/vtx/excom/opendoc.pdf?tbl=EXCOM&id=3f7954626, 10 décembre 2006.

5 La réinstallation est l’une des trois solutions durables à l’exil des réfugiés prévue par la Convention de Genève. Elle est appliquée lorsqu’un réfugié ne trouve pas une protection juridique appropriée dans son premier pays d’asile. Dans ce cas, le réfugié est réinstallé vers un deuxième pays d’asile, généralement occidental. Les deux autres solutions durables prévues par le droit international sont le rapatriement dans le pays d’origine et l’intégration locale dans le premier pays d’asile.

6 Consultante indépendante du HCR, Marie Lobo a réalisé une enquête sur les réfugiés de Birmanie, et avec eux, de mai à juillet2005. D’une manière générale, les réfugiés sont d’accord avec ses conclusions qui mettent en avant leurs difficultés à vivre dans la capitale indienne. Marie Lobo, 2005, Report Survey of Myanmar Refugees in New Delhi, 2 May-11July for UNHCR OCM New Delhi. Financé par les États-Unis dans un premier temps, puis par l’Australie, ce « centre de consultation et de protection » est aujourd’hui co-financé par le HCR et le Département de l’immigration et de la citoyenneté australien, le DIAC. Voir http://www.unhcr.org/442280914.html, 6mai 2013.

7 Entretien mené en août2006.

8 Ce n’est plus le cas depuis le 1er janvier 2011 mais cela n’enlève pas la distance (le Mizoram se trouve à 2000km de Delhi) et la relative difficulté d’accès (on peut désormais s’y rendre en avion, mais pour un coût assez élevé).

9 Voir leur site : http://www.mikrogranty.cz/burma/, 2 mai 2013.

10 Margot Pires est doctorante en anthropologie culturelle et sociale à l’université de Vienne et prépare une thèse intitulée : « Political Instability in Myanmar and Migration from Chin State : The Experience of Chin Refugees in New Delhi ». Elle a publié un ouvrage en 2010 : Humanitäre Hilfe in Burma : Ein Widerspruch ?, Saarbrücken : Vdm Verlag Dr Müller, 104 p.

11 Voir http://chinseekingrefuge.com/report, 15 mai 2013.

12 Il s’agit du discours de Westminster (1982) prononcé en pleine guerre froide devant le parlement britannique : “Let us now begin a major effort to secure the best—a crusade for freedom that will engage the faith and fortitude of the next generation. For the sake of peace and justice, let us move toward a world in which all people are at last free to determine their own destiny.” http://www.iri.org/learn-more-about-iri/history, 7 mai 2013.

13 Le gouvernement en exil (National Coalition Government of the Union of Burma) et la Ligue nationale pour la démocratie en exil (National League for Democracy-Liberated Area) ont en effet perdu leur raison d’être depuis les dernières élections législatives qui ont vu l’entrée d’Aung San Suu Kyi au parlement.

14 Par exemple, celle du Chin Hre Mang J.H., 2000, Report on the Chin Refugees in Mizoram state of India, New Delhi, Other Media Communication.

15 Le but de cette campagne est de dénoncer la situation vécue par les Birmans, qui doivent payer des sommes parfois astronomiques pour s’acquitter des amendes liées à leur séjour illégal en Inde bien que des accords censés éviter cette situation existent avec le HCR.

16 http://india.blogs.nytimes.com/2011/11/30/life-in-limbo-for-chin-refugees/, 2avril 2013.

17 Notons qu’elles étaient auparavant bien plus nombreuses : on en comptait neuf (pour un millier de Birmanes)* en 2004 et quatorze (pour environ 1 500 Birmanes)** en 2006. Ce grand nombre s’expliquait par le fait que les associations étaient structurées en fonction de critères ethniques, religieux et linguistiques (seules quelques fédérations tentaient de jouer un rôle rassembleur) et par des stratégies de recherche de fonds (elles permettent de fournir un travail salarié, bien que précaire, à des réfugiées, ainsi que des logements dans les locaux de l’organisation). Cette situation est aujourd’hui rendue caduque par le fait que l’évolution politique récente en Birmanie a conduit une partie des bailleurs occidentaux à rediriger leur soutien financier vers la Birmanie (l’ouverture du bureau de l’OSI de G. Soros à Rangoun en 2012 en est symptomatique). *D’après les chiffres du HCR, fin 2004, 1 162 réfugiés sont enregistrés et 395 demandeurs d’asile, http://www.unhcr.org/44e5c76a0.html, 8 mai 2013. En tenant compte des cas refoulés ou non encore enregistrés par l’agence, on peut estimer le nombre de Birmans à Delhi à 2000 personnes, dont une légère majorité d’hommes (56,5 % du groupe en 2002 [Baujard 2008 : 37]). **En 2006, le HCR comptabilise 1 812 réfugiés birmans (http://www.unhcr.org.in/app/webroot/img/newsletterdocument/DecNewsletter.pdf, 14mai 2013) auxquels il faut ajouter les demandeurs d’asile, les « refoulés » et ceux qui ne se signalent pas auprès du HCR. J’estime le nombre de Birmans à 3 000 cette année-là.

18 Entretien réalisé en janvier2013. L’ensemble des entretiens réalisés avec les femmes de la BWD l’ont été en janvier et février2013.

19 Fondée sur le modèle de la Young Men’s Christian Association, la Young Mizo Association est une organisation très largement implantée au Mizoram qui, à travers un travail communautaire, agit comme le gardien moral de la société (Levesque & Rahman 2008 : 8).

20 Ainsi, la WRWAB est en contact avec Malavika Karlekar, intellectuelle et féministe, du Centre for Women’s Development Studies, une proche d’Aung San Suu Kyi qu’elle avait rencontrée au Lady Sri Ram College au début des années 1960. La BWD a, elle, des connexions avec les organisations Saheli et Jagori, cette dernière étant une pionnière dans les campagnes visant à rendre Delhi plus sûre pour les femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Baujard , « « Nous sommes des femmes dangereuses ! »… en danger. Mobilisation des réfugiées birmanes à Delhi », Moussons, 22 | 2013, 57-73.

Référence électronique

Julie Baujard , « « Nous sommes des femmes dangereuses ! »… en danger. Mobilisation des réfugiées birmanes à Delhi », Moussons [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 21 novembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/2338 ; DOI : 10.4000/moussons.2338

Haut de page

Auteur

Julie Baujard 

Julie Baujard est anthropologue, membre associée de l’IrAsia (CNRS-AMU UMR 7306) et du Centre d’étude de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS-EHESS UMR 8564). Ses recherches portent sur les réfugiés vivant en milieu urbain indien.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page