Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Notes

La migration birmane à travers ses monastères de Singapour

Migration from Burma/Myanmar through its Buddhist Monasteries in Singapore
Alexandra de Mersan
p. 87-98

Résumés

Le phénomène migratoire qui touche la Birmanie depuis le début des années 2000 se traduit notamment par l’établissement de monastères à Singapour par des populations boud-dhistes du pays. Cette note est une première présentation de ces lieux de la migration birmane, adaptés au contexte spécifique de la cité-État et qui témoignent d’une relative intégration d’une catégorie de migrants à celle-ci. À travers les monastères, se déploient des activités sociales et religieuses, tant à Singapour que tournées vers la société d’origine. Des réseaux transnationaux se sont constitués par lesquels circulent des moines invités à délivrer des prêches, mais aussi des objets, de l’argent et autres biens.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie chaleureusement Bénédicte Brac de la Perrière et Anne Guillou de leurs remarques et commentaires à la lecture de cette note.

Introduction

  • 1 Il s’agit de deux courtes enquêtes de quelques jours en juin 2010 et 2012.
  • 2 Le terme de « migration » bien qu’insatisfaisant est néanmoins commode. En effet, parlant initialem (...)
  • 3 Le terme « monastère » est pris provisoirement dans un sens large : il se réfère à la fois à une ré (...)

1Cette note est la présentation d’une recherche en anthropologie entamée en 2010 sur les monastères bouddhiques birmans de Singapour lors de brefs séjours dans la cité-État1. Elle pose les jalons d’un travail à venir plus systématisé, d’où son aspect encore largement programmatique. Elle s’inscrit cependant dans le prolongement d’une première réflexion menée dans le cadre d’une mission de post-doctorat au CNRS en 2008-2009 sur la migration des Birmans dans les années 20002. L’étude vise à saisir le processus d’implantation du bouddhisme par des migrants originaires de Birmanie dans leur pays d’installation, en l’occurrence Singapour, à travers les monastères3 qu’ils y ont établis. Il s’agit d’en appréhender les modalités d’établissement, le fonctionnement, les activités, les pratiques mais aussi les relations tissées autour de ces lieux qui, en Birmanie, constituent le cœur de la vie sociale et religieuse. L’attention porte sur la nature et la dynamique des échanges et des réseaux transnationaux : les interactions entre la société d’origine et Singapour, la circulation de personnes, d’objets ou d’idées, ainsi que leurs effets dans le domaine religieux et de la pratique bouddhique au sens large. La relation « moine-laïc », on va le voir, y apparaît centrale.

Le contexte de Singapour

2Singapour s’est imposée au cours des dernières décennies comme une puissance commerciale, économique et financière internationale de premier plan. Le secteur touristique y est également encouragé. Moderne, fortement urbanisée, avec un développement poussé des technologies de pointe de communication, la cité-État jouit indéniablement d’une force d’attraction qui concerne tout autant les investisseurs, la main-d’œuvre nécessaire à ses activités manufacturières, que les touristes asiatiques ou des chercheurs et étudiants du monde entier.

  • 4 Il conviendrait d’entreprendre une comparaison avec d’autres pays urbanisés et prospères tels que l (...)

3Au regard de l’activité économique de Singapour et des valeurs prônées en termes d’efficacité, de performance et de rentabilité, l’établissement de lieux tels que les monastères bouddhiques birmans n’est pas sans se heurter à d’autres valeurs, autour du don notamment, ni sans soulever de questions, sur la manière dont les migrants s’accommodent de ce contexte particulier qui les oblige, peut-être, à redéfinir le champ du religieux et de sa pratique4. En effet, le bouddhisme en Birmanie y est la religion majoritaire et le statut social chez les bouddhistes birmans passe par la donation bouddhique. Dans cette religion du salut, le don apparaît central puisqu’il est un acte méritoire nécessaire à la progression spirituelle (ou karma) des personnes. En effet, la somme de ces actes influe sur leur destinée. L’offrande de nourriture faite aux moines constitue le don par excellence. Pratique ostensible voire ostentatoire, la donation est le fait d’un donateur principal (kye chu rhan ou maître du mérite) qui mobilise à cet effet un réseau de dépendants dans une relation de type patron-client, et qui, par la donation, voit son prestige augmenter. Or, le contexte de Singapour ne valorise ni ce type de dépenses ni de publicité, ceci au regard aussi de la place de la religion dans la politique de la cité-État, où la question religieuse renvoie inévitablement à celle de l’ethnicité, sujet délicat dans le processus de maintien de l’unité nationale entre Malais musulmans, Chinois taoïstes ou bouddhistes (de type Mahayana) et Indiens à majorité hindous mais aussi musulmans. Les Birmans développent alors des réseaux sociaux et religieux tournés vers leur pays d’origine.

La population birmane de Singapour

  • 5 On se heurte à une difficulté d’évaluation quantitative de cette migration birmane qui tient à sa n (...)
  • 6 Consécutive notamment aux sanctions économiques internationales qui, jusqu’en 2012, s’alourdissaien (...)
  • 7 Le parti a été pris de ne se focaliser a priori ni sur les causes ni sur les spécificités – selon l (...)

4La présence birmane actuelle à Singapour participe d’un phénomène migratoire d’ampleur, en Birmanie et à l’extérieur du pays, amorcé depuis le début des années 2000. Il concerne toutes les régions, toutes les couches sociales, toutes les populations, dont le groupe dominant des Birmans à proprement parler (bamar) et non pas les seules minorités ethniques5. L’émigration se concentre dans les pays de l’Asie du Sud-Est : Thaïlande, Malaisie, Singapour, selon les ressources financières, le niveau d’éducation ou de qualification. Elle est essentiellement motivée par la politique hégémonique de la junte birmane menée dès les années 1990 notamment dans les domaines politiques et religieux, la pénurie d’emploi qui frappe le pays6, l’incurie du système éducatif et de lourdes difficultés économiques7.

  • 8 Il faudrait pouvoir approfondir le profil sociologique de ces migrants. Quoi qu’il en soit, les fra (...)

5Singapour emploie une main-d’œuvre relativement plus qualifiée que la Malaisie et la Thaïlande pour ses usines, ses entreprises et le secteur des services. En effet, les Birmans à Singapour ont des connaissances techniques et/ou un niveau d’éducation plus élevé (infirmières, informaticiens) que ceux qui migrent dans le reste de la région. La possibilité de suivre des formations ou de reprendre un cursus scolaire professionnalisant, au bout de quelques années de présence, favorise en outre leur mobilité sociale. Singapour attire des enfants de familles de niveau socio-économique moyen, voire élevé, pour y travailler ou étudier8. Notons que la cité-État est aussi un lieu d’investissement pour les Birmans plus fortunés, à l’image de ce petit appartement en résidence de haut standing (condominium) que la propriétaire birmane, une fonctionnaire, avait acheté en septembre 2011 plus d’un million de dollars singapouriens.

Les monastères birmans de Singapour

  • 9 « Birman » est pris dans un premier temps au sens large, c’est-à-dire que le terme se rapporte au p (...)
  • 10 Tous les monastères recensés à Singapour et sur Internet n’ont pas encore été visités. Ces lieux on (...)
  • 11 Comment entreprendre une enquête qualitative d’observation sur les migrants alors que bon nombre so (...)

6Les monastères bouddhiques birmans9 (au moins une douzaine à Singapour10) sont des lieux d’investigation logiques, privilégiés, de l’immigration birmane, au regard de la place prédominante du bouddhisme en Birmanie, qui imprègne tous les domaines de la vie – économique, sociale, politique, artistique, etc. – et où la population bouddhiste est estimée à 90 % de la population totale. Le choix d’une première ethnographie des monastères s’est aussi imposé pour des raisons d’ordre méthodologique et pratique11, inspiré, par ailleurs, des travaux effectués en France par Catherine Choron-Baix (1992, 1995, 2000) sur les monastères lao.

  • 12 Sans entrer ici dans l’histoire du temple, signalons toutefois qu’il se distingue des autres par se (...)
  • 13 Blackburn (2012 : 5) parle de « Pali oriented Buddhism », pour l’époque étudiée car le terme « ther (...)

7La plupart de ces monastères ont été établis au cours de la dernière décennie, mis à part le Maha Sasana Ramsi Burmese Buddhist Temple, plus simplement dénommé Burmese Buddhist Temple (Blackburn [2012 : 10, 12]), et qui aurait été fondé en 1878 (voir figure 1)12. À propos de ces lieux de la migration birmane, la question se pose de leur qualificatif : s’agit-il d’un bouddhisme « birman » ou « Theravada »13 ? Le stimulant travail mené par Anne Blackburn sur la localisation à Singapour du bouddhisme en provenance de Ceylan à l’époque coloniale est parcouru de semblables préoccupations (ibid. : 3, 5, 7).

Fig. 1 : Le Burmese Buddhist Temple de Singapour

Fig. 1 : Le Burmese Buddhist Temple de Singapour

Au premier plan, à gauche, un moine birman de séjour à Singapour (juin 2012).

©Alexandra de Mersan.

8Pour l’heure, par « monastère birman », il faut entendre les monastères établis et entretenus par des personnes originaires de Birmanie. Cette forme du bouddhisme s’épanouit aujourd’hui parmi d’autres branches du bouddhisme ou d’autres religions, tandis que 17 % de la population de Singapour affirment ne pas avoir de religion du tout14. Le bouddhisme des Birmans se distingue de celui pratiqué majoritairement à Singapour par les Chinois – en termes de langue parlée, de calendrier et d’activités rituelles notamment –, mais cela n’explique sans doute que partiellement qu’ils aient fondé leurs propres monastères, puisque les deux coexistent au Burmese Buddhist Temple15.

  • 16 Il conviendra d’approfondir ce que Permanent Resident signifie dans la société singapourienne, en t (...)

9Situés surtout dans les zones de résidence à concentration birmane (à Clementi par exemple), ces monastères ont vraisemblablement été fondés par des résidents permanents (Permanent Resident ou PR). Les Birmans eux-mêmes opèrent une distinction entre les deux types officiels de migrants – temporaires ou permanents. Le statut de PR indique, en effet, si ce n’est un projet de vie ou d’installation définitive dans cette société d’accueil singapourienne, du moins un certain niveau d’implantation et d’intégration dans celle-ci16. Les activités autour des monastères leur permettent de maintenir un lien durable et nécessaire à la société d’origine, nourri d’échanges et de réciprocité.

10Le choix de la localisation répond sans doute au souci de rentabiliser le temps, en établissant les monastères à proximité des lieux de résidence. Par-delà la raison pratique de rationalisation, il s’agit peut-être aussi pour ces migrants birmans d’une étape dans un processus d’appropriation (voire de domestication) et donc d’intégration d’un espace étranger par la territorialisation, la localisation du bouddhisme, à l’instar du Burmese Buddhist Temple dont le premier lieu de fondation atteste de la présence birmane au temps de la colonisation.

  • 17 L’enquête à venir déterminera plus précisément le profil de ces Singapouriens, à savoir s’ils nourr (...)

11L’établissement de monastères à Singapour est encadré par la loi. Ces lieux sont organisés par un groupe de laïcs, des donateurs qui doivent se regrouper et se faire enregistrer en association religieuse, composée pour partie de Singapouriens17 et de PR. Les donateurs prennent en charge – matériellement et pratiquement – l’organisation et le fonctionnement, veillent à leur bonne santé financière et produisent un rapport annuel sur l’état du budget : un monastère doit se présenter comme une entreprise rentable.

12Mais aussi, à l’instar des monastères de Birmanie, les laïcs pourvoient à l’entretien de moines qui y vivent de façon permanente ou temporaire. Les donateurs se répartissent sur une semaine type leur tour d’aumône aux moines, lesquels ne quêtent pas leur nourriture dans la rue.

13Le bouddhisme birman de Singapour y est discret mais actif et bénéficie, par ailleurs, pour s’épanouir, des moyens de communication les plus modernes qui font défaut en Birmanie (les appels aux dons se font par Internet et les dons peuvent s’effectuer par carte ou virement bancaire). On ne voit pas les monastères dans la ville, hormis le Burmese Buddhist Temple, parce qu’en raison de son ancienneté, il est doté d’un potentiel touristique, valorisé par les autorités de Singapour. Témoin d’une histoire migratoire différente, peut-être rend-il compte aussi d’une histoire sino-birmane, mieux autorisée à exister, à s’afficher, ou qui y trouve davantage sa place ?

  • 18 Malgré la présence de cette enceinte rituellement consacrée (sim birman, pali sima), qui autorise l (...)

14De taille et de standing fort différents, selon le nombre et le profil socio-économique des donateurs et, donc, leurs possibilités de soutenir financièrement un tel lieu, les monastères se distinguent par leur architecture, allant de l’imposant Burmese Buddhist Temple à plusieurs étages, à l’étroit appartement transformé en résidence de moines de la Nyaung Kan Aye Dharma Society, qui ne dispense cependant qu’une activité principale de méditation. Les lieux s’adaptent aux contraintes architecturales, à la verticalité de la ville dans l’aménagement de l’espace, tout en respectant la position du bouddhisme, comme, par exemple, au monastère Thitsarparami Dhamma Raja Vihar qui est un appartement aménagé. Au rez-de-chaussée de ce triplex, la cuisine – espace impropre, féminin et dévalorisé, dans la culture birmane –, est plus haute que la salle de réception des laïcs où trône une statue du Bouddha ; l’autel s’y trouve donc placé en position basse et inférieure. Cette « inconvenance » est compensée par le fait que les étages sont réservés aux moines et que les femmes ne s’y rendent pas. Au Burmese Buddhist Temple, la hiérarchisation des espaces est respectée par la construction en 1991 d’une enceinte consacrée au dernier étage18, et par l’apposition d’un bourgeon terminal (thi) à son sommet en 1993, dans lequel sont enchâssées des reliques. Passée l’impression première de dépaysement par rapport à ce que l’on peut connaître en Birmanie – où les espaces sont plus vastes, aménagés différemment, avec une architecture autre –, et en dépit des adaptations nécessaires au contexte singapourien, on retrouve rapidement ses repères, tant par une activité semblable qui s’y déroule que par la langue parlée, les gestes ou les attitudes de ceux qui les fréquentent. Les contraintes ne semblent pas influer de façon significative sur les pratiques.

15Les motifs de l’établissement des monastères sont multiples, relatifs à une demande croissante de repères moraux, de conseils de conduite de vie, face à divers maux liés à la modernité, pour se soulager de situations de stress et autres formes d’inquiétude générées par la vie à Singapour : elle contraste avec celle vécue en Birmanie, notamment autour de la place et du rythme du travail dans le quotidien des personnes. Les critiques s’expriment aussi sur la cité-État, son individualisme, l’absence de compassion (karuna), de bienveillance (metta) ou de générosité (cetana) parmi ses habitants. Les plus anciens migrants souhaitent en outre que leurs enfants puissent bénéficier de l’enseignement du Bouddha, qu’ils suivent des sessions de méditation, voire, pour les garçons, qu’ils deviennent temporairement novices (rhan pru). Enfin et surtout, il s’agit tant pour les moines que pour les laïcs, à la fois, de dispenser, de maintenir et de diffuser la religion bouddhique (sasana pru), tout en gardant un lien avec la morale et les coutumes d’origine.

16Quant aux moines rencontrés, ceux-ci soulignent que leur rôle et leurs fonctions ne changent guère (« pongyi is pongyi ! » « Un moine est un moine ! » affirme l’un d’eux), si ce n’est qu’ils sont moins sollicités et consultés qu’en Birmanie autour de questions mondaines, concernant l’éducation des enfants, par exemple, ou le choix d’une date pour un événement important, etc. Moins occupés aussi par l’éducation des novices, ils jouissent finalement de plus de temps pour leur propre salut, consacré à la méditation et à l’étude de textes. Le week-end, toutefois, leurs activités auprès des laïcs s’intensifient : cérémonie de bénédiction d’un nouvel appartement, récitation de versets protecteurs, participation aux fêtes du calendrier déplacées à ce moment de la semaine (nouvel an), etc. Par exemple, le Burmese Buddhist Temple propose le week-end, des enseignements de la Loi du Bouddha (dhamma), des séances de méditation, ou des sermons (en birman ou en anglais), etc. En bref, la relation fondamentale d’interdépendance moines-laïcs est reproduite dans cette situation où les premiers incarnent et délivrent le message du Bouddha, tandis que les seconds les nourrissent et subviennent à leurs besoins matériels, ce qui leur procure, en retour, les mérites nécessaires à leur progression spirituelle.

  • 19 À propos de l’Arakan, voir Mersan (2005, 2010, 2012).

17Manifestement, le dynamisme religieux des monastères traduit celui de la présence birmane à Singapour. En dépit de celui-ci, il conviendra de mesurer de façon plus approfondie, quelles limites la migration impose-t-elle à l’action religieuse qui puissent entraîner une reconfiguration de ce champ. La question se pose avec acuité compte tenu de l’importance du référent territorial dans la constitution et la définition de la société d’origine, en raison notamment de la territorialisation du bouddhisme en Birmanie à travers ses formes matérielles19. En effet, la production de statues ou la fondation de pagodes y sont inhérentes au processus de diffusion et de maintien du bouddhisme. À cet égard, à travers ses peintures murales, le Burmese Buddhist Temple met en avant de façon significative l’installation en 1921 à Singapour de la massive statue du Bouddha en marbre blanc sculpté à Mandalay. Ces représentations sont caractéristiques du récit iconographique du genre, qui constitue en Birmanie un récit de fondation (samuin) par excellence. De même, les précieuses reliques de saints et du Bouddha, rapportées de Birmanie et déposées dans un monastère de Singapour, sont en attente d’un généreux donateur qui prenne en charge les dépenses coûteuses que nécessite l’édification d’une pagode pour les y enchâsser.

Développement social, prêche et méditation : déploiement des réseaux transnationaux

18Les migrants s’avèrent des acteurs sociaux à part entière de leur société d’origine, dont l’étude constitue une porte d’accès à la compréhension de celle-ci, nourrie par les interactions que produisent les expériences et le vécu en migration. Elle éclaire en outre sur l’actualité sociale, politique et économique de la Birmanie. Cette actualité, particulièrement dense ces dernières années (manifestations de moines à l’automne 2007, cyclone Nargis en 2008 ouvrant la voie à l’installation durable d’ONG et autres organismes internationaux, élections en 2010, libération du Prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, réformes politiques, sociales et économiques menées à grand train, afflux d’investissements étrangers, etc.), alimente largement la vie des monastères de Singapour.

  • 20 Le prestige qui découle de ces donations rejaillit aussi sur le ou les membre(s) de la famille du d (...)

19À travers ces monastères, s’organise un ensemble d’activités et se déploient des réseaux transnationaux de relations qui dépassent largement le cadre des fondateurs et donateurs réguliers et par lesquels transitent des moines. En effet, les monastères sont aussi profondément tournés vers le pays d’origine. Les migrants se mobilisent de façon régulière ou extraordinaire pour faire parvenir des fonds et autres biens (Turnell et al. 2008) – aux membres de la famille le plus souvent – et financer toutes sortes d’activités religieuses, éducatives et sociales (bhasa re, pañña re, lu mhu re) : sponsoring de cérémonies de noviciat, bourses d’études, soutien à des monastères/orphelinats, construction de puits, réfection ou embellissement d’éléments architecturaux, pagodes et autres édifices boud-dhiques. Les monastères de Birmanie témoignent effectivement depuis quelques années de la participation accrue des donateurs de l’étranger20. À partir de 2008, le développement d’activités sociales dans un cadre religieux qui impliquent tout autant les moines que les laïcs, sur le modèle des ONG, prend une large connotation contestataire à l’encontre de la politique de la junte birmane menée dans les années 1990 (Brac de la Perrière 2013, à paraître). Ces activités sont exprimées en termes bouddhiques autour notamment des notions de bienveillance et de bonne intention (cetana).

  • 21 Celle-ci a été médiatisée à l’international par l’article controversé du Time Magazine paru le 1er  (...)

20Mais aussi, après le passage dévastateur du cyclone Nargis en 2008 dans le delta de l’Irrawaddy et à Rangoun, des collectes s’organisent pour venir en aide aux sinistrés via les monastères et les réseaux de moines, de même qu’à l’été 2012, après les affrontements mortels qui opposent des populations bouddhistes et musulmanes en Arakan, une solidarité s’opère pour apporter toutes sortes de soins aux réfugiés dans les monastères arakanais. L’actualité est alors amplement discutée et commentée. À titre d’exemple, quelques jours après le début du couvre-feu qui met provisoirement un terme aux violences en Arakan, un moine de Singapour – originaire de cet État – délivre un sermon dans son monastère. Celui-ci porte précisément sur la défense de l’Enseignement du Bouddha (sasana), de la langue et de l’ethnicité (amyui), que le moine relie à la nécessité de boycotter les commerces tenus par des musulmans. De semblables types de messages et leur contenu se trouveront diffusés, au demeurant, par certains moines au printemps 2013, au moment où sont perpétrées des attaques et destructions de mosquées et autres écoles coraniques en différentes villes de Birmanie, lors d’une campagne de promotion d’une forme de nationalisme religieux connue sous l’appellation « 969 »21.

Moines invités et itinérants

  • 22 La recherche future portera sur un dépouillement systématique de ces sermons et de leur contenu.

21Des moines de Birmanie, plus ou moins réputés, sont fréquemment invités pour de courts séjours, lors desquels des sessions sont organisées afin d’instruire une large audience sur l’enseignement du Bouddha par des prêches (tara pvai), appelés aussi « dhamma talk22 » (filmés et souvent accessibles sur Internet), ou sur les techniques de méditation, la méthode vipassana étant la plus populaire. L’écoute de sermons constitue pour les laïcs une activité méritoire, en termes bouddhiques. Ces sessions rassemblent plusieurs centaines d’auditeurs, parfois plus, en majorité des Birmans, dans des espaces loués pour l’occasion. Des donations sont effectuées aux moines au cours de celles-ci. L’annonce de l’évènement est diffusée sur Internet et dans les quartiers à concentration birmane, ainsi qu’au Peninsula Plaza. Ce centre commercial, parfois dénommé Little Myanmar, est occupé par une majorité de boutiques en lien d’une quelconque façon avec la Birmanie (vente de produits alimentaires, de médecine traditionnelle, journaux, coiffeurs, agences de voyages, etc.) – où affluent les migrants birmans, particulièrement le week-end pendant leur(s) jour(s) de repos.

22Bien que les raisons avancées à nombre de ces invitations soulignent les qualités narratives, l’éloquence, ou la capacité de ces moines invités à transmettre le message du Bouddha, la notion birmane de « gratitude » (kye ju), sous-jacente à celles-ci, permet d’appréhender la relation entre moines (relation maître-disciple) mais également entre moines et laïcs (Mersan 2011). En effet, des relations personnalisées préexistent souvent à la migration, basées sur une localité d’origine commune, la parenté et la résidence, que l’invitation à Singapour entretient.

23La venue d’un moine s’accompagne de la production et/ou de la circulation d’objets divers : livres, DVD, reliques, etc. Au regard de cette intense circulation, on ne peut penser les monastères de Singapour autrement qu’en interaction avec ceux de Birmanie, tant l’interdépendance est étroite. À cet égard, on observe simultanément les mêmes changements à Rangoun et Singapour, ainsi que l’illustre le succès du développement de la branche dite du Moine de Mogok (Mogok Sayadaw) dans les années 2000. Celle-ci combine à la fois méditation (vipassana) et prédication et se caractérise par leur diffusion parmi les laïcs (yogi) (Brac de la Perrière 2013, à paraître). Ces deux formes populaires d’activité religieuse se sont largement épanouies à Rangoun au cours des années 1990 (Jordt 2005, 2007) – en particulier auprès des femmes – et à Singapour dans les années 2000.

Ce que le séjour à l’étranger fait au moine

24Les séjours à l’étranger sont monnaie courante actuellement et constituent aussi pour ces moines un moyen d’améliorer les activités de leur monastère en Birmanie par les donations générées à ces occasions, éventuellement par le biais de fondations. Cette circulation contribue sans aucun doute à leur réputation et au degré de pureté spirituelle qui leur est attribuée, en fonction des donations engendrées et par conséquent de leur capacité à développer et à mobiliser un réseau de donateurs, à l’instar du vénéré moine Ratana Man On de Mrauk U en Arakan. D’ailleurs, la représentation iconographique de sa biographie met en avant ses nombreux voyages comme une activité missionnaire de diffusion de l’Enseignement du Bouddha (voir figure 2).

Figure 2 : Biographie sur panneaux peints d’un moine birman, monastère de Mrauk U, Arakan (Birmanie)

Figure 2 : Biographie sur panneaux peints d’un moine birman, monastère de Mrauk U, Arakan (Birmanie)

Le panneau représente les pérégrinations en Malaisie (les 2 tours de gauche) et à Singapour (le temple de droite qui est une représentation du Burmese Buddhist Temple) du moine. En haut, il est écrit que le moine est en voyage de diffusion du dhamma, (juin 2013).

©Alexandra de Mersan.

25On constate en parallèle parmi les moines une augmentation de titres de docteurs (ou PhD) en textes bouddhiques, avec des diplômes obtenus à l’étranger, au Sri Lanka souvent ou à Bodhgaya en Inde – lieu de l’Eveil du Bouddha. Ces titres soulignent indubitablement la fonction de dispensation des moines, inhérente à la figure du maître, et contribuent à accroître leur statut, de retour en Birmanie.

  • 23 Les Arakanais emploient parfois le terme pali agandu, à propos d’invités, moines ou laïcs, ou de mo (...)

26La figure du moine itinérant23 n’est pas nouvelle et se décline parfois à l’intérieur du pays même. Les parcours de moines à travers plusieurs pays d’Asie ou d’Occident, qui ne correspondent cependant pas pour autant à des pèlerinages, constituent en quelque sorte des activités de prosélytisme dans la diffusion du dhamma mais aussi une levée de fonds. Il conviendra alors d’apprécier si ces séjours s’apparentent au « départ dans la forêt » (to thwak) dans la figure du moine aspirant à la sainteté telle que décrite par Guillaume Rozenberg (2005).

Conclusion

27Les monastères de Singapour sont donc le fait de migrants qui maintiennent par leur intermédiaire un lien fort avec leur société d’origine. Dans ce déploiement de réseaux transnationaux denses, les moines s’avèrent des acteurs de premier ordre : dépositaires d’un savoir sur la Doctrine du Bouddha, d’un enseignement particulier localisé qui fait défaut à Singapour, ils en reviennent enrichis des donations et porteurs d’une expérience de la modernité très urbaine de la cité-État, laquelle contribue sans doute à leur statut. L’argent généré à Singapour est redistribué (au sens large) tant à Singapour qu’en Birmanie où l’activité sociale s’effectue à travers les activités des moines et des monastères.

28Les monastères birmans pour l’instant nous apprennent moins sur Singapour que sur l’actualité birmane. S’il semble difficile d’évaluer l’influence éventuelle de Singapour, autrement dit si cette migration influe de manière significative dans le champ religieux tant à Singapour qu’en Birmanie, du moins permet-elle d’apprécier les nombreuses interactions, et d’y constater par ailleurs une évolution semblable des pratiques.

29De quoi le développement des monastères birmans de Singapour est-il l’expression ? L’établissement des monastères témoigne d’une forme d’intégration sociale, des PR notamment, de leur connaissance et de leur adaptation aux lois et contraintes locales relatives à l’établissement d’organisations religieuses ; de leur capacité à dégager du profit, des gains qui peuvent être investis dans ces structures ; enfin, d’une forme de territorialisation par la localisation du bouddhisme.

30En même temps, l’activité des monastères, largement tournée vers la Birmanie, dénote une absence d’investissement dans la société d’accueil, au regard de la force des liens transnationaux et de l’ampleur de la participation qui demeure avec la société d’origine. Mais aussi, les migrants birmans se réunissent autour d’activités qui font sens, en fonction de leurs valeurs et de leurs pratiques localisées. Les monastères expriment aussi un vide moral, existentiel qu’il leur faut pallier. Ils permettent que s’épanouissent une activité sociale locale et un vivre-ensemble partagé, qui fait défaut au quotidien.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, Arjun, 1996, Modernity at Large : Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis : University of Minnesota Press.

Blackburn, Anne, 2012, Ceylonese Buddhism in Colonial Singapore : New Ritual Spaces & Specialists, 1895-1935, Singapore : Asia Research Institute, « Ari Working Paper » n° 184.

Brac de la Perrière, Bénédicte, 2013 (à paraître), « The “Frying Pan” Abbot. The Rise and Fall of a Burmese Preaching Monk », Contemporary Buddhism, numéro spécial sur les sermons.

Choron-Baix, Catherine, 1992, « Espace social et exil. Les réseaux de sociabilité des Lao réfugiés en France », in Habitations et habitat d’Asie du Sud-Est continentale. Pratiques et représentations de l’espace, Jacqueline Matras-Guin & Christian Taillard, éd., Paris : L’Harmattan, p. 257-283.

Choron-Baix, Catherine, 1995, « Religion transplantée et territorialité. Le cas du bouddhisme lao en France », in La construction religieuse du territoire, J-F Vincent, D. Dory & R. Verdier, éd., Paris : L’Harmattan, p. 91-104.

Choron-Baix, Catherine, 2000, « Retour au Laos, le mirage de la mémoire », Ethnologie Française, 3 : 379-387.

Egreteau, Renaud, 2012, « Burma in Diaspora : A Preliminary Research. Note on the Politics of Burmese Diasporic Communities in Asia », Journal of Current Southeast Asian Affairs, 2 : 115-147.

Jordt, Ingrid, 2005, « Women’s Practices of Renunciation », in Burma at the Turn of the Twenty-First Century, Monique Skidmore, éd., Honolulu : University of Hawai’i Press, p. 41-64.

Jordt, Ingrid, 2007, Burma’s Mass Lay Meditation Movement : Buddhism and the Cultural Construction of Power, Athens : Ohio University Press.

Mersan, Alexandra de, 2005, « Espace rituel et construction de la localité. Contribution à l’étude ethnographique d’une population de la Birmanie contemporaine : les Arakanais », thèse non publiée d’anthropologie sociale et ethnologie, EHESS, sous la direction de Jean-Claude Galey, Paris.

Mersan, Alexandra de, 2010, « La construction rituelle du territoire à travers la tradition orale. Étude d’une incantation aux esprits d’Arakan (Birmanie) », Aséanie, 26 : 31-55.

Mersan, Alexandra de, 2011, « Les migrants birmans de Singapour. Mobilité et dévotion : contribution à l’étude des migrations de la Birmanie contemporaine », 4e Congrès du Réseau Asie, http://www.reseau-asie.com/userfiles/file/A08_de_mersan_migrants_birmans_singapour.pdf

Mersan, Alexandra de, 2012, « The “Land of the Great Image” and the Test of Time. The Making of a Buddha Image in Arakan (Burma/Myanmar) », in The Spirit of Things : Materiality in the Age of Religious Diversity in Southeast Asia, Julius Bautista, éd., New York : Cornell, « Southeast Asia Program Publications », p. 95-110.

Rozenberg, Guillaume, 2005, Renoncement et puissance. La quête de la sainteté dans la Birmanie contemporaine, Genève : Olizane.

Schober, Juliane, 1989, « Paths to Enlightenment : Theravada Buddhism in Upper Burma », University of Illinois, Unpublished thesis in anthropology, Urbana.

Turnell, Sean, Alison Vicary & Wylie Bradford, 2008, « Migrant-Worker Remittances and Burma : An Economic Analysis of Survey Results », in Dictatorship, Disorder and Decline in Myanmar, Monique Skidmore & Trevor Wilson, éd., Canberra : ANU E Press, p. 63-86.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de deux courtes enquêtes de quelques jours en juin 2010 et 2012.

2 Le terme de « migration » bien qu’insatisfaisant est néanmoins commode. En effet, parlant initialement de « migration », c’est en termes moins restrictifs de « mobilité », et « d’échanges », que se redessine de façon plus pertinente cette recherche, en raison de constants va-et-vient dans le parcours des migrants, de l’intensification et l’accélération de la circulation des personnes, des biens et des idées, mais aussi des facilités de communication qu’offre toute la technologie moderne relative aux médias, qui, du reste, justifient de penser les sociétés contemporaines de façon plus déterritorialisée (Appadurai 1996).

3 Le terme « monastère » est pris provisoirement dans un sens large : il se réfère à la fois à une résidence de moines et à un lieu de pratiques bouddhiques birmanes, notamment celle de la méditation.

4 Il conviendrait d’entreprendre une comparaison avec d’autres pays urbanisés et prospères tels que la Corée du Sud ou Taïwan, où le bouddhisme y est florissant.

5 On se heurte à une difficulté d’évaluation quantitative de cette migration birmane qui tient à sa nature, souvent clandestine ou illégale comme en Thaïlande, et à l’absence ou à l’indisponibilité de données relatives au pays d’origine des résidents, à Singapour notamment, qu’ils soient avec un statut de permanent ou de temporaire. Elle tient aussi au caractère temporaire des séjours : contrats de 3 ans en Malaisie et à Singapour, renouvelés ou pas selon la conjoncture économique du pays de séjour. Les Birmans de Singapour sont évalués entre 50 000 et 100 000 personnes. Voir Egreteau (2012 : 127).

6 Consécutive notamment aux sanctions économiques internationales qui, jusqu’en 2012, s’alourdissaient et pénalisaient les usines locales birmanes, comme en 2007, par exemple.

7 Le parti a été pris de ne se focaliser a priori ni sur les causes ni sur les spécificités – selon l’appartenance religieuse, sociale, ethnique ou la région d’origine – de manière à apprécier la migration de façon globale.

8 Il faudrait pouvoir approfondir le profil sociologique de ces migrants. Quoi qu’il en soit, les frais engagés pour migrer à Singapour sont supérieurs à ceux d’autres pays de l’Asie du Sud-Est.

9 « Birman » est pris dans un premier temps au sens large, c’est-à-dire que le terme se rapporte au pays et non au groupe ethnique particulier. Ce travail porte donc sur des populations bouddhistes de Birmanie. Notons toutefois l’existence d’un monastère pao et d’un autre où se réunit une majorité d’Arakanais. La question du poids de l’« ethnicité », ou d’autres appartenances selon la région d’origine ou la langue parlée, par exemple, n’est ni première ni centrale dans ma recherche. L’enquête et son analyse détermineront a posteriori si elle s’avère pertinente ou indiqueront éventuellement le biais que pourrait opérer, en l’occurrence, le fait de privilégier l’étude de personnes originaires d’Arakan. Voir aussi Mersan (2011).

10 Tous les monastères recensés à Singapour et sur Internet n’ont pas encore été visités. Ces lieux ont tendance à changer fréquemment d’adresse, à l’image de la Mahamuni Buddhist Society qui a déménagé trois fois entre 2008 et 2012.

11 Comment entreprendre une enquête qualitative d’observation sur les migrants alors que bon nombre sont quotidiennement occupés par leur travail (6 jours sur 7), raison première de leur présence à Singapour ? Comment éviter un travail basé sur les seules pratiques discursives – récits de vie et entretiens essentiellement –, qui plus est lorsque l’expérience de la migration et sa mise en récit constituent un sujet douloureux, incitant à ne pas l’aborder directement ?

12 Sans entrer ici dans l’histoire du temple, signalons toutefois qu’il se distingue des autres par ses liens anciens avec des migrants d’origine chinoise ou de Ceylan. Aussi, les dévots qui fréquentent ce temple en particulier sont-ils vraisemblablement installés de façon plus durable ou ancrée à Singapour et comptent plus de sino-birmans.

13 Blackburn (2012 : 5) parle de « Pali oriented Buddhism », pour l’époque étudiée car le terme « theravada » n’est pas encore largement appliqué au bouddhisme de Ceylan, Thaïlande, Birmanie, Laos et Cambodge.

14 http://www.singstat.gov.sg/publications/publications_and_papers/cop2010/census_2010_release1/cop2010sr1.pdf, consulté le 30 mai 2013.

15 Il faudrait toutefois enquêter sur les temples chinois pour en apprécier leur fréquentation par des Sino-Birmans.

16 Il conviendra d’approfondir ce que Permanent Resident signifie dans la société singapourienne, en termes de droits et d’obligations notamment.

17 L’enquête à venir déterminera plus précisément le profil de ces Singapouriens, à savoir s’ils nourrissent des liens avec la Birmanie ou s’ils n’agissent qu’en tant que prête-noms.

18 Malgré la présence de cette enceinte rituellement consacrée (sim birman, pali sima), qui autorise l’ordination de moines selon les règles (Schober 1989 : 197-218), Singapour ne semble pas « produire » de moines.

19 À propos de l’Arakan, voir Mersan (2005, 2010, 2012).

20 Le prestige qui découle de ces donations rejaillit aussi sur le ou les membre(s) de la famille du donateur restée au pays qui procède à celle-ci. Les migrants, de leur côté, expriment parfois leur implication dans ces diverses activités en termes de soutien culturel (yañ kye mhu) ou social et non plus religieux. Ce type de discours, absent en Birmanie, indique-t-il une tendance à la sécularisation dans ce contexte de Singapour ?

21 Celle-ci a été médiatisée à l’international par l’article controversé du Time Magazine paru le 1er juillet 2013 intitulé « The Face of Buddhist Terror ».

22 La recherche future portera sur un dépouillement systématique de ces sermons et de leur contenu.

23 Les Arakanais emploient parfois le terme pali agandu, à propos d’invités, moines ou laïcs, ou de moines itinérants. Des recherches en histoire des religions permettraient d’apprécier s’il s’agit d’un type particulier de moines tournés peut-être vers le prosélytisme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le Burmese Buddhist Temple de Singapour
Légende Au premier plan, à gauche, un moine birman de séjour à Singapour (juin 2012).
Crédits ©Alexandra de Mersan.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2366/img-1.png
Fichier image/png, 497k
Titre Figure 2 : Biographie sur panneaux peints d’un moine birman, monastère de Mrauk U, Arakan (Birmanie)
Légende Le panneau représente les pérégrinations en Malaisie (les 2 tours de gauche) et à Singapour (le temple de droite qui est une représentation du Burmese Buddhist Temple) du moine. En haut, il est écrit que le moine est en voyage de diffusion du dhamma, (juin 2013).
Crédits ©Alexandra de Mersan.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2366/img-2.png
Fichier image/png, 338k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra de Mersan, « La migration birmane à travers ses monastères de Singapour », Moussons, 22 | 2013, 87-98.

Référence électronique

Alexandra de Mersan, « La migration birmane à travers ses monastères de Singapour », Moussons [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/2366 ; DOI : 10.4000/moussons.2366

Haut de page

Auteur

Alexandra de Mersan

Anthropologue, maître de conférences à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), Alexandra de Mersan travaille sur la Birmanie depuis une quinzaine d’années avec pour terrain principal de recherche la région de l’Arakan. Ses travaux portent notamment sur le boud-dhisme à travers ses productions matérielles, le territoire et le rituel.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page