Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Comptes rendus

Global Filipinos. Migrants’ Lives in the Virtual Village, Deirdre McKay

coll. « Tracking Globalization », Bloomington, Indianapolis : Indiana University Press, 2012, xiv+247 p.
Xavier Huetz de Lemps
p. 156-159
Référence(s) :

Deirdre McKay, Global Filipinos. Migrants’ Lives in the Virtual Village, coll. « Tracking Globalization », Bloomington, Indianapolis : Indiana University Press, 2012, xiv+247 p.

Texte intégral

1La vague migratoire qui s’est levée depuis le milieu des années 1970 et qui fait qu’aujourd’hui environ un Philippin sur dix (et un actif sur cinq) travaille et vit à l’étranger (9,45 millions d’expatriés en 2010 pour une population totale de 92,34 millions d’habitants) a légitimement attiré l’attention des chercheurs en sciences humaines et sociales. Plus exactement, c’est dans la seconde moitié des années 1990 que la production scientifique sur ces migrations internationales de travail philippines a connu un net développement quantitatif, par la multiplication des travaux, et qualitatif, par le croisement des regards disciplinaires et par la multiplication des lieux d’observation, des Philippines aux États où ces Overseas Contract Workers (OCWs) travaillent et, plus rarement, s’enracinent. Par les données « objectives » qu’il renferme et par les positionnements méthodologiques souvent originaux qu’il propose, cet ouvrage apporte une contribution importante à une bibliographie qui tente de dire la complexité de migrations dont les mutations constantes frappent rapidement d’obsolescence les meilleures études.

2L’objet et la démarche de Deirdre McKay, géographe de formation et enseignante à l’Université de Keele au Royaume-Uni, apparaissent clairement dès les premières pages de l’ouvrage, même s’il faut attendre la mise au point méthodologique des pages 215-218 pour que soient apportées d’importantes précisions sur les langues de l’enquête ou sur les modalités philippines d’expression des émotions que l’auteur tente, tout au long de l’ouvrage, d’observer et de décrypter. L’auteur a établi son poste d’observation à Haliap, un village reculé de la province d’Ifugao, au cœur de la cordillère centrale du nord de Luçon. L’intrusion déstabilisante de l’État dans cette région d’accès difficile a été très tardive et les puissances coloniales, espagnole et américaine, puis la République des Philippines, l’ont tenue et la tiennent pour arriérée et mal incorporée au reste de l’archipel. De ce village pauvre d’à peine mille habitants, comme de tant d’autres aux Philippines, ont commencé, au milieu des années 1990, à partir outre-mer des travailleurs sous contrat, en fait surtout des travailleuses, employé(e)s principalement dans la domesticité, les soins à la personne et les professions de santé à Hong Kong, à Singapour, au Canada, au Royaume-Uni ou en Italie. Cette enquête n’est certes pas la première à porter sur les transformations profondes qu’entraîne, dans les campagnes philippines, l’expatriation directe et lointaine, parfois sans l’étape préalable de la migration vers la ville, d’une part croissante de la population active. Sa valeur ajoutée tient au fait que les analyses proposées sont le fruit d’un suivi longitudinal, d’une succession de séjours de terrain réalisés entre le milieu des années 1990 et le tout début des années 2010. Cette histoire immédiate des migrations suit le parcours du couple composé d’Angelina et de Luis (pseudonymes). Sans être d’une pauvreté extrême, Angelina et Luis ont le sentiment de vivoter à Haliap, sans réelles perspectives d’avenir. En 2001, Angelina saute le pas et émigre à Hong Kong comme OCW ; en 2004, Luis la rejoint, laissant leur fils à la charge de la famille. En 2009, Luis part au Canada et Angelina revient à Haliap. En 2011, Luis fait le constat de l’échec de son projet migratoire canadien et rentre au village.

3L’auteur, qui a maintenu un contact étroit avec Luis et Angelina sur près de deux décennies, décrit la vie quotidienne des travailleurs philippins immigrés à Hong Kong et, à un degré moindre, au Canada, les modalités pratiques du maintien des liens avec le village de départ, les réponses aux sollicitations financières et affectives de la famille, les stratégies d’investissement à distance en vue de la préparation du retour. L’attention portée aux émotions est originale et l’auteur montre que la distance physique entre le migrant et sa famille n’interdit pas la proximité émotionnelle, tandis que la réussite professionnelle au sein de la famille des employeurs, suppose l’apprentissage – dans lequel les Philippins excellent – d’un langage corporel subtil qui combine la domination des émotions et la manifestation de l’empathie. Le récit de D. McKay, émouvant mais sans affectation, permet au lecteur de toucher du doigt les doutes, les espoirs, les déceptions, les angoisses mais aussi les incohérences et les contradictions de jeunes gens qui cherchent là-bas, les moyens de réussir dignement leur vie ici, dans leur village.

4Au-delà de l’intérêt humain intrinsèque de ces trajectoires de migrants à la fois uniques et ordinaires puisque des centaines de milliers de Philippins ont connu et connaissent des expériences approchantes mais jamais identiques, D. McKay apporte de nombreuses observations de tous ordres sur la société locale. De fait, les trois premiers chapitres et de nombreuses pages dans les chapitres suivants portent sur le contexte dans lequel les migrations s’insèrent. La décision de s’expatrier, le compor-tement des travailleurs dans les pays de la destination et la question du retour sont, comme le démontre l’auteur, indissociable de la prégnance de liens interpersonnels, familiaux et communautaires fondés sur la réciprocité systématique et sur des échanges matériels ou symboliques constants. Parce qu’elle en a été le témoin, D. McKay souligne aussi l’inadéquation des plans de développement aux modes de fonctionnement social et aux représentations des populations de Hayap. Confrontés à une double stigmatisation sociale (la pauvreté) et ethnique (un processus de « civilisation » jugé inachevé) de la part de la société philippine englobante, confrontés au mal-être que font naître l’impéritie, l’incohérence et la corruption des pouvoirs publics, la migration internationale est plus qu’un levier de l’amélioration matérielle du quotidien : elle renforce l’estime de soi, elle donne les moyens matériels de remplir ses obligations familiales et sociales, elle permet de déployer une générosité qui, par les liens symboliques qu’elle engendre, fait de l’individu une personne, au sens psychologique du mot.

5Global Filipinos propose une interprétation originale des phénomènes migratoires à l’âge de la globalisation. D. McKay affirme que les migrations de travail de ces villageois d’une province reculée des Philippines ne tendent pas, comme certaines analyses des migrations d’un âge antérieur aux nouvelles technologies de la communication l’avaient affirmé, à affaiblir et, insidieusement, à désagréger les liens identitaires entre les habitants de Haliap et leur lieu de vie, mais au contraire à donner au village une dimension globalisée de liens affectifs, de réseaux sociaux et familiaux, dans laquelle le projet migratoire est imaginé et matériellement réalisé. Au-delà des améliorations matérielles immédiates que la migration suppose pour la famille, au-delà des inévitables tensions et jalousies qu’entraînent la réussite de certains et l’échec des autres, les efforts et les souffrances des migrants temporaires sont, selon l’auteur, plus ou moins explicitement sous-tendus par l’espoir qu’ils permettront d’ouvrir aux villageois des perspectives de développement local solides et, parce qu’endogènes, respectueuses de leur culture. Loin de se dissoudre dans un horizon informe et indéterminé, les liens affectifs de ces individus globalisés par la nécessité vitale et le mal-être continuent, grâce aux moyens électroniques de communication, d’être profondément enracinés dans le village d’origine, même si ce dernier tend à devenir virtuel, dans toutes les acceptions du mot. Certaines conclusions de l’ouvrage, en particulier lorsqu’il aborde la question du retour des OCWs au pays, contredisent cependant l’hypothèse d’une consolidation paradoxale des liens sociaux grâce à la migration : l’éloignement, les représentations déformées de la vie « là-bas », l’intrusion massive de l’argent dans des relations sociales autrefois fondées sur d’autres valeurs génèrent de profondes incompréhensions, de violentes tensions familiales entre ceux qui sont restés, aux exigences souvent démesurées, et ceux qui, parce qu’ils sont partis, sont supposés riches et différents.

6À un autre niveau d’analyse, cette territorialité renforcée par l’éloignement temporaire, cette nouvelle représentation du monde et cet imaginaire globalisé nés de la migration internationale entrent en tension avec les politiques publiques de contrôle des flux migratoires et d’incorporation des « Mountain Provinces » dans un ensemble politique national unifié dont une des ressources principales serait, justement, ces travailleurs émigrés promus au rang de « héros nationaux » d’une nation philippine « globalisée ». L’auteur démontre que, si les travailleurs qu’elle a suivis s’insèrent par nécessité dans des catégories statistiques, des structures d’encadrement et des dispositifs réglementaires à l’échelle nationale, l’expérience migratoire reste perçue comme devant servir directement la communauté locale. La méfiance à l’égard des politiques publiques d’encadrement des migrations – et du drainage des remises en particulier – résulte du côtoiement, au quotidien, d’une bureaucratie inefficace et souvent corrompue, mais elle est renforcée par l’observation, outre-mer, de comportements administratifs et de systèmes de protection sociale plus efficaces. Le regard de l’auteur sur l’administration est très négatif et, à la différence des analyses portant sur le village, assez désincarné. Le constat du divorce entre l’État et la société civile aux Philippines, la naïveté des démonstrations nationalistes organisées pour « mobiliser » la population et masquer au passage l’échec des politiques étatiques, l’incohérence entre les sollicitations et les critiques constantes dont l’État fait l’objet et les comportements individuels qui interdisent de fait l’émergence d’un sens public ont déjà été soulignés par d’autres chercheurs, mais les pages que D. McKay consacrent à ces questions sont riches parce que fondées sur une compréhension intime de cette société de frontière.

7Pour autant, Global Filipinos n’est pas construit comme une monographie linéaire qui, page après page, apporterait la démonstration des hypothèses avancées dans les premières pages. Sa construction, assez complexe, s’articule autour d’une série de « vignettes », de coups de projecteur qui alternent exposés contextuels, analyses très précises des données ethnographiques recueillies et mises au point conceptuelles. Cette structure, les sauts d’échelle d’observation, les télescopages temporels et les imbrications thématiques qu’elle entraîne, peuvent dérouter : on ne peut totalement tirer parti de cet ouvrage sans le lire de la première à la dernière page, comme le souligne l’anecdote de la parade officielle qui ouvre le livre et sur laquelle l’auteur revient régulièrement pour progresser dans ses propositions d’interprétation. L’ouvrage est bien édité. Si l’appareil critique est réduit au strict nécessaire, ce qui permet au lecteur de mieux entrer dans le récit, la bibliographie est solide (mais l’auteur de La Chambre claire est Roland et non Frederic Barthes). L’auteur de cette recension, de formation historienne, aurait souhaité que les dates des observations ethnographiques soient plus systématiquement indiquées, en particulier dans les trois premiers chapitres, tout en reconnaissant que ces mentions auraient alourdi le texte.

8Cette monographie pose la sempiternelle et insoluble question de la représentativité du cas étudié. La rapidité des changements dans le domaine des migrations comme les transformations qui affectent les campagnes dont sont issus les migrants rendent illusoire une éventuelle validation par des enquêtes menées sur d’autres terrains philippins. Pourtant, nul doute que de nombreux auteurs intéressés par les phénomènes migratoires, aux Philippines et ailleurs, s’appuieront sur les perspectives stimulantes que ce livre ouvre. Après l’avoir refermé, le lecteur ne peut que souhaiter que son auteur lui donne à l’avenir des nouvelles d’Angelina, de Luis et de Haliap auxquels, grâce à son talent, il s’est attaché.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Huetz de Lemps, « Global Filipinos. Migrants’ Lives in the Virtual Village, Deirdre McKay », Moussons, 22 | 2013, 156-159.

Référence électronique

Xavier Huetz de Lemps, « Global Filipinos. Migrants’ Lives in the Virtual Village, Deirdre McKay », Moussons [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2398

Haut de page

Auteur

Xavier Huetz de Lemps

Professeur en histoire contemporaine à l’université de Nice-Sophia Antipolis.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page