Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Comptes rendus

Burmese Migrant Women Factory Workers. Thailand’s Hidden Workforce, Asian Arguments, Ruth Pearson & Kyoku Kusakabe

Londres & New York : Zed Books, 2012, 205 p.
Laurence Husson
p. 159-161
Référence(s) :

Ruth Pearson & Kyoku Kusakabe, Burmese Migrant Women Factory Workers. Thailand’s Hidden Workforce, Asian Arguments, Londres & New York : Zed Books, 2012, 205 p.

Texte intégral

1Nombre de Birmans cherchent à quitter leur pays en quête d’une vie meilleure et choisissent la proche et prospère Thaïlande. C’est ainsi que l’ex-royaume du Siam recense officiellement environ deux millions de travailleurs migrants étrangers employés principalement dans la construction, l’agriculture, la pêche, les travaux domestiques et le textile, sur une population active de onze millions. Au dire des experts, les ressortissants du Myanmar déclarés seraient un million, et les clandestins entre un et trois millions, selon les estimations les plus hautes.

2La situation de cette main-d’œuvre étrangère birmane en Thaïlande était encore relativement mal documentée, jusqu’à la publication de cet ouvrage. Car autant les quelque 150 000 réfugiés birmans accueillis en Thaïlande ont reçu une forte couverture médiatique, aussi bien sur place qu’à l’étranger (notamment en Amérique où réside une importante diaspora), autant les travailleurs et travailleuses de l’ombre originaires de ce même pays, dont certains ont enduré les mêmes difficultés (répression, insécurité, déplacements de population, cyclone, etc.), sont passés sous silence.

3L’Anglaise Ruth Pearson et la Japonaise Kyoko Kusakabe, toutes deux professeurs, la première au Centre des études sur le développement de la School of Politics and International Studies de l’université de Leeds, la seconde à L’Asian Institute of Technology (AIT) de Bangkok en tant que spécialiste des questions de genre et de développement dans la région du Mékong, co-signent cet ouvrage concis de 205 pages.

4Leur propos, incisif, est parfaitement résumé par la toute première phrase de l’ouvrage : « This book tells the story of women who migrate from Burma to work, as part of a large and exploited workforce, in Thailand’s export factories ». Pour ce faire, elles ont mené l’enquête, entre 2006 et 2010 et réuni un important corpus de données sur les travailleuses migrantes, par le biais d’entretiens, de questionnaires, d’ateliers, aidées par une équipe locale de chercheurs thaïs et birmans. Il faut signaler là que l’un des nombreux intérêts de l’ouvrage est de mettre le projecteur sur un type de migrantes assez mal renseigné, les ouvrières et les employées d’usines, quand de nombreux travaux ont été consacrés aux migrants travaillant dans les champs ou le bâtiment ainsi qu’aux domestiques et aux travailleuses sexuelles.

5Les usines employant le plus de main-d’œuvre birmane se situent principalement dans les provinces voisines de Bangkok telles que Pathum Thani et Samut Prakan, ainsi que près de la frontière entre le Myanmar et la Thaïlande, comme à Mae Sot et à Sangkhlaburi (« Three Pagodas Pass »), qui sont des villes de migrants où dominent les longyi (vêtements traditionnels birmans) et où ont été menées les recherches.

6Cette étude révèle donc l’histoire de femmes jeunes et moins jeunes qui ont quitté le Myanmar pour travailler dur, voire très dur, dans les usines de Thaïlande destinées à fabriquer des produits d’exportation.

7Si la condition d’ouvrière en Asie du Sud-Est n’est déjà guère enviable, se rajoute pour ces Birmanes en Thaïlande celle de migrante souvent clandestine, sans aucune protection légale. L’oppression est donc la règle, avec son classique et déplorable cortège d’abus : salaires très bas, heures supplémentaires non rémunérées, déductions et retenues illégales de salaires, conditions de logement insalubres, ennuis avec la police, les services de l’immigration et la population locale, etc.

8Il n’en demeure cependant pas moins que les salaires étant près de dix fois supérieurs en Thaïlande qu’au Myanmar, tous et toutes les migrant(e)s, malgré leurs difficultés de vie et les mauvaises conditions de travail, sont fiers de pouvoir épargner et d’aider les leurs en envoyant de l’argent chez eux. Le coût de la vie étant en constante augmentation au Myanmar, beaucoup disent aussi que la recherche de revenus plus élevés en dehors des frontières devient impérative.

9Pearson et Kusakabe dessinent bien le cadre et le contexte nécessaires pour comprendre ce qui pousse ces jeunes Birmanes de la campagne, qui n’ont pas d’opportunité de travail chez elles, à opter pour un travail en usine, de l’autre côté de la frontière. L’étude rend compréhensibles les difficiles choix de vie, les calculs délicats, les décisions complexes, les stratégies personnelles de ces femmes au moment du départ, et leurs façons, ensuite, d’en assumer les conséquences une fois sur place alors que leurs marges de manœuvre sont souvent très réduites. L’un des intérêts majeurs de l’ouvrage réside dans les nombreuses citations tirées des entretiens qui illustrent de façon très concrète et vivante les expériences, les dilemmes, les perspectives, les calculs et les stratégies d’adaptation de ces travailleuses migrantes.

10Les sept chapitres du livre traitent non seulement des conditions de travail, mais abordent les sujets aussi essentiels que les transformations structurelles de l’économie thaïlandaise, la réglementation du travail, le pouvoir de l’État, de l’illégalité, ainsi que l’impact de la crise économique mondiale. De tous les chapitres, le cinquième est peut-être le plus instructif et novateur, en ce qu’il traite de la maternité et des nombreux défis qu’il y a à avoir ou non des enfants puis à devoir les élever en ayant un statut de travailleuses migrantes transfrontalières. Dans la littérature sur les migrations, beaucoup a été écrit sur la « global care chain », à savoir les travailleuses migrantes de pays pauvres qui vont vendre leurs soins et leurs services à la personne (domestiques, gardes-malade, infirmières, nounous, etc.) dans les pays riches. En revanche, très peu d’études ont été consacrées à la façon dont les travailleuses migrantes gèrent leurs propres besoins en matière de soins et de services, quand elles sont enceintes, jeunes mères ou malades, et qu’elles continuent à travailler tout en aidant financièrement leurs parents. Un autre apport de ce chapitre réside dans l’évocation d’un problème majeur et rarement étudié, celui des enfants de migrants victimes de discrimination et d’exclusion, dont le nombre officiel est de 100 000.

11Pearson et Kusakabe constatent que bien des migrantes birmanes vivent sans protection d’aucune sorte, ni celle procurée par leur citoyenneté birmane dans leur propre pays ni celle du pays d’accueil, la Thaïlande.

12Comme bien des ouvrages estampillés Zed Books, généralement militants et de gauche, ce livre s’adresse à un lectorat d’universitaires et de personnes engagées dans le progrès social et les mouvements altermondialistes. En révélant une des faces cachées du développement économique en Thaïlande, il montre l’envers du décor de ses dynamiques industries et de sa politique migratoire. Il est ainsi un modèle de recherche engagée. L’ouvrage a le mérite de donner la parole aux migrantes qui n’ont pas le droit de s’exprimer et d’informer les consommateurs sur les conditions de fabrication de ce qu’ils consomment, voire marchandent, pour les obtenir à des coûts encore plus avantageux.

13Il est clair qu’en achetant de la confection « made in Thailand », il sera désormais difficile d’ignorer que ces vêtements ont été fabriqués par des migrantes birmanes au prix de grands sacrifices dans des conditions de travail et de vie déplorables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « Burmese Migrant Women Factory Workers. Thailand’s Hidden Workforce, Asian Arguments, Ruth Pearson & Kyoku Kusakabe », Moussons, 22 | 2013, 159-161.

Référence électronique

Laurence Husson, « Burmese Migrant Women Factory Workers. Thailand’s Hidden Workforce, Asian Arguments, Ruth Pearson & Kyoku Kusakabe », Moussons [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/2400

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Chargée de recherches, IrAsia, CNRS-Aix-Marseille Université.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page