Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Comptes rendus

Transnationalizing Viet Nam, Community, Culture, and Politics in the Diaspora Kieu-Linh, Caroline Valverde

Philadelphie : Temple University Press, 2012, 198 p.
Michel Dolinski
p. 161-163
Référence(s) :

Caroline Valverde, Transnationalizing Viet Nam, Community, Culture, and Politics in the Diaspora Kieu-Linh, Philadelphie : Temple University Press, 2012, 198 p.

Texte intégral

1Ce court ouvrage offre un regard, de l’intérieur, sur le paysage complexe qui sous-tend une partie de la vie politique et sociale des membres de la communauté vietnamienne ayant migré aux États-Unis à la suite de la défaite des armées du Sud Viêt Nam en 1975, ainsi que sur les rapports que ces personnes entretiennent avec leur ancien pays. L’analyse, qui s’appuie sur une enquête de long terme menée au sein même de la communauté pour montrer la relation complexe existant entre les Vietnamiens de la diaspora et ceux vivant dans la mère patrie, met particulièrement en avant la dynamique des allégeances personnelles et politiques qui façonnent les relations entre une communauté hétérogène, son pays d’accueil, son pays d’origine. Se dévoilent ainsi, au fil des six chapitres, les descriptions de l’expérience « raciale » et ethnique de ces migrants condamnés à s’adapter, l’évolution progressive de leur identité, leur conception et leur perception actuelle tant de leur patrie d’origine que de la culture de leur pays « hôte ».

2Le premier chapitre présente le travail de terrain au sein d’une communauté distante de son pays d’origine et subissant les forces de l’assimilation naturelle et de la dissolution contre lesquelles elle se défend. Les conditions mêmes de la migration du groupe aux États-Unis, la possibilité de rester en contact quasi permanent avec le pays natal grâce aux moyens de communication transnationaux, par exemple, font de ce groupe un exemple de communauté diasporique.

3Le chapitre deux intitulé : « Popular Music, Sounds of Home Resistance and Changes » [musique populaire, sons du pays, résistance et changements], ou encore le chapitre trois : « Social Transformations from Virtual Communities » [transformations sociales à partir des communautés virtuelles] peuvent dérouter de prime abord. Ils se révèlent cependant pertinents. La musique populaire contemporaine est en effet un marqueur culturel puissant qui, sous l’influence occidentale et plus particulièrement américaine, a subi une transformation importante avant la réunification du Viêt Nam, et ceci tant au nord qu’au sud. Le groupe va transposer cette musique aux États-Unis où elle va s’adapter pour refléter notamment la nostalgie ou encore les espoirs des migrants. Le travail de l’auteure montre combien ces productions culturelles hybrides de la communauté ainsi que celles du Viêt Nam après la réunification vont tout d’abord devenir des enjeux politiques puis commerciaux pour enfin se rejoindre progressivement dans les flots d’une « culture transnationale » qui se renforce sans cesse des allers-retours désormais possible depuis l’ouverture du pays et le relâchement relatif de l’emprise idéologique du régime vietnamien. Évoqué sous cet angle, ce chapitre illustre bien en la renforçant la théorie d’une « transnationalisation » de la culture vietnamienne.

4Le chapitre trois analyse l’usage fait par la communauté des technologies Internet et l’espace de communication ainsi créé au sein de la communauté, par exemple lors de la mise en place de forums politiques ou de discussions anti-communistes, mais aussi entre les migrants et Vietnamiens restés au pays. Si les débats circulant sur ce média ont sans aucun doute, au dire de l’auteure, intéressé les agences officielles gouvernementales vietnamiennes, permis le resserrement des relations entre les deux groupes et peut-être même favorisé la dissidence, le réseau de surveillance mis en place par le régime de Hanoi a très rapidement imposé des limites.

5Le chapitre quatre montre à travers une exposition d’artistes ayant eu lieu en 2006 comment cette communauté migrante s’est construit une forteresse prison dans laquelle le sentiment anti-communiste est devenu un passage ou un état d’esprit obligé qu’il faut affirmer sous peine de représailles – parfois physiques – de la part d’autres membres de la communauté, car la perte de cet état d’esprit signifierait pour eux la perte de la mémoire des souffrances endurées en tant que réfugiés. Ce radicalisme exacerbé s’est souvent violemment opposé à des propositions d’artistes, de chercheurs ou simplement d’individus invoquant le Viêt Nam actuel ou mettant en scène ses leaders dans un but autre qu’offensif ou critique. Cependant, l’existence et l’affirmation même de ces propositions « déviantes » montre l’existence au sein du groupe de sentiments autres que ceux officiellement affichés.

6Les chapitres cinq et six décrivent le processus inéluctable d’intégration des migrants à leur pays d’accueil, ainsi que le nécessaire et naturel investissement de certains de ses membres à la vie politique locale, au titre de la représentativité du groupe, par exemple. Le problème qui se pose alors est celui, évoqué au chapitre précédent, de l’exigence de la communauté que ses représentants affichent un respect des normes sociales et culturelles, morales et... politiques figées de leur communauté. Cette attitude fermée ne représente pas, de l’avis de l’auteure, la diversité et la richesse des opinions des individus ou des différentes générations dont certaines sont désormais nées sur le sol américain et dont les perspectives divergent en grande partie de celles de leurs parents. Enfin l’attitude radicale d’une minorité donne à l’opinion publique l’image erronée d’un groupe figé à l’identité monolithique, ce qui n’est, au sens de l’auteure, pas le cas.

7Cet ouvrage intéressant propose une approche originale et vue de l’intérieur du développement d’une société migrante en voie d’intégration progressive dans le contexte américain, mais en contact per-manent avec sa société d’origine : le Viêt Nam. L’originalité de l’auteure réside dans la description pertinemment construite d’un certain nombre d’éléments de ce processus. L’hypothèse d’une « transnationalisation » de la culture vietnamienne, issue du métissage de cet aller-retour, n’est cependant pas totalement convaincante même s’il semble probable que le contact entre les deux groupes a un impact, même minime, sur la société vietnamienne, notamment à travers la musique. Le livre dont les développements très détaillés montrent la connaissance de l’auteure et la distance qu’elle a su prendre avec son groupe d’origine, apportera aussi au chercheur ou au spécialiste de l’étude des diasporas, une compréhension plus fine de l’évolution possible d’un groupe migrant. En ce sens, sans être indispensable, il est cependant à recommander.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Dolinski, « Transnationalizing Viet Nam, Community, Culture, and Politics in the Diaspora Kieu-Linh, Caroline Valverde », Moussons, 22 | 2013, 161-163.

Référence électronique

Michel Dolinski, « Transnationalizing Viet Nam, Community, Culture, and Politics in the Diaspora Kieu-Linh, Caroline Valverde », Moussons [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2403

Haut de page

Auteur

Michel Dolinski

Maître de conférences, Aix-Marseille Université, IrAsia.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page