Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les plantations Michelin au Viêt-nam, Éric Panthou, éd.

Clermont-Ferrand : éditions « La Galipote », 2013, 341 p.
Jean-Louis Margolin
p. 173-177
Référence(s) :

Éric Panthou, éd., Les plantations Michelin au Viêt-nam, Clermont-Ferrand : éditions « La Galipote », 2013, 341 p.

Texte intégral

1On a là un ouvrage en partie double : d’abord, le long récit autobiographique du haut cadre communiste Tran Tu Binh (« Phu-Riêng, la Rouge : récit d’une révolte sur une plantation Michelin d’Indochine en 1930 », publié en vietnamien en 1965) ; ensuite, l’étude récente, très fouillée, du spécialiste d’histoire sociale du Puy-de-Dôme, Éric Panthou (« Aux sources du particularisme des plantations Michelin en Indochine, de leur origine à 1939 »). Le caractère disparate de ces textes, et leurs divergences mêmes, font un ensemble passionnant, et extrêmement instructif, tant sur les faits que sur leur réfraction mémorielle et politique.

2Tran conte son itinéraire personnel, de son expulsion (pour insoumission politique) du séminaire catholique de Hoang Nguyen, fin 1926, à l’entrée au bagne de l’île de Con-Son (plus connue sous le nom de Poulo Condore), en 1932. L’essentiel porte sur l’expérience du recrutement, du travail, des tentatives de révolte sur une plantation d’hévéas majeure, ainsi que sur les procès qui s’ensuivirent. Le texte, écrit à la première personne (du singulier puis, significativement, du pluriel), se présente comme une autobiographie classique, mais elle doit être prise avec davantage de précautions que ne le fait parfois Éric Panthou, qui l’annote et la présente fort utilement (dans sa propre partie). D’une part, en effet, le récit ne parut qu’un tiers de siècle après les faits, sans que l’auteur précise jamais qu’il aurait pu utiliser des notes ou lettres écrites au moment des faits. D’autre part, dans la position élevée (membre du comité central du Parti, ambassadeur en Chine) alors occupée par cet ancien ouvrier, et dans le contexte d’extrême mobilisation de la guerre du Vietnam, les éléments de sincérité sont percutés, chaque fois que cela peut lui sembler utile, par des assertions propagandistes, et, sur des points majeurs, par de purs mensonges que l’éloignement dans le temps ne peut suffire à expliquer. La relation de la visite sur la plantation de l’inspecteur du travail Delamarre (p. 75-78) est significative. En effet, Tran, qui l’accompagna, évoque les violations multiples du code du travail et les sévices très précis remarqués par l’inspecteur, mais prétend ensuite qu’il serait allé monnayer son silence auprès des planteurs. Et il en conclut : « C’était la comédie de l’inspection à laquelle se livraient ces canailles françaises ! » (p. 78). Or Panthou note que le rapport Delamarre mentionnait justement ces manquements, et l’on verra que la haute administration coloniale s’indignait des pratiques de Michelin.

  • 1 Forte amende ou peine de prison de six jours à trois mois, suivant l’article 67 de l’arrêté du gouv (...)
  • 2 David Chandler, 2001, S-21 ou le crime impuni des Khmers rouges, Paris : Autrement (traduit de l’an (...)

3On comprend que Tran s’étende sur ces pratiques, souvent d’une grande brutalité, et qui frôlent à l’occasion l’esclavagisme : chasse aux fuyards à l’aide d’auxiliaires des ethnies « montagnardes », pénalisation des « désertions »1.Mais sa narration tend fréquemment à déraper dans l’exagération épique, voire dans le gore. Ainsi prétend-il que « chaque mois, il y avait près d’une centaine de travailleurs dont les noms étaient inscrits au registre des décès »(p. 67). Or, rappelle Panthou, la pire année, 1927, connut un peu moins de 200 décès, l’effectif total des coolies ne dépassant pas le millier. Cette même année, Tran relate le lynchage prémédité d’un surveillant particulièrement sauvage, Monteil. Or il prétend que, en représailles, de nombreux travailleurs auraient été non moins sauvagement exécutés, certains blessés étant enterrés vivants. Pourtant, les archives Michelin et la presse de l’époque (à un journal anticolonialiste près) ne relatent aucun décès. Tran atteint les sommets quand il assure : « Plus tard, leurs corps serviraient de fertilisants pour les hévéas des capitalistes » (p. 80). Il ne s’agit pas d’une image un peu osée : à la page suivante, accusant le surveillant Valantin d’avoir battu à mort « plusieurs douzaines » d’ouvriers, il ajoute que ce dernier « enterrait (les) corps au milieu des jeunes hévéas. Il disait : “Ces arbres vont s’épanouir tant qu’ils voudront”. » Très curieusement, on retrouve là des mots et une pratique souvent attribués aux Khmers rouges, dans les témoignages des rescapés ; par contre, aucun document de l’époque coloniale ne semble l’attester. Quant à l’enterrement vivant, on sait que cela exista dans le monde sinisé, au moins du Premier Empereur Qin (au troisième siècle avant notre ère) à la guerre menée par les Japonais, entre 1937 et 1945. Tran transpose-t-il là des terreurs venues de loin, ou des actes contemporains dont il aurait eu connaissance ? En tous les cas, son texte évoque les « confessions » détaillées des détenus du centre khmer rouge S-21, telles que David Chandler les a finement analysées2 : un « mentir vrai », où une masse de faits véridiques, ou vraisemblables, sont entrelardés d’épisodes rocambolesques, destinés à prouver l’abjection d’adversaires du régime, tout juste bons à être exterminés. Qu’on n’invoque pas l’antériorité de l’ouvrage de Tran : les Khmers rouges ne firent que caricaturer quelque peu le système de l’autobiographie-confession parfaitement établi dès les premières années du bolchévisme russe, et étendu au travers de l’Internationale Communiste à l’ensemble des partis qui en relevaient. Chez Tran, les ennemis à abattre sont les Français (il n’y en a pas un pour sauver les autres), leurs collaborateurs vietnamiens, et accessoirement le clergé catholique, pour lequel il n’a pas de mot assez dur.

4Si l’on souhaite avoir une vision plus nuancée (ce qui ne signifie pas complaisante, on va le voir) et plus globale des plantations coloniales d’hévéas, on se tournera donc plutôt vers Éric Panthou, qui porte successivement son analyse sur leur rationalité économique, le statut et le traitement de leur main-d’œuvre, enfin sur les conséquences politiques – tensions et mobilisations – des violences qui s’y exerçaient. Il insiste d’abord sur le poids du secteur dans l’économie coloniale de l’entre-deux-guerres. En Cochinchine, quelque 80 000 ouvriers travaillaient à la fin des années 1920 sur les plantations d’hévéas, dont une forte majorité d’« engagés » sous contrat (92 % à 95 % dans les plantations Michelin), souvent venus du Tonkin surpeuplé ; au total, de 1926 à 1954, 260 000 travailleurs y auraient été recrutés. En octobre 1927, le gouverneur général Alexandre Varenne (un socialiste) réglementa l’engagisme, instituant des contrats de trois ans, des obligations en matière d’alimentation, de logement et de soins médicaux, ainsi qu’une Inspection générale du travail. Cela ne résolut pas le problème du manque chronique de main-d’œuvre, alors que les besoins des plantations d’hévéas étaient estimés à 25 000 travailleurs par an.

5Il faut dire que le turnover était considérable. Phu-Riêng (plantation Michelin) connut une mortalité de 170 pour mille en 1927, cependant réduite à 25 pour mille dès 1929 (du fait de l’accoutumance des survivants au plasmodium malarien, ce que Panthou ne perçoit pas). Pour l’ensemble des plantations d’Indochine, les mêmes années, les chiffres furent de 54 et 28 pour mille(p. 245). La plupart des survivants, on le conçoit, partaient à la première occasion, assez souvent « illégalement » : un cinquième des travailleurs de la plantation de Phu-Riêng s’enfuit en un an, en 1927-1928 (p. 289). On l’a vu, pareille « désertion » était répréhensible au pénal. Quant à la récidive aux manquements à la discipline, elle pouvait être punie de cinq à dix jours de détention, sur la plantation elle-même (p. 49). Les recruteurs de main-d’œuvre agissant pour le compte des grandes sociétés abusaient fréquemment de leur situation : ainsi, certains travailleurs tonkinois ne reçurent que six piastres de prime à la signature du contrat, au lieu des dix prévues (p. 41, 199). La journée de travail, de dix heures depuis les décrets Varenne de 1927, était censée inclure les longs déplacements à pied, mais cela n’était pas toujours respecté. Sur les plantations Michelin (probablement les plus dures), il n’y avait que quelques jours de repos par an, lors de la fête du Têt (Nouvel An). Le dimanche, cinq heures de nettoyage des abords des maisons étaient requis (p. 223-225). L’ordre quasi militaire conduisit à diverses violences, et à la très dure grève de la plantation de Phu-Riêng, en 1930. L’état physique parfois lamentable des rapatriés fut donné comme justification à l’assassinat en 1929 de Bazin, un des organisateurs du recrutement au Tonkin. Les autorités françaises s’en inquiétaient, elles aussi, : le gouverneur de Cochinchine Pagès, en 1937, jugeait « régalien, périmé, abusif » le pouvoir des planteurs (p. 202). Peu après, l’inspecteur du travail D’Hugues indiquait, à propos de la plantation Michelin de Dâu-Tiêng : « Il est inadmissible que la violence puisse continuer à être considérée comme un mode de traitement normal de la main-d’œuvre. » (p. 280). Pagès renchérissait :

[…] de tout temps les coolies de Dâu-Tiêng m’ont apparu être traités comme des prisonniers, comme de pauvres loques que les assistants accablaient de leur mépris et de leurs injures à défaut de coups. (Message de mai 1937 au gouverneur général, cité p. 300.)

  • 3 Xavier Daumalin en dresse une bonne synthèse dans « Les milieux d’affaires et les sociétés colonial (...)

6Le manque persistant de bras sur les plantations d’hévéas, joint aux considérables moyens de pression (en métropole surtout) d’une entreprise comme Michelin, amena à des quotas de recrutement annuels à leur avantage, et en conséquence à la colère des patrons (français) des mines et des plantations de café d’Annam et du Tonkin. Eux-mêmes manquaient de main-d’œuvre, et ripostèrent par une campagne de presse contre les « esclavagistes » (on disait plutôt les « jauniers », par allusion aux négriers) de l’hévéa cochinchinois (p. 195-197). En outre, dès 1911, et surtout pendant la crise des années 1930, Michelin – qui raisonnait avant tout comme manufacturier en France, et entendait en priorité s’assurer un approvisionnement abondant et bon marché en caoutchouc – s’opposa violemment au Syndicat des planteurs d’hévéas d’Indochine, qui prétendait imposer à la métropole des mesures protectionnistes à l’encontre du caoutchouc étranger, alors même que la colonie ne pouvait fournir des quantités suffisantes aux industries françaises (p. 184-187). Le mince patronat européen d’Indochine était loin d’être uni, ce qui confirme une série d’études récentes3.

7On ne peut pas davantage parler d’une parfaite solidarité entre administration et capital privé, n’en déplaise aux fantasmes persistants du discours anticolonial. Certes, pendant la grande crise, les autorités sauvèrent l’hévéaculture de la ruine en la subventionnant : entre 1930 et 1934, 96 millions de francs de primes allèrent aux exportations des plantations en activité, 90 millions de prêts à l’entretien de celles à l’arrêt (p. 178). Ces montants ne sont pas négligeables, mais, partagés entre des dizaines de sociétés, ils ne pouvaient couvrir de nouveaux défrichements de quelque ampleur, ou le renouvellement complet des arbres trop âgés. Ainsi, Michelin estimait en 1927 à 220 millions de francs (130 millions d’euros de 2012) les sommes nécessaires à la mise en valeur de sa concession de 30 000 hectares de Nui-Bara. Du coup, une large part, peut-être la majeure partie des terres concédées, resta en friche – définitivement, puisque la haute conjoncture du milieu des années 1920, qui avait conduit à l’essor tardif (quinze ans après la Malaisie ou Sumatra) de l’hévéaculture indochinoise, ne se répéta jamais durablement, face en particulier aux trente-cinq années de guerre qui allaient faire suite à la Grande Crise.

8La grande technicité de cette industrie, ainsi que la concentration des débouchés sur un petit nombre de marchés (au premier rang desquels celui des États-Unis) firent vite éclater le cadre trop étroit de la colonie, et même de l’empire. Les nécessités imposèrent des collaborations internationales inusitées : investissements français, belges ou américains en Malaisie, présence de cadres de plusieurs pays sur une même plantation, transmission (à l’occasion clandestine…) de secrets industriels, tels ces clones d’hévéas indonésiens que Michelin se procura en 1929, et qui en Cochinchine devaient faire de ses plantations les plus productives à l’hectare (p. 221). Dès avant la Seconde Guerre mondiale, la colonisation perdait de son sens, pour le patronat le plus dynamique en premier lieu. La mondialisation se profilait derrière la gloire pâlie des empires.

9L’ouvrage aide enfin à comprendre pourquoi les plantations constituèrent l’un des principaux viviers de l’agitation sociale et politique des années 1930 (il en alla de même en Malaisie ou aux Indes néerlandaises), et sont aujourd’hui au centre de la mythographie des origines du communisme vietnamien. Dans le secteur de l’hévéa, en Cochinchine, le Mémento de l’assistant de 1928 estimait à un à trente-trois le rapport entre le salaire du coolie et celui du cadre européen (p. 207). Quant à la maison de ce dernier, elle coûtait sur la plantation Michelin de Dâu-Tiêng quatre cents fois le logement d’un ouvrier autochtone (p. 242). À cette polarisation sociale extrême (et aux violences déjà mentionnées) s’ajoutèrent les licenciements massifs de la Crise : la main-d’œuvre des plantations Michelin de Cochinchine chuta de 60 % de 1928 à 1936 (p. 231). Le dévouement et l’habileté des militants communistes y furent également pour beaucoup. Ils surent souvent retourner à leur avantage les principes et les figures totémiques du colonisateur. Ainsi, la plus nationale des saintes françaises fut invoquée à l’occasion de son procès par l’ancien séminariste Tran. Justifiant la violence de la grève qu’il avait dirigée (en 1930), il déclara : « C’est Jeanne d’Arc qui nous y a poussés » (p. 150). Enfin, les tribunaux ordinaires, par opposition à ceux d’exception mis en place lors des grandes révoltes, n’hésitèrent pas à faire preuve d’indépendance. Ainsi, lors du procès de la grève armée de Phu-Riêng (1930), les lourdes sentences de première instance (trois à cinq ans de prison) furent presque toutes réduites en appel (six à douze mois pour la plupart) (p. 148-150). La répression était suffisante pour créer des héros populaires, mais insuffisante à les mettre au pas.

Haut de page

Notes

1 Forte amende ou peine de prison de six jours à trois mois, suivant l’article 67 de l’arrêté du gouverneur général du 11 novembre 1918. Varenne, en 1927, étendit la mesure à l’ensemble de l’Indochine – Gouvernement général de l’Indochine, Réglementation du travail en Indochine : textes en vigueur au 1er janvier 1929, Hanoi, Inspection générale du travail en Indochine, 1929. Un décret de juin 1932 aggrava la sanction : jusqu’à deux ans de prison et 300 piastres d’amende, une somme considérable (Panthou, chap. cité, p. 318).

2 David Chandler, 2001, S-21 ou le crime impuni des Khmers rouges, Paris : Autrement (traduit de l’anglais).

3 Xavier Daumalin en dresse une bonne synthèse dans « Les milieux d’affaires et les sociétés coloniales », in, Les sociétés coloniales à l’âge des empires, des années 1850 aux années 1950, Dominique Barjot & Jacques Frémeaux, éd., Paris : SEDES-CNED, 2012, p. 233-241.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Margolin, « Les plantations Michelin au Viêt-nam, Éric Panthou, éd. », Moussons, 22 | 2013, 173-177.

Référence électronique

Jean-Louis Margolin, « Les plantations Michelin au Viêt-nam, Éric Panthou, éd. », Moussons [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 04 novembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2428

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page