Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Brunei : de la thalassocratie à la rente, Marie-Sybille de Vienne

Paris : CNRS éditions, 2012, index, lexique, illustrations, 303 p.
Antonio Guerreiro
p. 177-181
Référence(s) :

Marie-Sybille de Vienne, Brunei : de la thalassocratie à la rente, Paris : CNRS éditions, 2012, index, lexique, illustrations, 303 p.

Texte intégral

1L’ouvrage, publié dans la collection du « Réseau Asie » de CNRS éditions, constitue le premier travail de référence publié en français sur le sultanat de Brunei Darussalam. Le Brunei, d’où le nom de « Bornéo » dérive, est surtout connu comme un État islamique idéal, prospère et développé, dont la population bénéficie d’un haut niveau de vie et pratique un islam modéré, enraciné dans la culture malaise (kebudayaan melayu). Brunei évoque aussi les images pittoresques du kampung air, le village construit sur l’eau de Bandar Seri Begawan, la capitale, bien protégée au fond de la baie. D’un point de vue socio-économique, l’État brunéien, Negara Brunei Darussalam, présente des caractéristiques uniques à Bornéo. Le pays, qui ne compte que 400 000 habitants (2011), possède l’index de développement humain le plus élevé dans le monde après Singapour ; il est aussi classé comme un pays avancé. D’après le Fonds monétaire international (FMI), Brunei se trouve en cinquième place en termes de produit intérieur brut per capita, rapporté à la parité de la capacité d’achat. En 2011, le Fonds a estimé que Brunei était l’un des deux pays au monde, avec la Lybie, dont la dette publique se montait à 0 % de son produit intérieur brut. Le pétrole et le gaz naturel liquéfié (LNG) ont fait progresser son économie depuis près de 80 ans. Entre 1999 et 2008, la croissance de Brunei- a même atteint 56 %. Les citoyens brunéiens profitent d’une couverture sociale gratuite, ainsi que de la prise en charge de leur éducation, de retraites généreuses ainsi que de pèlerinages à La Mecque (naik haji), à côté de subventions pour l’habitat, l’acquisition de véhicules et le carburant.

  • 1 À partir de 1856 le royaume du Sarawak sous le règne de James Brooke, le premier raja (1839-1868), (...)

2Le sous-titre du livre, « De la thalassocratie à la rente », indique l’axe privilégié par l’auteur : une approche de l’histoire du sultanat des origines à nos jours. Après une période dans l’ombre de Majapahit (xive siècle), c’est au début du xvisiècle que le royaume, islamisé depuis plus d’un siècle, atteint un âge d’or. Le témoignage de Antonio Pigafetta, le chroniqueur de l’expédition de Magellan et les sources ibériques de l’époque le confirment. Dès le milieu du xviie siècle, la puissance maritime de Brunei en mer de Chine du Sud avait décliné, le sultanat se maintenait en tant qu’entrepôt et exploitait plus intensément les ressources de l’intérieur de l’île (Nord-Ouest), sur lequel il exerçait un contrôle nominal. Il s’agit d’ailleurs d’un trait caractéristique des sultanats côtiers à Bornéo ; dans la partie orientale de l’île, Kutai et Berau en présentent des variantes. L’auteur aborde cette période dans le chapitre bien documenté traitant de la « Recomposition des voies commerciales » (p. 61-83). L’ouvrage se situe d’emblée dans la « longue durée », chère à Denys Lombard dans l’historiographie du monde insulindien. Dans l’introduction historique, l’auteur passe rapidement sur les particularismes des Melayu Brunei, y compris linguistiques avec le bahasa’ Brunei, mais ces questions sont reprises plus bas, dans le chapitre consacré à « Adat Istiadat et gestion des hommes », qui aborde les grandes lignes de la hiérarchie formelle, la stratification des rangs sociaux du royaume : la distinction fondamentale entre nobles (pangiran) et roturiers (pehin, p. 207-228). L’analyse de la relation privilégiée de nature politique et économique que Brunei entretenait depuis le xve siècle avec les Melanau côtiers du Sarawak, qui se trouvaient juste au Sud du sultanat – aujourd’hui disséminés de Bintulu au delta du Rejang (Batang Rajang) – aurait été d’un intérêt comparatif (voir Morris [1991 : 9-17] ; Jamil Al-Sufri [2000 : 33)]. Ces derniers sont seulement mentionnés par l’auteur dans les listes de groupes ethniques présents à Brunei (p. 186, 190). Les relations privilégiées entre Brunei et les Melanau, qui remontent aux origines mythiques du royaume, s’articulaient autour des apanages des pangiran, installés par le sultan aux points stratégiques de la côte (Bintulu, Mukah, Oya, etc.), et plus généralement au commerce dans les bassins des fleuves Baram et Rejang1.

3La structure du livre composée de trois grandes parties, peut surprendre, mais elle est pertinente par rapport à la discussion du Brunei contemporain à la lumière de la dynastie régnante :

  1. « Les prémisses » (implantation géographique et arrière plan culturel du royaume de Brunei sur la côte nord-ouest de Bornéo, avec un survol de la préhistoire pré-austronésienne et austronésienne), p. 12-58 ; Brunei et les réseaux commerciaux internationaux, grosso modo du ixe au xixe siècles, p. 59-83 ;

  2. « De la résidence à l’indépendance plénière » (1906-1984), centrée sur l’économie et le « modèle » brunéien (p. 145-175) ;

  3. « Adat Istiadat et gestion des hommes » à Brunei (p. 180-243).

4Afin de saisir les évolutions et les processus historiques et sociologiques en jeu, le plan nécessite des allers-retours entre la première et la troisième partie du livre.

  • 2 À l’exception de V.T. King, correspondance citée note 79, p. 225.
  • 3 Mackie 1974 ; Nick van der Biel (2007 : 28-32, 37 sq.).
  • 4 Le différend s’est rallumé suite à l’incursion violente de la « Royal Sulu Army » du sultan autopro (...)

5Le livre combine avec bonheur une approche historique et socio-économique (notamment macroéconomique avec la situation de l’économie de rente et la diversification). Il s’appuie sur l’étude des sources bibliographiques accessibles en Europe et en Asie, ainsi que la presse locale de Brunei (une section est d’ailleurs consacrée à leur présentation sous l’intitulé « Sources et méthodologie », p. 21-25). L’auteur ne semble pas avoir utilisé des données de première main provenant d’entretiens ou d’échanges avec les personnalités du sultanat, ou des observateurs privilégiés de cette région de Bornéo2. Les relations anciennes de Brunei avec les États proches ou plus éloignés, ses alliés ou vassaux depuis le xvie siècle (Johor, Riau, Sambas, Sukadana, Sulu, Manille, etc.) ainsi que Java, sont esquissées dans la première partie (p. 30-40). L’auteur met plutôt en lumière le rôle crucial joué par le commerce de Brunei avec l’empire chinois sous les dynasties Yuan et Ming (surtout du xiiie au xve siècles) et la présence de marchands originaires du monde sinisé, notamment des musulmans à la capitale. Le livre est centré sur la période contemporaine, suite à l’indépendance plénière du sultanat de 1984 à nos jours. Le protectorat britannique a succédé à la perte des territoires du sultanat au profit du royaume du Sarawak (entre 1852 et 1905) et du North Borneo, à la suite du traité signé par le sultan avec le Baron d’Overbeck et Alfred Dent (décembre 1877). Les deux anciens territoires, maintenant voisins du Brunei, ont rejoint en tant qu’États la Fédération de Malaysia en 1963, respectivement sous les noms de Sarawak et Sabah. Dans la récapitulation historique du sultanat à l’époque contemporaine, l’ouvrage passe rapidement sur les répercussions de la politique de Konfrontasi de l’Indonésie de Sukarno contre la Malaysia (1963-1966), et le projet politique pro-indonésien d’Azahari à Brunei, le Kalimantan Utara, litt. le « Nord Kalimantan », nom indonésien de l’île de Bornéo, p. 100 à 1033. Les tensions dans le N.O. de Bornéo entre le Rejang et le Bassin du Baram proche de Brunei se sont poursuivies jusqu’à la disparition des guérillas communistes au Sarawak vers 1973-1974. De même la question, toujours d’actualité à l’heure où nous écrivons, des droits territoriaux du sultanat de Sulu sur la partie orientale du Sabah – de la presqu’île de Kudat à Tawau – cédée par Brunei au sultanat de Sulu à la suite de son aide dans l’écrasement d’une rébellion en 1704, n’est pas développée dans l’ouvrage ; au xviiie, le sultan de Brunei possédait encore des apanages personnels sur l’île de Palawan (Sud des Philippines)4. Elle est liée à des questions géopolitiques autour de Bornéo, aussi complexes que celles de la revendication chinoise sur les îles de la Mer de Chine du Sud (par exemple en ce qui concerne l’archipel des Spratleys, Brunei considère un récif comme faisant partie de son territoire). Sur ce point la diplomatie de l’ASEAN demeure peu active, l’auteur mentionne d’ailleurs les revendications actuelles de la Malaysia sur les gisements pétroliers/gaziers off shore brunéiens, p. 135-137).

  • 5 Comparer Earl of Cranbrook & David S. Edwards (1994 : 6).

6La discussion des stratégies économiques et de la politique du sultanat, notamment au cours des années 1990 et 2000, constitue l’apport principal du livre (p. 117-175). Cette partie comprend de nombreux diagrammes et tableaux qui explicitent la transition de la rente pétro-gazière à la rente financière. La stratégie établie par le MOFAT (ministère des Affaires étrangères et du commerce) depuis l’indépendance plénière de 1984, a été gagnante sur le long terme. De même, elle s’accompagne du rôle prédominant de la dynastie royale avec le concept de Melayu Islam Beraja : la primauté de la « royauté islamique malaise » à Brunei. Les questions liées à la conservation de l’environnement forestier (le Parc naturel de Belalong) et le tourisme, un apport économique mineur, une politique éducative volontariste avec la création de l’Universiti Brunei Darussalam- (UDB) ou encore la conservation du patrimoine culturel (musées et sites archéologiques), ne font pas l’objet d’une attention particulière. La bibliographie thématique, très fouillée (p. 262-285), décline les sources utilisées par l’auteur ainsi que d’autres références utiles (en malais, chinois, et différentes langues européennes) sur l’histoire, la culture et l’économie du Brunei. Les annexes (poids et mesures, lexique, index, notes) ajoutent encore une dimension de référence au livre. Pour terminer, il faut saluer la belle qualité des illustrations, et le nombre des cartes de situation et diagrammes, qui enrichissent le volume avec une mise en page agréable et une édition soignée. Néanmoins, je relève qu’une carte détaillée en couleurs des districts administratifs de Brunei eût été utile5. Cet ouvrage intéressera surtout des politologues et des économistes, mais le traitement synthétique des questions relatives à l’Islam Melayu Beraja, notamment le rôle clé de la famille régnante, et celui des particularismes culturels brunéiens, contribuent à donner une approche généraliste du sultanat.

Haut de page

Bibliographie

Bijl, Nick van der, 2007, Confrontation. The War with Indonesia 1962-1966, Barnsley (South Yorkshire) : Pen & Sword.

Earl of Cranbrook & David S. Edwards, 1994, A Tropical Rainforest. The Nature of Diversity in Borneo at Belalong, Brunei, Singapour/Londres : Sun Tree Publishing/Royal Geographical Society.

Jamil Al-Sufri (Pehin Dr Haji Awang), 2000, Tarsilah- Brunei Darussalam. The Early History of Brunei up to 1432 (AD), Brueni Darussallam : Brunei History Center.

Kreuzer, Peter & Reiner Werning, éd., 2007, Voices from Moro Land. Perspectives from Stakeholders and Observers on the Conflict in the Southern Philippines, Petaling Jaya : SIRD.

Mackie, J.A.C., 1974, Konfrontasi : The Indonesia-Malaysia Dispute 1963-1966, Oxford/Londres/New York : Oxford University Press.

Metcalf, Peter, 2010, The Life of the Longhouse. An Archaeology of Ethnicity, Cambridge : Cambridge University Press.

Morris, Stephen, 1991, The Oya Melanau. Kuching : Malaysian Historical Society (Sarawak Branch).

Nicoll, Robert, 1991, Raja Bungsu of Sulu. À Brunei hero In His Times, Kuala Lumpur : Malaysian Branch of the Royal Asiatic Society, monographie n° 19.

Noor Bin Abdullah, Mohd., 1979, Kemasukan Sabah dan Sarawak ke dalam Persekutuan Malaysia, Kuala Lumpur : Dewan Bahasa dan Pustaka.

St John, Spencer, 1862, Life in the Forests of the Far East, 2 vols, Londres : Smith Elder.

Warren, James Francis, 2002, Iranun and Balangingi. Globalization, Maritime Raiding and the Birth of Ethnicity, Singapour : Singapore University Press.

Haut de page

Notes

1 À partir de 1856 le royaume du Sarawak sous le règne de James Brooke, le premier raja (1839-1868), prend le contrôle du pays melanau dans le delta du Rejang ; l’expansion du Sarawak se poursuivra vers le Nord, où se trouve Mukah, centre commercial important, aux dépend de Brunei sous le second raja Charles Brooke (1868-1917) et jusqu’au début du xxe siècle. À l’époque, les régions sous l’influence directe du sultanat comprenaient outre les côtes, les bassins du Baram et de la Tinjar, de la Trusan (Sabah) et la côte et l’intérieur à l’ouest du Sabah. Vers le milieu du xixe, la menace des Kayan du Baram sur Brunei était bien réelle (Metcalf 2010, surtout les chapitres 6-7, « The Sultan’s- Fence », « Premodern Upriver Trade » : 123-177 ; Noor Bin Abudullah 1979 ; comparer St John, 1862, vol. I, 245 sq. ; Spencer St John, le consul de Grande-Bretagne à Brunei dans les années 1850, a décrit très précisément la situation de Brunei à l’échelle régionale).

2 À l’exception de V.T. King, correspondance citée note 79, p. 225.

3 Mackie 1974 ; Nick van der Biel (2007 : 28-32, 37 sq.).

4 Le différend s’est rallumé suite à l’incursion violente de la « Royal Sulu Army » du sultan autoproclamé de Sulu, Jamalul Kiram III, une force de 150 hommes armés, dans la région de Lahad Datu sur la côte est du Sabah (février-mars 2013). À la fin mars les assaillants de Sulu avaient été éliminés par l’armée malaysienne ou s’étaient enfuis vers les îles de Tawi-Tawi, passant à travers les failles du blocus maritime mis en place par la Malaysia et les Philippines. À cette occasion, Brunei a proposé d’accueillir les discussions entre les différentes parties du conflit qui réveille brutalement la revendication des Philippines sur le Sabah (The Philippines’ claim to Sabah). Elle concerne les différents héritiers du sultanat de Sulu (l’ethnie Tausug ou Suluk de Jolo) et les gouvernements malaysien et philippin ; voir Kreuzer & Werning (2007) ; Sabah incursion : « Intruders not like us say Suluks », « Mahatir alludes to hidden hand in siege », New Straits Times, le 16 mars 2013, p. 12 ; Nicoll 1991 ; Philippine Daily Inquirer : « Salonga Explains Philippine Claim to Sabah », le 5 mars 2013, p. 1/ 11 ; Warren (2002).

5 Comparer Earl of Cranbrook & David S. Edwards (1994 : 6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Guerreiro, « Brunei : de la thalassocratie à la rente, Marie-Sybille de Vienne », Moussons, 22 | 2013, 177-181.

Référence électronique

Antonio Guerreiro, « Brunei : de la thalassocratie à la rente, Marie-Sybille de Vienne », Moussons [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2430

Haut de page

Auteur

Antonio Guerreiro

Anthropologue, spécialiste de Bornéo.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page