Navigation – Plan du site
Notes

Le combat contre la drogue en RDP Lao : une analyse à travers la presse, 1998-2003

The Fight against Drugs in Lao PDR : A Press Review, 1918-2003
Didier Bertrand
p. 95-114

Résumés

Un recensement des articles de la presse en langue étrangère traitant de la drogue entre 1998 et 2003 au Laos, complété par des rapports du PNUCID, offre une somme d’informations sur les enjeux politiques et économiques de l’éradication de l’opium, le développement de la toxicomanie chez les jeunes (ATS), notamment en zone urbaine, et les réponses du gouvernement à ces problèmes. La prise de conscience politique du fait que l’incapacité à contrôler la toxicomanie est le symptôme d’un manque d’emprise du parti et des organisations de masse sur la population peut expliquer leur engagement dans la lutte contre la drogue afin de mieux asseoir cette emprise sociale. L’évolution récente d’une politique répressive contraste avec une attitude longtemps restée laxiste et atteste que le Laos entend se normaliser en répondant aux attentes et aux manifestations de soutien émanant de l’étranger et, en particulier, des États-Unis, qui se traduisent par un revenu substantiel en devises.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

drogue, Laos, opium, culture, politique
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sont pris en compte ici tous les articles se référant à la drogue en général et parus dans l’hebdom (...)

1Au travers de la presse en langue étrangère1 de ces dernières années, nous nous proposons d’analyser la compréhension des phénomènes de production et d’usage de produits psycho-actifs illégaux et d’étudier les réponses mises en œuvre en RDP Lao. Nous partons du principe que la presse révèle les vues officielles du gouvernement en matière de politique de lutte contre la drogue, et seulement ce que les autorités veulent donner à savoir, en particulier à un public étranger. Nous nous sommes attaché, d’une part, à mettre en valeur les enjeux et les contradictions transmis dans les informations délivrées par une presse d’État et, d’autre part, à distinguer le mythe politico-idéologique typique des modèles socialistes de la réalité du vécu et des faits sociaux dans un pays qui a gardé le culte du secret et où l’accès à l’information reste difficile.

2La presse laotienne a connu ces dernières années une évolution remarquable, surtout dans la presse en langue étrangère, peu lue, ce qui permet au gouvernement de laisser croire à une emprise moins tatillonne, et ce sans risque politique. Alors que, jusqu’à récemment, elle ne pouvait rien relater qui réfère à un dysfonctionnement, y compris des accidents de transport, de nos jours elle aborde régulièrement les problèmes sociaux, tels que l’augmentation du trafic de drogues, la prostitution, ou le dévoiement de la jeunesse. Les journaux se font le relais des communiqués et des décisions du gouvernement ; ils publient aussi, en les reprenant dans la phraséologie officielle, des éléments de rapports d’organisations comme le PNUD (Programme des Nations-Unies pour le Développement) et le PNUCID (Programme des Nations-Unies pour le Contrôle International de la Drogue, ou UNDCP, United-Nations Drug Control Program devenu en 2003 United-Nations Office on Drug and Crime, UNODC) ; et ils s’approprient les débats qui animent la communauté internationale. Des informations générales accompagnées de statistiques sont régulièrement fournies, même si elles ne sont que pauvrement commentées.

3Toutefois, les faits sélectionnés par ces journaux sont présentés de manière à séduire les donateurs, qui voient leur investissement rentabilisé ou, tout simplement, se trouvent flattés de voir citée leur organisation et publiée leur photo dans les multiples articles relatant les cérémonies de remise de dons aux autorités ou de signature de contrats de projets. Des textes plus proches du vécu de la population narrent la misère de certains cultivateurs ou usagers de drogues, appelant sur un ton dramatisant à de nouveaux projets d’aide. Dans cette perspective, la presse étudiée se révèle comme le médium d’une intelligente opération de communication à l’intention des multiples donateurs et organisations étrangers. À noter que d’autres sources d’information, tels les rapports du PNUCID (UNODC), ont été consultées mais, pour être publié, tout rapport officiel en RDP Lao doit recevoir l’accord des autorités de tutelle.

La situation générale, selon la presse et le PNUCID

  • 2 Une grosse saisie à Oudomxay en 2002 suggère une production très artisanale dans le Nord. Les liens (...)

4Le Laos, troisième producteur et second consommateur mondial d’opium, pays carrefour de par sa position et l’aménagement des voies de communication, offre de nouvelles routes aux trafics internationaux de stupéfiants et se trouve au centre de circuits de production ou de distribution régionaux de différentes drogues. Localement consommé à fins thérapeutiques, l’opium fut d’abord produit pour les Anglais, puis pour les Français et les Américains, et dernièrement à des fins pharmaceutiques pour les Russes. L’on suspecte la présence de laboratoires de production d’héroïne, mais sans consommation locale notable. Les amphétamines et leurs dérivés (Amphétamines Types Stimulant, ATS, appelées localement ya baa, « le médicament qui rend fou »), récemment apparus, représentent le problème majeur. Le gouvernement dénonce en termes de fléau social la consommation des ATS qui se généralise et touche tous les milieux, dont la jeunesse dorée de Vientiane (Choulamany 2000). Les provinces laotiennes frontalières de la Thaïlande ou de la Birmanie abriteraient des laboratoires clandestins de fabrication d’ATS2.

5En 2002, le pavot est cultivé dans un tiers des villages des dix provinces du Nord du pays, qui sont parmi les plus pauvres, mais six d’entre elles assurent 90 % de la production. La surface cultivée moyenne par famille est d’un tiers d’hectare. Sur une récolte annuelle estimée à 120 tonnes, 18 à 20 tonnes sont utilisées pour des raisons médicales ou sociales, 50 tonnes le sont par les 60 000 opiomanes (et le commerce) locaux, laissant un surplus de 50 tonnes pour l’exportation (soit 5 tonnes d’héroïne). Cette production très diversifiée n’est pas contrôlée par une mafia ou un cartel de la drogue.

6Dans une allocution du 26 juin 2002 (RN 27/06/02), le ministre Soubanh Sitthirath annonce que le pavot est cultivé dans dix provinces et 1930 villages de 68 districts ; que la superficie de culture de pavot est passée de 26 837 ha en 1998 à 14 052 ha en 2002 ; que le nombre de drogués dans onze centres a baissé de 9,6 % (52 613 personnes) depuis 2001 et que la production d’opium de 117,3 tonnes en 2001 (réduite de 30 % par rapport à 2000) est passée à 112,4 tonnes, avec un rendement de 8 kg/ha.

7En termes de répression, les chiffres officiels (RN 06/06/02) sont de 845,95 kg d’opium (moins de 1 % de la production !) et 3 788 617 comprimés d’amphétamines saisis et de 159 trafiquants arrêtés, alors que trois millions de dollars ont été engagés pour appliquer la loi. Le nombre d’arrestations ne cessant d’augmenter, un journal lao se lamente sur « ce combat sans fin » (Pathet Lao, traduit dans VT 11/02/02).

8Selon le ministère de l’Éducation, la consommation chez les étudiants serait en baisse en 2002, mais les efforts doivent être soutenus. L’on signale aussi une baisse de la violence dans les écoles, consécutive à la lutte contre les ATS. Dans la province de Vientiane (KPL 24/04/02), le nombre de jeunes consommateurs aurait baissé de 50 % et il ne resterait que 3 640 jeunes toxicomanes sur les 7 000 recensés l’année précédente. Quatre pour cent des analyses d’urine faites à l’improviste dans des lycées de la capitale se sont révélées positives.

9Dans la ville de Takhek, en juillet 2002, les étudiants et les jeunes continuent d’utiliser de la drogue et la police signale une augmentation du nombre de toxicomanes ou de petits trafiquants-usagers d’ATS de 5 à 10 % en un an.

  • 3 Ces chiffres sont basés sur des enquêtes de terrain, sous forme d’entretiens avec des chefs de vill (...)

10Ces chiffres, proches de ceux avancés dans le Rapport de Pays de l’UNODC (2003), appellent quelques commentaires. Entre 1997 et 2002, les chiffres affichés3 pour les surfaces cultivées et la production marquent une baisse globale constante par rapport aux 140 tonnes de 1996, mais avec des variations considérables selon les provinces (par exemple, –48 % à Phongsaly et +53 % dans un district de Sayaboury en 2002). L’engagement du gouvernement dans l’éradication est récent et il est notoire que les aires de culture se déplacent ; en outre les rendements varient fortement d’une année à l’autre. Les prises sont dérisoires par rapport aux productions estimées et la quantité de produits brûlée lors des grandes cérémonies publiques est minime. Enfin, le nombre estimé de toxicomanes repose uniquement sur les réponses des chefs de villages.

Le renforcement de l’appareil d’État contre la drogue

11Après la révolution de 1975, le gouvernement marxiste abolit toutes les anciennes lois, dont celles qui interdisaient la culture du pavot et la commercialisation de l’opium, s’assurant ainsi de ne pas s’aliéner certaines ethnies qui pourraient trouver des raisons supplémentaires pour se rebeller contre le gouvernement central.

12Une Commission Nationale pour le Contrôle et la Supervision des Drogues (CNCSD), placée sous l’autorité du Premier ministre, fut créée en 1990. Toutefois, sans budget de fonctionnement, elle ne fut pas véritablement opératoire. En 1992, le gouvernement co-signa avec le PNUCID le rapport Assessment of the drug problem in the Lao PDR, puis établit un plan d’action jusqu’en 2000, renouvelé en 1999 pour cinq ans.

13Le gouvernement souhaitant montrer son adhésion au plan « ASEAN sans drogues » (Drug-Free ASEAN) pour 2015, le Premier ministre ratifia le Décret 14 du 28 novembre 2000, qui prévoit les mesures nécessaires pour supprimer la culture, la consommation et le trafic de drogue. Sa mise en application est lancée dans les provinces par la CNCSD : des ordres sont donnés pour lutter contre la production, limiter les abus, et interdire tous les types de production de drogues et leur trafic, mais une tolérance est accordée aux petits jardins individuels de pavot pour les vieux toxicomanes.

14Le viie Congrès du Parti, en mars 2001, approuve le rapport politique visant à l’éradication en 2005 de la culture du pavot, qualifiée de « source de pauvreté nationale », ainsi que les amendements du Code pénal pour les délits liés à la drogue. Le gouvernement prépare alors pour la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International un plan national de réduction de la pauvreté, que la rhétorique officielle subordonne au contrôle de la drogue : la production de l’opium appauvrit le pays car la moitié des cultivateurs sont des consommateurs que leur dépendance met dans la misère.

15Le Comité National pour la Campagne Contre les Drogues (CNCCD), créé en octobre 2001, appelle à la mobilisation générale, à la dénonciation, ainsi qu’à l’aide internationale pour appuyer le gouvernement dans son combat contre la drogue et, en particulier, les ATS. Le 12 octobre 2001, est lancée la Campagne nationale contre la drogue, avec la constitution du Fonds National de Lutte Contre la Drogue (FNLCD, géré par la CNCSD) : les généreux donateurs sont conviés à faire preuve de civisme en lui apportant une contribution. Les quatre objectifs principaux de la nouvelle politique sont : l’application de projets de développement intégré, visant à réduire la pauvreté engendrée par la consommation de drogue et sa production estimée peu rentable ; la diminution de la demande de drogue par des campagnes de sensibilisation et de prévention ; la formation des fonctionnaires concernés et des chefs de villages pour renforcer l’application de la nouvelle loi ; et la mise en place d’une réelle politique et de lois anti-drogue.

16En 1996, l’article 135 du Code pénal fut amendé, déclarant illégales la production et la possession d’opium. Le renforcement des lois est notable et toutes les peines, jusque-là bénignes dans le contexte mondial, sont alourdies. La peine de mort (Article 135 du Code pénal amendé) est introduite pour production, consommation, ou trafic et possession de quantités supérieures ou égales à 500 g d’héroïne, 3 kg d’opium, ou 30 000 comprimés d’ATS ou d’autres produits chimiques. Les consommateurs restent toutefois à l’abri de toute sanction, ce qui est très positif dans un contexte régional excessivement répressif. Cependant, si le discours social semble empreint de compassion pour les toxicomanes, décrits comme des victimes, les détenteurs ou les revendeurs (qui sont le plus souvent consommateurs), diabolisés par les médias, sont envoyés pour se désintoxiquer dans des centres de rééducation ou des camps de police qui relèvent d’un régime sévère, de type punitif plus que curatif.

17Le ministre de l’Intérieur a fermement mis en garde les autorités policières et militaires : « Toute personne qui touche à la drogue sera condamnée »(KPL 08/10/01). Certes, la classe dirigeante lao, directement concernée par le comportement de ses propres enfants, a une vive réaction de condamnation. Mais l’on peut se demander si le matraquage médiatique orchestré par le gouvernement n’est pas aussi destiné à masquer toute suspicion face à des trafics connus et plus ou moins tolérés, car effectués par des agents de l’État ou leurs proches ; en effet, un audacieux article (VT 18/03/02) dénonça certaines épouses de fonctionnaires (particulièrement, de la police et de l’armée) comme des actrices privilégiées du trafic de drogue.

Drogue et relations internationales

18Ce corpus important (une centaine d’articles) traduit l’internationalisation de la question de manière prépondérante au niveau régional (conférences et rencontres, accords bilatéraux) et aussi mondial (arrestations et production dans divers pays : Cuba, États-Unis, Hong-Kong, Nigeria, Tchéquie, Italie, etc.).

19Les articles consacrés aux relations avec le Vietnam, toujours positifs, relatent des arrestations, des prises considérables, des succès dans la lutte contre la drogue, traduisant ainsi les excellentes relations « fraternelles » entretenues par les régimes des deux pays.

20Au contraire, concernant la Thaïlande, les titres et les contenus sont négatifs, signalant une augmentation du nombre des drogués, les vices de procédure judiciaire (reprenant une mise en garde d’Amnesty International !), ou les abus des moines ou des fonctionnaires. Les titres sont éloquents, par exemple, « Cinq moines défroqués pour consommation de métamphétamines » (RN 27/09/01), « Deux militaires thaïs arrêtés au Laos » (RN 30/12/01), ou encore, « Les autorités thaïes restent silencieuses sur les arrestations de trafiquants », « La corruption et le manque de coopération empêchent la suppression des activités liées à la drogue », « Les problèmes de drogue empirent en Thaïlande », « La Thaïlande sous amphétamines ».

  • 4 « “Il y a 19 usines de fabrication de drogue au Laos” accusent sans fondement et sans sens des resp (...)
  • 5 Voir Chouvy et Meissonnier (2002 : 75) : « Wa rushes speed over border before plants shifts to Laos (...)

21Les propos deviennent plus polémiques quand la Thaïlande accuse le Laos de produire des ATS4 –, accusations promptement démenties par le président de la CNCSD (KPL 17/01/02). Tandis que la presse laotienne ne manque pas de dénoncer l’expansion des cultures de pavot dans certaines provinces frontalières thaïlandaises, les journaux thaïlandais soulignent que la production du côté laotien engendre une augmentation constante des prises qui refléterait de facto une circulation intense dépassant le cadre de la simple consommation locale. En 2001, plusieurs laboratoires auraient été déplacés de la Birmanie vers le Laos (province de Bokéo), leur structure mobile leur permettant de passer aisément d’un côté à l’autre5). Ceci témoigne de relations établies, sur lesquelles la presse laotienne en langues étrangères reste curieusement silencieuse.

22Les relations avec les États-Unis en matière de drogues constituent un cas différent. Jusqu’à récemment, l’opium n’était pas considéré comme un véritable problème pour le Laos. Au contraire, au temps où les idéologies s’affrontaient ouvertement, n’opérait-on pas ainsi une juste riposte, en « infectant » les États-Unis, en empoisonnant le démon du capital, auteur de bombardements meurtriers qui affectent encore le développement du pays et la vie de sa population ?

  • 6 D’abord dans la province de Houaphan (14 millions de dollars de 1989 à 1998), puis à Phonsaly, et p (...)

23Par un curieux retour de l’histoire, les États-Unis sont omniprésents dans la lutte contre la drogue et la culture des opiacés. Après avoir, comme les Français, promu la production d’opium, utilisée pour financer leur guerre, les Américains sont revenus au Laos à la fois pour récupérer leurs morts (Missing in Action, MIA) et renforcer le combat contre l’opium au nom de leur croisade anti-drogue, avec des moyens financiers importants6.

24La presse relate, parfois avec des photos, des dons de matériel (véhicules, ordinateurs, photocopieuses) aux bureaux provinciaux de lutte contre les narcotiques qui sont ouverts avec le soutien direct des services américains. L’administration américaine, en outre, organise des séminaires et évalue les efforts du gouvernement lao. En juillet 2002, une nouvelle aide américaine de 3,6 millions de dollars est venue alimenter le FNLCD, dont 2,6 millions seront utilisés pour le développement rural et les cultures de substitution, le reste devant être consacré à l’établissement de centres de désintoxication et au renforcement de la législation.

25Certains Laotiens réagissent à ce qu’ils perçoivent comme une incohérence occidentale. En effet, il existerait en Tasmanie d’immenses champs de pavot pour les usages contrôlés de l’industrie, alors que ces mêmes cultures sont réprimées au Laos. Ils se demandent même si les Américains ne chercheraient pas à priver le Laos de ses revenus.

26Pourtant, en 2002, le gouvernement laotien continue à demander l’aide des États-Unis en matière de lutte contre la drogue, en échange de sa coopération dans la recherche des MIA, ce qui revient à situer cet interventionnisme musclé des Américains dans un échange qui laisse aux Laotiens l’initiative de l’action. Il est alors ironique de constater que les investissements américains se font dans ces mêmes zones qui furent le bastion de la révolution et le berceau du communisme laotien. Les enjeux sont toutefois sensibles, car l’on doit s’assurer la coopération des populations concernées et la suppression des cultures ne se fait pas au rythme où les financeurs le souhaiteraient, eux qui, en d’autres pays, ont résolu la question au lance-flammes ou aux désherbants par voie aérienne. En ramenant les Américains dans les zones de combat et en dictant leurs conditions, les dirigeants lao semblent remporter une nouvelle victoire.

La prévention

27Les campagnes de prévention, typiques de pays socialistes, font usage de slogans forts et déplacent des foules considérables. Elles restent toutefois dépourvues d’une connaissance profonde du problème auquel elles souhaitent remédier et leurs effets restent à évaluer.

28La création du FNLCD est l’objet d’une vaste campagne de presse avec des appels à donations, qui rapporte, avec des photos, les dons de compagnies, d’ONG, ou de particuliers. Ce fonds spécial accorde une attention particulière à la construction de centres de réhabilitation en province (VT 02-05/11/01).

29Les campagnes d’affichage et de posters publics sont curieusement rares (voir Photo 1), traduisant une ambiguïté du régime à cet égard, en particulier en zone urbaine. En revanche, une affiche dissuadant les touristes d’utiliser des drogues est largement diffusée.

30Les actions mises en place par le gouvernement lao, les administrations et les organisations de masse tentent de mobiliser et sensibiliser les jeunes au travers de la religion, du sport, des arts et de l’éducation. Si les fonctionnaires sont, bien sûr, formés pour être des acteurs du combat, le peuple entier, y compris les résidents étrangers, est appelé à dénoncer trafiquants et usagers.

La mobilisation des organisations de masse

31En 2000, « le Congrès de la Jeunesse Populaire Révolutionnaire Lao fut centré sur les problèmes de la délinquance et de la drogue » (RN 21/12/00), entretenant ainsi un amalgame commun. Toutefois, les autorités villageoises et les organisations de masse, particulièrement les Jeunesses Révolutionnaires Lao, ne se mobilisent que modestement, faute de savoir quelles réponses concrètes apporter.

32Les réunions de village, régulièrement organisées, peuvent parfois aborder des thèmes généraux, comme les conséquences sociales de l’usage de la drogue (« la violence et la délinquance induites par la drogue »), ou se référer à des considérations médicales (« la drogue cause des dommages au cerveau » ; VT 19/07/02) qui ne constituent pas le meilleur contre-argument. Un séminaire de village est intitulé : « Les parents donnent la vie, la drogue donne la mort » (RN 13/06/02). Cette référence à la mort a-t-elle une incidence réelle ? Est-elle véritablement dissuasive, les conduites ordaliques (de défi à la mort) des adolescents occidentaux ne sont-elles pas transposables aux laotiens ?

33De la même manière qu’un mouvement « Écoles libérées de la drogue » a été lancé (voir plus loin), un mouvement « Villages libérés de la drogue » semble désormais prendre forme.

Les manifestations de masse

34Les manifestations de masse, typiques de ces régimes, sont largement rapportées par la presse. La « Journée internationale contre les abus de drogue et les trafics illicites » est célébrée chaque année par une grandiose crémation de divers stupéfiants sur l’esplanade du That Luang à Vientiane. Y participent en nombre les membres du gouvernement et du Parti, ainsi que les représentants des ambassades et des organisations internationales. Des cérémonies similaires, dont les photos font la première page des journaux, sont tenues dans les provinces à l’occasion de prises majeures : « 7000 personnes se sont déplacées à Phonsaly, en présence des représentants des organisations de masse, pour assister à la destruction de drogue » (1,8 kg d’opium et 6 140 comprimés d’amphétamines ; RN 17/03/02). Ces autodafés, purificateurs et hautement symboliques (cf. l’incinération, annonçant une nouvelle vie), ne concernent toutefois qu’une toute petite partie des confiscations annoncées.

Les séminaires pour les fonctionnaires

35Depuis 1997, la CNCSD organise régulièrement des séminaires, réunions, ateliers et conférences de formation pour les fonctionnaires, avec le soutien de diverses organisations (internationales ou de coopération bilatérale), sur le thème « Comment lutter contre la drogue ? ». Un séminaire pour la presse s’intitule « Comment développer l’attention dans la prévention ? »

L’appel à la délation

36L’encouragement à la délation est largement pratiqué sous forme d’appel à la lutte contre les fléaux sociaux. La ville de Vientiane incite étudiants et habitants « […] à devenir les yeux et les oreilles de la police et de la loi, pour protéger et encourager les jeunes. Les personnes qui utilisent des narcotiques perdent leur argent et leur santé. Elles ont un impact négatif sur la société. Elles détruisent leurs familles et finalement deviennent des criminels ou même des meurtriers dans leur combat désespéré pour avoir les moyens d’acheter des drogues, car elles ont besoin de satisfaire leur addiction » (VT 29/09/01 ; article tiré du Nouveau Vientiane).

37Le Comité National de Lutte Contre la Drogue a ouvert en octobre 2002 un centre de dénonciation (RN 03/10/03 ; l’annonce paraît régulièrement dans un encart depuis) pour « […] recueillir 24 heures sur 24 toutes les informations sur la drogue communiquées par les citoyens par téléphone, lettre, télécopie et tout autre moyen. Le gouvernement compte sur la collaboration de citoyens qui voudront bien donner des informations sur le trafic, la consommation et la production de drogues. Ils sont appelés à dénoncer les dealers, producteurs et trafiquants de drogue » (repris par VT sous le titre « Le gouvernement appelle tous les bons citoyens à combattre la drogue »). Dans le village de Thonhpong à Vientiane, les habitants sont mobilisés par le chef de village pour dénoncer les trafiquants, et les citoyens qui collaborent se voient décerner des félicitations (KPL 26/10/01).

38Dans la presse, la solution du problème est conçue comme une élimination purificatrice, à laquelle l’on invite les bons citoyens à participer pour se distinguer des mauvais éléments (VT 02/01/03). La condamnation morale implacable suscite des amalgames et accentue la stigmatisation des trafiquants, présentés comme des assassins potentiels.

Le recours au bouddhisme

  • 7 La plupart des minorités montagnardes, et toutes celles cultivant l’opium, ne sont pas bouddhistes. (...)

39Les pagodes, après avoir été un temps fermées, ont été rouvertes, et les bonzes mobilisés pour soutenir la propagande révolutionnaire. De nos jours, les portraits de Marx et de ses disciples s’affichent à côté des représentations du Bouddha. Les journaux signalent la contribution essentielle de la religion bouddhiste7 dans le développement chez les jeunes d’une bonne moralité, conforme aux idéaux de la révolution. La religion vient en renfort de la propagande idéologique, les journaux (RN et VT, 20/06/02) montrent en couverture les photos d’une procession de novices, avec en sous-titre : « Les adolescents découvrent des voies ancestrales afin d’éviter la drogue ». Des jeunes (154 garçons et 54 filles) ont suivi un programme de méditation, d’étude des textes sacrés et de psalmodie durant quinze jours, comprenant un cours sur la drogue (avec, en outre, la possibilité de devenir moine). Le bonze responsable du programme explique : « Aujourd’hui, le développement technologique ne va pas de pair avec celui de la moralité. Les jeunes sont en pleine confusion sociale et de plus en plus méfiants vis-à-vis de la justice et de la moralité. »

Le sport contre la drogue

40Le sport est le support privilégié du combat contre la drogue : « Le sport contre la drogue », titre Le Rénovateur (RN 03/01/02). On lit aussi : « Les étudiants évitent les drogues folles sur le terrain » (VT 06/07/02), ou encore « Le sport contre la drogue pour l’avenir des adolescents » (VT 28/06/02).

41De nombreux donateurs remettent de l’argent ou du matériel sportif, ou bien sponsorisent l’organisation d’activités sportives qui détourneraient les jeunes du mauvais chemin. La Chambre de Commerce et d’Industrie organise un tournoi de golf afin de récolter des fonds à cet effet. Les villages reprennent cette formule en organisant des compétitions et en construisant des équipements qu’ils se proposent de louer. Ainsi se développe tout un commerce sportif de la lutte anti-drogue. La dernière action prévue est l’organisation d’un marathon national qui traverserait le pays du nord au sud.

42L’on peut se demander si ces campagnes atteignent vraiment le public qu’elles se donnent pour cible ? Les étudiants, en fin de journée, pratiquent très souvent du sport. Les jeunes qui utilisent de la drogue sont-ils vraiment motivés pour faire du sport et de la compétition ? Enfin, qu’en est-il de ces nombreux toxicomanes qui ne sont pas des étudiants, mais de jeunes ouvriers déracinés qui utilisent régulièrement les ATS pour accroître leur force de travail ? La presse souligne une sélection de certaines catégories de la population, par rapport à d’autres qui échappent plus au contrôle de l’État.

Les arts contre la drogue

43« Éduquons les nouvelles générations contre les drogues à travers l’art et la culture », titrait le Vientiane Times (31/12/01). S’appuyant de nouveau sur des loisirs privilégiés des jeunes, cette campagne volontariste entend mobiliser les talents du pays pour développer des messages forts à l’intention de jeunes publics et, en même temps, détourner ces jeunes de la consommation de la drogue en leur proposant d’autres activités. Les concerts, parfois avec des artistes venus de l’étranger, ont la faveur d’un public de jeunes et font salle comble.

44Dans les écoles, les quartiers et les villages, de petits groupes reproduisent ce type d’événement. Des compétitions de chansons sont organisées, des pièces de théâtre et des spectacles itinérants de cirque sont montés et produits dans les régions. Enfin, le grand festival annuel de folklore est l’occasion de présenter des œuvres traditionnelles transformées en messages militants porteurs des slogans du jour. La vision de la drogue reste manichéenne, même si les saynètes décrivent souvent des situations sociales pathétiques, ce qui, dans l’idéologie dominante, atténue la stigmatisation individuelle du consommateur en le resituant dans un contexte social difficile. De tout jeunes enfants en costume traditionnel ont été les héros du festival national de folklore avec une chanson intitulée « Vendre de la drogue, c’est tuer nos enfants ». L’article de presse, dithyrambique, dépeint de façon triomphaliste le désir du peuple lao de « débarrasser le pays de la drogue et de donner aux jeunes un futur plein d’espoir » (VT 02/01/02). Le combat contre la drogue est aussi un combat nationaliste, voire patriotique.

45Si les causes de la toxicomanie sont si rarement évoquées, n’est-ce pas, justement, parce qu’elles sont trop politiques et touchent à l’impossibilité de se projeter dans un avenir qui corresponde aux images de modernité et d’aisance véhiculées par les médias étrangers dans une société de clientèle dont certains se sentent exclus ? Contrairement au contexte occidental, où la consommation de drogue est souvent liée à une contestation du système, ne correspond-elle pas plutôt, au Laos, à la frustration due à l’impossibilité d’accéder à la société de consommation ou aux modèles de modernité importés de Thaïlande ? Les études menées en Thaïlande montrent que les motivations de la consommation de drogues sont plus de l’ordre de la mode et de l’hédonisme (voir Chouvy & Meissonnier 2002).

46Au Laos, les explications restent rares, il est parfois fait allusion au fait que les enfants sont souvent laissés seuls par les parents qui, travaillant, ne peuvent s’occuper d’eux. On avance que les enfants s’adonnent à cet usage par ennui, sous la pression de pairs, parce qu’ils ne comprennent pas et manquent d’information. « Ils deviennent drogués par manque d’alternatives » (VT 10/05/02). De même, les parcours de jeunes toxicomanes ne sont pas rapportés, non plus que l’enchaînement qui conduit à devenir revendeur.

47Aucune enquête ne permet réellement d’analyser les effets de ces campagnes, à part les données fournies par les écoles rendant compte du nombre d’usagers. Ces campagnes sont pensées depuis le haut, sans enquêtes préalables approfondies. Leurs effets ne sont probablement pas à la hauteur des espérances et l’ambiguïté des chiffres est là pour le rappeler. Ces messages typiques de la psychologie comportementaliste, espérant des changements provoqués de manière pavlovienne par une récompense sociale, font fi de la motivation et de la psychologie individuelles des sujets et de la compréhension de ce qui amène les jeunes (ou les moins jeunes) à consommer les produits psycho-actifs. Les seuls arguments contre la drogue restent une « morale saine », plus rarement la santé. Les consommateurs de drogue y sont-ils encore sensibles ? L’on peut deviner que les solutions proposées, si elles ne s’appuient pas sur une réelle analyse des causes et des effets (en général peu étudiés), ont peu de chances d’être efficaces.

Le domaine de l’Éducation

48En Thaïlande, les écoles secondaires sont les plaques tournantes du trafic d’ATS. Une enquête à Vientiane, confirmant celles du PNUCID, révèle que, sur 2631 étudiants entre 12 et 21 ans, 17 % ont utilisé de la drogue au moins une fois et 5 % en consomment usuellement (VT 24/01/02), et encore ces résultats sont-ils partiels car nombre d’enfants n’ont pas dû oser avouer.

49Très concerné, le ministère de l’Éducation a ouvert un bureau anti-drogue, recevant directement des fonds qu’il utilise pour son propre fonctionnement et pour organiser des activités de prévention. Cette campagne apparaît comme un archétype : les actions de prévention sont focalisées sur la lutte contre l’usage de drogues et le public ciblé est les écoliers et collégiens de zone urbaine. Elle a commencé avec tambours et trompettes sur un mode offensif très stigmatisant pour les usagers potentiels, qualifiés de mauvais sujets et menacés d’exclusion scolaire – « Un nettoyage pour le secteur de l’éducation qui est très affecté », titre le VT (08/06/02).

50Les objectifs à atteindre sont sans équivoque : créer des écoles sans drogue (KPL 01/02/01) ou supprimer totalement la drogue dans les écoles (RN 13/06/02). « Neuf écoles sans drogue vont être construites dans quatre provinces », annonce le KPL (05/07/02), et les enseignants seront formés à « protéger les enfants de la drogue ». Alors que la municipalité a reconnu que la consommation augmentait dans les écoles, le département de l’Éducation de la préfecture de Vientiane annonce que « la ville sera libérée des drogues en 2005 » et les titres de journaux sont éloquents : « Le département de l’Éducation sur le pied de guerre contre les drogues » (VT 08/02/02).

51Développés par l’UNICEF et la coopération allemande (GTZ), des cours concernant la drogue et ses dangers ont été intégrés de manière obligatoire dans le curriculum de lycée, sous forme de « compétences de vie » (life skills), qui inscrivent cette question, plus généralement, dans un style de vie. Les ATS, entre drogue et médicament, apparaissant aux usagers comme inoffensifs – ils sont communément vus de façon positive, comme un moyen d’augmenter le niveau énergétique et la résistance physique, ainsi que de prolonger les fêtes –, un des objectifs de la campagne est de souligner leurs effets toxiques.

52Les écoles qui ont pu se débarrasser des élèves toxicomanes et devenir ainsi des « écoles sans drogue » se voient décerner un diplôme, les classes et les professeurs recevant des certificats (on ne sait pas s’il leur est retiré en cas de découverte d’un nouveau cas). Chacun se réjouit de l’éradication du mal. « Ils ne vendent, n’utilisent, ni ne cachent de drogue. Étudiants et professeurs célèbrent leur nouvelle libération de la drogue avec joie et se préparent au futur », clame un article dithyrambique, illustré de photos (VT 11/01/02), qui reconnaît cependant que deux classes n’ont pas encore vaincu le fléau et que quatre enfants ne sont pas revenus du centre de réhabilitation. Le VT (01/10/01) rapporte le propos d’un directeur : « L’école secondaire de Nong Bone est libérée de la drogue, les étudiants sont unis contre la douleur et l’horreur de l’addiction ». Mais si les écoles continuent leur assaut contre la drogue et si les slogans anti-drogue sont abondants, le combat est loin d’être fini, commente cyniquement le journaliste du quotidien Pathet Lao (VT 11/01/02).

53Les articles ne mentionnent pas le suivi des enfants toxicomanes ni leur devenir. Sont-ils pris en charge par des centres de rééducation, ou renvoyés définitivement ou sous condition ? Comment sont-ils traités par leurs camarades et par leurs enseignants ? Au-delà des discours mobilisateurs, hors la rééducation, les modalités de prise en charge semblent encore peu développées.

Police, justice, répression et juridiction

54Avant septembre 2001, les informations concernant les arrestations et les condamnations de trafiquants étaient rares dans les journaux. À partir de cette date, on trouve dans presque chaque numéro de journal l’annonce d’une action policière réussie, tant dans la capitale qu’en province. À Vientiane, la police a opéré des arrestations massives, concernant essentiellement des vendeurs d’ATS. Cependant, une petite guerre des polices apparaît, le département de la police de la municipalité de Vientiane critique l’unité municipale de contrôle et de suppression de la drogue pour son inefficacité (VT 07/02/02).

55Les journaux font écho au renforcement de la loi. « Condamnation sévère, les trafiquants n’ont qu’à bien se tenir », de tels gros titres signalent les premières sanctions dans le cadre de la nouvelle législation. Les premières peines capitales ont été prononcées à l’encontre de trois personnes, dont un fonctionnaire, par le tribunal de la préfecture de Vientiane le 19 juin 2002.

56Les journaux relatent d’autres faits alarmants liés à la drogue : l’arrestation de deux jeunes adolescents toxicomanes qui en avaient tué un autre (avec photos des accusés), des violences consécutives à la consommation de drogue, l’utilisation d’un véhicule d’un projet de développement pour des transports de drogue, des opérations de police dans des fumeries, la fréquentation de cafés et de bars par des étudiants mineurs.

La culture du pavot et sa substitution

  • 8 Selon une classification des les années 1950, héritée de la monarchie, le pays comprend trois grand (...)
  • 9 Les effets psycho-physiques de l’opium sont connus : il affaiblit, rend paresseux, coupe de la réal (...)
  • 10 Selon le PNUCID (2000 : 31), la probabilité de l’existence de cultures de pavot croît avec l’éloign (...)
  • 11 Dans les villages étudiés par Claire Fauveau dans la province de Luang Namtha en 1994, 11 % des hab (...)

57La situation économique des communautés de producteurs-consommateurs d’opium (plus de 50 % des communautés de producteurs) reste précaire. Pour 80 % d’entre elles, qui vivent8 à plus de 700 m d’altitude, les perspectives économiques sont réduites. L’opium représente une source de revenu après la récolte de riz, tout en contribuant à l’appauvrissement des toxicomanes et de leurs familles9. Sur ces pentes non irriguées ni fertilisées, le rendement est très bas (10 % de celui de l’Afghanistan). La charge de travail, essentiellement féminine, est considérable : entre 240 et 500 heures de travail par tonne d’opium brut produite. Les champs sont situés, en moyenne, à une heure trente de marche de villages distants des routes10. Si l’opium, indéniablement, procure un revenu, il devient source d’appauvrissement quand les opiomanes consomment plus qu’ils ne produisent11. L’opium est à la fois effet et cause de pauvreté. Cependant, les foyers qui cultivent le pavot jouissent d’une meilleure sécurité alimentaire que les autres, tant qu’ils n’incluent aucun membre toxicomane (plus de 30 % de ces foyers en ont).

  • 12 La récente politique de réformes économiques et de passage à l’économie de marché s’est, certes, tr (...)

58Le premier objectif des projets entrepris à la fin des années 1980 consistait à lutter contre l’agriculture sur brûlis et, par conséquent, à développer des cultures de substitution afin que les zones de montagnes contribuent à l’économie nationale12.

59Le PNUCID a lancé un programme de développement intégré des zones de montagnes (HIRD). Dans la province de Xieng Khouang, l’IFAD (International Food Agriculture Development) a promu la création de petits jardins familiaux pour la culture de l’asperge et l’élevage du poulet. En fait, ces jardins sont traditionnellement les lieux privilégiés de plantation du pavot (de 30 à 40 % de la production de la province). Grâce à la construction d’une route qui a permis la commercialisation des produits, le rapport financier des nouvelles activités, supérieur à celui de l’opium, a entraîné une baisse (de l’ordre de 70 %) de la production d’opium. Un projet participatif pilote de développement rural intégré en zone de montagne (PNUCID et ministère de l’Agriculture) fut lancé en 1989 à Palaveck, une petite région de population hmong dans la province de Vientiane. La construction d’une école, d’un centre de santé et de boutiques, la création de petites activités d’économie familiale, la formation de personnels locaux, le développement de riziculture en zone irriguée et la plantation de café ont permis de réduire la production d’opium (5 t) à moins de 100 kg en 1994.

60En septembre 1989, le Laos signa un accord avec le gouvernement américain pour un projet visant à l’élimination de la production d’opium dans la région de Houaphan (voir Note 6) de 70 % en trois ans, puis de 90 % en fin de projet. La mise en place massive de diverses infrastructures – canaux d’irrigation, routes, écoles, facilités médicales – et la promotion de nouvelles cultures permit, en effet, d’obtenir une réduction notable de la production et de la consommation. Par cette approche pragmatique, le gouvernement se procure des financements non négligeables : 8 millions de dollars reçus en 2001 ; et 7 millions pour 2002 (VT 21/06/02), pour un autre projet lao-américain de développement rural intégré à Phonsaly et Luang Prabang.

  • 13 Les effets secondaires de l’ouverture de routes, pas toujours positifs (nouvelles migrations, prost (...)

61La presse fait largement écho à la réparation de ponts, à la construction d’écoles et au déplacement de villages vers des zones de vallée, où le gouvernement fournirait des terres fertiles, comme à des succès dans la réduction de surfaces cultivées en pavot (KPL 04/04/01 : « Nong Haid : la superficie de culture du pavot a diminué de 58 % »). On pallie l’usage de l’opium comme médicament par la construction de dispensaires et on met fin à la culture du pavot comme revenu d’appoint (50 % environ en 2002) par l’introduction de nouvelles cultures et la création d’infrastructures. La construction de routes permet aux villages de mieux s’intégrer à l’économie de marché et d’écouler leurs nouvelles productions13.

62Les projets sont mis en place avec une certaine souplesse, le lance-flammes n’est pas utilisé, non plus que les destructions chimiques par voie aérienne que l’on a connues en Thaïlande ou en Birmanie, avec leurs terribles conséquences humaines et écologiques. Entrepris plus fréquemment en 2003 qu’auparavant, les arrachages de force restent cependant rares. Les plantations de pavot semblent connues des autorités et leur substitution est envisagée de manière progressive et planifiée. Dans certains districts, elles auraient été réduites à néant, mais il est possible qu’elles se soient simplement déplacées, si l’on accorde crédit aux rumeurs locales.

  • 14 Si la pression des revendeurs a certainement été le fait le plus visible et le plus inquiétant, plu (...)

63La tolérance d’une production d’opium pour usage personnel et la relative disponibilité du produit ont tenu à distance les revendeurs proposant de l’héroïne (contrairement au cas de la Thaïlande)14, ce qui évitera peut-être sa diffusion. Les divers projets en cours améliorent sensiblement les conditions sanitaires, économiques et éducatives, tout en renforçant les structures sociales et communautaires. L’on peut penser qu’ils atteignent ainsi au moins certains de leurs objectifs, les sempiternelles promesses politiques de développement des zones de montagne étant financées en partie par les Américains et permettant de donner plus de réalité à un discours qui, depuis la révolution, n’avait guère dépassé le niveau de la prosodie. « L’importance des discours politiques sur le développement des zones montagnardes est notable. Érigée en véritable rhétorique, cette volonté affirmée de développer les zones reculées correspond à une ’dette de guerre’, mais depuis vingt ans, elle se présente comme une complète velléité tant le développement économique et sanitaire dans ces régions constitue une fiction idéologique, un éternel projet » (Hours & Sélim 1997 : 73).

Le dispositif et les modes de soins

64Des articles, assez rares (une quinzaine), relatent l’ouverture ou le fonctionnement de centres de soins, ou la formation de personnel médical dans les provinces et la capitale, financés par l’aide internationale.

65La consommation d’opium affecte essentiellement des membres des minorités résidant dans des provinces éloignées de la capitale, et qui sont producteurs (80 % d’hommes, âge moyen 49 ans ; UNDCP Opium Survey 2002, p. 25). Celle des ATS est considérée comme un phénomène principalement urbain. Ces deux formes très différentes de toxicomanie requièrent des prises en charge distinctes. La cure de désintoxication des opiomanes vise à les réintégrer dans leur village et à les amener à reprendre leur vie d’agriculteur. Fauveau (1994) rapporte que des raisons médicales, tels les maux d’estomac, sont avancées par les hommes pour expliquer leur recours à l’opium. De même, sept femmes sur neuf ont commencé à le fumer pour des raisons médicales. L’on évoque aussi l’anxiété, la dépression, la douleur due à une séparation, aux pertes liées à la guerre. L’opium aide à calmer les peines psychiques, la peur, les insomnies. Ces populations, qui vivent dans un environnement difficile, furent très affectées par la guerre (les bombardements américains ont détruit leurs villages), puis ce furent les représailles des guérillas communistes qui les soupçonnaient d’être des opposants au régime. Les causes de l’usage de l’opium sont donc variées : pharmacologiques, psychologiques, historiques, économiques, sociales, ou politiques. Les projets de soins visent à renforcer les capacités de réponse de la communauté villageoise.

66La préfecture de Vientiane a ouvert un établissement médical de 47 lits pour la réhabilitation de tous les drogués du pays dans un centre préexistant, qui proposait des activités agricoles et de fabrication de filets et abritant 400 personnes. À Nong Savanh, le centre de désintoxication propose des activités sportives et une formation professionnelle pour les jeunes (surtout des consommateurs d’ATS). En outre, la police gère des camps de rééducation pour les adolescents, où les conditions de détention seraient particulièrement difficiles. À Vientiane, « plus de 1000 enfants ont été conduits par leurs parents au centre de désintoxication, avec 70 % de réussite » (VT 14/11/02). Le dispositif est présenté comme une désintoxication par un processus médical, suivie d’une réinsertion sociale. Certains hôpitaux sont dotés de lits de sevrage chimio-thérapeutique. Il n’existe pas d’évaluation des résultats, mais l’on connaît le faible taux de réussite de tels traitements s’ils ne s’accompagnent pas d’une prise en charge psychosociale après le retour du patient dans un milieu producteur et consommateur.

Conclusion

67La toxicomanie est un phénomène complexe dans lequel sont intriqués des parcours de vie et un contexte politique et socioculturel, qui est ici celui d’un État autoritaire et centralisé dans un pays pauvre en forte mutation. « Dans ce tableau sombre de rupture entre un état révolutionnaire et la population, le retrait en soi, l’évasion dans l’imaginaire et la fuite pragmatique des instances d’autorité se présentent comme des recours privilégiés » (Hours & Sélim 1997 : 33).

68Pourtant, les dysfonctionnements dont la toxicomanie est un indice ne sont pas analysés dans les médias en tant que produits du système, mais plutôt comme résultat de contaminations extérieures (thaïlandaises, en particulier). Les ATS occupent maintenant l’avant-scène médiatique, se répandant dans les zones les plus reculées du pays ; la classe dirigeante urbaine est toutefois directement concernée pour ses propres enfants. La répression des habitudes déviantes s’est récemment étendue aux bars fréquentés par la jeunesse dorée de la capitale, avec la fermeture de tous les établissements en bordure du Mékong et, depuis août 2003, l’instauration d’une fermeture à 23 heures de tous les lieux de vie nocturne.

69La lutte contre la drogue a été mise en avant comme une priorité nationale, le combat dans lequel il faut mobiliser les masses populaires. Il est à cet égard révélateur que la Conférence nationale anti-drogue se tienne le 12 octobre, jour de l’indépendance. La communication des projets et décisions se fait d’ailleurs, le plus souvent, sur une note martiale : « Le gouvernement intensifie sa lutte contre la drogue », « Le combat contre la drogue », « Lutter contre l’expansion du fléau », « Luang Prabang au premier rang de la lutte contre la drogue » (au 10/01/02, mais les chiffres donnés en juin marquent une augmentation de la production dans cette province), ou « Le Laos serre la vis dans la lutte contre la culture de pavot » (KPL 18/06/02).

70Le socialisme laotien reste le fait de groupes de combattants idéologiquement formés par les Vietnamiens, et qui ne se sont pas véritablement appuyés sur des mouvements de masse populaires. Le Parti est peu intégré dans la société civile et les organisations de masse œuvrent à la révolution idéologique et sociale. Ces héros de la guerre, sortis des grottes de Samnuea, qui ont combattu et survécu aux bombes américaines, tiennent toujours les rênes du pouvoir, mais sont finalement isolés dans un monde qui ne valide plus leur expérience.

  • 15 « Toute la logique du système aboutit à faire considérer les gens comme les cibles passives de slog (...)

71Le combat contre la toxicomanie devient le nouveau combat d’un parti de lutte qui, comme le signalent Hours et Sélim (1997 : 66), « manque de repères en temps de paix. Pour toute cette génération de combattants, tout est affrontement, objectifs à atteindre, et neutralisation des forces hostiles. La rhétorique demeure, même lorsque son contenu idéologique est modifié, une logique du combat ». Les premières réactions s’inscrivent dans la tradition socialiste des réunions de masse et autres séminaires, ateliers et conférences, qui signalent la permanente suprématie des autorités et leur confiscation du discours, accompagné d’une propagande forte15. De même, la culture nationale est valorisée contre les influences étrangères. Elle doit être préservée et mieux diffusée auprès des jeunes. Culture folklorisée, reconstruite à des fins idéologiques, donnée à voir ou à entendre pour son message plus que pour sa poésie, elle est désormais toute mobilisée dans la lutte contre la drogue.

  • 16 Le commerce de l’opium n’est pas soumis à un contrôle trop strict et l’auteur a pu assister à une v (...)
  • 17 Cette guérilla, qui serait soutenue par la diaspora de l’étranger, prétendrait chercher à renverser (...)
  • 18 La rumeur publique cite souvent la zone spéciale de Saisomboum comme une zone à accès restreint, co (...)

72Au-delà du discours d’État relativement stéréotypé, car basé sur l’idéologie et non sur la connaissance de la société et de ses mutations, des initiatives nouvelles apparaissent, s’inspirant d’expériences internationalement reconnues. Le système totalitaire coupé de la réalité sociale, qui s’impose par des dispositifs de violence symbolique et policière, a fait preuve à l’égard de la drogue d’un relatif pragmatisme16, le gouvernement ayant préféré jusque-là user de persuasion par le biais des chefs de villages et des organisations de masse. Le contrôle de la production d’opium resterait le prétexte à des affrontements secrets entre l’armée et une guérilla hmong17. La rumeur locale prétend que les bénéfices sont partagés par l’armée18, qui semble bénéficier d’une certaine latitude à cet égard. En 2003, des arrachages avant récolte ont été rapportés, qui seraient source de tension extrême, voire de résistance armée des cultivateurs soudain privés de tout revenu. Les résultats annoncés par les organisations internationales en matière de lutte contre la production d’opium sont, comme il est de rigueur dans le discours de ces institutions, entièrement positifs.

73La production des drogues de synthèse ne remet pas en cause les programmes de substitution à la culture du pavot, pas plus que ces produits ne se substituent à l’opium pour le moment. Les ATS constituent une nouvelle opportunité, un nouveau marché en plein développement, pour des réseaux régionaux déjà structurés. Phénomène initialement urbain, leur usage se répand dans les petites villes du Nord et dans diverses catégories sociales, dont les ouvriers du bâtiment, les dockers des ports fluviaux et les conducteurs de bateaux (Choulamany, 2000). La situation des personnes engagées dans des métiers physiques, pour lesquelles les ATS sont un moyen d’accroître la force de travail, ainsi que celle des jeunes migrants socialement isolés, mériteraient plus d’attention.

74La mobilisation publique traduite par les journaux et la manière dont s’est répandu le message chez les jeunes laissent espérer que la progression de l’usage de drogues sera limitée, dans une société où le contrôle social reste fort, mais le risque de stigmatisation et de clandestinité accrue des consommateurs est à craindre.

75La presse en langue étrangère apparaît plus comme un instrument de fabrication de l’opinion que comme un réel médiateur entre le pouvoir, la population et les organisations internationales. Ce combat contre la drogue, construction politico-médiatique typique d’un État socialiste, sous la plume de journalistes formés à ce type d’écriture, masque en fait une approche qui était restée relativement souple et tolérante, à la fois de la culture du pavot et des usages toxicomaniaques, et sensiblement différente de celle des pays voisins, avec le peu de succès que l’on connaît, à voir les files d’attente des exécutions capitales. Si depuis septembre 2003, le ton des discours officiels se durcit et les condamnations se veulent exemplaires, on peut espérer que les programmes engagés avec prudence par les autorités du Laos, dans une société qui n’est pas sans pitié pour les toxicomanes, constitueront des exemples pour les pays voisins.

Haut de page

Bibliographie

Choulamany, C., 2000, ATS Abuse in Lao PDR, rapport, Vientiane, UNDCP [PNUCID], 4 p.

Chouvy, P.-A., & J. Meissonnier, 2002, Ya baa. Production, trafic et consommation de méthamphétamine en Asie du Sud Est continentale, Bangkok, IRASEC, & Paris, L’Harmattan, 380 p.

Drouot, G., 1999 « Pouvoir et minorités ethniques au Laos. De la reconnaissance constitutionnelle à la participation effective à l’exercice du pouvoir », Moussons, 99, pp. 53-74.

Fauveau, C., 1994, Opium addiction in Luang Namtha and Bokéo provinces, report to NCA, April 1994, Vientiane, 96 p.

Goudineau, Y., 1998, « La diversité ethnique au Laos, un patrimoine culturel, des enjeux politiques et sociaux », Mutations asiatiques, 11, pp. 22-25.

Hours, B., & M. Sélim, 1997, Essai d’anthropologie politique sur le Laos contemporain. Marché, socialisme et génies, Paris, L’Harmattan.

Lao National Commission for Drug Control and Supervision [CNCSD], 1993, Proposal for a comprehensive drug control programme, Vientiane, 45 p.

UNDCP [PNUCID], documents de projets : Sub-regional action plan for drug control, 27 May 1995, 6 p. ; The Highland Integrated Rural Development pilot project in Palaveck, Laos, 1995, 30 p. ; Strengthening of community-based drug prevention strategies in the highlands of Northern Thailand, 1996, 25 p. ; UN International Drug Programme, Country Programme Framework, Thailand, 1996-1997, 34 p. ; Integrated drug abuse prevention in Chiang Mai and Mae Hong Son provinces of Thailand, 1997, 24 p. ; À balanced approach to the elimination of opium poppy cultivation in the Lao PDR. Executive and strategy summary, 1999, 10 p. ; À balanced approach to the elimination of opium poppy cultivation in the Lao PDR, 2001, 8 p. ; Drug Abuse among Youth in Savanakhet, School Survey Report, 2001, in collaboration with the Lao National Commission for Drug Control and Supervision [CNCSD], 32 p. ; Drug Abuse among Youth in Luang Prabang, School Survey Report, 2001, in collaboration with the Lao National Commission for Drug Control and Supervision, 31 p.

UNDCP [PNUCID] & Lao National Commission for Drug Control and Supervision [CNCSD], Opium Survey 2002, Annual Opium Survey 2001, Annual Opium Survey 1999/2000 et Annual Opium Survey 1997/1998.

UNDCP/UNDDSMS/LAO/89/550, 1994, Bokeo, Luang Namtha drug reduction project, Vientiane, NCA, 34 p.

UNODC (United Nations Office on Drug and Crime), 2003, Lao People’s Democratic Republic, Country Profile, Vientiane.

Haut de page

Notes

1 Sont pris en compte ici tous les articles se référant à la drogue en général et parus dans l’hebdomadaire francophone Le Rénovateur (RN), le bulletin de l’Agence Nationale de Presse Lao (cinq numéros par semaine, KPL, version en français) et le bi-hebdomadaire en anglais The Vientiane Times (VT) entre 1998 et 2002. Nous avons, pour une mise à jour, inclus les articles de septembre-octobre 2003. Certains articles étant des traductions de la presse en lao, le titre du journal lao est alors mentionné. Près de 300 articles ont ainsi été examinés et classés par thèmes.

2 Une grosse saisie à Oudomxay en 2002 suggère une production très artisanale dans le Nord. Les liens essentiels entre la Birmanie et le Laos en matière de drogues, peu abordés dans la presse sinon sous forme de déni, sont largement explicités dans l’ouvrage de Chouvy et Meissonnier (2002).

3 Ces chiffres sont basés sur des enquêtes de terrain, sous forme d’entretiens avec des chefs de village et des paysans et de mesurage des champs, et portant sur les villages déclarés comme cultivateurs de pavot (21 % d’entre eux furent visités) ou non (seulement 3,4 % de ceux-là le furent). Depuis peu, on utilise des repérages aériens par des satellites américains (remote sensing), avec une précision allant jusqu’à quelques mètres. La production est estimée en mesurant les capsules de pavot avant incision, puis en calculant le nombre de capsules à l’hectare. Si la marge d’erreur est estimée à 10 % par le PNUCID, les enquêtes reposent sur des témoignages pas toujours fiables et, de fait, il est extrêmement difficile de vérifier ce qu’il en est exactement dans plus de mille villages, avec des champs parfois à plusieurs heures de marche dans un relief très accidenté.

4 « “Il y a 19 usines de fabrication de drogue au Laos” accusent sans fondement et sans sens des responsabilités des autorités de haut rang de Thaïlande » (titre du KPL 17/01/02).

5 Voir Chouvy et Meissonnier (2002 : 75) : « Wa rushes speed over border before plants shifts to Laos »(Bangkok Post 14/07/01) ; « Chiang rai ya ba seizure doubling » (The Nation 09/08/01) ; « Ya ba’ labs shift to Laos to beat crackdown » (The Nation 01/09/01).

6 D’abord dans la province de Houaphan (14 millions de dollars de 1989 à 1998), puis à Phonsaly, et plus récemment à Luang Prabang.

7 La plupart des minorités montagnardes, et toutes celles cultivant l’opium, ne sont pas bouddhistes. Les non-bouddhistes représentent plus de 50 % de la population du pays (Goudineau 1998), ce qui limite singulièrement les effets de ces actions au niveau national.

8 Selon une classification des les années 1950, héritée de la monarchie, le pays comprend trois grandes catégories de populations (voir Drouot 1999). Les « montagnards » (lao soung ; 15 %), des groupes sino-tibétains (Hmong, Yao, Akkha, Moussou, Khui) ou tibéto-birmans, occupent les zones les plus élevées ; les Lao des basses plaines et quelques groupes de langue taï sont dits « Lao du bas » (lao loeum ; 55 %) ; et les populations des plateaux et des coteaux, des groupes môn-khmer et khmu, sont appelées lao thoeung (30 %).

9 Les effets psycho-physiques de l’opium sont connus : il affaiblit, rend paresseux, coupe de la réalité et conduit à se désintéresser de la vie dans sa famille ou sa communauté. Les maigres revenus familiaux sont dépensés en opium, tandis que les enfants souffrent de la faim ou de malnutrition aiguë (et on connaît des cas de vente des enfants). Le manque rend le fumeur coléreux et méchant, ce qui peut entraîner des violences familiales lorsque la pression de l’épouse pour qu’il cesse de fumer se fait trop insistante. Le fumeur lui-même, mal nourri, souffre d’anémie ou de tuberculose et les défenses de son organisme sont affaiblies.

10 Selon le PNUCID (2000 : 31), la probabilité de l’existence de cultures de pavot croît avec l’éloignement de la route : plus de 60 % des villages situés à plus de 30 km d’une route en cultivent, tandis que plus de 80 % de ceux qui en sont à moins de 3 km ne le font pas.

11 Dans les villages étudiés par Claire Fauveau dans la province de Luang Namtha en 1994, 11 % des habitants (et dans un village donné, jusqu’à 52 % des hommes) étaient consommateurs, soit près d’un tiers des adultes. Si l’investissement des femmes dans plusieurs phases de la culture est notable, elles sont plus rarement toxicomanes (9 % des femmes ; 21 % des opiomanes sont donc des femmes). Rares sont aussi les consommateurs dans les villages non producteurs. En moyenne, le fumeur commence à 31 ans et consomme 1,8 kg par an (un peu moins pour les femmes). Les conséquences économiques sont désastreuses. Les hommes ne pouvant plus entretenir leurs champs les louent et se louent eux-mêmes, échangeant du travail contre de l’opium. Parfois, ils vendent leurs bétails pour continuer à fumer. Ceci entraîne des problèmes de mésentente au sein des familles, les enfants sont envoyés travailler aux champs à la place de leurs parents.

12 La récente politique de réformes économiques et de passage à l’économie de marché s’est, certes, traduite par une augmentation constante du PNB per capita, mais l’écart entre nantis et pauvres s’est accru et d’énormes disparités existent entre la plaine et les zones de montagnes.

13 Les effets secondaires de l’ouverture de routes, pas toujours positifs (nouvelles migrations, prostitution, trafic d’ATS), mériteraient une plus grande attention.

14 Si la pression des revendeurs a certainement été le fait le plus visible et le plus inquiétant, plusieurs facteurs ont contribué à l’expansion rapide de l’héroïne parmi les populations montagnardes de Thaïlande : l’amélioration des communications entre les villages isolés et les capitales de provinces, une tendance croissante à aller travailler hors du village et, donc, à échapper à la sphère de contrôle social familial et communautaire, enfin, une certaine déstructuration sociale dans de nouvelles activités où chacun ne retrouve pas forcément un rôle.

15 « Toute la logique du système aboutit à faire considérer les gens comme les cibles passives de slogans supposés mobilisateurs. Dans le système étatique à vocation “totalisante” la société telle qu’elle est imaginée par l’État est la seule société pensable » (Hours & Sélim, 1997 : 21).

16 Le commerce de l’opium n’est pas soumis à un contrôle trop strict et l’auteur a pu assister à une vente discrète à plusieurs clients au cœur d’un marché d’une province réputée pour ses progrès en matière de lutte.

17 Cette guérilla, qui serait soutenue par la diaspora de l’étranger, prétendrait chercher à renverser le gouvernement, ce qui paraît bien utopique. Trafics d’armes et de drogue et revendications politiques constituent un écheveau dont les fils sont difficiles à démêler.

18 La rumeur publique cite souvent la zone spéciale de Saisomboum comme une zone à accès restreint, contrôlée par l’armée, qui abriterait des laboratoires clandestins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Bertrand, « Le combat contre la drogue en RDP Lao : une analyse à travers la presse, 1998-2003 », Moussons, 7 | 2004, 95-114.

Référence électronique

Didier Bertrand, « Le combat contre la drogue en RDP Lao : une analyse à travers la presse, 1998-2003 », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2493 ; DOI : 10.4000/moussons.2493

Haut de page

Auteur

Didier Bertrand

Docteur en psychologie culturelle, chercheur associé de l’IRSEA, chargé d’enseignement à l’Université de Toulouse-Le Mirail.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page