Navigation – Plan du site
Notes

Armées d’Asie du Sud-Est : un livre, deux pays, trois commentaires (et un ouvrage collectif à paraître)

Jean Baffie, Andrée Feillard et Gilles de Gantès
p. 115-124

Texte intégral

1« L’armée est à la mode », écrit Gilles de Gantès, ci-dessous. Cette note prend pour prétexte un ouvrage récent sur le thème des armées – Armée du peuple, armée du roi. Les militaires face à la société en Indonésie et en Thaïlande, de Arnaud Dubus et Nicolas Revise (Paris, L’Harmattan, et Bangkok, IRASEC, coll. « Analyses en regard », 2002, 256 p.) – et propose deux critiques détaillées, l’un par Jean Baffie, spécialiste de la Thaïlande, l’autre par Andrée Feillard, spécialiste de l’Indonésie. Elle est complétée d’un bref commentaire de Gilles de Gantès, coordinateur pour l’IRSEA d’un ouvrage à paraître sur les armées en Asie du sud-est. [NDLR]

  • 1 En novembre 2001, l’IRASEC publia Thaïlande contemporaine (sous la direction de Stéphane Dovert), u (...)

21. Ce livre est la première étude commanditée par l’IRASEC (Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine) de Bangkok. Officiellement créé le 1er mai 2001, cet institut, le vingt-septième centre de recherche en sciences humaines et sociales du ministère des Affaires étrangères, est dirigé par Stéphane Dovert, un spécialiste de l’Indonésie contemporaine, précédemment en poste à Ho Chi Minh Ville. Il est d’un genre un peu spécial, puisqu’il ne compte aucun chercheur permanent en dehors de son directeur. Son but initial était de commanditer des recherches originales à de jeunes chercheurs (de type post-doctoral). Diverses études sur la situation des Chinois en Thaïlande et au Vietnam, l’islam en Thaïlande, ou le commerce et l’usage des métamphétamines en Thaïlande ont déjà été menées à bien et certaines ont été publiées1.

3Cette étude sur les armées d’Indonésie et de Thaïlande se démarque de la ligne éditoriale initiale dans la mesure où elle a été confiée à deux jeunes journalistes déjà bien installés dans leur profession, plutôt qu’à de jeunes chercheurs. Arnaud Dubus est, notamment, le correspondant du quotidien Libération pour l’Asie du sud-est depuis quelques années, tandis que Nicolas Revise est le correspondant du quotidien Les Echos et un collaborateur du bureau local de l’Agence France-Presse.

4On trouve dans cet ouvrage les qualités et les défauts des ouvrages écrits par des gens de presse. Parmi les qualités, tout d’abord, notons que, si les auteurs ne sont pas particulièrement experts du sujet traité, ils sont ouverts à tous les sujets et à tous les domaines, ce qui leur permet d’avoir une vision d’ensemble. Certaines de leurs sources sont originales : entretiens avec des diplomates, des officiers supérieurs, des collègues correspondants de presse.

  • 2 Signalons la parution, en juillet 2002, d’un petit ouvrage collectif (en fait, une collection des t (...)

5Les défauts ne doivent toutefois pas être minimisés. Il faut revenir sur les plus importants : la méconnaissance de la langue thaïe écrite2, l’usage immodéré de certaines sources de seconde main de langue anglaise, le manque de recul et de connaissance de l’histoire, le style, le plus souvent vif et rarement abscons, mais parfois un peu trop relâché, les trop nombreuses erreurs factuelles, sans parler des coquilles (qui sont peut-être à mettre sur le compte d’une relecture trop rapide).

  • 3 Voir Benedict R. O’G. Anderson, « Studies of the Thai State : The State of Thai Studies » in The St (...)

6Le choix des sources écrites pose un problème. Les travaux de Pasuk Phongpaichit, Chris Baker, Sungsidh Piriyarangsan et Nualnoi Treerat sont, certes, de grande valeur et sont aujourd’hui indispensables. Cependant, Dubus et Revise ayant la chance de résider à Bangkok, on aurait pu attendre d’eux qu’ils fassent l’effort d’aller aux sources originales – du moins celles de langue anglaise – citées par ces professeurs de l’Université Chulalongkorn dans leurs synthèses. Ce n’est pas le cas. Les deux autres ouvrages les plus cités sont ceux de David K. Wyatt (1982) sur l’histoire de la Thaïlande et de Joseph J. Wright, Jr. (1991) sur l’histoire politique de la Thaïlande contemporaine. Le premier est l’œuvre du grand spécialiste de la Thaïlande du xixe siècle, mais le citer si fréquemment à propos de l’histoire politique récente relève de la facilité, même s’il couvre – bien rapidement (30 pages sur 307) – la période 1957-1982 dans un manuel qui se devait d’être complet. Quant au second, s’il couvre bien la période 1932-1991 avec de nombreux détails, il ne fait aucun usage de sources en langue thaïe, mais privilégie, pour la période la plus récente, le quotidien Bangkok Post et l’hebdomadaire de Hong Kong, The Far Eastern Economic Review. Il faut regretter que les ouvrages et articles des grands spécialistes américains de la politique thaïlandaise depuis la Seconde guerre mondiale (Thompson et Adloff, Wilson, Neher, Riggs, Nuechterlein, Darling, Morell et quelques autres) ne soient jamais mentionnés. Même les travaux de langue anglaise portant spécifiquement sur l’armée ne semblent pas connus, par exemple, ceux cités par Benedict R. O’G. Anderson dans son inventaire des études sur la politique en Thaïlande3. Il est bien dommage également que, dans une étude sur l’armée thaïe, les périodiques publiés par l’armée elle-même, comme Senasuksa, ne soient jamais mentionnés. La seule fois où référence est faite à un « journal interne » des « Soldats Démocratiques » (p. 185), c’est typiquement une mention mal interprétée trouvée dans un ouvrage de Pasuk Phongpaichit et Chris Baker – il s’agit en réalité de l’hebdomadaire politique Sayam Mai, qui n’avait rien d’une publication interne puisque, dans les années 1980, on pouvait l’acheter chez le marchand de journaux du coin.

7Le recul historique est insuffisant. Bien entendu, ce n’est pas ici un livre d’histoire, mais quelques recherches sur la genèse de l’armée en Thaïlande auraient montré, par exemple, que la séparation des fonctions entre ministère de la Défense (krasuang kalahom) et ministère de l’Intérieur (krasuang mahatthai) fut longtemps différente de celle que l’on connaît aujourd’hui, chacun contrôlant en fait une portion du territoire national. En revanche, pour la rivalité entre policiers et militaires, il est inutile de remonter aux années 1950. En effet, dans les années 1980, le Commandement militaire pour la capitale, mis en place par le général Arthit Kamlang-ek – qui ne cachait alors guère son ambition de devenir Premier ministre à la suite du général Prem Tinsulanonda –, remplissait des fonctions de police pour Bangkok au même titre que les policiers du ministère de l’Intérieur.

  • 4 Par exemple, la mère du général Suchinda Kraprayoon est chinoise, comme les deux parents du major-g (...)

8La vision des auteurs est dans l’ensemble trop dichotomique et, finalement, très partiale. Jusqu’en 1973, les coups d’État et les changements de gouvernement ne s’étaient pas accompagnés d’actes de violence. Et en octobre 1973 et octobre 1976, la police et les mouvements civils d’extrême droite (certes, suscités et encadrés par certains militaires) ont eu plus de responsabilités que les soldats dans les massacres d’étudiants. Issus traditionnellement des provinces, et même des campagnes, ayant presque toujours fait une grande partie de leur carrière dans des régiments stationnés dans les provinces frontalières, les plus négligées par Bangkok, les officiers supérieurs étaient souvent populaires. Aux époques les plus nationalistes, l’armée, cultivant même une forme de populisme, se voulait le défenseur des plus défavorisés – généralement d’ethnie thaïe (ou lao-isan) – face à des politiciens et à des hommes d’affaires issus de l’immigration chinoise. Cette image est bien entendu moins crédible aujourd’hui, les généraux ayant souvent des Chinois dans leur famille proche4.

9Bien que cet ouvrage ne soit pas un travail de sociologue, le lecteur souhaiterait en savoir davantage sur l’origine sociale, géographique, religieuse et ethnique des officiers supérieurs. Il n’est pas tout à fait exact d’écrire que les enfants de Chinois sont bien accueillis dans l’armée. Le général Chavalit n’a jamais confirmé les rumeurs, au demeurant peu argumentées, sur sa possible origine chinoise. Le cas du général Chamlong Srimuang est révélateur : ce n’est qu’après avoir pris sa retraite, alors qu’il briguait les suffrages des Bangkokiens pour l’élection du gouverneur en 1985 qu’il révéla son ascendance chinoise. Il aurait été également intéressant de mentionner l’importante présence physique de l’armée à Bangkok – notamment dans les districts de Dusit, Bang Saen, Don Muang – et les conséquences de cette présence lors des coups d’État et des élections.

  • 5 Singapour est une exception puisque, dans ce pays, les Chinois sont très largement majoritaires.

10Les jugements des auteurs sur la personnalité et l’œuvre de Premiers ministres issus de l’armée, comme Plaek Phibunsongkhram ou Chavalit Yongchaiyudt, sont bien sévères. Le maréchal Phibun – qui eut, bien sûr, le tort d’être, dans les années 1938-1944, un admirateur des régimes fascistes d’Europe – a tenté de modifier en profondeur la société thaïlandaise et de promouvoir le statut de la femme, et c’est tout de même en grande partie grâce à sa politique d’intégration volontariste (pour ne pas dire plus) des minorités ethniques que la situation des Chinois, par exemple, est bien meilleure en Thaïlande que dans les autres pays de la région5.

11Les erreurs factuelles et les incohérences ne sont pas absentes. C’est en 1957 et non en 1958 (p. 17) que Phibun perdit le pouvoir. L’expression Ratthamontri chuai semble traduite parfois par « ministre adjoint » (p. 55) et ailleurs par « vice-ministre » (p. 93). Les auteurs semblent oublier que l’armée thaïlandaise est intervenue à plusieurs reprises hors des frontières : en Corée, au Viêtnam et au Laos (p. 71). Les données chiffrées de la page 77 concernant la composition de la population ne correspondent pas au tableau de la page xi : les Chinois sont-ils 10,5 % ou 14 % ? les Malais 3 % ou 6 % ? Même si les guérillas communistes ont pu bénéficier du ressentiment d’ethnies minoritaires comme les Lao, les Hmong, voire les Malais, il faut signaler que les dernières provinces de guérilla furent Surat Thani et Nakhon Si Thammarat, dans le moyen sud, une zone où les minorités ethniques ou religieuses ne sont pas spécialement importantes (p. 107). Quant au mouvement d’extrême droite Nawaphon, s’il avait plus d’un million de membres, il est bien évident qu’il ne pouvait pas compter que des officiers supérieurs et des hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur (p. 109). Enfin, il y a confusion entre scouts et « scouts de village » (luk sua chao ban), véritable mouvement de masse visant à encadrer les populations (p. 110).

12La relecture a été bien mal faite : ponctuation, absence de virgule, accords fautifs, changements de temps incongrus, coquilles (par exemple, bath au lieu de baht). Un passage sur l’importance des uniformes dans la société thaïlandaise apparaît deux fois sous une forme très proche (p. 225 et 228). Le nom de Chatichai apparaît d’abord sous la forme Chatchai (p. 53). Pathet Lao est toujours donné sous la forme thaïe inhabituelle de Prathet Lao (p. 35 et sq.). Cette liste n’est pas limitative et, en cas de réédition, il faudrait bien entendu effectuer une relecture plus attentive.

13Une analyse comparée des armées indonésienne et thaïlandaise aurait sans doute dû réunir un chercheur spécialiste de l’Indonésie et un autre, spécialiste de la Thaïlande. Or, nous avons affaire ici à deux « généralistes » – ce qui est loin d’être péjoratif – résidant en Thaïlande, mais couvrant comme journalistes l’ensemble de la région. Ceci n’augure pas très favorablement de cette collection « Analyses en regard », mais il faudra attendre les prochains volumes pour se faire véritablement une opinion.

14En effet, en ce qui concerne la partie consacrée à l’armée thaïlandaise, le lecteur attentif ne pourra cacher une certaine déception. Il semble s’agir d’un travail achevé un peu trop hâtivement, sans doute en raison des échéances de publication. Certes, l’exercice était difficile et le résultat est loin d’être mauvais, même si la règle du jeu de la recension implique que l’on signale surtout les faiblesses et les imperfections. À l’évidence, il s’agit d’un ouvrage qui devra être consulté pour un travail plus approfondi sur le sujet, un travail qui pourrait faire l’objet d’une thèse de doctorat. [JB]

  • 6 Voir, en particulier, « ABRI and civil society in the post-Soeharto era », in The Last Days of Soeh (...)

152. C’est une innovation intéressante et plutôt réussie que cette étude comparative entre les armées indonésienne et thaïlandaise. Bien écrite, la synthèse est concise et les aspects essentiels sont traités, de l’histoire de la formation de ces armées à l’actualité la plus fraîche, les crises de 1991 et 1998. L’idée même de faire ce livre représentait un véritable défi. Il permet de mettre en valeur les spécificités de deux pays, pourtant éloignés dans leur trajectoire historique, possédant tous deux des armées ayant joué et jouant encore aujourd’hui un rôle clé sur la scène politique. Le livre, jamais ennuyeux, se lit facilement. La transition d’un pays à l’autre ne se fait ni trop vite ni trop lentement. Le principal défaut du livre tient à son aspect physique : il est difficile à ouvrir, le papier est trop épais, relié de telle manière qu’on peut difficilement le garder ouvert. Et la couverture manque de sobriété. Sur le fond, on regrettera l’absence de certaines références concernant l’Indonésie, notamment les nombreux articles sur l’armée parus dans la revue Indonesia (Cornell University) et les travaux récents de Marcus Mietzner6.

16Armée du peuple, armée du roi comble un vide certain et a le mérite de rendre accessibles aux non-spécialistes les questions d’actualité de cette région, dont on exploite encore mal toutes les recherches accumulées, qu’elles soient indonésiennes, anglo-saxonnes, ou françaises. Ce travail est donc original et fort utile. Les auteurs annoncent rapidement la principale difficulté de leur analyse, qui tient au fait que l’armée thaïlandaise et l’armée indonésienne diffèrent sur de nombreux points : « L’une est versatile » (elle renverse le roi puis se déclare monarchiste), « l’autre est constante » (elle protège l’intégrité du territoire multiethnique) ; l’une est issue de la lutte pour l’indépendance, l’autre « abolit la monarchie absolue mais doit s’excuser pour avoir offensé la Couronne ». Pour les deux, cependant, « les outils conceptuels de légitimation habillent les motivations réelles, masquant la frontière entre mission nationale et intérêt corporatiste ». Ainsi, l’un des principaux défis que se donnent les auteurs consiste à relever la distinction entre ces deux missions, une tentative plutôt réussie.

17Le chapitre I traite de l’émergence des deux armées, une histoire qui met en lumière des différences essentielles. Il est agrémenté de quatre encadrés sur des figures militaires notables : le général Sudirman, « patriote en uniforme » ; Phibunsongkhram, « premier dictateur militaire » ; Abdul Haris Nasution, « le théoricien du rôle politique de l’armée », et enfin Sarit Thanarat, « l’homme fort » mais respecté. Ce chapitre est bien fait, quoiqu’il y manque, pour l’Indonésie, l’indispensable dimension religieuse. Il y avait en effet plus à dire, d’une part, sur les milices fondées par les organisations musulmanes, Hizbullah et Sabilillah, qui ne sont pas nommées, et, d’autre part, sur les débats de 1959 portant sur la forme de l’État islamique ou séculier, un épisode qui donna l’occasion à l’armée indonésienne d’investir davantage la sphère politique.

18Sous le titre « Quelles défenses nationales pour quelles menaces extérieures ? », le chapitre II traite principalement de la Thaïlande qui, du fait même de sa position géographique, entre la Birmanie, le Cambodge, le Laos et la Malaysia, est « plus qu’attentive à ses frontières ». Pour l’Indonésie, « en manque de voisins belliqueux », l’importance de la Chine dans la perception de la menace extérieure est retracée, qui prend racine dans son influence sur le Parti communiste (PKI) dans les années 1960. Parmi les « menaces non-étatiques », les auteurs nomment et analysent la crise économique qui a affaibli les armées régionales, notamment celle de l’Indonésie, dont le retard s’en trouve dès lors encore accentué par rapport à la Thaïlande. Dans la partie intitulée « Nouvelles menaces », deux pages sont consacrées à la piraterie, qui prend des proportions inquiétantes du fait de « la collusion avec les mafias internationales et la complicité d’autorités locales corrompues », permettant aux pirates d’échapper aux radars et de s’équiper de vedettes rapides. Les auteurs remarquent qu‘aucun pays d’Asie du sud-est n’a signé la Convention de Rome de 1998, qui autorise un État à poursuivre les pirates sur le territoire maritime de l’un de ses voisins. La carence principale de cette thématique des « nouvelles menaces » apparaît lorsque les auteurs n’abordent pas la question de la coopération régionale entre mouvements de l’islam radical et activiste.

19Dans le sous-chapitre « La coopération régionale en matière de défense », la question de l’avenir de l’ASEAN est abordée et, surtout, celle de la « non-ingérence » dans les affaires intérieures des autres pays membres, un principe abandonné provisoirement par la Thaïlande en mai 2000, lorsqu’elle prit le commandement des forces placées sous la responsabilité directe de l’ONU au Timor Oriental. L’absence de menace extérieure pour l’Indonésie (mise à part la question des Spratleys et celle d’une lointaine Chine) a certainement renforcé la perception d’une mission de sécurité interne des forces armées.

  • 7 Aceh, The Untold Story, Bangkok, Forum Asia, Support Committee for Human Rights in Aceh, 2000, 157  (...)

20Le chapitre III, « La mission de sécurité intérieure, une clé d’ingérence dans les affaires civiles », traite de nombreuses questions – pour l’Indonésie, la lutte contre les guérillas séparatistes au Timor Oriental et en Nouvelle-Guinée occidentale. La Free Papua Organization (OPM) est décrite comme « à la fois plus limitée, plus profonde et plus diffuse » et la rébellion comme « multiforme, millénariste et acéphale ». Les questions de Timor et de Papouasie sont particulièrement bien analysées, mieux que celles des séparatismes en terre musulmane, avec les cas du PULO en Thaïlande et du GAM à Aceh (Sumatra septentrional). On regrette néanmoins que les sources sur Aceh ne soient pas plus nombreuses, les auteurs se contentant de citer les travaux de Richard Barber et M.N. Djuli7. La description de la période historique est problématique : peut-on parler de « l’intégration forcée d’Aceh au nouvel ensemble indonésien » après l’indépendance, alors que des dirigeants d’Aceh participèrent pleinement aux débats dès 1945 ? Par ailleurs, le mouvement de Daud Beureuh n’est pas séparatiste, même s’il est dirigé contre le centre à Jakarta. Si les auteurs notent avec pertinence que l’année 1989 semble être une année clé dans le combat du GAM, on discerne difficilement les raisons de ce tournant. Certes, le GAM bénéficia d’un entraînement militaire en Libye en 1987, mais peut-être aurait-il fallu ajouter que 1987 fut aussi un tournant important sur la scène politique régionale, celui des élections de 1987, qui virent la victoire du parti gouvernemental GOLKAR dans la province, grâce aux promesses multiples de Sudharmono – promesses qui ne furent pas tenues par Ibrahim Hassan, le gouverneur achihais nommé par Jakarta.

21À noter également un changement à la direction de l’armée indonésienne en 1988, qui semble avoir eu des conséquences sur la politique répressive des années 1990. Aux différences « de la méthode et de ses résultats » dans le traitement des séparatismes, l’ouvrage donne plusieurs raisons : les méthodes assez brutales auxquelles l’armée, notamment ses jeunes recrues (les Pemuda), fut formée, tout comme l’armée birmane, pendant la période d’occupation japonaise ; sa division entre une armée officielle policée et un réseau militaire clandestin qui dirige effectivement les opérations sur le terrain et fomente enlèvements, assassinats et autres exactions ; le racisme ou la xénophobie des Javanais ; et la faible solde des militaires, qui les pousse à rechercher des opportunités financières. L’analyse semble bonne, mais ce « racisme » et cette « xénophobie » sont-ils le propre des seuls « Javanais » ? Ne sont-ils pas davantage le fait d’une élite dirigeante, qu’elle soit de Java, de Sunda, de Makassar, de Padang, ou d’ailleurs ? Ou encore celui des Melayu et Javanais face aux peuples mélanésiens ou papous ?

  • 8 The Indonesian Killings : Studies from Java and Bali, 1965-1966, Clayton, Vic., Monash University, (...)

22Ensuite, toute une partie du livre est consacrée à la « menace communiste » et appuyée par un excellent effort de comparaison entre les deux pays. Si la partie sur la Thaïlande est particulièrement fouillée, celle sur l’Indonésie manque de références clés (par exemple, les travaux de Robert Cribb)8. Le chapitre se termine sur la définition des fonctions de la police et de l’armée et sur la rivalité entre elles, un sujet essentiel pour l’Indonésie post-suhartienne.

23Le rôle économique de l’armée est analysé dans le chapitre IV. Là encore, on constate des différences d’ordre économique dans le fonctionnement des deux armées. Le cas de la Thaïlande semble plus transparent et, d’une certaine façon, moins inquiétant : « Par leur implication passive dans l’économie, les militaires thaïlandais, qui ont cherché et cherchent encore aujourd’hui à s’enrichir personnellement, ont finalement peu perturbé la bonne marche du Royaume. Leurs homologues indonésiens ont, par contre, choisi de gérer directement des entreprises cruciales, entravant de ce fait les mécanismes du marché, ce qui n’a pas été sans conséquence sur le développement du pays ».

24En Indonésie, l’affairisme des militaires est une « perversion tardive, consécutive à la nécessité pour l’armée de subvenir à ses propres besoins ». La « maturité des hommes d’affaires en uniforme » est évaluée, dans leurs activités légales et illégales, puis les effets de cette implication sur l’économie, ainsi que les perspectives pour l’avenir. La partie de ce chapitre sur l’Indonésie est bien documentée, agrémentée d’interviews importantes de généraux réformateurs. Aucune note d’optimisme ne ressort de ce chapitre, puisque le très respecté Juwono Sudarsono, ancien ministre de la Défense, avertit que la démocratie ne peut fonctionner si le soldat de base ne gagne pas le minimum pour se comporter décemment et qu’il faudrait une augmentation de 60 % du budget de la Défense pour y parvenir.

25Dans le chapitre V, « La politique : une matière trop sérieuse pour être laissée aux civils », les auteurs analysent les événements plus récents : les décennies 1960-170 (l’armée cadenasse la société), les années 1980 (l’érosion du pouvoir militaire ?), les crises thaïlandaise (1991-1992) et indonésienne (1998, avec une description de la chute de Suharto). Une thèse de Douglas Kammen et Siddarth Chandra (apparemment extraite d’une interview en juillet 2001) est ici mentionnée, selon laquelle l’armée aurait permis la chute de Suharto tout en essayant de maintenir le statu quo politique, du fait seulement d’une compétition entre diverses promotions de l’Académie militaire – la promotion de 1970 aurait ainsi essayé de se maintenir au pouvoir par peur de perte des bénéfices à un moment où peu d’emplois civils étaient disponibles.

26Dubus et Revise tentent ensuite d’évaluer les perspectives d’avenir « vers des armées dépolitisées ? ». Ils remarquent que l’armée indonésienne (TNI) a produit peu de grands leaders politiques et constatent l’échec de généraux comme Hartono et Try Sutrisno. Mais ne faut-il pas voir, à juste titre, dans ces généraux le choix du Président Suharto qui, après s’être débarrassé de Benny Moerdani, « son égal » du fait de son âge et de son expérience, a toujours choisi pour le seconder de jeunes généraux de faible envergure ne pouvant de fait le concurrencer ? La thèse de doctorat de Marcus Mietzner pourrait apporter une réponse à cette intéressante question.

27« État d’esprit militaire et culture civile » : l’intitulé du chapitre VI est en quelque sorte une conclusion sur le rôle à venir des forces armées des deux pays. Les auteurs y voient deux différences essentielles : la présence d’une société civile (somme des groupes sociaux extérieurs à l’État) émergente en Thaïlande, qui n’existerait pas encore en Indonésie ; et une armée d’élite en Thaïlande, qui a toujours beaucoup recruté dans l’aristocratie, au contraire de l’Indonésie, où l’armée recrute depuis les années 1940 dans les milieux relativement modestes. Les deux armées sont pourtant unies par un même sentiment de supériorité, résultant de la conscience d’être investies d’une mission de défense de l’intégrité nationale et, pour l’armée indonésienne, d’être porteuse d’une légitimité historique. Toutes deux sont, d’après les auteurs, « dans une tour d’ivoire ». La perception qu’ont les civils de leur armée diffère également : l’armée indonésienne a été discréditée après la chute de Suharto, tandis que l’armée thaïe demeure un lieu de promotion sociale et une institution prestigieuse. La question de l’absence de société civile en Indonésie mériterait un débat, tout comme celle du discrédit continu de son armée, qui semble pourtant avoir retrouvé un certain crédit en 2001, comme le notent d’ailleurs les auteurs.

28En conclusion, la question fondamentale est posée : la démocratisation d’un régime politique assure-t-elle une subordination irréversible des militaires aux civils ? La Thaïlande semble s’inscrire dans le schéma d’un retrait de l’armée des sphères politique et économique du fait de la présence de divers facteurs : une conjoncture économique favorable, le développement d’une classe moyenne importante et structurée, la libéralisation de l’économie, la démocratisation du système, la séparation des pouvoirs et le renforcement de l’État de droit. Cependant, le cas des Philippines (en janvier 2001) tend à prouver que ce schéma ne va pas de soi. « L’armée a permis de se débarrasser d’un président populaire, populiste et corrompu (J. Estrada), que l’élite philippine n’avait jamais véritablement accepté », notent les auteurs. D’une certaine façon, la chute d’Abdurrahman Wahid, en juillet 2001, a également été soutenue par l’armée, mais de manière plus subtile.

29Que faut-il alors espérer de l’armée indonésienne ? Les auteurs semblent tendre à se rallier aux conclusions de Kammen et Chandra, qui voient le positionnement des militaires par rapport aux civils en Indonésie en termes d’intérêts et d’opportunités, le clivage entre les officiers supérieurs n’étant pas idéologique (entre partisans de réformes et partisans de l’autoritarisme), mais économique (positions et rétributions). Cette théorie est, certes, attrayante, mais la réalité pourrait être bien plus complexe, même si le facteur économique doit être pris en compte.

30L’ouvrage de Dubus et Revise soulève donc des questions essentielles. Il pose les termes fondamentaux du débat et donne des débuts de réponse intéressants, mais qui restent à débattre. La partie sur la Thaïlande semble plus approfondie que celle sur l’Indonésie, où l’on trouve quelques petites erreurs historiques : l’idée des groupes fonctionnels ne repose pas sur la Constitution de 1945, mais sur la « conception » de Soekarno de 1957 ; la rébellion du PRRI-Permesta date de 1957, et non de 1955 ; la soumission d’Aceh aux Pays-Bas se fit au début du xxe siècle, et non à la fin du xixe. De plus, la langue indonésienne a joué quelques tours aux auteurs : la philosophie de l’armée indonésienne (Abri alaskan ?, empruntée à Lowry) est incompréhensible en indonésien telle qu’elle est écrite ; le P de PETA signifie Pembela (défenseurs) et non Pembenah.

  • 9 On nous annonce que les publications de l’IRASEC seront désormais en co-édition avec Les Indes sava (...)

31Ce livre soulève aussi la question de la collaboration idéale entre chercheurs et journalistes. Les chercheurs travaillent, certes, plus en profondeur, avec des références multiples, mais plus lentement, tandis que les journalistes sont plus rapides. Cet ouvrage est néanmoins un bon début pour la collection « Analyses en regard », qui devrait rehausser l’image de L’Harmattan, dont la qualité des publications sur l’Asie du sud-est dans les trois dernières années a été pour le moins inégale9. [AF]

323. L’armée est à la mode, comme en témoigne le dernier numéro de la Revue française de Sociologie, qui lui est consacré. Ceci advient après une longue période de désintérêt, pendant laquelle les études sur l’armée étaient souvent menées par d’anciens militaires préoccupés de tactique et de stratégie ou de raconter des histoires purement événementielles. Les thèmes sont différents aujourd’hui, centrés sur les pratiques sociales des militaires, sur leur acculturation, notamment en situation coloniale, sur leurs réactions face à la « brutalisation » subie dans les conflits du xxe siècle, ou sur leurs relations avec la société civile. Ils sont différents également dans le sens où ces phénomènes sont étudiés sur la moyenne ou la longue durée, et non pour tel ou tel conflit déterminé. Dans le cas de cet ouvrage, il s’agit en particulier du rôle politique des militaires en Thaïlande et en Indonésie.

  • 10 Londres, Verso, 1983 ; traduction française : L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’ (...)

33Ce livre s’inscrit également dans une problématique propre à l’Asie du sud-est et mise en route par l’ouvrage pionnier de Benedict Anderson, Imagined Communities10, qui s’interrogeait sur le mode de construction des nations, dans cette partie du monde notamment. L’Indochine française et les Indes néerlandaises, par exemple, seront comparées pour s’interroger sur le fait que celle-ci tend (ou tendait ?) à devenir un État-nation, au contraire de celle-là. L’exercice est parfois un peu artificiel et, dans le cas du présent ouvrage, Andrée Feillard, dont la recension est pourtant positive, signale que les deux pays sont « éloignés dans leur trajectoire historique » et que les deux armées « diffèrent sur de nombreux points ». Spécialistes de Sciences politiques, Debus et Revise adoptent une démarche régressive (ils partent du présent, se contentant de quelques incursions dans le passé), d’où ce relatif manque de recul historique que regrette Jean Baffie.

34Cet intérêt pour les armées a induit, à la suite de la conférence de l’EUROSEAS à Londres, une initiative au sein de l’IRSEA pour rassembler des contributions sur ce thème. Les réponses à l’appel à contributions furent nombreuses et de qualité, au point que deux ouvrages collectifs furent mis en chantier. Le premier, Armées et sociétés en Asie du Sud-Est, xixe-xxe siècles, sous la direction de Marie-ève Blanc (Université de Montréal), Gilles de Gantès (IRSEA) et Tobias Rettig (SOAS), est prêt et paraîtra aux Indes savantes (Paris) dans la première moitié de l’année 2004. Il comprend, outre les contributions des directeurs d’ouvrage, des contributions de Volker Grabowsky, Pheuipanh Ngoasyvathn, Grégory Mikaëlian, George Dutton, Haude Le Guen, Roger Kershaw, Cees Van Dijk, Xavier Huetz de Lemps, Guy Lubeigt, Pierre Le Roux, Joyce Lebra, Jean Baffie, Jean Deuve, Jun Honna, Geoffrey Gunn, Tim Huxley, Henk Smeets, Carlyle A. Thayer, Rosanne Rutten, Jean-Louis Margolin. Un second volume, au thème plus étroit, intitulé Le fait militaire au Viêt-Nam pendant la période coloniale (titre provisoire), sera publié peu après. [GDG]

Haut de page

Notes

1 En novembre 2001, l’IRASEC publia Thaïlande contemporaine (sous la direction de Stéphane Dovert), une première monographie nationale constituée de douze contributions de chercheurs et universitaires thaïlandais et européens (Bangkok, IRASEC, et Paris, L’Harmattan, coll. « Monographies nationales », 438 p.). Voir recensions dans Moussons : Thaïlande contemporaine dans Moussons 5, p.. 131-132 ; et Les Musulmans de Thaïlande, de Michel Gilquin, 2002, dans Moussons 6, p.. 162-166. L’IRASEC a aussi publié, en coédition, d’autres travaux, comme Timor Lorosa’é. Pays au carrefour de l’Asie et du Pacifique. Un atlas géo-historique, de Frédéric Durand, 2002 (voir recension dans ce numéro de Moussons).

2 Signalons la parution, en juillet 2002, d’un petit ouvrage collectif (en fait, une collection des textes d’une conférence) dont le sous-titre anglais est Roles of the military in Southeast Asia after the end of the Cold War (Surayut Chulanon et al., 2545 [2002], Botbat khong kongthap nai echia tawan ok chiang tai lang kansinsut khong songkhram yen, Bangkok, Sirindhorn Anthropology Centre, Area Studies Project, 87 p.).

3 Voir Benedict R. O’G. Anderson, « Studies of the Thai State : The State of Thai Studies » in The Study of Thailand : Analyses of knowledge, approaches, and prospects in anthropology, art history, economics, history, and political science, Eliezer B. Ayal (éd.), Athens, Ohio University, Center for International Studies, 1978, p.. 193-247.

4 Par exemple, la mère du général Suchinda Kraprayoon est chinoise, comme les deux parents du major-général Chamlong Srimuang, l’épouse du général Chavalit Yongchaiyudt, ou la bru du général Chetta Tanajaro. Et l’épouse du général Chavalit, khunying Pankrua, aurait du sang hainanais… et hollandais.

5 Singapour est une exception puisque, dans ce pays, les Chinois sont très largement majoritaires.

6 Voir, en particulier, « ABRI and civil society in the post-Soeharto era », in The Last Days of Soeharto, Edward Aspinall et al. (éds.), Clayton, Vic., Monash Asia Institute, 1999, p.. 147-149 ; and « From Soeharto to Habibie : The Indonesian armed forces and political Islam during the transition », in Post-Soeharto Indonesia : Renewal or Chaos ?, G. Forrester (éd.), Leyde, KITLV, & Singapour, ISEAS, 1999, p.. 65-104. La thèse de doctorat de Mieztner sera bientôt soutenue à l’Australian National University, à Canberra, sous la direction de Harold Crouch.

7 Aceh, The Untold Story, Bangkok, Forum Asia, Support Committee for Human Rights in Aceh, 2000, 157 p.

8 The Indonesian Killings : Studies from Java and Bali, 1965-1966, Clayton, Vic., Monash University, Centre of South-East Asian Studies, Monash Papers on South-East Asia, No. 21, 1990, 279 p.

9 On nous annonce que les publications de l’IRASEC seront désormais en co-édition avec Les Indes savantes (Paris), et non plus avec L’Harmattan (NDLR).

10 Londres, Verso, 1983 ; traduction française : L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, Andrée Feillard et Gilles de Gantès, « Armées d’Asie du Sud-Est : un livre, deux pays, trois commentaires (et un ouvrage collectif à paraître) », Moussons, 7 | 2004, 115-124.

Référence électronique

Jean Baffie, Andrée Feillard et Gilles de Gantès, « Armées d’Asie du Sud-Est : un livre, deux pays, trois commentaires (et un ouvrage collectif à paraître) », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/2499 ; DOI : 10.4000/moussons.2499

Haut de page

Auteurs

Jean Baffie

Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique, Marseille.

Articles du même auteur

Andrée Feillard

École française d’Extrême-Orient, Jakarta.

Gilles de Gantès

Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page