Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

A Short History of Laos, the Land in Between, Grant Evans

Chiangmai : Silkworm Books, 2002, 251 p.
Amphay Doré
p. 130-132
Référence(s) :

Grant Evans, A Short History of Laos, the Land in Between, Chiangmai : Silkworm Books, 2002, 251 p.

Texte intégral

1L’ouvrage comprend une préface, des remerciements, une note sur le système de transcription et sur la définition des termes « Lao » et « Laos », un petit glossaire et une liste d’abréviations. Le texte se répartit en six chapitres : 1. « Before Laos » ; 2. « Le Laos français » ; 3. « The Royal Lao Government (RLG) » ; 4. « War and the destruction of the RLG » ; 5. « The Lao People’s Democratic Republic » ; et 6. « Laos in the modern world ».

2Dans sa préface, l’auteur rappelle que le Laos est situé au croisement de routes d’Asie du sud-est continentale et a servi, au cours de son histoire, à la fois de « pont » et de « tampon » à ses voisins, la Chine, le Vietnam, le Cambodge et la Birmanie. Le livre porte principalement sur l’histoire du Laos depuis son indépendance, obtenue de la France dans les années 1950, et sur ses difficultés à créer une société moderne en raison de son implication dans la Guerre du Vietnam, puis de l’instauration du régime communiste en 1975. Bien présenté, il est rédigé dans un style clair, offrant des informations nombreuses et précises, notamment d’origine vietnamienne et laotienne, tant écrites qu’orales, certaines publiées pour la première fois. De nombreuses photos, certaines inédites également, ajoutent à son intérêt.

3Disons-le clairement, les matériaux produits et les analyses qui en sont faites conduisent à une condamnation sans appel de l’actuel régime de démocratie populaire. Selon Evans, les choses n’ayant guère évolué en quarante ans, l’on serait resté de nos jours à une situation proche de celle du début des années 1960 (p. 224). Les raisons essentielles en seraient le rendez-vous manqué de la réconciliation nationale en 1973, le basculement du pays dans le camp socialiste en 1975, la fuite de l’intelligentsia (p. 178), l’incarcération des anciens cadres du Gouvernement royal dans les « camps de rééducation » (p. 180-183), enfin l’incapacité du nouvel État à créer des bases fiables de développement, à trouver une assise populaire et à s’assurer d’une légitimité indiscutée (p. 218-219).

4Les potentialités d’un avenir meilleur n’en existeraient pas moins. Les réformes entreprises dans la deuxième moitié des années 1980, conduisant à l’ouverture économique, à la gestion décentralisée des entreprises d’État (cf. « nouveau mécanisme économique », p. 197-199) et au redéploiement du bouddhisme et des traditions (p. 202-203), ainsi que l’entrée du Laos dans l’ASEAN en 1997 et le projet régional de développement des réseaux de communication (routes et chemin de fer) reliant la Chine du Sud à Singapour via le Laos, devraient transformer peu à peu l’environnement économique et social du pays et donner à ses habitants une nouvelle vision d’eux-mêmes et de leurs voisins (p. 226). Néanmoins, les principaux obstacles restent, selon Evans, le dogmatisme idéologique des autorités lao, les privilèges et la corruption des cadres et l’absence d’une classe moyenne sans laquelle il ne saurait y avoir de démocratie (p. 223). De plus, ce processus, pour être achevé, devra prendre en compte deux données incontournables, la réintégration de la diaspora laotienne, notamment celle des Hmong américains, et la réconciliation nationale, manquée en 1973 (p. 231-236).

5Afin d’apprécier dans leur globalité les problèmes historiques et de développement posés par l’ouvrage, il semble nécessaire de les considérer dans le temps long, notamment en prêtant attention à la période couverte par le premier chapitre, « Before Laos ». Ces considérations portent d’abord sur les réseaux traditionnels, puis sur les bases économiques de l’État lao, le système de gouvernement, l’identité ethnique, notamment celle des Lao, et enfin les erreurs d’interprétation.

  • 1 D.G.E. Hall, A History of South-East Asia, 4th ed., Mac-millan International College Editions, Lond (...)
  • 2 A. Doré, Aux sources de la civilisation lao. Contribution ethno-historique à la connaissance de la (...)

6Les réseaux économiques traditionnels du Lane-Xang (ancien nom du Laos) consistaient en la combinaison de deux types : l’un, fluvial, amenait les produits de la forêt dans des centres urbains de la vallée du Mékhong ; l’autre, routier, acheminait les produits manufacturés des pays côtiers voisins vers ces mêmes centres, où ils étaient troqués pour des produits forestiers. Ce deuxième type avait pour principaux pôles, d’une part, la portion de la route de la Soie située entre Kunming et Dali (province chinoise du Yunnan), au Nord et, d’autre part, les ports de Martaban-Molmein (Birmanie centrale) puis celui de Bangkok, au sud (Hall 1981 : 640, 660)1. Il est notable que les axes routiers, entre leur pôle de départ respectif et la vallée du Mékhong, ne se recoupaient pas (Doré 1987 : 88-105)2, une configuration importante qui peut expliquer les mouvances politiques, observables déjà au tout début de notre ère, qui ont jeté alternativement la vallée moyenne du Mékhong sous la dépendance d’un État septentrional ou sous celle d’un État méridional.

7Contrairement à ce que semble penser Evans (p. 21), ceci suggère que le royaume d’Ayudhya (Siam) n’avait pas au xvie siècle un monopole commercial sur le Lane-Xang (et, en raison de la structure des réseaux ci-dessus mentionnés, ne l’eut probablement jamais). En effet, à cette époque, le Yunnan faisait partie intégrante de l’Empire Ming, auquel le Lane-Xang faisait allégeance depuis la première moitié du xve siècle, et les Ming devaient donc contrôler l’ensemble des réseaux routiers septentrionaux.

8L’économie de l’État lao reposait, comme ailleurs, sur les impôts, les corvées et, contrairement à ce qu’affirme l’auteur (p. 13), sur le commerce de certains produits de la forêt dont le roi possédait le monopole. Mais la spécificité du mode de production lao portait sur le contrôle par l’État du trafic caravanier venant du Yunnan, de la Birmanie et du Siam. Dans la terminologie de Denys Lombard, elle permet de classer le Lane-Xang dans la catégorie des « sociétés de réseaux » – contrairement à Angkor, une « société d’espace » typique, où l’usage de la monnaie était même inconnu. De façon caractéristique, une société de réseaux a plusieurs centres, reliés entre eux par un tissu de ramifications, et sa capitale n’est que la reproduction, en plus important, des autres centres. Une société d’espace se distingue par un centre unique, qui marque de son empreinte son environnement immédiat et dont dépend l’ensemble de sa périphérie. Pour des raisons intrinsèques, une société de réseaux pourra renaître à partir de l’un de ses centres secondaires et résistera aux catastrophes historiques, tandis que la résurgence d’une société d’espace dont le centre a été anéanti est problématique. Cette distinction devrait aider à comprendre la nature du système politique qui a prévalu au Lane-Xang.

9Le plus ancien système de gouvernement lao, avant l’unification du Lane-Xang par Fa Ngum au xive siècle, semble être de type féodal, probablement hérité des Chinois lorsque les ancêtres des Lao vivaient encore en Chine du Sud. Il consistait à gouverner à travers un réseau de princes, en général les fils, gendres et frères du roi, qui recevaient un fief autonome, mais vassal. L’ensemble de ces fiefs formait donc idéalement une fédération unie par des liens de sang. Lorsqu’un prince avait plusieurs fils, ils étaient incités à conquérir de nouveaux territoires pour créer d’autres principautés. La légende fondatrice de Khun Borom et de ses sept fils illustre bien ce processus. Les chefs conquérants, « des hommes valeureux possédant une exceptionnelle force d’âme » (Evans, p. 3), doivent être replacés dans ce contexte.

10À la fondation du premier empire chinois (iiie siècle av. J.-C.), ce système fut remplacé par une administration en préfectures relevant directement du pouvoir central, mais il survécut à la périphérie du monde chinois, sous les noms de ming, mong, moeng ou muang, notamment en Chine du Sud et dans la Péninsule indochinoise, où existaient des conditions géographiques et humaines nécessaires à sa reproduction : une situation enclavée due au relief et le voisinage de peuples allogènes, sans doute moins bien organisés, moins rompus aux arts militaires et, par conséquent, potentiellement aliénables. Remarquons, par ailleurs, qu’un tel système politique était particulièrement apte à assurer le contrôle de réseaux économiques.

11Pour Evans, le système politique lao est un « mandala state system » défini sur un modèle angkorien du ixe siècle (p. 6-7). Au vu de la distinction établie entre « société de réseaux » et « société d’espace », ce modèle ne semble pas pouvoir s’appliquer au Lane-Xang. Les attributs que l’auteur rattache à ce système relèvent en fait d’une organisation de type féodal, à l’échelle nationale ou transnationale, notamment, l’importance des liens personnels de fidélité (p. 9), des relations directes entre les seigneurs et les paysans (p. 24) ou, plus précisément, une administration basée sur des relations de type patron-client (qui subsistent encore sous le régime colonial français, voir p.. 50-51) et le paiement, au xixe siècle, d’un tribut par les Etats lao à leur suzerain d’Ayudhya (p. 26). L’actuelle gestion décentralisée des provinces lao, faisant suite au « nouveau mécanisme économique » mis en place par les autorités communistes lao dans la deuxième moitié des années 1980, est un retour réaliste au système féodal d’antan qui, à défaut de permettre un réel développement du pays, reste le système d’administration le plus approprié.

12Selon Evans, la notion d’identité ethnique n’apparut qu’au xixe siècle. Auparavant, par exemple à l’époque d’Angkor, les Khmers ne devaient pas se concevoir en termes d’ethnie, pas plus que les peuples inféodés, dont la représentation d’eux-mêmes devait se réduire à celle d’habitants d’une localité ou d’une région, intégrés par le hasard de l’histoire à une structure étatique (p. 7). Le terme « Lao », que les Vietnamiens auraient été les premiers à employer (cf. « Ai Lao »), n’aurait été usité qu’à l’époque où les premiers marchands et missionnaires européens entrèrent en contact avec le royaume d’Ayudhya (p. 22). La culture cosmopolite qui s’y développait et l’élaboration culturelle et rituelle de cet État opulent seraient à l’origine de la prise de conscience des premiers marqueurs différentiels entre les Lao et les Siamois (p. 37). Cette conscience se serait ensuite accrue, avec la modernisation de Bangkok et le développement des orientations nationalistes du gouvernement (p. 37).

13Cette conception de l’identité ethnique, intimement liée au regard extérieur, à la symbolique du pouvoir, au rapport ville-campagne et au nationalisme étatique, semble réductrice. En effet, l’identité d’un groupe, si modeste soit-il, se caractérise plus par son aspect subjectif que par ses caractères objectifs. C’est à la fois un miroir et une lampe permettant à ce groupe de se reconnaître et de conduire son action. La composition de ses marqueurs, dont certains peuvent être présents dans d’autres groupes, peut varier au cours de l’histoire (cf. le processus d’identification des Lao aux « mangeurs de riz gluant », décrit par l’auteur, p. 38) sans pour autant altérer la conscience des individus le composant. Vue sous cet angle, l’identité ethnique ne serait pas un phénomène moderne mais devrait remonter aux origines mêmes de la culture. La conception de l’auteur nous semble mieux adaptée à la notion de « nationalisme » qu’à celle d’identité ethnique.

14Concernant l’usage du nom « lao », s’il est vrai que les Vietnamiens appelaient « Ai-Lao » les habitants de la vallée moyenne du Mékhong, ce terme désignait déjà au tout début de notre ère un royaume placé sur le Haut-Mékhong, à cheval sur le sud-ouest du Yunnan et les marches septentrionales de la Péninsule indochinoise. L’analyse des sources du Lan-Na et du Nord-Laos laisse penser que les Ai Lao émigrèrent ensuite vers le sud à travers la vallée du grand fleuve. C’est probablement de ce côté qu’il faut rechercher l’origine du terme « lao ». Ici encore, la connaissance des réseaux traditionnels peut aider la recherche historique.

15Enfin, signalons deux erreurs d’interprétation. D’abord, à propos du terme kha. Dans la structure sociale lao traditionnelle, la catégorie kha renvoie non pas aux « esclaves », comme l’indique l’auteur (p. 3), mais aux « vassaux ». Elle s’applique aux peuples vaincus par les Lao lors de leur conquête et pas forcément aux populations « non-bouddhistes » des montagnes (p. 21). Ainsi les Kassak, qui devaient représenter l’ancienne lignée régnante de Louang-Phrabang, devinrent des kha, de même que les peuples môn-khmers (cf. Kha Khmu, Ka Lamet, etc.) et tibéto-birmans (cf. Kha Phou Noy). Nul besoin donc, comme le pense Evans (p. 22), pour les peuples tai minoritaires de se convertir au bouddhisme pour échapper à la catégorie kha puisqu’ils descendent des conquérants. En revanche, le terme « esclave » est rendu par khoy, dont le sens original est « serviteur ». Cette catégorie sociale connut un fort développement aux xvie-xviie siècles, sous forme d’esclaves pour dettes (khoy tit nii). De nos jours, khoy désigne également ego dans une conversation polie entre personnes de statut social équivalent.

  • 3 Sous l’effet de la mondialisation, l’attitude du public thaïlandais a diamétralement changé depuis (...)

16Un second point concerne les métis. L’auteur écrit (p. 68) que les Français coloniaux entretenaient un préjugé de supériorité raciale à l’égard des Lao et que les Lao, à leur tour, cultivaient le même sentiment à l’égard des métis, jugés « impurs ». Il en donne pour exemple la liaison entre le Prince Souvanna Phouma et une métisse franco-lao, qui avait scandalisé la cour de Louang-Phrabang. En langue lao, les notions de race (sueasat) et de pureté (borisut) existent et ont un sens, mais leur association (sueasat borisut) prêterait à rire car elle n’a pas sa place dans le contexte culturel lao. Il est donc hautement improbable que la cour de Louang-Phrabang ait été scandalisée pour des raisons racistes. L’attitude traditionnelle des Lao, toutes classes confondues et contrairement à leurs voisins vietnamiens et thaïlandais, est d’ailleurs très bienveillante à l’égard des Eurasiens3. En témoignent les hautes fonctions administratives exercées par certains d’entre eux, tant dans le Gouvernement royal que dans les rangs du Pathet Lao. L’explication du scandale est donc plutôt à rechercher du côté de l’étiquette et de la façon dont l’intéressée s’est positionnée en tant que métisse.

Haut de page

Notes

1 D.G.E. Hall, A History of South-East Asia, 4th ed., Mac-millan International College Editions, London & Basinstoke, 1981.

2 A. Doré, Aux sources de la civilisation lao. Contribution ethno-historique à la connaissance de la culture louang-phrabanaise, thèse de doctorat d’État, Université Paris v-René Descartes, 1987, 984 p.

3 Sous l’effet de la mondialisation, l’attitude du public thaïlandais a diamétralement changé depuis deux décennies et les Eurasiens stars de la chanson et du cinéma sont actuellement pléthore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amphay Doré, « A Short History of Laos, the Land in Between, Grant Evans », Moussons, 7 | 2004, 130-132.

Référence électronique

Amphay Doré, « A Short History of Laos, the Land in Between, Grant Evans », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2506

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page