Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Vietnam. Domination coloniale et résistance nationale (1858-1914), Charles Fourniau

Paris : Les Indes savantes, 2002, 845 p.
Karine Delaye
p. 135-138
Référence(s) :

Charles Fourniau, Vietnam. Domination coloniale et résistance nationale (1858-1914), Paris : Les Indes savantes, 2002, 845 p.

Texte intégral

  • 1 Pour bien pénétrer l’ambiance de cette époque, voir l’ouvrage de De Quirielle, À Hanoi sous les bom (...)
  • 2 C. Fourniau, Les contacts franco-vietnamiens en Annam et au Tonkin de 1885 à 1896, thèse de doctora (...)

1Charles Fourniau est l’une des figures marquantes et engagées de l’histoire coloniale du Vietnam. Agrégé d’Histoire, il a été correspondant de presse pour L’Humanité à Hanoi dans les années 19601 avant d’enseigner dans le secondaire et d’entreprendre une colossale thèse d’État sous la direction de Pierre Renouvin et de Jean-Louis Miège2. Cet immense travail d’investigation achevé, c’est dans le cadre aixois de l’Institut d’histoire des pays d’Outre-mer (IHPOM) que C. Fourniau a encadré de nombreux travaux et exercé, dans les années 1980 et 1990, une influence décisive sur des générations de chercheurs. Et c’est par son enthousiasme qu’il a su les convaincre de l’impérieuse nécessité qu’il y avait à travailler sur l’Indochine coloniale et le Vietnam. Il a enfin participé à l’installation de l’IRSEA dans les Bouches-du-Rhône. Pour lui rendre hommage et faire le point sur cette historiographie, un colloque s’est tenu à Aix-en-Provence à l’automne 2003 (voir ce numéro de Moussons).

2C’est donc un historien reconnu au parcours accompli qui nous livre ici un ouvrage important de plus de 800 pages, qui entend retracer, avec une précision chronologique à laquelle l’auteur est attaché, la trame événementielle de cette première période de la colonisation française du Vietnam. Clairement affichée dès l’avant-propos, l’ambition de l’ouvrage est de devenir une référence pour des étudiants en manque de repères conjoncturels. Et c’est bien une histoire factuelle qui est ici revendiquée avec un aplomb certain, alors même que ce type d’histoire n’a plus vraiment le vent en poupe.

3Ce n’est pas seulement l’ouvrage d’un chercheur confirmé qui a directement travaillé sur les sources d’archives, qu’il cite avec précision. C’est aussi et surtout celui d’un professeur qui reconnaît et mentionne les études de ses anciens élèves-chercheurs. Et la mise en avant des travaux universitaires (mémoires de maîtrise et de DEA et thèses de doctorat) que l’auteur a dirigés tout au long de sa carrière relève d’une bienveillante reconnaissance envers ses émules.

4Autre aspect intéressant de cet ouvrage – et qui correspond bien à cette « déformation professionnelle » fort stimulante d’un directeur de recherche ayant conseillé de nombreux étudiants –, le fait que C. Fourniau soulève à plusieurs reprises quelques problématiques qu’il faudrait éclairer ou fouiller davantage. Les pistes signalées, qui ne sont évidemment pas exhaustives, correspondent naturellement aux préoccupations historiographiques classiques de l’auteur. Elles ont en tout cas le mérite d’être soulignées et de baliser quelques perspectives nouvelles de recherche.

  • 3 Ce second livre reprend d’ailleurs largement le contenu et la forme d’un précédent ouvrage de C. Fo (...)
  • 4 Il s’agit en fait d’un ouvrage collectif réalisé en collaboration avec quelques-uns de ses anciens (...)
  • 5 Cette perspective permet évidemment de justifier l’éviction de l’ancienne classe dirigeante des let (...)
  • 6 Cette division, que l’on retrouve également au sein de la cour de Pékin, apparaît en fait comme une (...)

5Un plan « chrono-géographique » divise l’ouvrage en trois livres bien distincts. Les deux premiers, « L’affaire de Cochinchine de 1858 à 1879 » et « L’affaire du Tonkin de 1872 à 1896 »3, retracent les principales actions coloniales de la conquête et les réactions nationales dans les différentes parties de l’ancien Empire d’Annam. L’auteur insiste largement ici sur l’importance de la conjoncture, aussi bien locale que métropolitaine, pour expliquer certaines décisions qui apparaissent aujourd’hui comme parfaitement iniques, mais que l’on ne doit pas détacher de leur contexte. L’histoire événementielle très méticuleuse de ce premier « contact franco-vietnamien », pour reprendre le titre d’un autre ouvrage co-dirigé par l’auteur4, permet ici de prendre la mesure des hésitations, aussi bien du côté français que vietnamien, des retournements multiples de situations, ainsi que des possibles qui ont été évités (ou manqués, selon le point de vue adopté !). Face aux controverses traditionnelles et aux enjeux qui président à l’analyse de cette période décisive, l’auteur se positionne clairement dans une perspective médiane. Dépassant aussi bien l’histoire coloniale classique, qui pendant longtemps a fait mine de nier l’existence d’une résistance nationale vietnamienne, que l’historiographie marxiste officielle, dont l’essentiel a consisté à accuser sans nuance la cour de Huê de trahison5, C. Fourniau propose une vision moins manichéenne de cette réaction vietnamienne face à la domination coloniale. Ainsi, il insiste à plusieurs reprises sur le clivage qui divisa la cour de Huê dès le début de l’intervention française, entre parti de la guerre et parti de la paix6, entre parti de la lutte « jusqu’au-boutiste » et sans compromis et parti de l’accommodement, voire de la collaboration, avec l’envahisseur. Ces partis furent jugés différemment suivant l’optique et la situation (lutte sanglante et inutile, trahison ou choix d’un moindre mal dans un rapport de force), mais C. Fourniau montre bien qu’il n’est pas facile de porter un jugement définitif et sévère sur l’attitude de la cour. Il est toujours aisé de critiquer a posteriori, mais encore faut-il agir sur le moment et dans des conditions qui ne sont pas toujours évidentes ni entièrement maîtrisées. Sur cette question délicate, l’auteur adopte donc une attitude prudente et se dégage ainsi peu à peu d’une histoire anti-colonialiste et de ses facilités, qui ne serait que le décalque inverse de l’historiographie coloniale.

6Ce dépassement demeure cependant incomplet et l’analyse des mécanismes sociétaux reste classique, comme en témoigne, par exemple, l’explication un peu rapide de la misère paysanne comme résultat de la pression économique et fiscale, dont la conséquence inévitable fut la montée des revendications nationalistes telles qu’elles apparaissent dans la dernière partie de l’ouvrage.

7Ce Livre III, intitulé « La première phase de l’exploitation de 1895-1897 à 1914 », s’attache plus particulièrement à la mise en valeur du Vietnam dans une perspective indochinoise plus générale. Sa structure, qui semble vouloir mêler chronologie et tentative d’approche thématique, se révèle cependant plus confuse. Une certaine incongruité apparaît ainsi avec la présentation de l’action de Paul Doumer en Indochine dès la première partie (« L’Indochine dans l’expansion française en Asie de 1895 à 1902 »), alors même que l’homme, sa nomination et son programme ne sont présentés que beaucoup plus loin, dans la seconde partie (« Le système Doumer de 1896 à 1902 »). Et à défaut de renvois précis, des éléments déjà évoqués quelques pages plus haut sont répétés. Ainsi, les missions d’exploration au Yunnan sont évoquées (p. 543), puis reprises de la même façon plus loin (p. 549). Quant au chemin de fer en direction de cette même province chinoise et des « problèmes de main-d’œuvre » liés à sa construction, ils apparaissent aux pages 563-568 et, réitérant le sous-titre, de nouveau aux pages 639-640.

  • 7 Comme, par exemple, la formation du corps expéditionnaire évoquée aux pages 332-333, puis reprise e (...)

8Quelques répétitions un peu lourdes étaient déjà perceptibles dans le second livre7 mais, au bout de plus de 500 pages, elles peuvent apparaître pénibles pour un lecteur attentif. L’auteur est-il un adepte de la répétition didactique, ou n’a-t-il conçu son livre que pour une lecture circonstancielle en fonction des références recherchées ? Dans cette dernière optique, tout à fait défendable, comment expliquer alors l’absence d’un véritable index ?

  • 8 Il s’agit en fait d’un simple répertoire, souvent sans précision sur le prénom des personnages indi (...)
  • 9 Par exemple, la carte des explorations en Indo-Chine (p.. 830-831) est proposée sans date ni précis (...)

9En effet, l’ouvrage présente une « liste des noms » de personnes et de lieux qui ne correspond à aucun index, ni à aucune référence biographique ou bibliographique8. Ce défaut de traitement des références se retrouve dans la cartographie qui, si elle bénéficie d’une véritable table indiquant les pages d’occurrence, est incomplète puisqu’aucune référence d’origine ou, plus grave, de date de publication des cartes présentées n’est mentionnée9. La bibliographie en fin d’ouvrage apparaît elle-même très lacunaire. Les normes universitaires classiques de présentation des références ne sont pas respectées et, suivant les ouvrages, manque le lieu d’édition, l’éditeur, ou l’année de publication, voire les trois ! Il s’agit là, me semble-t-il, d’une sérieuse faiblesse pour un ouvrage de référence qui se veut pédagogique et destiné à des étudiants en quête d’indications précises.

  • 10 Le choix éditorial de placer les références bibliographiques et archivistiques à la suite et non en (...)

10Par ailleurs, on peut regretter l’insertion indistincte de nombreuses et abondantes citations. Imprimées en gras mais intégrées au corps du texte, elles cassent parfois le rythme de la démonstration et nuisent à la fluidité du récit10. Le lecteur se noie un peu dans la masse et les citations réellement pertinentes ne sont guère mises en valeur.

11Plusieurs conclusions de chapitre sont en revanche fort intéressantes et utiles pour faire le point. Des idées plus claires se dégagent alors de l’abondance des événements et rebondissements évoqués. Citons en particulier celles du Livre I (p. 155-160, 182-185), qui insistent justement sur l’importance du contexte régional ayant présidé à la conquête de la Cochinchine, ainsi que sur son caractère largement empirique, pour expliquer les nombreux atermoiements décisionnels qui s’y rattachent. Sur l’essor économique de la période 1897-1905 (p. 657-661), les résultats contradictoires de l’œuvre entreprise par Doumer durant cette période décisive sont également bien soulignés.

12Enfin, il faut noter un problème d’équilibre dans la perspective choisie. L’ouvrage, comme les précédents titres de C. Fourniau, prétend à l’étude croisée ou parallèle de la résistance nationale vietnamienne et de la domination coloniale française. Or la majorité des sources citées sont en français et la part réellement consacrée au point de vue vietnamien est, au final, assez restreinte, aussi bien en nombre de pages qu’en contenu, puisque, comme l’auteur le reconnaît lui-même (p. 681), de multiples zones d’ombre demeurent à ce sujet. Les sources vietnamiennes mentionnées se limitent donc pour l’essentiel à quelques récits rédigés par des courtisans et des lettrés, ainsi qu’à des poèmes épiques populaires. Et souvent, ce n’est qu’à travers la correspondance administrative et politique des autorités coloniales que l’on perçoit l’évolution de la résistance vietnamienne.

  • 11 Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, La Découver (...)

13En conclusion, nous avons ici une histoire de facture très conventionnelle, qui se révèle d’une lecture un peu laborieuse. À l’image d’un dictionnaire, toujours utile mais dont la lecture linéaire serait indigeste, ce livre est une véritable mine de renseignements que l’on peut utiliser ponctuellement avec profit. Quel que soit l’événement ou le thème recherché, on y trouvera des détails précis et un rappel complet des faits comme du contexte. L’auteur ayant une connaissance directe des sources, le contenu du livre est indéniablement très riche. Charles Fourniau n’est, en cela, pas loin d’atteindre son but et son ouvrage peut utilement servir de point de départ aux étudiants qui veulent baliser leur terrain d’investigation de quelques précieux repères. En revanche, un lecteur qui l’entreprend dans sa totalité risque de trouver cela un peu fastidieux. Un ouvrage plus court, débarrassé de citations redondantes et de répétitions lourdes, aurait été plus efficace et plus agréable à lire. Et pour un livre qui se pose comme la synthèse qui manquait jusque-là, espérons qu’elle soit bien vite suivie et enrichie par une histoire plus dynamique, dans la veine du livre de Brocheux et Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë11, que C. Fourniau semble bizarrement avoir omis de mentionner !

14Enfin, en ce qui concerne l’impression de l’ouvrage, si l’on peut se féliciter de trouver auprès des Indes savantes un nouvel éditeur assez courageux pour s’engager dans le secteur étroit et risqué de la publication scientifique et permettre, en particulier, celle des travaux universitaires produits par de jeunes chercheurs, on regrettera cependant quelques défauts. Ainsi en est-il de la mise en page qui, sans doute pour limiter le nombre total de pages, déjà considérable, ne respecte pas les marges nécessaires et, au centre du livre, à moins de le plier entièrement et d’en casser la reliure, on ne peut lire la fin des lignes ! Sans compter l’impossibilité technique de faire apparaître les signes diacritiques des mots vietnamiens dans le glossaire et la liste des noms, ce qui rend ces outils, déjà imparfaits, finalement peu utilisables.

Haut de page

Notes

1 Pour bien pénétrer l’ambiance de cette époque, voir l’ouvrage de De Quirielle, À Hanoi sous les bombes américaines : journal d’un diplomate français (1966-1969), Paris, Tallandier, 1992, 241 p.

2 C. Fourniau, Les contacts franco-vietnamiens en Annam et au Tonkin de 1885 à 1896, thèse de doctorat d’État, Aix-en-Provence, 1983, 4 vol. , 2651 p. (non publiée).

3 Ce second livre reprend d’ailleurs largement le contenu et la forme d’un précédent ouvrage de C. Fourniau, Annam-Tonkin, 1885-1896 : Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherches Asiatiques », 1989, 294 p. Certains sous-titres sont identiques et plusieurs passages très ressemblants.

4 Il s’agit en fait d’un ouvrage collectif réalisé en collaboration avec quelques-uns de ses anciens étudiants, G. de Gantès, J.-M. Mancini, P. Le Failler, G. Raffi, et avec le professeur Trinh Van Thao, intitulé Le contact franco-vietnamien. Le premier demi-siècle (1858-1911), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1999, 289 p.

5 Cette perspective permet évidemment de justifier l’éviction de l’ancienne classe dirigeante des lettrés au profit d’une résistance nationale présentée comme essentiellement populaire.

6 Cette division, que l’on retrouve également au sein de la cour de Pékin, apparaît en fait comme une tendance antérieure à l’arrivée des Français et se retrouve sur le long terme tout au long du xixe siècle, comme l’a montré Nguyên Thê Anh dans Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925) (Paris, L’Harmattan, 1992, 307 p.).

7 Comme, par exemple, la formation du corps expéditionnaire évoquée aux pages 332-333, puis reprise et détaillée aux pages 363-364 ; ou l’opposition entre MAE, Marine et Guerre, sur laquelle l’auteur insiste sans en expliquer réellement les causes profondes (p. 246, 304, 316, 332, 362, etc.).

8 Il s’agit en fait d’un simple répertoire, souvent sans précision sur le prénom des personnages indiqués, sans justification apparente d’une telle différence de traitement (par exemple, Aymonier et Charles Duval).

9 Par exemple, la carte des explorations en Indo-Chine (p.. 830-831) est proposée sans date ni précision d’origine et son cadre a vraisemblablement été modifié ; le croquis de l’errance du cortège royal de Ham Nghi après la prise de Huê en juillet 1885 (p. 377) est quasiment illisible et donc sans intérêt.

10 Le choix éditorial de placer les références bibliographiques et archivistiques à la suite et non en bas de page ne facilite pas la lecture.

11 Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, La Découverte, 1994. Voir ci-après un compte rendu de la nouvelle édition de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Delaye, « Vietnam. Domination coloniale et résistance nationale (1858-1914), Charles Fourniau », Moussons, 7 | 2004, 135-138.

Référence électronique

Karine Delaye, « Vietnam. Domination coloniale et résistance nationale (1858-1914), Charles Fourniau », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2512

Haut de page

Auteur

Karine Delaye

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page