Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Pierre Brocheux et Daniel Hémery

Paris : Editions La Découverte, coll. « Textes à l’appui. Histoire contemporaine », 2001 (1re éd. 1994), 451 p.
Gilles de Gantès
p. 138-139
Référence(s) :

Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris : Editions La Découverte, coll. « Textes à l’appui. Histoire contemporaine », 2001 (1re éd. 1994), 451 p.

Texte intégral

1Est-il nécessaire de rendre compte de la réédition du seul manuel en langue française sur l’Indochine coloniale ? Les spécialistes de cette région du monde pendant cette période de l’Histoire connaissent bien la première édition, qui est utilisée par les étudiants et les enseignants des premiers cycles universitaires ; les choix des auteurs, justifiés dans l’introduction, ont été analysés, discutés, explicités au cours de divers séminaires et colloques ces dernières années ; je me bornerai à signaler un peu plus loin trois aspects qui me semblent donner matière à discussion.

  • 1 Ce qui fut mis en lumière par la plupart des communications présentées au Colloque autour de Charle (...)
  • 2 Voir la liste publiée par l’AFRASE (http://www.afrase.online.fr/index-theses.html).
  • 3 Je signale au passage deux petites erreurs : la période prise en compte par la thèse de Jean-Domini (...)
  • 4 L’ouvrage de Philippe Devillers (Français et Annamites. Partenaires ou ennemis ? 1856-1902, Paris, (...)

2La structure générale de l’ouvrage est la même que celle de la première édition : les trois premiers chapitres (p. 25-176), rédigés par Daniel Hémery, traitent de l’établissement du système colonial avant Paul Doumer, puis des structures politico-administratives de l’Indochine et des caractéristiques de son économie. Daniel Hémery consacre un peu plus loin deux chapitres aux années 1930 (p. 245-324), respectivement, aux conséquences de la crise économique pour les colonisés et au développement des mouvements nationalistes. Quant à lui, Pierre Brocheux a rédigé deux chapitres (p. 177-244), sur les relations entre colonisateurs et colonisés, d’une part, et les transformations culturelles, d’autre part, ainsi que le dernier chapitre (p. 325-364), consacré à la période 1939-1954. Deux améliorations décisives ont été apportées à la première édition : l’index et la mise à jour bibliographique. Celle-ci était d’autant plus nécessaire que la période où l’ouvrage avait été commandé, conçu, puis édité représentait une période d’étiage de la production historique sur l’Indochine coloniale1. Depuis 1995, les thèses consacrées à l’histoire de l’Indochine ont été nombreuses2 – les plus importantes sont recensées en fin de volume3 – et, de même, les ouvrages publiés4. On peut cependant regretter que cette bibliographie ne soit pas hiérarchisée : par exemple, placer les deux ouvrages de Ngo Van parmi des travaux universitaires (p. 437) pourrait tromper un lecteur non averti (Ngo Van fut un témoin engagé des événements qu’il décrit et, s’il n’existe pas d’histoire neutre, la sienne est explicitement engagée).

  • 5 La comparaison du totalitarisme et du colonialisme est inspirée de l’ouvrage de Hannah Arendt, The (...)
  • 6 Raymond Betts notait en 1979 (Tricouleur. The French Overseas Empire, Londres & New York, Gordon & (...)

3Un premier point me paraissant discutable est l’idée avancée dans le titre de l’ouvrage que la colonisation est ambiguë. Elle me semble, au contraire, l’archétype de l’entreprise de domination brutale fondée sur une force armée supérieure. Elle ne peut être qualifiée d’ambiguë que par des personnes qui pensaient qu’elle était une grande œuvre civilisatrice et découvrent ultérieurement qu’elle a eu ses aspects négatifs, ou bien par des personnes qui auraient considéré jusque-là qu’elle était un mal total5 et lui découvriraient des aspects positifs6.

  • 7 Paul Doumer, qui organisa le projet ferroviaire indochinois, était très proche du Comité des Forges (...)

4Deuxième remarque, la colonisation en Indochine est largement expliquée, dans les deux chapitres les plus riches du livre, par des aspects économiques : la question mériterait un large débat, un affinage des concepts et, surtout, de nombreuses études de détail. Pour ne citer qu’un exemple, les constructions ferroviaires sont présentées, de manière classique, comme destinées avant tout à favoriser les exportations (p. 133). L’observation de la carte des chemins de fer de l’Indochine permet pourtant de constater que l’essentiel du kilométrage est consacré au Transindochinois, qui est clairement une voie structurant l’intérieur du territoire vietnamien, et dont la construction était d’ailleurs absurde du point de vue des bénéfices d’exploitation espérés, dans la mesure où il doublait une voie maritime bien établie. Au demeurant, le principal produit d’exportation de l’Indochine, le riz, était essentiellement acheminé vers Saigon par canaux et non par train. L’équation construction ferroviaire-exportation correspond sans doute au schéma classique dessiné pour l’Afrique et pour les colonies britanniques, mais ne semble pas valide pour le cas indochinois. Quitte à lier infrastructures et capitalisme, il me semble (mais ce serait matière à débat) que la seule utilité des constructions ferroviaires en Indochine a été de fournir des commandes aux sidérurgistes français7, les autres considérations parfois évoquées (stratégiques, commercialesº) n’ayant servi qu’à justifier ces commandes.

  • 8 Il est vrai qu’ici, les uns et les autres étant les objets d’études de sciences différentes, les ca (...)

5Troisième remarque, les colonisés apparaissent somme toute assez tard dans l’ouvrage et ceci est, bien sûr, lié au choix de traiter de l’Indochine et non du Viêt-Nam ou du Cambodge ou du Laos. Si l’Indochine française nous est présentée comme une structure artificielle au départ, elle aurait ceci d’asiatique que, d’une part, elle se serait coulée dans le moule de structures précoloniales et que, d’autre part, son fonctionnement, même pendant un temps relativement court, aurait été structurant pour les sociétés qui l’ont subi. On ne peut qu’acquiescer au premier postulat mais, alors, pourquoi ne pas consacrer de plus longs développements au Siam voisin, ainsi que des comparaisons ? Le second postulat suppose des Européens omnipotents pour l’éternité : c’est leur prêter beaucoup d’importance. Toujours à propos des colonisés, les références bibliographiques en vietnamien sont rares, les Lao et les Khmers apparaissent fort peu, les minorités ethniques également8.

6La richesse de cet indispensable manuel, de cet unique manuel en langue française, mériterait bien d’autres développements, non seulement quant aux interprétations des auteurs, mais aussi quant aux lacunes de connaissance qu’il laisse entrevoir. D’une certaine façon, il propose un bilan de quelques décennies de recherches et les auteurs ont été tributaires de la production existante, aussi les passages les plus développés et les plus convaincants concernent des aspects qui ont été traités par de grandes thèses (celles d’Alain Forest, de Charles Fourniau, de Daniel Hémery, de Nguyên Thê Anh, notamment). Or, les trois dernières sont consacrées à des phénomènes politiques avant tout, contrairement aux travaux plus récents, mais moins utilisés ici (bien qu’ils soient cités), de Philippe Papin, de Philippe Peycam, ou d’Emmanuel Poisson, qui introduisent dans le champ des études vietnamiennes des aspects micro-sociaux constituant sans doute le courant d’avenir dans l’histoire de la colonisation en Asie.

Haut de page

Notes

1 Ce qui fut mis en lumière par la plupart des communications présentées au Colloque autour de Charles Fourniau, organisé par l’IRSEA et tenu au Centre des Archives d’Outre-mer d’Aix-en-Provence les 24 et 25 octobre 2003 (publication des Actes au premier semestre 2004, Paris, Les Indes savantes).

2 Voir la liste publiée par l’AFRASE (http://www.afrase.online.fr/index-theses.html).

3 Je signale au passage deux petites erreurs : la période prise en compte par la thèse de Jean-Dominique Giacometti commence non pas en 1905 (comme mentionné p. 113) mais en 1915 ; et ma thèse, citée dans une note (p. 109), a été soutenue à Paris VII, non à Aix-en-Provence. On peut regretter également que les nouvelles références fassent l’objet d’un supplément bibliographique au lieu d’être mêlées aux œuvres plus anciennes.

4 L’ouvrage de Philippe Devillers (Français et Annamites. Partenaires ou ennemis ? 1856-1902, Paris, Denoël, 1998) a été largement utilisé pour réactualiser les premiers chapitres.

5 La comparaison du totalitarisme et du colonialisme est inspirée de l’ouvrage de Hannah Arendt, The Origins of Totalitarism (New York, Harcourt, Brace & World, 1951). La chronologie des traductions françaises est assez éclairante : la troisième partie, Le système totalitaire, n’a été éditée en français qu’en 1972 (Paris, Le Seuil), la deuxième partie, Imperialism, qui intéresse particulièrement les spécialistes des colonies, ne l’a été qu’en 1982 (Paris, Fayard). Curieusement, l’idée, vieille de trois décennies, avancée par Arendt comme une hypothèse, s’est imposée en France presque sans discussion.

6 Raymond Betts notait en 1979 (Tricouleur. The French Overseas Empire, Londres & New York, Gordon & Cremonesi, 1979, 174 p. ; référence en p. 13) que la violence de notre propre monde faisait douter du fait que la colonisation européenne ait été un phénomène unique, et même qu’elle ait été la pire de toutes les formes de domination.

7 Paul Doumer, qui organisa le projet ferroviaire indochinois, était très proche du Comité des Forges, mais l’on manque d’études précises pour déterminer jusqu’à quel point. La consultation des Archives départementales de l’Aisne montre qu’un de ses premiers projets en tant que jeune Conseiller municipal de Laon a été la construction d’un chemin de fer funiculaire local.

8 Il est vrai qu’ici, les uns et les autres étant les objets d’études de sciences différentes, les caractéristiques mêmes de ces sciences rendent parfois les comparaisons difficiles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles de Gantès, « Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Pierre Brocheux et Daniel Hémery », Moussons, 7 | 2004, 138-139.

Référence électronique

Gilles de Gantès, « Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Pierre Brocheux et Daniel Hémery », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/2515

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page