Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Viêt Nam Exposé, French Scholarshipon Twentieth-Century Vietnamese Society, Gisèle Bousquet et Pierre Brocheux (éds.)

Ann Arbor, University of Michigan Press, 2002, 476 p.
Karine Delaye
p. 141-143
Référence(s) :

Gisèle Bousquet et Pierre Brocheux (éds.), Viêt Nam Exposé, French Scholarshipon Twentieth-Century Vietnamese Society, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2002, 476 p.

Texte intégral

  • 1 Voir Du Conflit d’Indochine aux conflits indochinois, P. Brocheux (éd.), Paris, Editions Complexe, (...)
  • 2 University of Michigan Press, 1991.
  • 3 G. Bousquet prépare ainsi plusieurs livres portant sur l’urbanisme et les femmes dans une communaut (...)

1C’est une remarquable initiative que cet ouvrage co-dirigé par l’un des plus productifs universitaires français à la retraite et une anthropologue franco-américaine de l’université californienne de Berkeley. Pierre Brocheux, Maître de conférences au département d’Histoire contemporaine de l’Université de Parisvii jusqu’en 1997, met aujourd’hui à profit sa décharge d’enseignement et des compétences largement reconnues pour parachever et entreprendre de nombreux projets éditoriaux1. Quant à Gisèle Bousquet, dont les premiers travaux portèrent sur la communauté vietnamienne de Paris2, elle travaille plus spécifiquement aujourd’hui sur les femmes vietnamiennes, dans la grande vague des gender studies en vogue aux états-Unis3. Cette expérience du terrain en France et au Vietnam lui a permis de côtoyer des chercheurs francophones et d’apprécier leurs productions. Parfaitement intégrée au système américain, Gisèle Bousquet apparaît toute désignée pour établir un pont solide entre les deux communautés scientifiques.

2Le projet original élaboré par ces deux universitaires semble partir d’un constat cuisant d’insuffisance et d’une volonté déterminée de concourir à sa réduction. En effet, si les chercheurs français spécialisés sur le Vietnam (ou l’Asie du Sud-Est) sont aujourd’hui dans l’impossibilité, aussi bien méthodologique que scientifique, d’ignorer les productions universitaires anglophones, les chercheurs américains et, plus généralement, anglophones ignorent encore largement l’état de la recherche française et franco-vietnamienne en la matière. Si la langue anglaise est devenue incontournable, comme les chercheurs français l’ont compris, les chercheurs anglophones, à l’inverse, s’ils sont couramment « vietnamisants », lisent peu la production en français, tant la production en anglais est déjà abondante.

  • 4 Notons qu’il s’agit bien d’articles originaux écrits spécialement pour cet ouvrage selon les normes (...)

3Ce livre a donc pour ambition de contribuer au dépassement de cet obstacle linguistique en proposant un panel d’articles en anglais produits par des chercheurs français et franco-vietnamiens4. L’objectif, par ce biais, est de mieux faire connaître aux chercheurs américains et anglophones les nouvelles tendances de la recherche française et les différents thèmes abordés par quelques-uns de ses plus brillants représentants.

4L’introduction proposée par Bousquet est particulièrement efficace. Elle nous offre une analyse historiographique synthétique des études vietnamiennes, aussi bien en France qu’aux états-Unis, depuis le début du siècle dernier. Ces deux pôles de la recherche sur le Vietnam sont aujourd’hui parmi les plus dynamiques et partagent les stigmates d’une histoire commune et particulièrement traumatisante avec ce pays. Et pourtant, les relations scientifiques de ces deux pôles semblent encore bien limitées, alors même que des préoccupations parallèles et une complémentarité certaine pourraient sans nul doute engendrer une coopération scientifique fructueuse. L’ouvrage se propose d’entamer une telle démarche.

5Les quinze auteurs sollicités pour la rédaction de cet ouvrage témoignent de la diversité des statuts et des orientations de la recherche française, puisqu’il s’agit aussi bien de jeunes chercheurs indépendants, comme Nguyen Van Ky, de chercheurs associés, comme l’historienne Agathe Larcher-Goscha, ou d’universitaires confirmés, tel le sociologue Trinh Van Tao. Chacun propose ici un article inédit évoquant un point d’histoire, une évolution sociologique, ou une conjoncture économique particulière, mettant en relief sa démarche personnelle sans perdre de vue la problématique générale de l’ouvrage, exposée en avant-propos par John K. Whitmore, qui s’interroge sur les permanences et les ruptures qui ont marqué l’évolution de la société vietnamienne tout au long du xxe siècle, et ce dans des domaines aussi divers que la politique, l’économie, la science, ou la culture, par une approche pluridisciplinaire étayée par de multiples sources (archives villageoises, coloniales, ou nationales, enquêtes et entretiens, littérature et folklore, statistiques, etc.).

  • 5 Cette nouvelle ère marque, depuis 1986, un changement d’orientation du régime communiste vietnamien (...)

6Le pari est donc ambitieux puisqu’il s’agit finalement de présenter un échantillon à la fois représentatif et attractif de la recherche française sur le Vietnam, tout en proposant une vision dynamique du pays, de la période coloniale au Doï Moï5. Or, si le projet d’ensemble, qui consiste à présenter l’état de la recherche française à un public anglophone, semble des plus légitimes, la structure générale de l’ouvrage appelle cependant quelques commentaires.

7L’ouvrage est divisé en trois grandes parties chrono-thématiques. La première s’intéresse à la société vietnamienne dans la première partie du xxe siècle et les contributions s’intéressent à l’impact des structures coloniales françaises au niveau de la paysannerie et des villages vietnamiens. Si la pression fiscale induite par la colonisation semble avoir provoqué des réactions de rejet ponctuel bien compréhensibles (Philippe Le Failler : « Village Rebellions in the Tonkin Delta, 1900-1905 »), il semble, en revanche, que les rapports traditionnels de pouvoir au sein des villages n’aient au final guère été modifiés par cette intrusion étrangère (Philippe Papin : « Who Has Power in the Village ? Political Process and Social Reality in Vietnam »). Ceci témoigne d’une capacité développée par la société vietnamienne à s’adapter au contexte colonial en maintenant une certaine pérennité (et non pas un immobilisme !) de ses bases politiques et conceptuelles. On retrouve cette capacité dans le rôle primordial des femmes dans les campagnes et leur pouvoir quasi-matriarcal, dont les traditions orales et le folklore se faisaient encore l’écho alors même que le confucianisme chinois était passé par là (Nguyen Van Ky : « Rethingking the Status of Vietnamese Women in Folklore and Oral History »).

8Le pouvoir colonial n’a d’ailleurs pas systématiquement cherché à casser ces fondements ; au contraire, il a su les utiliser quand cela l’arrangeait. La « récupération » de certains aspects anciens de la formation mandarinale (Emmanuel Poisson : « Administrative Practices : An Essentiel Aspect of Mandarinal Training, Nineteenth-Early Twentieth Century ») et des apports de la médecine locale (Laurence Monnais Rousselot : « In the Shadow of the Colonial Hospital : Developping Health Care in Indochina, 1860-1939 ») en sont deux exemples probants et particulièrement éclairants en ce qui concerne la complexité des relations entre colonisés et colonisateurs, irréductibles à un simple rapport de force.

9Si le second temps fort de l’ouvrage est bien celui de la contestation intellectuelle vietnamienne face à la domination coloniale, sa présentation nous révèle une résistance beaucoup plus ambiguë qu’il n’y paraît. A travers quelques biographies exemplaires – comme celle du prince Cuong Dê (Agathe Larcher-Goscha : « Prince Cuong Dê and the Franco-Vietnamese Competition for the Heritage of Gia Long »), dont le cas ressemble étrangement à celui, peut-être mieux connu des Anglais, du prince birman Myngoon Min, ou encore celle de l’intellectuel engagé, Huynh Thuc Khang (Phan Thi Minh Le : « A Vietnamese Scholar with a Different Path : Huynh Thuc Khang, Publisher of the First Vietnamese Newspaper in Quôc Ngu in Central Vietnam… ») –, on perçoit toute la difficulté, au niveau individuel et partisan, d’un positionnement national clair et constructif face aux colonisateurs.

10Paradoxalement, la dénégation la plus radicale de la colonisation n’est pas venue de la famille royale ou du corps mandarinal traditionnel, mais bien plutôt d’une nouvelle élite formée à l’école française (Trinh Van Thao : « The 1925 Generation of Vietnamese Intellectuals and Their Role in the Struggle for Independence »). L’article de Trinh, très éloquent, montre bien l’incongruité d’une analyse univoque du mouvement national et de ses ressorts. Une dernière contribution illustre aussi ce propos tout en faisant écho à celle de la première partie. Elle évoque ainsi l’évolution de la bourgeoisie et du système médical vietnamien à travers le cas d’un personnage doublement exceptionnel, Henriette Bui, première femme vietnamienne devenue médecin et figure exemplaire de cette génération d’intellectuels vietnamiens ayant mis à profit leurs études en France pour développer leur propre pays (Tran Thi Liên : « Henriette Bui : The Narrative of Vietnam’s First Woman Doctor »).

11La troisième partie, enfin, porte sur les choix et l’évolution socio-économique du Vietnam dans la seconde moitié du xxe siècle et, tout particulièrement, dans le dernier quart du siècle. À l’exception des deux premières études, évoquant les prémisses, la mise en place et l’échec d’une économie collectiviste (Pierre Brocheux : « The Economy of War as a Prelude to a “Socialist Economy” : the Case of the Vietnamese Resistance against the French, 1945-1954 » ; et Florence Yvon-Tran : « The Chronicle of a Failure : Collectivization in Northern Vietnam, 1958-1988 »), cette dernière partie propose quelques éclairages sur les changements intervenus depuis 1986. Qu’implique cette réorientation progressive de l’économie et de la politique internationale du Vietnam en termes d’emploi (Xavier Oudin : « Labor Restructuring in Vietnam »), de diversification sectorielle (Pascal Bergeret : « Agro-Commodity Chains in Northern Vietnam : New Mechanisms for Old Stakeholders »), ou d’exode rural (Olivier Tessier : « Commuting from the Village to the City : Analyzing the Patterns of Migration of the People of the Northern Village of Hay to Hanoi ») ? Comment se fait l’intégration, devenue nécessaire, du Vietnam aux niveaux régional et mondial (Gisèle Bousquet : « Facing Globalization : Vietnam and the Francophone Community ») ? Tels sont, pour le Vietnam d’aujourd’hui, les principaux enjeux, que les auteurs de cet ouvrage, qui ne se contente pas de regarder en arrière, tentent d’analyser.

12Le choix des articles semble s’être fait en fonction de leur originalité et de l’absence de travaux équivalents du côté américain et, en cela, il est tout à fait pertinent. L’éclectisme des sujets n’est pas ici synonyme d’un désordre fourre-tout et la variété, parfaitement ordonnée, apparaît bien au contraire des plus stimulantes, offrant un tableau bigarré, riche de perspectives nouvelles. Plus qu’une interrogation un peu vague sur les aspects pérennes et les changements de la société vietnamienne au xxe siècle, c’est une réflexion plus aiguë sur les rapports de pouvoir au sein de celle-ci qui constitue réellement le fil directeur et le dénominateur commun de ces différentes contributions.

13Pourtant, on reste un peu perplexe. Qu’en est-il, en effet, des guerres d’Indochine et du Vietnam, seulement évoquées d’un point de vue économique ou, plus ponctuellement, biographique, pourrait-on s’étonner à la lecture d’un tel sommaire ? N’est-ce pas pourtant l’un des thèmes phares, récurrents, de la recherche et de toute une littérature concernant le Vietnam contemporain ? Études universitaires, ouvrages de vulgarisation, témoignages, romans, ou œuvres de fiction cinématographique ayant pour thème la guerre et ses traumatismes, les exemples sont innombrables et correspondent bien à une tendance forte de la production franco-vietnamienne. Alors pourquoi cette éviction volontaire d’une question encore brûlante et absolument fondamentale si l’on veut comprendre l’évolution de la recherche et de l’engagement idéologique de ses représentants, aussi bien que l’évolution de l’ensemble de la société vietnamienne, évidemment marquée avec force et violence par ces trente années de guerre ?

  • 6 Le travail novateur de Christopher Goscha, un chercheur américain au sein du système universitaire (...)

14La justification en est donnée dans l’avant-propos et l’introduction de l’ouvrage. En effet, puisqu’il s’agissait de présenter aux Américains et autres anglophones les ressources particulières et l’originalité des productions françaises, le choix a été fait d’en mettre de côté les aspects apparemment jugés les plus communs6. Les Américains ayant déjà largement investi la période de la guerre, tout comme ils ont privilégié les études concernant le Sud Vietnam, il n’était donc pas nécessaire d’insister sur ces mêmes objets.

  • 7 Cette orientation est mieux justifiée par l’argument additionnel d’une collaboration franco-vietnam (...)

15Cela paraît logique, à première vue, et l’argument pourrait même être convaincant si l’enjeu était moindre. Mais mettre sur le même plan l’orientation plus « nordiste » que « sudiste » de la plupart des contributions7 et la quasi exclusion du thème et du temps de la guerre me paraît réellement gênant, de sorte qu’au final l’explication semble bien légère, pour ne pas dire insuffisante, pour valider un choix si conséquent. Et l’on ne peut, me semble-t-il, réduire à si peu l’un des aspects les plus déterminants de la recherche et de l’histoire vietnamiennes, du seul fait que cela entre dans un plan éditorial bien ciblé.

16Quoi qu’il en soit, l’ouvrage refermé et l’ambition bien comprise, le projet paraît des plus intéressants. C’est en tout cas un nouveau pas vers une internationalisation toujours plus indispensable de la recherche. Et pourquoi ne pas rêver, alors, à d’autres déclinaisons possibles, comme un ouvrage en français auquel collaboreraient les principaux spécialistes japonais sur le Vietnam ? Le Japon étant l’un des nouveaux foyers de la recherche sur l’Asie du sud-est, on ne peut, en effet, que déplorer notre méconnaissance de la grande majorité des productions scientifiques en japonais. Le plurilinguisme, plutôt que l’acceptation de la domination planétaire d’une langue unique, constitue encore l’un des grands défis de la recherche française.

Haut de page

Notes

1 Voir Du Conflit d’Indochine aux conflits indochinois, P. Brocheux (éd.), Paris, Editions Complexe, 2000 (voir une recension dans Moussons 3, pp. 150-152) ; Ho Chi Minh, de P. Brocheux, Paris, Presses de Sciences Po, 2000 (voir une recension dans Moussons 4, pp. 136-138) ; et un nouvel ouvrage à paraître, Ho Chi Minh : de la Révolution à l’iconostase (Paris, Payot, coll. « Biographies »), usant de nombreux témoignages vietnamiens inédits. Ajoutons un ouvrage en préparation sur l’émergence du mouvement syndical au Sud Vietnam dans les années 1960.

2 University of Michigan Press, 1991.

3 G. Bousquet prépare ainsi plusieurs livres portant sur l’urbanisme et les femmes dans une communauté périurbaine de Hanoi et, en collaboration avec Nora Taylor, un ouvrage collectif sur les femmes vietnamiennes dans leur pays et dans la diaspora, qui devrait prochainement être publié en France (Paris, Les Indes savantes). On retrouve dans l’ouvrage présenté ici cette même préoccupation à travers deux contributions sur l’histoire et le rôle des femmes vietnamiennes, celles de Nguyen Van Ky et de Tran Thi Liên.

4 Notons qu’il s’agit bien d’articles originaux écrits spécialement pour cet ouvrage selon les normes de publication et les exigences d’une édition américaine. Plus qu’une traduction, c’est un réel effort d’adaptation intellectuelle qui a donc été exigé des auteurs.

5 Cette nouvelle ère marque, depuis 1986, un changement d’orientation du régime communiste vietnamien vers une libéralisation économique et une ouverture politique.

6 Le travail novateur de Christopher Goscha, un chercheur américain au sein du système universitaire français, aurait mérité, comme bien d’autres, d’être présenté ; voir, par exemple, sa thèse de doctorat inédite, Le contexte asiatique de la guerre franco-vietnamienne : réseaux, relations et économie (1945-1954), Paris, EPHE, 2000, 2 vols.

7 Cette orientation est mieux justifiée par l’argument additionnel d’une collaboration franco-vietnamienne obligée de passer par Hanoi et des possibilités plus limitées accordées par les autorités vietnamiennes aux chercheurs français souhaitant travailler sur le Sud du pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Delaye, « Viêt Nam Exposé, French Scholarshipon Twentieth-Century Vietnamese Society, Gisèle Bousquet et Pierre Brocheux (éds.) », Moussons, 7 | 2004, 141-143.

Référence électronique

Karine Delaye, « Viêt Nam Exposé, French Scholarshipon Twentieth-Century Vietnamese Society, Gisèle Bousquet et Pierre Brocheux (éds.) », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/2518

Haut de page

Auteur

Karine Delaye

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page