Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Un autre temps. Les calendriers tika de Bali, Georges Breguet et Jean Couteau

Paris : Somogy Editions d’art, & Le Locle, Musée d’Horlogerie du Locle, 2002, préface d’Urs Ramseyer, 143 p.
Franck Olivier-Vial
p. 151-152
Référence(s) :

Georges Breguet & Jean Couteau, Un autre temps. Les calendriers tika de Bali, préface d’Urs Ramseyer, Paris, Somogy Editions d’art, & Le Locle, Musée d’Horlogerie du Locle, 2002, 143 p.

Texte intégral

  • 1 Décrochés des cimaises, les tika ont intégré les réserves du musée, mais certaines pièces devraient (...)

1Livre d’art, catalogue raisonné, recueil d’essais : ce volume relève de ces trois registres. Au premier le rattache une copieuse iconographie, riche de documents peu connus, qui sont pour la plupart pour la première fois présentés ici : les tika, une variété de calendriers, gravés sur bois et sculptés, en usage à Bali, où ils ont valeur « d’objets sacrés familiaux » et à partir desquels s’ordonnent les rites en vigueur dans l’île. Cet aspect de beau livre reflète la visée première de l’ouvrage. Il s’agit en effet du catalogue de l’exposition qui lui a donné son titre. Celle-ci a été organisée du premier juin à la fin de décembre 2002 par le musée d’Horlogerie du Locle, localité suisse (canton de Neuchâtel) connue pour son industrie horlogère1. Elle présentait les 85 calendriers de Bali et de Lombok acquis en 2000 auprès du collectionneur Dominique Gardan. L’intégralité en est reproduite ici. S’y ajoute un échantillon d’œuvres voisines (calendriers peints et astrologiques, notamment), ainsi qu’une suite de dessins originaux dus au Balinais I Gusti Nyoman Darta, qui illustre les rites de passages dans la vie balinaise. La collection Gardan proprement dite couvre un bon siècle de production (1880-1980 environ). Elle forme, selon les auteurs, le plus riche ensemble de tika jamais réuni. Ces traits suffisent à faire de ce livre une somme sur un sujet peu étudié et devraient le signaler à l’attention de « toutes les personnes que fascine la culture balinaise » – auxquelles ses auteurs l’ont d’ailleurs dédié.

2Les textes abordent l’un des fondements de la société balinaise et de sa culture, sa représentation du temps. Jean Couteau, sociologue, Balinais de cœur et d’adoption, écrit ainsi sur « La relativité du temps balinais » et sur « Le cycle de la journée balinaise ». Il permet d’approcher la singularité d’un lieu où la langue ne possède pas de mot pour signifier la durée et où la fonction des calendriers n’est pas de baliser une temporalité linéaire découpée en unités discrètes, mais « d’aider l’homme à maintenir son microcosme individuel en harmonie avec les forces macrocosmiques ». À cette fin, les Balinais disposent de deux types de calendriers. Le Saka, d’origine indienne, compte douze mois soli-lunaires. Le Pawukon, qui remonte à la Java d’avant l’islam, décrit un temps cyclique, non daté, de 210 jours organisés, d’une part, en trente semaines de sept jours et, d’autre part, en dix semaines d’un à dix jours chacune, qui s’écoulent parallèlement. C’est ce dernier qui donne la teneur, propice ou non, des journées et des heures, ainsi que l’agenda des fêtes, festivals et autres actions de grâce, et c’est à lui que le commentaire et l’iconographie accordent la plus large place. Cet outil « d’arithmomancie » se révèle être un comput d’une rare complexité, dont Jean Couteau détaille les arcanes avec une érudition sans faille et dans un style alerte, dans ses chapitres sur « Les calendriers » et « Les fêtes calendaires ». Le même auteur propose aussi une interprétation pénétrante du mythe du « héros culturel fondateur de Bali », Watugunung, dont il met en lumière la dimension incestueuse.

3Le bio-anthropologue Georges Breguet détaille, lui, « Les rites de passage dans une vie traditionnelle balinaise », de la grossesse à la crémation en passant par le limage des dents, que soulignent les compositions amples et équilibrées de I Gusti Nyoman Darta. Georges Breguet signe aussi les notices du catalogue raisonné consacré à ces lames oblongues de bois sombre ou clair, gravées de signes géométriques d’un abord impénétrable – cercles de tailles différentes, croix, croissants, disques et étoiles, que des rehauts de chaux, des incrustations d’os, de corne, de laiton ou de cuivre mettent en valeur et que surmontent des frontons sculptés de motifs floraux ou de figures mythologiques. À la fois répertoire des formes données à des objets qui organisent les moments d’une existence ritualisée à l’extrême et clé pour la compréhension de cette existence, voilà un ouvrage qui devrait pouvoir prendre place dans la bibliothèque de l’amateur d’art populaire comme dans celle du chercheur.

Haut de page

Notes

1 Décrochés des cimaises, les tika ont intégré les réserves du musée, mais certaines pièces devraient prochainement rejoindre ses collections permanentes. Pour tout renseignement, musée d’Horlogerie, Château des Monts, route des Monts 65, CH-2400 Le Locle, tél. 41-32 931 16 80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Olivier-Vial, « Un autre temps. Les calendriers tika de Bali, Georges Breguet et Jean Couteau », Moussons, 7 | 2004, 151-152.

Référence électronique

Franck Olivier-Vial, « Un autre temps. Les calendriers tika de Bali, Georges Breguet et Jean Couteau », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2525

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page