Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

L’Agriculture des Philippines. La plaine centrale : Histoire et perspectives, Camille de Lataillade, Alexandre Dumontier et Nicolas Grondard

Paris : Les Indes savantes, 2002, 133 p.
Laurent Dartigues
p. 162-163
Référence(s) :

Camille de Lataillade, Alexandre Dumontier et Nicolas Grondard, L’Agriculture des Philippines. La plaine centrale : Histoire et perspectives, Paris : Les Indes savantes, 2002, 133 p.

Texte intégral

1Ce livre présente une analyse des systèmes agraires de l’estuaire de la Pampanga, situé sur l’île principale de l’archipel philippin, celle de Luçon. Réalisée pour le compte du Centre international de recherche agronomique pour le développement, dans le cadre d’un mémoire de fin d’études à l’Institut national agronomique de Paris-Grignon, cette analyse a pour point de départ les questions suivantes : pourquoi les paysans convertissent-ils leurs casiers rizicoles en étangs piscicoles ? Qui sont ces paysans ? Quelles sont les conséquences pour les exploitations agricoles et l’économie locale ?

2Classiquement, et après une présentation fort succincte de la zone, pour laquelle on regrettera l’absence de carte, l’étude replace le système agraire actuel dans la profondeur des transformations historiques de la société, en général, et de l’agriculture régionale, en particulier.

3Ainsi est exposée en cinq pages l’époque préhispanique, qui n’a ni d’intérêt en soi en raison du caractère général de cette exposition, ni d’intérêt en regard des questions à résoudre. Les auteurs partent en effet des chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire (-25 000 ans) pour arriver aux premiers colons espagnols (xvie siècle) et caractérisent cette période « préhispanique », sur le plan agricole, par le système de production du riz pluvial. Au passage, et en l’absence de toute référence bibliographique, on aimerait connaître le mode de calcul de certaines données, par exemple, celle concernant le temps de travaux de mise en eau et de hersage des casiers (3 jours/ha).

4La période de la colonisation espagnole (1571-1898) est traitée en deux temps. Du xvie au xviiie siècle, la production rizicole augmente avec l’introduction du riz irrigué, qui permet une deuxième récolte en saison sèche sur les basses terres inondables. Plus fondamentalement, la mise en place de la capitation et d’une taxe sur les récoltes va servir les intérêts des anciennes élites politiques villageoises, devenues les relais de l’administration espagnole sur le terrain. Parce que le paiement de ces charges induit le recours à l’emprunt, ces élites, dont on aurait apprécié une meilleure caractérisation sociologique, vont pouvoir s’approprier des terres jusque-là communautaires et louer sous forme de métayage la force de travail des paysans appauvris. Cette concentration foncière s’accentue au xixe siècle. La demande européenne et américaine en sucre conduit, en effet, à la substitution du riz par la canne à sucre : à la fin des années 1890, la canne occupe 80 % des surfaces cultivées. Les élites locales qui ont su nouer des liens d’alliance avec les Chinois ont ainsi levé des capitaux qui leur ont permis d’accaparer les nouvelles terres défrichées pour implanter la canne à sucre et répondre à la demande internationale.

5La colonisation américaine (1898-1946) ne change pas la donne foncière. Le traité inégal de libre-échange permet, certes, un certain développement des Philippines grâce à l’amélioration des infrastructures de communication, aux progrès enregistrés dans le domaine de la santé et de l’éducation, à l’essor des cultures commerciales et à l’amplification de l’exploitation minière. Mais la réforme agraire n’est pas mise en œuvre, dans la mesure où elle demeure bloquée par les grands propriétaires fonciers.

6Le phénomène s’aggrave même à l’indépendance (1946). En effet, l’aide américaine profite surtout – corruption oblige – aux nouveaux industriels et aux grands propriétaires fonciers. Il en résulte une situation de guérillas paysannes qui se revendiquent, dans le contexte de la Guerre froide, d’obédience communiste. Ceci ne lasse pas d’inquiéter les États-Unis qui, pour éviter une contamination communiste en Asie, financent la réforme agraire au moment où Marcos, pour réduire les mouvements de révolte paysans, impose la loi martiale (1972). Cette réforme ne concerne que les terres vivrières, et non les grandes plantations. Mais en supprimant le métayage au bénéfice du fermage, dont les loyers sont bien plus tolérables pour les paysans, cette réforme crée les conditions d’une accumulation chez les petits agriculteurs, d’autant que les effets de la Révolution verte se font sentir, dans un contexte de croissance économique forte. Au bout du compte, les rendements de riz sont multipliés par deux et on assiste à une diversification des systèmes de production. C’est au détour de cette description que l’on apprend que l’État philippin fait la promotion de la pisciculture afin de se positionner sur un marché asiatique en pleine explosion. Et l’on retrouve ainsi l’une des questions de départ, sans que la démarche « système agraire » apparaisse bien pertinente pour y répondre, pas plus qu’elle ne me semble pertinente pour déterminer quels sont les paysans qui convertissent leurs casiers et selon quelles modalités. Et c’est là l’approche typologique qui est en cause. Pour aussi raffinée qu’elle soit, les critères de main-d’œuvre, de capital accessible et de surface disponible utilisés pour construire ces types ne me semblent pas suffisants. Notamment – et de manière assez contradictoire avec une démarche historique qui n’hésite pas à nous entraîner vers les lointains passés –, il manque les trajectoires historiques qui conduisent à tel ou tel type et, plus spécifiquement, dans le cadre de telles agricultures, la position dans le cycle familial. Il conviendrait dès lors d’adjoindre, à cette typologie, des études qui permettraient d’exemplifier ces trajectoires et qui, en outre, donneraient un peu de chair à des types. À titre d’exemple, l’idée que les soins à donner aux arbres fruitiers ne constituent pas un facteur limitant, mais plutôt l’investissement de départ, ne peut s’appliquer à des jeunes installants qui sont obligés de bricoler leurs différents facteurs de production (ou de non-production : la naissance d’enfants, par exemple) pour surmonter les premières années et qui peuvent pourtant avoir développé l’arboriculture pour la simple et bonne raison que les aides étatiques ou en provenance des ONG leur en ont offert l’opportunité.

7Au final, il s’agit de ne pas oublier que l’on a affaire à un mémoire de fin d’études – à ce sujet, saluons cette initiative, qui ouvre aux étudiants la possibilité de voir éditer sans prétention leurs recherches –, enfermé dans un paradigme dont les vertus descriptives, ici, ne correspondent pas à la finesse empirique exigée par la problématique de départ. Signalons que l’ouvrage est bien illustré, agrémenté d’annexes fournies. Tout juste regrettera-t-on que les schémas relatifs aux différentes opérations culturales sur le riz n’affichent pas la dimension temporelle, qu’elle s’exprime selon le calendrier lunaire ou solaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dartigues, « L’Agriculture des Philippines. La plaine centrale : Histoire et perspectives, Camille de Lataillade, Alexandre Dumontier et Nicolas Grondard », Moussons, 7 | 2004, 162-163.

Référence électronique

Laurent Dartigues, « L’Agriculture des Philippines. La plaine centrale : Histoire et perspectives, Camille de Lataillade, Alexandre Dumontier et Nicolas Grondard », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 18 novembre 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/2536

Haut de page

Auteur

Laurent Dartigues

Institut d’Asie Orientale, Lyon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page