Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Musique

Luths d’Asie du Sud-Est : deux disques

Dana Rappoport
Référence(s) :

Kong Nay. Un barde cambodgien. Chant et luth, chapey, 1 cd, Paris, Inédit/Maison des cultures du monde, 2003, W 260112 ; enregistrements 1997, 53’ 27, 8 plages, 7 photos, notice de 26 pages en français et anglais ; notice, prise de son et photos de Dunnara Meas ; distribution Naïve-Auvidis.

Philippines : musique de luth en pays T’boli. Fingguy Flang & Luming Tuan. Luth hegelung, 1 cd, Paris, Buda Records, n.d., 1987872 ; enregistrements 2001, 50’ 51, 12 plages, 11 photos couleur ; notice de 23 pages en français et anglais ; prise de son et photos de Boris Lelong.

Texte intégral

  • 1 Certains organologues avancent l’hypothèse que la cithare (sur bâton ou tubulaire), caractéristique (...)

1Dans certaines cultures d’Asie du Sud-Est (Cambodge, Philippines, Indonésie), celles dans lesquelles la composante austronésienne est restée dominante – à l’intérieur des terres, dans les montagnes –, un type d’instruments à cordes, quelquefois appelés boat lute ou luth naviforme, est bien représenté et serait propre à cette aire culturelle. En général, ces instruments en bois possèdent un long manche en forme de proue de bateau ; ils sont munis de deux cordes, dont la plus grave sert de bourdon rythmique, tandis que l’autre est employée pour l’exécution des motifs mélodiques. Dans la littérature occidentale, ces instruments se sont imposés sous le nom de « luth », alors qu’il s’agit plus précisément de cithares, car le manche est réalisé dans le corps de l’instrument – ce qui est le propre des cithares1 –, et non une pièce rapportée.

  • 2 Parmi d’autres cognats, citons, à Sumatra, hasapi, kulcapi ; à Bornéo, sape, sampe’, sapi, konyahpi (...)

2Ces luths (continuons à les appeler ainsi par commodité et pour des raisons d’analogie de jeu) sont souvent localement nommés par des termes apparentés (kacapi, katapi, kecapi, sapeh…), probablement dérivés du terme sanscrit kaccapi vina (« cithare sur bâton »)2, même si d’autres possèdent des noms sans relation avec la racine indienne, tels balikan, hegelung, jungga.

3Cette première classe d’instruments à corde pincée se distingue d’une autre, répandue dans l’aire insulindienne, nommée gambus, du yéménite qanbuz. Répandus surtout parmi les populations indonésiennes de religion musulmane, les gambus se rapprochent, semble-t-il, du luth arabe ’ud, également piriforme, à manche court, et possédant six ou sept cordes.

  • 3 Voir le disque Philippines, Musiques des hautes terres, Palawan, Paris, CNRS, « Le Chant du monde » (...)

4Les deux disques présentés ici révèlent deux usages musicaux différents de la première classe de luth en Asie du Sud-Est : dans un cas, le luth soutient la narration d’un barde (Cambodge, Sulawesi, Philippines) ; dans l’autre, il est joué pour lui-même, dans un cadre intime, seul ou accompagné par un autre instrument (du type luth, ou cithare tubulaire, une petite flûte, une guimbarde), mais non plus comme instrument d’accompagnement3.

Cambodge : l’art de la narration chantée

5Kong Nay. Un barde cambodgien. Chant et luth, chapey, 1 cd, Paris, Inédit/Maison des cultures du monde, 2003, W 260112 ; enregistrements 1997, 53’ 27, 8 plages, 7 photos, notice de 26 pages en français et anglais ; notice, prise de son et photos de Dunnara Meas ; distribution Naïve-Auvidis.

6Un homme chante et s’accompagne sur son luth. Il raconte, ponctue ses paroles de courts motifs mélodiques qu’il accommode à sa guise. L’homme s’appelle Kong Nay. Il porte des lunettes noires. Intègre. Il est aveugle depuis l’âge de quatre ans. Il est venu chanter ses histoires en France, en mars 2003, à la Maison des cultures du monde, à Paris. Il est, ce soir-là, relayé de temps à autre par une jeune femme (Sin Sory) qui, elle aussi, chante en s’accompagnant au luth. La vitalité de la voix de Kong Nay est saisissante. Le public qui, de toute évidence, parle khmer réagit par des rires éclatants.

7Que raconte-t-il ? Chroniques politiques, épigrammes, berceuses, improvisations sur la déception amoureuse, chants de prospérité, chants sur la vie quotidienne, chants sur la classe paysanne… Ce qu’il narre est destiné à être entendu et vécu. D’après ce concert, une particularité, entre autres, de cette musique est la capacité qu’a le musicien d’improviser les paroles relatives à un contexte de performance. Enregistré à Phnom Penh hors contexte, le disque Kong Nay. Un barde cambodgien a choisi de ne pas rendre l’interaction entre le barde et son auditoire. C’est un choix discutable – appréciable pour certains, regrettable pour d’autres. À la seule écoute, les locuteurs de khmer pourront néanmoins véritablement apprécier la qualité des récits et de la profération, tandis que les autres se laisseront entraîner par la vitalité de la voix, tout en lisant les récits restitués dans la notice.

8Kong Nay naquit en 1946. La notice raconte que son grand-oncle lui enseigna le luth chapey et le répertoire des chants de mariage et de récits épiques tirés du Reamker, la version khmère du Râmâyana, qui constitue la geste du Cambodge. Il fut d’abord enrôlé par les Khmers Rouges pour chanter la gloire de leur régime, mais il sut détourner les paroles pour parler à ses camarades, ce qui lui valut d’être rapidement contrôlé et contraint de travailler. Il ne se remettra à jouer qu’après la défaite des Khmers Rouges.

9Quelle est, au Cambodge, la spécificité de cette musique par rapport aux autres traditions locales ? Si on connaît déjà, par les enregistrements existants, les musiques de l’orchestre classique pinpeat, qui accompagne les cérémonies du palais royal, cette tradition de barde, considérée comme mineure, est au contraire encore mal connue, et en voie de disparition.

10Le luth chapey, à deux cordes, possède une caisse ovale ou rectangulaire en bois de krasaing ou de jacquier et est muni d’un manche en teck. Ces deux pièces sont fixées l’une à l’autre par une cheville en os d’éléphant. Sur le manche sont attachées de larges touches en bois qui font office de frettes.

11La notice – treize pages en français et autant en anglais –, assez complète, comprend trois parties : une présentation des différents genres de musique au Cambodge, une interview de Kong Nay sur sa vie et sa musique et une description et une traduction de tous les chants. Deux styles de jeu sont distingués par le commentateur : un style narratif et un style plus lyrique, dans lequel le luth ne sert plus seulement à ponctuer le récit. Un procédé intéressant, qui est souligné, est la « centonisation » : chaque motif est composé de petites cellules que le musicien accommode à sa guise.

12C’est une musique extraordinairement vivante que ce disque nous offre ici, vivante par l’énergie de cette voix, par la bonhomie familière des paroles, par les contrastes entre mélancolie et satire. C’est le poids d’une existence qui est transmise ici, une parole, tel un regard aigu porté sur le monde par un homme aveugle depuis l’enfance.

Philippines : grâce et finesse du jeu de luth

13Philippines : musique de luth en pays T’boli. Fingguy Flang & Luming Tuan. Luth hegelung, 1 cd, Paris, Buda Records, n.d., 1987872 ; enregistrements 2001, 50’ 51, 12 plages, 11 photos couleur ; notice de 23 pages en français et anglais ; prise de son et photos de Boris Lelong.

  • 4 Voir Muziek in de Filippijnen. Instrumentale muziek van etnische minderheden, Haags Gemeentemuseum, (...)
  • 5 Sur la musique t’boli, voir aussi ma recension dans Moussons (99, p.. 142-143) de Utom. Summoning t (...)

14Au sud-ouest de l’île de Mindanao, aux Philippines4, habitent les T’boli, environ 80 000 personnes réparties autour du lac Sebu. Cette communauté a été peu à peu dépossédée de ses terres par les nouveaux venus des plaines. La musique t’boli, appelée utom, « composition musicale », reste, au même titre que le tissage et l’art des perles, un des moyens de marquer l’identité t’boli5. Les T’boli pratiquent divers instruments : luth, cithare tubulaire, flûte, vièle, gongs, guimbarde, tambours…

15Le luth hegelung, de facture très fine, sculpté parfois et peint en noir, possède deux cordes et une caisse arrière fermée. Les cordes sont munies de neuf frettes régulant une échelle pentatonique anhémitonique.

16Le disque s’ouvre sur une ambiance nocturne : grillons, gazouillis d’oiseaux. Il est composé de douze pièces pour luth seul, jouées successivement par deux musiciennes, Fingguy Flang et Luming Tuan. Chacune exécute six pièces à la suite. Les grillons tapissent toutes les plages du disque en arrière-plan.

17Que les femmes maîtrisent le jeu du luth paraît plutôt rare ; pourtant, çà et là, du Cambodge aux Philippines et en Indonésie, on peut rencontrer des joueuses de luth. Dans la région du lac Sebu, au sud des Philippines, les femmes T’boli jouent d’ailleurs un rôle moteur dans la conversion de leur société autrefois tournée vers la forêt et mise à mal par la colonisation récente de la région. Elles mettent notamment à profit l’héritage culturel légué par les anciens : tissage, artisanat, danse et musique.

  • 6 Voir Traditional Music of Indonesia, The Smithsonian/Folkways Series, vol. 13 : Kalimantan Strings (...)

18L’esthétique musicale est douce, sobre et très rythmée. Les pièces sont composées de deux à trois motifs mélodiques agencés sur divers ostinati. La sonorité du luth hegelung n’est pas sans rappeler le luth sape’ des Kenyah de Bornéo, bien que le jeu du hegelung semble plus rapide et que les cordes aient une sonorité plus métallique6.

19Les thématiques des pièces, dont certaines sont composées par des auteurs nommés, portent sur des faits divers, des histoires d’amour, des oiseaux, des danses. D’autre part, les femmes peuvent jouer du luth tout en dansant avec des mouvements à caractère érotique (plage 3).

20L’homogénéité du disque réside dans l’usage d’un même instrument, d’une même sonorité, d’un même tempo et d’une seule échelle utilisée. Ce choix de composer un disque sur un seul corpus est défendable. En effet, par la quasi-absence de contraste entre les pièces, le disque peut paraître soit lassant, soit grisant, selon l’oreille de l’auditeur. Les mélodies, formées sur des ostinati, s’éteignent dans un ralentissement. La différence de style entre les deux musiciennes est à peine perceptible, d’autant que les deux instruments sont accordés à l’identique ; la seconde joue néanmoins un peu plus vite, de manière plus serrée, avec un peu plus de nervosité, tandis que la première présente un jeu plus doux.

21La notice fournit les renseignements habituels (carte, photos, facture instrumentale, présentation des musiciennes). On aurait souhaité que cette tradition soit resituée par rapport aux populations avoisinantes et que des détails soient donnés sur la stylistique musicale.

22Ce disque Philippines : musiques de luth en pays T’boli s’inscrit dans l’action de l’association

23Altamira, « association indépendante de solidarité culturelle ». « En pratique, cette association aide les musiciens de village à réaliser des disques compacts » ; un de ses buts est de valoriser les savoirs traditionnels et de soutenir des « micro-projets » culturels et économiques avec « des communautés du sud » (aux Philippines, au Tibet, au Lesotho, en Zambie, en Mauritanie). Elle produit des disques et des livres et organise des expositions et des conférences7).

Haut de page

Notes

1 Certains organologues avancent l’hypothèse que la cithare (sur bâton ou tubulaire), caractéristique de la zone insulindienne, serait originaire d’Inde et aurait donné naissance au « luth naviforme ». Leur argument pour cette origine commune repose sur le fait que les luths naviformes d’Asie du sud-est sont bien, sur le plan organologique, des cithares – la caisse est creuse d’un bout à l’autre, le manche est une prolongation de la caisse. Cela dit, ce manche joue bien le rôle d’un manche sur le plan de la technique de jeu, car il permet de raccourcir la longueur vibrante de la caisse (Marie-Barbara Le Gonidec, comm. pers.).

2 Parmi d’autres cognats, citons, à Sumatra, hasapi, kulcapi ; à Bornéo, sape, sampe’, sapi, konyahpi’ ; aux Philippines, kacapi, kacaping, katapi et kudyapi ; et en Thaïlande et au Cambodge, chapei ou chapey.

3 Voir le disque Philippines, Musiques des hautes terres, Palawan, Paris, CNRS, « Le Chant du monde », 1992, LDX 274 865.

4 Voir Muziek in de Filippijnen. Instrumentale muziek van etnische minderheden, Haags Gemeentemuseum, s.l.n.d. (circa 1977).

5 Sur la musique t’boli, voir aussi ma recension dans Moussons (99, p.. 142-143) de Utom. Summoning the spirit, music in the T’boli heartland, 1 cd, Rykodisc RCD, 10402, 1997, 67’ 07; notice de 14 pages en anglais, trois photos, traduction de deux chants ; enregistrements (1995) et production : Manolete Mora.

6 Voir Traditional Music of Indonesia, The Smithsonian/Folkways Series, vol. 13 : Kalimantan Strings (SF CD 40 429) et vol. 15 : South Sulawesi Strings (SF CD 40442) ; et ma recension dans Moussons (2, p. 142-150).

7 Voir le site Web de l’association : <http://www.altamiraworld.net>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dana Rappoport, « Luths d’Asie du Sud-Est : deux disques », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 18 novembre 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2546

Haut de page

Auteur

Dana Rappoport

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page