Navigation – Plan du site
Notes

Les fonds d’archives sur l’Asie dans le Var

Archive Funds on Asia in Département du Var
Laurent Dartigues et Gilles de Gantès
p. 141-152

Résumés

Trois fonds d’archives dans le département du Var – les Archives départementales du Var (à Draguignan), les Archives des Troupes de Marine au Centre d’histoire et d’études des Troupes de Marine (à Fréjus) et les Archives de la IIIe Région maritime au Service historique de la Marine (à Toulon) – sont brièvement examinés pour leur intérêt potentiel pour le chercheur travaillant sur l’Extrême-Orient.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs, tous deux membres associés de l’IRSEA, remercient toutes les personnes des trois institutions décrites ici qui les ont aimablement assistés. Ils remercient également le CHETOM pour l’autorisation de reproduire les documents photographiques qui illustrent cette note.

Texte intégral

  • 1 Signalons également le musée des Arts asiatiques, dans le quartier du Mourillon à Toulon (106, boul (...)

1Peu de rapport, à première vue, entre un département comme le Var, essentiellement connu pour son potentiel touristique, et l’Asie extrême. Le vacancier réfractaire aux bains de soleil estivaux qui visiterait les alentours de Fréjus aurait pourtant, peut-être, la surprise d’y découvrir une des rares anciennes pagodes bouddhiques de France. Édifiée en 1917 par des militaires et des travailleurs vietnamiens rassemblés là au cours de la Première Guerre mondiale, la pagode Hong Hien fut régulièrement entretenue et est encore en activité1. Elle constitue une illustration parmi d’autres des relations historiques entre le Var et l’Asie. Le Var étant un des départements français les plus marqués par la présence de l’armée, l’Extrême-Orient y est présent dans le patrimoine conservé par cette institution. Cette note examine ce que le chercheur spécialiste de l’Asie peut espérer y trouver en matière d’archives.

2Le destin militaire de cette partie de l’ancien comté de Provence date de son rattachement au royaume de France à la fin du xve siècle. Les rois de France, ne disposant jusque-là que des sites portuaires médiocres du Languedoc, purent désormais envisager le développement du grand port de guerre nécessaire à la poursuite de leurs projets méditerranéens. Les premiers crédits destinés à fortifier Toulon et à y établir un chantier naval datent de 1496 et de l’expédition italienne de Charles VIII. Si Toulon devint le grand port de guerre du Levant après le xviie siècle, ses relations avec l’Asie se développèrent surtout après l’ouverture du canal de Suez en 1869. Un des corollaires de l’omniprésence de la Marine dans la ville (arsenal, hôpital Sainte-Anne…) fut le casernement fréquent, près de Toulon et notamment, depuis 1915, autour de Fréjus, de troupes de Marine (nommées « coloniales » après 1900), de régiments indigènes et de toute troupe destinée à être envoyée outre-mer ou en revenant. La dominante militaire du département fut renforcée dans les années 1960 et 1970 par la création, puis le développement du camp de Canjuers, destiné à l’Armée de Terre, et de l’Ecole d’Artillerie de Draguignan. Enfin, pendant la période coloniale, de nombreux Varois s’expatrièrent (certains en Asie), tandis que beaucoup de coloniaux, de retour d’outre-mer, prirent leur retraite sur les bords de la Méditerranée, à Nice et à Marseille, et aussi à Saint-Raphaël ou à Toulon.

  • 2 Cette note étant l’œuvre d’historiens et non d’archivistes, on ne saurait en attendre l’exhaustivit (...)

3Trois dépôts d’Archives publiques peuvent retenir l’attention des chercheurs spécialistes de l’Asie : les Archives départementales du Var, à Draguignan ; les Archives des Troupes de Marine, au Centre d’histoire et d’études des Troupes de Marine, à Fréjus ; et les Archives de la IIIe Région maritime, au Service historique de la Marine, à Toulon2.

Les Archives départementales du Var (Draguignan)3

  • 3 Tél. : 33-(0)498102240. Courriel : <mailto:getienne@cg83.fr>.
  • 4 Jean-Jacques Letrait & Robert Allain, Guide des Archives du Var, Draguignan, Archives départemental (...)

4À une heure et trente minutes de Marseille par l’autoroute (voir Plan), Draguignan fut le siège des préfets du Var jusqu’en 1974, ce qui explique que les Archives départementales y soient conservées plutôt qu’à Toulon. Comme toutes les Archives départementales, celles du Var4 ont été organisées par la loi du 5 brumaire an V (26 octobre 1796) et sont classées suivant le même ordre rationnel que leurs homologues ailleurs, les séries de A à H rassemblant les pièces antérieures à 1790. Les séries les plus intéressantes en ce qui concerne l’Asie sont la série J (documents entrés par voies extraordinaires), et S (divers), munies toutes deux d’un répertoire numérique. Dans les deux cas, les pièces sont très disparates. Dans la sous-série 1J par exemple, le journal de voyage d’un marin originaire de Toulon, qui signe H.G., vers l’Indochine en 1895 (dossier 1J192), confié temporairement aux Archives départementales, n’a été photocopié qu’en partie, ce qui contraindrait le chercheur qui voudrait l’exploiter efficacement à prendre contact avec la famille. Illustrées de nombreux croquis et dessins, notamment de matelots annamites, ses pages consultables sont pourtant prometteuses. La nature du document (un journal personnel, accompagné de lettres du marin à sa mère), la sensibilité de l’auteur et sa condition sociale modeste (qui ne le met pas en position de fréquenter les notables de la colonie) en font tout l’intérêt. Apprenti-timonier lorsqu’il débarqua à Saigon le 16 juillet 1895, H.G. décrit la grande pauvreté des indigènes et la dureté des officiers vis-à-vis de leurs subordonnés, dont il compare les conditions de vie à celles de galériens. Le dossier de Joseph Roux (36J59), dont l’inventaire demeure provisoire, contient des cartes postales de l’Annam, des carnets de notes sur le Tonkin et un lexique annamite (vers les années 1915-1920). Joseph Roux rédigea par ailleurs un livre intitulé Histoire de ma vie privée, où il décrit par le menu les conditions de vie des Européens et des Vietnamiens, leurs rapports, parfois violents, les maladies et les mauvaises relations entre civils et militaires. Des passages étonnants sont consacrés aux amours indigènes car, dans cet espace colonial moins contrôlé que la métropole en ce qui concerne le désir, tout semble possible à l’homme blanc, et dicible. De ce point de vue, des documents de ce type sont plus révélateurs pour l’histoire des sociétés européennes que pour l’étude de l’Asie. Signalons également des fichiers documentaires consacrés à des personnalités varoises, dont certaines ont pu jouer un rôle dans l’histoire de l’Asie. Ces fichiers ayant fait l’objet d’un inventaire, le chercheur pourrait aisément vérifier si Camille Pelletan (député du Var et ministre de la Marine avant 1914), Paul Denise (un ancien colonial de Saigon, devenu député après 1920), les frères Larue (propriétaires des Brasseries et Glacières de l’Indochine, originaires du Var et retirés près de Saint-Tropez), Eugène Pujarniscle (né à Solliès-Toucas), ou le capitaine Paul Monet (fondateur du Foyer des Etudiants annamites de Hanoi, retiré ensuite à Toulon) y apparaissent.

  • 5 Certains évoquent un incendie qui aurait détruit ces pièces, d’autres une destruction volontaire de (...)
  • 6 Ce manque d’espace lié à l’insuffisance des crédits ne surprendra pas, hélas, les historiens famili (...)

5L’impression générale qui se dégage après quelques semaines de recherches documentaires est que la question de la conservation des traces du passé n’est pas, localement, une priorité. Il en résulte que, malgré les efforts des conservateurs successifs des Archives départementales, beaucoup de pièces ont disparu, soit par dispersion, soit par destruction. Trois exemples suffiront : les archives de la Chambre de Commerce de Toulon semblent introuvables, nul ne semblant responsable de leur conservation5 ; les archives des Chantiers navals de la Méditerranée à La Seyne-sur-Mer (800 mètres linéaires), d’où sont sortis de nombreux bâtiments destinés à l’Extrême-Orient, n’ont été sauvées que par l’action énergique d’une Directrice des Archives départementales, Mme Martella, mais, faute de place, elles ont dû être déposées chez un entreposeur privé6 ; les documents concernant le camp de travailleurs vietnamiens de Brue-Auriac (près de Saint-Maximin) semblent avoir disparu. Sans doute passionnantes pour les spécialistes de l’Histoire de la Provence, les Archives civiles sont donc, dans l’ensemble, décevantes pour les spécialistes de l’Asie.

Les Archives des Troupes de Marine (Fréjus)7

  • 7 CHETOM, B.P. 94, 83600 Fréjus Cedex. Tél. : 33-(0)494408175.

6Les Archives des Troupes de Marine au Centre d’histoire et d’études des Troupes d’Outre-mer (CHETOM) peuvent, en revanche, réserver de bonnes surprises. L’accès en est très agréable : laissant derrière elle la côte intensément bétonnée, la route vers l’arrière-pays, bordée de pinèdes, procure un sentiment de calme et d’isolement propice à la recherche. Les conditions matérielles sont par ailleurs très convenables en comparaison d’autres centres d’archives : un car permet l’accès au CHETOM depuis le centre-ville de Fréjus et, à proximité, un hébergement et une restauration à des tarifs abordables sont possibles (consulter, pour accord, les responsables du Centre).

  • 8 De ce point de vue, elles sont comparables aux Archives de la Marine conservées dans les préfecture (...)
  • 9 Une des plus connues est l’Histoire militaire de l’Indochine, des débuts à nos jours (juillet 1930)(...)
  • 10 Concrètement, si un régiment a servi en Indochine dans les années 1900, puis en métropole en 1914-1 (...)
  • 11 À ce titre, le cadre de classement est intéressant pour comprendre la mentalité des militaires de l (...)
  • 12 Les deux séries ne se distinguent que par la date de versement des documents : la série 16H (434 ca (...)

7Un historique succinct de la constitution du dépôt n’est pas inutile pour comprendre ce qu’un chercheur peut en attendre. Les Archives des Troupes de Marine proviennent de fonds locaux conservés à Brest et à Toulon, notamment des Journaux de Marche et Opérations (JMO) des différentes unités. Il s’agit donc, à l’origine, d’Archives « locales8 ». Ces fonds furent rassemblés en 1919 aux Invalides à Paris, afin de pouvoir être servir à la rédaction des Archives françaises de la Grande Guerre ; ils furent par la suite utilisés pour rédiger une Histoire militaire des différents territoires coloniaux à l’occasion de l’Exposition coloniale de 19319. Ces Archives des Troupes coloniales furent versées en 1962 à un Centre militaire d’information sur l’Outre-mer (CMISOM, puis CMIDOM), créé dix ans auparavant dans le but de former et d’informer les officiers destinés à servir outre-mer, et furent installées à l’Ecole militaire, puis à Versailles. Un point essentiel est à souligner ici : le CMIDOM n’était pas un dépôt d’Archives mais un Centre de documentation. La conséquence majeure, catastrophique pour les historiens, de cet état de fait est que les documents originels ont été dispersés, sans tenir compte de leur provenance, dans divers dossiers documentaires10. Le conservateur chargé par le Service historique de l’Armée de Terre (SHAT) de classer le fond, Jean Nicot, ne put reconstituer d’état originel et fut contraint de considérer l’ensemble comme les archives du CMIDOM11, inventoriant les 173 cartons suivant l’ordre en trois parties dans lequel il les avait trouvés : organisation générale, interventions dans l’Empire colonial, interventions dans les conflits mondiaux. La deuxième partie intéressera particulièrement les spécialistes de l’Asie, et pas seulement ceux des pays de l’ancienne Indochine française, puisque les troupes de Marine ont également combattu en Chine ou en Corée. Cet inventaire de 1987 a dû être refondu après le déménagement à Fréjus, à cause de pertes diverses et nombreuses, d’ajouts non répertoriés et de reclassements défectueux de certains dossiers dans des cartons auxquels ils n’appartenaient pas. Cette partie du fond est regroupée dans les séries 15H et 16H12.

  • 13 Elles sont différenciées par leur date d’enregistrement : les pièces entrées avant 1998 sont classé (...)
  • 14 Inventaires des Archives des Troupes d’Outre-mer, présentés par Michel Geffroy et Claire Sibille, s (...)

8Par ailleurs, un musée des Troupes de Marine existait à Fréjus depuis les années 1970 et son conservateur, le colonel Massip, recueillait de façon systématique des fonds privés auprès de particuliers. Cette politique a été poursuivie activement et l’ensemble de ces fonds privés est regroupé dans les séries 17H et 18H13. Ces séries sont comparables aux séries AP/PA (Archives Privées & Papiers d’Agent) du ministère des Affaires étrangères ou du Centre des Archives d’Outre-mer (CAOM) à Aix. Dans ce type de série, les cartons et les dossiers sont évidemment d’un intérêt et d’un volume variables. Le CHETOM actuel, né en 1996 de la volonté de rassembler en un seul lieu les sources de l’Histoire militaire de la France d’Outre-mer, conserve donc des documents issus des régiments d’Infanterie de Marine, d’autres issus du Centre de documentation des années 1960 et, enfin, des documents privés. Nous nous bornerons ici à un survol rapide, le chercheur concerné pouvant se référer aux inventaires publiés en 199914.

9Des séries 15H et 16H venues de Versailles (fonds publics), la seconde, consacrée aux opérations dans l’Empire colonial, peut intéresser les chercheurs spécialistes de l’Asie. Trente-cinq cartons concernent ce continent (15H 91 à 126), dont la plupart l’Indochine. Les spécialistes des mouvements nationalistes vietnamiens pourront être intéressés par les « Cartes du Tonkin donnant la situation de la piraterie en juin 1885, juin 1891, février 1895, mars 1895 » (15H 93 d.3), les « Lettres et rapports sur les incidents et événements à Hanoi de 1908 » (15H 98 d.1), les « Rapports d’opérations dirigées contre les bandes du chef pirate De-Tham (janvier 1909-février 1910) » (15 H 98 d.4), les « Rapports sur l’agitation des révolutionnaires annamites en Extrême-Orient, 1913 » (15H 99 d.5), le « Rapport sur les opérations dans la province de Thai-nguyen d’août 1917 à janvier 1918 » (15H 100 d.2), les « Renseignements sur le Viet-Minh et documents Viêt-Minh (1946-1955) » (15H 111 d.2), ou le rapport intitulé « Organisation et implantation des formations indochinoises en France, développement d’un état d’esprit nationaliste parmi les militaires indochinois en France, organisation d’une contre-propagande (1945-46) » (15H 117 d.1). Les cartons 16H 113 à 156, consacrés à la guerre d’Indochine, contiennent de nombreux Journaux de Marche qui peuvent intéresser des spécialistes de la guerre d’Indochine. De nombreux dossiers sont également consacrés aux troupes asiatiques dans l’armée coloniale française, tels, par exemple, l’« Historique du 52e Régiment de Tirailleurs Indochinois, 1925-1930, notamment participation de ce régiment aux opérations de sauvetage lors des inondations d’Agen (1930) » (16H 119) et le carton 16H 123 consacré aux bataillons muongs et thaïs. Plusieurs notices établies par des officiers de Marine faisant office d’administrateurs locaux concernent telle ou telle province, par exemple, la « Notice sur la circonscription de Siemreap-Angkor par le sous-lieutenant P. Benoist, 1911 » (15H97 d.11).

10Les Troupes de Marine ayant également servi en Chine, plusieurs cartons conservent des documents consacrés à ce pays, par exemple, le premier dossier du carton 15H 122 (« Renseignements du 2e bureau sur la Chine et l’armée chinoise, notes sur la révolte de la Chine méridionale en 1902 »), le deuxième dossier du carton 15H 123 (« Renseignements provenant du 2e bureau du corps français d’occupation de Chine sur la situation en Chine, 1916-1918 »), ou encore le troisième dossier du carton 15H 103 (« Bulletins de renseignements mensuels du 2e bureau de l’État-major des troupes de l’Indochine sur la situation politique en Chine, dans les îles Philippines et au Siam, 1933-1934 »). L’« Aperçu de notre action politique et militaire en Annam avant la conquête de la Cochinchine » (15H 91 d.2), la « Note sur la question des frontières du Siam et du Cambodge (1900) » (15H 97 d.8), ou le « Journal de campagne concernant les affaires de Formose et des Pescadores (1884-1885) » (15H118 d.3) intéresseront les spécialistes des relations internationales ou de l’expansion européenne.

  • 15 Sur Jean Deuve, sa vie, son œuvre et ses archives, voir Moussons 2, p. 99-111, 2000.

11Quant aux séries 17H et 18H, bornons-nous, pour en illustrer la diversité, à en mentionner quelques cartons. Le fond Deuve (17H 4) intéressera les spécialistes du Laos. Rappelons que Jean Deuve, qui a joué un rôle important au Laos de 1945 au début des années 1960, a par ailleurs déposé une partie de ses papiers au Mémorial de Caen15. Le dossier 5 est un mémoire dactylographié résumant les activités du groupe de résistants qu’il dirigea entre janvier et août 1945 et le dossier 9 est une biographie fouillée de Jean Deuve et sa bibliographie. Il s’agit donc, pour des événements bien connus déjà (par les publications de Deuve lui-même, le roman de Jean Lartéguy…), de sources de première main, rendant possibles des vérifications. Le Fond Coreau (17H 5) constitue un exemple différent. Coreau était officier des Transmissions à Luc-nam (à environ 80 km au nord-est de Hanoi) en 1951. Il a laissé un cahier de 130 pages manuscrites, d’une écriture facile à lire et d’un style agréable, avec photographies, schémas, croquis topographiques et petits dessins très suggestifs sur son expérience. On y lit la guerre d’Indochine au jour le jour, dans une zone particulière : en première ligne, face aux régiments de Giap victorieux un an plus tôt sur la RC4 (Lang-son n’est qu’à 60 km), dans une région où cohabitent Vietnamiens (Kinh) et Thô, bouddhistes et catholiques. Certains détails offrent un éclairage différent sur la guerre d’Indochine, par exemple, une description de la visite d’un colon venu percevoir ses fermages (comme d’habitude !) dans ce qui est une zone de front. Le fond René Charbonneau (18H69) est, quant à lui, constitué d’une brochure biographique de 76 pages rédigée par le donateur. Né en 1911, Charbonneau passa son enfance en Indochine (son père, général, y était en poste avant 1914) et y retourna comme militaire en 1937, servant principalement dans la haute région tonkinoise. La brochure, rédigée en 1992, n’est pas tout à fait un témoignage primaire et semble d’un intérêt limité ; de plus, Charbonneau a publié plusieurs ouvrages sur son expérience en Indochine (sous le pseudonyme de René Beauchar). Pourtant, elle laisse entrevoir des points de vue originaux sur la « politique des races » menée par les militaires dans les régions frontalières de la Chine ; par exemple, Charbonneau estime que les Français ont trop favorisé les Thaïs, d’où une rancœur des autres minorités de la région.

12D’après l’inventaire provisoire et des sondages rapides, quelques autres cartons des deux séries semblent prometteurs : les « Papiers Bourgund » (17H 16) sont constitués de trois cartons (photos, cartes, croquis, par exemple des Îles Paracels) et concernent surtout l’Annam en 1946-1947 et le Laos en 1953-1955 (17H 16) ; les « Papiers François de la Croix de Castries » (17H 20) recèlent de nombreuses pièces sur le bataillon de Corée ; le fond Cahen (17H22) permet d’approcher la période 1890-1914 et contient 6 photographies, surtout de Chine ; les « Papiers du Colonel Péri » (18H 186 et 18H 30) sont constitués d’un dossier « Pirates et piraterie au Tonkin (1857-1912) » et d’une étude sur les « Groupes ethniques de la province de Hai-nin (1934) ».

  • 16 Par exemple, la journée consacrée à « L’Empire colonial face à l’émergence des mouvements nationaux (...)

13Au terme de cette présentation, que retenir des points forts et des points faibles de ces Archives, d’un point de vue du chercheur et de ce qui pourrait l’inciter à les visiter ou, au contraire, à éviter un voyage inutile ? Trois points pourraient rebuter le visiteur potentiel. Tout d’abord, le fond n’est pas très important en volume, comparé à ceux du SHAT à Vincennes ou du CAOM à Aix. Par ailleurs, la partie des archives issue du Centre de documentation est souvent constituée de documents de deuxième main (que nous n’avons pas cités ici) ou ayant été publiés ailleurs (c’est le cas, notamment, de quelques monographies ; les militaires écrivaient beaucoup dans les revues savantes, du moins au début du siècle). Enfin, l’éloignement des grandes universités nuit à la mise en valeur du fond. La visite, à notre avis, vaut pourtant d’être faite. L’équipement est remarquable (notamment, en moyens audiovisuels, de reproduction, de numérisation, d’indexage…, le tout à des conditions abordables). Le dynamisme des personnels et de la direction, appuyés par une association des Amis du Musée des Troupes de Marine généreuse et active, se traduit par des publications (un bulletin annuel, Troupes de Marine, signale les principales nouveautés du musée : fonds nouvellement versés, état de la numérisation des fonds…) et l’organisation de colloques ou de journées d’études16. Enfin, et c’est important, le chercheur a vraiment le sentiment d’être accueilli, bienvenu et, donc, aidé.

Les Archives de la IIIe Région maritime (Toulon)17

  • 17 Service Historique de la Marine, B.P. 45, 83800 Toulon Armées. Tél. : 33-(0)494020365. Courriel : <shmtoulon@wanadoo.fr>.</shmtoulon> (...)
  • 18 Avec ses 35 000 ouvrages et ses 800 périodiques, la bibliothèque peut cependant partiellement compe (...)

14L’impression n’est pas tout à fait la même au Service historique de la Marine à Toulon, où les conditions de travail sont moins favorables, malgré la gentillesse du personnel. Comme bien d’autres dépôts d’archives, celui-ci souffre d’un manque criant de moyens matériels et humains, aggravé récemment par l’arrêt de la conscription, qui fournissait jusque-là une partie du personnel. Le dépôt n’est pas doté de moyens audiovisuels suffisants, les fonds ne sont pas numérisés et les conditions de reproduction sont médiocres. Dépendant du Service central de Vincennes, le dépôt de Toulon n’édite pas de revue ni n’organise de colloque. Enfin, et c’est le plus gênant, les cartons d’archives ne sont pas localisés au même endroit que la salle de consultation et, en conséquence, le chercheur ne peut consulter que des cartons qu’il aura commandés la veille18. Pourtant, la consultation de ces archives peut être utile.

  • 19 Par exemple, le fond 125GG2 (Papiers Castex) de Vincennes est complémentaire du dossier 67-68 Sous- (...)
  • 20 Les dépôts de Brest, Cherbourg et Lorient ont d’ailleurs subi de fortes pertes pendant la Seconde g (...)

15Le Service historique de la Marine, créé en 1919 par Raoul Castex, alors capitaine de frégate, est constitué d’un dépôt central, conservant à Vincennes les archives issues du ministère, et de cinq échelons décentralisés (Brest, Cherbourg, Lorient, Rochefort, Toulon), conservant essentiellement des pièces issues des différentes préfectures maritimes. Toulon et Vincennes sont donc complémentaires19. Des cinq échelons décentralisés, celui de Toulon est le plus intéressant pour les spécialistes de l’Asie, dans la mesure où il rassemble des pièces issues des escadres, divisions navales et arsenaux de la Méditerranée, de l’Océan indien et de la mer de Chine20.

  • 21 Un rapport établit, par exemple, que les perspectives de conflit semblent s’éloigner…
  • 22 Plusieurs cartes de la baie et un rapport sur les relations conflictuelles avec les habitants.
  • 23 Un inventaire numérique de cette sous-série (395C 01 à 84), Division, station navale, commandements (...)
  • 24 Florence Charlot-Hennequin, Les impressions de voyage du commandant Jules Chéron en Extrême-Orient (...)

16La série C (forces navales) est une des plus prometteuses, notamment pour la sous-série 169C (Division navale d’Extrême-Orient et du Pacifique, 1896-1922) : dossiers 10 (documents secrets et confidentiels, 1910-1913), 14 (correspondances secrètes, 1901-1905), 67 (envoi de troupes américaines en Chine, 1911), 69 (dispositions à la suite de la guerre russo-japonaise)21, 72 à 79 (affaires de Chine, 1899-1906), ou 81 (prise de possession de Kouang Tcheou Wan, 1898)22. Le dossier 100 contient des données hydrographiques recueillies par le commandant Hourst sur le Yangzi entre 1903 et 1905. La sous-série 395C (Division, station navale et commandements maritimes en Indo-Chine, 1885-1916)23 est également intéressante, puisqu’elle recèle les archives de la marine en Cochinchine (dossiers 1 à 84), qui comprennent les journaux des bâtiments de la division navale et les archives de l’arsenal de Saigon (précieuses pour l’histoire du mouvement ouvrier en Indochine). Dans la même sous-série, les archives de la Marine au Tonkin (dossiers 81 à 84) ont subi beaucoup de pertes. La série F (Service de santé), classée par bâtiment, pourrait faire l’objet d’un traitement sériel concernant les différentes pathologies qui affectaient les marins en poste en Indochine et la série M (Personnel) relève les matricules de tous les équipages embarqués vers l’Extrême-Orient, y compris les matelots vietnamiens. L’intérêt des dossiers de la série S (Documents entrés par voie extraordinaire) est variable : signalons des rapports sur la campagne de Cochinchine en 1858-59 (4S 53-13), sur le conflit franco-siamois de 1893 (4S 55-4), ou sur la politique américaine dans le Pacifique en 1926 (4S 96-2). Les archives du capitaine Chéron, notamment son carnet de bord lors de la croisière de 1909-1910 en Extrême-Orient, ont servi de base à un récent mémoire de maîtrise24. La série U, enfin, est consacrée à l’iconographie, mais avec peu de chose sur l’Asie, à l’exception de la sous-série 25U (fond Bachy), consacrée à des séries de cartes postales sur le Japon couvrant la période 1925-45.

17Au total, le SHM Toulon est utile en complément d’autres fonds d’archives, notamment pour vérifier des points de détail. Par exemple, la sous-série 25C, constituée d’une quarantaine de dossiers, est consacrée à l’aviso torpilleur D’Iberville (1894-1916), avec journaux de bord, journaux de signaux, journaux du mécanicien, etc. Or, le bâtiment servit souvent à transporter des gouverneurs généraux et des personnalités reçues en Indochine.

Conclusion

18De ce qui précède, le spécialiste de l’Asie aura compris que l’utilité des trois fonds d’archives présentés ici est relativement limitée pour lui : le coût (temps, argent, énergie) d’une recherche peut lui sembler élevé par rapport aux résultats qu’il pourrait en attendre. Pourtant, ignorer de tels dépôts, soit parce qu’ils sont trop « petits », soit parce que l’Extrême-Orient y est mal représenté, limiterait certainement la connaissance que nous avons de cette partie du monde. Bien sûr, il est plus facile de travailler sur des fonds ministériels, d’abord parce qu’ils consistent souvent en des rapports de synthèse ou en des correspondances officielles, ensuite parce qu’ils sont rassemblés dans des dépôts importants et faciles d’accès. Tout chercheur sait pourtant bien que ces pièces à l’usage des ministres, si maniables (et bien pratiques pour construire des modèles explicatifs, puisqu’elles sont déjà des synthèses), furent soigneusement expurgées de tous les détails jugés dérangeants à l’époque par les exécutants locaux. Par manque de temps, nous négligeons pourtant trop souvent ces petits centres, dont l’exploitation peut apporter un autre éclairage, peut-être plus terre à terre, mais aussi plus proche des réalités quotidiennes locales.

  • 25 L’AMAROM (Association des Amis des Archives d’Outre-mer, 29 chemin du Moulin-Detesta, 13090 Aix-en- (...)

19Il serait utile, sans doute, de tisser des collaborations plus fréquentes avec des sociétés savantes ou des groupes de généalogistes, experts de ces fonds locaux et qui, travaillant de préférence sur la base de noms propres, peuvent ménager au chercheur un accès à des correspondances privées, des carnets de route, ou des journaux de voyage privés25. Une telle collaboration permettrait de prendre en compte les faits banals du quotidien, exposés par des individus aux statuts sociaux très variés (tandis que, d’ordinaire, nous avons surtout les témoignages des puissants), ce qui permettrait d’approcher plus finement les interactions sociales en situation de contact interculturel.

Plan d’accès : Draguignan, Fréjus, Toulon (G. de Gantès)

Plan d’accès : Draguignan, Fréjus, Toulon (G. de Gantès)

Photo 1 : Le mandarin musulman Mâ et sa famille, Yunnan, c. 1900

Photo 1 : Le mandarin musulman Mâ et sa famille, Yunnan, c. 1900

Fonds Cahen.

Photo 2 : Une caravane devant la douane de Mongtze, Yunnan, c. 1900

Photo 2 : Une caravane devant la douane de Mongtze, Yunnan, c. 1900

Fonds Cahen.

Photo 3 : « Ma chambre à Mongtze », Yunnan, c. 1900

Photo 3 : « Ma chambre à Mongtze », Yunnan, c. 1900

Fonds Cahen.

Photo 4 : Chef de canton et sa famille, Tonkin, c. 1905-07

Photo 4 : Chef de canton et sa famille, Tonkin, c. 1905-07

Fonds Ricou.

Photo 5 : Poste de Ma Cho Cai, Tonkin, c. 1905-07

Photo 5 : Poste de Ma Cho Cai, Tonkin, c. 1905-07

Fonds Ricou.

Photo 6 : Pagode de Mot-Cot, Hanoi, c. 1900

Photo 6 : Pagode de Mot-Cot, Hanoi, c. 1900

Carte postale.

Haut de page

Notes

1 Signalons également le musée des Arts asiatiques, dans le quartier du Mourillon à Toulon (106, boulevard Pelletan), issu à l’origine d’un legs privé et géré par la Ville. À quelques mètres du SHM, un musée de la Marine, dépendant du musée du Trocadéro, conserve quelques pièces concernant les opérations navales françaises en Asie.

2 Cette note étant l’œuvre d’historiens et non d’archivistes, on ne saurait en attendre l’exhaustivité. Son objectif est de signaler des pistes et de donner un aperçu sur des fonds mineurs, complémentaires de ceux du Centre des Archives d’Outre-mer (CAOM) à Aix-en-Provence, à des chercheurs intéressés par l’Asie (sur le CAOM et ses fonds, voir la note de Lucette Vachier dans Moussons 99, pp. 89-99, 1999). Pour une présentation plus classique, le lecteur pourra se référer aux Sources de l’Histoire de l’Asie et de l’Océanie dans les Archives et bibliothèques françaises, vol. 1 : Archives ; vol. 2 : Bibliothèque nationale, Paris, Bibliothèque nationale, 1981, xxiii+593 p. et xi+316 p.

3 Tél. : 33-(0)498102240. Courriel : <mailto:getienne@cg83.fr>.

4 Jean-Jacques Letrait & Robert Allain, Guide des Archives du Var, Draguignan, Archives départementales, 1979, 282 p.

5 Certains évoquent un incendie qui aurait détruit ces pièces, d’autres une destruction volontaire des pièces anciennes pour dégager de l’espace, les personnels des Archives départementales ayant été prévenus après coup.

6 Ce manque d’espace lié à l’insuffisance des crédits ne surprendra pas, hélas, les historiens familiers des fonds d’archives. Il n’est pas propre au département du Var. Sur les chantiers navals de La Seyne, une association privée, Sillages (1, boulevard Toussaint-Merle, B.P. 39, 83501 La Seyne-sur-Mer), a publié un historique en s’appuyant apparemment sur leurs archives (Histoire de la Construction navale à La Seyne, tome 1 : Les Pionniers, s.l., 1994, 181 p.).

7 CHETOM, B.P. 94, 83600 Fréjus Cedex. Tél. : 33-(0)494408175.

8 De ce point de vue, elles sont comparables aux Archives de la Marine conservées dans les préfectures maritimes, aux Archives des Affaires étrangères conservées à Nantes, ou aux Archives d’Outre-mer qui constituent un des fonds du CAOM à Aix-en-Provence. Les avantages et les inconvénients de ce type de matériel sont à rappeler : possibilité de saisir des détails très précis, mais difficulté de se faire une vue d’ensemble.

9 Une des plus connues est l’Histoire militaire de l’Indochine, des débuts à nos jours (juillet 1930), établie par les officiers d’État-major du général Aubert, commandant supérieur en Indochine (Paris, 1931, 2e éd., 233+301 p.).

10 Concrètement, si un régiment a servi en Indochine dans les années 1900, puis en métropole en 1914-18, ses journaux de marche ont été dispersés dans deux dossiers, « Indochine » et « Grande Guerre ».

11 À ce titre, le cadre de classement est intéressant pour comprendre la mentalité des militaires de l’Infanterie de Marine dans les décennies 1950 et 1960.

12 Les deux séries ne se distinguent que par la date de versement des documents : la série 16H (434 cartons) est constituée de dossiers versés après 1987 ou non inventoriés à cette date ; la série 15H, des versements antérieurs. Cette distinction est comparable à celle existant entre « Indochine Ancien Fond » et « Indochine Nouveau Fond » aux Archives nationales, Section d’Outre-mer (fonds ministériels, CAOM), la césure ayant été effectuée, dans ce cas-ci, au début de la décennie 1920.

13 Elles sont différenciées par leur date d’enregistrement : les pièces entrées avant 1998 sont classées sous 17H, les pièces postérieures sous 18H.

14 Inventaires des Archives des Troupes d’Outre-mer, présentés par Michel Geffroy et Claire Sibille, s.l., CHETOM, 1999, tome 1 : Introduction et inventaire des sous-séries 15H et 16H, 299 p. ; tome 2 : Inventaire des sous-séries 17H et 18H et Index général, 300 p. L’index est particulièrement utile.

15 Sur Jean Deuve, sa vie, son œuvre et ses archives, voir Moussons 2, p. 99-111, 2000.

16 Par exemple, la journée consacrée à « L’Empire colonial face à l’émergence des mouvements nationaux », dont un tiers des séances fut consacré à l’Asie et dont les actes (265 p.) ont été publiés par le CHETOM dans le cours de la même année.

17 Service Historique de la Marine, B.P. 45, 83800 Toulon Armées. Tél. : 33-(0)494020365. Courriel : <shmtoulon@wanadoo.fr>. Un état dactylographié des fonds, établi en 2003 par M. Vincent Mollet, conservateur du SHM, est disponible en salle de lecture. Du même auteur, voir « Des escales maritimes. Les Services historiques des ports », Ultramarines, 20, p. 26-29, 2000 (« Généalogies, migrations, populations » ; voir note 25).

18 Avec ses 35 000 ouvrages et ses 800 périodiques, la bibliothèque peut cependant partiellement compenser ce désagrément.

19 Par exemple, le fond 125GG2 (Papiers Castex) de Vincennes est complémentaire du dossier 67-68 Sous-série 169C de Toulon, analysé ci-dessous.

20 Les dépôts de Brest, Cherbourg et Lorient ont d’ailleurs subi de fortes pertes pendant la Seconde guerre mondiale, même si le dernier conserve encore les archives de l’ancienne Compagnie des Indes.

21 Un rapport établit, par exemple, que les perspectives de conflit semblent s’éloigner…

22 Plusieurs cartes de la baie et un rapport sur les relations conflictuelles avec les habitants.

23 Un inventaire numérique de cette sous-série (395C 01 à 84), Division, station navale, commandements maritimes en Indo-Chine (1885-1916), établi par Jean-François Klein sous la direction de Magali Lacousse, Conservateur du Patrimoine (mars 1995, 11 p. dactyl.), est disponible en salle de lecture. Du même auteur, voir aussi « Historique des commandements de la Marine française en Extrême-Orient (1840-1914) », 10 p., faisant partie de sa communication au colloque EUROVIET, « Sources et approches du Viêt Nam », Aix-en-Provence, mai 1995.

24 Florence Charlot-Hennequin, Les impressions de voyage du commandant Jules Chéron en Extrême-Orient et Océanie en 1910-1911, Aix-en-Provence, Institut d’Histoire des pays d’outre-mer (IHPOM), s.d., 110 p. (mémoire de Maîtrise, sous la direction de J.-L. Miège).

25 L’AMAROM (Association des Amis des Archives d’Outre-mer, 29 chemin du Moulin-Detesta, 13090 Aix-en-Provence) offre un bon exemple de ce type de contacts entre universitaires et généalogistes. Voir, par exemple, le numéro 20 (2000) de sa revue, Ultramarines, consacré à « Généalogies, migrations, populations ». À Toulon, le spécialiste de l’Asie pourra s’adresser à l’Académie du Var (passage Corderie, à quelques mètres du SHM) ou à l’Association des Amis du Vieux-Toulon (69, cours Lafayette). Les associations d’anciens d’Indochine sont particulièrement bien développées en Provence et, notamment, dans le Var : Amis du Lycée Albert-Sarraut, ANAI, Amis des Lycées Chasseloup-Laubat et Yersin, Amicale des Planteurs d’Indochine… Certaines publient des annuaires et, parfois, des ouvrages, souvent fort bien documentés. Ainsi, l’Amicale des Planteurs d’Hévéas a publié en 1996 un recueil des souvenirs de certains de ses membres, Planteurs d’hévéas en Indochine, 1939-1954 (s.l., 404 p.), qui fournit un éclairage original sur la guerre d’Indochine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan d’accès : Draguignan, Fréjus, Toulon (G. de Gantès)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2615/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Photo 1 : Le mandarin musulman Mâ et sa famille, Yunnan, c. 1900
Crédits Fonds Cahen.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2615/img-2.png
Fichier image/png, 442k
Titre Photo 2 : Une caravane devant la douane de Mongtze, Yunnan, c. 1900
Crédits Fonds Cahen.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2615/img-3.png
Fichier image/png, 400k
Titre Photo 3 : « Ma chambre à Mongtze », Yunnan, c. 1900
Crédits Fonds Cahen.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2615/img-4.png
Fichier image/png, 375k
Titre Photo 4 : Chef de canton et sa famille, Tonkin, c. 1905-07
Crédits Fonds Ricou.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2615/img-5.png
Fichier image/png, 840k
Titre Photo 5 : Poste de Ma Cho Cai, Tonkin, c. 1905-07
Crédits Fonds Ricou.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2615/img-6.png
Fichier image/png, 277k
Titre Photo 6 : Pagode de Mot-Cot, Hanoi, c. 1900
Crédits Carte postale.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/2615/img-7.png
Fichier image/png, 469k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dartigues et Gilles de Gantès, « Les fonds d’archives sur l’Asie dans le Var », Moussons, 6 | 2002, 141-152.

Référence électronique

Laurent Dartigues et Gilles de Gantès, « Les fonds d’archives sur l’Asie dans le Var », Moussons [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/2615 ; DOI : 10.4000/moussons.2615

Haut de page

Auteurs

Laurent Dartigues

Membre associé de l’IRSEA

Articles du même auteur

Gilles de Gantès

Membre associé de l’IRSEA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page