Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Pura Besakih. Temple, Religion and Society in Bali, David J. Stuart-Fox

Leyde, KITLV Press, Verhandelingen van het KITLV, n° 193, 2002, 470 p.
Jean-François Guermonprez
p. 158-160
Référence(s) :

David J. Stuart-Fox, Pura Besakih. Temple, Religion and Society in Bali, Leyde, KITLV Press, Verhandelingen van het KITLV, n° 193, 2002, 470 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la thèse de doctorat soutenue en 1987 par l’un des meilleurs connaisseurs de Bali, David Stuart-Fox, à l’issue d’un très long séjour dans l’île où il aimait vivre, sans songer à engager une carrière universitaire qui ne l’attirait guère.

2Son objet d’étude, à peine effleuré par les auteurs orientalistes de la période coloniale, est le plus grand temple de l’île, Pura Besakih, à vrai dire un complexe de quatre-vingt-six sanctuaires situés sur les flancs du plus haut volcan de l’île, à proximité du village du même nom, dans la partie occidentale du district de Karangasem. L’ampleur et la qualité des données réunies par ce chercheur atypique confèrent à cette étude – et vraisemblablement pour longtemps – le statut d’« ouvrage de référence », rassemblant, peut-on penser, tout ce qu’il était alors possible de connaître sur ce temple et son histoire. À cet égard, disons d’emblée que la dimension diachronique de cette étude est, comme presque toujours s’agissant de Bali, décevante tant les « documents historiques » balinais se prêtent peu à la construction d’une historiographie au sens occidental. Ainsi, par exemple, alors que des indices significatifs suggèrent que les prêtres brahmanes n’ont acquis que relativement tardivement une position prééminente dans la célébration des rituels du temple de Besakih, l’auteur en est réduit à situer cette évolution dans une fourchette de trois siècles, entre 1500 et 1800 (p. 290).

3Pour fâcheuse que soit cette imprécision chronologique, l’important est d’être parvenu à montrer que non seulement l’influence des prêtres brahmanes (pedanda) est tardive, mais encore qu’elle est restée fort partielle, tant est resté fondamental le rôle des prêtres locaux (pemangku), non-brahmanes, dans l’accomplissement du cycle rituel de ce sanctuaire, et manifeste l’organisation dualiste de l’espace religieux si caractéristique du monde balinais (p. 84-94). Non moins important est l’éclairage que donne l’auteur sur les liens entre le temple de Besakih et le pouvoir politique à l’époque de la royauté, puis pendant la période coloniale et depuis l’intégration de Bali dans la République indonésienne (chap. 10 et 11). S’agissant de la royauté balinaise réputée « indianisée », on notera qu’il est remarquable de constater qu’il n’existe aucune trace textuelle, orale ou matérielle de l’existence d’un rituel au cours duquel le roi aurait été en quelque façon associé à une divinité plus ou moins hindouisée (p. 281), alors que la majorité des prêtres brahmanes assurent quotidiennement le culte de Siwa (Shiva) dans leurs temples domestiques. Bref, on trouvera dans cet ouvrage matière à enrichir et à complexifier les représentations associées à la notion de « royauté hindouisée », dont l’usage simpliste a pu faire croire que Bali était une province de l’Inde plutôt qu’une île de l’archipel indonésien.

4Outre la somme que représente la description de l’ensemble des sanctuaires publics et privés de Besakih (chap. 3 à 5), ce livre recense les rites publics se succédant au cours de l’année et propose une analyse – inspirée des travaux de Frits Staal – de la structure des rituels propres aux pemangku et aux pedanda, qui conduit à mettre en évidence leur articulation hiérarchique sur la base d’une trame commune (chap. 6 à 8). Enfin, cette étude décidément très riche inclut dans ses deux chapitres introductifs une présentation des caractéristiques géographiques, écologiques et démographiques de la région montagneuse de Karangasem, ainsi qu’une discussion éclairante des particularités de l’organisation sociale et religieuse des villages balinais (désa adat) et de ses variations dans cette région dont l’auteur a manifestement une connaissance approfondie.

5Grâce à cette étude de grande qualité et, qui plus est, rédigée d’une écriture limpide et précise, se trouve comblée une lacune importante dans la connaissance de Bali.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Guermonprez, « Pura Besakih. Temple, Religion and Society in Bali, David J. Stuart-Fox », Moussons, 6 | 2002, 158-160.

Référence électronique

Jean-François Guermonprez, « Pura Besakih. Temple, Religion and Society in Bali, David J. Stuart-Fox », Moussons [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/2628

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page