Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Tourism, Heritage and National Culture in Java. Dilemmas of a Local Community, Heidi Dahles

Richmond (Surrey) : Curzon-IIAS, Asian Studies Series, 2001, 257 p.
Michel Picard
p. 158-160
Référence(s) :

Heidi Dahles, Tourism, Heritage and National Culture in Java. Dilemmas of a Local Community, Richmond (Surrey) : Curzon-IIAS, Asian Studies Series, 2001, 257 p.

Texte intégral

1Cette étude se présente comme une ethnographie des pratiques touristiques dans la ville de Yogyakarta, au centre de Java, replacée dans le contexte de la politique touristique indonésienne. Elle offre le mérite d’insérer la dimension politique au sein des relations entre tourisme et culture, en mettant plus particulièrement l’accent sur le rôle joué par le gouvernement national dans le développement touristique aux niveaux régional et local, un rôle que les spécialistes du tourisme ont eu parfois tendance à négliger.

2L’ouvrage se compose de deux parties. La première explicite la perspective théorique de l’auteur, décrit la politique touristique mise en œuvre par le gouvernement indonésien et présente la « région spéciale » (daerah istimewa) de Yogyakarta. Les développements de ces chapitres introductifs, qu’ils portent sur l’anthropologie du tourisme ou sur les études javanaises, apparaissent bien souvent comme des juxtapositions d’informations et d’arguments empruntés à divers auteurs et, comme tels, ils risquent de laisser les spécialistes de l’un et l’autre domaines sur leur faim. C’est dans la seconde partie, lorsqu’elle expose les résultats de son enquête ethnographique, que Heidi Dahles est la plus convaincante, en ce qu’elle témoigne non seulement d’une solide connaissance du terrain, mais également d’indéniables qualités d’empathie à son endroit.

3Dès le lancement de son premier plan quinquennal de développement, en 1969, l’Ordre nouveau mis en place par le Président Suharto décida de promouvoir le tourisme, tant international que domestique, dans le but de le mettre au service de sa politique de modernisation et de développement. Le tourisme international était chargé non seulement de contribuer à la croissance du produit national par son apport en devises, mais également d’améliorer l’image de l’Indonésie à l’étranger. Quant au tourisme domestique, il était censé renforcer l’unité nationale et assurer la diffusion d’une identité indonésienne dans les régions périphériques de l’archipel. Au cours des années 1970, les politiques touristique et culturelle furent fondues dans un même et unique programme de « tourisme culturel » (pariwisata budaya), appliqué à domestiquer les minorités ethniques et à contrôler la diversité culturelle par l’exploitation commerciale de manifestations sélectionnées des « cultures régionales » (kebudayaan daerah), transformées en « objets touristiques » (obyek wisata).

4Les objectifs de la politique touristique indonésienne ont conduit à privilégier un tourisme haut de gamme (quality tourism), offrant des produits et des expériences soigneusement contrôlés par le Ministère du Tourisme. Heidi Dahles qualifie de « tourisme pancasila », du nom de l’idéologie officielle de l’État indonésien, cette politique qui vise à promouvoir l’image de l’Indonésie comme destination touristique en termes de civilisation, de monothéisme, de consensus et d’unité nationale. De fait, priorité a été donnée à un tourisme de villégiature, conçu pour des groupes dont le séjour est organisé par des opérateurs professionnels et qui sont hébergés dans des stations enclavées, au détriment d’un tourisme de découverte, intégré dans le milieu d’accueil et géré par la population locale, destiné à des visiteurs individuels voyageant par leurs propres moyens. Bref, nous dit l’auteur, tel qu’il est conçu par les autorités indonésiennes, le tourisme culturel diffuse une conception de la culture comme produit plutôt que comme processus.

5En tant que cœur historique et culturel de Java, Yogyakarta est la seconde destination touristique de l’Indonésie après Bali et, à ce titre, son image contribue, à côté de celle des temples et des danses balinaises, à représenter l’Indonésie tout entière sur la scène internationale. La promotion touristique de la région est axée sur une sélection de sites archéologiques (Borobudur et Prambanan) et historiques (le kraton, palais des sultans), ainsi que sur les arts (musique et danse) et artisanats (batik, marionnettes de wayang kulit) traditionnels, censés symboliser la quintessence de la « javanité ». Mais en l’occurrence, le tourisme à destination de Yogyakarta se révèle être pour l’essentiel de nature domestique, la cité étant devenue, du fait de son rôle dans la construction nationale, un lieu de pèlerinage obligé pour les Indonésiens, qui sont censés y célébrer tout à la fois leur « indonésianité » et l’excellence de la culture palatine javanaise.

6Les auteurs d’études sur les implications du tourisme international dans les sociétés traditionnelles ont eu généralement tendance à appréhender les populations locales comme des entités homogènes et solidaires. Pour sa part, Heidi Dahles considère au contraire qu’il s’agit d’analyser l’hétérogénéité foncière de la communauté locale et son inégale aptitude à se saisir des opportunités offertes par le développement du tourisme. Reprenant à son compte une terminologie proposée par Patrick Guinness, elle souligne la dichotomie qui caractérise l’organisation économique du tourisme à Yogyakarta, dissociée entre un tourisme ayant pignon sur rue (streetside tourism), qui bénéficie de la faveur et de l’appui des autorités, et un tourisme des bas quartiers (kampung tourism), abandonné à son propre sort.

7De sorte que tout semble se passer comme s’il existait dans un même espace deux univers touristiques parallèles, gérés par des institutions distinctes et destinés à des marchés touristiques différents. En fait, toute l’analyse de Dahles va viser à démontrer que non seulement ces deux univers ont tendance à s’interpénétrer, mais encore qu’ils finissent par entrer en conflit. Et surtout, contrairement aux vœux des autorités, c’est en fait le tourisme informel et non contrôlé qui s’est révélé au fil des années le plus florissant.

8Heidi Dahles s’emploie à décrire successivement ces deux formes de tourisme et leurs agents respectifs, ce qui nous vaut, notamment, une très savoureuse description du kampung Sosrowijayan, un quartier proche de la gare ferroviaire, qui a commencé à voir arriver de jeunes voyageurs au long cours en quête de logement bon marché chez l’habitant dans les années 1970. Les touristes font désormais partie du paysage quotidien du quartier, auquel ils ont assuré une relative prospérité. Ce qui n’a pas empêché les autorités municipales, tout comme l’industrie touristique établie, de considérer longtemps cette forme de tourisme comme un phénomène marginal, qui n’était censé concerner qu’une poignée de hippies sales et drogués, sans aucune incidence sur le bon développement du tourisme organisé. Et ce n’est qu’assez récemment, semble-t-il, que la concurrence du secteur informel a commencé d’être prise au sérieux par les instances concernées.

9Une fois dressé le tableau de l’industrie touristique locale, l’auteur s’intéresse aux agents d’authentification qui assurent la médiation entre les touristes et le site visité, au premier rang desquels figurent les guides. Ceux-ci jouent en effet un rôle crucial dans la construction sociale de l’identité locale, en ce qu’ils sélectionnent, présentent et interprètent les attractions touristiques pour les visiteurs. Et à cet égard, Heidi Dahles s’attache à décrire les pratiques des guides non licenciés, qualifiés par les autorités de « sauvages » (guide liar) en ce qu’ils constituent une menace pour leur volonté de contrôle des pratiques touristiques. Il s’agit pour la plupart de jeunes hommes, qui accostent les touristes, se présentant comme des amis plutôt que comme des guides, et à qui ils proposent tous les services dont ces derniers peuvent avoir besoin, légaux ou non. Ces guides sont souvent en quête de liaison sexuelle, et davantage si affinité, qu’il s’agisse d’un billet d’avion qui leur permettra de rejoindre le pays d’origine de leur nouvelle conquête ou même du financement de leurs études.

10L’expérience culturelle que ces guides improvisés offrent aux touristes est en fait tout aussi commercialisée et inauthentique que la version officielle du gouvernement, la différence étant qu’elle sert des intérêts économiques individuels plutôt qu’un projet politique. En tant que médiateurs entre les secteurs formel et informel, ils brouillent les démarcations établies entre l’espace touristique et la communauté locale. Et surtout, ils subvertissent la vision politiquement et culturellement correcte que le gouvernement cherche à instaurer de l’Indonésie, en donnant aux touristes accès aux coulisses de la vie javanaise, en leur montrant la pauvreté, le chômage, la prostitution, la drogue, les conflits sociaux, ethniques et religieux, toutes réalités qui sont soigneusement dissimulées par la mise en scène de la « culture javanaise » par le tourisme culturel. Ce faisant, ils contribuent aussi à propager une certaine pénétration de la culture touristique dans la population, que le gouvernement s’était efforcé de prévenir en cultivant l’illusion d’un secteur touristique enclavé contribuant au développement économique du pays et à la construction de la culture nationale, tout en laissant intouchée la vie quotidienne des populations indonésiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Picard, « Tourism, Heritage and National Culture in Java. Dilemmas of a Local Community, Heidi Dahles », Moussons, 6 | 2002, 158-160.

Référence électronique

Michel Picard, « Tourism, Heritage and National Culture in Java. Dilemmas of a Local Community, Heidi Dahles », Moussons [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/2631

Haut de page

Auteur

Michel Picard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page