Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Croyances et pratiques religieuses des Montagnards du centre Viêt Nam, Albert Marie Maurice

Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », 2002, 420 p., carte, 8 pl. photos
Pierre Le Roux
p. 171-172
Référence(s) :

Albert Marie Maurice, Croyances et pratiques religieuses des Montagnards du centre Viêt Nam, Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », 2002, 420 p., carte, 8 pl. photos.

Texte intégral

1Voici – on serait tenté de dire enfin – une tentative d’approche globale et de synthèse sur les groupes ethniques proto-indochinois du centre et du sud Viêt Nam. Réalisée dans une perspective comparative, elle se base à la fois sur la longue expérience ethnographique de l’auteur et sur le dépouillement d’un riche corpus de littérature spécialisée sur la région considérée. Albert Maurice avait déjà publié, des décennies auparavant, de magnifiques travaux ethnographiques sur le Viêt Nam (et même sur le Bénin), issus de recherches originales.

2On peut se demander quand même pourquoi ce genre d’étude comparative concernant l’ensemble des Proto-Indochinois a dû attendre si longtemps pour apparaître, vu le grand nombre de monographies et d’études thématiques consacrées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale à ces Proto-Indochinois et ci-devant Moï, Montagnards, ou Pemsiens (de l’éphémère entité « Pays Montagnards du Sud-Indochinois », ou PMSI).

3En effet, en dehors du livre de l’explorateur Henri Maitre paru en 1912 (Les Jungles Moï, Paris, Larose, 580 p.), le seul travail de synthèse régionale disponible en langue française est l’essai global de Jacques Dournes, publié en 1950 (Les Populations montagnardes du Sud-Indochinois, sous le pseudonyme de Dam Bo, Paris, Derain, 278 p.). S’il est une excellente introduction aux Proto-Indochinois, cet essai ne peut être considéré comme une étude comparative à proprement parler. Surtout, il a été publié juste avant les grandes enquêtes entreprises par des chercheurs formés, ou du moins très influencés, par les grands de l’ethnologie française, dont Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss et André Leroi-Gourhan, et leurs successeurs, particulièrement Lucien Bernot et Georges Condominas, élèves de Leroi-Gourhan. Tandis que certains aspects spécifiques, comme l’essartage, ont donné lieu à quelques études comparées de portée volontairement limitée, un ouvrage général et comparatif, s’intéressant aux structures sociales, aux croyances, à la fonction symbolique et à la conception de l’univers, se faisait encore attendre un demi-siècle plus tard.

4Il est remarquable que cette première vraie synthèse comparative sur les Proto-Indochinois des hauts plateaux du Viêt Nam centre et sud, de l’est du Cambodge et du sud du Laos ne soit pas due à l’un des ténors de la profession ayant réalisé des terrains ethnographiques féconds et fameux, parfois très longs, tels que Georges Condominas pour les Mnong Gar, Jacques Dournes pour les Srê et les Jörai, ou Jean Boulbet pour les Cau Maa’. Cet ouvrage ambitieux, c’est à Albert Marie Maurice qu’on le doit, à un chercheur « amateur », simple officier de l’armée féru d’ethnographie, dont l’expérience et la formation valent toutefois celles des meilleurs professionnels sur la région. En effet, Albert Maurice a séjourné un an parmi les Rhadé et dix-huit mois parmi les Mnong Nong au milieu des années 1930, retournant pendant deux ans chez les Rhadé en 1941-1943, et une année encore en 1953-1954 (voir notre In memoriam dans ce numéro). Et il a été formé au Musée de l’Homme par André Leroi-Gourhan et son équipe, comme Lucien Bernot, Georges Condominas, Georges Devereux et bien d’autres à cette époque.

5Le livre se présente comme une somme copieuse, mais pas aride. Tous les groupes proto-indochinois n’y sont pas évoqués, l’auteur ayant concentré son attention sur quelques-uns d’entre eux, représentatifs de l’ensemble, parmi les plus importants en termes de population et les mieux dotés en données ethnographiques. Il s’agit essentiellement des Rhadé, des Jörai, des Bahnar et des Brou/Brao, des Mnong (Gar et Nong), des Maa’ et des Srê. L’auteur leur consacre ses six premiers chapitres, résumant les travaux qui leur sont consacrés et proposant une comparaison équilibrée, en partant des rites de passage, de l’alliance, des rites et techniques agraires, de la conception et des rites de la mort. Cette première partie donne ainsi au lecteur, ou lui rappelle, les éléments fondamentaux nécessaires pour poursuivre sa lecture.

6Les sept chapitres suivants sont dévolus non pas à une étude sériée de chaque groupe sur la base d’un ou plusieurs thèmes récurrents, mais, à contre-pied, à une étude globale touchant l’ensemble des Proto-Indochinois, partant de thèmes simples d’apparence mais riches de réalité ethnographique : l’âme, le sacrifice, les animaux de sacrifice, l’alliance, la prière, les panthéons et la magie. L’analyse est pertinente, bien construite, non dénuée de poésie – car l’auteur, âgé de 87 ans au moment de la rédaction, écrit bien et beau et le texte possède ce souffle lyrique qui manque à beaucoup d’ouvrages ethnographiques –, et pousse trop de reconnaissances au large pour qu’on ne lui reconnaisse non seulement une utilité mais aussi et surtout une réelle créativité. En effet, Albert Maurice ne nous propose pas une litanie, pas plus qu’une liste sage d’éléments patiemment compilés. Il nous emmène dans des territoires méconnus encore, parfois d’apparence trop connus, mais alors mal, nous proposant une véritable exploration, réfléchissant à nos côtés, nous invitant à le suivre, ou aussi bien à le précéder, sur des pistes nouvellement ouvertes par la pointe affûtée et futée de sa plume.

7Consacrer un chapitre entier à la notion d’âme n’est pas si courant en ce qui concerne l’Asie du sud-est continentale. En dédier un autre au sacrifice est une manière de considérer celui-ci comme un élément caractéristique de cette région. Si Alain Testart a bien fait remarquer, dans son remarquable ouvrage, Des dons et des dieux. Anthropologie religieuse et sociologie comparative (Paris, Armand Colin, 1993), que l’Asie est « sacrificielle », le constat n’est pas effectué si souvent qu’il faille passer sur ce chapitre sans devoir relever sa pertinence. Pour qui s’intéresse aux rites funéraires, au sacrifice et à ce qu’il sous-entend de socialement révélateur, y compris, comme l’imagine Testart, l’émergence de sociétés stratifiées et à Etat, le livre d’Albert Maurice s’affirme comme un instrument intéressant, pour ne pas dire incontournable.

8Enfin, l’énorme bibliographie présentée est de première utilité. Son seul défaut est l’absence de pagination des articles, qui n’est donnée qu’en nombre de pages. Mais la rareté de certaines sources retrouvées par l’auteur et la valeur de l’ensemble font que ce défaut mineur ne retire rien de fondamental à cet outil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Le Roux, « Croyances et pratiques religieuses des Montagnards du centre Viêt Nam, Albert Marie Maurice », Moussons, 6 | 2002, 171-172.

Référence électronique

Pierre Le Roux, « Croyances et pratiques religieuses des Montagnards du centre Viêt Nam, Albert Marie Maurice », Moussons [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/2644

Haut de page

Auteur

Pierre Le Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page