Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Dictionnaire français-khmer, Michel Rethy Antelme et Hélène Suppya Bru-Nut

Paris : L’Asiathèque, coll. « Langues & Mondes », « Dictionnaires L&M INALCO », 2001, 912 p.
Jean-Michel Filippi
p. 174-177

Texte intégral

1Tenir des propos pertinents sur un dictionnaire n’est guère aisé si ce n’est au terme d’une longue pratique qui permet à l’utilisateur d’en apprécier les qualités ou d’en détecter les défauts. Quelques angles d’appréciation peuvent néanmoins être substitués à une utilisation de longue durée : 1) une comparaison avec d’autres travaux du même type ; 2) le nombre et le choix des entrées (il ne s’agit pas là d’une question de technique lexicographique stricto sensu car, pour éviter des jugements à l’emporte pièce, il importe de connaître l’état des études lexicologiques portant sur la langue cible, en l’occurrence, le khmer) ; 3) le codage lexicographique des articles ; et 4) le système de transcription phonétique utilisé.

2Ces éléments permettent d’établir si le dictionnaire est ou non approprié aux besoins du public visé, sans se focaliser sur des détails moindres. Si une entrée peut toujours être ajoutée, complétée ou corrigée lors d’éditions ultérieures, c’est précisément la sélection et l’application récurrente des principes sous-jacents au choix des entrées et à la rédaction des articles qui importent pour pouvoir parler de logique interne d’un dictionnaire.

3Dans le cas de beaucoup d’autres langues, il aurait été possible d’établir des comparaisons avec d’autres dictionnaires bilingues du même type. Les travaux de lexicographie bilingue français-khmer sont, hélas, en nombre bien réduit et se limitent concrètement à trois types d’ouvrages. D’abord, les dictionnaires anciens basés sur des matériaux recueillis à la fin du xixe siècle, dont l’utilisateur actuel (nous excluons, bien entendu, les recherches érudites) ne tirera pas grand profit. Ensuite, les lexiques généraux et spécialisés qui, bien que souvent baptisés « dictionnaires », n’ont pas grand-chose à voir avec un dictionnaire digne de ce nom. Enfin, les dictionnaires français-khmer publiés dans les années 1960, des travaux d’un accès difficile pour tout francophone qui n’est pas un khmérisant accompli car le codage, qui ne semble pas obéir à une logique très contraignante, est plutôt en khmer pour les indications sémantiques et plutôt en français pour les catégories grammaticales ; reste à l’utilisateur à se promener dans la liste des équivalents khmers et à tenter de relier un de ces équivalents au sens contextuel de l’entrée française ; ajoutons que les principes d’exemplification, des plus contestables (y en a-t-il vraiment ?), couronnent rarement de succès la recherche de notre utilisateur ; et comme nous le verrons plus loin (il s’agit là d’un point essentiel), si ces dictionnaires rendent compte de l’abondance des néologismes créés à l’époque, une grande partie de ces créations, tombées en désuétude, sont aujourd’hui strictement incompréhensibles aux jeunes générations de Cambodgiens. Il ne semble donc pas possible de trouver une base de comparaison pertinente entre ces différents travaux et le Dictionnaire français-khmer de Michel Antelme et Hélène Suppya Bru-Nut.

4L’ouvrage se limite à près de dix mille entrées. On peut penser que c’est très réduit, car n’importe quel petit dictionnaire français-chinois en contient au moins le double, mais les auteurs nous ont averti qu’il s’agit essentiellement d’un dictionnaire portant sur la langue courante. Les recherches que nous avons faites dans le dictionnaire avec nos étudiants de l’Université de Phnom Penh nous ont convaincu que les équivalents khmers reposent sur des emplois courants, attestés, incontestables et susceptibles d’être compris par une majorité de Cambodgiens. On peut tout de même relever quelques termes que la génération des 20-25 ans a des difficultés à comprendre ; ainsi, les auteurs proposent comme équivalent à l’entrée « martyre » le terme khmer /tukkaʔraʔ kam/. Il serait malvenu d’en faire grief aux auteurs, car les locuteurs cambodgiens plus âgés comprennent de tels termes sans difficulté. Il s’agit là d’un exemple de la rupture, révélée clairement dans le lexique, qui existe au Cambodge entre les générations éduquées dans les années 1960 et les générations d’aujourd’hui.

5Dans les années 1960, la volonté de khmériser l’enseignement s’est traduite par une politique de création lexicale, dont ont bénéficié les structures éducatives de l’époque, ainsi que par une réflexion approfondie sur les techniques de création lexicale, dont l’ouvrage de Keng Vannsak (étonnamment absent de la bibliographie du dictionnaire), publié en 1964 sous le titre Principes de création des mots nouveaux, constitue, et de loin, le meilleur exemple. Aujourd’hui, le vide culturel et éducatif engendré par l’histoire récente du Cambodge se manifeste au plan du lexique par une déficience en termes liés au discours théorique, ainsi qu’aux domaines scientifique et technique. La réutilisation de la plupart des termes créés à l’époque n’est souvent pas possible. Ces termes avaient été créés sur la base de discours littéraires, scientifiques et techniques, généralement français et propres à cette période, et l’arrêt brutal de toute activité éducative et scientifique au Cambodge a figé ce lexique spécialisé, lui interdisant toute possibilité d’évolution.

6Cela ne veut pas dire que les enseignants et chercheurs cambodgiens ne peuvent actuellement s’exprimer en khmer dans leurs spécialités respectives, mais plutôt que les termes et expressions qu’ils utilisent restent en attente de codification, faute d’un organisme centralisateur adéquat. À titre d’exemple, il n’existe pas d’entente sur des termes aussi élémentaires que « phonétique » et « phonologie », en dépit de la prolifération des lexiques.

7Dans une telle situation, les auteurs de dictionnaires n’ont souvent d’autre choix que l’attente pour éviter l’emploi de termes suspects. Nous ignorons si les auteurs du Dictionnaire français-khmer ont eu ces préoccupations à l’esprit, mais il ne fait pas de doute qu’ils auraient été bien en peine d’inclure beaucoup de termes « abstraits » susceptibles d’être unanimement acceptés par les spécialistes concernés. Ainsi, on ne trouve pas l’entrée « acoustique », terme qui possède des acceptions relativement courantes ; si les auteurs avaient souhaité l’inclure, ils auraient eu beaucoup de mal à fournir un équivalent khmer, car il n’y a pas actuellement dans l’enseignement secondaire ou supérieur cambodgien un équivalent de ce terme qui fasse l’unanimité. Cette apparente digression permettra de comprendre les contraintes auxquelles la lexicologie bilingue français-khmer se doit de sacrifier ; de notre point de vue, il faut préférer un nombre réduit d’entrées soigneusement traitées, auxquelles correspondent des équivalents sûrs, à un plus grand nombre d’entrées, qui entraînerait l’emploi d’équivalents non sanctionnés par un usage consistant et risquerait ainsi d’induire l’utilisateur en erreur.

8En revanche, les auteurs ont donné aux entrées sélectionnées un traitement récurrent et détaillé. À chaque entrée correspond rarement plus d’une catégorie grammaticale, dont le codage, ainsi que celui des domaines d’emploi, est explicité et traduit en khmer (p. 90-91). Il s’agit là d’une précaution essentielle pour faciliter aux khmérophones l’accès à un dictionnaire conçu pour un public surtout francophone. Sont ensuite donnés en écriture khmère et en transcription phonétique les équivalents, souvent précédés d’indications sémantiques de deux types : d’abord, une spécification très conventionnelle du domaine référentiel, dans les cas où, à une entrée française, correspond plus d’un équivalent khmer que les domaines d’emploi ne permettent pas de caractériser : par exemple, l’entrée « fond » (d’une bouteille ; de la cour ; d’une salle) ; ensuite, une limitation du domaine référentiel : ainsi, appartement de fonction (pour un fonctionnaire) ne s’applique pas en khmer au cadre d’une entreprise ; et dans être de mauvaise foi (qui refuse de reconnaître ses torts et argumente), la spécification «… qui argumente » peut sembler superflue à un locuteur natif du français, mais correspond exactement à ce qu’implique l’équivalent khmer /moət rɨŋ/.

9L’utilisateur francophone sera souvent confronté à ce qui lui semblera un luxe de détails ; ainsi, dans l’article « volage », on trouve les indications sémantiques : (homme ou femme) ; (pour une femme) ; (pour une épouse) ; ces précisions essentielles introduisent l’utilisateur à des stratifications socio-culturelles propres au khmer et qu’on ne peut négliger. De même, les équivalents de l’entrée « manger » sont accompagnés de huit indications sémantiques. À titre de comparaison, un autre dictionnaire français-khmer ne donne pour l’adjectif « volage » que le seul équivalent khmer /savaa/. Les équivalents khmers sélectionnés sont, dans la plupart des cas, clairs et compréhensibles de tous. Les auteurs n’ont pas pour autant négligé de donner des équivalents issus du pali, comme ils s’en expliquent dans la préface (p. 22-23). Ces mots « savants », loin de former un ensemble homogène, relèvent des catégories discursives, pragmatiques et socio-linguistiques les plus diverses. Avant que la sanction de l’usage n’y remette de l’ordre, force est de constater avec les auteurs que « tous [ces mots] ne sont pas encore parfaitement intégrés » et de les faire précéder de la marque d’emploi « littéraire ». Une grande originalité de l’ouvrage est l’inclusion de régionalismes, provenant souvent du parler khmer de Surin, dont le dialecte a été l’objet de plusieurs descriptions. Ces insertions, très à propos, nous rappellent que le khmer, à l’instar de toutes les langues, est objet de changements et de variations. Il n’y a aucune raison valable pour qu’un dictionnaire n’en tienne pas compte.

10La transcription, essentiellement phonologique, a généralement recours aux symboles de l’Alphabet Phonétique International (API) avec, cependant, l’emploi de quelques symboles étranges que l’on ne trouve guère dans ses versions habituelles. Ainsi, pour transcrire le « o » très fermé de l’équivalent khmer du mot « bœuf », les auteurs emploient un oméga inversé et fermé ; ne serait-il pas plus simple de le transcrire par [ko6], le diacritique [ 6] indiquant dans l’API une plus grande fermeture de la voyelle ? De même, pour indiquer la fermeture du son « e », le point souscrit est une notation ancienne qu’aucun phonéticien n’emploiera aujourd’hui. Un autre détail qui entraîne notre désaccord est l’utilisation du symbole [V] qui, dans l’API, correspond à une voyelle d’arrière mi-fermée non labiale. Cette transcription, qu’affectionnent les khmérisants, est phonétiquement fausse, car elle est ici utilissée dans la transcription de mots qui contiennent une voyelle centrale moyenne – les auteurs eux-mêmes la placent parmi les voyelles centrales dans l’énumération des symboles qu’ils utilisent pour transcrire les voyelles (p. 41). Un symbole plus adéquat serait [∏] ou [∏6], ou encore [∏´], qui représentent trois variantes actuelles de ce phonème, l’essentiel demeurant de lui conserver son caractère de voyelle centrale. Mais ce sont là des points mineurs, d’autant que les auteurs ont une approche généralement rationnelle de la transcription. Ainsi, ils ne transcrivent pas de voyelles longues en position non accentuée et, contrairement au cas de nombreux autres ouvrages, ils notent la palatalisation des consonnes vélaires devant les voyelles palatales : dans ces contextes phonétiques et contrairement à l’écriture, ils transcrivent /≠/ à la place de /N/ et /c/ à la place de /k/.

11Un dernier élément d’appréciation, et non le moindre, est la substantielle préface de l’ouvrage (80 pages !), qui peut sembler un peu inhabituelle. Elle l’est, certes, car peu d’auteurs de dictionnaires éprouvent le besoin de rédiger une introduction où il sera question d’histoire de la langue, d’un exposé du phonétisme et des structures grammaticales, de l’histoire et des règles actuelles de l’écriture, etc. Est-elle pour autant superflue ? Il convient d’abord de constater qu’elle est écrite dans une langue accessible à tous, la majorité des utilisateurs des dictionnaires n’étant pas des linguistes, et que, d’autre part, elle permet à l’utilisateur de se familiariser avec des notions aussi pertinentes à l’exploitation du dictionnaire que l’évolution récente du khmer, le phénomène des doublets lexicaux, ou la prononciation. Le linguiste y trouvera également son compte et pourra se référer, en fin d’ouvrage, à la riche bibliographie qui lui permettra de développer les points abordés dans l’introduction car, au fond, la linguistique moderne ne dispose que de très peu de présentations générales sérieuses du khmer. Par ailleurs, le khmer brille par son absence des index des langues citées dans les ouvrages de linguistique et de phonétique générale. C’est une situation bien paradoxale, car le khmer ne manque pourtant pas d’atouts pour intéresser linguistes, phonéticiens, sociolinguistes, entre autres, et demeure encore, contrairement au vietnamien, enclavé dans les études austro-asiatiques. À cet égard, les comportements de recherche en « khmérologie » se situent encore trop souvent en marge des recherches et des méthodes de la linguistique moderne. Ce ne sera donc pas le moindre mérite de ce dictionnaire que de contribuer à une meilleure connaissance du khmer dans des cercles élargis.

12L’absence de travaux réellement concurrents dessert un dictionnaire et entraîne des affirmations du type « il a le mérite d’exister ». Or une utilisation de quelques mois du dictionnaire de Michel Antelme et Hélène Suppya Bru-Nut nous a convaincu qu’il s’agit d’un instrument indispensable à quiconque se trouvera confronté, pour des raisons diverses, à la langue khmère. Nous ne pouvons que souhaiter de nouvelles éditions qui enrichiront prudemment et avec consistance la nomenclature actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Filippi, « Dictionnaire français-khmer, Michel Rethy Antelme et Hélène Suppya Bru-Nut », Moussons, 6 | 2002, 174-177.

Référence électronique

Jean-Michel Filippi, « Dictionnaire français-khmer, Michel Rethy Antelme et Hélène Suppya Bru-Nut », Moussons [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/2649

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page