Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Conférences

« Perspectives on Regional Autonomy in a Multicultural Indonesia »

Singapour, 13-15 mai 2002
Nicolas Buyse
p. 113-115
Référence(s) :

« Perspectives on Regional Autonomy in a Multicultural Indonesia », Singapour, 13-15 mai 2002

Texte intégral

1L’atelier de travail « Perspectives on Regional Autonomy in a Multicultural Indonesia », organisé conjointement par l’Asia Research Institute (Indonesian Study Group) et l’Université Nationale de Singapour (département de Sociologie et Programme d’études sud-est asiatiques) et plus particulièrement mis en œuvre par Carole Faucher et Maribeth Erb (département de Sociologie, NUS), a réuni du 13 au 15 mai 2002 plus d’une trentaine de participants, dont vingt-deux intervenants multinationaux, parmi lesquels une moitié de chercheurs indonésiens.

2Après vingt mois d’« Autonomie Régionale » (Otonomi Daerah) conférant aux districts de l’archipel l’autorité sur la gestion des affaires locales, l’atelier avait pour ambition de dresser un premier bilan des recherches en sciences sociales entreprises sur le sujet. Son principal intérêt fut de favoriser la confrontation des expériences, terrains et résultats de recherches menées jusqu’alors sur ce thème.

3L’organisation performante, la construction en bonne intelligence des thèmes de discussion et l’habile enchaînement des panels et interventions ont permis aux participants d’aborder successivement, puis conjointement, les sciences juridiques, sociales (sociologie, anthropologie contemporaine, géographie, gender issues) et les sciences de l’environnement et de l’éducation pour aboutir, de manière dynamique, à une véritable réflexion de socio-anthropologie du développement politique contemporain dans l’archipel indonésien, démontrant une nouvelle fois avec perspicacité l’intérêt de la pluridisciplinarité en sciences humaines et sociales. Révélatrice de l’« Ordre » inédit actuel en Indonésie « extérieure », une couverture géographique exemplaire a permis d’éviter l’écueil javano-centriste, qui aurait été un comble pour la recherche sur l’« Otonomi » des districts de l’archipel.

4Dans la pratique, le colloque s’est déroulé en cinq panels répartis sur six demi-journées de travail : « The Politics and Jurisdiction of Regional Autonomy », « Identity and Power within Regional Autonomy » (deux demi-journées), « Multiculturalisme and Inter-Ethnic Relations in Contemporary Indonesia », « Regional Autonomy and the Environment » et « Sexuality, Gender, and Regional Autonomy ». Chaque session, comprenant trois à quatre interventions, était suivie d’une discussion, à laquelle s’ajoutait une utile plage horaire quotidienne consacrée spécifiquement aux débats et à une synthèse de la journée.

5à travers ces différents panels, qui représentèrent autant d’échanges et d’enrichissements méthodologiques et théoriques, des convergences de préoccupations et de résultats de recherches ont pu être observées. La construction d’administrations « effectives et efficaces », souhaitée par les bailleurs internationaux, est loin d’être acquise et la dévolution du pouvoir aux autorités locales du district pose souvent des problèmes de compétence, tout en autonomisant localement les phénomènes de corruption et de clientélisme politique. D’autre part, les redéfinitions administratives et territoriales des districts et villages, l’autochtonie (ou le « j’étais là avant » revendiqué socialement, territorialement et politiquement) et la territorialisation du pouvoir entraînent une multiplication des conflits et la révision stratégique des imaginaires populaires à l’échelle des villages et des districts. Ces nouveaux imaginaires et modes d’action, de représentation, ou de mobilisation se mettent en place sur des critères souvent qualifiés d’« ethniques » et justifient la référence au multiculturalisme dans l’intitulé du colloque.

6Si les points forts des panels ont résidé dans les interventions d’universitaires et chercheurs internationaux spécialisés, l’intégration de chercheurs locaux et la participation d’étudiants ont permis de donner une chance à chacun, tout en laissant s’exprimer différents points de vue très proches des terrains de recherche. Il faut aussi noter l’extrême avantage pratique de rassembler sur trois jours un public averti sur un thème donné, permettant ainsi d’approfondir réellement les exposés qui, devant un auditoire profane ou non spécialiste, n’arrivent que trop rarement à dépasser le stade introductif, généralement trop vague, des situations locales.

7Dans le même temps, les périodes de discussion et la conclusion générale, organisées par des chercheurs de très haut niveau et extérieurs à l’aire géographique concernée, ont permis de ne pas s’enfermer dans une spécialisation indonésianiste mais, au contraire, de signaler des pistes de recherche et de rattacher l’archipel et ses entités administrativo-politiques au reste du monde. À cet égard, les excellentes remarques conclusives du Professeur Michael Gilsenan (Dept. of Middle-Eastern Studies, New York University, et Professor Emeritus, Oxford University) ont établi des ponts de comparaison et de réflexion sur l’avenir et les transformations de l’État nation au xxie siècle, en Indonésie comme ailleurs.

8Avant cela, parmi les exposés les plus éclairants et les plus utiles pour la compréhension et la recherche sur la décentralisation en Indonésie, Gary Bell (Law Faculty, NUS) a présenté, avec rigueur et non sans humour (sans doute l’un des principaux critères d’acuité des juristes en Indonésie !), la construction, puis les apories et contradictions internes de l’appareil législatif concernant l’Autonomie Régionale et la répartition des pouvoirs entre échelons administratifs.

9Très énergiquement, Vedi Hadiz (Dept. of Sociology, NUS) et Vivienne Wee (Dept. of Applied Social Studies, City University of Hong Kong) ont exposé successivement les dynamiques locales et nationales de la réorganisation des pouvoirs en Indonésie et un cas d’étude concernant les mouvements indigénistes dans l’archipel de Riau. Cette étude de cas fut complétée et approfondie par la présentation de Carole Faucher (Dept. of Sociology, NUS) sur la réorganisation administrative et la nouvelle hiérarchie des pouvoirs dans la même province.

10Maribeth Erb (Dept. of Sociology, NUS), Michel Picard (Lasema-CNRS) et Minako Sakai (Australian Defence Force Academy, University of New South Wales) ont, chacun par un cas d’espèce détaillé, présenté les velléités de scissions et subdivisions administratives au sein des districts, respectivement à Manggarai, Bali et Bangka-Belitung. Ces phénomènes de (re-) construction identitaire, liés à la décentralisation, suivent les intérêts particuliers et locaux et les stratégies singulières des élites en conflit.

11Muriel Charras (Lasema-CNRS) a resitué historiquement les déséquilibres géographiques de l’archipel indonésien comme point de départ des volontés et des dynamiques d’autonomie régionale. Yunita T. Winarto et Semiarto A. Purwanto (Dept. of Anthropology, Universitas Indonesia) ont insisté, de manière théorique, sur la gouvernance locale et les conflits d’intérêts dans la gestion des ressources naturelles agricoles, puis forestières. Enfin, dans le même sens, mais de manière pratique, Nicolas Buyse (étudiant EHESS-IRD) a présenté la construction, l’organisation et l’impact de la décentralisation sur la gestion forestière locale à partir d’études de cas à Malinau, un nouveau district de Kalimantan-Est.

12Particulièrement bien construit dans la progression des études et des thématiques exposées, cet atelier dynamique et constructif a permis de faire le point et d’échanger – dans un environnement scientifique de haute qualité – expériences et analyses des désordres juridiques, de la folklorisation de l’Histoire et des coutumes locales, du retour romantique de l’indigénisme et de l’atavisme, et de la réinvention, au niveau local, des imaginaires nationaux.

13Aujourd’hui, si l’état des recherches reste embryonnaire du fait même du caractère récent autant que de l’ampleur des changements et des bouleversements politiques en cours en Indonésie, la publication des actes de ce colloque (chez Routledge, courant 2003) devrait permettre d’établir une excellente base pour des études comparatives aux échelles micro-locale, régionale, ou nationale.

14Pour plus d’information sur le programme et les interventions du colloque, contacter : nicolas_buyse@yahoo.com.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Buyse, « « Perspectives on Regional Autonomy in a Multicultural Indonesia » », Moussons, 5 | 2002, 113-115.

Référence électronique

Nicolas Buyse, « « Perspectives on Regional Autonomy in a Multicultural Indonesia » », Moussons [En ligne], 5 | 2002, mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/2743

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page