Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Women and Households in Indonesia. Cultural Notions and Social Practices, Juliette Koning, Marleen Nolten, Janet Rodenburg & Ratna Saptari (éds.)

Londres, Curzon & NIAS, 2000, 354 p.
Laurence Husson
p. 125-127
Référence(s) :

Juliette Koning, Marleen Nolten, Janet Rodenburg, & Ratna Saptari (éds.), Women and Households in Indonesia. Cultural Notions and Social Practices, Londres, Curzon & NIAS, 2000, 354 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui regroupe quinze articles, rigoureusement sélectionnés parmi 29, est né d’une conférence organisée aux Pays-Bas en 1995 sur le thème « Les femmes indonésiennes au foyer et au-delà ». S’adressant aux ethnologues, aux sociologues, aux spécialistes des « études de genre » et, bien entendu, aux indonésianistes, son but déclaré en préface est d’examiner de façon critique l’utilité du concept de foyer (household) dans les divers contextes culturels de l’Indonésie et d’explorer en détail la position des femmes dans les arrangements domestiques existants et au-delà. Les auteures considèrent que la notion de foyer est à reconstruire et à enrichir – toutes les contributions émanent de femmes, à l’exception d’une seule, écrite à quatre mains par un couple, K. et F. von Benda-Beckmann. Comment ? En observant la manière dont les femmes concilient les traditions locales et familiales et l’idéologie nationale, qui régissent leur vie quotidienne, comment elles les défient ou s’en accommodent, consciemment ou inconsciemment. Les auteures entendent démêler les multiples interactions ou combinaisons qui entrent en ligne de compte, pour vraiment comprendre comment les femmes arrivent à trouver un juste équilibre entre ce que la société attend d’elles idéalement et les impératifs de la vie quotidienne.

2L’ouvrage est divisé en cinq sections. La première est composée de deux articles introductifs et théoriques. M. Nolten, dans son « Food for Thought : Reflections on the Conference and the Set-up of this Book », résume l’orientation générale de la conférence et de ses débats en tenant compte des articles qui n’ont pas été inclus dans le volume. Puis Ratna Saptari (« Women, Family and Household : Tensions in Culture and Pratice ») propose, à travers un aperçu général et théorique, les moyens d’analyse nécessaires, tant au niveau micro que macro, pour distinguer la sphère domestique, les réseaux de parenté et le rôle de l’État. Ce faisant, elle présente les principaux thèmes couverts par les sections suivantes.

3La seconde partie est consacrée aux « notions dominantes de famille et de foyer » dans l’Indonésie coloniale, puis moderne. Les politiques nationales et les idéologies qu’elles reflètent ont fortement façonné les rôles de genre et, en particulier, celui des femmes au sein d’un idéal foyer indonésien. Quatre articles examinent, à travers la presse et la littérature, les vues des élites, la façon dont leurs idées ont été traduites dans les politiques nationales passées et récentes et comment elles influencent même les chercheurs dans leur manière d’aborder la notion de foyer.

4Dans « Colonial Ambivalencies : European Attitudes toward the Javanese Household (1900-1942) », E. Locher-Scholten décrit le regard bifocal des autorités coloniales masculines sur le foyer javanais. Le foyer priyayi est perçu comme une unité de socialisation, tandis que le foyer paysan n’est qu’une unité de production. Le rôle des femmes dans ces deux types de foyers est évalué différemment et les politiques coloniales s’en ressentent. Le concept de femme au foyer s’appliquait aux femmes de l’élite ainsi qu’aux chrétiennes des villes et des campagnes, tandis que le travail des femmes de foyers paysans était reconnu et encouragé par les autorités coloniales. Cette vision est confirmée par S. Blackburn et B. Hatley (« Representations of Women’s Roles in Household and Society in Indonesian Women’s Writings of the 1930s »), qui notent que la propagande d’État, les politiques et les médias, si elles ont un impact certain sur la vie des femmes, n’empêchent pas, au contraire, l’existence de multiples arrangements, aménagements de vie déviants par rapport au schéma culturel dominant. En dépit de normes restrictives, les femmes inventent et explorent des voies alternatives. S. Tiwon (« Reconstructing Boundaries and Beyong »), quant à elle, s’interroge sur l’exclusion/marginalisation des femmes (entre autres) dans le projet de construction de la nation sous le régime de l’Ordre nouveau. Avec « Beyond Women and the Household in Java : Re-examining the Boundaries », D. Wolf clôt cette partie en prônant une grande flexibilité pour définir les multiples formes de foyers, les relations entre membres d’un même foyer, ainsi que les relations entre le foyer et d’autres institutions.

5Dans la troisième partie, clairement intitulée « Récuser le concept de foyer », les trois contributions, prenant comme point de départ les vues et les perspectives des femmes et conduisant le lecteur hors de Java (aux Moluques, à Bali et à Sumatra), montrent que cette notion de foyer est impropre à rendre compte des relations de genre, qu’elles soient d’homme à femme ou de femme à femme. K. et F. von Benda-Beckmann (« Houses, People and Residence : The Fluidity of Ambonese Living Arrangements ») étudient la tradition de co-résidence, qui génère autant de formes possibles de coopération que de tensions au sein de la famille ambonaise. L’analyse montre clairement que le partage d’un même toit est une affaire de femmes, même si la tradition de la co-résidence est régie par le principe patrilocal d’un système de parenté patrilinéaire. Dans « Bitter Honey : Female Agency and the Polygynous Household, North Bali », M. Jennaway examine les subtils arrangements des ménages (négociations entre le mari et sa première épouse, entre celle-ci et la seconde épouse) de la côte nord de Bali. Et J. van Reenen, dans « The Salty Mouth of a Senior Woman : Gender and the House in Minangkabau », décrit le rôle pivot des femmes âgées dans la « grande maison » d’une société matrilinéaire, celle des Minangkabau, et au dehors. Elle montre qu’une analyse de détail des réseaux personnels des femmes et des hommes est plus riche d’enseignements sur les relations de genre qu’une simple étude du foyer au sens strict, de la cuisine, ou de la famille.

6Dans la quatrième partie, qui traite de la « mobilité, des arrangements domestiques et de la vie familiale », l’impact des schémas migratoires sur les arrangements domestiques et la vie de famille est étudié à travers trois monographies. La migration, spontanée ou planifiée, passée ou présente, a eu d’énormes conséquences sur la famille, entre autres. Pourtant, la politique et l’idéologie familiales de l’Ordre nouveau sont bien peu appropriées à la vie quotidienne des populations migrantes. Trois formes de mobilité sont examinées : la migration journalière, la migration ville/campagne et la transmigration. Dans tous les cas, les femmes, migrantes ou demeurant au foyer, prennent une part active et décisive dans le processus migratoire.

7J. Koning (« Different times, Different Orientations : Family Life in a Javanese Village ») montre comment la mobilité physique redéfinit la mobilité sociale, à l’instar des relations à l’intérieur et à l’extérieur du foyer dans le centre de Java, où la famille nucléaire domine encore. B. Elmhirst (« Negotiating Gender, Kinship, and Livelihood Practices in an Indonesian Transmigration Area ») décrit un intéressant aspect de la question : le poids de la culture sur le rôle économique des filles de migrants javanais, qui doivent trouver du travail sur place, et des filles des familles locales, qui vont chercher du travail ailleurs. Et J. Rodenburg (« Staying Behind : Conflict and Compromise in Toba Batak Migration ») montre comment, dans la société patrilinéaire des Batak du lac Toba, les femmes facilitent la migration masculine en prenant les commandes de la ferme et de la famille et comment elles manipulent à leur avantage les relations de genre existantes.

8La dernière partie, « Au-delà des dichotomies » (entre sphère privée et sphère publique, entre travail et reproduction, etc.), vise à se dégager de ce mode d’analyse souvent utilisé dans la littérature féministe. Les études présentées montrent que, si l’espace est sexué, les limites entre la maison et le lieu de travail sont néanmoins souvent fluctuantes, les femmes s’adaptant et tirant profit des cadres existants. W. de Jong (« Women’s Networks in Cloth Production and Exchange in Flores ») dépeint les multiples réseaux, relevant d’échelles différentes, de liens tissés par une communauté villageoise produisant des textiles ikat. Dans le monde ouvrier, R. Saptari (« Networks of Reproduction among Cigarette Factory Women in East Java ») examine la façon dont, durant les quarante dernières années, l’idéologie a pu être modifiée par la pratique. Enfin, G.G. Weix (« Hidden Managers at Home : Elite Javanese Women Running New Order Family Firms ») montre comment, dans les entreprises familiales gérées par des femmes au sein même du foyer, celui-ci tend à devenir un espace social hybride.

9À la lecture de cet ouvrage, on l’aura compris, bien des stéréotypes sur la notion de foyer volent en éclats. Et même si l’ouvrage ne se conclut pas par l’invention d’un nouveau concept, le lecteur est heureux d’avoir tant appris sur l’inventivité et le courage des femmes indonésiennes, extraordinairement diverses et en permanente adaptation, à l’image de leur pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « Women and Households in Indonesia. Cultural Notions and Social Practices, Juliette Koning, Marleen Nolten, Janet Rodenburg & Ratna Saptari (éds.) », Moussons, 5 | 2002, 125-127.

Référence électronique

Laurence Husson, « Women and Households in Indonesia. Cultural Notions and Social Practices, Juliette Koning, Marleen Nolten, Janet Rodenburg & Ratna Saptari (éds.) », Moussons [En ligne], 5 | 2002, mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/2760

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page