Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

The Politics of Ruins and the Business of Nostalgia, Maurizio Peleggi

Bangkok, White Lotus Press, « Studies in Contemporary Thailand », n° 10, 2002, 100 p.
Jean Baffie
p. 132-135
Référence(s) :

Maurizio Peleggi, The Politics of Ruins and the Business of Nostalgia, Bangkok, White Lotus Press, « Studies in Contemporary Thailand », n° 10, 2002, 100 p.

Texte intégral

  • 1 En 2001/2002, Peleggi donne un cours intitulé « A history of East-West artistic interactions », don (...)
  • 2 Sa maîtrise, soutenue en 1994 à ANU, a pour titre « National heritage and nationalist narrative in (...)

1M. Peleggi semble être un des rares chercheurs italiens travaillant sur l’Asie du sud-est. Historien, diplômé des universités de Rome et de l’Australian National University de Canberra, il enseigne à l’Université Nationale de Singapour1. Un ouvrage sur les pratiques de consommation et de représentation à la cour du roi Chulalongkorn, apparemment tiré de sa thèse de doctorat soutenue en 1998, est annoncé pour 20022.

2Le présent ouvrage est court (83 pages de texte) et une partie des chapitres 4 et 5 a paru en 1996 dans les Annals of Tourism Research (23,2) sous le titre « National heritage and global tourism in Thailand ». Même si ce n’est précisé nulle part, il s’inscrit dans la mouvance post-moderniste qui se plaît à braquer le projecteur sur des objets jusqu’ici négligés ou sous-estimés. Il examine le traitement des sites archéologiques, des musées, des monuments et des grandes célébrations nationales afin de mettre en évidence les manipulations nationalistes et les exploitations touristiques.

  • 3 Le premier est déjà à la retraite et la seconde ne devrait pas tarder à prendre la sienne. Notons q (...)

3Le premier essai intitulé « The politics of ruins » (p. 11-58) retrace l’histoire des institutions concernées, comme le Krom Silpakorn (Département des Beaux-Arts) et les musées (dont le Musée National de Bangkok), et des politiques de protection du patrimoine, surtout depuis le règne de Rama VI (1910-1925), et il s’attache particulièrement au développement de « parcs historiques » et à l’inscription des sites et monuments thaïlandais au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’UNESCO. Peleggi apporte au passage quelques informations sur les travaux des « nouveaux 3 »historiens, tels Srisakara Vallibothama et Dhida Saraya, qui, depuis quelques décennies, prônent le développement des recherches sur les histoires régionales.

  • 4 « Texts about Jean Beaudrillard », voir le site http://sun3.lib.uci.edu/~scctr/Wellek/baudrillard/P (...)

4Plus rapide (p. 59-79), le second essai, « The business of nostalgia », aborde le domaine de la consommation culturelle de Bangkok et des provinces de Thaïlande par les visiteurs nationaux et internationaux. Certains sites touristiques sont passés en revue : Palais Royal-Pagode du Bouddha d’Emeraude, Pont de la Rivière Khwae, Maison de Jim Thompson, Muang Boran (un ensemble des principaux monuments du pays reconstitués en miniature, dans la province de Samut Prakan) et même Patpong, le quartier des bars à prostituées. L’idée, empruntée à Jean Baudrillard, est que l’image du passé telle qu’elle est donnée par des sites composant un héritage culturel ne serait que nostalgie, à savoir une prolifération de mythes d’origine et de signes de la réalité, dont la vérité, l’objectivité et l’authenticité sont d’occasion4.

  • 5 Son rédacteur en chef actuel est Niwat Kongpien, le spécialiste thaïlandais de la critique de nus ( (...)

5L’ensemble est assez stimulant et le chercheur spécialisé sur la société et l’histoire de la Thaïlande y trouvera des pistes nouvelles. Mais dans un ouvrage aussi court, les thèmes ne peuvent être qu’effleurés. Ainsi, l’auteur se réfère souvent à la revue bilingue Muang Boran, excellente publication sur l’histoire, l’archéologie et l’histoire de l’art dirigée par Srisakara Vallibothama, et mentionne à plusieurs reprises les mensuels Sinlapa-watthanatham et Sarakhadi. Il est difficile, toutefois, de les mettre sur le même plan. Sinlapa-watthanatham est devenue une revue grand public5, au lectorat beaucoup plus vaste que Muang Boran, et Sarakhadi peut, par le style et le contenu, être comparée au National Geographic, même si la majorité des sujets traités ne concerne que la Thaïlande (les articles sur l’environnement naturel et l’ethnologie sont au moins aussi nombreux que ceux concernant le patrimoine archéologique et architectural). Mais il aurait été plus intéressant – et cela n’a jamais été fait – d’ébaucher une analyse de l’image des richesses archéologiques du pays dans le magazine de voyage le plus ancien et le plus populaire, O.So. Tho. Anusan, que publie l’Office national du tourisme depuis les années 1960.

6Il est trop rapidement question (p. 21) de l’identité nationale thaïe (ekkalak khong chat thai) et les rares publications citées ne rendent pas compte de la profusion de brochures, magazines, actes de colloques et ouvrages publiés depuis la fin des années 1970. La filiation avec l’époque des gouvernements Phibunsongkhram (1938-1944 et 1948-1957), où l’un des slogans était « la culture est une des forces de la nation » (watthanatham pen kamlang suan nung khong chat ; Bunyarattaphan 2484), aurait pu être montrée. En 1977, le Dr. Ekkawit Na Thalang, qui allait devenir l’animateur le plus connu du mouvement identitaire, présentait devant le Collège de la défense nationale (Witthayalai pongkan ratcha-anachak) un mémoire intitulé Ekkalak thai thi mi phon to khwam mangkhong khong chat (Impacts de l’identité thaïlandaise sur la sécurité nationale). Faisant l’objet d’une publication grand public en 1991, cet essai choisit un titre plus neutre, Wikhro ekkalak thai nai krasae khwam plianplaeng (Essai d’analyse de l’identité thaïlandaise en période de changement ; Na Thalang 2534). Mais il est vrai qu’il s’agit d’un sujet de thèse, à ma connaissance jamais encore traité.

7La problématique de la construction des images du pays à visiter par les touristes, d’un grand intérêt (p. 73), mériterait un plus long développement, d’autant que le sujet des stéréotypes nationaux paraît revenir à la mode (cf. Mayer 1996, Amossy & Pierrot 1997 et, surtout, Jeanneney 2000).

8Les erreurs factuelles, les dates erronées, voire les coquilles (bath pour baht, p. 65, etc.), sont malheureusement trop nombreuses. Une bonne relecture aurait permis d’en éviter beaucoup, ce qui semble confirmer l’opinion, souvent entendue ces derniers temps, que la maison White Lotus s’attache plus à la quantité d’ouvrages publiés qu’à la qualité de l’édition. Les spécialistes sauront corriger les erreurs et, ce petit ouvrage n’ayant pas l’ambition de figurer parmi les livres de référence, l’étudiant sera prudent de vérifier systématiquement les données avancées. Je me contenterai de relever, en vrac, quelques-unes des erreurs les plus sérieuses.

9Ce ne sont pas les ambassadeurs et les missionnaires comme De La Loubère et Gervaise qui dessinèrent les cartes du Siam du xviie siècle que l’on trouve dans leurs livres, mais bien des cartographes, qui d’ailleurs les signèrent. * George Cœdès quitta le service du Siam en 1929. Nommé directeur de l’EFEO le 2 septembre, il débarqua à Saigon le 30 octobre pour prendre ses fonctions. * Il est bien dommage que personne ne lise la contribution de B.-P. Groslier (1980) à Orient. Mélanges offerts à Georges Condominas, dans laquelle il tente de montrer que les Syam Kuk des bas-reliefs d’Angkor ne sont pas les ancêtres des Thaïs d’aujourd’hui, mais des groupes autochtones, probablement des Kuy. * Les spectacles auxquels on peut assister quotidiennement dans l’enceinte du lak muang, le poteau fondateur de Bangkok, ne sont pas du like (likai ?), mais du lakhon chatri. * Commencé le 14 octobre 1973, le gouvernement de Sanya Thammasak prit fin le 15 février 1975, et non pas en 1974 (p. 57). * Lors de la fameuse grève de 1975 à l’hôtel Dusit Thani (p. 62), c’est Mme Chanat Piya-oui, fameuse femme d’affaires d’origine hainanaise et représentante des actionnaires, qui mena les négociations d’une main très ferme (Sapphaibun 2543 : 228). * Il y a confusion entre Aranyaprathet, une ville de la province orientale de Sa-Kaeo, et Sayam Araya, le mensuel lancé par la Siam Society (et aujourd’hui suspendu). * La maison de Jim Thompson était déjà un musée ouvert au public avant la disparition de son propriétaire en avril 1967.

  • 6 Sans doute faudrait-il lire sa thèse pour saisir la différence entre nobility et officialdom, puisq (...)

10Le principal reproche que l’on peut faire à Peleggi est d’être un historien malheureusement bien peu sociologue. S’il doit avoir une idée assez précise du système sakdina (féodal) thaï6, il ne semble réaliser à aucun moment qu’un nombre étonnant des historiens, des promoteurs de l’identité thaïe et des plus farouches partisans de la protection du patrimoine national sont des Chinois de deuxième ou de troisième génération. Bien intégrés et même acculturés – bi-culturés, faudrait-il dire, quoique leur rapport à la culture thaïe soit bien différent de leur rapport à la culture chinoise –, ils sont particulièrement puissants dans le secteur du tourisme, depuis longtemps une spécialité des Chinois hainanais et hokkien (Sasiwongsarot 2543 : 17 ; Baffie 2001 : 260-261). Il sera bien difficile, dans ce cas, de parler de « business of nostalgia ». « Commercialisation de la culture (des autres) » serait une expression plus appropriée, même si la tendance à commercialiser la culture chinoise de Thaïlande est déjà bien marquée, avec les fréquentes manifestations dans la ville chinoise traditionnelle de Bangkok (Yaowarat), les cérémonies du nouvel an chinois dans la ville de Nakhon Sawan (où les Hainanais sont particulièrement nombreux), ou le festival végétarien de Phuket (une île méridionale où la communauté chinoise locale est surtout hokkien). Mais l’auteur ne s’engage pas sur un terrain aussi sensible.

11S’il est exagéré, pour ce livre, de parler de « an extremely interesting study » (Richie 2002), il serait sans doute injuste de juger l’auteur sur un texte aussi bref. Certes, manquent des références importantes pour un tel sujet, comme l’article de Yuk Mukdawichit (2537) ou les actes du colloque du 22 juin 1995 (Natsupha & Loetwicha 2539), mais Peleggi ne disposait sans doute pas à Singapour ou à Canberra de toute la littérature disponible en thaï à Bangkok. Le livre annoncé sera sûrement plus abouti (Peleggi, à paraître). La communauté des Européens thaïsants peut cependant se réjouir de l’arrivée sur le champ des études thaïes d’un représentant de l’Europe du sud.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth, & Anne Herschberg Pierrot, 1997, Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris, Nathan, 128 p.

Baffie, Jean, 2001, « Les Hainanais de Thaïlande : une minorité tournée vers Bangkok plus que vers Haikou », in Hainan. De la Chine à l’Asie du Sud-Est. Von China nach Südostasien, C. Salmon & R. Ptak (éds.), Wiesbaden, Harrassowitz, p. 255-296.

Bunyarattaphan, Soem, 2484 [1941], watthanatham pen kamlang suan nung khong chat (La culture est une des forces de la nation), Bangkok, Bamrungnukunkit, 45 p.

Groslier, Bernard-Philippe, 1980, « Les Syam Kuk des bas-reliefs d’Angkor Vat », in Orients. Mélanges offerts à Georges Condominas, Paris, Sudestasie-Privat, p. 107-126.

Jeanneney, Jean-Noël (éd.), 2000, Une idée fausse est un fait vrai. Les stéréotypes nationaux en Europe, Paris, Odile Jacob, 230 p.

Mayer, Nonna, 1996, « Une approche psycho-politique du racisme », Revue française de sociologie, XXXVII (3), p. 419-438.

Mukdawichit, Yuk, 2537 [1994], « Kanmuang ruang watthanatham nai sangkhom thai ph.s. 2501-2537 » (La politique et culture dans la société thaïlandaise de 1958 à 1994), Warasan Thammasat, 20 (3), p. 20-41.

Na Thalang, Ekkawit, 2534 [1991], Wikhro ekkalak thai nai krasae khwam plianplaeng (Essai d’analyse de l’identité thaïlandaise en période de changement), Bangkok, Samnak-ngan khana-kammakan watthanatham haeng chat (Bureau de la commission nationale pour la culture), 111 p.

Natsupha, Chatthip, & Phonphilai Loetwicha (éds.), 2539 [1996], Thitthang watthanatham thai (Les tendances de la culture en Thaïlande), Sunsuksa setthasat kan-muang, Khana Setthasat, Mahawitthayalai Chula-longkorn, 158 p.

Peleggi, Maurizio, 2002, Lords of Things. The fashioning of the Siamese monarchy’s modern image, Honolulu, University of Hawai’i Press, 232 p.

Richie, Donald, 2002, « The past made perfect », The Japan Times on line <http://www.japantimes.co.jp>.

Sapphaibun, Thanawat, 2543 [2000], 55 Trakun dang (55 familles célèbres), Bangkok, Krungthep Thurakit, 338 p.

Sasiwongsarot, Khwanchit, 2543 [2000], Hokkien, Bangkok, Sathaban wichai paha lae watthanatham phua phatthana chonnabot, Maha-witthayalai Mahidon, 32 p.

Haut de page

Notes

1 En 2001/2002, Peleggi donne un cours intitulé « A history of East-West artistic interactions », dont on trouvera une présentation dans http://ivle.nus.edu.sg/ivle/search/courseoutline.

2 Sa maîtrise, soutenue en 1994 à ANU, a pour titre « National heritage and nationalist narrative in contemporary Thailand : an essay on culture and politics » (116 p.).

3 Le premier est déjà à la retraite et la seconde ne devrait pas tarder à prendre la sienne. Notons que l’âge de la retraite est de 60 ans et que même les intellectuels les plus brillants ont du mal à poursuivre des recherches après avoir quitté l’université.

4 « Texts about Jean Beaudrillard », voir le site http://sun3.lib.uci.edu/~scctr/Wellek/baudrillard/P. html.

5 Son rédacteur en chef actuel est Niwat Kongpien, le spécialiste thaïlandais de la critique de nus (photographies, films…).

6 Sans doute faudrait-il lire sa thèse pour saisir la différence entre nobility et officialdom, puisque dans le système sakdina tout détenteur d’une fonction officielle se trouve anobli (p. 45).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « The Politics of Ruins and the Business of Nostalgia, Maurizio Peleggi », Moussons, 5 | 2002, 132-135.

Référence électronique

Jean Baffie, « The Politics of Ruins and the Business of Nostalgia, Maurizio Peleggi », Moussons [En ligne], 5 | 2002, mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/2770

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page