Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam, de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Philippe Langlet & Quach Thanh Tâm

Paris, Les Indes Savantes, 2001, 248 p.
Fabien Lotz
p. 146-147
Référence(s) :

Philippe Langlet & Quach Thanh Tâm, Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam, de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Paris, Les Indes Savantes, 2001, 248 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, défini comme « une ébauche de synthèse et non un ouvrage de recherches », se présente sous la forme d’une chronologie des événements qui ont succédé, après 1975, à la réunification du Viêt Nam, dans les domaines politique, économique et culturel. Le but apparemment poursuivi par les auteurs était de présenter un ouvrage qui puisse être considéré comme un manuel de base, fourni en données factuelles lorsque cela était possible, et de faire un tour d’horizon des recherches sur la transformation des lignes directrices du Parti communiste vietnamien face aux contraintes internes et externes.

2Le texte est découpé en trois périodes. La première (1975-1980) commence avec la chute de Saigon et dépeint la difficile poursuite de l’effort de guerre contre les forces extra-territoriales, l’étroite marge de manœuvre diplomatique d’un pays unifié au terme d’une douloureuse guerre civile et, sur le plan intérieur, l’application des méthodes marxistes au Sud Viêt Nam. Les tensions avec le grand frère chinois atteignent leur paroxysme avec l’intervention vietnamienne au Cambodge en 1979 et la riposte de la Chine, alliée des Khmers Rouges, à la frontière a fait craindre le début d’un nouvel épisode du conflit séculaire sino-vietnamien. La réaction internationale à l’intrusion militaire en pays khmer renforça la dépendance du Viêt Nam à l’égard de l’URSS.

3La décennie suivante (1980-90) voit se développer la dialectique particulière du PCV, partagé entre la volonté de poursuivre les réformes socialistes et les graves difficultés que rencontre le pays. Cette dialectique aboutit à l’adoption lors du vie Congrès, en 1986, de la politique dite de đổi mới. Entre crispation politique et ouverture économique, le Parti réaffirme sa primauté, non plus seulement à cause de la menace extérieure, mais aussi pour la sauvegarde d’une stabilité intérieure indispensable au changement d’orientation économique. L’échec des coopératives dans le Sud, l’émergence de marchés parallèles et les crises alimentaires amènent l’appareil politique à reconsidérer le mode de gestion agricole. La famille est réhabilitée au rang d’unité de production contractuelle et se voit allouer des droits sur la terre qu’elle exploite.

4Narguant ceux qui avaient prophétisé sa chute, le PCV assure toujours sa direction sans partage pendant la dernière décennie du xxe siècle. Parallèlement, l’étau autour de l’activité économique s’est progressivement desserré, avec la privatisation de nombreuses sociétés étatiques et l’afflux d’investissements étrangers, en majorité asiatiques. C’est pour désigner cette dialectique paradoxale, entre libéralisme économique et conservatisme politique, que l’auteur emploie le terme de « néocommunisme », sans d’ailleurs en proposer une définition précise.

5La lecture de l’ouvrage se révèle fastidieuse pour de nombreuses raisons. La structure inductive du discours, caractéristique de la recherche vietnamienne, court-circuite la réflexion du lecteur, alors réduit à un rôle passif face à une démonstration qui lui échappe tant le propos se veut mesuré. De plus, les sources ne sont pas hiérarchisées, présentant, pêle-mêle, des ouvrages de recherche, des articles de presse et des entretiens. Citer le Courrier du Viêt Nam sans mettre en garde le lecteur peut être source de confusion. L’énumération de faits glanés dans la lecture des journaux, ajoutée aux considérations personnelles des auteurs, donne l’impression d’une longue actualité commentée.

6Du point de vue de la forme, le texte est émaillé de fautes de frappe, de style et de syntaxe, qui font douter qu’une relecture ait pu être effectuée. La transcription des termes vietnamiens sous une forme phonétique incomplète, éliminant les tons, n’a pas lieu d’être et les vietnamophones n’y retrouveront pas plus leurs petits que les autres, à qui le recours au dictionnaire est ipso facto dénié. Le sentiment général qui se dégage est qu’il s’agit d’un ouvrage quelque peu bâclé, foisonnant de sentences difficilement compréhensibles pour ceux qui ne connaissent pas le vietnamien, dont elles sont traduites trop littéralement.

7Cet ouvrage, un effort certainement louable au vu des difficultés rencontrées en termes de sources par tous ceux qui travaillent sur le Viêt Nam contemporain, ne fournit pourtant qu’un ensemble de clefs de compréhension difficilement utilisable. Cette somme des bribes d’analyse ne constitue pas en elle-même une ligne directrice clairement définie et pèche par le mauvais ciblage de son lectorat. L’engagement d’une réflexion plurielle de chercheurs vietnamiens d’outre-mer sur la question aurait probablement été plus fructueux qu’une tentative de synthèse à la première personne. Au final, le lecteur se demande à qui s’adresse le propos, tant la volonté de ne pas froisser le gouvernement vietnamien est patente, qui transforme l’ouvrage en une longue prière appelant les dirigeants à plus de tolérance et de flexibilité. Paradoxalement, la presse vietnamienne locale elle-même montre un ton plus agressif. On peut légitimement s’interroger sur la place des intellectuels việt khiều (Vietnamiens d’outre-mer) dans la recherche sur le Viêt Nam contemporain, entre les excès des opposants émigrés et le discours officiel.

8Quant à la ligne éditoriale des Indes Savantes, il me semble approprié de souligner ici qu’autant il est utile de publier des manuels de ce type pour les besoins des étudiants et des chercheurs, autant il serait bon de les faire relire sérieusement, ainsi que de permettre une impression des caractères vietnamiens, faute de quoi la vocation réellement scientifique de ses ouvrages risque d’être mise en doute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Lotz, « Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam, de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Philippe Langlet & Quach Thanh Tâm », Moussons, 5 | 2002, 146-147.

Référence électronique

Fabien Lotz, « Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam, de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Philippe Langlet & Quach Thanh Tâm », Moussons [En ligne], 5 | 2002, mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/2786

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page