Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

De Palmes et d’épines. Tome I : Vers le Domaine des génies (Pays maa’, Sud Viêt Nam, 1947-1963), Jean Boulbet

Paris, SevenOrients, coll. « Nature humaine. Ethnologie, littérature, histoires naturelles », 2002, 345 p., cartes, 32 photographies.
Jean Baffie
p. 147-150
Référence(s) :

Jean Boulbet, De Palmes et d’épines. Tome I : Vers le Domaine des génies (Pays maa’, Sud Viêt Nam, 1947-1963), Paris, SevenOrients, coll. « Nature humaine. Ethnologie, littérature, histoires naturelles », 2002, 345 p., cartes, 32 photographies.

Texte intégral

  • 1 Je l’ai particulièrement réalisé lorsque j’ai voulu retracer la biographie du fondateur de la socié (...)

1Les autobiographies m’ont toujours paru quelque peu suspectes. N’est-ce pas souvent pour couper l’herbe sous le pied de quelque biographe à venir qu’un personnage connu choisit de sélectionner lui-même les éléments de sa vie qu’il souhaite laisser à la postérité. Ces récits de vie sont souvent assez décevants et révélateurs par ce qu’ils cachent autant que par ce qu’ils exposent1.

  • 2 Ce n’est qu’un échec relatif sur un plan personnel, puisqu’un poste à l’École française d’Extrême-O (...)

2« Vers le Domaine des génies » est la première partie de la biographie de Jean Boulbet, intitulée De Palmes et d’épines. Dans ce premier ouvrage, il est davantage question de palmes, comprendre « de bonheurs », que d’épines (de malheurs), même si l’expulsion du Viêt-nam, en juillet 1963, résonne comme un échec2. Notons tout de suite que la tranche de vie donnée en sous-titre (1947-1963) n’est pas la seule traitée. À diverses reprises, Boulbet évoque son enfance passée entre Lavelanet et Le Peyrat, en Ariège, et Arles (Bouches-du-Rhône), où il mena des études jusqu’à la première partie du baccalauréat. L’époque de la guerre et de la résistance est également rappelée avec quelque détail. Agent de liaison d’un bataillon FFI à l’âge de dix-sept ans, il est intégré à la Première Armée française en 1944 et poursuit les Allemands jusque chez eux. En mai 1945, lorsque la paix est installée en Europe, il a envie de poursuivre l’aventure et se porte volontaire pour l’Extrême-Orient. Après quatre années passées « sous les drapeaux », estimant que la République française n’avait plus besoin de lui en uniforme (p. 205) il se fait démobiliser sur place, en Indochine, et, avec un camarade de fortune, rejoint la station agronomique de Blao sur les PMSI (Pays montagnards du Sud-indochinois), où il sera employé dans des plantations de café et de thé.

  • 3 Sur l’Indochine coloniale et les Moïs, voir Le Colon, de Paul Bory, Tours, Alfred Mame et fils, [ci (...)

3De 1945 à 1963 nous assistons à un parcours exceptionnel3. Un jeune soldat de dix-neuf ans, en vérité mal à l’aise sous l’uniforme, s’initie au métier de planteur et, surtout, se passionne pour les forêts peu connues, les blancs des cartes d’État-major de l’époque, qui renferment des trésors, des populations aux cultures matérielles, aux coutumes, aux littératures orales attirantes. Peu à peu, l’Ariégeois encore mal dégrossi, au contact des montagnards maa’, hommes et, surtout, femmes, apprend les langues et les bonnes manières et devient Dam Böt, le double indigène de Jean Boulbet, un être mixte – Français-Maa’ – qui sent le pays, noue des alliances et dénoue les problèmes les plus délicats. Boulbet-Dam Böt fait d’abord de l’ethnographie sans le savoir, parce que cela lui plaît, parce que c’est fort utile dans son métier de planteur, parce que cela facilite ses relations avec les jeunes filles maa’. Mais après quelques rencontres décisives, dont celles de Raymond Eches et de Georges Condominas, ceci le conduit, au début des années 1960, dans le bureau de Claude Lévi-Strauss. Il obtient alors un diplôme de l’École Pratique des Hautes Études, après lequel il se voit offrir par Jean Filliozat et Bernard-Philippe Groslier un poste à l’École française d’Extrême-Orient.

  • 4 Voir www.ethnologue.com et <www.joshuaproject.net>.

4Nous connaissons le groupe ethnique des Ma (ou Maa’) d’après les seuls travaux de Jean Boulbet, comme nous connaissons les Mnong Gar par les travaux de Georges Condominas, les Reungao par ceux du père Kemlin, les Jörai surtout par ceux de Jacques Dournes, etc. Si l’on met à part le cas de G. Condominas, il est clair qu’il s’agissait d’une sorte d’ethnographie d’urgence faite par des planteurs et des missionnaires curieux et connaissant bien les langues et les populations qu’ils étudiaient. Actuellement, les Maa’ seraient au nombre de 25 000 à 30 000, d’après des sources missionnaires américaines4.

  • 5 Nuits d’Extrême-Orient, de Louis Brunet, Oran, Imprimerie Heintz Frères, 1936, 180 p. ; et Guide in (...)
  • 6 Voir Monographie de la femme de Cochinchine, de A.T. Mondière, Paris, G. Masson, 1882 (extraits dan (...)

5Par moments, cette autobiographie de Jean Boulbet nous rappelle des ouvrages comme Nuits d’Extrême-Orient de Louis Brunet ou même le Guide international de l’amour de Louis-Charles Royer5. L’auteur consacre en effet un nombre considérable de pages à ses conquêtes féminines, depuis ses flirts avec Sabine, l’Arlésienne, jusqu’à Marguerite, la Camerounaise, en passant par la jeune Allemande avec laquelle il a perdu sa virginité en 1945, et la blonde lycéenne de Saigon. Ayant vécu à Blao entre l’âge de 21 ans et celui de 37 ans, Boulbet ne pouvait qu’accorder la place qui lui revient à « la cuisse », comme il l’écrit en début d’ouvrage (pp. 51-52). À posteriori probablement, il a même en quelque sorte théorisé cela en ce que l’on pourrait nommer une forme d’érotocratie : arriver à ses objectifs et, notamment, régler les différends grâce aux bonnes relations – entendre relations amoureuses ou sexuelles – qu’il a su établir avec les jeunes filles maa’, tout au long de son séjour et de ses périples, un mode d’administration par les femmes. Refusant dès le départ de suivre les consignes strictes données aux nouveaux arrivants d’éviter tout contact avec les femmes montagnardes, Boulbet suit ses instincts de jeune homme qui le poussent vers les jeunes filles et s’en porte on ne peut mieux. Il apprend les langues et entre à sa manières dans des relations de parenté. Certaines descriptions du corps des femmes montagnardes – qu’il ne fut pas le seul à apprécier, loin de là6 – et certains développements sur les mœurs amoureuses laissent penser que Boulbet aurait pu – en d’autres temps et en d’autres occasions – devenir un éminent spécialiste d’anthropologie de la sexualité. On peut au moins reconnaître à l’auteur le mérite de refuser l’hypocrisie, ceci étant bien entendu plus aisé une fois la retraite prise. Bien rares sont encore les ethnologues qui précisent dans leurs publications quelle a été leur participation aux activités amoureuses et sexuelles de la population étudiée durant les douze ou seize mois passés « sur le terrain ».

  • 7 Voir pp. 42, 75 et 77 in Les Petits soleils, d’Erwan Bergot, Paris, Éditions France-Empire, 1966, 2 (...)
  • 8 Sur ce personnage, « élu roi le 1er juin 1888 », les sources ne manquent pas. Voir, par exemple, «  (...)
  • 9 L’Adieu au roi, de Pierre Schoendoerffer, Paris, Grasset, 1969. Mais l’action du film tiré du livre (...)
  • 10 Voir « Pierre-Amédée Gautier (1850-1934) », de Maurice Dubourg, in Hommes et Destins. Tome vi, Asie(...)

6Boulbet est un personnage de roman. Il a probablement inspiré à Erwan Bergot le personnage de Seilhac, planteur aux yeux bleus des Hauts Plateaux, venu en Indochine comme soldat, et qui finit par se sentir plus Moï que Français7. Boulbet-Dam Böt a pu être surnommé « le roi des Moïs ». Il s’est montré un peu agacé de ce titre, qu’il mérite sans doute davantage que le célèbre Marie de Mayréna ou « Marie Ier, roi des Sedang », dont il évoque rapidement la figure (pp. 324-325)8. Pierre Schoendoerffer se serait inspiré de l’un et l’autre pour écrire L’Adieu au Roi (1969), qu’il transposa à Bornéo9. Le plus étonnant dans ces histoires de « rois des Moïs » est sans doute que, lorsque c’est réellement un autochtone qui revendique le titre, il est généralement traité de brigand10. Ici encore, chez Boulbet, une femme a joué un rôle essentiel. N’eut-il pas pour compagne K’Dot, fille d’un bötao, entendez un prince ou un roi (p. 265) ? Et s’il ne fut pas roi, Dam Böt revendique tout de même le titre de « Prince consort » (chapitre xii).

  • 11 Ami Yoh, la femme rhadé interviewée par Susan Sheehan en 1965 ou 1966, insiste sur ces bonnes relat (...)

7Cet ouvrage sur les relations entre les Proto-Indochinois (le terme est employé par Boulbet dans son premier livre, publié en 1967 par l’EFEO) et les Français nous permet de saisir pourquoi ces derniers ont laissé un excellent souvenir sur les Hauts Plateaux11. Mais il ne faut pas oublier que la présence de planteurs – et même de planteurs-ethnologues – a été considérée comme extrêmement dommageable pour ces populations par des administrateurs puristes comme Léopold Sabatier qui, dans les années 1911-1926, voulut interdire l’accès des régions moï aux Européens comme aux Vietnamiens.

  • 12 Voir « Etienne Denis junior (1889-1962) », de Louis Caubet, in Hommes et Destins. Tome vi, Asie, 19 (...)
  • 13 Même maladroit comme dans l’ouvrage de G. Bertrand (pp. 241-244), un glossaire est réellement utile (...)

8Bien entendu, De Palmes et d’épines n’est pas un ouvrage scientifique à proprement parler et l’on peut pardonner quelques imprécisions à un auteur qui écrit à Patong, dans l’île de Phuket. Quelques recherches auraient pu toutefois compléter le souvenir, comme lorsqu’il est question de la maison de commerce Denis Frères (pp. 240-242) : voir la courte biographie d’Etienne Denis donnée par Louis Caubet12. L’absence d’un glossaire de termes locaux avec, en introduction, quelques éléments sur la langue des Maa’ est un léger handicap13. Les photographies sont le plus souvent très belles et il est dommage qu’elles n’aient pas de vraies légendes. Le lecteur aimerait pouvoir mettre un visage sur des personnages souvent évoqués, mais il ne pourra que rarement identifier les Maa’ des photographies – par exemple, K’Jrek, la Vénus au hulla hoop (p. 305) – et, au fil de l’ouvrage, il se prendra à confondre les diverses jeunes compagnes de Dam Böt, au point qu’un index des noms propres aurait également été le bienvenu.

9On peut s’étonner qu’un tome deuxième de la biographie de Jean Boulbet soit annoncé, couvrant la période cambodgienne (1963-1975), mais pas de tome troisième, pour la période thaïlandaise, laquelle, bien sûr, n’est pas achevée. Car si Dam Böt était ethnologue et si le Boulbet de Siam Reap était archéologue, le Boulbet de Phuket, connu localement sous le nom de Tabé, est devenu géographe et spécialiste de la forêt. Il serait bien dommage, surtout pour ceux intéressés par la Thaïlande (et pas seulement la Thaïlande méridionale, car Tabé connaît aussi très bien le Nord-Est), que ces mémoires s’interrompent au milieu de la décennie 1970.

Haut de page

Notes

1 Je l’ai particulièrement réalisé lorsque j’ai voulu retracer la biographie du fondateur de la société thaïlandaise Boonrawd Brewery, phraya Bhirom Bhakdi, dont la courte autobiographie est régulièrement rééditée à Bangkok.

2 Ce n’est qu’un échec relatif sur un plan personnel, puisqu’un poste à l’École française d’Extrême-Orient attend Boulbet au Cambodge voisin.

3 Sur l’Indochine coloniale et les Moïs, voir Le Colon, de Paul Bory, Tours, Alfred Mame et fils, [circ. 1909], 160 p. ; L’Indochine, d’Henri Gourdon, Paris, Larousse, 1932, 224 p. ; «  Colonisations en pays moï », de P. Guilleminet, Chemins du Monde 5-6, « Fin de l’Ère coloniale », 1948, pp. 181-188 ; « Les Populations de l’Indochine française », de J. Przyluski, in Indochine, sous la direction de Sylvain Lévi, Paris, Société d’Éditions Géographiques, Maritimes et Coloniales, Exposition coloniale internationale de Paris, 1931, pp. 45-60 ; et L’Homme. Races et coutumes, de R. Verneau, Paris, Larousse, 1931, 399 p.

4 Voir www.ethnologue.com et <www.joshuaproject.net>.

5 Nuits d’Extrême-Orient, de Louis Brunet, Oran, Imprimerie Heintz Frères, 1936, 180 p. ; et Guide international de l’amour, de Louis-Charles Royer, Paris, Editions de Paris, 1954, 315 p.

6 Voir Monographie de la femme de Cochinchine, de A.T. Mondière, Paris, G. Masson, 1882 (extraits dans Archives de l’Indochine, édité par Jacques Borgé et Nicolas Viasnoff, Paris, Éditions Michèle Trinckvel, 1995, pp. 98-105) ; pp. 100-101 in Ciel de flamme. Laos, Cambodge, Pays des Moïs, de Norman Lewis, Paris, Éditions de la Paix, 1953, 301 p. (première édition anglaise sous le titre Dragon Apparent) ; et p. 168 in Les Choses que j’ai vues au Vietnam m’ont fait douter de l’intelligence occidentale, de Jacques Laurent, Paris, La Table Ronde, 1968.

7 Voir pp. 42, 75 et 77 in Les Petits soleils, d’Erwan Bergot, Paris, Éditions France-Empire, 1966, 285 p. Le personnage de Seilhac ne sut pas quitter le Viêt-nam à temps. Liant son sort à celui d’un chef montagnard, il fut tué en 1964 dans la forêt par des rockets tirés par des avions américains ou sud-vietnamiens.

8 Sur ce personnage, « élu roi le 1er juin 1888 », les sources ne manquent pas. Voir, par exemple, « Un roi français dans l’Indo-Chine », de Constant Améro, Journal des Voyages, tome 24 (janvier-juin 1889), pp. 146-147 ; et « Un aventurier du xixe siècle : Marie Ier, Roi des Sédangs (1888-1890) », de Jean Marquet, Bulletin des Amis du Vieux Hué, 14 (1-2), 1927, pp. 1-133. Notons la « renaissance » du royaume des Sedang à Montréal en novembre 1995, avec un prince régent, une assemblée et des timbres postes, un des objectifs étant la recherche d’héritiers de la dynastie des Mayréna (<www.interlog.com/~dmak>).

9 L’Adieu au roi, de Pierre Schoendoerffer, Paris, Grasset, 1969. Mais l’action du film tiré du livre, Farewell to the King, réalisé en 1989 par John Milnius, se situe en Birmanie pendant la Seconde Guerre mondiale.

10 Voir « Pierre-Amédée Gautier (1850-1934) », de Maurice Dubourg, in Hommes et Destins. Tome vi, Asie, Paris, Publications de l’Académie des Sciences d’Outre-mer, Travaux et Mémoires, 1985, pp. 152-153. Plus proche de Boulbet, Léopold Sabatier (1877-1936), aussi surnommé « le roi des Moïs » (Dubois 1985 : 360) et « l’homme qui voulut sauver une race » (Dorgelès 1944 : 11), contribua par ses écrits à faire connaître la langue et les traditions des Rhadés. Voir « Léopold Sabatier (1877-1936) », de P. Dubois, in Hommes et Destins. Tome vi, Asie, 1985, pp. 359-360 ; et Route des Tropiques, de Roland Dorgelès, Paris, Albin Michel, 1944, 283 p.

11 Ami Yoh, la femme rhadé interviewée par Susan Sheehan en 1965 ou 1966, insiste sur ces bonnes relations, contrastant avec celles entretenues avec les Vietnamiens. Voir pp. 82 et 84 in Ten Vietnamese, de Susan Sheehan, New York, Alfred A. Knopf, 1967, 205 p.

12 Voir « Etienne Denis junior (1889-1962) », de Louis Caubet, in Hommes et Destins. Tome vi, Asie, 1985, pp. 120-122.

13 Même maladroit comme dans l’ouvrage de G. Bertrand (pp. 241-244), un glossaire est réellement utile aux lecteurs en rendant le texte moins hermétique. Voir Le Peuple de la jungle. Hommes, bêtes et légendes du pays moï, de Gabrielle Bertrand, Paris, Editions « Je Sers », Bibliothèque des Voyages, 1952, 248 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « De Palmes et d’épines. Tome I : Vers le Domaine des génies (Pays maa’, Sud Viêt Nam, 1947-1963), Jean Boulbet », Moussons, 5 | 2002, 147-150.

Référence électronique

Jean Baffie, « De Palmes et d’épines. Tome I : Vers le Domaine des génies (Pays maa’, Sud Viêt Nam, 1947-1963), Jean Boulbet », Moussons [En ligne], 5 | 2002, mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/2790

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page