Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Musique

Musiques de la Papouasie occidentale : cinq disques

Dana Rappoport
Référence(s) :

Muo remé. Dance of the cassowary, The Anceaux Collection 1954-1961, Anthology of music from West Papua #1, 1 CD, 4013, Leiden, Pan Records, Royal Tropical Institute, 2002, 71’43, 29 plages, 10 photos noir et blanc, notice de 15 pages en anglais rédigée par Rein Spoorman et Fred Gales.

Les Dani de Nouvelle-Guinée, 4 CD en 2 volumes, Paris, Nordsud music, CDNS 1101/2 CDNS 1102/2, distribution Nocturne, 2001 ; enregistrements, textes, photos et production d’Anne-Marie et Pierre Pétrequin et Olivier Weller, notice de 18 pages en français, 26 photos couleur, carte couleur.

Texte intégral

  • 1 Voir Musik aus dem Bergland West-Neuguineas, Irian Jaya (« Musique de la région montagneuse de la N (...)

1Voici, en deux publications qui diffèrent à plus d’un titre, cinq disques de musiques du nord-est de la Papouasie occidentale (anciennement Irian Jaya, appelée aujourd’hui Papua Barat), qui viennent combler une consternante absence. En effet, la rareté des publications concernant cette aire géographique surprend quand on connaît sa richesse linguistique et culturelle – environ 257 langues pour la seule Papouasie occidentale1. La première publication, produite aux Pays-Bas, consiste en un disque d’archives sur les musiques vocales de plusieurs populations de la côte nord, près de l’actuel Jayapura. La seconde concerne la musique des Dani, une population des hautes terres.

Muo remé. Dance of the cassowary. The Anceaux Collection 1954-1961, Anthology of music from West Papua #1, 1 CD, 4013, Leiden, Pan Records, Royal Tropical Institute, 2002, 71’43, 29 plages, 10 photos noir et blanc, notice de 15 pages en anglais rédigée par Rein Spoorman et Fred Gales

2Une nouvelle collection de cédés, créée en 1995 par le Royal Tropical Institute d’Amsterdam en collaboration avec l’éditeur de disques Pan Records, a pour but d’éditer des archives de terrain et des concerts. Saluons le travail accompli par cette collection, qui a déjà plusieurs titres à son actif.

3Les plus anciens enregistrements faits en Papouasie occidentale remontent à 1910. Des nombreux enregistrements effectués depuis, peu ont été publiés. Les archives antérieures à 1962, année où les Néerlandais ont cédé la Papouasie occidentale à l’Indonésie, ont fini dans l’oubli aux Pays-Bas. Étant donné le bouleversement politique et culturel qui a eu lieu dans cette île à la suite de la répression continuelle exercée par l’État indonésien, elles ont aujourd’hui pris de l’importance.

4C’est dans le cadre de cette collection d’archives que vient d’être éditée (2002) une sélection d’enregistrements faits par J.-C. Anceaux entre 1954 et 1961, alors que celui-ci travaillait comme linguiste pour le gouvernement colonial néerlandais. Par la quantité d’enregistrements (plus de 400 chants), le corpus d’Anceaux constitue le témoignage sonore le plus important de cette période sur la Papouasie occidentale.

5La sélection concerne la région de la côte nord (Nimboran, Jayapura, îles de Biak et Yapen). Les 29 plages dévoilent une variété de musique, en des langues différentes dont beaucoup ont disparu aujourd’hui. La plupart des plages présentent des chœurs masculins à l’unisson menés par un soliste, accompagnés ou non du tambour tifa. On y trouve aussi quelques exemples de chant en solo et un exemple de flûtes sacrées aujourd’hui disparues.

6La qualité sonore des enregistrements est insuffisante sur le plan technique (saturations, peu de présence). De plus, la dynamique des chœurs manque beaucoup de relief, en comparaison avec les chœurs des hautes terres. Pourtant, par leur nature même, ces archives demeurent des témoignages importants.

7L’intérêt du disque réside surtout dans le soin apporté à la publication et dans la bonne documentation accompagnant les enregistrements. La notice, extrêmement soignée, explique le devenir des archives, le travail du linguiste, la situation de la musique et de la danse. Chaque plage est commentée en détail. La plupart des commentaires insistent sur l’aspect linguistique, sur l’emprunt entre populations et sur le contenu narratif du chant. L’aspect musicologique est laissé de côté : on ne trouve rien au sujet des techniques vocales ni de l’organologie. L’importance de l’oiseau casoar (d’où le titre du disque) dans la mythologie des peuples papous est soulignée ici et le lien entre danse et mythologie est évoqué au sujet de la plage 12.

  • 2 « Australasia and the Pacific », in Atlas of the World’s Languages, S.A. Wurm & S. Hattori (éds.), (...)

8Quelques petits défauts doivent être mentionnés. L’indexation des plages sur le dos de la couverture laisse à désirer. Le nom de la plage est indiqué par un seul terme vernaculaire qui n’aide pas l’auditeur à s’y retrouver. Il aurait été souhaitable de qualifier davantage l’exemple en indiquant s’il s’agit d’une musique vocale ou instrumentale, par exemple. On aurait aussi aimé y voir plus clair sur le plan linguistique, puisque Anceaux était linguiste. En consultant l’Atlas de Wurm et Hattori2, on constate que, dans ce disque, différentes familles linguistiques sont représentées, papoues (Nimboran, Sko) et austronésiennes (Ormu, Bongo). Il est regrettable que la notice passe cette important information sous silence, tandis qu’elle s’efforce de faire comprendre les emprunts et les échanges linguistiques et musicaux entre populations. De plus, une carte aurait été bienvenue.

9La faiblesse de ce disque réside surtout dans le fait qu’il ne procure quasiment pas de plaisir sonore, ce qui contraste avec la publication suivante, dont la profusion sonore et l’exaltation musicale sont flagrantes dans toutes les plages.

Les Dani de Nouvelle-Guinée, 4 CD en 2 volumes, Paris, Nordsud music, CDNS 1101/2 CDNS 1102/2, distribution Nocturne, 2001 ; enregistrements, textes, photos et production d’Anne-Marie et Pierre Pétrequin et Olivier Weller, notice de 18 pages en français, 26 photos couleur, carte couleur

10Ces quatre cédés présentent la tradition musicale des Dani et de leurs voisins. Il s’agit d’enregistrements bruts faits sur le terrain au cours de treize missions, entre 1984 et 1997, par des préhistoriens dont le but était de collecter non pas la musique mais les techniques et les outillages des Dani. Pendant 28 mois, en tout, ces chercheurs ont vécu avec les Dani et les ont enregistrés sur un magnétophone non professionnel. Ils offrent ici une sélection de quatre heures, extraite d’un total d’une centaine d’heures d’enregistrements.

11Les Dani, qui sont au nombre d’environ 400 000, habitent les hautes terres de la partie occidentale de la Nouvelle-Guinée. Jusqu’à une date très récente, ils n’utilisaient pas d’outillage en fer, d’où le titre, un peu pompeux, de la collection, « Polyphonies de l’âge de la pierre ».

12Le volume 1 présente d’abord la musique des « soirées d’adolescents et d’hommes jeunes « (cd1) et les musiques issues des « cris de jardin, des cours d’amour et des danses (danses des hautes terres avec arc et danses des basses terres avec tambour) » (cd2). Le volume 2 est consacré aux musiques des différentes classes d’âge – un critère déterminant pour la production musicale, si l’on se fie au choix des collecteurs.

13Les disques sont fragmentés en courtes plages offrant un maximum d’exemples d’une grande richesse musicale. La nature des chants est variée : appels et signaux d’accueil, chants de jardin, chants d’adolescents, de parade amoureuse, chants de danses des hautes terres et des basses terres, comptines, chants diphoniques, guimbarde, lamentation. Magnificence et grande vitalité des enregistrements.

14La sélection reflète une musique surtout chorale : beaucoup de petits chœurs sur bourdon syllabique, en contrepoint, avec cellules mélodiques sur quatre temps, rappelant souvent les musiques vocales des hautes terres de l’est indonésien (Flores, Sulawesi). C’est une mine de techniques vocales : yodel, chant diphonique, chant sur bourdon…

15Les notices sont conséquentes, non seulement par le nombre de pages (18 p.), mais aussi par celui des photos (26 photos couleur). Mais, curieusement, aucune photo, ou presque, ne renvoie à la musique ou à la danse. Les notices, malheureusement pour nos amis anglophones, ne sont pas données en traduction anglaise, un cas rare aujourd’hui. Le style, varié et original, permet de pénétrer dans l’univers dani à travers un double regard : celui de l’ethnologue, décrivant les faits culturels, froidement ou passionnément (p. 16, vol. 2) ; et celui des Dani eux-mêmes, par le biais de longues citations, et la parole des Dani nous révèle la vision qu’ils ont d’eux-mêmes, de leurs danses et de leurs chants par rapport à leurs voisins et par rapport aux Blancs. De ces longues citations, fort agréables à lire, se dégage un peu de l’âme dani, pleine de poésie, ce qui forme un plaisant contraste avec le style habituel des notices de disques.

16Aussi importante soit cette publication, tant par la qualité que par la quantité des exemples musicaux offerts à l’oreille, ses failles ne peuvent être passées sous silence. Dans ce livret pourtant riche en faits culturels, pas un mot n’est dit sur le contexte des enregistrements. Que sont ces soirées, ces danses et et ces chants ? Pourtant, nul besoin d’être ethnomusicologue pour décrire cela. De plus, cette catégorisation, à velléité musicologique, laisse vraiment à désirer. Que sont ces neuf plages classées sous le terme « récitatif » ? Que sont ces « chants graves » ? Que signifie « sifflet chanté » ? N’est-ce pas plutôt une alternance entre chant et flûte ? Pourquoi avoir proposé ces pseudo-catégories de musicologue sans les expliquer, alors que, d’une part, elles sont douteuses sur un plan musicologique et que, d’autre part, elles ne nous apprennent rien sur la musique elle-même ? La notice, qui devrait être un guide d’écoute pour l’auditeur, ne donne pas les moyens de comprendre l’usage des termes employés et la raison d’une telle classification. Ce n’est pas seulement la terminologie musicale qui déçoit – personne n’en sera vraiment choqué, hormis les ethnomusicologues geignards – mais surtout le désir paradoxal de donner à écouter le son pour le son tout en voulant classer et ordonner la musique. Il est regrettable de publier de si beaux exemples sans les documenter davantage, d’autant que la notice faisait la part belle à une documentation soignée. On ne peut pas tout faire, certes. Mais quand on sait les efforts et le temps nécessaires pour enregistrer et publier cela, qui pourra mieux documenter ces exemples que ceux qui les ont enregistré, en collaboration avec des spécialistes ?

  • 3 Cette négligence se manifeste aussi dans des renvois ; par exemple, « CD4, piste 3 » (p. 13) : non (...)

17De cette publication se dégagent à la fois une immense puissance – celle de la découverte, de la vie musicale pure – et une certaine négligence, qui aurait pu être évitée3. Malgré tout, ces quatre disques deviennent à présent une publication majeure et incontournable pour cette aire géographique.

Haut de page

Notes

1 Voir Musik aus dem Bergland West-Neuguineas, Irian Jaya (« Musique de la région montagneuse de la Nouvelle-Guinée occidentale, Irian Jaya »), de Artur Simon, 1993, 6 CD, enregistrements ca. 1975, textes et photos recueillis et édités par Artur Simon (Abteilung Musikethnologie, Museum für Volkerkunde, Arnimalle 27, D-1495 Berlin), Museum Collection Berlin CD-20, vols. i & ii, livret de 180 p., 22 extraits musicaux, 22 photos, durée totale 6h 54’33 » ; et Music of Indonesia 10. Music of Biak, Irian Jaya, de Philip Yampolsky, Smithsonian/Folkways, 1996, SF CD 40 426, 22 plages, enregistrements 1993-94, notice de Philip Yampolsky et Danilyn Rutherford, 24 p. (anglais), cartes, 3 photos de couverture.

2 « Australasia and the Pacific », in Atlas of the World’s Languages, S.A. Wurm & S. Hattori (éds.), 1994, p. 112.

3 Cette négligence se manifeste aussi dans des renvois ; par exemple, « CD4, piste 3 » (p. 13) : non seulement le renvoi ne renvoit à rien, mais encore le CD4 est appelé en fait « cd ii, vol. 2 »). Des détails, certes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dana Rappoport, « Musiques de la Papouasie occidentale : cinq disques », Moussons [En ligne], 5 | 2002, mis en ligne le 02 septembre 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/2803

Haut de page

Auteur

Dana Rappoport

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page