Navigation – Plan du site
Annonce

Décès de Christian Pelras, membre du comité d’honneur de Moussons

Jean Baffie
p. 3

Les directeurs et le comité éditorial de la revue Moussons ont eu la tristesse d’apprendre le décès de Christian Pelras, ethnologue, directeur de recherche au CNRS, premier directeur du Laboratoire Asie du Sud-Est et Monde austronésien (LASEMA, CNRS), membre fondateur de la revue Archipel, et membre du comité d’honneur de Moussons, survenue le 19 juillet 2014, un mois avant ses quatre-vingts ans.

Un article d’Antonio Guerreiro ainsi qu’une bibliographie seront publiés dans le prochain numéro de Moussons. Je veux seulement souligner ici l’importance de l’œuvre de Christian Pelras dans la connaissance du monde insulindien.

Pendant son terrain sur la commune de Goulien, petit village du Finistère de 721 habitants (en 1962) sur lequel il écrivit sa thèse, il s’intéressa à l’Indonésie et suivit les séminaires du CeDRASEMI dès les premières séances de 1961. C’est à ce laboratoire, dirigé par George Condominas, qu’il sera affecté à son entrée au CNRS, en 1964, et auquel il restera fidèle jusqu’à sa dissolution deux décennies plus tard. Directeur ensuite de l’équipe de recherche « Dynamique, Espace et Variation en Insulinde » (DEVI) puis codirecteur (avec Christian Taillard) du Laboratoire Asie du Sud-Est et Monde Austronésien (LASEMA), il prit sa retraite comme directeur de recherche du CNRS en 1999.

Grand spécialiste des Bugis de Sulawesi (Célèbes), une population convertie à l’islam dès le début du xviie siècle, mais ayant conservé certaines croyances préislamiques, il écrivit de nombreux articles pour les revues ASEMI et Archipel ainsi que des chapitres d’ouvrages collectifs et d’encyclopédies. Toutefois, son opus magnum est surtout disponible en anglais ; il s’agit de The Bugis publié en Angleterre en 1996 chez Blackwell dans la prestigieuse collection « The Peoples of South-East Asia and the Pacific », dirigée par Peter Bellwood et Ian Glover. Une traduction indonésienne a été publiée en 2006 par l’école française d’Extrême-Orient (EFEO). Dans le compte rendu qu’il avait rédigé de la version anglaise dans le premier numéro de Moussons, Charles Macdonald se disait « heureux de penser que The Bugis restera un classique et une référence des plus solides pour tous les comparatistes des sociétés de l’Asie du Sud-Est, ainsi qu’une précieuse mine de trouvailles sur les matières les plus diverses » (1999 : 128).

Macdonald, Charles, 1999, Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 99, décembre : 125-128.