Navigation – Plan du site
Articles

Le chercheur et son filon… Une richesse à partager ? Production et circulation de savoirs : usages et valeurs d’un manuscrit arakanais (Birmanie)

Mining a Seam: A Shared Endeavor. Multiple Uses and Values of an Arakanese (Burma) Manuscript
Alexandra de Mersan
p. 101-118

Résumés

Apprenant que je travaillais sur les divinités tutélaires, l'historien Jacques Leider portait à ma connaissance un ancien manuscrit du fonds indochinois de la Bibliothèque Nationale à Paris. Celui-ci décrit la fondation de villages après la reconquête de cette région par le roi d'Arakan au début du XVème siècle, selon un processus qui recourt à des savoirs et à des pratiques diversifiées (divination, rites magico religieux, lectures de signes, culte aux esprits, etc.), révélant une conception originale du territoire. L’article porte sur les conditions de production et sur l’usage de ce type de sources, plus largement des productions locales, dans la constitution du savoir de l'anthropologue et la restitution de celui-ci. En l’occurrence, c'est plutôt d'usages au pluriel dont il est question. Partant d’une réflexion nourrie au fil de travaux sur les productions contemporaines, il décrit ensuite le contenu du manuscrit, les thèmes qu'il soulève, et ce que ce texte - tant outil que matériau -révèle des valeurs, pratiques et représentations de la société étudiée. Enfin, sont présentés les filons suivis et exploités et la question plus large que cela pose sur la valeur donnée au document par le chercheur.

Haut de page

Texte intégral

La rédaction de cet article m’offre la possibilité de remercier plusieurs personnes et institutions en lien avec le manuscrit dont il est question, à commencer par Jacques Leider qui me l’a fait découvrir et m’en a fourni le texte. Il a, par ailleurs, effectué une lecture critique et annotée minutieuse du présent article dans une version antérieure. Je remercie chaleureusement Mlle Khin Hnit Thit Oo qui a passé de nombreuses heures à m’aider dans la traduction et l’explication du manuscrit, ainsi que Kyaw Minn Htin à différents moments, en tant que guide de terrain malgré lui et informateur. Ko Thein Zaw, passionné de la « chose arakanaise », généreux et enthousiaste, a été un guide hors pair lors d’une enquête effectuée à l’été 2008 grâce à une bourse de l’École française d’Extrême-Orient. J’ai également bénéficié d’autres missions financées par le Centre Asie du Sud-Est du CNRS (CASE, UMR 8170) en 2009 et 2010. Enfin, je remercie Natacha Collomb pour ses lectures critiques, sa patience et son soutien constant, ainsi que les deux relecteurs de l’article avant sa version finale.

Introduction

  • 1 Ce manuscrit appartient au fonds indochinois de la Bibliothèque nationale de France et est référenc (...)
  • 2 Ce royaume fut le dernier royaume d’Arakan indépendant avant sa conquête par les Birmans à la fin d (...)

1Je dois à l’historien Jacques Leider de m’avoir signalé l’existence du manuscrit Indochinois 20 (ICH20) conservé à la Bibliothèque nationale de France (BNF) à Paris1. Celui-ci décrit la fondation de villages dans une région d’Arakan après sa reconquête par le roi Man Saw Mwan, fondateur du royaume de Mrauk U, au début du xve siècle2. Pour l’anthropologue de la société arakanaise que je suis, cherchant à en comprendre la conception et la construction du territoire, l’accès à cette nouvelle source et à ce type de données s’identifiait à la découverte d’un filon qui augurait d’une exploitation prometteuse tant par son contenu relativement original – qui décrit un processus de fondation en plusieurs étapes selon une conception singulière de l’environnement – que par son caractère vernaculaire et son ancienneté. Il offrait notamment des perspectives inédites de comparaison et d’évolution avec des faits contemporains sur la notion de localité en lien avec des divinités tutélaires. Effectivement, une investigation soutenue sur plusieurs plans, de constants recours au document et la mise en perspective avec d’autres types de données, en ont révélé, on le verra, l’heuristique ethnographique.

  • 3 Par « productions locales », j’entends tous types de documents ou pièces, matériels ou immatériels, (...)
  • 4 Cette approche s’avère relativement semblable à celle opérée par Bénédicte Brac de la Perrière (198 (...)

2Mon savoir constitué lors de travaux antérieurs autour de productions locales contemporaines3 m’a permis d’aborder ce type de matériau de façon semblable à un terrain d’enquête sur une nouvelle localité d’Arakan, avec un discours et des faits de société qu’il me fallait vérifier et comparer à d’autres pour leur compréhension4. Ce travail sur les sources locales, pour les exploiter en documents ethnographiques, c’est-à-dire les rendre intelligibles notamment par l’analyse de leurs conditions de productions, est restitué ici pour apprécier tout autant les usages que j’ai fait du manuscrit ICH20, que l’interprétation du discours produit sur la société arakanaise de cette époque, et encore la valeur qui peut lui être attribuée.

3Le présent article n’est pas une introduction érudite à une traduction annotée de ce manuscrit. Il ne s’agit pas non plus d’un exercice classique où l’auteur chercherait à opérer une démonstration argumentée. Sans doute déroutera-t-il par sa forme peu académique. Plutôt, il est une méditation qui rend compte dans un premier temps d’une réflexion sur les conditions d’exploitation des sources vernaculaires puis des différents usages anthropologiques du manuscrit, qui ont évolué à mesure de l’état du savoir sur cette société, mais aussi au fil de mon travail et en fonction de nouvelles thématiques de recherche abordées.

Constitution d’un savoir à partir de productions locales contemporaines

  • 5 Des recherches historique sur l’Arakan ont été menées par plusieurs chercheurs, tels Leider (2004), (...)

4Le nombre limité de travaux portant sur cette société bouddhique de l’ouest de la Birmanie5, la relative rareté des matériaux, et la censure tant institutionnelle que sociale – ces différents aspects étant liés – obligent à privilégier, dans la recherche, l’étude de documents sous toutes leurs formes : orales, écrites ou iconographiques, qu’ils soient anciens ou contemporains.

  • 6 Cette démarche est celle qu’a suivie Jacques Leider pour écrire l’histoire du royaume d’Arakan (200 (...)

5Les sources arakanaises ne se différencient a priori pas des sources birmanes dans leur nature mais elles rendent compte d’une société qui connut un développement politique autonome durant plusieurs siècles avant d’être intégrée au royaume birman à la fin du xviiie siècle, puis de passer sous le joug de la colonisation britannique (1824-1947). Les sources anciennes en particulier – mais pas seulement – issues de ce royaume bouddhique passé renseignent de façon privilégiée sur celui-ci, ainsi qu’elles éclairent par là même l’histoire nationale et officielle birmane sous un jour original. À l’image des subaltern studies, en donnant voix aux groupes périphériques ou minoritaires, ces sources tempèrent, modèrent, contredisent, complètent ou approfondissent les discours dominants, successivement colonial, impérial ou à présent national. Du fait même de leur existence, elles constituent un discours alternatif6.

  • 7 Voir de Mersan (2010, 2012, 2014) pour l’Arakan mais aussi Lagirarde (2007) et Swearer et al. (2004 (...)

6Dans mon approche anthropologique, l’intérêt de ces sources réside d’abord dans leur façon de construire un discours sur des localités particulières, puis sur ce qu’elles expriment de celles-ci. Elles constituent des données de choix dans l’étude des représentations, des valeurs et conceptions de la société étudiée. En contexte bouddhique, nombre de formes narratives expriment un rapport singulier au temps et à l’espace, à l’histoire et au territoire, directement en lien avec la vie du Bouddha et en référence à celui-ci7. De plus, dans le manuscrit ICH20, se dessine une certaine conception du territoire, celle d’un espace prédéterminé, ainsi qu’un domaine investi/peuplé de puissances avec lesquelles les habitants établissent des relations obligatoires. La lecture et l’étude de ce document permettent de montrer comment, en partant des matériaux locaux, la recherche peut donc aborder un mode de pensée et des conceptions propres à la société d’où elles sont issues, plutôt que de s’appuyer sur les catégories analytiques étrangères occidentales. Les sources vernaculaires produisent un discours sur la société ou le groupe particulier qui les élabore, peu importe qu’il ait été conçu comme tel et qu’il se donne ou non pour objectif d’instruire. Il en va ainsi des productions contemporaines arakanaises, c’est-à-dire tous types d’écrits publiés – en particulier les magazines et livres régionaux, les récits de fondations relatifs à diverses formes matérielles du bouddhisme –, mais aussi l’iconographie – illustrations des publications, panneaux peints de monastères – les textes psalmodiés dans les rituels, les karaokés, etc. Qui plus est, ces sources permettent différents niveaux de lecture ou différents temps d’approche, comme je le montrerai avec le manuscrit ICH20.

  • 8 Voir aussi Salem-Gervais & Metro (2012).

7Autant que faire se peut, ma méthode pour analyser ces documents intègre les modalités de production et de diffusion de ces sources, ainsi que leurs contenus et variantes. Les productions locales s’avèrent importantes à différents degrés. Pour la population locale, ce sont des sources d’information et d’instruction qui s’attachent à transmettre et à diffuser l’histoire de son ancien royaume et sa culture au sens large à travers des publications, tandis que l’enseignement scolaire demeure celui d’une histoire nationale voire nationaliste birmane qui ignore largement cet aspect8.

  • 9 Sur ce point, voir de Mersan (2005a et 2009).

8Un ensemble d’acteurs sociaux et de réseaux constitués sont mobilisés dans l’élaboration de ces productions. La participation aux savoirs lettrés des érudits arakanais, définis comme une catégorie d’acteurs sociaux locaux bien identifiés, est constitutive de leur statut, reconnu et valorisé, de « gardiens des traditions9 ». Leur financement repose en outre largement sur la contribution de personnes appartenant à l’élite économique dont la participation se trouve notamment motivée par une dette de gratitude vis-à-vis de leur lieu de naissance (jati).

  • 10 À ce propos voir Allott (1994). Depuis 2008, la junte birmane a amorcé un changement dans sa politi (...)

9Toutefois, ces productions locales contemporaines doivent être comparées à d’autres sources et contextualisées. D’abord, parce qu’elles sont souvent le fruit d’un discours officiel, du moins autorisé, tant par le bureau de la censure – implacable durant plusieurs décennies10 – que par l’élite qui les produit. En effet, jusqu’à son abolition en 2010, l’organe de propagande et de censure en Birmanie opérait un contrôle rigoureux sur les productions écrites, iconographiques ou audiovisuelles qui muselait ou empêchait l’évocation et le traitement de nombreux sujets ainsi que la diffusion d’opinions critiques de la politique de la junte birmane. Dans son laborieux processus de construction nationale, celle-ci interdisait tout ce qui était de nature à remettre en cause l’unité nationale érigée comme valeur fondamentale.

10Il convient de noter le rôle important de l’élite locale qui, elle, est porteuse d’un discours certes valorisé (par sa propre société), mais qui opère à sa manière une forme de contrôle social par l’élaboration d’un discours normatif, notamment dans son rapport avec le groupe dominant birman. Celui-ci s’éclaire au regard du contexte politique et spécifique de la Birmanie contemporaine qui oblige les sociétés « minoritaires » du pays à présenter une vision unifiée, homogène, et dès lors réifiée, d’elles-mêmes. Par ailleurs, certains domaines de pratiques ne relèvent pas de savoirs valorisés, il en est ainsi, par exemple, des cultes aux esprits, en dehors du cercle de ceux – minoritaires parmi les lettrés – qui les perçoivent et les conçoivent comme relevant de la tradition. Le riche corpus oral d’odes dédiées aux esprits tutélaires sur lequel porte une partie de mon travail constitue un remarquable domaine, tant dans la forme – ce sont des compositions versifiées – que dans le fond. Il n’a toutefois pas fait l’objet d’inventaire, d’enregistrement systématique ni d’études approfondies par les Arakanais parce qu’il est lié à des faits et gestes certes quotidiens, mais néanmoins peu valorisés par la société arakanaise. Ceci tient notamment au fait que ce domaine a été rabaissé au rang de superstition, et se comprend à la lumière de l’histoire des études sur le bouddhisme depuis la colonisation et de l’appropriation locale du concept de « religion » (voir supra). Parce qu’elles ont en quelque sorte échappé à ces deux formes de contrôle (institutionnel et social), une conception spécifique et originale de l’espace ainsi qu’une illustration de la valeur portée à la localité, perdurent dans les pratiques liées aux esprits (de Mersan 2010). Il faut donc aborder ces productions de façon critique, les confronter à d’autres modes d’expression que l’écrit, a fortiori lorsqu’il est publié, et étudier leur articulation avec d’autres formes sociales que constituent, par exemple, les pratiques quotidiennes rituelles et cérémonielles.

  • 11 Voir aussi, à cet égard, les travaux de Chandler sur le Cambodge (Hansen & Ledgerwood 2008), Koret (...)
  • 12 Guillaume Rozenberg l’a aussi constaté à propos de la célèbre pagode Kyaiktiyo (2008 : 41-44).

11Enfin, les productions locales rendent compte de l’état moral, autrement dit des conditions sociales et politiques prévalant au moment de leur élaboration. Ceci s’appréhende, par exemple, à travers un genre ancien et toujours populaire : le récit de fondation de pagode (bhura : samuin :). Étudiant l’un de ces récits, J. Leider (2009) démontre de façon convaincante que le recours à des prédictions du Bouddha utilisé dans ce document éclaire sur le contexte de son écriture, au début du xixe siècle ; ce faisant, J. Leider présente une lecture historique possible de textes arakanais qui n’ont pas, à l’origine, cette finalité11. Pour ma part, je montre que des récits contemporains du même type – sous forme écrite, orale ou iconographique – illustrent les préoccupations du moment, relatives à la condition de subordination des Arakanais face au pouvoir hégémonique birman, tout en leur permettant de le critiquer (de Mersan 2014). Les multiples versions d’un récit légendaire autour de la reine Arakanaise Soe Me Gyi, produites à des moments différents de son histoire, apparaissent comme autant de strates qui renseignent aussi sur l’évolution des relations que les Arakanais entretiennent avec leurs voisins immédiats, qu’ils soient birmans ou indiens12.

  • 13 Cet aspect est approfondi dans un article à paraître, à propos de l'évolution de l'histoire ou de l (...)

12Ou encore, la production littéraire et artistique en Arakan des années 1990 à 2000 est une illustration de, en même temps qu’une réponse locale à, la politique nationale menée alors par la junte birmane en quête de légitimité, d’utilisation et de valorisation du bouddhisme13. Ce point, on le verra, se vérifie également, à propos du manuscrit ICH20.

13Pour appréhender ce manuscrit, j’ai suivi, dans la mesure du possible, une approche semblable à celle adoptée pour les productions locales contemporaines. En l’utilisant, je présuppose qu’il contient des informations qui vont éclairer des faits de société, ou fournir des données d’ordre historique, géographique, topographique mais aussi social et rituel ou encore mettre au jour des représentations. En effet, je présuppose qu’il est représentatif de cette société locale, qu’il a une certaine autorité et, en tout cas, qu’il possède une logique interne qui est a minima celle de son auteur, et a priori celle du groupe auquel il appartient qui est autorisé ou légitimé à s’exprimer de la sorte. Je pose que le texte fait sens localement, à tout le moins que sa cohérence constitue en elle-même une source de données.

14Nous verrons que, non seulement, il se révèle un outil de connaissance, une source d’informations précieuses à plusieurs niveaux, mais qu’il rend aussi compte de représentations, de manières de faire et d’une pensée locales dont je me suis efforcée de comprendre et d’apprécier le contenu.

15Partant du manuscrit, je décrirai son contenu, les thèmes qu’il soulève, et ce que ce texte - tant outil que matériau - révèle des valeurs, pratiques et représentations de la société étudiée. Enfin, je présenterai les filons suivis et exploités et la question plus large qu’il pose sur la valeur donnée au document par le chercheur.

Le manuscrit

Résumé du manuscrit

  • 14 J. Leider (communication personnelle, février 2014).

16Le manuscrit ICH20 appartient au fonds birman de la BNF (à partir d’acquisitions au xixe siècle) constitué notamment du lot provenant d’un employé de la Compagnie des Indes Orientales (l’East India Company), William Barnard, qui fut Assistant Commissionner dans les années 1830 en Arakan. S’intéressant à la culture et la langue arakanaises, il entreprit la collecte de documents et fit retranscrire des légendes et histoires bouddhiques locales dont celle contenue dans le manuscrit ICH20. La copie qui se trouve à la BNF peut-être datée entre 1835 et 1837 parce que tous les papiers de Barnard datent de cette période. S’agit-il de l’acquisition d’un manuscrit existant ou d’une copie faite pour lui ? Nous ne le savons pas exactement mais la deuxième option n’est pas improbable14.

17Il existe, à ma connaissance, trois versions avec quelques variantes de ce manuscrit qui a été rédigé (copié ou écrit à partir d’une tradition orale ?) vraisemblablement au début de l’époque coloniale britannique (début xixe). Sa lecture est ardue et complexe, tant au niveau de la forme que du sujet, qui évoque des lieux et une topographie largement inconnus, mais aussi des pratiques ésotériques, peu familières au moment où j’entreprenais sa traduction. Celle-ci ne fut d’ailleurs possible qu’avec l’aide et les explications de mon interlocutrice birmane.

  • 15 « Ce roi connut une carrière un peu particulière. Détrôné après deux ans de règne, il serait parti (...)

18Le manuscrit raconte la fondation de villages au xve siècle par le roi arakanais sur l’île de Rambyé et dans le sud de l’Arakan, après sa reconquête de cette région15. Auparavant, cette région était passée un temps sous contrôle des Birmans qui, en se retirant, avaient détruit ces villages. À travers ces fondations se dessinent l’établissement d’un domaine royal et la diffusion d’une aire d’autorité en relation avec l’organisation de cultes aux divinités tutélaires. La fondation est caractérisée par un processus conduit par les envoyés du roi : un savant et un autre expert (littéralement « celui qui a la connaissance »). Les différentes étapes consistent :

  • à rechercher un site favorable pour l’emplacement d’un village par l’observation des signes annonciateurs (nimit), de qualités et caractéristiques favorables (lakkhana…) ;

  • à les lire et à les interpréter afin d’énoncer des présages ;

  • à donner un nom à l’endroit en fonction de ces signes ;

  • à effectuer des rites magiques et astrologiques (yatra ou yattara) pour lui assurer protection, prospérité et longévité ;

  • à ériger des bâtiments, le plus souvent une maison à l’esprit tutélaire (nat) ;

    • 16 Il semble que le terme employé corresponde au fait d’édifier un bâtiment, plus précisément encore, (...)

    à fonder (taññ)16 le village ;

  • enfin à y installer des habitants et/ou des artisans.

19L’ordre n’est pas systématique ni l’énumération exhaustive, et plusieurs étapes sont parfois en interrelation.

Thèmes du manuscrit ICH20

  • 17 De Mersan (2005b : 49-62 ; 2009).
  • 18 Lehman (2003), Schlemmer (2012).

20Le processus de fondation a été décrit en détail et analysé dans un autre travail17. Précisons brièvement qu’il s’agit de la socialisation d’un espace conçu comme sauvage, c’est-à-dire incontrôlé et non civilisé, et qui consiste notamment en la pacification de puissances du sol élevées au rang de divinités tutélaires, selon une conception semblable à celles de nombreuses sociétés d’Asie du Sud-Est18. Le manuscrit contient plusieurs thèmes liés entre eux. Comme on l’a déjà souligné, le texte est difficile d’accès tant par la langue que par son contenu faisant référence à des pratiques divinatoires, ésotériques ou magiques. Cependant, il n’est pas si incroyable ou incompréhensible, pour qu’on ne puisse, en quelque sorte, se « l’approprier », lui trouver une certaine cohérence et le rendre intelligible en référence à ce qui est déjà connu, et, enfin, pour que l’on ait envie d’en savoir davantage. L’aspect occulte de certaines pratiques décrites a en outre attisé mon intérêt. Aussi, l’ai-je considéré comme une porte d’entrée privilégiée à l’approfondissement de la connaissance de la culture arakanaise. En voici la traduction d’un court extrait :

  • 19 L’idée poursuivie est que l’endroit se trouvant protégé par une forteresse naturelle, les hommes y (...)
  • 20 litt. « le village avait été établi par décision du destin » = « c’était écrit ».
  • 21 ICH 20, (p.ku).

[…] En descendant la rivière Yan : khyon : vers le sud, ils [le ministre et le savant] recherchent un site pour un village. La plaine était très agréable : des terres pour des rizières, des parcelles vacantes. Des montagnes tout autour forment comme une forteresse. En voyant cela [ils pensent] : « dans cette île ce serait administrable » [ou alors « la justice serait rendue »]. Ils envisagent de fonder un village, voyant des signes favorables19. À ce moment-là, descend de la montagne un zébu tout blanc maculé ; deux jeunes zébus se battent cornes contre cornes. Le grand zébu s’interpose. Étant donné qu’ils voient ces signes de l’île, après avoir nommé le village Ram brè nay rva, ils établissent un autel aux esprits [nat]. Après avoir arrangé et posé des carrés magiques [an :] 20, ils fondent le village [… ]21.

  • 22 De Mersan (2010, 2012).

21Le manuscrit, en effet, rend compte d’une conception particulière de l’environnement, qui considère à la fois que le sol appartient à des puissances – qu’il en est composé –, mais aussi qu’il existe une prédestination du site, autrement dit que ce qu’il y adviendra est déterminé à l’avance. Ce dernier aspect dépasse une lecture seule des qualités, des aspects du sol et des ressources naturelles qui peuvent se trouver en un endroit précis, puisqu’il s’agit aussi d’interpréter des apparitions diverses qui se donnent à voir aux savants au cours de leur mission. L’une d’elles leur permet par exemple de déterminer le centre de l’île de Rambyé, mais le sens d’une telle identification m’échappe encore. De plus, un lien est établi entre les qualités d’un lieu et celles des hommes qui l’occuperont. On trouverait cependant aisément des exemples dans la littérature occidentale qui opèrent une telle association, en attribuant aux hommes le caractère de leur terre et inversement. Cette conception de l’espace irrigue une réflexion plus large entreprise sur le lien qui unit les Arakanais à leur pays, leur terroir, tant loué sous diverses formes orales ou écrites contemporaines22.

22L’idée que les esprits ou puissances du sol en sont les maîtres, ce qui nécessite, dans le cas d’une fondation, leur captation, leur neutralisation et leur socialisation préalable, n’est pas éloignée de conceptions et pratiques contemporaines (de Mersan 2009, 2010). Les relations établies avec ces puissances et entretenues lors de cultes réguliers en témoignent.

  • 23 Voir entre autres les articles de Jacques Leider sur les spécialistes rituels « ponna » (ou punna) (...)

23La lecture de l’environnement est le fait de savants, de connaisseurs, de sages qui possèdent un savoir particulier lié à cette faculté et sont en même temps des spécialistes du rituel. Leur capacité à lire et à prédire les événements qui se dérouleront sur un lieu implique aussi celle de pouvoir en atténuer les « dispositions naturelles » par diverses pratiques astrologiques ou magiques. Le manuscrit constitue une démonstration de la clairvoyance de ces savants, laquelle repose sur des savoirs spécifiques. Ces savants, lit-on dans le manuscrit, sont récompensés pour le succès de leur mission, l’un en devenant ministre, l’autre gouverneur. Ces savoirs constituaient les prérogatives ou les fonctions d’officiants particuliers rattachés à la royauté. Si la présence de conseillers et autres praticiens de rituels est avérée à la cour d’Arakan, on peut s’interroger sur l’exercice concret de ces pratiques, sur leur statut dans un système plus général, et sur leur transmission éventuelle jusqu’à aujourd’hui. Autrement dit, ces savoirs spécifiques concernent-ils le même champ de pratiques que celui de spécialistes dont on trouve mention dans d’autres textes anciens et qui semblent, pour certaines avoir disparu, pour d’autres avoir évolué23 ?

  • 24 Certaines activités de moines qui se déroulaient dans les monastères en furent exclues ou interdite (...)

24Si la « lecture » du paysage ne semble pas insensée au regard des savoirs paysans ou de ceux qui travaillent en lien direct avec un environnement naturel ou cultivé particulier, si l’évaluation de mes connaissances de cette société – préalables à la lecture du manuscrit – relatives au domaine des « puissances » du sol permet d’appréhender le sens de l’érection de maisons aux esprits lors de la fondation de village, en revanche, d’autres aspects du manuscrit s’avèrent plus obscurs ou abscons. Il en est ainsi par exemple de l’installation d’artisans dans le processus de fondation. De façon plus large, cette installation concerne l’évolution des pratiques rituelles et religieuses locales. En effet, ce point résulte peut-être d’une évolution liée à la disparition de la royauté et de savoirs rituels afférents ou à un mouvement de réformes impliquant une réorganisation des pratiques, et à une hiérarchisation de celles-ci au contact de l’Occident24. Cet aspect mérite de plus amples investigations, notamment sur une éventuelle association des artisans avec l’astrologie et la divination.

Différentes approches du manuscrit

25Il n’est pas possible de répondre à toutes les questions soulevées par ce manuscrit. Pour moi, son intérêt réside d’abord dans la continuité des pratiques qu’il relate plutôt que dans son caractère historique. Néanmoins, pour mieux saisir sa nature, il convient de se pencher sur la question de son destinataire et sur celle du contexte de sa rédaction au xixe siècle. Le manuscrit rend-il compte d’éléments – historiques, géographiques, sociologiques – vraisemblables ? Ce qui est écrit est-il donné à croire ? Quel exercice effectif relate-t-il ? Enfin, quelles ont pu être les intentions de l’auteur ?

  • 25 Voir Leider (2004). « Entre 1406 et 1428, il y eut des invasions birmanes et mônes mais le chroniqu (...)
  • 26 Leider (2008, 2009). Persistant dans son hypothèse, J. Leider considère que la chute du royaume d’A (...)

26Il ne relève pas de mon propos de savoir si l’événement raconté dans le manuscrit – soit la fondation de villages par le roi fondateur de la dynastie de Mrauk U lors de la (re ?)-conquête de cette région – a bel et bien eu lieu. Cet aspect a déjà été traité en son temps par l’historien25, lequel autorise à accorder une certaine crédibilité à la conquête de l’île par des Birmans et des Môns, à l’existence de villages dépeuplés et au besoin d’une population pour les repeupler. Au-delà, le manuscrit fait écho au contexte social et politique de son élaboration. Rédigé après quarante années d’une difficile administration birmane qui suivit la conquête du royaume (1785), et au début de l’humiliante colonisation britannique, ce manuscrit s’inscrit dans un contexte où la société arakanaise se rétablit et réécrit son histoire26.

27Comme on l’a déjà souligné, le manuscrit raconte l’extension d’un domaine royal qui rattache historiquement une région périphérique – l’île de Rambyé – à la capitale – Mrauk U. Le texte expose des faits royaux, peut-être anciens, peut-être attribués à ce roi fameux mais peu connus trois ou quatre siècles plus tard. Il affirme ainsi, à défaut de le prouver, un lien historique ancien et durable avec l’ancienne capitale, en l’occurrence un lien de suzeraineté. Il donne à se souvenir d’une puissance passée. Autrement dit, il participe de la construction d’une communauté historique et religieuse en relation avec un territoire. Mais était-ce l’intention de son auteur ou s’agit-il d’une lecture du chercheur relative à ses analyses et à ses préoccupations du moment ? Ne risque-t-on pas là, en l’absence de données suffisantes auxquelles le comparer, de faire dire à ce document tout ce que l’on veut, tant d’un point de vue historique qu’anthropologique, de nourrir un argument selon des pistes déjà tracées ?

  • 27 Leider (2009).

28Par rapport à l’histoire, le texte rend compte de manières de faire et de penser propres à l’époque et dans une certaine mesure au contexte de son écriture. Si on admet à la suite de J. Leider27 une description des événements passés sur le mode rétrospectif, au moyen de prédictions appliquées au devenir des villages nouvellement fondés, on expliquerait après coup la présence d’artisans dans cette région de l’Arakan, pour l’ancrer de façon plus ancienne dans le temps. Il s’agirait aussi par ce moyen d’éclairer un passé relativement proche de l’époque d’élaboration du manuscrit. On voit néanmoins la limite d’une telle lecture en l’absence d’autres données pour l’étayer et la dessiner davantage.

  • 28 J. Leider (communication personnelle, février 2014).

29Je n’ai pas une idée précise de la place de ce manuscrit dans les écrits de son époque parce que la recherche manque en ce domaine. Était-il représentatif d’un genre littéraire particulier. Était-il commun ou exceptionnel ? Je ne sais pas non plus à qui il s’adresse ni de qui il sert les intérêts. Est-il raisonnable dans ces conditions d’éclairer voire d’utiliser son contenu quand on ne dispose pas davantage d’éléments relatifs au contexte ? Quel statut lui accorder sans la confrontation avec d’autres données ? Le dialogue avec un historien permet alors d’avancer sur plusieurs de ces questions. Ainsi, J. Leider souligne que le manuscrit sert un besoin social de connecter le récit d’une région à une histoire « nationale » (i. e. arakanaise) et de fonder les origines de certaines localités. Il ne peut pas être compris par des personnes extérieures à cet univers local. Le roi dont il est question apparaît comme la figure emblématique du roi fondateur. On peut donc s’y référer postérieurement par souci de légitimation ou par nécessité d’une profondeur généalogique. Ce faisant, il « offre une démonstration de l’antiquité de l’île et de traditions anciennes rattachées28 ». Cette opinion conforte alors celle de l’anthropologue.

Usages du manuscrit

30La traduction et l’interprétation du manuscrit entrent dans le cadre d’un projet de recherche d’anthropologie historique sur le paysage religieux, sur les pratiques rituelles et leur évolution jusqu’aux développements les plus contemporains.

  • 29 Cet aspect pourrait radicalement changer dans un avenir proche en raison du début de l’exploitation (...)

31J’envisageai de dresser un inventaire, une sorte de carte du paysage religieux de l’île de Rambyé, des édifices, récents et anciens, des lieux de culte dédiés aux esprits (nat) ou au bouddhisme, pour observer les rites et pratiques, ainsi que les discours produits, et pouvoir le comparer à ce que j’avais étudié dans la région de Mrauk U, l’ancienne capitale royale arakanaise. Une première approche de ce manuscrit a concerné les données relatives aux esprits du sol dans la fondation des villages. Elle permettait d’aborder une nouvelle localité d’Arakan, de voir comment les différents éléments du paysage religieux, anciens et plus récents, s’articulaient aux discours et pratiques. Initialement, c’est donc la mention de statues dédiées aux puissances du sol, fabriquées pour la fondation de plusieurs villages qu’il m’intéressait de vérifier, ainsi que l’association de ces cultes des nat à des techniques protectrices et divinatoires. On ne dispose que de maigres informations relatives à l’île de Rambyé et la plupart ne datent que du début de l’époque coloniale29. J’étais particulièrement curieuse de « confronter » au terrain les données du manuscrit qui offraient un point de comparaison avec les pratiques actuelles. Le manuscrit me servirait alors de support de travail initial, sorte de porte d’entrée sur le terrain, pour vérifier l’existence actuelle des villages et des toponymes mentionnés dans le manuscrit. Je souhaitais les localiser, éventuellement recueillir les histoires relatives à ces nat et voir si des cultes étaient organisés autour de ceux-ci. Il s’agissait de travailler sur un éventuel poids de l’ancienne royauté, sur sa persistance dans la structuration de l’espace rituel, puisque l’une des conclusions de mon travail à Mrauk U posait que là où apparaissait une personnification d’un esprit (nat), il y avait autrefois un patronage royal passant également par l’établissement et l’entretien de véritables sanctuaires avec une représentation matérielle du nat.

  • 30 Il s’agit d’un texte relatif à la collecte des impôts sur l’île de Rammawati (Rambyé), voir Furniva (...)

32Le passage du texte au terrain est difficile, ne serait-ce qu’en raison des restrictions administratives imposées pour s’y rendre et y séjourner mais la confrontation s’avère féconde. J’ai pu sommairement attester de la valeur géographique des termes lors d’une mission de reconnaissance effectuée en juillet 2008. En outre, il s’avère que les lieux mentionnés dans le manuscrit, recoupés avec un autre document30, indiquent le centre ancien d’occupation de l’île qui fut déplacé au moment de la colonisation.

  • 31 Sur les domaines des esprits énoncés dans ces chants, voir la présentation dans de Mersan (2010).

33Je n’ai pas trouvé de statues de nat. En revanche, au cours de la cérémonie annuelle dédiée à l’esprit tutélaire du village, se dessine une configuration rituelle de l’espace, à travers l’énonciation du domaine des puissances – les maîtres du sol – exprimée dans les chants récités à cette occasion. En somme, des données de base assez semblables à celles que j’avais déjà pu observer ailleurs en Arakan31.

  • 32 Comme partout ailleurs dans le pays, de nombreux villageois ont, depuis une dizaine d’années, quitt (...)

34Au cours de cette première mission, j’ai découvert qu’une région de l’île, Ledaung, était réputée pour ses artisans (orfèvres, peintres, sculpteurs, forgerons, etc.) dont l’originalité des œuvres peut s’apprécier dans les monastères alentour32. Or, la mention dans le manuscrit d’artisans, de l’installation d’orfèvres et de forgerons notamment, m’a vivement incitée à orienter ma recherche auprès de ce type de populations. Le manuscrit permettrait-il alors d’en entreprendre une étude sociohistorique ? Y a-t-il construction d’un discours autour de l’établissement de ces artisans en référence à un manuscrit ? Auquel cas, prend-il dès lors la forme d’un mythe d’origine ? Un travail à plus long terme a été entamé auprès des artisans de ces villages pour tenter d’en retracer l’histoire à travers leur généalogie, leur histoire orale et d’établir une éventuelle organisation sociale en lignées socioprofessionnelles. Ce travail s’inscrit dans la continuation d’une recherche antérieure sur l’aspect matériel des croyances, menée autour de la statuaire bouddhique en bronze (de Mersan 2012).

35En somme, la recherche autour ou à partir du manuscrit s’insère dans un travail en cours qui nécessite de plus longues missions. Il est un premier guide dont je n’ai pas encore épuisé les ressources. Cependant, il a ainsi permis l’ouverture de pistes de recherche possibles. La rareté des données sur cette région d’Arakan et la difficulté d’accès au terrain expliquent probablement mon engouement pour ce texte. Il n’empêche, sa richesse à mes yeux est aussi ce qui constitue sa limite. Il y a un risque d’extrapoler en raison de la pénurie de données sur la région. Quel garde-fou se constituer alors ? Finalement, il s’agit d’abord de dresser les limites, les contours des usages possibles.

La valeur donnée au document

  • 33 Pour autant, au moins une version de ce manuscrit se trouve encore en Arakan, ce qui atténue le car (...)
  • 34 On trouve régulièrement sur les marchés de Thaïlande ou dans des boutiques occidentales des manuscr (...)

36Comme dit précédemment, l’île de Rambyé se présente comme une région périphérique, largement méconnue, sur laquelle existent peu d’informations. La valeur que je prête au manuscrit répond donc d’abord au principe de corrélation entre le rare et le précieux. Si on ajoute à cela son ancienneté relative, il possède alors une certaine valeur patrimoniale au regard d’autres manuscrits birmans, en particulier en l’absence de politique, menée à large échelle, de préservation et de conservation des manuscrits dans le pays33. Les manuscrits en Birmanie se trouvent encore pour la plupart dans les monastères, lorsqu’ils n’alimentent pas un marché international d’antiquités34. Leur étude et en conséquence leur diffusion s’en trouvaient limitées jusqu’à ce que la Birmanie décide une ouverture du pays (2011) et la conduite de réformes à grand train toujours en cours. L’édition de mon travail autour du manuscrit constituera une remise en circulation de savoirs qui viendra, sans doute, alimenter d’autres travaux locaux, puisque la diffusion elle-même génère et produit du savoir.

  • 35 Par ailleurs, des cas m'ont été rapportés de fabrication de faux manuscrits qui circulent à présent (...)
  • 36 J. Leider, communication personnelle (février 2014).

37Les sources arakanaises que je mobilise, même contemporaines, lorsque les auteurs citent leurs références ce qui est loin d’être systématique, sont souvent lacunaires et difficiles à vérifier ou à consulter35. Si ces écrits s’avèrent utiles à l’étude des représentations et des valeurs au moment de leur élaboration, il est malaisé de s’y fier pour rendre compte d’une évolution historique, et l’on apprécie alors d’autant plus d’utiliser un manuscrit relativement ancien en comparaison avec ce que l’on trouve en Birmanie. Le manuscrit ICH20 me permet d’avoir un document arakanais à « portée de main » datant au moins du début du xixe. Les expressions et les termes employés notamment sont utiles. J’ai ainsi puisé des éléments qui donnent une idée de l’évolution des termes liés au bouddhisme, ainsi que des pratiques auxquelles ils se réfèrent, quand bien même, pourrait-il être objecté, ces expressions sont souvent convenues ou figées. Par exemple, une fois le centre de l’île déterminé, il est prédit que le roi et l’enseignement du Bouddha (sasana) y prospéreront. Ainsi, bien que le bouddhisme ait une position centrale, dans cette affaire, il n’occupe pas un rôle prépondérant. En effet, l’établissement d’aires sacrées (sim), qui permettent l’ordination de moines selon les règles et la mention de l’installation d’une statue du Bouddha ne sont pas présentées comme majeures, mais s’avèrent des actes parmi d’autres pour que « ceux qui le souhaitent puissent vénérer le Bouddha », et l’on ne distingue pas de hiérarchie parmi tous ces actes. La préservation, le maintien, la purification de la religion (sasana) ne sont pas avancés comme des prétextes à la reconquête de cet espace par un roi protecteur de la Loi du Bouddha (dhammaraja). L’extension du domaine soumis à l’autorité de la royauté bouddhique s’opère donc sur ce mode particulier qui mobilise des éléments n’ayant pas uniquement trait au bouddhisme, de sorte que les traces historiographiques de l’époque du manuscrit indiquent sans doute que « l’idéologie royale bouddhiste n’y jouait pas un grand rôle36 ».

38Ainsi les usages possibles du manuscrit sont nombreux, et les recours au texte fréquents, pour essayer de comprendre et d’analyser divers champs de pratiques. Il nourrit la réflexion du chercheur, et contient, en quelque sorte, les pièces d’un puzzle qui pourraient composer plusieurs tableaux, et permettent d’explorer plusieurs pistes (comme l’expertise dans la lecture de signes, source d’un statut important pour ceux qui détiennent cette connaissance, mise en regard avec d’autres domaines de pratiques protectrices et rituelles et leur évolution). Aussi, l’appréciation du manuscrit comme matériau scientifique ou comme source d’inspiration est-elle ténue, jamais fermement établie, mais fonction de mes constants allers-retours, chaque fois que je viens y puiser. Il est comme un bon livre, un document particulièrement stimulant à butiner, attestant chaque fois de son caractère tant heuristique qu’inspirateur. Il est une muse et sa valeur réside non pas seulement dans sa véracité, dans sa vraisemblance (concernant ce qu’il est censé décrire) ou dans son témoignage historique, mais dans l’univers des possibles qu’il ouvre, autrement dit dans l’excitation de l’imagination qu’il suscite en rapport à ce que j’en connais. En somme, à ce stade, ce manuscrit s’avère une source féconde de connaissance et d’inspiration pour le chercheur. La valeur et le regard critique portés sur le manuscrit ne sont donc pas donnés une fois pour toutes et s’affinent en fonction de mes usages et de l’évolution des savoirs en lien avec les domaines traités ou évoqués. Sa valeur s’apprécie en regard d’autres données relatives à tel ou tel aspect traité par le manuscrit et par l’investigation des pistes dessinées, l’exploitation de ces filons. Ainsi s’opère une construction progressive de plusieurs niveaux de lecture, de plus en plus complexes.

  • 37 Hla Pe (1985 : 200), McDaniel (2008).

39La valeur que je lui attribue et celle donnée par les Arakanais sont liées même si différentes. Sans doute, pour les Arakanais, le manuscrit est-il précieux car ancien et arakanais. Par manuscrit « arakanais », j’entends simplement soit qu’il a été écrit en Arakan, sous-entendu par un auteur arakanais, soit qu’il traite de l’Arakan. Du moins, c’est ainsi que je le définis en raison de ce que je constate dans les publications arakanaises contemporaines. En Birmanie, il n’y a guère que les Arakanais qui écrivent sur leur région en tant qu’espace politique et historique distinct et particulier. Les auteurs, à cet égard, sont animés par un souci de transmettre, de préserver et de perpétuer leurs « traditions », de façon comparable à la charge qu’ils ont de maintenir et de diffuser le bouddhisme (sasana). C’est dire si les Arakanais attachent un grand prix à leurs productions anciennes. Dans cette société qui valorise l’écrit, le goût de la « chose écrite » se comprend en référence à l’enseignement du Bouddha, bien qu’historiquement celui-ci ait d’abord été transmis sous forme orale37.

La circulation des savoirs

  • 38 Par exemple, un récit contemporain relie l’origine du savoir-faire des artisans, à la culture de l’ (...)

40Jusqu’à présent, aucun de mes interlocuteurs n’a mentionné de texte ou fait référence à ce manuscrit pour expliquer l’histoire de l’établissement d’artisans dans une partie de l’île. J’ai par ailleurs recueilli des récits diversifiés relatifs aux origines de leur savoir-faire38. Lorsqu’il est fait mention de la décision d’un roi, le manuscrit n’est pas cité. S’il s’est avéré que certains le connaissaient, je n’ai cependant pas particulièrement cherché à savoir si les habitants, qu’ils soient lettrés ou pas, en avaient connaissance ; je me suis même retenue, pour ne pas les influencer lorsque je demandais la raison pour laquelle on trouve de nombreux artisans dans la région de Ledaung. En effet, je ne souhaitais pas leur « souffler la réponse » ni imposer l’autorité du texte sur une autre forme de récit possible, en raison du statut de l’écrit d’une part, et de ma position de lettrée (sarama), d’autre part. Cette position signifie que je suis productrice à part entière d’un savoir, et de connaissances arakanaises écrites et par là même partie intégrante du processus de diffusion (en témoignent les interviews données dans des magazines arakanais, les portraits faits des chercheurs occidentaux dont le travail porte sur la région, la traduction et la réécriture de leurs textes dans ces mêmes journaux, ou sur des sites internet). Le statut de lettré, d’érudit, de chercheur ou d’universitaire confère une légitimité à ses productions écrites qui s’imposent sur d’autres formes narratives. L’influence du chercheur sur la société qu’il étudie correspond en partie à la valorisation de documents comme le manuscrit ICH20, par la publication d’écrits autour de celui-ci et, partant, de la société qui l’a produit.

Conclusion

41Le manuscrit ICH20 de la BNF se révèle un outil de connaissance à plusieurs niveaux de la société arakanaise d’où il provient. D’abord, les localités de la région dont il est question – l’île de Rambyé et le sud de l’Arakan – ont été jusqu’ici très peu décrites et étudiées. Aussi, plusieurs thèmes contenus dans le texte permettent-ils de réfléchir à l’évolution de faits sociaux et rituels en lien avec le territoire, ainsi qu’à la conception de celui-ci, à travers la fondation de villages. Ils nourrissent notamment des questions relatives à la relation entre la royauté et les « puissances » du sol dans l’édification et la persistance d’un domaine royal.

42Cet aspect est suffisamment important pour que le roi charge de cette mission des savants dont le succès les gratifiera d’une promotion au rang de ministre. La fondation apparaît comme un processus relativement complexe qui mobilise différentes qualités de ceux qui savent lire les signes pour entrevoir notamment l’avenir des populations qui habiteront les lieux retenus, ainsi que leur expertise dans la manipulation de techniques rituelles magiques et astrologiques ; en l’occurrence des qualités telles que la clairvoyance, la sagesse/la connaissance – puisque les deux sens sont inclus dans le même mot birman –, ou le raisonnement et la délibération face à l’énigmatique.

43La traduction et l’interprétation du manuscrit s’avèrent ardues. Elles invitent finalement le chercheur d’aujourd’hui à procéder de façon semblable à ces savants dans l’usage de leurs savoirs pour interpréter les signes, et soumettent sa capacité à lire et à déchiffrer ce qui lui est donné à voir et à comprendre.

44Le manuscrit ICH20 est à l’origine le produit de l’interaction au début de l’époque coloniale (autour des années 1825-1830) entre un administrateur et un érudit arakanais qui a récolté, compilé, consigné des éléments de sa propre culture. Dès son contexte d’apparition, il a visiblement circulé en Arakan puisqu’il a été recopié, ce dont témoigne l’existence d’autres exemplaires, ainsi qu’en Occident. Pour l’heure, nous ne savons pas de quel(s) usage(s) en ont fait le commanditaire de ce manuscrit ou d’autres lecteurs. Je l’ai pour ma part appréhendé comme un terrain d’accès difficile, avec une méthode d’approche critique et comparative qui mobilisait un savoir constitué pour en mettre au jour la cohérence et en proposer une interprétation. M’appropriant progressivement son contenu par de constants va-et-vient, il m’a permis de me familiariser avec cette localité. Une connaissance qui, à terme, par la publication d’écrits relatifs au manuscrit – rédigés en anglais plutôt qu’en français pour une meilleure accessibilité des lecteurs arakanais – produit et met en retour en circulation un savoir et un discours renouvelés sur cette localité.

Haut de page

Bibliographie

ALLOTT, Anna J., 1994, Inked Over, Ripped Out : Burmese Storytellers and the Censors, Silkworm Books : Chiang Mai.

BERNOT, Lucien, 1967, Les paysans arakanais du Pakistan Oriental : l’histoire, le monde végétal et l’organisation sociale des réfugiés Marma (Mog), Paris, La Haye : Éditions Mouton & Co., École Pratique des Hautes Etudes, 2 vols.

BLACKBURN, Anne, 1997, Buddhist Learning and Textual Practice in Eighteenth-Century Lankan Monastic Culture, Oxford : Oxford University Press.

BLOCH, Esther, Marianne KEPPENS & Rajaram HEGDE, éd., 2010, Rethinking Religion in India. The colonial construction of Hinduism, Londres & New York : Routledge.

BRAC de la PERRIERE, Bénédicte, 1989, « L’histoire des neuf kharuin », Journal asiatique, 277, 1-2 : 47-88 ; 3-4 : 299-361.

CANDIER, Aurore, 2012, « Réforme et continuité en péninsule indochinoise : la Birmanie de 1819 à 1878 », thèse de doctorat d’histoire et civilisations, EHESS, Paris.

CHARNEY, Michael W., 1999, « Where Jambudipa and Islamdom Converged : Religious Change and the Emergence of Buddhist Communalism in Early Modern Arakan (Fifteenth to Nineteenth Centuries », thèse de doctorat en histoire, université du Michigan.

CHARNEY, Michael W., 2006, Powerful Learning. Buddhist Literati and the Throne in Burma’s Last Dynasty, 1752-1885, Ann Harbor : The University of Michigan.

MERSAN, Alexandra de, 2014, « The story of Queen Soe Me Gyi : A story from the past? A study of contemporary narratives in Arakan (Myanmar) ».

MERSAN, Alexandra de, 2012, « The “Land of the Great Image” and the Test of Time. The Making of a Buddha Image in Arakan (Burma/Myanmar) », in The Spirit of Things : Materiality in the Age of Religious Diversity in Southeast Asia, Julius Bautista, éd., New York : Cornell, Southeast Asia Program Publications, p. 95-110.

MERSAN, Alexandra de, 2010, « La construction rituelle du territoire à travers la tradition orale. Étude d’une incantation aux esprits d’Arakan (Birmanie) », Aséanie, 26 : 31-55.

MERSAN, Alexandra de, 2009, « A New Palace for Mra Swan Dewi. Changes in Spirit Cults in Arakan (Rakhine) State », Asian Ethnology, 68, 2 : 307-332.

MERSAN, Alexandra de, 2005a, « L’expression du particularisme arakanais dans la Birmanie contemporaine », Moussons, 8 : 117-141.

MERSAN, Alexandra de, 2005b, « Espace rituel et construction de la localité. Contribution à l’étude ethnographique d’une population de la Birmanie contemporaine : les Arakanais », thèse de doctorat non publiée d’anthropologie sociale et ethnologie, sous la dir. de Jean-Claude Galey, EHESS, Paris.

FITZGERALD, Timothy, 2007, Discourse on Civility and Barbarity. A Critical History of Religion and Related Categories, New York : Oxford University Press.

D’HUBERT, Thibaut, 2010, « Histoire culturelle et poétique de la traduction. Alaol et la tradition littéraire bengalie au xiie siècle à Mrauk U, capitale du royaume d’Arakan », thèse de doctorat non publiée en Langues, Civilisations et Sociétés Orientales, EPHE, Paris.

Furnivall, J.S., 1919, « Some historical documents […]. The record of Rammawadi Township 64 », Journal of the Burma Research Society, IX, 1 : 33-52.

GOMMANS, Jos & Jacques LEIDER, éd., 2002, The Maritime Frontier of Burma. Exploring Political, Cultural and Commercial Interaction in the Indian Ocean World, 1200-1800, Leiden : KITLV Press.

HANSEN, Anne Ruthy & July LEDGERWOOD, éd., 2008, At the Edge of the Forest. Essays on Cambodia, History and Narrative in Honor of David Chandler, New York : Cornell University.

HLA PE, 1985, Burma. Literature, Historiography, Scholarship, Language, Life, and Buddhism, Singapour : Institute of Southeast Asian Studies.

KIRICHENKO, Alexey, 2009, « From Thathanadaw to Theravada Buddhism : Constructions of Religion and Religious Identity in Nineteenth- and Early Twentieth- Century Myanmar », in Casting Faiths : Imperialism and the Transformation of Religion in East and Southeast Asia, Thomas David DuBois, éd., Palgrave Macmillan, p. 23-45.

KORET, Peter, 2007, « Past, present and future in Buddhist Prophetic literature of the Lao », in Buddhism, Power and Political Order, Ian Harris, éd., Londres & New York : Routledge, p. 143-167.

LAGIRARDE, François, 2007, « Temps et lieux d’histoires bouddhiques. À propos de quelques « chroniques » inédites du Lanna », BEFEO, 94 : 59-94.

LEHMAN, Frederick K. (Chit Hlaing), 2003, « The Relevance of the Founders’ Cult for Understanding the Political Systems of the Peoples of Northern Southeast Asia and its Chinese Borderlands », in Founders’Cults in Southeast Asia : Ancestors, Polity, and Identity, Nicola Tannenbaum & Cornelia Ann Kammerer, éd., New Heaven : Yale University, Monograph 52, p. 15-39.

LEIDER, Jacques P., 2004, Le royaume d’Arakan, Birmanie. Son histoire politique entre le début du xve et la fin du xviie siècle, Paris : EFEO, coll. « Monographies », n° 190.

LEIDER, Jacques P., 2005-2006, « Specialists for Ritual, Magic, and Devotion : The Court Brahmins (Punna) of the Konbaung Kings (1752-1885) », Journal of Burma Studies, 10 : 159-202.

LEIDER, Jacques P., 2006, « Araññavasi and Gamavasi Monks. Towards Further Study of Variant Forms of Buddhist Monasticism in Myanmar », in Buddhist Legacies in Mainland Southeast Asia, François Lagirarde & Paritta Chalermpow Koanantakool, éd., Paris et Bangkok : École française d’Extrême-Orient et Princess Maha Chakri Sirindhorn Anthropology Centre, p. 113-137.

LEIDER, Jacques P., 2008, « Forging Buddhist Credentials as a Tool of Legitimacy and Ethnic Identity », J.E.S.H.O., 51 : 409-459.

LEIDER, Jacques P., 2009, « Relics, Statues and Predictions. Interpreting an Apocryphal Sermon of Lord Buddha in Arakan », Asian Ethnology, 68, 2, p. 333-364.

MCDANIEL, Justin Thomas, 2008, Gathering Leaves & Lifting Words : Histories of Buddhist Monastic Education in Laos and Thailand, Seattle : University of Washington Press.

OKELL, John, 1995, « Three Burmese Dialects », Southeast Asian Linguistics, « Studies in Burmese languages », 13, David Bradley, éd., Pacific Linguistics, Serie A, 83 : 1-138.

ROZENBERG , Guillaume, 2008, « Etre birman c’est être bouddhiste… », in Birmanie contemporaine, Gabriel Defert, éd., IRASEC/Les Indes Savantes, 228, p. 29-52.

SALEM-GERVAIS, Nicolas & Rosalie METRO, 2012, « A Textbook Case of Nation-Building : The Evolution of History Curricula in Myanmar », The Journal of Burma Studies, 16 , 1 : 27-78.

SCHLEMMER, Grégoire, 2012, « Rituels, territoires et pouvoirs dans les marges indo-indiennes », Moussons, 19, 1 : 5-17.

SWEARER, Donald K., Sommai Premchit & Phaithoon Dokbuakaew, 2004, Sacred Mountains of Northern Thailand and their legends, Chiang Mai : Silkworm books.

VAN GALEN, Stephan, 2008, The Rise and Decline of the Mrauk U kingdom (Burma) from the fifteenth to the seventeenth century AD, Leiden : université de Leiden.

Haut de page

Note de fin

1 Ce manuscrit appartient au fonds indochinois de la Bibliothèque nationale de France et est référencé sous la cote Indochinois 20. Je le désigne sous une forme raccourcie (ICH20), suivant en cela l’historien Jacques Leider.

2 Ce royaume fut le dernier royaume d’Arakan indépendant avant sa conquête par les Birmans à la fin du xviiisiècle. Voir Leider (2004).

3 Par « productions locales », j’entends tous types de documents ou pièces, matériels ou immatériels, produits et présentés au sein d’une société donnée, en l’occurrence la société arakanaise.

4 Cette approche s’avère relativement semblable à celle opérée par Bénédicte Brac de la Perrière (1989) à propos d’un manuscrit birman sur l’ancienne zone irriguée de Birmanie centrale.

5 Des recherches historique sur l’Arakan ont été menées par plusieurs chercheurs, tels Leider (2004), Gommans & Leider (2002), Charney (1999), Van Galen (2008), D’Hubert (2010) ; des recherches sur l’archéologie et l’histoire de l’art de la région ont été poursuivies par Gutman, Raymond, Gatellier, sur l’anthropologie par de Mersan et Coderey et sur l’économie par Okamoto. L’ouverture de la Birmanie au début des années 1990 et plus récemment à la suite d’un mouvement de réformes initié en 2008-2010 ainsi qu’une actualité marquée par des conflits meurtriers entre bouddhistes et musulmans en Arakan (depuis 2012) ont suscité l’intérêt sur la région des médias, des acteurs de l’humanitaire et autres organismes de coopération et de développement, et impulsé, nous l’espérons, de nouvelles recherches académiques. Citons enfin de nombreux travaux – articles de presse, rapports d’ONG, mémoires et thèses – ayant porté sur les réfugiés musulmans d’Arakan depuis les années 1970, le plus souvent en dehors de la région (Bangladesh, Thaïlande, Malaisie).

6 Cette démarche est celle qu’a suivie Jacques Leider pour écrire l’histoire du royaume d’Arakan (2004) à partir des annales et des chroniques vernaculaires mais aussi, par la suite, pour « faire parler » les sources, quand bien même elles n’ont pas vocation à décrire ou écrire leur histoire (quelles qu’en soient les formes locales). D’autres travaux récents ont porté sur l’histoire de la Birmanie à partir de sources vernaculaires, Charney (2004), Kirichenko, Candier (2012).

7 Voir de Mersan (2010, 2012, 2014) pour l’Arakan mais aussi Lagirarde (2007) et Swearer et al. (2004) pour une conception semblable dans le nord-ouest de la Thaïlande.

8 Voir aussi Salem-Gervais & Metro (2012).

9 Sur ce point, voir de Mersan (2005a et 2009).

10 À ce propos voir Allott (1994). Depuis 2008, la junte birmane a amorcé un changement dans sa politique et initié un mouvement de réformes sans précédent marqué par l’adoption d’une nouvelle constitution, la tenue d’élections parlementaires en 2010, la liberté de la presse, la libération de prisonniers politiques, un accès accru aux médias, et autres décisions remarquables dans les domaines politique, économique et social.

11 Voir aussi, à cet égard, les travaux de Chandler sur le Cambodge (Hansen & Ledgerwood 2008), Koret (2007) sur la littérature prophétique au Laos.

12 Guillaume Rozenberg l’a aussi constaté à propos de la célèbre pagode Kyaiktiyo (2008 : 41-44).

13 Cet aspect est approfondi dans un article à paraître, à propos de l'évolution de l'histoire ou de la légende relative à la reine arakanaise Soe Me Gyi.

14 J. Leider (communication personnelle, février 2014).

15 « Ce roi connut une carrière un peu particulière. Détrôné après deux ans de règne, il serait parti en exil et n’aurait pu remonter sur le trône qu’environ 20 ans plus tard. Ayant fondé Mrauk U en 1430, il mourut trois mois après la fondation. Pendant son absence, les rois d’Ava et de Pegu rivalisaient pour le contrôle du pays » (communication personnelle de J. Leider, 9 février 2014).

16 Il semble que le terme employé corresponde au fait d’édifier un bâtiment, plus précisément encore, à l’acte de ficher en terre, à l’érection d’un poteau de fondation, d’une maison, d’un bâtiment religieux etc., puisque les bâtiments sont sur pilotis.

17 De Mersan (2005b : 49-62 ; 2009).

18 Lehman (2003), Schlemmer (2012).

19 L’idée poursuivie est que l’endroit se trouvant protégé par une forteresse naturelle, les hommes y seront également protégés par la Loi.

20 litt. « le village avait été établi par décision du destin » = « c’était écrit ».

21 ICH 20, (p.ku).

22 De Mersan (2010, 2012).

23 Voir entre autres les articles de Jacques Leider sur les spécialistes rituels « ponna » (ou punna) qui officiaient autrefois en Arakan (Leider, 2005-2006 :179-181, 184-186) ou à la cour birmane, avec des tâches diversifiées : astrologiques, rituelles, dévotionnelles, etc. Ces spécialistes pouvaient le cas échéant être qualifiés de sages (pañña shi) ou de savants (pandit) sans que l’on sache précisément s’il s’agissait d’un titre ou d’une fonction (ibid. : 177). La description de pratiques semblables à certaines du manuscrit telles que l’énonciation de formules (mantan), par exemple, l’astrologie ou la fabrication d’amulettes ou de carrés magiques (an:) pouvaient également être le fait d’une catégorie de moines, connus sous le terme de « moines de villages » (gamavasi ou pwè-kyaung) (Leider 2006 : 115-118).

24 Certaines activités de moines qui se déroulaient dans les monastères en furent exclues ou interdites au nom d’une purification des pratiques et institutions bouddhiques (sasana), d’une meilleure conformité des moines aux règles auxquelles leur code de conduite – le vinaya – les astreint. Mais ces réformes sont aussi à mettre en relation avec le processus d’appropriation et de localisation de la notion de religion ; à ce sujet, voir Blackburn (1997), Bloch, Marianne Keppens & Hegde (2010), Charney (2006), Fitzgerald (2007), Kirichenko (2009).

25 Voir Leider (2004). « Entre 1406 et 1428, il y eut des invasions birmanes et mônes mais le chroniqueur arakanais dit que les envahisseurs ne contrôlaient que la capitale » (J. Leider, communication personnelle, février 2014). Le dépeuplement de régions entières à la suite de la déportation ou de la fuite de leurs populations est un trait récurrent dans l’histoire de l’Asie du Sud-Est continentale. Par exemple, le nom d’un des clans des Marma (c’est-à-dire des Arakanais ayant fui leur région au moment de la conquête birmane et installés dans l’actuel Bangladesh) étudiés par Lucien Bernot (1967) appelé « rambré sa » – soit les « fils de l’île de Rambyé » – indique la fuite des habitants à cette époque.

26 Leider (2008, 2009). Persistant dans son hypothèse, J. Leider considère que la chute du royaume d’Arakan (1785) a fait foisonner les discours de mémoire du passé, mémoire de la grandeur, et légitimité passée au moment d’une transition historique et de troubles affectant la cohésion de la société et de son ordre établi. Le manuscrit s’insère bien dans ce contexte (communication personnelle de J. Leider, février 2014).

27 Leider (2009).

28 J. Leider (communication personnelle, février 2014).

29 Cet aspect pourrait radicalement changer dans un avenir proche en raison du début de l’exploitation de gisements immenses de pétrole et de gaz off-shore, de la construction d’un port, sans parler d'autres projets de développement et d’aménagements pharaoniques, souvent chinois, dans toute cette région.

30 Il s’agit d’un texte relatif à la collecte des impôts sur l’île de Rammawati (Rambyé), voir Furnivall (1919).

31 Sur les domaines des esprits énoncés dans ces chants, voir la présentation dans de Mersan (2010).

32 Comme partout ailleurs dans le pays, de nombreux villageois ont, depuis une dizaine d’années, quitté les régions les plus rurales de Birmanie pour migrer dans les grandes villes ou à l’étranger, en Asie du Sud-Est, en particulier. Les artisans de la région de Ledaung travaillent pour la plupart à présent à Rangoun au pied de la pagode Shwedagon.

33 Pour autant, au moins une version de ce manuscrit se trouve encore en Arakan, ce qui atténue le caractère exceptionnel de celui conservé à la BNF à Paris. La valeur patrimoniale de documents birmans repose non seulement sur leur (relative) ancienneté mais aussi sur la fragilité des matériaux et sur leur rareté.

34 On trouve régulièrement sur les marchés de Thaïlande ou dans des boutiques occidentales des manuscrits à vendre pour partie ou en entier, en tant qu’objet et non pour leur contenu.

35 Par ailleurs, des cas m'ont été rapportés de fabrication de faux manuscrits qui circulent à présent comme références par rapport à la « tradition arakanaise ». Voir aussi Okell (1995) à propos de manipulations dans la langue à des fins semblables.

36 J. Leider, communication personnelle (février 2014).

37 Hla Pe (1985 : 200), McDaniel (2008).

38 Par exemple, un récit contemporain relie l’origine du savoir-faire des artisans, à la culture de l’aréquier – importante dans la région – qui nécessite de creuser des canaux d’irrigation et de les consolider.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra de Mersan, « Le chercheur et son filon… Une richesse à partager ? Production et circulation de savoirs : usages et valeurs d’un manuscrit arakanais (Birmanie) », Moussons, 23 | 2014, 101-118.

Référence électronique

Alexandra de Mersan, « Le chercheur et son filon… Une richesse à partager ? Production et circulation de savoirs : usages et valeurs d’un manuscrit arakanais (Birmanie) », Moussons [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 08 septembre 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/2887 ; DOI : 10.4000/moussons.2887

Haut de page

Auteur

Alexandra de Mersan

Anthropologue, maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), membre associé du Centre Asie du Sud-Est (CNRS/CASE), Alexandra de Mersan travaille sur la Birmanie depuis une quinzaine d’années avec pour terrain principal de recherche la région de l’Arakan. Ses travaux portent notamment sur le bouddhisme, le territoire, et le rituel ainsi que les question d'ethnicité et de construction nationale.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page