Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gambling with the Land. The Contemporary Evolution of Southeast Asia Agriculture, Rodolphe De Koninck & Jean-François Rousseau

Singapore, NUS Press, 2012, xv-187 p.
Frédéric Durand
p. 159-161
Référence(s) :

Rodolphe De Koninck & Jean-François Rousseau, Gambling with the Land. The Contemporary Evolution of Southeast Asia Agriculture, Singapore, NUS Press, 2012, xv-187 p.

Texte intégral

1En une époque où les institutions de recherche ou de « développement » multiplient les bases de données en ligne, et où l’on peut se procurer aisément des statistiques sur la plupart des sujets, il pourrait paraître dépassé de publier un livre compilant des informations chiffrées sur l’agriculture de l’Asie. C’est pourtant le pari qu’ont fait Rodolphe De Koninck et Jean-François Rousseau dans le cadre d’un programme de recherche canadien sur la transition agraire en Asie du Sud-Est (ChATSEA – Challenges of the Agrarian Transition in Southeast Asia).

2Divisé en neuf chapitres et comprenant plus de trois cents graphiques et diagrammes par sous-régions ou par pays, cet ouvrage est composé selon une progression cohérente confrontant systématiquement une page de gauche dédiée au texte et aux commentaires, à une page de droite de représentations graphiques. Ses objectifs déclarés sont d’identifier et d’interpréter les principaux éléments caractéristiques des mutations agraires qu’a connues l’Asie du Sud-Est, particulièrement depuis les années 1960. Un premier chapitre méthodologique, agrémenté de cartes et d’anamorphoses, présente les grands enjeux de l’agriculture dans la région ainsi que les principales sources statistiques utilisées, qui proviennent essentiellement des Nations Unies (FAO, PNUE, CNUCED, UNESCO, etc.), de la Banque mondiale et du Nelson Institute of Environmental Studies de l’université de Wisconsin-Madison. Il souligne notamment les disparités démographiques des grandes îles ou régions. C’est aussi l’occasion pour les auteurs de signaler que des divergences, voire des incohérences, peuvent exister entre les différentes sources, ce qu’ils prennent à l’occasion la peine de faire figurer sur certains graphiques.

3Un deuxième chapitre met la population et l’agriculture mondiale en perspective depuis le xviiie siècle, avec ses conséquences sur l’extension agricole et le recul des forêts, en insistant plus en détail sur les pays d’Asie du Sud-Est, soit individuellement, soit en confrontant les deux grands sous-ensembles : Asie du Sud-Est insulaire et péninsulaire. Ce chapitre permet une vision globale et mondiale, mais il révèle en même temps plusieurs des limites liées à l’approche du livre. De fait, même si certaines faiblesses des données statistiques ont été indiquées dans le premier chapitre, en y mettant plus de rigueur que la plupart des compilations de données jusqu’alors disponibles sur ce sujet, le texte utilise par la suite ces chiffres sans forcément tenir vraiment compte de ces défauts ou limites.

4Ainsi, par exemple, les données de la FAO sur les superficies forestières de la région, qui sont notoirement surévaluées ou biaisées, auraient mérité une analyse plus poussée (p. 14-15). Par ailleurs, même si quelques allusions sont faites à des différences au sein des pays entre certaines îles ou régions, la plupart des États sont traités en tant qu’unités nationales, alors que les situations peuvent varier énormément, par exemple entre Java et les autres îles indonésiennes ou entre le Viêtnam des deltas et celui des hautes terres. Sur la base des travaux cités en bibliographie, nul doute que les auteurs en ont conscience, mais le format retenu pour l’ouvrage donne rarement l’occasion de le souligner suffisamment au fil des pages. On pourra regretter également que trois pays de la région : Brunei, Singapour et Timor-Leste ne soient quasiment jamais étudiés dans les analyses. Certes, certains pourront dire qu’il s’agit de « petits » pays, toutefois, par-delà la question de leur taille, leurs enseignements auraient été utiles sur certaines questions. Dernier travers des analyses, à part une brève mention, le rôle complexe de l’exploitation forestière et de la coupe du bois, qui sont souvent mêlés à l’extension agricole dans la dégradation et le recul des forêts, tend à être négligé, alors que ces pratiques ont joué un rôle très significatif dans plusieurs pays comme l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines et la Thaïlande.

5Le troisième chapitre aborde les questions de croissance, de « développement » et d’urbanisation dans le contexte de la mondialisation, avec des chiffres sur l’économie et la société depuis les années 1950-1960 jusqu’aux années 2000, parfois assortis de projections jusqu’en 2050. Les éléments fournis pour présenter ces évolutions sont bien choisis, même s’ils restent assez classiques (espérance de vie, taux d’alphabétisation, taux de fertilité, proportion de population rurale et urbaine). Ils permettent d’avoir une vision synthétique de ces phénomènes. Là encore, on peut regretter que les auteurs n’aient pas approfondi et analysé plus, en s’attachant notamment à réfléchir sur la question des définitions. Ainsi, tous les pays d’Asie du Sud-Est ne définissent pas l’ « urbain » de la même manière. Certains utilisent des critères de zonages administratifs relativement arbitraires, tandis que d’autres se basent sur des paramètres plus objectifs ou du moins « concrets » (nombre d’habitants, services urbains disponibles, etc.), sans parler des modifications de critères qui ont pu être opérées dans un même pays d’un recensement à l’autre. De ce fait, les comparaisons mériteraient souvent plus de réserves, dans la mesure où l’accroissement de la proportion de population urbaine peut être lié à la fois à une urbanisation « effective » et à une modification des paramètres de l’urbanité au cours des dernières décennies. Les projections permettent néanmoins de visualiser l’ampleur des mutations envisagées (p. 26-27). Si les tendances se prolongent, certains grands pays encore majoritairement ruraux comme l’Indonésie ou les Philippines risquent de voir leur population urbaine dépasser les 75 % à l’horizon 2050.

6Un quatrième chapitre s’attache au déclin relatif de l’emploi agricole. Il s’agit probablement du plus original, car ce type de préoccupations est moins fréquemment mis en valeur que les chiffres de la production ou des rendements. Cela permet de montrer une baisse de la proportion de la population active agricole des années 1950 à 2010, plus marquée en Asie du Sud-Est insulaire que continentale, mais surtout de souligner l’existence d’une tendance dans de nombreux pays à un réinvestissement des populations rurales dans les activités agricoles, particulièrement depuis la fin des années 1990, après la crise asiatique de 1997-1998 et en raison des revenus élevés fournis par plusieurs cultures de rente.

7Le cinquième chapitre aborde des aspects plus classiques de l’agriculture comme la diversification, l’intensification et l’expansion agricole. Il apporte des données intéressantes pour la plupart des pays de la région, comme l’évolution de la part des céréales ou de l’élevage dans la valeur agricole entre 1961 et 2007. La section sur la transformation du bois (p. 66-67) souffre en revanche d’un manque d’approfondissement, notamment parce qu’elle ne traite que du bois brut et du bois scié, en négligeant le contreplaqué sans lequel il est par exemple difficile de comprendre la baisse drastique des exportations de grumes d’un pays comme l’Indonésie. En revanche, le livre fournit de nombreuses données sur les productions et les exportations de différentes denrées depuis les années 1960, ainsi que sur les superficies irriguées, l’utilisation d’engrais et la motorisation de l’agriculture.

8Les trois chapitres suivants se consacrent surtout à l’évolution depuis le début des années 1960 de l’agriculture vivrière et de l’élevage (chapitre 6), des cultures de rente (chapitre 7), puis de la pêche et de l’aquaculture (chapitre 8), avec ses conséquences problématiques sur l’environnement littoral. Une dernière planche aborde enfin l’accroissement des émissions globales de CO2 des pays de la région (p. 156-157). Il s’agit d’un sujet trop peu étudié et dont il faut saluer l’introduction, même si, là encore, il aurait mérité plus de réflexion, notamment sur les très importantes divergences d’une évaluation à l’autre qui peuvent résulter de la prise en compte ou non des émissions liées aux sols, particulièrement des tourbières.

9En conclusion, les auteurs reconnaissent que l’échelle de leur approche et les options du livre ne leur ont pas laissé l’opportunité d’aborder ou d’approfondir un certain nombre d’aspects comme les différences entre les sous-régions à l’intérieur des pays, ou bien la question de la place et du rôle des minorités ethnolinguistiques. Par-delà des temporalités différentes liées aux parcours des huit pays étudiés, cette étude leur a néanmoins permis de dégager plusieurs points communs dans le très important dynamisme agricole qui a animé l’Asie du Sud-Est depuis la période des indépendances. Parmi eux, on peut noter l’essor marqué de la « Révolution verte » pour l’autosuffisance alimentaire, qui demeure un défi récurrent pour plusieurs pays, dont l’Indonésie, qui abrite la quatrième population du globe. Parallèlement, l’agriculture « de rente » a connu sur l’ensemble de l’Asie du Sud-Est une croissance forte, faisant désormais de la région une zone de production majeure. Il s’agit du prolongement d’un phénomène amorcé dès l’époque coloniale pour certains produits comme l’hévéa, le coprah ou le café, mais également d’extensions plus récentes particulièrement pour le cacao ou l’huile de palme. Au final, par son caractère synthétique et régional, ce livre restera un outil utile de référence pour qui travaille sur les mutations agricoles et rurales dans le monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Durand, « Gambling with the Land. The Contemporary Evolution of Southeast Asia Agriculture, Rodolphe De Koninck & Jean-François Rousseau », Moussons, 23 | 2014, 159-161.

Référence électronique

Frédéric Durand, « Gambling with the Land. The Contemporary Evolution of Southeast Asia Agriculture, Rodolphe De Koninck & Jean-François Rousseau », Moussons [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 12 septembre 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/2937

Haut de page

Auteur

Frédéric Durand

Maître de conférences, université de Toulouse 2 le Mirail, IrAsia, Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page