Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Opium and Empire in Southeast Asia : Regulating Consumption in British Burma, Ashley Wright

Palgrave Macmillan, Cambridge Imperial and Post-Colonial Studies Ser., 2014, 214 p.
Philippe Le Failler
p. 161-164
Référence(s) :

Ashley Wright, Opium and Empire in Southeast Asia : Regulating Consumption in British Burma, 2014, Palgrave Macmillan, Cambridge Imperial and Post-Colonial Studies Ser., 214 p.

Texte intégral

1De prime abord, le titre laisse accroire que la régulation de l’opium dans la Birmanie à l’époque coloniale (1826-1939) va être abordée sous l’angle comparatiste, mettant en exergue les particularités de la colonie britannique face aux politiques menées dans les autres pays de l’aire régionale. Il n’en est rien. Seul le cas birman, par ailleurs assez peu étudié et encore moins connu, est ici explicité par l’auteur dans un texte ramassé (156 p.) que complète un appareil de notes particulièrement fouillé.

2De l’avis de certains voyageurs, l’usage de l’opium en Birmanie, quoique marginal, était préexistant à l’arrivé des Britanniques. C’est cependant après 1826, et l’annexion du pays à l’empire, que la question d’un monopole sur la vente de ce produit s’y posa avec d’autant plus d’acuité que dans tout l’Extrême-Orient l’exploitation de l’opium faisait figure de clé de voûte de l’impérialisme marchand. La position géographique de la Birmanie la place au centre de l’Opium trade, ce vaste mouvement d’échange commercial initié au début du xixe siècle entre l’Inde et la Chine, reliant le monopole de production impérial britannique et son client captif. Si le commerce de l’opium s’opérait avant tout par voie maritime, il semblait primordial d’éviter que la Birmanie, frontalière des deux pays concernés, n’en subisse les effets néfastes.

3L’idée générale qui sous-tend l’ouvrage tend à mettre en évidence que l’instauration progressive d’un monopole étatique portant sur l’importation et la vente d’une substance dont, toujours, les effets néfastes furent connus, allait de pair avec le principe de régulation de la pratique opiomane. Le cadre juridique insiste sur le caractère « légitime » de l’usage de l’opium, dans le cadre médical notamment, mais c’est pour mieux fustiger la pratique funeste de l’opiomanie dont il importe de préserver certaines populations. Conçu comme un monopole paternaliste, protégeant les sujets birmans pour mieux frapper les résidents chinois ou indiens, on opère une distinction ethnique claire par laquelle l’opium est considéré comme « légitime » chez certains groupes, où son usage est décrit comme enraciné, voire d’une relative innocuité, quand la prohibition salvatrice s’impose pour la majorité birmane, jugée peu à même de résister à l’opium, dont on craignait qu’il « n’affaiblisse la race ». Dans les zones de montagne, et notamment à proximité de la frontière chinoise où un contrôle strict était inenvisageable, on précisa en 1888 que le commerce de l’opium était autorisé pour les Shan, Palung et Kachin. Les distinctions raciales, faites de présupposés, si elles ont largement pesé dans ces choix, rejoignaient le souci de conserver à la Birmanie « utile », celle des plaines rizicoles, mieux contrôlée politiquement, sa capacité productive en ne laissant point s’y développer une opiomanie de masse et son corollaire – avéré en Chine – d’un discours mêlant anticolonialisme et lutte contre l’opium.

4Au fil des ans, et sans surprise, on notait l’extension de réseaux chinois tendant à renforcer l’opinion commune que l’opiomanie, « vice chinois » par excellence, affectait peu le monde birman et que le cadre juridique était opérant et suffisamment protecteur. Toutefois, dans les premières années du xxe siècle, les ventes officielles d’opium doublèrent. Cette indéniable extension de l’opiomanie reste cependant malaisée à quantifier tant les données sont lacunaires. Aux ventes légales (à des Chinois principalement) s’ajoutait une revente illicite d’une partie de cet opium à des Birmans. D’autre part, l’opium produit en Birmanie, chez les groupes montagnards, ou en provenance de la frontière chinoise, venait inonder le marché dans des proportions non précisées. S’il fallait estimer le poids de cette contrebande au regard de ce qui se passait en Indochine par exemple, il faudrait alors admettre que la part du marché de l’opium tenu par le monopole est largement inférieure à celle du marché clandestin.

5Dès 1906, sous l’action incessante du lobby anti-opium et de la pression prohibitionniste et anti-impérialiste conjointe de la Chine et des États-Unis, se tint à Shanghai la première conférence anti-opium. Il apparut clairement que l’opiomanie allait être qualifiée de fléau social et que les acteurs du marché, confrontés à leurs opinions publiques nationales, se trouveraient en peine de défendre leurs intérêts d’un point de vue moral. La notion initiale d’usage « légitime », décriée par les Américains, fut l’objet d’âpres débats. Le commerce international de l’opium allait entamer une décrue et, partant, les monopoles coloniaux en Asie du Sud-Est auraient de plus en plus de difficulté à justifier leur existence. Pour défendre leurs prérogatives, ils jouèrent de manœuvres dilatoires jusqu’en 1914 afin de repousser sine die tout engagement formel.

6C’est la jeune Société des Nations (SDN) qui reprit sous sa coupe l’œuvre anti-opium après la première guerre mondiale. Aux conférences organisées à Genève s’ajoutait désormais un suivi permanent du marché, des flux commerciaux, du nombre de fumeurs enregistrés comme des détaillants vendant de l’opium, que complétaient des études de terrain. L’outil statistique ainsi élaboré allait contraindre les monopoles coloniaux (ainsi que le Siam) à des justifications malaisées. Si la Birmanie présentait des chiffres éloquents, le nombre de fumeurs enregistrés était passé de 34 600 en 1902 à 3 571 en 1923-1924, les données ne prenaient en compte que les fumeurs récemment enregistrés. Des différents rapports étudiés jusqu’à 1940, il ressort que si les ressortissants chinois étaient surreprésentés parmi les opiomanes, les Birmans formaient toutefois la majorité des fumeurs. L’Indochine était dans un cas analogue. Même si en Birmanie les revenus de l’opium n’y représentaient pas une telle importance dans le budget, il s’agissait de ressources dont nul ne voulait se passer. Dans la colonie britannique comme ailleurs, les autorités trouvèrent toujours un moyen d’accommoder les informations livrées à la SDN pour les rendre présentables, faute d’être fiables.

7À la conférence de Bangkok en 1931, les Britanniques durent bien convenir que les états Shan produisaient de l’opium hors de tout contrôle effectif, que celui-ci parvenait sur le marché siamois, entre autres, et que toute tentative de contrainte ne saurait parvenir à des effets autres que des désordres politiques. La séparation officielle de la Birmanie et de l’Inde, effective en 1937, ne changea pas fondamentalement la donne. Certes l’approvisionnement d’opium au monopole indien devenait difficile mais, de fait, la production « locale », celle des états Shan et Wa pouvait y suppléer. De la sorte, tout en professant un credo, sinon prohibitionniste, du moins tendant vers une diminution progressive de l’opiomanie en Birmanie, les autorités maintinrent le système antérieur. L’accès à la ganja, autrefois banni, fut dès lors facilité.

8Sans cesse repoussée, l’adoption d’une réelle politique prohibitionniste se heurtait au désir de ne pas mettre fin à l’industrie de l’opium, tant en Inde qu’en Birmanie. Plus encore, la production des états Shans, dans ce que l’on ne nommait pas encore le triangle d’or, disqualifiait d’avance toute tentative d’abolition du monopole. La contrebande aurait alors purement et simplement supplanté le monopole et versé l’ensemble du commerce dans l’illégalité.

9Ce n’est qu’en 1943 que le Royaume Uni annonça une prohibition de l’opiomanie dans toutes ses colonies. La Birmanie étant partiellement sous contrôle japonais, ces derniers annoncèrent à leur tour une prohibition pour trois ans. En réalité, la période et le contexte ne se prêtaient guère à une mise en pratique de ces mesures. Les partisans montagnards des uns et des autres étaient parfois rémunérés en opium. Il revint à la Birmanie indépendante d’énoncer en février 1948 les termes d’un processus devant mener en cinq ans à l’éradication du marché de l’opium, du moins en principe.

10La nature fiscale du monopole sur l’opium est présentée dans cet ouvrage comme secondaire. Le parti pris de l’auteur d’isoler et de privilégier dès les prémisses du monopole les impératifs moraux aux considérations financières, comme s’il s’agissait d’une préoccupation constante, tend à minimiser la portée de ce type d’exploitation monopolistique pour les finances coloniales qu’elle abondait pourtant considérablement. Il en résulte parfois l’impression étrange d’une étude qui se focalise sur l’évolution du discours colonial, sur la représentation de l’opiomanie et les aléas de la diplomatie internationale qui lui est consacrée. Le pendant naturel d’une telle étude sur la Birmanie, et qui lui aurait donné une valeur plus affirmée en contrepoint des travaux existants, tels ceux de James Rush sur l’Indonésie ou de Carl Trocki sur Singapour (cités dans la bibliographie mais peu utilisés), tenait à un ou deux chapitres supplémentaires.

11Pour le premier, il aurait fallu traiter des enjeux économiques et budgétaires, qui sous-tendent le processus de prise de décision mais ne sont évoqués qu’allusivement. Les tableaux présentés en annexe se limitent au xixe siècle et n’illustrent en rien les chapitres sur le mouvement prohibitionniste de la première moitié du xxe siècle. Que pesait réellement le monopole de l’opium en termes de revenus au point que, jusqu’à la fin, les autorités refusèrent de s’en priver ? Comment l’opium était-il transformé, conditionné et mis sur le marché, combien coûtait-il ? Combien d’agents du gouvernement contrôlaient-ils le marché et luttaient-ils contre la contrebande ? Quelle qualité d’opium pour quel type de fumeur ? Autant de questions qui viennent immédiatement à l’esprit.

12Un autre chapitre s’imposait, me semble-t-il, afin d’insérer le cas Birman, et mettre en avant ses particularités, dans un ensemble plus large, à la problématique somme toute analogue. Les autres monopoles, coloniaux à une exception près, britannique en Malaisie, français en Indochine, néerlandais dans les Indes néerlandaises, portugais à Macao (et même Siamois !), avaient eux aussi été établis selon le principe d’une exploitation fiscale de la communauté chinoise, donc étrangère, qui se trouvait dans les colonies d’Extrême-Orient. Partout on retrouve un souci d’épargner la population majoritaire, tant du point de vue fiscal, que de l’extension de la pratique opiomane. Les fumeurs d’opium siamois étaient contraints au port de la natte chinoise, les opiomanes malais ostracisés puis emprisonnés etc. La balance entre principes moraux, idées hygiénistes et en enjeux financiers est un point commun. Aussi n’est-il guère surprenant de voir se former une alliance franco-lusitano-britannique lors des conférences internationales anti-opium.

13Enfin, sur ces produits à grande valeur sous un faible volume que sont l’opium et ses dérivés, qui voyagent aisément et se jouent des frontières, la contrebande, quoique souvent évoquée, n’est pas véritablement expliquée, comme s’il s’agissait d’une contingence. Omniprésent, le marché clandestin relativise l’idée de monopole, et donc d’action publique. Sans pour autant se livrer à une périlleuse étude des filières d’approvisionnement, en évoquer les tenants et les aboutissants, insister sur l’extension et la pérennisation d’une production locale, sur les liens avec le Yunnan voisin sous la coupe des seigneurs de la guerre aurait, n’en doutons pas, permis de mieux cerner les contraintes de la politique impériale en Birmanie.

14Remarquablement écrit en un texte ramassé et précis, cet ouvrage agréable à lire présente l’appréciable avantage de faire le point sur la question mais reste quelque peu prisonnier d’un tropisme induit par le type de sources employées. Outre les fonds d’archives britanniques d’une évidente utilité, tout comme la documentation de la SDN, l’auteur a usé d’une bibliographie large, le tout exclusivement en langue anglaise. On ignore donc s’il se trouve des sources locales traitant de la question, un point non négligeable qu’une note eut permis de dissiper. Ceci explique en partie la faiblesse de l’approche comparative et ne répond pas toujours aux questions que l’on est amené à se poser sur la perception birmane de l’opiomanie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Le Failler, « Opium and Empire in Southeast Asia : Regulating Consumption in British Burma, Ashley Wright », Moussons, 23 | 2014, 161-164.

Référence électronique

Philippe Le Failler, « Opium and Empire in Southeast Asia : Regulating Consumption in British Burma, Ashley Wright », Moussons [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 12 septembre 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/2941

Haut de page

Auteur

Philippe Le Failler

Maître de conférences à l’EFEO, membre statutaire de l’IRASIA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page