Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Plaited Arts from the Borneo Rainforest, Bernard Sellato, éd.

Jakarta : The Lontar Foundation ; Singapour : NUS Press ; Copenhague : Nordic Institute for Asian Studies Press, NIAS Studies in Asian Topics # 48 ; Honolulu : University of Hawai’i Press, 2012, 1 260 illus., index, 536 p.
Solène Plouseau
Référence(s) :

Bernard Sellato, éd., Plaited Arts from the Borneo Rainforest, Jakarta : The Lontar Foundation ; Singapour : NUS Press ; Copenhague : Nordic Institute for Asian Studies Press, NIAS Studies in Asian Topics # 48 ; Honolulu : University of Hawai’i Press, 2012, 1 260 illus., index, 536 p.

Texte intégral

1Première parution à traiter des techniques de vannerie de Bornéo, cette œuvre est la consécration de quarante ans de recherches ethnographiques. Sous la direction de Bernard Sellato, l’ouvrage regroupe les travaux de vingt-deux chercheurs de dix nationalités différentes. Certains experts sont originaires de Malaisie, d’Indonésie et de l’île de Bornéo. Profondément impliqués, ils ont au fil des années créé des liens étroits et développé un profond attachement pour les habitants. Leur collaboration – à travers ce « labor of love » – tend à dévoiler les richesses culturelles et écologiques cachées au cœur d’une des plus grandes forêts tropicales. Cet ouvrage est dédié à l’étude des techniques artisanales de la vannerie et de ses aspects esthétiques, au travers des pratiques de plusieurs ethnies. En effet, l’île de Bornéo, subdivisée en sept régions, compte 105 ethnies, elles-mêmes regroupées en neuf groupes ethniques. Le champ envisagé est si vaste que la richesse culturelle et matérielle n’a pu être représentée de façon exhaustive, faisant de cet ouvrage un travail exploratoire. L’approche anthropologique permet de contextualiser cet art, au travers de ses implications traditionnelles, religieuses, économiques et écologiques. Le grand nombre de matériaux de terrain – termes vernaculaires, photographies, schémas descriptifs et fonctionnels – est destiné non seulement aux chercheurs – portant intérêt aux techniques, dont celles du corps, à l’ethnobotanique ou à la linguistique – mais aussi au grand public et aux collectionneurs et muséologues. Cet ouvrage est composé de douze parties. Après une préface présentant le livre et son organisation, suivie de nombreux remerciements, deux cartes détaillent l’organisation spatiale de l’île. La première représente ses sept entités politiques, la seconde l’emplacement géographique des groupes ethniques à partir d’une analyse historique et linguistique des déplacements de population.

2La première partie introduit l’art et les notions d’identité liés à Bornéo au travers des techniques de la vannerie, avec une approche historique, géographique, économique et écologique. La deuxième partie, composée de deux articles, traitetout d’abord des fibres et teintures végétales utilisées dans deux communautés similaires (Pa Dalih et Nanga Sumpa), fortement éloignées, démographiquement opposées et aux conditions environnementales différentes. Cette analyse comparative efficiente montre la relation entre environnement et techniques. Elle aborde ensuite l’histoire des techniques et des motifs, mettant en système les choix d’inventivité et de création des paniers avec la technique, la fonction des objets et le matériel végétal disponible. Six parties sont ensuite consacrées à une approche régionale et exposent les processus d’emprunts et de vernacularisation. La conception des nattes, porte-bébé, chapeaux, boucliers et fourreaux, et tous types de paniers, est ici abordée et détaillée suivant leur contexte de réalisation. Les parties neuf et dix offrent un focus sur la réalisation de nattes et autres paniers spécifiques. La partie onze porte sur les effets de la mondialisation et l’impact de nouveaux matériaux, tels que les matières plastiques ou les colorants chimiques, et soulève la question du futur des pratiques de Bornéo. Enfin, la douzième partie, en guise de conclusion, est un essai sur les styles et identités abordées. Une annexe importante et fortement illustrée poursuit l’analyse sur le lien entre cet environnement tropical et les cultures matérielles étudiées, ainsi que sur son évolution temporelle et sociale.

3Afin de refléter au mieux la richesse de cet ouvrage et ce dans toute sa dimension anthropologique, j’ai choisi de présenter un panel des objets produits dont la diversité témoigne du foisonnement culturel de Bornéo.

4Ainsi la partie « Plants, People, Techniques » aborde le lien entre la connaissance de la biodiversité et les techniques de vannerie. Depuis plus de 45 000 ans, les habitants ont emmagasiné un savoir important pour déterminer quels végétaux possèdent les qualités nécessaires pour la réalisation des vanneries. La plante doit être facile à trouver, à récolter, facilement transformable, flexible, résistante, durable, attractive (couleur, brillance), pouvant être teinte (colorant naturel ou artificiel). Plus de 120 espèces sont ici répertoriées dont 79 pour la réalisation, 24 pour la teinture, et 14 ayant les deux fonctions. Pour une réalisation, jusqu’à six plantes peuvent être utilisées, or elles ne possèdent pas toutes les qualités requises. Ceci entraîne de nombreux compromis et considérations sur la finalité de l’objet, son temps de réalisation, son utilisation (personnelle, cadeau, de courte ou longue durée). Des végétaux ne sont utilisés que pour certains objets, peut-être à cause des traditions culturelles ou pour leurs qualités spécifiques. Les colorants sont issus de plantes locales et sauvages, de fruits et herbes – fournissant rouge, noir, vert, bordeaux – et d’argiles. Différents écosystèmes composent le paysage de Bornéo, tous associés à un type de végétation particulier. La grande biodiversité et la large diversité culturelle ici présentes font que toutes les plantes connues et usitées n’ont pu être présentées. Ces cinq dernières années, l’artisanat et le travail du rotin ont considérablement augmenté avec le commerce international. Sa surexploitation est responsable en partie de la dégradation ou de la destruction de la forêt ainsi que de sa conversion en terres agricoles. Depuis 1850, la culture du rotin est encouragée, mais nécessite un développement économique sain en accord avec l’identité culturelle et une écologie viable à long terme.

5C’est dans la partie « Central Borneo » qu’est présentée une technique particulière des Aoheng, un groupe isolé de cinq villages assimilé aux Kayan. Des corrélations culturelles sont présentes, mais les Aoheng préservent une spécificité pour les chapeaux (cahung karung). Une différence genrée et nommée est à noter pour ces objets. Il en existe trois types différents : les cahungtisi (positionnement des rayures), les cahungsuru (avec coquillages et forme conique) et les cahungtacaaca’ (« coupé au couteau », motifs cousus de différentes couleurs). Les plus prestigieux sont décorés et teints avec des colorants naturels, mais les motifs sacrés (calao-rhinocéros ou tête de chien-dragon) sont réservés aux familles nobles. Ils passent par un continuum de formes géométriques vers des réalisations très stylisées. Leur utilisation donne protection en toutes circonstances contre les entités démoniaques, les rendant dangereux si leur usage est inapproprié. Avec le panier porte-bébé, ils sont rangés sur le mur central de la maison ou dans le grenier. Ce sont des objets cruciaux dans les rituels majeurs marquant les principales étapes de la vie : rituels du premier nom ou du mariage. Le cahung taca aca’ est présent dans d’autres rites (cérémonie funéraire) ou pendant le principal festival agricole, protégeant les cultures et les personnes lors des semailles et des moissons.

6Les porte-bébé sont géographiquement plutôt restreints au centre de Bornéo, mais ont généralement attiré l’attention des explorateurs de par le monde. Ils sont renommés pour leurs somptueuses décorations de perles, coquillages et pendentifs, mais jamais l’attention n’a été portée sur leur structure, détaillée et illustrée ici. Le siège est en forme de demi-lune, réalisé dans un bois d’œuvre léger, avec une structure en vannerie munie de deux bretelles. Les motifs et décorations sont des indicateurs de statuts sociaux et des dispositifs de protection contre les dangers spirituels. Ils sont considérés comme des biens de famille dans ces groupes ethniques et peuvent donc être restaurés ou réutilisés sur de nouveaux supports.

7Le panier à cordon de rotin multi-usages est utilisé pour transporter toutes sortes de matériaux lourds et volumineux. Le maillage du rotin et l’ouverture du panier sont étirables et flexibles, permettant le transport d’une grande variété d’objets avec deux bretelles et une ouverture réglables. Présent dans de nombreuses régions de Bornéo, il est caractérisé par un maillage serré, ainsi que par une grande variété de motifs et de noms, détaillés ici. De nombreuses photographies permettent de visualiser les différentes chaînes opératoires de fabrication, ainsi que les nuances des motifs (couleurs et formes) de plusieurs régions.

8Un focus est proposé sur les fourreaux et poignées de sabres, les carquois de fléchettes et les sarbacanes. Ces techniques de vannerie mériteraient une enquête ethnographique particulière, bien que les splendides sabres mandau provenant des Kayan et Kenyah aient déjà attiré l’attention des observateurs. En effet, les lames sont reconnues pour leur qualité, estimée supérieure au kris javanais.

9La partie « A Florilège of Mats », composé de 11 articles, détaille une grande variété de nattes utilisées principalement à Kalimantan (Est, Ouest et Centre), à Sarawak (Ouest et Est) et dans divers groupes nomades de Bornéo tels que les Punan, les Lisum, les Hovongan et les Kerého. Le dernier article porte sur les « nattes-sièges », dont le style semble dépendre plus fortement du contexte régional que de la seule filiation ethnique. Cette petite natte protège l’arrière-train du porteur et lui permet de s’asseoir au sol, mais illustre également les processus de croisement et d’emprunts de la culture matérielle.

10La partie « Bags, Boxes, Covers, Trags, Traps » inventorie en six articles différents types de réalisation : récipients à semence de formes animales, contenants, plats alimentaires multifonctions, vans et tamis et leur typologie, et enfin différentes techniques et réalisations liées à la pêche en mer ou en rivière. De nombreuses photographies légendées, ainsi que des schémas, montrent les différentes techniques de vanneries, leurs utilisations et leur symbolisme dans la vie des habitants, ainsi que leurs évolutions contemporaines. En exemple, les outils et matériaux utilisés pour la pratique de la pêche montrent la relation systémique présente entre écosystème et milieu de vie, culture matérielle et identité culturelle.

11Quant à la partie « Modernity and Market », composé de quatre articles, elle offre une approche historique et anthropologique de l’évolution des techniques de Bornéo et de l’influence de la modernité. Il débute par une rétrospective de l’époque coloniale et paternaliste, illustrée par deux récits autobiographiques de Hendrik Tillema, photographe et ethnographe amateur des années 1930. Une approche contemporaine aborde ensuite les effets du commerce régional ou international (Chine, Inde) sur le choix des matériaux utilisés et les emprunts formels et esthétiques aux cultures voisines. Les échanges et de nouvelles techniques en font tomber d’autres en désuétude, ou certaines peuvent être adoptées puis utilisées dans les habitudes locales. L’arrivée des matières plastiques et des colorants chimiques, d’utilisation simplifiée et de plus grande résistance, sont des choix attrayants permettant la réalisation d’objets imperméables, durables et « culturellement redéfinis ».

12Avec cet ouvrage, Bernard Sellato nous offre la première référence encyclopédique transdisciplinaire de ce champ d’observation. Bien qu’il se défende d’avoir voulu produire un livre d’art, la qualité, l’abondance et la précision iconographiques (photographies et dessins) font de ce volume un ouvrage magnifique. Sur le fond, on regrettera seulement l’absence d’entretiens qui auraient apporté plus de précisions sur les conceptions autochtones. Par le biais de la pratique de la vannerie, les auteurs soulèvent le voile « végétal » qui pouvait masquer jusqu’alors la richesse culturelle identitaire et matérielle des habitants de Bornéo. À travers la découverte de cette biodiversité, on s’imagine marcher au travers d’un écosystème tropical hétérogène, à la recherche de plantes endémiques nécessaires à une pratique journalière. Cet environnement fournit les matériaux indispensables à la survie sociale ou biologique. Que ce soit pour soi-même ou pour offrir, pour s’asseoir, chasser, transporter ou conserver sa nourriture, afficher son appartenance ethnique ou son statut, l’art de la vannerie symbolise la complexité des relations sociales. Reprenant la citation d’André Leroi-Gourhan (1953), « Toute la personnalité d’un groupe humain est enfermée dans la moindre de ses productions matérielles, comme dans toutes les œuvres de son esprit. » (p. 2). À la fois technique, outil et symbole, la vannerie se définit comme un élément temporel dont la pratique rythme la vie des habitants. Au cœur des relations de commerce, d’échange et de partage, elle apporte prospérité et protection physique et spirituelle. Elle représente un objet d’étude anthropologique privilégié en nous ouvrant la porte des pratiques conceptuelles et intimes des peuples de Bornéo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solène Plouseau, « Plaited Arts from the Borneo Rainforest, Bernard Sellato, éd. », Moussons [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 12 septembre 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/2950

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page