Navigation – Plan du site
Articles

Les « passeurs ». Portrait de groupe d’intellectuels vietnamiens dans le siècle franco-vietnamien (1858-1954)

Trinh Van Thao
p. 13-18

Texte intégral

1Dans le cadre d’un numéro thématique de Moussons, et avec des contraintes propres à tout travail collectif, voici un portrait de groupe des « passeurs » du siècle franco-vietnamien (1858-1954).

2Aussi douloureuse que soit l’expérience coloniale, elle n’avait pas laissé, au-delà des épisodes guerriers qui ont jalonné le long chemin de la révolte à la liberté, que ruines et larmes. Il reste un legs culturel à mettre au jour, d’entreprendre un état des lieux d’autant plus complexe que bien souvent enfoui, refoulé sous le poids des oublis, des préjugés, et par-dessus tout, des mémoires sélectives. On le sait depuis Maurice Halbwachs, il faut se méfier de la mémoire historique, mémoire d’État qui se confond trop souvent avec la pensée unique et dont la vocation principale consiste à refouler dans les zones d’ombre des fragments entiers de mémoires collectives, plurielles et multiples, venant des minorités, des vaincus et surtout de ceux qui dérangent le bel ordre établi.

  • 1 Brocheux & Hémery (2001 [1994]) ; Womack (2003) ; Affidi (2006) ; Goscha (2001) ; Peycam (2012) ; A (...)

3Plus discrets et moins visibles que les événements historiques de grande ampleur (changement de régime, guerres et révolutions), les faits culturels peuvent pourtant exercer un effet plus durable. Ainsi, l’écriture quốc ngữ introduite au début de la colonisation à des fins d’évangélisation et d’administration directe se révèle décisive non seulement dans l’histoire de la littérature, mais aussi dans l’histoire du Việt Nam tout court : la méritocratie républicaine imposée à l’école traditionnelle renouvelle un système éducatif vieillot sans oublier l’invention de la littérature moderne, des beaux-arts et la conquête des nouveaux savoirs1.

4Ces acquis constatés et reconnus supposent à leur tour la réalité de l’échange culturel – ou l’emprunt culturel (selon l’historien Nguyen The Anh) – entre partenaires égaux par-dessus des préjugés de race et de classe en transcendant les rapports de dominants à dominés. À ce propos, il ne semble pas déplacé de rappeler une anecdote savoureuse relatée par le géographe Pierre Gourou durant son professorat à Hanoi. Il évoqua parmi ses souvenirs indochinois les liens personnels tissés entre le professeur d’histoire-géographie du lycée Albert Sarraut et son élève Võ Nguyên Giáp, le futur général Giáp, vainqueur de Dien Bien Phu :

Je me rappelle l’excellent élève qu’était Vo Nguyen Giap, entré au lycée après un épisode déjà révolutionnaire ; il était ardent à se nourrir d’informations historiques ; je me vois encore détaillant sur le tableau la manœuvre d’Austerlitz, pendant que, comme ses camarades, il prenait des notes. Cet esprit d’élite voulut bien m’aider dans une recherche sur les habitats de son Nghe An natal. [En réalité, il s’agit de la province plus au sud Quảng Bình, TVT.] (Gourou 1982)

  • 2 Enseignement supérieur : Đào Duy Anh, Trần Văn Giáp, Nguyễn Mạnh Tường, etc. Aux postes à responsab (...)

5Inutile d’enfoncer le clou en évoquant l’histoire de l’Institut Pasteur au Viêt Nam (Monnais 1999) et en rappelant que l’École française d’Extrême-Orient (EFEO) devait et doit toujours sa réputation tant aux savants français qu’à leurs collègues vietnamiens (évidemment moins connus car ne bénéficiant pas, jusqu’en 1939, du même statut) (Nguyen Phuong Ngoc 2012). Ces choses-là survivent bel et bien à la fin de l’empire français en Indochine2 ! Aucune classification n’étant entièrement satisfaisante en soi, il faut en prendre son parti. Le choix des passeurs repose sur une thématique floue et un cadre historique flexible, il faut aussi en convenir. Toutefois, à la décharge des promoteurs de ce numéro, disons simplement que les éditeurs entendent surtout mettre l’accent sur la diversité et la liberté du regard plutôt qu’établir une unité factice et une cohésion problématique. L’éclatement des figures intellectuelles, la pluralité des domaines de spécialisation sont à ce prix et nous n’avons pas à nous en repentir. Pour ces raisons, il a été décidé de présenter dans ce volume nos passeurs selon l’ordre chronologique de leur naissance.

6Se sont cependant dégagés quatre types de trajectoires.

  • 3 Phan Văn Trường (et non Trương) dans la forme plus répandue.
  • 4 Voir respectivement les contributions dans ce numéro de Pierre Brocheux, Emmanuelle Affidi et Nguye (...)
  • 5 Il y manque toutefois la figure tutélaire du publiciste Pham Quynh qui mérite à elle seule un futur (...)

7Celle des pionniers de l’occidentalisme en souvenir de Yan Fu (Nghiêm Phục en vietnamien) et Wang Tao (Trinh Van Thao 2007) dont les travaux de traduction ont ouvert la voie aux études occidentales en Chine. Leurs homologues vietnamiens Phan Văn Trương (1867-1933)3, Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936) et Tản Đà Nguyễn Khắc Hiếu (1889-1939)4 représentent un éventail assez emblématique du nouveau paysage culturel vietnamien, à savoir le nationalisme du xxe siècle (l’avocat Phan Văn Trương), le réformisme libéral (le journaliste et traducteur Nguyễn Văn Vĩnh) et la littérature moderne (Tản Đà inventeur de la nouvelle poésie et de la nouvelle prose en quốc ngữ pour exprimer l’esprit et la sensibilité des Vietnamiens)5.

  • 6 Voir respectivement la contribution de Michitake Aso et Annick Guénel et celle de Vu Ngoc Quynh.
  • 7 Voir respectivement la contribution de Julia Collier Emerson et celle de Trinh Van Thao.
  • 8 Phạm Duy Khiêm, ministre du président Ngô Đình Diệm et premier commissaire de la République du Viêt (...)
  • 9 Voir la contribution de Lê Thiên-Nga.
  • 10 Après la réunification (1975), il est resté au pays pendant quelques années avant de partir rejoind (...)

8Les héritiers de la méritocratie républicaine dont le profil social et universitaire rappelle l’écrivain chinois Lou Xun et ses contemporains Fong Yéou Lan et Hu Shi (Trinh Van Thao 2007). Dans ce groupe, apparaissent deux sous-ensembles au destin contrasté : les scientifiques (les médecins Tôn Thất Tùng et Đặng Văn Ngữ6) qui se sont avérés être d’excellents compagnons de route du Parti communiste en guerre (Trinh Van Thao 2004) tandis que leurs collègues littéraires Phạm Duy Khiêm et Trần Đức Thảo7 (tous deux normaliens) firent figure de mal-aimés du pouvoir politique8, sans doute en raison de leur fonction critique et de leur posture d’intellectuel classique (Antonio Gramsci). Le botaniste Phạm Hoàng Hộ9 d’origine méridionale se trouve dans une position politique inédite : professeur d’université et recteur de l’université de Saigon, il fut ministre de l’Éducation nationale sous la première République (1955-1963)10.

  • 11 Voir la contribution de Phan Huy Lê.

9Les chercheurs en sciences sociales. Éminent lexicologue (auteur des Dictionnaires qui ont marqué plusieurs générations d’étudiants vietnamiens), historien et marxiste, Đào Duy Anh (1904-1988) fut un des premiers intellectuels de la génération de 1925 à être nommés professeur à l’université de Hanoi au lendemain de l’indépendance11.

  • 12 Voir la contribution de John Kleinen.
  • 13 Nguyễn Văn Khoan avait le statut d’« assistant », comme Nguyễn Văn Tố (1889-1947), Trần Văn Giáp (1 (...)
  • 14 Voir la contribution de Truong Huyen Chi.
  • 15 Voir la contribution de Pascal Bourdeaux.

10À la différence de Nguyễn Văn Khoan (1890-1975)12 qui faisait partie des principaux collaborateurs vietnamiens de l’EFEO avant la révolution d’août 194513, les deux autres, l’ethnologue Từ Chi14 et l’écrivain Sơn Nam15, appartiennent plutôt à la génération née entre-deux-guerres mondiales et n’atteignent leur pleine maturité intellectuelle qu’au lendemain de l’indépendance, dans une conjoncture chaotique, avec des parcours sociaux éclatés, dans une période trouble au cours de laquelle les événements historiques ont pesé sur leur carrière scientifique et leur vie d’homme. Enseignant coopérant et ethnologue « itinérant » ballotté entre les structures scientifiques d’État (Từ Chi) ou écrivain et chercheur à titre plus ou moins précaire (Sơn Nam), ils produisirent leurs œuvres en marge des institutions officielles. C’est peut-être la meilleure approche de l’ethnologie vietnamienne naissante hors des sentiers battus.

  • 16 En compagnie de Phạm Duy Khiêm, Phạm Văn Ký et Nguyễn Tiến Lãng. Une thèse est en cours sur le roma (...)
  • 17 Voir la contribution d’Alain Guillemin.
  • 18 Voir la contribution de Trinh Van Thao.

11Les écrivains francophones. L’écrivain francophone Cung Giu Nguyễn représente un groupe nouveau et restreint d’écrivains francophones du siècle dernier16. Héritier d’une famille de lettrés, Cung Giu Nguyễn « a pu jouer un rôle de passeur […] sans rompre avec ses racines, de dépasser le conflit [franco-vietnamien, TVT] par le haut en s’inspirant de valeurs universelles17 », en prenant le chemin inverse de son illustre contemporain le philosophe Trần Đức Thảo18. La réception chaleureuse du Fils de la baleine au moment de sa parution par les écrivains français et non des moindres (Daniel Rops) qui saluent dans son œuvre une prouesse littéraire et une vision spirituelle (chrétienne) de l’histoire n’est ni innocente ni dénuée d’ambiguïté. À l’encontre de l’engagement marxiste de la génération de l’après-guerre qui a conduit le normalien Trần Đức Thảo en pleine ascension scientifique et promis à une belle carrière philosophique en France à regagner les maquis du Viet Minh en 1951, Cung Giu Nguyễn s’est contenté, à la manière de Phạm Duy Khiêm (La place d’un homme), Nguyễn Tiến Lãng (Les chemins de la révolte), d’exprimer les déchirures de l’homme (individu) devant les tragédies de l’histoire.

12Victoire du spirituel sur le matériel ? de l’individu sur la masse ? de Georges Simmel sur Karl Marx ? Par-delà des choix antithétiques des Vietnamiens des années cinquante, il semble bien que la question est posée mais non sa réponse.

13Au-delà des singularités générationnelles et sociales, on peut esquisser la figure de l’intellectuel passeur du siècle dernier en quelques traits : un ardent patriote (comme le souligne l’historien Phan Huy Lê), un nationaliste imprégné de l’humanisme universel des Lumières tout en récusant son occidentalo-centrisme, un double héritier du monde sinisé et du monde occidental, un intellectuel moderne conscient de sa posture historique et culturelle.

Haut de page

Bibliographie

AFFIDI, Emmanuelle, 2006, « Ðông Dương Tạp Chí (1913-1919), une tentative de diffusion du discours et de la science de l’Occident au Tonkin : l’interculturalité, un enjeu colonial entre savoir et pouvoir (1906-1936) », thèse de doctorat, université Paris-VII.

ANDRÉ-PALLOIS, Nadine, 1997, L’Indochine, un lieu d’échanges culturels ? Les peintres français et indochinois (fin xixe-xxe siècle), Paris : EFEO.

BROCHEUX, Pierre & Daniel HÉMERY, 2001 [1994], Indochine, la colonisation ambiguë (1858-1954), Paris : La Découverte.

DABAT, Amandine, thèse en cours, « Tu xuân. catalogue raisonne de l’œuvre picturale et sculpturale de Hàm Nghi (1871-1944), empereur vietnamien en exil ».

ĐỖ Quang Hưng, 2000, Lịch sử báo chí Việt Nam (1865-1945) [Histoire du journalisme au Viêtnam, 1865-1945], Hanoi : NXB Đại Học Quốc Gia.

GOSCHA, Christopher, 2001, « Le barbare moderne : Nguyen Van Vinh et la complexité de la modernité occidentale au Viet Nam colonial », Revue d’Histoire, 332-333, 88 : 319-346.

GOUROU, Pierre, 1982, Terres de bonne espérance. Le monde tropical, Paris : Plon, coll. « Terre humaine ».

MONNAIS, Laurence, 1999, Médecine et colonisation : l’aventure indochinoise 1860-1939, Paris : CNRS éditions.

NGUYỄN Huệ Chi & TRẦN Hữu Tá, éd., 2004, Từ điển văn học : bộ mới [Dictionnaire de la littérature : nouvelle version], Hanoi : Edition Thế giới.

NGUYỄN Ngọc Thiện, éd., 2003, Tranh luận văn nghệ thế kỷ XX [Débats littéraires du xxe siècle], Hanoi : NXB Lao động.

NGUYEN Phuong Ngoc, 2012, À l’origine de l’anthropologie au Vietnam, Aix-en-Provence : PUP.

PEYCAM, Philippe, 2012, The Birth of Vietnamese Political Journalism: Saigon, 1916-1930, New York: Columbia University Press.

PHẠM Quỳnh, 2003, Luận giải văn học và triết học [Textes sur la littérature et la philosophie], recueil de textes sélectionnés et présentés par Trịnh Bá Đĩnh, Hanoi : NXB Văn hóa thông tin.

PHAN Trọng Thưởng, éd., 2007, Mười thế kỷ bàn luận về văn chương [Dix siècles de discussions littéraires], Hanoi : NXB Giáo dục.

Tổng tập văn học Việt Nam [Recueil général de la littérature vietnamienne], 1997, Hanoi: Ed. Khoa học xã hội.

TAYLOR, Nora, 2004, Painters in Hanoi: An Ethnography of Vietnamese Art, Honolulu: University of Hawai’i Press.

TRINH Van Thao, 2004, Les compagnons de route de Ho Chi Minh : histoire d’un engagement intellectuel au Vietnam, Paris : Editions Karthala.

TRINH Van Thao, 2007, Viêt Nam du confucianisme au communisme, Paris : L’Harmattan, coll. « Logiques sociales, 2e édition.

TRƯƠNG Duy Hy, 2003, Nữ sĩ Huỳnh Thị Bảo Hòa : người vié̂t tiẻ̂u thuyé̂t đà̂u tiên, Hanoi : NXB Van học.

TRUONG Thi Lieu, 2001, « Vo Phiên : culture nationale, lectures occidentales », thèse de doctorat, université Paris-III.

WOMACK, Sarah Whitney, 2003, Colonialism and the Collaborationist Agenda: Pham Quynh, Print Culture, and the Politics of Persuasion in Colonial Vietnam, Ann Arbor, Mich.: UMI Dissertation Services.

Haut de page

Note de fin

1 Brocheux & Hémery (2001 [1994]) ; Womack (2003) ; Affidi (2006) ; Goscha (2001) ; Peycam (2012) ; André-Pallois (1997) ; Taylor (2004) ; Dabat (en cours) ; Truong Thi Lieu (2001). Études de chercheurs vietnamiens sur la presse et la littérature : Đỗ Quang Hưng (2000) ; Tổng tập văn học Việt Nam (1997) ; Nguyễn Huệ Chi & Trần Hữu Tá (2004) ; Nguyễn Ngọc Thiện (2003) ; Phan Trọng Thưởng (2007). Un grand nombre d’ouvrages sur les figures emblématiques ou moins connues : Phạm Quỳnh (2003) ; Trương Duy Hy (2003). Plusieurs revues sont numérisées : Nam Phong en 2009 par Viện Việt học (Institut des Etudes vietnamiennes, États-Unis), Tri Tân et Thanh Nghị (2009) par le Centre EFEO à Hanoi, Phong Hóa et Ngày Nay du groupe littéraire autonome Tự lực văn đoàn par des chercheurs indépendants aux États-Unis en 2012.

2 Enseignement supérieur : Đào Duy Anh, Trần Văn Giáp, Nguyễn Mạnh Tường, etc. Aux postes à responsabilité : Hòang Xuân Hãn, Nguyễn Văn Huyên//Phan Anh, Vũ Đình Hòe//Hồ Đắc Di, Tôn Thất Tùng, etc.

3 Phan Văn Trường (et non Trương) dans la forme plus répandue.

4 Voir respectivement les contributions dans ce numéro de Pierre Brocheux, Emmanuelle Affidi et Nguyen Phuong Ngnoc.

5 Il y manque toutefois la figure tutélaire du publiciste Pham Quynh qui mérite à elle seule un futur numéro de Moussons !

6 Voir respectivement la contribution de Michitake Aso et Annick Guénel et celle de Vu Ngoc Quynh.

7 Voir respectivement la contribution de Julia Collier Emerson et celle de Trinh Van Thao.

8 Phạm Duy Khiêm, ministre du président Ngô Đình Diệm et premier commissaire de la République du Viêt Nam en France, connut la même disgrâce que Trần Đức Thảo, son condisciple de la rue d’Ulm.

9 Voir la contribution de Lê Thiên-Nga.

10 Après la réunification (1975), il est resté au pays pendant quelques années avant de partir rejoindre sa famille à l’étranger.

11 Voir la contribution de Phan Huy Lê.

12 Voir la contribution de John Kleinen.

13 Nguyễn Văn Khoan avait le statut d’« assistant », comme Nguyễn Văn Tố (1889-1947), Trần Văn Giáp (1898-1973) et Nguyễn Thiệu Lâu, titulaire d’une licence en géographie. Nguyễn Văn Huyên, docteur ès lettres, est nommé « membre scientifique » en 1939 à la faveur du Front populaire et à l’approche de la guerre. Ministre des Affaires sociales dans le gouvernement Hồ Chí Minh, Nguyễn Văn Tố fut capturé et exécuté par les soldats français au cours d’une opération de « nettoyage » dans la zone Viet Minh (Bắc Cạn).

14 Voir la contribution de Truong Huyen Chi.

15 Voir la contribution de Pascal Bourdeaux.

16 En compagnie de Phạm Duy Khiêm, Phạm Văn Ký et Nguyễn Tiến Lãng. Une thèse est en cours sur le roman vietnamien en français : Nguyen Giang Huong, « Poétique du sujet multiculturel dans le roman vietnamien francophone du xxe siècle », université Paris X-Nanterre.

17 Voir la contribution d’Alain Guillemin.

18 Voir la contribution de Trinh Van Thao.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Trinh Van Thao, « Les « passeurs ». Portrait de groupe d’intellectuels vietnamiens dans le siècle franco-vietnamien (1858-1954) », Moussons, 24 | 2014, 13-18.

Référence électronique

Trinh Van Thao, « Les « passeurs ». Portrait de groupe d’intellectuels vietnamiens dans le siècle franco-vietnamien (1858-1954) », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 22 janvier 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/3002 ; DOI : 10.4000/moussons.3002

Haut de page

Auteur

Trinh Van Thao

Trinh Van Thao est ancien professeur de sociologie de l’université d’Aix-Marseille et chercheur à l’Institut de recherche sur le Sud-Est asiatique (Irsea, désormais IrAsia). Il est l’auteur/co-auteur d’ouvrages portant sur le marxisme (Marx et Engels et le journalisme révolutionnaire, Dictionnaire critique du marxisme), la sociologie historique (L’école française en Indochine, Viêt Nam du confucianisme au communisme, Les compagnons de route de Ho Chi Minh).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page