Navigation – Plan du site
Articles

Đào Duy Anh (1904-1988). Le parcours semé d’embûches d’un historien

Phan Huy
p. 89-105

Résumés

Au-delà d’un discret et émouvant hommage à Đào Duy Anh, « maître aimé et respecté », qui a si profondément marqué des générations successives d’intellectuels vietnamiens, l’auteur retrace avec précision et rigueur le parcours social, intellectuel et scientifique d’un des plus importants lexicologues et historiens du Vietnam contemporain.

Haut de page

Texte intégral

Engagement enthousiaste dans les activités politiques

  • 1 La première édition des Mémoires de Đào Duy Anh date de 1989. À partir de maintenant, je les cite (...)

1Né le 25 avril 1904 à Thanh Hoá au centre du Vietnam, Đào Duy Anh est décédé le 1er avril 1988 à Hanoi. Sa famille est originaire du village Khúc Thuỷ dans le canton Tả Thanh Oai qui faisait partie du district Thanh Oai, province Hà Đông (actuellement district Thanh Oai de la ville de Hanoi), mais s’installa, depuis le grand-père paternel, dans la province Thanh Hoá, dans la commune Trung Chính du district Nông Cống. Après l’obtention du diplôme d’études secondaires au lycée Quốc học à Huế en 1923 et ne voulant pas devenir fonctionnaire dans l’administration coloniale, Đào Duy Anh choisit le noble métier d’enseignant et devint instituteur à l’école primaire de Đồng Hới dans la province de Quảng Bình au centre du Vietnam actuel. Dans ce modeste chef-lieu, un petit groupe de fonctionnaires, d’intellectuels et d’artistes fonda une association, Hội Quảng Tri, qui leur servait de lieu de lecture de journaux et de divertissements. Đào Duy Anh y travailla pendant une conjoncture historique particulière alors que le mouvement patriotique prenait de l’ampleur en menant des actions multiples dans la presse et l’édition progressiste dans les grandes villes – exigeant la libération de Phan Bội Châu en 1925 –, ainsi que d’autres actions patriotiques à l’occasion des funérailles de Phan Chu Trinh en 1926. Les changements de la société de son temps l’enthousiasmèrent. À la fin de 1925, il participa à la réception organisée par Hội Quảng Tri en l’honneur de Phan Bội Châu sur la route de son exil de Hanoi vers sa résidence surveillée à Hué. Lors du déjeuner à Đồng Hới et de la rencontre avec Phan Bội Châu au siège de l’association, il fut profondément impressionné par le grand lettré patriote. Dans ses mémoires, Đào Duy Anh considérera ce moment comme celui « qui a donné une orientaton à toute ma vie » (Mémoires 2002 [1989] : 111). À la suite de cette rencontre, il s’engagea dans l’activité politique.

2Jugeant qu’il fallait « quitter immédiatement les eaux stagnantes pour aller vers un ciel plus haut et un océan plus large » (ibid. : 14), Đào Duy Anh prit la décision d’aller à Saigon pour travailler dans le journalisme. C’était un centre urbain, politique et culturel important où l’opinion publique semblait être plus libre qu’à Hanoi. En 1926, il démissionna donc de son poste d’instituteur et partit dans le sud en passant par Hué pour rendre visite à Phan Bội Châu, alors en résidence surveillée à la pagode de Phổ Quang, à gauche de la montée Bến Ngự. Pendant ce séjour à Huế, il fit la rencontre d’intellectuels patriotes tels que Võ Liêm Sơn et Trần Đình Nam.

3Après Hué, Đào Duy Anh arriva à Danang où il resta un certain temps. Il rencontra Huỳnh Thúc Kháng, alors président de la Chambre des représentants du peuple de l’Annam, qui lui demanda de l’aide pour la création du journal Tiếng dân (La Voix du Peuple). Il fut chargé du secrétariat de la rédaction. À la fin de l’été 1926, Đào Duy Anh adhéra au parti Việt Nam Cách mạng (Parti pour la Révolution vietnamienne), une organisation révolutionnaire née des organisations patriotiques fondées en 1925. En effet, au début de 1925, quelques étudiants issus des Écoles supérieures de Hanoi et des lettrés patriotes revenus du bagne de Côn Đảo convoquèrent un congrès et fondèrent le parti Việt Nam Nghĩa Hòa đoàn (Association pour la Justice et la Concorde au Vietnam). Au même moment, quelques intellectuels à Vinh (province Nghệ An) et d’autres patriotes revenus des bagnes créèrent le Phục Việt hội (Association pour la Restauration du Vietnam). Ces deux partis se fusionnèrent sous le nom de Phục Việt hội qui changea de nom fin 1925 pour devenir Hưng Nam hội (abréviation de Phục hưng Việt Nam, Association pour la Restauration et la Prospérité du Vietnam). En juillet 1928, Hưng Nam hội prit le nom de Việt Nam Cách mạng đảng. Ce parti envoya une délégation, sous la direction de Trần Phú, en Chine à Quảng Châu (Canton) pour prendre contact avec le Việt Nam Cách mạng Thanh niên hội (Ligue vietnamienne de la Jeunesse révolutionnaire) connu généralement sous le nom de Việt Nam Thanh niên Cách mạng đồng chí hội (Ligue vietnamienne des Jeunes communistes) dirigé par Nguyễn Ái Quốc. On assiste alors à une campagne en faveur de la fusion de ces deux organisations en un seul parti intitulé Việt Nam Cách mạng đồng chí hội, mais cette tentative fut un échec. Lors de son congrès du 14 juillet 1928, le Việt Nam Cách mạng đảng changea encore de nom pour devenir Tân Việt Cách mạng đảng (Parti révolutionnaire pour le Nouveau Vietnam) dont Đào Duy Anh fut nommé secrétaire général. Cet événement marque le tournant qui va le précipiter dans le tourbillon d’une vie de révolutionnaire dans la clandestinité.

4Pendant ces années, grâce à ses lectures de la presse et des livres progressistes, Đào Duy Anh découvrit le marxisme. Outre les livres qu’on pouvait trouver à Hué et à Danang, il rechercha à Saigon des livres en français et en chinois sur l’histoire, la philosophie, mais aussi la sociologie, l’économie et des livres sur le marxisme qui circulaient légalement, par exemple Duy vật sử quan (Matérialisme historique), Kinh tế sử quan (Interprétation économique de l’histoire), Nhân loại tiến hóa sử (Histoire de l’évolution de l’humanité), bộ sách Đông phương văn khố (Bibliothèque orientaliste), etc. Grâce à des connaissances, il put lire des publications du Parti communiste français diffusées clandestinement par des matelots : ABC du communisme, Théorie du matérialiste historique, Lénine et la question nationale, Karl Marx, sa vie, son œuvre de Mac Beer, Lénine de Clara Zetkin, La femme et le socialisme d’Auguste Bebel, etc. En 1928, Đào Duy Anh fonda la maison d’édition Quan hải tùng thư qui compte, parmi les collaborateurs, des intellectuels patriotes et progressistes tels que Võ Liêm Sơn, Trần Đình Nam, Phan Đăng Lưu. L’objectif de la maison est de publier des livres destinés au grand public afin de le familiariser avec la pensée scientifique et le matérialisme historique. Malgré sa courte existence jusqu’en juillet 1929, cette maison d’édition fit paraître treize publications (dont plusieurs sont dues à l’initiative de Đào Duy Anh qui rédige lui-même ou traduit des ouvrages occidentaux : Lịch sử các học thuyết kinh tế (Histoire des doctrines économiques, vol. I), Phụ nữ vận động (Le mouvement féministe), Lịch sử nhân loại (Histoire de l’humanité), Tôn giáo là gì ? (Qu’est-ce que la religion ?), Xã hội là gì ? (Qu’est-ce que la société ?), Dân tộc là gì ? (Qu’est-ce la nation ?). Ce sont ses premiers ouvrages rédigés dans le but de diffuser le marxisme et les idées scientifiques progressistes et qui contribuent à la lutte politique et culturelle de l’époque. Son pseudonyme Vệ Thạch le présente comme l’oiseau mythique tinh vệ qui transporte, toute sa vie, des pierres pour combler l’océan du savoir.

5Au sein du parti Tân Việt Cách mạng đảng, Đào Duy Anh fut chargé de préparer un document important : il s’agissait de définir la base théorique du parti. En effet, le parti Việt Nam Cách mạng Thanh niên hội à tendance communiste et dirigé par Nguyễn Ái Quốc prenait de l’ampleur dans le pays. Au sein même du parti Tân Việt, on voit apparaître des clivages et certains membres le quittèrent pour rejoindre le Việt Nam Cách mạng Thanh niên hội. Face au développement des organisations révolutionnaires, la répression coloniale s’abattit en 1929. Début juillet 1929, Đào Duy Anh fut arrêté à Huế et emmené à Vinh pour être confronté à d’autres membres de Tân Việt. Il fut relâché, puis emprisonné de nouveau à Hué jusqu’à fin 1930 lorsqu’il fut gracié avec une peine de trois ans de prison avec sursis. Cet épisode laissera dans sa vie des conséquences graves car certains de ses camarades s’interrogèrent sur les raisons pour lesquelles il fut libéré avant d’autres. Đào Duy Anh reconnut lui-même qu’il « n’avait pas le talent et le courage nécessaires pour porter la charge difficile et dangereuse confiée par la révolution » et prit la décision « de faire le choix d’une autre voie, celle de la culture pour contribuer à la renaissance de la vitalité du peuple étouffée par le régime colonial » (Mémoires : 48). Du point de vue idéologique, il définit clairement le marxisme comme son guide : « Je me suis fixé l’objectif de faire tout mon possible pour utiliser la lumière marxiste dans l’étude du patrimoine culturel de notre peuple et dans le choix des belles choses afin de contribuer à la construction de la culture nationale. » (Id.).

Réorientation vers les activités culturelles

6Đào Duy Anh s’intéressa d’abord à la rédaction de dictionnaires. Il publia le Hán – Việt từ điển [Dictionnaire sino-vietnamien] en 1932 et le Pháp – Việt từ điển [Dictionnaire franco-vietnamien] en 1936. Au-delà de leur utilité en tant qu’outils indispensables au développement des sciences et de la culture de l’époque, les mots et les concepts expliqués permettent à l’auteur d’introduire des idées progressistes et scientifiques du point de vue du marxisme et d’autres philosophies contemporaines. Avec ces dictionnaires, Đào Duy Anh a posé les bases de la lexicologie contemporaine au Vietnam.

7À partir de 1938, il porta son attention aux questions culturelles et littéraires. Jusqu’en 1945, il fit paraître successivement les ouvrages suivants : Việt Nam văn hoá sử cương [Précis sur la civilisation vietnamienne] et Khổng giáo phê bình tiểu luận [Essai critique sur le confucianisme] en 1938, Trung Hoa sử cương [Histoire de la Chine] en 1942, Khảo luận về Kim Vân Kiều [Essai sur Kim Vân Kiều] en 1943. Son ouvrage sur la civilisation vietnamienne, à l’instar de La Civilisation Annamite de Nguyễn Văn Huyên parue en 1944, pose les bases des études vietnamiennes modernes dans un esprit scientifique et national.

8L’histoire est la science sociale à laquelle Đào Duy Anh consacre le plus d’énergie. Après sa libération en 1930, il prit cette décision motivée par une mûre réflexion :

[…] il faut étudier d’une façon approfondie l’histoire, car seule une connaissance complète de l’histoire de son peuple permettrait de bien voir les éléments venant de la tradition nationale et les distinguer des éléments étrangers. (Mémoires : 48)

9Pour lui, il est évident qu’il faut, pour entrer dans ce domaine de recherche, avoir une base vaste et solide de connaissances sur l’histoire mondiale, l’histoire de l’Orient, celle de l’Occident, ainsi que les sciences sociales telles que la philosophie, l’économie, l’ethnologie et la sociologie, notamment la méthodologie en histoire et l’usage critique des sources historiques. Il commence ainsi la collecte des documents en achetant et en faisant faire des copies de livres importants conservés dans la Bibliothèque royale de l’empereur Bảo Đại et celle de la Société des Amis du Vieux Hue à Huế, dans la bibliothèque Long Cương de la famille Cao à Thịnh Mĩ (Diễn Châu, Nghệ An) et dans d’autres bibliothèques privées. Au fil des ans, il constitue une bibliothèque d’ouvrages en caractères chinois et nôm qui contient une quantité conséquente de livres anciens d’auteurs vietnamiens et chinois. Il consacre beaucoup de temps aux voyages dans les provinces du Centre, de Thanh Hoá, Nghệ An, Hà Tĩnh juqu’à Quảng Nam, Quảng Ngãi, Bình Định, pour rendre visite aux grandes familles et collecter des documents pour l’histoire. En 1938, il se rend à Hanoi pour rencontrer l’orientaliste Nguyễn Văn Tố et le groupe Tri Tân afin de préparer la collaboration pour les collections « Histoire » et « Littérature » (Tùng thư sử học et Tùng thư văn học), collaboration empêchée en raison de l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale.

10Concernant la méthode historique, Đào Duy Anh adopte celle exposée dans l’Introduction aux études historiques de Charles Seignobos (1854-1942), un éminent professeur de la Sorbonne appartenant à l’école historique allemande (Langlois & Seignobos 1929 [1898]). Cette dernière applique le positivisme et fait grand cas des documents historiques et de la méthode de critique des sources. Đào Duy Anh lit un grand nombre d’ouvrages d’auteurs français, chinois et japonais, notamment des recherches menées du point de vue marxiste par des érudits chinois tels que Quách Mạt Nhược, Lã Chấn Vũ, etc. Il accorde une attention spéciale à l’expertise des documents historiques dans laquelle il s’efforce d’appliquer la méthode de la critique des sources de l’époque Ming et Tsing, ainsi que la textologie occidentale moderne. Il commença son œuvre d’historien par le travail de traduction et d’annotations du Phủ biên tạp lục (Récits divers d’une mission aux pays limitrophes) de Lê Quý Đôn et par les recherches sur l’histoire ancienne du Vietnam depuis l’époque préhistorique, en s’intéressant à la question des origines du peuple vietnamien, de la civilisation Đông Sơn, de la résistance contre les Qin, ainsi que le royaume de Âu Lạc, etc.

Période d’enseignement et de recherche

11Après la Révolution d’août 1945, Đào Duy Anh est sollicité pour enseigner l’histoire à la faculté des lettres de l’université de Hanoi. L’inauguration des universités et des Écoles supérieures de la République démocratique du Vietnam eut lieu le 15 novembre 1945 dans l’amphithéâtre de l’ancienne Université indochinoise (université nationale du Vietnam à Hanoi, au 19, rue Lê Thánh Tông) marque le démarrage de l’enseignement supérieur du jeune Vietnam indépendant bien que la guerre d’Indochine qui éclate à la fin 1946 entrave son développement pendant quelques années. Đào Duy Anh est également actif dans les domaines de la culture et de l’éducation en tant que membre du Comité de propagande pour le congrès national de la culture en 1946. Pendant la guerre de résistance, il fait partie de la section de la littérature et des arts de la Zone IV. En 1950, il est convoqué à Việt Bắc pour devenir le responsable du service histoire-géographie dans le département de la Littérature et des Arts du ministère de l’Éducation.

12En 1952, Đào Duy Anh est envoyé à Thanh Hoá dans le Centre du pays pour dispenser des cours à l’École préparatoire à l’enseignement supérieur. C’est là que j’ai eu l’honneur de le rencontrer et de suivre ses cours. Après la fin de mes études secondaires à l’école Phan Đình Phùng (province Hà Tĩnh), je suis monté à Thanh Hoá pour suivre les cours de l’école préparatoire, section Littérature-Histoire. Pendant la résistance antifrançaise (1945-1954), cette région Thanh-Nghệ-Tĩnh (contraction des noms des trois provinces Thanh Hoá, Nghệ An et Hà Tĩnh) dépend de la Zone IV, sous contrôle de la résistance ; mais à la fin de la guerre, elle est fréquemment bombardée par l’aviation française. Notre école préparatoire se trouvait au lieu-dit Cầu Kè-Chợ Đu du district Thọ Xuân de la province Thanh Hóa. Les étudiants étaient hébergés chez l’habitant et les cours avaient lieu la nuit, dans la cour de la maison communale (đình) ou dans celles de familles aisées. Je n’oublierai jamais les cours du professeur Đào sur l’histoire du Vietnam. Nous avions chacun une petite table pliante de notre propre fabrication et une lampe à pétrole, également faite maison avec un ancien godet d’encre comportant un carton plié en trois pour cacher la lumière nécessaire pour prendre des notes. Dans la cour du đình, le professeur Đào était assis sur une chaise haute et, sans aucune lumière et sans recours à aucune note, faisait son cours entièrement grâce à sa mémoire prodigieuse. Dans le noir, on ne voyait pas son visage, on entendait seulement sa voix, lente et mesurée, mais avec un raisonnement clair et profond.

13En 1954, après le retour de la paix, il revient à Hanoi pour enseigner à l’université de Pédagogie et à l’université de Lettres. En 1956, à la création de l’université de Hanoi, il est nommé responsable du département d’Histoire ancienne vietnamienne à l’université de Lettres (département d’Histoire). En 1954 également, je rejoignis Hanoi, comme d’autres étudiants en classes préparatoires, pour continuer la deuxième année de l’enseignement supérieur. Je poursuivis mes études à l’université de Pédagogie, section Histoire-Géographie. Après l’obtention de mon diplôme en 1956, j’ai été sélectionné comme assistant au département d’Histoire ancienne vietnamienne. J’ai donc eu la chance de suivre les enseignements du professeur Đào pendant mes deux années d’études, puis d’être son assistant à mes débuts de carrière de chercheur et d’enseignant en histoire.

14Pendant son séjour à la faculté d’histoire de l’université de Hanoi, de 1956 à 1958, soit un peu plus de deux ans, Đào Duy Anh se concentra sur l’histoire vietnamienne et obtint le plus de résultats.

15Grâce à la documentation réunie patiemment depuis des années, à des réflexions nourries précedemment, aux manuscrits préparés pendant les années de guerre, mais aussi à la possibilité de consulter les travaux de chercheurs étrangers et de mettre à jour des recherches scientifiques, il a pu réaliser un nombre impressionnant de recherches fondamentales sur l’histoire du Vietnam. Son domaine reste l’histoire des périodes ancienne et moyenâgeuse dont il étudie les sujets tels que la périodisation historique, la question de l’origine du peuple vietnamien, le problème du système d’esclavage, la formation de la nation vietnamienne, etc. Il fait paraître la même année, en 1956, deux manuels : Lịch sử Việt Nam (Histoire du Vietnam) et Cổ sử Việt Nam (Histoire ancienne du Vietnam). Ce dernier est complété et réédité très rapidement en 1957 sous le titre Lịch sử cổ đại Việt Nam (Histoire ancienne du Vietnam) comprenant quatre volumes : Nguồn gốc dân tộc Việt Nam (Origine du peuple vietnamien), Vấn đề An Dương Vương và nhà nước Âu Lạc (La question du roi An Duong Vuong et l’État Au Lac), Văn hoá đồ đồng và trống đồng Lạc Việt (La culture de bronze et le tambour de bronze des Lạc Việt), Giai đoạn quá độ sang chế độ phong kiến (La période de transition vers le régime féodal). Suivent deux autres ouvrages : Vấn đề hình thành của dân tộc Việt Nam (La question de la formation de la nation vietnamienne) en 1957 et Lịch sử Việt Nam từ nguồn gốc đến thế kỷ XIX (L’histoire du Vietnam des origines jusqu’au xixe siècle) paru en deux volumes en 1958. Parallèlement à ce travail de recherche exceptionnel, Đào Duy Anh réussit, pendant ces deux années, à construire une base de documentation d’une grande richesse pour le département. Il fait acheter des ouvrages importants parus en Chine, copier des annales et de documents en caractères chinois et en caractères nôm portant sur l’histoire du Vietnam, et collecte des sources étrangères portant sur le Vietnam. Concernant ces sources en langues étrangères, il planifie la traduction de textes importants pour servir de documentation pour les étudiants. En effet, le Département de l’Histoire ancienne et moyenâgeuse vietnamienne comprenait un groupe de traducteurs où travaillaient des lettrés âgés et un groupe de cartographes. De 1954 à 1958, le professeur Đào Duy Anh contribue à former trois générations d’étudiants en histoire à l’université de Pédagogie de Hanoi et l’université de Hanoi, les étudiants qui sont en fait les premiers historiens formés dans le système d’enseignement supérieur du Vietnam indépendant, parmi lesquels plusieurs deviendront des enseignants et des professeurs qui joueront un rôle important dans le développement de la discipline historique au Vietnam.

Affaire Nhân văn-Giai phẩm

16C’est en 1956, dans un contexte historique où sont révélées les erreurs commises pendant la réforme agraire et celles d’une politique rigide dans le domaine littéraire et artistique au Vietnam, où ont lieu des événements internationaux tels que le mouvement « Cent fleurs » en Chine, où le débat prend place au sein du mouvement communiste international autour des orientations différentes prises par l’Union soviétique et la Chine, où des troubles agitent la Pologne et la Hongrie, que paraît à Hanoi la revue Giai phẩm mùa xuân (Belles œuvres du printemps) et le journal Nhân văn (Humanité). Ce sont les périodiques édités à l’initiative d’un groupe d’artistes et d’intellectuels critiques revendiquant plus de liberté de création. Après la parution de Giai phẩm mùa xuân en février 1956, le premier tome du Giai phẩm mùa thu (Belles œuvres de l’automne) parut en août, suivi du tome II en octobre et du tome III en novembre de la même année. Quant au journal Nhân văn, cinq numéros paraissent du 15 septembre au 20 novembre 1956.

17Đào Duy Anh répond à un entretien sur la liberté et la démocratie publié dans le numéro 2 du Nhân văn daté du 30 septembre 1956. Il fait paraître un texte intitulé Muốn phát triển học thuật (Si l’on veut développer la recherche) dans le tome III du Giai phẩm mùa thu en novembre 1956. Parmi les enseignants de l’Université de pédagogie et de l’Université de Hanoi, d’autres professeurs tels que Trương Tửu, Trần Đức Thảo, Nguyễn Mạnh Tường et Cao Xuân Huy participent également à ce mouvement dénommé Nhân văn-Giai phẩm. Ils encouragent des étudiants qui font paraître la revue Đất mới (Terre nouvelle) à la fin d’octobre 1956. À la fin de 1956, tout est interrompu : le numéro 6 du Nhân văn qui devait paraître le 15 décembre 1956, alors sous presse, est détruit et le journal interdit.

18Officiellement, pour le parti au pouvoir et le gouvernement vietnamien, l’affaire « Nhân văn-Giai phẩm » est considérée comme une affaire politique, relevant des activités « réactionnaires », « contre-révolutionnaires », « contre la direction du parti », etc. Ce point de vue est exprimé essentiellement dans la résolution 30 sur la rectification des activités littéraires et artistiques promulguée le 6 janvier 1957 par le Comité exécutif central du bureau politique du Parti des travailleurs du Vietnam. L’application de cette résolution se traduit, pendant les deux années 1957 et 1958, par une campagne de critique d’une grande sévérité contre le « Nhân văn-Giai phẩm ».

19Dans le milieu artistique et littéraire, cette campagne critique est menée lors du IIe Congrès national de de la littérature et des arts, du 20 au 28 décembre 1957 et notamment pendant le Congrès des écrivains et artistes ayant pour objectif d’étudier et d’appliquer la résolution 30 qui a eu lieu au début de 1958. Enfin, l’assemblée du Comité exécutif de l’Union des Associations de la littérature et des arts du 4 juin 1958 est l’occasion de faire le bilan de la « lutte contre Nhân văn-Giai phẩm » et de prononcer les peines disciplinaires contre les participants à ce mouvement sous les formes d’avertissement, d’exclusion temporaire et définitive à l’encontre des fautifs. Du point de vue politique, les dirigeants du mouvement sont traduits devant le Tribunal populaire de Hanoi dans un « Procès contre les espions saboteurs » qui a lieu le 10 décembre 1959. Nguyễn Hữu Đang et Thụy An (Lưu Thị Yến), considérés comme deux dirigeants principaux de la contestation, sont condamnés à quinze ans de prison ferme et cinq ans de résidence surveillée après la fin de la peine d’emprisonnement.

20Les enseignants participants au « Nhân văn-Giai phẩm » doivent suivre des sessions de rectification. Les professeurs Trương Tửu, Trần Đức Thảo, Nguyễn Mạnh Tường et Đào Duy Anh sont interdits d’enseignement et déplacés vers d’autres postes en dehors de l’enseignement supérieur. Les étudiants ayant participé à la revue Đất mới n’ont plus également le droit d’enseigner bien qu’il était prévu qu’ils intégrent le corps enseignant après leurs études.

21Je me souviens de la réunion organisée pour critiquer le professeur Đào Duy Anh. Elle eut lieu à la salle de conférences n° 5 de l’université de Hanoi, au numéro 19 rue Lê Thánh Tông (actuellement université nationale du Vietnam à Hanoi) au début de 1958, juste après le Têt, nouvel an traditionnel. Son autocritique a été très dure : il s’est accusé d’avoir manqué d’attitude révolutionnaire ; il estimait avoir participé, en raison de sa nature instable d’intellectuel petit-bourgeois, à des activités nuisibles à la révolution et d’avoir contribué ainsi au sabotage de l’influence du Parti. D’aucuns sont revenus sur son arrestation en 1929 et se sont posé la question de ses « aveux » supposés à la police secrète française, etc. Il a dû ainsi endurer le supplice de se justifier sur son passé. Il a reconnu volontiers qu’il était une personne « faible », qui ne pouvait supporter la torture, mais qu’il s’en tenait à la ligne définie auparavant par les membres du parti Tân Việt et les choses qu’il a déclarées n’ont pas eu de conséquences sur d’autres camarades. Il dit aussi qu’il était pleinement conscient de ses propres limites et que c’est pour cette raison qu’il s’est décidé par la suite à abandonner les activités révolutionnaires clandestines pour œuvrer dans le domaine culturel en toute légalité. Son rapport autocritique est publié dans le journal Nhân dân (Peuple) du 19 mai 1958. Par la suite, le professeur Đào Duy Anh ne fut plus autorisé à enseigner dans le supérieur ; il fut muté, en 1958, au ministère de l’Éducation nationale avant d’être envoyé, en 1960, rejoindre le personnel de l’Institut d’histoire.

22Ce n’est qu’en 1986, au moment du lancement de la nouvelle politique Đổi mới, que le secrétaire général du Parti communiste du Vietnam Nguyễn Văn Linh, lors d’une rencontre avec des intellectuels et des artistes, qu’il dira qu’il faut « se sauver nous-mêmes sans attendre le secours du Ciel » (Hãy tự cứu mình trước khi trời cứu) et qu’il faut « se défaire nous-mêmes des liens qui nous tenaient prisonniers » (Hãy tự cởi trói). Grâce à cette ouverture, des écrivains exclus de l’Union des associations de la littérature et des arts furent réhabilités, certains purent obtenir les indemnités de retraite et tous furent autorisés à se faire publier. À partir de cette date et dans les faits, les accusés de « l’Affaire Nhân văn-Giai phẩm » furent progressivement réhabilités : certains intellectuels et artistes reçurent les prix officiels tels que Prix Ho Chi Minh (Giải thưởng Hồ Chí Minh) et Prix d’État (Giải thưởng Nhà nước), d’autres furent décorés (parfois à titre posthume) de médailles de mérite. En 2000, le professeur Đào Duy Anh obtint (à titre posthume) le Prix Hồ Chí Minh, la plus haute distinction dans le domaine scientifique, pour ses deux ouvrages sur la préhistoire et l’histoire du Vietnam, Lịch sử cổ đại Việt Nam et Lịch sử Việt Nam từ nguồn gốc đến thế kỉ XIX. Cependant, jusqu’à ce jour, il n’existe aucun document officiel du parti au pouvoir ou de l’État vietnamien pour rejuger « l’Affaire Nhân văn-Giai phẩm » afin de réhabiliter les gens qui ont été injustement accusés et condamnés. Avec le temps, la vérité historique devient pourtant claire. Ce qu’on appelait alors « l’Affaire Nhân văn-Giai phẩm » est, en réalité, un mouvement itinitié par des artistes et des intellectuels progressistes pour la liberté et la démocratie dans la création littéraire et artistique, ainsi que dans la recherche scientifique. Malgré la répression, il est évident qu’il s’agit là d’une exigence nécessaire au développement de toute activité culturelle et scientifique au Vietnam.

Travail de recherche à l’Institut d’Histoire jusqu’à la retraite

23Depuis son affectation à l’Institut d’Histoire, le professeur Đào Duy Anh n’a cessé d’apporter sa contribution à la recherche scientifique du pays tout en assumant les tâches qui lui sont imparties au sein de l’établissement. Dans le cadre des activités au sein de l’Institut, il a préfacé et annoté plusieurs ouvrages précieux déjà traduits en vietnamien comme Lịch Triều hiến chương loại chí (Règlements par matières des dynasties successives), Đại Nam thực lục (Chroniques véridiques du Đại Nam), Phủ biên tạp lục (Récits divers d’une mission aux pays limitrophes), Đại Việt sử ký toàn thư (Histoire générale du Đại Việt), Đại Nam nhất thống chí (Encyclopédie du Đại Nam), Binh thư yếu lược (Livre de stratégie), Hổ trướng khu cơ (L’art militaire), Gia Định thành thông chí (Géographie de la région de Gia Định), Nguyễn Trãi toàn tập (Œuvres complètes de Nguyễn Trãi).

24De même, à partir de cette date jusqu’à sa retraite en 1965, il a rédigé des ouvrages comme Đất nước Việt Nam qua các đời (Le Vietnam à travers les époques, 1964), Từ điển Truyện Kiều (Dictionnaire de Truyện Kiều, achevé en 1965 et publié en 1974), Chữ Nôm, nguồn gốc, cấu tạo và diễn biến (Le Nôm, origine, formation et évolution, 1975), traduit et annoté Khóa Hư Lục (Traité du Zen, 1974), Sở Từ (Chants de Chu, 1974), Truyện Hoa Tiên (Roman en vers Hoa Tiên, 1978), Thơ chữ Hán Nguyễn Du (Poèmes en caractères chinois de Nguyễn Du, 1988), Kinh Thi (Livre des Odes, inédit), Đạo đức kinh và học thuyết của Lão Tử (Livre de la voie et de la vertu et la doctrine de Lao Tseu, inédit). Vers la fin de sa vie, il se mit à rédiger Nhớ nghĩ chiều hôm (Souvenirs et réflexions au crépuscule, achevé en 1974, paru en 1989).

25Au terme d’un long parcours entre 1928 et sa mort, le professeur Đào Duy Anh a laissé un patrimoine éditorial considérable en sciences sociales couvrant les domaines les plus divers tels que la linguistique, la littérature, l’histoire, l’archéologie, l’archivistique, l’ethnologie, la géographie historique. Il fut l’un de ces savants doués d’une vision encyclopédique dans les sciences de l’homme et de la société, armés d’un esprit scientifique toujours en éveil, animés par la soif du savoir et d’une énergie extraordinaire. Mais par-dessus tout, c’est un historien dont l’œuvre et la pensée sont incontournables dans la connaissance de l’histoire et de l’anthropologie culturelle du Vietnam.

26Je voudrais souligner ici quelques aspects parmi les avancées historiques de Đào Duy Anh. Dans le métier d’historien, Đào Duy Anh attache beaucoup d’importance aux sources, à la découverte et la conservation des documents tirés des sources anciennes du Vietnam et de la Chine, des écrits en caractères chinois et en nôm tels que les généalogies, inscriptions, conventions villageoises, correspondances et autres archives familiales. Il a une conception assez moderne de l’historiographie en considérant ces données comme autant d’éléments d’information susceptibles d’approcher des sujets étudiés. C’est en ce sens qu’il puise ses sources dans le folklore, l’ethnologie, la linguistique, la toponymie, la géographie dans un esprit pluridisciplinaire et interdisciplinaire. Partout où il allait, il cherchait à découvrir et à accumuler des matériaux dont la richesse et la diversité seules autorisent la construction d’une synthèse et une interprétation des faits historiques ayant une portée scientifique. C’est tout cela qui définit le « style Đào Duy Anh » qui a marqué les générations d’étudiants qu’il a formées.

27Bien que notre Maître ait rédigé une histoire générale du Vietnam, il s’investit surtout dans l’histoire ancienne et le Moyen Âge vietnamiens qui désignent, selon les conventions, toute époque de l’origine jusqu’à la conquête coloniale au xixe siècle. Il s’appuie pour ce faire sur les fouilles archéologiques pour étudier la préhistoire, la culture Đông Sơn, la genèse de l’ethnie Việt, les relations entre le Lạc Việt et Âu Việt, la résistance contre les Qin et la naissance du pays des Âu Lạc, la domination chinoise et sa géopolitique, le développement de la féodalité vietnamienne du xe au xixe siècle, les mouvements paysans et la culture traditionnelle, etc. Pour chaque problème posé il a fait des découvertes qui ont donné naissance à l’ouvrage portant sur l’histoire du Vietnam des origines jusqu’à la fin du xixe siècle Lịch sử Việt Nam từ nguồn gốc đến cuối thế kỷ XIX qu’on peut considérer comme la première histoire inspirée du matérialisme historique. Toutefois, parmi les nombreux problèmes d’interprétation que cela suscite, Đào Duy Anh s’intéresse particulièrement aux débats autour de l’esclavagisme et de la formation de la nation vietnamienne. Je voudrais revenir à ces deux thèmes pour mieux saisir la conception et la méthodologie historique de Đào Duy Anh.

28La question de l’esclavagismeest poséedans le cadre de la préparation de l’élaboration d’un ouvrage collectif sur l’histoire du Vietnam confié à la section Littérature-Histoire-Géographie en 1954, car son découpage historique pose problème. Cette question devient l’objet d’un débat animé quelques années plus tard, entre 1959 et 1960. Đào Duy Anh est celui qui a proposé la thèse selon laquelle le Vietnam n’a pas connu l’esclavagisme. Il s’en explique dans deux ouvrages Vấn đề An Dương Vương và nước Âu Lạc et Giai đoạn quá độ sang chế độ phong kiến, ainsi que dans des articles publiés dans le bulletin de l’Université de pédagogie. Il soutient qu’en général, dans l’histoire mondiale, plusieurs pays se développent, sur la base du régime de communauté primitive, jusqu’au régime d’esclavage, comme ce fut le cas de la Grèce antique et de l’Empire romain, mais dans certains autres, les relations esclavagistes dans le cadre du régime d’esclavage patriarcal ne se développent que jusqu’à un certain seuil et ne deviennent pas les relations dominantes dans la société ; ce type de société passe donc directement du régime de communauté primitive au régime féodal, tel que la Russie, d’autres pays d’Europe de l’Ouest et de l’Est. Selon lui, les recherches historiques montrent que dans le Vietnam de l’époque Âu Lạc, le régime de l’esclavage patriarcal appelé communément régime de domesticité ne joue pas un rôle dominant et de ce fait, la société de Âu Lạc est une société pré-esclavagiste. Plus tard, pendant la domination chinoise et sous l’influence du régime féodal chinois, cette société est passée directement au stade du régime féodal.

29La position scientifique du professeur Đào est très claire, mais il n’avait pas toujours la possibilité de s’expliquer ouvertement et de défendre sa thèse. Dans ses mémoires écrits en 1973, on peut lire ses rares confidences.

30Lors du colloque sur la question de l’esclavage au Vietnam organisé par l’Institut d’Histoire en avril 1960, deux tendances opposées s’affirment : les tenants de l’existence du régime d’esclavage – Văn Tân, Nguyễn Đổng Chi, Nguyễn Lương Bích, Nguyễn Hồng Phong, tous chercheurs de l’Institut d’Histoire –, et les tenants de l’absence de ce régime – Trần Quốc Vượng, Phan Huy Lê, Chu Thiên et Hà Văn Tấn, enseignants-chercheurs de la faculté d’histoire de l’université de Hanoi. À ce moment, Đào Duy Anh était intégré, depuis le début 1960, à l’Institut d’histoire. Il parle du colloque en ces termes :

Honnêtement, lors de cette discussion, je n’avais pas un avis clair. J’étais dans une situation délicate d’un cadre nouvellement intégré après un blâme dans mon précédent emploi, j’essayais seulement de parler de telle façon qu’on me laisse tranquille, c’est pour cette raison que je ne réfutais pas la thèse qu’on peut considérer comme officielle de l’Institut d’Histoire et je disais les choses d’une façon ambiguë : après la découverte à Cổ Loa de centaines de milliers de flèches en bronze d’une taille particulièrement grande, de production locale probablement, on pourrait estimer que c’est la preuve que l’État Âu Lạc disposait d’une force armée non négligeable et je pense qu’on pourrait le considérer comme une hypothèse de travail que le Âu Lạc pouvait être un État sous régime d’esclavage, etc. On pourrait penser que ce régime était à un stade de développement initial. (Mémoires : 140)

31Après ce colloque, j’ai eu l’occasion de rencontrer le professeur Đào qui m’a dit : « Vous êtes très bien. J’espère que vous comprenez que je n’ai pas changé d’avis, je n’ai avancé qu’une hypothèse et s’il s’agit d’un stade de développement initial, il n’y a rien qui puisse confirmer que le régime d’esclavage existait réellement ». Nous le comprenions parfaitement et nous-mêmes étions en train de développer ses idées.

32Le professeur Đào reconnaît qu’il était, à cette époque, « indécis » et avait été « prisonnier d’un certain raisonnement qui consistait à appliquer aveuglément la périodisation dans l’histoire des pays méditerranéens qui était considérée alors comme une règle commune pour mesurer l’histoire de toute l’humanité » (Mémoires : 140). Il regrette de ne pas avoir eu l’occasion, à ce moment, de prendre connaissance de l’ouvrage de Karl Marx sur les formes de production précapitalistes Formen die der kapitalistischen Produktion Vorhegen et les thèses marxistes sur « le mode de production asiatique ». Il est vrai qu’en Union soviétique, entre 1930 et 1931, eut lieu le débat sur cette question, mais la plupart des chercheurs soviétiques considéraient que le « mode de production asiatique » n’était qu’une forme dérivée du régime d’esclavage ou du régime féodal oriental. Par conséquent, ils éliminèrent cette notion et établirent le schéma des cinq modes de production dans l’histoire de l’humanité, ce qui est la cause d’une application mécanique et erronée dans la recherche historique dans plusieurs pays. À partir de 1960 et jusqu’en 1965, le problème du « mode de production asiatique » est soulevé par les marxistes français dans le cadre d’un débat international, y compris en Union soviétique, des pays socialistes de l’Europe de l’Est, ainsi que dans d’autres pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique. Lors de ce débat, il est globalement acquis que la valeur des recherches de Marx et d’Engels sur l’Orient est liée à la notion du « mode de production asiatique ». Cependant, les avis divergent quant à la nature du mode de production asiatique en question : n’est-ce qu’une formation socio-économique ? et si cette notion a un sens, quelle sont sa structure, ses caractéristiques principales et son évolution dans l’histoire de pays particuliers ? Les chercheurs sont également globalement d’accord sur la question méthodologique, c’est-à-dire ne pas continuer la discussion sur le plan purement théorique pour éviter de tomber dans le dogmatisme, mais se concentrer sur l’étude des formes économiques et sociales des sociétés précapitalistes dans chaque pays particulier, notamment dans des pays asiatiques, afin de pouvoir arriver à des conclusions scientifiques sur l’évolution des formes socio-économiques et cela dans la relation entre l’Orient et l’Occident, entre l’universel et le particulier dans l’histoire.

33Quarante plus tard, avec du recul, on peut affirmer que la thèse de Đào Duy Anh selon laquelle le Vietnam n’a pas connu le stade du régime d’esclavage est une proposition scientifique originale et créative en appliquant les idées marxistes dans la recherche historique. Je tiens à souligner que depuis 1924, Nguyễn Ái Quốc (futur Ho Chi Minh) avait déjà proposé des thèses très originales inspirées du marxisme concernant le développement des formations socio-économiques occidentales et orientales :

Marx avait construit sa théorie sur la base d’une philosophie particulière de l’histoire, mais quelle histoire ? Il s’agit de l’histoire de l’Europe. Mais qu’est-ce l’Europe ? Ce n’est pas toute l’humanité. Marx nous apprend que l’évolution des sociétés humaines passe par trois étapes : le régime d’esclavage, de servage […], le régime capitaliste. Chacun de ces régimes est caractérisé par la lutte de classe de nature différente. Soyons vigilants ! Les peuples extrême-orientaux devaient-ils passer nécessairement par les deux premiers régimes ? (Hồ Chí Minh 2000 : 465)

34Dans ses Mémoires, Đào Duy Anh donne un conseil aux historiens de la génération suivante : quand on étudie la société chinoise ou vietnamienne, « je pense qu’il est judicieux de partir de la notion du “mode de production asiatique”, mais si l’on reste prisonnier des notions du régime d’esclavage et du servage issues de l’histoire européenne, on risque de s’enfermer dans un cercle vicieux et le problème reste irrésolu (Mémoires : 144).

35Quant à sa thèse selon laquelle le Vietnam est passé directement du régime de la communauté primitive au régime féodal sous l’influence du féodalisme chinois pendant la domination chinoise, nous pensons, depuis les années 1980 et pour un certain nombre de raisons, qu’il faut la reconsidérer et la rectifier.

36En premier lieu, la transition de l’époque Văn Lang–Âu Lạc ou de l’époque Âu Lạc, soit des siècles avant JC, jusqu’au xe siècle, est trop longue et difficile à expliquer. D’autant plus que le processus de féodalisation pendant la domination chinoise doit également être reconsidéré.

37En second lieu, la société Văn Lang-Âu Lạc appartient déjà à la catégorie des sociétés en voie de différenciation sociale et dans lesquelles un embryon d’État existe, c’est-à-dire que cette société existe comme une formation socio-économique. Nous pouvons ainsi définir un certain nombre de caractéristiques de cette société ancienne : la différenciation sociale n’est pas encore exacerbée ; l’existence généralisée d’une communauté agricole à l’asiatique ; le régime de domesticité qui est, au fond, un régime d’esclavage patriarcal permettant d’enrichir l’économie familiale, mais n’ayant pas les conditions pour se développer en une économie d’esclavage ; l’État est formé sur la base de la différenciation sociale ainsi que sur les besoins de défrichement, d’irrigation, et de défense contre les envahisseurs étrangers, etc. Des historiens utilisent le terme « mode de production asiatique » pour nommer cette formation socio-économique en attendant de trouver un concept plus satisfaisant sur la base des recherches fondamentales de l’histoire des antiquités orientales (Phan Huy Lê 1986). Tel était l’état des lieux des connaissances jusqu’aux années 1960-1970. Lors de ces dernières décennies, surgissent de nouvelles théories et de nouveaux modèles concernant les caractéristiques du processus de la formation des États en Orient ou en Asie du Sud-Est.

38La question de la formation de la nation vietnamienne fait partie des problèmes fondamentaux de l’histoire du Vietnam. Đào Duy Anh est un des premiers chercheurs qui s’y intéressent et en discutent. Le débat sur ce sujet débute en 1955 avec des articles publiés dans les revues Văn Sử Địa (Littérature – Histoire – Géographie), Nghiên cứu lịch sử (Recherches historiques) et Đại học sư phạm (École normale supérieure). Đào Duy Anh est l’initiateur de la thèse selon laquelle la nation vietnamienne est formée précocement et fait partie du type de la nation précapitaliste. Sa thèse se heurte toutefois à de grandes difficultés d’ordre théorique.

39À cette époque, la définition de la nation donnée par Joseph Staline dans son livre Marxisme et la question nationale était considérée comme la définition officielle. Staline considère que la « nation » constitue une catégorie historique lors de la naissance et du développement du capitalisme et en donne les critères nécessaires pour la formation d’une nation. Cette théorie nie donc la possibilité de la formation d’une nation dans une société précapitaliste. Dans le milieu des chercheurs, personne n’osait remettre en cause la définition stalinienne. Certains spécialistes vietnamiens et étrangers sont donc arrivés à la conclusion que jusqu’à la Révolution en août 1945, le Vietnam n’était pas encore une nation ou, dans le meilleur des cas, seulement une nation en formation. D’autres chercheurs vietnamiens, en se basant sur la réalité de l’histoire vietnamienne, tentent d’adapter le modèle stalinien et soutiennent qu’au xviiie siècle, alors que le capitalisme n’est pas instauré, des éléments de sa genèse et le développement d’une économie marchande, ainsi que des particularités de l’histoire vietnamienne rendent possible la formation de la nation vietnamienne (Phan Huy Lê 1981).

40Le professeur Đào Duy Anh propose un tout autre raisonnement. En se référant à un passage dans La question nationale et le léninisme où Staline estime que « dans le monde, il y a toutes sortes de nations », il considère qu’en définissant la forme d’une nation capitaliste, Staline ouvre la voie à l’étude des formations nationales précapitalistes. Plus tard, en ayant moi-même l’occasion de relire les écrits de Staline, je me suis aperçu qu’il est très clair sur la question : non seulement il n’a jamais reconnu une quelconque forme nationale précapitaliste, mais a violemment critiqué certains savants soviétiques qui avaient proposé, avant 1929, une thèse selon laquelle une nation peut être formée pendant la période féodale. Je comprends cependant la position du professeur Đào Duy Anh à l’époque, qui devait s’appuyer sur la théorie stalienne pour pouvoir proposer sa thèse d’une formation précoce de la nation vietnamienne. Ce qui mérite l’attention est que la thèse du professeur Đào a été approuvée par plusieurs chercheurs vietnamiens, bien que de nombreuses questions restent ouvertes, tant sur le plan théorique que sur le plan de la recherche empirique. Le terme même de « dân tộc » utilisé dans le sens équivalent du terme français « nation » suppose une nation capitaliste née dans des conditions caractéristiques de l’histoire occidentale. Dans la langue vietnamienne moderne, on sait que le terme « dân tộc » tel qu’il est utilisé depuis le début du xxe siècle, a plusieurs contenus : 1) une communauté humaine unifiée et stable (nation), 2) une communauté ethnique (ethnie), 3) une communauté d’habitants d’un même État et ayant une même nationalité (nationalité). Par conséquent, dans la langue vietnamienne actuelle, on dit couramment « dân tộc Việt Nam » (nation vietnamienne), mais aussi « dân tộc Thái, Tày », etc. (nation Thái, Tày), ou encore « Việt Nam là một dân tộc thống nhất gồm 54 dân tộc » (le Vietnam est une nation unifiée composée de 54 nations . La question de la formation de la nation vietnamienne est posée depuis longtemps, mais doit être encore l’objet de recherches et de discussion.

41En revenant sur les recherches du professeur Đào Duy Anh sur la formation de la nation vietnamienne, je voudrais dire qu’il est toujours parti de la réalité historique pour orienter son travail de recherche et qu’il a toujours été soucieux d’appliquer la théorie dans sa recherche avec un esprit indépendant et créatif.

42En écrivant ces lignes apparaît devant mes yeux l’image de notre Maître aimé et respecté durant les dernières années de sa vie avec ses cheveux blancs, sa barbiche neigeuse, le front haut et le visage qui respire l’intelligence et la douceur et marqué par les rudes épreuves qui traversent une vie pleine et studieuse.

43La personnalité et l’exemple laissés par Đào Duy Anh restent indélébiles dans l’esprit et le cœur des générations d’élèves et d’historiens qu’il a formés : la soif du savoir de l’autodidacte, l’acquisition de la connaissance, la capacité de s’adapter et de se renouveler, la volonté indomptable de découvrir la vérité.

44Enfin, on ne peut évoquer l’homme sans se souvenir de Madame Trần Thị Như Mân, la compagne de sa vie et la collaboratrice dévouée qui a apporté une part précieuse et efficace dans la réalisation de ses travaux scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages de Đào Duy Anh

ĐÀO Duy Anh, 1927-1929, Lịch sử các học thuyết kinh tế [Histoire des doctrines économiques], Huế : Quan Hải tùng thư.

ĐÀO Duy Anh, nt 1927-1929, Phụ nữ vận động [Le mouvement féministe], Huế : Quan Hải tùng thư.

ĐÀO Duy Anh, 1927-1929, Lịch sử nhân loại [Histoire de l’Humanité], Huế : Quan Hải tùng thư.

ĐÀO Duy Anh, 1927-1929, Tôn giáo là gì ? [Qu’est-ce que la religion ?], d’après un ouvrage de Boukharine, Huế : Quan Hải tùng thư.

ĐÀO Duy Anh, 1927-1929, Xã hội là gì ? [Qu’est-ce que la société ?], d’après un ouvrage de Boukharine, Huế : Quan Hải tùng thư.

ĐÀO Duy Anh, 1927-1929, Dân tộc là gì ? [Qu’est-ce la nation ?], d’après un ouvrage de Boukharine, Huế : Quan Hải tùng thư.

ĐÀO Duy Anh, 1932, Giản yếu Hán-Việt từ điển [Dictionnaire chinois-vietnamien simplifié], 2 tomes. Tome 1 : impression Nhà in báo Tiếng Dân. Tome 2 : Nhà in Lê Văn Tân. Le tome 1 est préfacé et révisé par Phan Bội Châu (pseudonyme Hãn Mạn Tử). Réédition en un volume Paris : Minh Tân, 1951.

ĐÀO Duy Anh, 1936, Pháp-Việt từ điển [Dictionnaire français-vietnamien], Huế : Quan Hải tùng thư. Réédition Paris : Minh Tân, 1951.

ĐÀO Duy Anh, 1938, Việt Nam văn hóa sử cương [Histoire culturelle du Vietnam], Huế : Quan Hải tùng thư.

ĐÀO Duy Anh, 1942, Trung Hoa sử cương [Histoire de la Chine], Huế : Quan Hải tùng thư.

ĐÀO Duy Anh, 1943, Khảo luận về Kim Vân Kiều [Essai sur Kim Vân Kiều], Huế : Quan Hải tùng thư. Réédition Hanoi : Nxb Văn hóa, 1958.

ĐÀO Duy Anh, 1945, Phủ biên tạp lục : dịch và chú giải tiếng Pháp [Récits divers d’une mission aux pays limitrophes : traduction et annotations en français], inédit.

ĐÀO Duy Anh, 1948, Việt Nam lịch sử giáo trình [Manuel d’histoire du Vietnam], Phòng Chính trị Liên khu IV [Service politique de l’Interzone IV].

ĐÀO Duy Anh, 1950, Muốn hiểu sử học [Pour comprendre l’histoire], publié à Thái Bình.

ĐÀO Duy Anh, 1953, Lịch sử Việt Nam [Histoire du Vietnam], imprimé en lithographie par les étudiants en classes préparatoires à Thanh Hóa.

ĐÀO Duy Anh, 1955, Cổ sử Việt Nam [La préhistoire du Vietnam], Hà Nội : Xây dựng, numéro spécial de l’École normale supérieure.

ĐÀO Duy Anh, 1955, Lịch sử cách mệnh Việt Nam (1862-1930) [Histoire de la Révolution du Vietnam, 1862-1930], Hà Nội : Xây dựng.

ĐÀO Duy Anh, 1955-1956, Lịch sử Việt Nam [Histoire du Vietnam], Hà Nội : Văn hóa, tome 1 : 1955, tome 2 : 1956.

ĐÀO Duy Anh, 1956-1957, Lịch sử cổ đại Việt Nam [Histoire ancienne du Vietnam]. Tome 1 : Nguồn gốc dân tộc Việt Nam [Origine du peuple vietnamien]. Tome 2 : Vấn đề An Dương Vương và nước Âu Lạc [La question du roi An Duong Vuong et l’État Âu Lạc]. Tome 3 : Văn hóa đồ đồng và trống đồng Lạc Việt [La culture de bronze et le tambour de bronze des Lạc Việt]. Tome 4 : Giai đọan quá độ sang chế độ phong kiến [La période de transition vers le régime féodal], Hà Nội : Chuyên san ĐHSP. Réimpression par les Editions Văn hóa Thông tin, Hà Nội, 2005.

ĐÀO Duy Anh, 1957, Vấn đề hình thành dân tộc Việt Nam [La question de la formation de la nation vietnamienne], Hà Nội : Xây dựng.

ĐÀO Duy Anh, 1958, Lịch sử Việt Nam từ nguồn gốc đến giữa thế kỷ XIX [L’histoire du Vietnam des origines jusqu’au xixe siècle], Hà Nội : Văn hóa. Réédition à Hà Nội : Văn hóa Thông tin, 2002.

ĐÀO Duy Anh, 1960-1962, Lịch triều hiến chương loại chí [Règlements par matières des dynasties successives], révision des tomes 2-4, Hà Nội : Nxb Sử học.

ĐÀO Duy Anh, 1962-1964, Đại Nam thực lục [Chroniques véridiques du Đại Nam], révision des tomes 1-10 (sur 38 tomes), Hà Nội : Nxb Sử học-Nxb Khoa học xã hội. Cet ouvrage est publié en 1962 et 1978.

ĐÀO Duy Anh, 1964, Đất nước Việt Nam qua các đời. Nghiên cứu địa lý học lịch sử Việt Nam [Le Vietnam à travers les âges. Les géologues étudient l’histoire du Vietnam], Hà Nội : Nxb Khoa học. Rééditions : Paris : Nxb Đông Nam Á, 1984 ; Huế : Nxb Thuận Hóa, 1994.

ĐÀO Duy Anh, 1964, Phủ biên tạp lục [Récits divers d’une mission aux pays limitrophes], révision, Hà Nội : Nxb Khoa học. Réédition en 1977.

ĐÀO Duy Anh, 1967, Nguyễn Trãi toàn tập [Œuvres complètes de Nguyễn Trãi], révision de la partie des poésies et proses en caractères chinois et en nôm, Hà Nội : Nxb Khoa học xã hội. Réédition en 1976.

ĐÀO Duy Anh, 1967-1968, Đại Việt sử ký toàn thư [Histoire générale du Đại Việt], établissement du texte, révision et annotations, Hà Nội : Nxb Khoa học xã hội, 4 tomes. Réédition en 1972.

ĐÀO Duy Anh, 1968, Binh thư yếu lược [Livre de stratégie] accompagné de Hổ trướng khu cơ [Art militaire], révision et annotations, Hà Nội : Nxb Khoa học xã hội. Réédition en 1977.

ĐÀO Duy Anh, 1974, Sở từ [Chants de Chu], en collaboration avec Nguyễn Sĩ Lâm, Hà Nội : Nxb Văn học.

ĐÀO Duy Anh, 1974, Khóa hư lục [Traité du Zen], Hà Nội : Khoa học xã hội.

ĐÀO Duy Anh, 1974, Từ điển Truyện Kiều [Dictionnaire de Truyện Kiều], Hà Nội : Nxb Khoa học xã hội. Rééditions : 1989, 1993.

ĐÀO Duy Anh, 1975, Chữ Nôm : nguồn gốc, cấu tạo, diễn biến [Le Nôm, origine, formation et évolution], Hà Nội : Nxb Khoa học xã hội.

ĐÀO Duy Anh, 1978, Truyện Hoa tiên [Roman en vers Hoa Tiên], établissement du texte, annotations et présentation, Hà Nội : Nxb Văn học.

ĐÀO Duy Anh, 1979, Truyện Kiều [Roman en vers Kiều], établissement du texte et annotations, Hà Nội : Nxb Văn học.

ĐÀO Duy Anh, 2002 [1989], Nhớ nghĩ chiều hôm (Hồi ký) [Souvenirs et réflexions au crépuscule. Mémoires], Ho Chi Minh-ville : Nxb Văn Nghệ [Nxb Trẻ]. Rédaction en 1973, version finale en 1974.

ĐÀO Duy Anh, 2005, Nghiên cứu văn hóa và ngữ văn [Ecrits sur la culture et la langue], Hà Nội : Nxb Giáo dục. Recueil de textes choisis et présentés par Trịnh Bá Đĩnh.

ĐÀO Duy Anh, 2007, Kinh Đạo Nam [Le Livre de la Voie du sud], établissement du texte, Hà Nội : Nxb Lao động. Transcriptions et annotations par Nguyễn Thị Thanh Xuân.

Autres ouvrages cités

HỒ Chí Minh, 2000, Báo cáo về Bắc Kỳ, Trung Kỳ và Nam Kỳ [Rapport sur le nord, le centre et le sud], in Toàn tập [Œuvres complètes], Hanoi : Nxb Chính trị quốc gia.

LANGLOIS, Charles & Charles SEIGNOBOS, 1992 [1898], Introduction aux études historiques, Paris : Les Éditions Kimé [1e édition : Librairie Hachette].

PHAN Huy Lê, 1981, « Cuộc thảo luận về vấn đề hình thành dân tộc Việt Nam » [Le débat sur la question de la formation de la nation vietnamienne], Nghiên cứu lịch sử [Recherches historiques], 5, 9-10 : 1-8.

PHAN Huy Lê, 1986, « The Development of Socio-Economic Formation in Vietnam », Vietnam social science, 1-2 : 77-90.

Haut de page

Note de fin

1 La première édition des Mémoires de Đào Duy Anh date de 1989. À partir de maintenant, je les cite directement dans le texte sous la forme (Mémoires : pagination). Dans l’article, la traduction des citations du vietnamien vers le français est l’œuvre de Nguyen Phuong Ngoc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Phan Huy , « Đào Duy Anh (1904-1988). Le parcours semé d’embûches d’un historien », Moussons, 24 | 2014, 89-105.

Référence électronique

Phan Huy , « Đào Duy Anh (1904-1988). Le parcours semé d’embûches d’un historien », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 26 janvier 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://moussons.revues.org/3055 ; DOI : 10.4000/moussons.3055

Haut de page

Auteur

Phan Huy

Professeur d’histoire à l'université nationale de Hanoi, président de l’Association des sciences historiques du Vietnam.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page