Navigation – Plan du site
Articles

Le botaniste Phạm Hoàng Hộ et sa Flore illustrée du Viêt Nam, entre science et vulgarisation

Thiên-Nga
p. 217-252

Résumés

Cet article est consacré à Pham Hoang Hô, père de la botanique vietnamienne. Il donne une description assez brève de son parcours, entre France et Viêt Nam dans sa jeunesse, entre science et professorat au Viêt Nam, où il a été même appelé à de hautes fonctions gouvernementales. C’est cependant sur son œuvre majeure que nous nous sommes concentrés : sa Flore du Viêt Nam, en vietnamien Cây Co Viêt Nam. Ce gros ouvrage en trois volumes surprend par sa taille, mais aussi par son format que nous étudions en détail. Nous nous sommes intéressés plus particulièrement au travail linguistique, soit, concrètement, la création de dénominations pour les plantes décrites dans la Flore. Nous avons donc positionné l’ouvrage par rapport à la problématique classique, linéenne, de classification des espèces. Enfin, nous nous sommes interrogés sur la personnalité de Pham Hoang Hô, qui apparaît comme un homme ayant eu le goût de la transmission et de la diffusion de ses savoirs à la ville et, d’un autre côté, une connaissance aigüe du territoire et de la campagne vietnamienne.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la seconde moitié du xxe siècle, l’histoire des Vietnamiens, notamment au sud du pays, est marquée, on le sait, par deux grandes ruptures : la fin de la colonisation française (1945-1954) et la chute du régime pro-américain (1975). C’est dans ce contexte difficile que l’enseignement supérieur, fraîchement constitué par les Français avant la Seconde Guerre mondiale, est amené à se développer. Qu’elles soient freinées par ces circonstances ou qu’elles puisent leur motivation dans le défi de modernisation nationaliste qui en découle, des vocations scientifiques émergent.

2Au sortir de la guerre, à la fin des années 1940, il semble naturel, si l’on désire faire des études supérieures, de partir étudier en France. Les jeunes gens et jeunes femmes qui ont la volonté – et les moyens – de s’expatrier ainsi pour quelques années, choisissent ensuite souvent de revenir au pays, où ils peuvent espérer, plus qu’avant, la promesse d’un avenir prestigieux s’ils se sont distingués. Nous nous intéressons ici au parcours de l’un d’entre eux, un botaniste nommé Phạm Hoàng Hộ.

3Après deux premières parties qui esquissent la biographie de Phạm Hoàng Hộ en s’intéressant notamment à ses travaux scientifiques, nous centrerons l’étude sur sa Flore illustrée du Viêt Nam, œuvre qui l’a suivi tout au long de sa vie. Pour cela, nous donnerons quelques explications condensées sur ce qu’est la taxinomie et situerons ce travail dans le contexte des études sur la flore indochinoise. Les trois parties suivantes sont consacrées à une présentation de la Flore et de ses préfaces, et des choix terminologiques, puis suit une analyse de la composition de sa Flore par des comparaisons. Nous nous interrogeons finalement sur l’équilibre entre science et vulgarisation dans son ouvrage.

La jeunesse de Phạm Hoàng Hộ

4Phạm Hoàng Hộ naît le 3 août 1931 à An Bình, Cần Thơ, en Cochinchine, au sud du Viêt Nam ; il séjourne ensuite à Cần Thơ, actuellement la ville la plus importante du delta du Mékong, avec plus d’un million d’habitants, mais qui dans les années 1930 n’était tout au plus qu’une petite ville de province. Il est issu d’un milieu relativement aisé, mais pas intellectuel cependant : ni médecins, ni lettrés (enseignants, journalistes, etc.) ou lettrés-fonctionnaires de l’administration française. Son père, en effet, est commerçant, peut-être négociant, de tempérament aventureux puisqu’il s’est établi un temps au Cambodge pour ses affaires. Du côté maternel, on a possédé des terres, mais de taille modeste ; le grand-père paternel avait aussi été un petit propriétaire terrien dans la région. Phạm Hoàng Hộ grandit donc certes dans une ville, mais une ville où la nature a sa place, traversée par un bras du delta, comme il aimera le rappeler dans ses écrits, une ville proche de la campagne. Sa famille rapporte qu’enfant il aimait déjà très certainement les plantes.

5Phạm Hoàng Hộ fréquente l’école privée Nam Hưng, vraisemblablement catholique, où l’enseignement du vietnamien est très réduit, puis l’école publique de Cần Thơ. Il est le deuxième fils d’une famille de trois fils et trois filles. Le premier fils fera du commerce ; le dernier, nettement plus jeune, deviendra médecin. Pour l’heure, il semble que l’adolescent Phạm Hoàng Hộ n’ait pas de vocation particulière, envisageant simplement de faire plus tard du commerce comme son père ; et il ne semble pas non plus que l’ambition paternelle à son égard soit très affichée. Mais en 1946, après le retrait des Japonais qui ont occupé le pays, alors que l’organisation établie par la France semble se défaire irrémédiablement, le père pense sage d’envoyer à ses frais ce fils, alors âgé de quinze ans, en France, afin qu’il devienne médecin.

6L’éducation post-primaire n’est cependant pas si accessible puisque dans les années 1920 il n’y a de collèges et lycées que dans quatre villes du « Viêt Nam » : Sài Gòn, Huế, Đà Lạt et Hà Nội. En dépit de changements, présentés en France sous un jour très positif, cet enseignement est très critiqué, si l’on en croît cette lettre d’un Vietnamien adressée en 1922 à un journal français :

[...] Quant au fonctionnarisme, chacun sait que le mal n’est pas prêt de disparaˆître, chaque année il enlève de nouveaux bras à l’agriculture, qui manque de plus en plus de main-d’œuvre. Avec son organisation actuelle, l’enseignement indigène fabrique une série de générations de demi-savants, de déclassés, qui ne parlent et n’écrivent ni le français ni leur langue maternelle.
[…] Il est évident que les Annamites manifestent une véritable passion pour l’étude : mais ce n’est pas en cherchant à répandre la connaissance de la langue française et, par cette dernière, celle de la science occidentale parmi la masse de la population que la France mènera à bien son œuvre civilisatrice. (Bezançon 1997)

7En tout état de cause, pendant longtemps et malgré la similitude des programmes d’enseignement, il n’est pas possible de s’inscrire à l’université en France avec un baccalauréat indigène, partiellement parce qu’il y a une réelle disparité de niveau due aux difficultés d’apprentissage du français. L’université, située au nord, à Hà Nội, est le conglomérat formé par les facultés de médecine, de droit, et les écoles supérieures artistiques et techniques (agriculture-sylviculture, travaux publics, vétérinaire), et de pédagogie ; la médecine et le droit sont les spécialités les plus demandées.

8En 1931-1932, il y a une faculté des sciences qui comporte 9 inscrits ; en 1941-1942, 216 inscrits, dont 103 viennent du Tonkin, 35 de l’Annam, 32 de la Cochinchine, 1 du Cambodge, 34 « Français », 11 Chinois (Trịnh Văn Thảo 1990). Ce n’est qu’en 1942-1945 que se construit la cité universitaire à Hà Nội.

9On comprend que la seule localisation de cet enseignement supérieur aurait pu décourager le père de Phạm Hoàng Hộ d’envisager des études universitaires au Viêt Nam. Mais de toutes les façons, les enseignants français, parfois présents de longue date, quittent leur poste peu après 1945, comme en témoigne J.E. Vidal, futur collègue de Phạm Hoàng Hộ, enseignant les sciences naturelles de 1939 à 1945 au lycée Pavie de Huế. La guérilla s’installe dans tout le pays, puis plus violemment au nord.

10Phạm Hoàng Hộ se retrouve ainsi parachuté dans le Paris de l’après-guerre en l’absence de toute infrastructure d’accueil, sans relation vietnamienne ou française pour le conseiller, avec pour tâche première de passer le baccalauréat. En réalité, il sait alors à peine ce que signifie le mot « collège » ! Et cependant, quelques années plus tard, il obtient bien, comme il se doit, le titre de bachelier en candidat libre.

11Il lui semble alors qu’il serait préférable d’abandonner les objectifs paternels et, au lieu de s’inscrire en médecine, choisit une formation courte, qui devrait lui permettre de rentrer rapidement au pays avec un métier en poche, un métier pratique dont il pourrait faire commerce : au Conservatoire national des Arts et Métiers, il suit, de 1949 à 1951, les cours permettant de devenir souffleur de verre, activité pour laquelle il se révèle très doué. Puis, contre toute attente, il obtient une licence ès sciences naturelles de la Sorbonne en 1953.

12On ne sait pas de source directe de quoi a été tissée la vie de Phạm Hoàng Hộ à cette époque, puisqu’à partir de cette date les renseignements biographiques proviennent essentiellement d’une copie de curriculum vitae datant de 1989. Mais selon toute probabilité il a, entre 1946 et 1951, pu rencontrer des compatriotes, afin de discuter de la situation au Viêt Nam. Les Vietnamiens de Paris se rencontraient dans certaines bibliothèques, tel ou tel restaurant peu coûteux. Des groupes se formaient au gré des affinités. Il y avait, par exemple, un réseau d’entraide rue Gît-le-Coeur, Paris 6e. Dans les années 1940-1950, il existait également, dans ce microscosme parisien, un réseau de scientifiques très « à gauche », dont un cousin de l’empereur Bảo Đại, chimiste au Collège de France, et dans ce même groupe, justement, un ouvrier verrier, représentant du parti communiste à l’Union générale des Vietnamiens en France.

13Il faut aussi signaler l’existence, dans ces années, d’un groupe de réflexion sur la « modernisation du vocabulaire scientifique », auquel participe notamment Hoàng Xuân Hãn : c’est lui qui propose dans les années 1950 de coller les monosyllabes vietnamiennes qui forment un mot (la langue est monosyllabique mais un mot, « unité de sens », peut être une paire de deux syllabes). Cette suggestion sera peu reprise mais il est surprenant de voir que Phạm Hoàng Hộ adopte absolument cette pratique encore de nos jours.

14On trouve aussi, rue Guénégaud, le siège des éditions Minh Tân, dirigées par l’ingénieur Nguyễn Ngọc Bích. Dans la liste des auteurs, le lexicographe Đào Duy Anh, auteur de plusieurs dictionnaires vietnamiens usuels, Đào Văn Tiến, spécialiste de terminologie en biologie animale, le philosophe Trần Đức Thảo, les médecins Nguyễn Hoán et Lê Khắc Thiền. Ils sont opposés à la colonisation, assez « à gauche » sans être marxistes, sablant le champagne lors de la défaite des Français contre l’armée Việt-Minh à Điện Biên Phủ en mai 1954. Et, cités dans un ouvrage de Đào Văn Tiến, on trouve Lê Văn Căn et Nguyen Hữu Quán, botanistes. Autant de pistes qui permettent de mieux imaginer, qu’il y ait eu là matière à infléchir les premières décisions de Phạm Hoàng Hộ, que celui-ci ait eu, ou non, un contact direct avec les groupes que nous venons de citer.

15Cela n’exclut nullement qu’il ait été par ailleurs tout à fait ouvert à la culture française. De source familiale, il aurait été enthousiaste à ce sujet, visitant Paris et sa campagne, la flore locale, appréciant musique et peinture, se faisant une vie agréable pour un séjour plus long que prévu.

16Étudiant en Sorbonne de 1951 à 1956, il s’oriente dès que possible vers la botanique, la biologie tropicale et l’étude de la flore indochinoise, notamment lors du diplôme d’études supérieures, sous la direction de J. L. Hamel, professeur au Muséum d’Histoire naturelle, tenant la chaire de culture. Il commence à dessiner les plantes indochinoises vivant sous serre. Il est reçu 6e à l’agrégation en 1956. Il lui semble alors clair qu’il est temps de rentrer au Viêt Nam.

La carrière professionnelle de Phạm Hoàng Hộ

Eléments biographiques

17En 1956, dès son retour, Phạm Hoàng Hộ est affecté à la fois à la jeune Faculté des sciences de Sài Gòn (cette faculté ayant été jusqu’en 1954 une petite annexe de celle de Hà Nội (Đo Khe Ba 1993), en remplacement du Professeur Roger, pour enseigner la botanique et diriger le département de botanique, et à l’Institut océanographique de Nha Trang, ville du littoral de l’ancien Annam, où il a fonction de directeur adjoint. Il y étudie l’écologie du littoral, les algues, constituant ainsi le corps de ce qui sera sa thèse d’État et d’un ouvrage sur les algues marines du Viêt Nam.

18En 1961, il soutient sa thèse de doctorat ès-sciences, sous la direction du Professeur

19Feldmann à Paris.

20En 1962, il devient directeur de l’Institut océanographique, doyen de la Faculté de pédagogie de Sài Gòn.

21En 1963, il est nommé ministre de l’Éducation nationale.

22En novembre 1963, le coup d’État militaire spectaculaire des généraux de l’armée de la République du Sud Viêt Nam met fin au régime de Diệm qui est assassiné avec son frère Ngô Đình Nhu. Les fonctions ministérielles de Phạm Hoàng Hộ n’auront donc duré qu’une année, durant laquelle, prenant des historiens pour sous-secrétaires, il s’attache à améliorer l’édition de manuels scolaires avec le Trung Tâm Học Liệu (centre collectif des moyens d’enseignement). Il cumule alors les trois fonctions de ministre, professeur, chercheur.

23L’enseignement occupe une place très importante dans la vie de Phạm Hoàng Hộ, qui y contribue sans interruption en donnant ses cours de biologie végétale, de botanique systématique, de botanique appliquée, d’algologie. Il consacre beaucoup d’énergie à la rédaction de manuels scolaires, d’autant plus utiles qu’il est un pionnier de l’enseignement de ces matières en vietnamien. En réalité, lorsqu’il remplace, en 1956, le Professeur Roger, il enseigne sans doute en français, puisqu’il m’a été rapporté que, encore en 1960, le cours de mathématiques générales, équivalent de notre « math spé », est enseigné en français, et que seuls les cours de droit et de lettres de la Faculté de pédagogie sont en vietnamien. La transition vers un enseignement en vietnamien a lieu sans doute dans ces années. Cette activité pédagogique sera maintenue sans discontinuer jusqu’en 1984.

24Phạm Hoàng Hộ devient recteur-fondateur de l’université de Cần Thơ, sa ville d’origine, en 1966. On ressent en effet le besoin de réformes agraires, cette université sera au cœur du delta, formera des ingénieurs agronomes.

25Phạm Hoàng Hộ est distingué en 1971 par l’attribution de la médaille de Chevalier d’honneur du Viêt Nam.

26Il sera, tout au long de cette période, membre de nombreuses sociétés scientifiques, membre de la Société botanique de France en 1956, de l’International Phycological Society en 1963, de l’Association internationale des présidents d’université, du Comité d’évaluation des effets des herbicides au Viêt Nam (émanation de l’Académie des sciences américaine), et membre fondateur de la Société de biologie du Viêt Nam. Il fait peu de doute qu’il ait eu alors de nombreuses relations, et le personnage a une réputation de dynamisme, de convivialité alliés à une grande discrétion. Aimant la vie de famille (il a trois enfants qu’il emmène fréquemment dans des excursions botaniques avec ses élèves), travailleur acharné, il est suffisamment attaché à l’enseignement et la recherche en botanique pour ne pas les abandonner lors de son mandat ministériel.

27Nommé à Cần Thơ, il continuera à vivre dans la capitale, faisant le voyage hebdomadaire, ceci jusqu’à environ un an avant la chute de Sài Gòn en mai 1975.

28La liste des titres et fonctions de Phạm Hoàng Hộ s’arrête en 1971, mais comme pour tous les vietnamiens une nouvelle étape s’ouvre pour lui en 1975. Conformément à l’opinion qu’il affichait en rentrant au Viêt Nam en 1956, il lui importe avant tout de servir son pays indépendamment du régime en place, et il fait le choix remarquable d’expérimenter le régime communiste. Sa réputation lui vaut de pouvoir reprendre ses fonctions de recteur, il reste associé au pouvoir en étant coopté membre du directoire du Front de la Patrie. Plus encore que précédemment on peut imaginer, en l’absence de documents personnels, que l’opinion d’un tel homme en matière aussi bien d’enseignement que d’environnement ait été précieuse.

29On peut noter succinctement que pour ce pays, bien que les terres cultivées (7 millions ha en 1985, dont 6 millions pour la culture du riz) ne constituent qu’un tiers du territoire, régions d’altitude et boisées constituant le reste ; la production agricole est la richesse majeure, employant environ trois quarts de la population. Comme le dit l’ingénieur agronome D. Spire (Ruscio 1989), la fonction première de l’agriculture est de parvenir à l’autosuffisance alimentaire, critère qui figurait parmi les objectifs (non remplis) des plans quinquennaux des années 1980. Il remarque que le paysan vietnamien « est un grand technicien du riz ». De plus, à cette date, les méthodes de culture ont remarquablement changé par l’introduction de variétés de riz à cycle court (par exemple le riz « Thần Nông » introduit par l’IRRI, organisme international de recherche sur le riz, volontiers cité par Phạm Hoàng Hộ dans ses écrits de vulgarisation), mais le pays subit une forte poussée démographique qui provoque une croissance des besoins (10 millions de personnes en sept ans dans les années 1980).

30Cette augmentation de la population aggrave la déforestation massive, conséquence de l’épandage de défoliants (entre autres l’agent orange, à base de dioxine, contre lequel Phạm Hoàng Hộ s’était ouvertement élevé), du napalm, du défrichement durant la guerre. De 18,7 millions d’ha en 1943, la couverture forestière est passée à 11,8 millions en 1975, et 7,2 millions en 1984. Pour accroître son territoire tout en se procurant du bois de feu, la population grignote les frontières du domaine forestier.

31On comprend donc que la nécessité alimentaire exerce une forte pression, conduisant d’une part à étendre la superficie des terres cultivées, d’autre part à rentabiliser ces terres autant qu’il est possible, donc à utiliser plus d’engrais, de pesticides, dans une spirale qui mène en réalité à une dégradation des sols, à leur appauvrissement à moyen terme et à une grande pollution. Nous savons que ces effets pervers sont décrits en 1996 dans une revue française par Lê Công Kiệt, « fils spirituel » de Phạm Hoàng Hộ.

32Devant de telles nécessités, un tel passif, et au vu du fait que la collectivisation du Sud n’a pu se produire sans de violentes adaptations, on se dit que la réflexion écologique semble un réflexe naturel mais aussi, d’une certaine manière, dérisoire devant les objectifs à court terme. Quelle a pu être la place accordée à la voix de Phạm Hoàng Hộ dans un tel contexte ? Il me paraît bien difficile de seulement l’imaginer.

  • 1 Selon les dires d’une de ses assistantes à l’université de Cần Thơ.

33En ce qui concerne l’enseignement1, la situation de Phạm Hoàng Hộ s’est progressivement affaiblie entre 1975 et 1984. Dans ce domaine, le manque de moyens, sans nul doute, se fait sentir, plus encore que précédemment où des aides étrangères étaient malgré tout disponibles pour le développement. Et les autorités elles-mêmes regrettent, dans les années 1990, que le système ne soit pas plus multidisciplinaire, chaque option du domaine technique de l’université (celui qui regroupe les sciences) étant monodisciplinaire, situation sans doute défavorable au rayonnement de la botanique.

34L’homme demeure cependant toujours passionné de systématique, et cette passion va ouvrir ce qu’il appellera la « troisième étape » de sa vie, durant laquelle il part à Paris, en tant qu’invité du laboratoire de phanérogamie du Muséum d’Histoire Naturelle, afin d’y parfaire sa connaissance de la flore indochinoise. Nous reviendrons sur l’historique de l’étude de cette flore, mais on peut dire que l’herbier du Muséum est un réservoir exceptionnel d’échantillons botaniques, et qu’il exerce ainsi un grand pouvoir d’attraction. Y travaillent des spécialistes de cette flore, qui vont devenir pour lui des collègues, notamment J.E. Vidal. Ayant initialement un visa touristique, il décide de prolonger son séjour, qui durera cinq ans.

35Ne pouvant obtenir un poste permanent en France, il est rejoint par sa famille et décide de séjourner désormais auprès de l’un de ses enfants au Canada en 1989, où il réside depuis.

Travaux scientifiques

36Nous aurions aimé avoir à notre disposition la liste exhaustive des travaux scientiques de Phạm Hoàng Hộ. Celle-ci comprend certainement des ouvrages d’enseignement, ce paragraphe ayant pour objectif de dégager les grandes lignes de cette bibliographie selon la description qu’en a donné son auteur. Il est difficile de se procurer les articles scientifiques publiés du Viêt Nam, qui proviennent pour la plus grande part de revues vietnamiennes, notamment, avant 1975, les Annales de la Faculté des Sciences (Sài Gòn), dans lesquelles les articles de l’auteur sont en français, les Annales de l’Université de Cần Thơ, dans lesquelles les articles sont en vietnamien, et après 1975 les Communications scientifiques de l’université d’Hochiminhville, en vietnamien. En revanche, plusieurs livres figurent au catalogue du Muséum national d’Histoire naturelle, ils sont en vietnamien, hormis la thèse de Phạm Hoàng Hộ. Les travaux sur la flore indochinoise faits au Muséum, eux, sont parus dans la revue Flore du Cambodge, du Laos et du Viêt Nam, revue du Muséum qui paraît régulièrement est une référence internationale en la matière.

37À Nha Trang, deux types d’études ont été menées :

  • des études d’écologie du littoral, c’est-à-dire des différentes populations de la flore aux différents niveaux marins, selon que l’on est plus ou moins proche du bord de mer. Il s’agit là de l’ensemble des plantes du littoral, et non exclusivement les algues, dans leur rapport mutuel ;
  • des études sur les algues qui ajoutent 175 espèces aux espèces déjà connues.

38Il faut associer à ces préoccupations les travaux d’écologie tropicale sur la mangrove, d’écologie de la forêt de Phú Quốc, de la Plaine des Joncs, un rapport en 1973 sur l’état des connaissances sur les écosystèmes forestiers ; et des travaux sur les algues d’eau douce du delta du Mékong.

39Ces travaux sur les algues ont également fait l’objet d’un livre publié en 1969 sous l’égide du Trung Tâm Học Liệu, organisme du ministère de l’Éducation nationale chargé des manuels scolaires. À ce livre il faut associer d’autres ouvrages didactiques parus chez le même éditeur : l’un intitulé Biologie végétale (1964), l’autre Les Angiospermes (1968), un autre ouvrage sur les algues, publié par le ministère de l’Éducation nationale, et un livre de terminologie pour les étudiants (1972) de 300 pages, illustré, dont nous ne disposons malheureusement pas.

40En marge de l’écologie et de la systématique (étude détaillée des espèces en vue d’une classification), Phạm Hoàng Hộ a constitué avant 1975 un groupe d’étude interdisciplinaire de botanique, ethnobotanique, chimie végétale, pharmacologie, afin de recenser les ressources pharmaceutiques végétales, en association avec le chimiste Lê Văn Thới (pour mémoire on sait que dans beaucoup de villages collectivisés, après 1975, il y a un atelier de fabrication de remèdes médicinaux).

41Le travail effectué au Muséum national d’Histoire naturelle est un pur travail de systématicien et s’est concentré, dans le cadre de la revue éditée par le laboratoire sur la flore indochinoise, sur six familles différentes et 47 genres, au total 165 espèces.

42Enfin, concernant l’étude des plantes supérieures, nous citons l’auteur pour la description de sa Flore illustrée du Sud-Viêt Nam, en 1989 :

Mais ma principale contribution à la connaissance de la flore de la région est ma Flore illustrée du Sud-Viêt Nam (Cây Cỏ Miền Nam). Dans sa première édition (1960) on trouve décrites et figurées 1 650 espèces, la plupart sur le vivant, avec leurs usages, surtout médicaux, et la composition chimique si elle est connue (cette dernière partie par Nguyen Van Duong). Cette Flore a eu un grand succès et a contribué à une meilleure connaissance des plantes d’Indochine à d’autres points de vue que la systématique. Elle a notamment servi aux écologistes, pharmaciens, ethnobotanistes, enseignants, etc. Bien que ce soit surtout une Flore pratique, elle renferme plus de 150 espèces non encore signalées. Cette Flore est maintenant bien connue dans le Sud-Est de l’Asie et, en 1972, j’ai reçu une subvention de la part de la Schuyler Foundation (Washington, USA) pour la traduire en anglais. Ce sont les événements de 1975 qui ont probablement empêché une édition en langue anglaise.
Dans sa deuxième édition, j’ai porté le nombre des espèces décrites et figurées à 5 328.
Après la « réunification du Viêt Nam », j’ai consacré mon temps à l’élargir à tout le Viêt Nam. Grâce à des herbiers divers du Viêt Nam, j’ai pu ajouter encore environ 2000 espèces propres au nord du pays.
J’ai donc en main (à Paris) tout le matériel pour faire une Flore illustrée du Viêt Nam, assez complète, avec pratiquement toutes les espèces dont les échantillons figurent dans des herbiers du Viêt Nam.

43C’est à examiner certains aspects de cette Flore (Phạm Hoàng Hộ 1999), qui a occupé Phạm Hoàng Hộ pendant une majeure partie de sa vie – puisqu’il y a travaillé depuis ses années d’université jusqu’à la dernière édition de 1999 – que nous allons nous attacher à décrire dans les paragraphes qui suivent.

Élément de systématique

44Il s’agit donc d’une étude rigoureuse, détaillée, d’espèces en vue de les classifier au sein du règne végétal. Pour le néophyte, un tel concept est étonnant. Une telle classification est-elle un système arbitraire posé par ses acteurs, est-elle au contraire une évidence naturelle dont le systématicien a la perception ?

45En fait on peut schématiquement opposer deux processus qui tous deux permettent de classer les espèces : dans une approche « par le bas », on observe les caractères des espèces, on les compare dans leur ensemble, et l’on constate que certaines espèces présentent des ensembles de caractères fort voisins, d’où l’on déduit qu’elles sont proches, apparentées. À partir de là, on hiérarchise les degrés de parenté, et cette hiérarchie constitue la classification, avec au bas de l’échelle l’espèce, juste au-dessus le genre, juste au-dessus la famille, ainsi de suite. Dans une approche « par le haut », on se donnerait une liste arborescente de critères (du plus important au plus secondaire, et on procèderait par une sorte de dichotomie, admettant que ces critères sont binaires Oui-Non : le premier critère (pour prendre un mauvais exemple : la plante a-t-elle ou non des racines ?) déterminerait la classe hiérarchique la plus élevée, supposons que nous soyons avec notre plante dans la classe O. Alors intervient le « deuxième critère sachant que la condition O est réalisée », (si N avait été réalisée, on aurait un deuxième critère différent, la liste de critères est arborescente) qui détermine les sous-classes de cette première classe, et ainsi de suite.

46Une telle description est clairement incomplète (que sont ces caractères et que sont ces critères ?) mais elle rend réellement compte des démarches de la systématique. Historiquement, les deux processus, « par le haut » et « par le bas », se sont en quelque sorte rejoints, il y a eu des allers-retours entre ces approches, sachant que la seule liste de ces critères, pour la totalité du règne végétal, constitue par exemple l’ouvrage de Bonnier et de Laytens en 400 pages (1887).

47Ces approches sont travaillées, d’une part, par une certaine conception préformée du règne végétal, conception qui a évolué, en Occident, depuis Linné et son Species Plantarum (1753), prenant peu à peu en compte l’idée que les végétaux descendent de souches primitives qui se sont transformées par les mécanismes de l’évolution, jusqu’à aboutir aux classifications phylogénétiques récentes. D’autre part, l’approche « par le bas » est, quant à elle, travaillée par la pratique de l’examination sous le microscope, qui conduit le systématicien à avoir une certaine perception, personnelle jusqu’à un certain point, de la proximité des espèces. On voit la distance qui sépare ce monde des techniques qui se développent actuellement, fondées sur le séquençage de l’ADN.

  • 2 Un systématicien m’a dit avoir une fois, au cours de sa longue carrière, rencontré un systématicie (...)

48On peut alors se demander quelle est l’étendue de cette marge personnelle, et notamment, dans notre cas, si les facteurs culturels entrent en ligne de compte de manière significative dans ce travail. Les systématiciens répondent qu’en général, la discussion a lieu au niveau de l’espèce, non de l’attribution du genre ou d’une classe de niveau supérieur. À ce niveau, on peut se demander, typiquement, s’il convient de différencier deux spécimens en créant un nom d’espèce supplémentaire ou s’il faut scinder l’espèce en deux « variétés ». C’est qu’il y a, de plus, une variabilité des échantillons (par exemple si on mesure la taille des étamines au dixième de millimètre) que l’expérimentateur seul va estimer significative ou non, même s’il peut la quantifier. L’expérimentateur va, à ce stade, affiner sa perception des caractéristiques observées par des statistiques sur les données, éventuellement mêlées d’une attribution d’un poids plus ou moins arbitraire aux différents caractères, quantifiant ainsi de manière numérique le degré de proximité des échantillons. Au final, il s’établit un consensus par le biais des revues scientifiques et les nouvelles attributions sont ajoutée aux anciennes avec une grande transparence. Dans tous les cas, on voit qu’il n’est nullement question de remodeler globalement une classification qui est un résultat historique. Il y a un consensus bien établi sur la proximité des espèces en bas de l’échelle, que reflète l’attribution univoque d’un nom-binôme, le fameux « binôme linnéen ». Selon les générations, les systématiciens adoptent des classifications qui peuvent différer légèrement pour la structure supérieure de la classification, sans finalement qu’il soit prouvé qu’il y ait un lien très fort entre ces deux perceptions de l’ordre végétal2.

49L’un des objectifs essentiels du systématicien est de désigner l’espèce nouvelle qu’il décrit selon la procédure pérenne collective, afin de lui assigner une place sans équivoque dans le monde des plantes (Raynal-Roques 1994). On doit pouvoir vérifier cette attribution à tout moment, ce pour quoi un échantillon de référence – planche avec le végétal traité par dessication – le type nomenclatural de l’espèce, provenant d’un herbier officiel, doit être choisi. Le genre est en général déjà connu, si l’espèce est nouvelle il (elle) peut choisir le nom de l’espèce souvent en s’inspirant de sa morphologie, ou de sa couleur, ou de sa localisation, ou d’un nom de botaniste associé à l’histoire de cette espèce. Enfin il (elle) y accole ses initiales. Il existe un Code de la nomenclature qui donne un cadre à ces usages. Ainsi le nom savant du chou est Brassica oleracea L., L. pour Linné.

50L’acte de nommer la plante est très important, car il élimine plusieurs défauts de la dénomination vulgaire. Cette dernière conduit souvent à donner deux noms à une même plante ; à faire croire voisines des plantes qui ne le sont pas ; à confondre des plantes différentes, appelées par le même nom mais en deux localisations différentes. Mais il fait bien plus que cela : il place implicitement le végétal au sein du vaste ensemble naturel, ceci ayant valeur internationale.

51Bien sûr, on aimerait que des appellations permettent de combiner la rigueur et la vision d’ensemble de la classification internationale avec le vocabulaire de nos pays, le vocabulaire d’usage de ceux, notamment, qui fréquentent de nombreuses espèces de végétaux, que ce soit pour leur plaisir ou pour leur métier. La seule manière de se rapprocher de cet idéal est de proposer un vocabulaire intermédiaire, en introduisant par exemple des noms savants en langue courante. Dès la fin du siècle de Linné, Lamarck se livre à une telle entreprise (Métailié 2001 : 8), et nous verrons que la Flore de Phạm Hoàng Hộ est aussi étroitement liée à cette préoccupation.

La flore du Viêt Nam et les flores indochinoises

52À l’occasion d’un ouvrage général sur le Viêt Nam (Ruscio 1989), l’un des grands spécialistes actuels de la flore indochinoise, Jules-Eugène Vidal, présente la flore du Viêt Nam en la divisant en trois catégories : au sud, une flore ayant des affinités malaises en région basse, au nord des affinités chinoises, et une flore d’altitude « tempérée sino-himalayenne ». Il est reconnu qu’il y a là une grande diversité qui se traduit par un grand nombre d’espèces, 11 000, 12 000, plus selon les auteurs. Les espèces endémiques formeraient le quart ou le tiers de cet effectif et sont localisées surtout en altitude. L’organisation de la végétation naturelle est fort variée, selon que le terrain est inondé, ceci de manière permanente ou non, ou qu’il est plutôt sec. Ainsi, à l’embouchure du Mékong, on trouve la mangrove, la forêt à palétuvier aux racines plongeant dans l’eau. Les formations non inondées sont aussi souvent forestières, de manière plus ou moins dense et humide, ou clairsemée lorsque le terrain est rocheux ou a été modifié par l’homme. Enfin ces types de végétation ont des variantes d’altitude, avec au dessus de 2 400 m une végétation subalpine. Les régions côtières ont elles aussi une écologie spécifique, et l’on ne devrait pas non plus oublier la flore marine, les algues.

53Il ne fait pas de doute que les Flores sont une invention européenne, et que les premières Flores ayant trait à l’Indochine sont donc le fait d’étrangers. Mais depuis la génération de Phạm Hoàng Hộ, la situation a changé ainsi que le résume Vidal en 1985 :

L’inventaire floristique du Viêt Nam ne commence guère avant Loureiro, auteur de Flora cochenchinensis (1790). Il se poursuit par la Flore forestière de Cochinchine de Pierre, ouvrage en cinq volumes in-folio remarquablement illustré (1879-1899), puis par la monumentale Flore générale de l’Indochine en sept tomes (1907-1951), œuvre collective de plusieurs botanistes français et étrangers. Il se continue aujourd’hui, depuis 1960, par la Flore du Cambodge, du Laos et du Viêt Nam, œuvre également collective qui est, en fait, une révision corrigée et augmentée de la précédente. Une Flore illustrée du Sud Viêt Nam en deux volumes, par Phạm Hoàng Hộ, décrit en vietnamien les principales espèces du Sud (1970-1972). Des recherches sont activement menées aussi par les botanistes vietnamiens du Nord dans la perspective d’une Flore illustrée du Viêt Nam et leurs résultats sont publiés soit dans des périodiques et ouvrages locaux en vietnamien, soit dans des périodiques occidentaux en russe ou allemand.

54La liste donnée par Vidal est sans doute presque un inventaire, mais il y a des articles qui paraissent sur des plantes indochinoises dans des revues qui ne sont ni vietnamiennes ni spécialisées dans la flore indochinoise, telle que la revue Adansonia, où paraissent beaucoup d’espèces nouvelles. Vidal ne disposait pas, au moment où il l’a écrite, des nouvelles éditions de la Flore de Phạm Hoàng Hộ, la Flore illustrée du Viêt Nam. Mais les références actuelles en la matière sont bien la Flore générale de l’Indochine, et la Flore du Cambodge, du Laos et du Viêt Nam. Une bibliographie exhaustive a été publiée par Vidal et Phạm Hoàng Hộ, la Bibliographie botanique indochinoise de 1970 à 1985, éditée par le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) en 1988, dont Phạm Hoàng Hộ a traité la partie proprement vietnamienne et qui comprend les publications dans cette langue.

55La Flore générale de l’Indochine a une histoire qui sûrement mériterait un récit à elle seule ; elle a été éditée entre 1907 et 1950 et a eu de nombreux acteurs, Français allés en Indochine soit pour une affectation soit en expédition, fonctionnaires, médecins, anciens militaires, botanistes étrangers, etc. qui y ont récolté une grande quantité d’échantillons, dont beaucoup ont été ramenés au MNHN. La conséquence de ce grand mouvement est que le Muséum, l’un des plus grands herbiers du monde avec plus de dix millions d’échantillons, renferme une collection de plantes indochinoises unique. Bien des espèces s’y trouvent dont les herbiers de Hà Nội et Sài Gòn sont dépourvus. Ainsi la Flore a tendance a être considérée comme essentiellement française. La Flore du Cambodge, du Laos et du Viêt Nam est une série encore en cours d’édition, commencée en 1960, comportant à ce jour 32 fascicules, éditée par le MNHN et actuellement dirigée par Hul, Vidal et Vidal. Comme nous l’avons vu, Phạm Hoàng Hộ a contribué un temps à cette revue.

56On voit en tout cas que les botanistes vietnamiens ont, pour diverses raisons, partagé depuis les années 1950 leur production entre une production internationale et une production nationale en langue nationale, bien que, comme nous l’avons montré au paragraphe précédent, la procédure de publication en botanique systématique soit, elle, très internationalisée et ce sans doute depuis longtemps. Ce fait peut paraître naturel, car il est utile d’asseoir une botanique vietnamienne, mais il ne l’est pas tant si l’on considère le fait que, dans les années 1950, l’étude de la flore indochinoise, de par son histoire, avait déjà un statut international par la renommée de la Flore générale de l’Indochine et que des publications dans des revues locales peu accessibles consituent une forme de retrait par rapport au monde scientifique dans son ensemble.

57Ainsi, lorsque la première génération de botanistes vietnamiens voit le jour dans les années 1950, le recensement et l’étude approfondie de la flore nationale sont largement entamés. Il aurait été en un sens plus confortable qu’ils soient les premiers à publier des Flores locales ! Mais le sort n’en a pas voulu ainsi…

58Faisons un décompte purement numérique de cette activité accumulée d’étude individuelle des espèces. Nous comptons les familles (rappelons les catégories hiérarchiques de la classification en-dessous du rang de famille : genre, puis espèce) : la Flore générale de l’Indochine comporte 267 familles ; la Flore du Cambodge, du Laos et du Viêt Nam 79 familles (533 genres, 1 745 espèces), mais un certain nombre sont des reprises des précédentes ; enfin la dernière Flore illustrée du Viêt Nam de Phạm Hoàng Hộ comporte 292 familles (3 080 genres, 11 600 espèces environ).

59Le rythme d’édition de la Flore du Cambodge, du Laos et du Viêt Nam est donc en moyenne de deux familles par an. Ceci donne une mesure du rythme de travail d’un systématicien dans l’exercice conventionnel de son métier. Par contraste, la Flore de Phạm Hoàng Hộ est un ouvrage qui cherche à couvrir le plus grand nombre d’espèces possibles, mais en abandonnant le format des Flores purement scientifiques, au profit d’un format plus proche de l’esprit des Flores que nous pouvons acheter dans les librairies et mettre dans nos bibliothèques.

60Une autre mesure amusante des proportions de ces différentes contributions est justement la place qu’elles prendraient sur nos étagères : sur 3 m de Flores, 1,50 m seraient pour la Flore générale de l’Indochine, 60 cm pour celle de Phạm Hoàng Hộ, 80 cm pour les botanistes du Nord Việt Nam.

61Nous nous attachons maintenant à une description plus qualitative du contenu de la Flore illustrée du Viêt Nam, de manière interne, en ne tenant compte que des commentaires de son auteur.

La Flore illustrée du Viêt Nam (Cây cỏ Việt Nam) de Phạm Hoàng Hộ

62Nous présentons ici la dernière édition de la Flore illustrée du Viêt Nam de Phạm Hoàng Hộ (1999) qui est l’ouvrage dont nous disposons. Il est constitué de trois volumes de 21x28x5cm, reliés, imprimés sur un papier de qualité très moyenne. Il est imprimé en noir et blanc et rédigé presque exclusivement en vietnamien.

63Il est composé, après la préface, d’un lexique pédagogique des termes botaniques essentiels, avec des illustrations, l’ensemble prenant six pages ; puis du tableau général de classification très bref, de cinq pages. On entre ensuite de plain-pied dans la description botanique par famille.

64Les descriptions des familles commencent parfois, pour les plus importantes, par un tableau des clés de la famille (c’est-à-dire un extrait de la liste arborescente des critères de détermination). Chaque espèce ou variété est présentée avec son illustration et le texte qui l’accompagne sur un quart de page, si bien que l’on trouve souvent sur une double page plusieurs représentants d’un même genre, dont les vignettes d’illustration sont alignées les unes en-dessous des autres.

65Le texte de l’espèce considérée commence par une numérotation, puis suit le binôme linnéen, puis un nom vietnamien qui est en fait un nom savant binômial, puis parfois d’autres noms, vietnamiens ou anglais.

66Le corps de la description est synthétique et suit nettement les lignes du lexique. Il donne la taille de la plante, décrit les feuilles (forme, nervures, pétiole, etc.), leur arrangement, l’inflorescence, la fleur, avec des détails sur le calice, la corolle, le nombre d’étamines, de carpelles. L’appareil sexuel de la plante n’est cependant pas très détaillé. Suivent des indications sur les fruits, généralement taille et couleur. Parfois sont ajoutées des indications sur l’utilisation médicinale. L’auteur indique ensuite les mois où il a pu observer une floraison, et parfois des localisations de la plante. Enfin, ces informations sont résumées en deux lignes en anglais. L’ensemble comporte de 30 à 200 mots, souvent une centaine, une dizaine de lignes, la langue vietnamienne étant, rappelons-le, assez concise.

67L’illustration, faite par l’auteur, représente une ou des feuilles, la fleur, parfois le fruit. C’est un dessin schématique en noir et blanc, souvent fait à partir du vivant, qui joue un grand rôle, car il apporte des informations supplémentaires et aide à identifier la plante en mettant en valeur des éléments saillants de sa morphologie. L’auteur choisit d’agrandir tel ou tel détail qu’il estime faciliter la reconnaissance du végétal étudié. Ce graphisme serait le résultat de travail personnel et de discussion avec un dessinateur professionnel du MNHN. Ces schémas sont assez artistiques. Une échelle est représentée, de 2 cm en règle générale. La proximité des dessins relatifs à des espèces parentes permet qu’un jeu des comparaisons s’installe et facilite l’identification. Le détail millimétrique n’est pas représenté, sauf s’il s’agit d’une plante essentielle comme le riz, puisqu’encore une fois les détails fins des carpelles ou des étamines ne sont pas considérés, sans doute parce qu’ils nécessitent un examen au microscope que le lecteur ne peut faire.

68L’ensemble des trois volumes s’achève par un index des noms de famille et de genre vietnamiens issus de la dénomination savante et vulgaire, puis un index des noms de famille et de genre latins.

69Il s’agit donc du tout premier ouvrage permettant aux Vietnamiens d’identifier presque toutes les espèces végétales qu’ils rencontrent, les espèces non encore identifiées par les botanistes étant aussi les plus rares, si bien que les plantes courantes se trouvent à coup sûr répertoriées. S’il faut le comparer naïvement à la Flore générale de l’Indochine, qui compte également un grand nombre d’espèces, les deux avantages pratiques immédiats sont la langue utilisée, et le fait que cette Flore soit un objet que l’on peut posséder chez soi.

70On peut bien entendu se familiariser avec les différentes plantes en lisant arbitrairement certaines sections de l’ouvrage. Cependant, on observe également que, pour trouver l’entrée correspondant à une plante que l’on ne connaît pas, le seul moyen, hormis l’option qui consiste à feuilleter ce livre d’images au hasard, est de connaître le nom de la plante, ou la famille à laquelle elle appartient, en vietnamien si l’on ne connaît pas le nom latin. Il n’y a pas d’accès raisonné aux entrées, d’accès fondé sur des caractères de la plante observée. La question des dénominations est importante.

71Une difficulté concrète tient à ce que les noms vulgaires ne sont pas recensés de manière exhaustive avec leurs différences régionales, ce qui aurait été un surcroît de travail. Prenons un exemple, afin d’illustrer aussi l’usage linguistique courant : j’ai demandé à une personne vietnamienne de mon entourage (personne ayant passé son baccalauréat vietnamien à Sài Gòn au tout début des années 1960) si nous pouvions regarder ensemble l’entrée de l’hibiscus, plante familière qui pousse à l’état sauvage et forme d’abondantes haies fleuries. Le vietnamien ne dit pas « il y a des hibiscus dans le jardin », mais « il y a des fleurs d’hibiscus » ou « il y a des plantes d’hibiscus » « hoa Ông Bụt » ou « cây Ông Bụt ». Ils ont même tendance à dire « il y a des fleurs d’hibiscus » en parlant des plantes. Ông Bụt est, à vrai dire, le Bouddha, Ông étant une sorte de classificateur de la catégorie humaine désignant des hommes respectables. On peut donc considérer que l’élément déterminant est Bụt et donc chercher Bụt dans l’index. On trouve effectivement une entrée ! Pas exactement à Bụt, mais à Bụp parce que la personne vietnamienne est originaire du Nord et Phạm Hoàng Hộ du Sud. Lorsqu’on consulte l’entrée, on a alors le choix entre plusieurs « Bụp », tous accompagnés d’un second mot qualificatif, sauf un dont le nom n’est pas binômial, appelé simplement Bụp, et la personne reconnaît alors immédiatement dans cette dernière espèce, l’espèce la plus courante, bien identifiable grâce aux dessins. Il nous a donc semblé intéressant d’approfondir un peu ces questions de terminologie qui sont épineuses, mais, à la lumière de cet exemple, on perçoit que l’auteur a travaillé à effectuer des compromis entre le savoir populaire et la rigueur botanique, afin que l’utilisateur puisse retrouver les éléments de son environnement dans ce cadre formel.

72Quel a été l’objectif de Phạm Hoàng Hộ en écrivant cette Flore ? À qui s’adressait-il, et a-t-il été en adéquation avec ceux qui étaient susceptibles de recevoir les connaissances qu’il offrait ? Quelle est la nature des obstacles linguistiques qu’il a pu rencontrer et à quel point les a-t-il explicités ? Faisait-il œuvre purement pédagogique ?

73Nous ne disposons malheureusement pas des trois premières éditions de la Flore, qui auraient pu donner lieu à un travail de comparaison, afin de suivre la manière dont les objectifs de l’auteur se sont dégagés. On peut trouver cependant quelques éléments de réponse dans la simple lecture des préfaces successives de cette Flore.

74Quatre éditions ont vu le jour entre 1960 et 1999, avec d’importants élargissements successifs.

75La Flore illustrée du Sud-Viêt Nam (Cây cỏ Việt Nam) aussi appelée Flore illustrée du Sud-Viêt Nam, publiée en 1960, ne comporte qu’un volume et traite de 1 650 espèces différentes. Elle est éditée par le ministère de l’Éducation nationale.

76Cette Flore illustrée du Sud-Viêt Nam est rééditée en 1970-1972 en deux volumes, et compte alors 5 328 espèces.

77Les éditions suivantes sont des développements des éditions précédant la Flore du Nord-Viêt Nam, le pays ayant été réunifié en 1975.

78La Flore illustrée du Viêt Nam (Cây cỏ Việt Nam) paraît à Montréal en 1991, aux Éditions Scientifiques et Techniques. Phạm Hoàng Hộ estime avoir ajouté environ 2 000 espèces à la somme précédente, soit environ 7 300 espèces au total.

79La dernière édition paraît en 1999 au Viêt Nam, aux Éditions de la Jeunesse, et comporte trois volumes. Si l’on se fie à la numérotation, elle comporterait 11 600 espèces, ce qui constitue un record.

80Dès la préface de la première édition, Phạm Hoàng Hộ laisse entendre ses ambitions, dont il ne sait dans quelle mesure elles vont pouvoir être réalisées, citant la Flore générale de l’Indochine (les traductions sont approximatives, mon souci étant essentiellement de rendre la pensée de l’auteur) :

Ce livre ne prétend pas être une Flore exhaustive. Les végétaux de notre pays n’ont pas encore été étudiés en détail, et certaines des espèces qui sont décrites sont néanmoins encore en cours d’étude. L’énorme série d’ouvrages : Flore générale de l’Indochine elle-même aurait besoin d’être développée. On estime le nombre d’espèces de la flore nationale à 12 000, et il faudrait compter de 5 à 7 000 espèces pour le seul Sud, ceci sans compter les algues, lichens et champignons.
Ce livre a été écrit pour combler un manque dans l’enseignement des sciences naturelle au Viêt Nam. Apprendre les sciences naturelles sans connaître ce qui compose notre environnement est une erreur fondamentale. Avec ce livre, les élèves et étudiants seront en mesure d’identifier facilement les espèces, grâce aux dessins, parmi lesquels on peut trouver environ 2 000 espèces courantes. Une brève explication vient compléter ces dessins, qui souvent sont de ma main, pour permettre de préciser certains détails.
On peut déterminer les espèces courantes avec une certaine confiance, ainsi que je l’ai dit précédemment ; mais pourtant l’un des défauts de ce livre est qu’il manque encore des illustrations. Ceci peut conduire à des erreurs dans les déterminations, toutes les espèces n’étant pas représentées. J’ai d’ailleurs l’intention de comparer les espèces déterminées avec les échantillons de l’herbier du Muséum d’Histoire naturelle à Paris et celui de Bogorta en Indonésie.
Cependant l’accomplissement de cette tâche risque de prendre du temps, et, étant donnés les besoins du corps enseignant, j’ai décidé, en attendant, de publier ce livre. Je réserve les espèces qui ne sont pas encore bien étudiées à une publication ultérieure.

81Après un certain nombre de remerciements, l’auteur termine sa préface en discutant longuement la question de la terminologie employée. Nous reviendrons ultérieurement sur ce passage, que nous ne citons ici que partiellement mais qui occupe une page de la préface :

Dans ce livre, il est impossible de ne pas aborder la question de la dénomination des plantes. Il est exact que seuls les binômes linnéens ont une valeur reconnue, car ils sont scientifiques et internationaux. Cependant, bien des espèces courantes se doivent d’avoir un nom vietnamien pour que ce nom puisse être diffusé suffisamment. Je me suis donc efforcé de donner à chaque espèce un nom vietnamien.
En général ces noms sont nouveaux. Ils obéissent aux principes généraux suivants : […]

82Suit une liste de règles de dénomination, qui explique comment l’auteur a créé ces noms savants en vietnamien. Puis l’auteur dit n’avoir nommé, dans cette première édition, que les espèces usuelles, car la refonte complète des noms serait longue et nécessiterait l’apport d’un familier de la langue ancienne (sino-vietnamienne).

83La longueur de cette préface donne la mesure des préoccupations initiales de l’auteur. L’enseignement, tout d’abord, puisque Phạm Hoàng Hộ est un pionnier en matière d’enseignement de la botanique en vietnamien et que, vraisemblablement, ses assistants à la Faculté ont eu eux-mêmes besoin de support livresque. Une ambition d’extension de la Flore ensuite, annoncée avec une certaine réserve, comme si la raison essentielle de cette exhaustivité souhaitée était avant tout d’éviter des erreurs aux lecteurs. Mais cette ambition n’est-elle pas aussi et surtout une ambition de botaniste ? Enfin, le souci de créer une terminologie rationnelle, dans l’idéal puisant ses sources dans la langue sino-vietnamienne, autant que possible respectueuse des appellations courantes. Les règles énoncées pour cette terminologie sont bien claires, mais nous avons vu avec l’exemple de l’hibiscus qu’elles sont assez drastiques, et que, en réalité, l’auteur a un peu assoupli l’application de ses propres règles puisqu’il ne donne pas de nom binômial à l’hibiscus courant.

  • 3 Nous n’avons pas d’informations complémentaires sur cet ouvrage.

84La préface de la seconde édition, par contraste, est brève et appelle peu de commentaires. L’auteur a en effet à ce stade considérablement élargi le champ de sa Flore, estimant que sur 5 700 espèces il en a décrit 4 500. Que de travail effectué depuis la Flore précédente ! Cette préface reflète son contentement face à la tâche accomplie. Il annonce par ailleurs que les algues font maintenant l’objet d’un ouvrage séparé, et que les informations médicinales feront l’objet d’un livre en collaboration avec Nguyen Van Dương3.

85La troisième préface est écrite en 1991, alors que Phạm Hoàng Hộ peut regarder derrière lui et contempler sa carrière dans son ensemble. Il évoque quatre phases de cette existence mouvementée ; la première période correspondant à la première édition de la Flore, une période « de tâtonnements pour un botaniste qui venait de rentrer après des études à l’étranger » ; la deuxième période, celle de la deuxième édition de la Flore, est qualifiée de « période dorée pour un botaniste », car il disposait à cette époque de moyens matériels, pouvait travailler en toute tranquillité et se sentait encouragé par ses amis comme par les pouvoirs publics. Brièvement, il se rappelle la période d’après 1975, où l’on espérait un avenir meilleur pour la patrie, où l’on « allait à bicyclette et mangeait du riz avarié ». Cett période a vu l’élargissement de la Flore à tout le pays. Mais les souvenirs les plus exaltés sont ceux de son séjour en France après 1984, la possibilité de travailler au Muséum nationale d’Histoire naturelle (MNHN) ayant été pour lui une expérience inoubliable, une succession de jours d’étude heureuse, en dépit des séparations cruelles d’avec son pays et sa famille. Avant les remerciements d’usage, il ne manque pas de revenir à la Flore en précisant que l’absence relative de clés est due au fait qu’il a désiré éviter d’alourdir un livre déjà important. Sa reconnaissance va à ceux grâce à qui il a pu réaliser

[…] des choses que, petit, il n’aurait osé rêver même dans ses rêves les plus fous : esclave d’un pays colonisé, étudiant d’une école quelconque dans une petite ville, comment aurais-je osé penser écrire un jour un livre, petit ou grand ? J’adorais les plantes, mais aurais-je pensé connaître les végétaux de mon pays tout entier ?

86Ainsi, il semble qu’on puisse affirmer que la Flore de Phạm Hoàng Hộ a vraiment réalisé une ambition aussi chère que sa passion pour la botanique plus académique. Pour lui, ces deux intérêts se rejoignent, nourris par la motivation de connaître non pas quelques aspects de la flore nationale, mais de pouvoir la connaître dans son ensemble, et de la livrer telle dans son ouvrage.

Premiers pas en terminologie botanique vietnamienne d’un néophyte de cette langue

87Lorsque Lamarck, en 1794, écrit sa Flore françoise, ou Description succincte de toutes les plantes qui croissent naturellement en France… et « instaure une nomenclature française savante binaire calquée sur celle de Linné » (Métailié 2001), il est déjà amené à créer des noms de genre. En fait « cet ensemble de 590 noms de genre compte 372 reprises de termes existants et 218 néologismes de Lamarck ».

88Le genre d’entreprise à laquelle s’est livré Phạm Hoàng Hộ est ainsi un travail de néologie très conséquent, bien que l’on ne puisse lui attribuer sans recherche poussée la paternité de telle ou telle dénomination, et connaître ainsi la proportion de néologismes dans sa Flore. La nécessité qui dicte de telles démarches et le nombre très important de termes en jeu inspirent le respect. L’adaptation des noms vulgaires au format binômial, et plus encore la création de nouveaux noms de genre, fait appel à la perception symbolique du botaniste en relation avec un vocabulaire qui peut être « savant » (c’est cet aspect que Phạm Hoàng Hộ semble privilégier, avec son souhait idéal de racines sino-vietnamiennes, sans doute un équivalent pour lui du latin de Lamarck), mais aussi plus vulgaire ou local. La tâche est donc ardue, néanmoins en nous autorisant une lecture critique des termes utilisés nous espérons simplement mettre en relief les difficultés qui apparaissent lorsqu’on veut créer des expressions en harmonie avec le vocabulaire courant.

  • 4 La mère de l’auteur de cet article.

89Pour ces questions, nous avons bénéficié de l’expérience de notre personne vietnamienne-test4, ce qui n’a pas valeur de statistique, mais paraît intéressant dans la mesure où cette personne s’est toujours intéressé de près aux plantes, a une formation générale scientifique, et aurait, finalement, pu suivre les cours de Phạm Hoàng Hộ à Sài Gòn à son retour de France.

90Nous commençons par examiner le vocabulaire dont Phạm Hoàng Hộ donne la définition à l’entrée de sa Flore, gardant toutefois à l’esprit qu’il a publié en 1964 un lexique de biologie végétale réédité jusqu’en 1973 (4e édition), que nous ne connaissons pas. Puis nous reviendrons sur les règles de dénomination annoncées dans sa première préface. Nous nous attacherons ensuite à certains aspects spécifiques de la langue vietnamienne qui entrent parfois en conflit avec néologie, dans l’esprit de Đinh Trọng Hiếu (1976-1977).

91Le lexique introductif de la Flore est un ensemble d’explications et de figures donnant la signification des termes qui seront employés par la suite. Certains termes sont expliqués verbalement, d’autres sont définis par la représentation schématique. Il se divise en huit catégories de description de la plante, dans l’ordre : củ, thân, , lá-be, phát-hoa, hoa, trái, hột ; sur ces huit termes six ont une traduction directe en français :

  • thân : tige (le tronc étant aussi une tige, ce dans les deux langues)
  •  : feuille
  • phát-hoa : inflorescence
  • hoa : fleur
  • trái : fruit
  • hột : graine

92La catégorie củ est un classificateur du langage courant qui classifie les plantes ayant, en première approximation, un tubercule, en fait un renflement à la base. Selon l’analyse de l’ethnologue Đinh Trọng Hiếu, si le tubercule est amylacé, comme par exemple celui de la pomme de terre, et à coup sûr si le tubercule est amylacé et comestible, on utilisera le classificateur khoai : khoai tây, le tubercule européen, la pomme de terre farineuse, mais củ đậu, le tubercule haricot. En fait, s’il est logique de commencer par la base de la plante, il aurait été plus logique de parler tout d’abord des racines, qui peuvent ou non présenter un tubercule, celui-ci pouvant en vietnamien être soit de l’espèce củ soit de l’espèce khoai (ce dont l’auteur a bien conscience, même si le titre de sa rubrique est «  »). En fait, la définition de Phạm Hoàng Hộ évite le concept de racine, là où le botaniste occidental aurait sans doute parlé en premier de racines et rhizomes. Il dit en effet :

củ : partie nutritive de la plante, souterraine, et d’où la plante émerge. Par exemple : le củ hành (cn -oignon), d’où sortent les feuilles d’oignon, le củ gừng (cn -gingembre), le củ khoai-ngột (cn -tubercule amylacé-sucré), d’où sort la tige, le củ sán (cn -manioc), d’où sortent les racines. Lorsque le cn produit beaucoup de farine on a un khoai [suivent deux exemples] lorsque la partie est aérienne, et est en fait un renflement de la tige, on a un giả hành (pseudo-hành), courant dans la famille des orchidées.

93Comparons cette définition à la définition du tubercule du Trésor de la langue française :

« Tubercule : renflement d’aspect arrondi ou sphérique, pourvu de bourgeons, situé sur une racine, un rhizome, une tige et qui sert de réserve nutritive à la plante » [assorti d’exemples].

94Où celle de Raynal-Roques (1994) :

« Tubercule : organe massif, renflé, assurant une fonction d’organe de réserve ; résulte de la spécialisation des divers organes ».

95L’ensemble de ces deux définitions est très proche de celle du mot củ, hormis le fait que pour Phạm Hoàng Hộ củ est souterrain, et qu’il ne parle pas explicitement de racines. Le vocable français et le vocable vietnamien s’accordent sur le fait que le « tubercule » peut être un renflement de tige ; un oignon est donc, à la limite, un tubercule, et en français il existe le mot plus précis : « bulbe » qui désigne un organe de réserve fait d’écailles imbriquées. En vietnamien, on utilisera toujours le mot củ pour bulbe, par exemple le bulbe de jacinthe : củ jacinthe – en français dans le texte. Curieusement, pour opposer un tubercule aérien à un tubercule souterrain Phạm Hoàng Hộ crée le mot giá hành qui correspond au pseudo-bulbe français. Il identifie le bulbe à hành parce que hành veut dire oignon et qu’il est aussi de culture française. Mais en réalité hành est l’espèce de l’oignon de nos assiettes et non le nom générique de l’organe à écailles. En effet, on dit lá hành pour désigner les feuilles d’oignon comme on dit củ hành pour désigner le bulbe. Le mot giá hành est étrange en vietnamien courant. Giá củ aurait donc été plus approprié. On voit que la définition de Phạm Hoàng Hộ, qui donne plus d’explication que les définitions françaises, doit pourtant être lue en détail.

96Pour désigner les racines, dont il traite sous la rubrique « tige », Phạm Hoàng Hộ utilise le mot courant re et le mot căn hành (racine-oignon) pour rhizome. Căn, dans le dictionnaire franco-vietnamien de Lê Khá Ke, signifie racine au sens mathématique de la racine carrée, il s’agit d’un mot d’origine sino-vietnamienne.

97La catégorie lá-be est, à ma connaissance, inhabituelle en tant que catégorie. L’auteur y regroupe un ensemble de termes relatifs à des feuilles sans pétiole, avec une large base partant de la tige. Dans le langage courant lá-be est la main au sens de la main de bananes, qui est supportée par de telles feuilles. Par extension Phạm Hoàng Hộ désigne par be lá une feuille engainant la tige (traduit dans le dictionnaire par : gaine foliaire), et aussi par lá-be des feuilles qu’il représente partant de la tige. Lá-be phn correspond au « stipelle » français.

98Nous rassemblons ci-dessous des termes du lexique, en indiquant si le mot est d’usage courant ou plutôt nouveau (C ou N) – éventuellement si le mot n’est pas courant et que c’est possible, son étymologie – SN signifiant sino-vietnamien, la traduction française (qui, pour les mots de ce lexique, existe presque toujours, il a plutôt fallu créer des termes vietnamiens pour avoir une correspondance avec le français), et éventuellement un usage courant. Pour faciliter la lecture étymologique, nous avons utilisé une notation monosyllabique, alors que l’auteur a choisi, lui, de coller les syllabes ensemble, notant tiểumộc, et non tiểu mộc.

99Catégoriecủ, C : tubercule

  • giá hành, N (pseudo C – oignon C) : pseudo-bulbe
  • khoai, C : pas de traduction exacte, tubercule amylacé.

100Catégoriethân, C : tige (tronc)

  • nhánh, C : rameau, ramification
  • tiểu mộc, N (petit SN – bois SN) : arbuste
  • đại mộc, N (grand SN – bois SN) : arbre
  • căn hành, N (racine SN – oignon C) : rhizome (bien que l’on dise pour le rhizome de l’iris ou du gingembre : củ)
  • nhất niên, N (premier C – annuel SN) : annuel (hàng năm C)
  • lương niên, N (deux C – annuel SN) : bisannuel
  • đa niên, N (plusieurs C – annuel SN) : vivace

101Catégorie, C : feuille

  • Bộ lá, C : feuillage
  • gân, C : nervure
  • cuốn, C : pétiole
  • phiến, C : limbe
  • chồi, C : bourgeon
  • mắt, C : noeud (œil)
  • lá đơn, N (feuille C – simple SN) : feuille isolée, qui n’est pas appariée
  • lá kép, N (feuille C – double SN) : feuilles en paires

102Catégorielá-bẹ, N : approximativement gaines foliaires

  • lá-bẹ phụ, N (gaines foliaires N – secondaire C) : stipelle

103Catégoriephát-hoa ou hoa-tự, N, SN : inflorescence
[on parlerait en langage courant de nụ, le bourgeon ou l’ensemble des bourgeons]

  • hoa đầu, N (fleur C – tête C) : capitule
  • chùm, C : grappe, racème
  • tán, C : ombelle
  • tụ tán, N (regroupé SN – ombelle C) : cyme
  • tản phồng, N : corymbe
  • gié, N : épi

104Catégoriehoa, C : fleur

  • đại, C : calice
  • lá đại, C (feuilles C – calice C) : sépales
  • vành, C : corolle
  • cánh hoa, C (ailes Cfleur C) : pétales
  • nhụy, SN : pistil
  • tiểu nhụy, N (petit SN – pistil SN) : étamines
  • vòi nhụy, N, SN : style
  • phấn, C : pollen
  • bao phấn, N, (enveloppe C – pollen C) : anthère
  • bầu nhụy, N (réservoir C – pistil N) : ovaire
  • núm, N : stigmate (signifie bouton en langage courant)
  • tâm bì N, (coeur SN – enveloppe C) : carpelle
  • noãn, C : ovule
  • đông chu, N (semblable SN – SN) : monoïque
  • biệt chu, N (différent SN – SN) : dioïque

105Catégorietrái, C : fruit

  • , C : classificateur de fruits charnus sans noyau dur, ceux de l’usage alimentaire courant (tomate, aubergine, etc.)
  • phì quả, N (SN – fruit C) : fruits charnus sans noyau dur, i.e. baies
  • quả nhân cứng, « N » (littéralement, fruit à amande dure C) : drupe
  • giả quả, C : faux fruit
  • bế quả, N (SN – fruit C) : akène
  • quả đậu, C : gousse nang, N : capsule
  • hạp quả, N : pyxide

106Catégoriehột, C : graine

  • Từ y, N : arille
  • mòng, N : caroncule

107Si le détail du choix particulier des racines sino-vietnamiennes n’est pas de mon ressort, en revanche la démarche de Phạm Hoàng Hộ me paraît naturelle, car il garde autant que possible les mots courants, les qualifie par des mots sino-vietnamiens lorsque c’est nécessaire. Tâm bì N, (cœur SN – enveloppe C) : carpelle, par exemple, est possible alors que remplacer tâm par le mot courant signifiant cœur en vietnamien, le coeur physiologique, serait ridicule. Généralement les mots créés à partir du sino-vietnamien sont, comme l’on pouvait s’y attendre, les désignations des parties fines de la fleur, qui, pendant longtemps, n’étaient pas connues. Certes ces mots ne sont donc pas « vietnamiens » comme étamines, provenant de la racine grecque sta (idée de stabilité, de position dressée) est français, mais les mots ne sont pas longs et malléables dans leur longueur comme les mots français. Il serait intéressant de connaître l’histoire de ces mots français. Ici il n’est pas possible de créer un mot tel que « arbuste » sauf en disant « petit arbre », ce qui serait trop banal pour être générique. C’est sans doute la raison pour laquelle l’auteur invente : tiểu mộc, qui est un peu surprenant. L’auteur choisit également de ne pas reprendre l’appellation , qui semble pourtant plutôt générique, étant perçue comme un classificateur ; mais justement, elle n’est pas générique au sens large de baie, les baies d’un arbuste sauvage inconnu n’étant pas des , et c’est peut-être mieux respecter l’usage courant que de ne pas l’étendre au-delà de son champ habituel. Il préfère inventer phì quả. À ces raisons s’ajoute le fait que la langue vietnamienne a déjà intégré nombre de mots d’origine vietnamienne dans son vocabulaire courant, et l’on peut penser qu’elle intègrera tous ces mots nouveaux à long terme, si ce n’est déjà fait.

Les règles terminologiques utilisées par Phạm Hoàng Hộ dans la dénomination des végétaux

108Concernant la dénomination des espèces, laissons la parole à l’auteur qui s’exprime ainsi dans la préface de la première édition, en 1960 :

Dans ce livre, il est impossible de ne pas aborder la question de la dénomination des plantes. Il est exact que seuls les binômes linnéens ont une valeur reconnue, car ils sont scientifiques et internationaux. Cependant, bien des espèces courantes se doivent d’avoir un nom vietnamien pour que ce nom puisse être diffusé suffisamment. Je me suis donc efforcé de donner à chaque espèce un nom vietnamien.
En général ces noms sont nouveaux. Ils obéissent aux principes généraux suivants :
A/De même que les noms scientifiques, un nom attribué à une espèce est attribué de manière unique.
B/Les espèces d’un genre donné doivent porter la marque de ce genre. C’est pourquoi il suffit de rechercher d’abord le nom du genre, par exemple : Acalypha (nom du genre) : taitượng (acalyphe, une sorte d’ortie) ; Acalypha Wilkesiana : tai-tượng nâu (acalyphe brune) ; Acalypha indica : tai-tượng Ấn Độ (acalyphe Inde).
C/Dans la mesure du possible garder l’ancien nom.
Bien des anciens noms vietnamiens sont difficiles à utiliser, un même nom pouvant évoquer non seulement des espèces différentes mais des genres différents ou des familles éloignées […].
Dans ce type de cas soit on décide d’abandonner les anciens noms, soit on choisit le nom d’espèce ou de genre le plus usité.
Beaucoup de noms courants ont dû être abandonnés par crainte de confusion : le mélastome Dã Mẫu đơn ne doit pas être confondu avec le gardénia Mau đơn, etc.
Il est absolument nécessaire de mettre des règles en œuvre lorsqu’il s’agit de dénomination scientifique. On mettra donc entre parenthèses tous les noms dont on ne devrait plus se servir.
D/On peut créer des noms : – de manière phonétique : Barringtonia : Băng Linh-Tôn, Bischoffia : Bích-hợp – de manière sémantique : Entéromorpha : Trường tảo (long, référence à l’intestin d’entéro-/forme), Leonotis : sư nhĩ (oreilles de lion) – en s’inspirant des caractéristiques du genre : Colpomenia : rong Baotử (algue estomac) ; Hydroclathrus : rong ruột-heo (algue intestin de porc).
E/Le nom des espèces (la deuxième partie du nom binômial) peut être une traduction du nom scientifique […], ou bien, lorsque le nom est compliqué, on peut s’inspirer des caractéristiques de l’espèce.

  • 5 Ainsi il aurait pu choisir d’écrire “Tai tượng” pour “Acalyphe”.

109Phạm Hoàng Hộ exprime ici son intention de créer des noms vietnamiens scientifiques, tels que « les espèces d’un genre donné [portent] la marque de ce genre ». Concrètement, il va faire plus que cela, puisqu’il adopte dès l’exemple suivant un format binômial, où le genre traduisant « Acalypha » est suivi d’un unique mot qualificatif pour l’espèce. Cet exemple est bien représentatif de l’ensemble de son œuvre. Tai-tượng est d’autant plus à considérer comme le premier mot d’un binôme que l’auteur n’a pas omis le tiret entre les deux parties de l’expression qui pour lui est un mot, de telle sorte que, souvent, il concatène l’ensemble5. Cependant, il ne dit pas vraiment explicitement qu’il crée des noms vietnamiens scientifiques, ni que ses noms seront binômiaux, sans doute pour s’autoriser de la souplesse dans ses choix finaux. Comme chez Lamarck, il n’accole pas l’abréviation du nom d’auteur au nom vietnamien, mais celui-ci figure déjà sur le nom latin en regard.

110Il affiche clairement son attachement aux noms populaires.

111Il est bon que ces deux règles soient explicitées, mais on voit d’ores et déjà qu’elles vont entrer en conflit, car, comme en français, les noms populaires peuvent avoir un format complètement différent. Des espèces de même genre n’ont pas nécessairement en commun une partie de leur nom : il va falloir donc soit créer un nom de genre, soit le sélectionner parmi des noms de plantes de ce genre, ce qui va aboutir à typifier une espèce. La règle c/, que Phạm Hoàng Hộ semble respecter en beaucoup d’occasions, mais pas toujours, va semer des exceptions assez nombreuses au format binômial idéal. En fait, il est utile en cette circonstance d’avoir en tête l’exemple de la Flore françoise de Lamarck, qui a évité de faire référence aux noms populaires dans son ouvrage, et pour cause ! Vouloir les conserver complique bien entendu la tâche et nuit à sa rigueur.

112Les sources d’inspiration pour la création des noms, quant à elles, soulèvent moins de questions, car elles sont les mêmes que pour l’appellation latine – hormis la création phonétique – qui est une « manie » vietnamienne : l’alphabet ne permet-il pas de laisser les noms en l’état ? Ils seraient mals prononcés, mais ils sont aussi mal prononcés une fois phonétisés, créant des mots dont retrace difficilement l’origine.

113Il aurait fallu plus de temps et de connaissances botaniques vietnamiennes pour reconstituer une image complète des choix faits par Phạm Hoàng Hộ. Il aurait fallu à la fois une bonne connaissance du paysage des dénominations botaniques nationales et un recensement d’un grand nombre de choix de dénominations extraits de sa Flore.

114On peut néanmoins donner quelques points de repère quantitatifs.

115Très grossièrement, en l’absence de recensement, on estime à plusieurs milliers de noms le nombre de noms de plantes. On peut mettre en face de ce chiffre les estimations faites par Phạm Hoàng Hộ de 2 000 espèces courantes dans le Sud sur 5 à 7 000 plantes connues dans cette même région ; j’ai dénombré sur l’index de l’édition finale, pour tout le pays, environ 3 100 noms de genre latins, ce qui signifie que, en supposant que le choix de la deuxième partie du binôme est moins problématique, il faut 3 100 noms vietnamiens de genre. On ne sait combien il y a d’espèces courantes pour tout le pays, supposons qu’il y en ait 3 à 4 000. À quel point sommes-nous éloignés d’une situation où l’on aurait choisi un nom pour chaque espèce courante, puis « typifié » ce nom afin d’en faire un nom de genre ? Certainement très loin, d’une part parce que bien des espèces courantes sont du même genre, d’autre part parce que les noms courants des espèces peuvent prêter à confusion et ne sont pas utilisables.

116Ajoutons, bien qu’il ne soit pas aisé d’interpréter ces chiffres, qu’il y a environ 3 700 mots dans l’index vietnamien contre 3 100, environ, dans l’index des noms de genre latins.

117Grâce à l’important travail de classification fait dans « les démoninations botaniques en vietnamien (Đinh Trọng Hiếu 1976-1977), nous pouvons affiner un peu ce tableau. On peut distinguer en effet trois types de « syntagme nominal » entre lesquels se répartit l’ensemble des noms botaniques ; le syntagme commence toujours, pour ces trois types, par le classificateur « plante », cây, puis :

  • soit un « nom spécifique + déterminant », un nom spécifique étant un nom de plante bien caractérisée, souvent des plantes bien connues de la vie courante. Ces noms d’espèce sont bien intégrés dans le langage, pour la plupart ce sont des mots Viêt Namisés depuis longtemps ou des mots sino-vietnamiens dont on a oublié l’origine. On a dénombré 450 noms spécifiques environ. Par exemple, l’arbre à goyave, cây ổi, présente des variétés aussi nommées par le langage courant, cây ổi trâu (arbre « ổi’« buffle) par exemple, et ổi est un de ces noms spécifiques.
  • Soit un « terme générique + déterminants », un terme générique étant un classificateur qui indique un signe distinctif d’une partie de la plante, ou de son utilisation, ou de « forme de vie » : par exemple dây signifie que la plante est une liane : cây dây bìm bìm ou dây bìm bìm (plante liane bìm bìm).
  • Soit un nom, souvent composé de deux syllabes, qui est une analogie avec des objets, zoologique ou anatomique : cây nắp ấm (plante couvercle de théière).

118Ceci nous permet d’orienter le choix de nos exemples afin de mieux sonder la néologie de la Flore.

119Đinh Trọng Hiếu propose une liste de 37 exemples de nom-analogie pour la troisième catégorie de dénomination. Nous avons recherché ce que sont devenus ces noms dans la Flore : sur 37 noms, 18 se trouvent dans l’index des noms vietnamiens. Mais 8 de ces noms correspondant à des noms latins diffèrent chez Đinh Trọng Hiếu et chez Phạm Hoàng Hộ, signe probable de la diversité régionale des appellations.

120Sur les 18 noms trouvés dans l’index, 5 deviennent des noms de genre, typifiant ainsi le genre ; 10 sont considérés comme très représentatifs de l’espèce mais ne typifiant pas le genre, et sont conservés pour l’espèce seule alors que les autres espèces du genre sont nommées différemment ; et 3 sont cités comme nom vulgaire mais pas adoptés comme nom savant, étant en deuxième ou troisième position dans la liste des appellations.

121Pour ce qui est de la première catégorie de dénominations, une liste de 84 noms spécifiques monosyllabiques d’origine vietnamienne est également fournie par Đinh Trọng Hiếu (1976-1977). Nous n’avons pas examiné en détail chacune de ces entrées, mais ces appellations figurent bien toutes au moins dans l’index, et semblent donc en moyenne plus générales ou répandues que les noms-analogies. Cependant, elles ne sont pas toujours candidates comme nom de genre, parce que, ainsi que nous l’avons dit précédemment, elles prêtent souvent à confusion, justement parce qu’elles sont en usage depuis longtemps et ont conduit les gens à les identifier à des espèces qui ne sont pas du même genre et qui souvent appartiennent à des familles éloignées.

122L’exemple de chanh, cité comme nom spécifique et dont Đinh Trọng Hiếu donne une liste de 7 occurences familières en (1976-1977) a servi de support pour voir le traitement qu’en fait Phạm Hoàng Hộ.

123L’occurence principale, Cây chanh, c’est le citronnier Citrus medica L. (ssp. limon. Lour.), de la famille des Rutacées, qui comporte beaucoup d’agrumes.

124Dans la Flore, le genre Citrus n’a pas de nom de genre en vietnamien, plusieurs espèces étant appelées cam ou quít, orange ou clémentine, avec un déterminant, ou chanh avec un déterminant. Il y a un deuxième Citrus dans la liste, Citrus medica Lour. (ssp. Proper Hook), appelé Cây chanh yên.

125Voici les cinq autres appelations de la liste :

  • Cây chanh châu (arbre citronnier châu), Euphorbiacée
  • Cây chanh lương (arbre citronnier lương), Restoniacée
  • Cây chanh rượu (arbre citronnier alcool), Rutacée
  • Cây chanh ruộng (arbre citronnier rizière), Rutacée
  • Cây chanh rưng (arbre citronnier forêt), Xanthophyllacée

126Ces cinq éléments ne sont pas des Citrus, trois ne sont pas même des Rutacées. Sur les 7 noms initiaux d’espèce 4 sont conservés et aucun vrai nom de genre chanh n’a été généré. On imagine donc que les noms d’espèce qui sont candidats à typifier le genre sont des noms qui ne sont pas assez célèbres pour s’être étendus au-delà de leur famille initiale, mais qui sont suffisamment connus pour représenter le genre. L’hibiscus, qui était notre premier cas, en est un bon exemple.

127Abordons à présent la catégorie des noms avec terme générique. Ces termes génériques, des classificateurs, peuvent être groupés selon qu’ils font référence à une partie de la plante qui présente des caractéristiques remarquables, comme pour la liane, ou à des utilisations, comme pour les tubercules amylacés comestibles, ou à des formes de vie, comme les champignons, mousses, algues.

128Ainsi :

  • củ : tubercule
  • khoai : tubercule amylacé, en général comestible
  • dây : liane, rampante ou grimpante
  • quả : fruit
  •  : baie comestible courante, tomate, aubergine, petites tomates endémiques
  • đậu : gousse, haricot
  • lúa : graminées, souvent alimentaires comme le riz
  • hoa : fleur
  • bông : synonyme de fleur
  •  : feuille
  • rau : plante utilisée comme légume, souvent des légumes verts à petites feuilles
  • cải : plante utilisée comme légume, souvent avec des feuilles similaires à celle des choux
  • cỏ : herbe
  • nắm : champignon, exclu de la Flore
  • rêu : mousse, exclu de la Flore
  • rong : algue, exclue de la Flore

129Comme on l’a vu, la langue vietnamienne nomme un certain nombre de plantes (combien ? nous ne disposons malheureusement pas de statistique) selon cette syntaxe, qui ne dit pas à quel point le classificateur est dissociable du reste du nom. En fait, il est perçu parfois comme dissociable, parfois comme indissociable, en tous les cas pas toujours comme devant être dissocié : on peut dire cây nhài (le genre Jasminum) ou cây hoa nhài. Nous avons dénombré le nombre de noms de l’index incluant ses classificateurs, donc les noms sélectionnés par l’auteur parce qu’ils sont soit cités comme noms vulgaires, soit comme dénomination savante. On trouve :

  • củ : 8
  • khoai : 16
  • dây : 2
  • quả : 2
  •  : 32
  • đậu : 27
  • luá : 4
  • hoa : 9
  • bông : 13
  •  : 16
  • rau : 22
  • cải : 17
  • cỏ : 30

130Ceci semble peu au vu des milliers de dénominations, parce que l’auteur a en réalité éliminé le classificateur dans la majorité des cas, soit parce qu’il n’était pas perçu comme indissociable, soit parce que le déterminant suivant le terme générique comportait deux syllabes et que, pour obtenir un binôme, il lui était plus commode de coller les deux syllabes et en faire un genre que de concaténer trois syllabes : classificateur et déterminants. Ainsi en prenant trois exemples au hasard il est apparu que : dây ông lão (liane « monsieur âgé », du genre Clematis) est à l’entrée ông lão, et cây bông trang (plante fleur trang, du genre Ixora), à l’entrée trang ; cây hoa trà (plante fleur thé, le Camellia Japonica) à l’entrée tràhoa.

131Je n’ai pas analysé le cas détaillé de chacun de ces classificateurs, mais aucun n’est déclaré dans l’index comme nom de genre, ce qui paraît normal, puisqu’il paraît a priori plus général qu’un genre. Si cependant on examine le cas de đậu (gousse, haricot), dont une occurence familière est le đậu xanh (Vigna radiata), on voit que đậu sert de première partie à presque tous les noms du genre Vigna parce que ces espèces sont couramment nommées đậu + déterminant, et donc qu’il est l’équivalent d’un nom de genre savant, ce qui linguistiquement n’est pas idéal parce que c’est vraiment l’ensemble đậu xanh qui détermine la plante, et nom xanh. Đậu déborde bien le cadre des Vigna. Une espèce citée dans Đinh Trọng Hiếu (1976-1977) est đậu rấu ngựa, du genre Vicia, qui ne figure pas dans l’index vietnamien, mais que l’on trouve nommée liên đậu dans la Flore. On trouverait d’autres termes du type suffixe + đậu qui montrent les difficultés à intégrer ces classificateurs dans une dénomination binômiale. Le classificateur , lui aussi, est utilisé de manière presque générique pour le genre Solanum.

132On constate en tout état de cause que Phạm Hoàng Hộ s’est comporté avec souplesse par rapport aux règles qu’il a édictées dans sa préface initiale, puisqu’en fin de compte il existe un nombre important d’exceptions, appellations telles que la première partie du binôme est similaire mais le genre est différent. Si on s’intéresse à un genre comprenant des espèces connues, souvent seule une partie du genre porte la marque du genre, afin de garder les anciennes dénominations.

133Concernant les classificateurs, il semble avoir choisi de les éliminer, soit de les intégrer dans une autre partie du nom, soit de les garder pour des expressions indissociables, mais il ne les utilise pas comme générateurs pour des appellations de son invention.

134L’ensemble de la démarche de Phạm Hoàng Hộ reflète le souhait de respecter au maximum le parler populaire, dans le cadre d’un format binômial. En ce sens, la Flore est vraiment une Flore pratique plus qu’une Flore théorique. Le familier des plantes peut s’y retrouver, en utilisant le nom courant de la plante, et être introduit à des dénominations plus rigoureuses en observant les espèces voisines de celles qu’il connaît. Le seul bémol est que les noms sélectionnés proviennent souvent du Sud, et qu’il y a fréquemment des différences entre les régions Nord et Sud.

135D’un point de vue théorique, on peut pourtant se demander s’il est indispensable d’adopter ce format qui est pratique, mais qui dérive, malgré tout, de la culture botanique occidentale. On peut noter tout d’abord que Lamarck donne par exemple les noms d’espèce suivants, associés au genre savant français « Prêle », du genre Equisetum : Prêle majeure, Prêle des marais, Prêle des bois. Ou encore pour le genre « Pteris » : Pteris aquilin. La deuxième partie du binôme peut donc être composée, rigoureusement, de deux mots : « des marais », « des bois », certes une unité de sens, mais en deux mots, ce qui assouplit l’ensemble. Les adjectifs « majeure » et « aquilin » sont des adjectifs qui sont très loin d’être des substantifs, ils contiennent une forme de nuance liée à leur expression adjectivale, qui souvent n’est pas du domaine du vietnamien, comme on peut le constater sur bien des exemples cités, ou beaucoup de déterminants sont aussi des substantifs (comme les noms de couleur : « marron », et non brune, « fard » pour vermeille ; et pourrait-on bien traduire « majeure » ou « aquilin » en un mot ?). L’équilibre entre les parties du binôme est donc différent. On ne se situe pas, linguistiquement, dans une équivalence stricte. Il existe par exemple deux espèces voisines de piment dénommées ớt chỉ địa et ớt chỉ thiên (le piment-montre-terre et le piment-montre-ciel, l’un dont les fruits sont pointés vers le bas, l’autre vers le haut). Une telle dénomination, si parlante en trois syllabes, peut-elle être adoptée ? Faut-il donc absolument se contraindre à utiliser des binômes ?

136Les conclusions de Đinh Trọng Hiếu (1976-1977), qui résultent d’une étude des expressions botaniques dans leur ensemble, méritent sûrement considération. Il attire l’attention sur l’importance des classificateurs qui, selon lui, correspondent à une forme de représentation de la classification botanique populaire, une classification qui suit des arguments objectifs, et qu’on peut donc intégrer à une classification scientifique. Cela serait agréable, puisqu’il est certain que ces classificateurs jouent un rôle important dans le parler courant. Seulement, on voit bien à partir des exemples traités ci-dessus que les « clés » qui correspondraient à ces classificateurs sont plus générales que le genre, et qu’il est donc difficile d’intégrer ces classificateurs à une dénomination binômiale. Leur emploi, tout en augmentant d’un mot les appellations, ajouterait un degré de liberté pour créer des noms. Le choix des noms d’espèce n’en demeurerait pas résolu pour autant ! Si l’on ajoutait systématiquement un classificateur, ce serait malgré tout violence faite à la langue, mais celle-ci est opérée de toute façon, en français où des noms imagés sont abandonnés, en vietnamien dans une dénomination binômiale. À défaut d’offrir dès à présent une solution, ces remarques nous font prendre conscience qu’on peut sans doute envisager d’autres choix pour une dénomination savante. Quant à savoir si elle aurait plus de chances d’être adoptée…

Format scientifique ou format pratique ? La Flore dans son ensemble : comparaison avec d’autres Flores

137Il peut être utile de dire ici ce qui dans les grandes lignes constitue une étude taxonomique classique, de celles que l’on publie dans les revues spécialisées.

138Parce qu’elle s’inscrit dans une démarche collective qui souhaite être pérenne, aboutissant à une nomenclature indiscutable au niveau international, une telle étude se doit d’obéir à certaines règles. Tout d’abord elle donne lieu à un important travail de recherche bibliographique, afin de faire le point sur les travaux concernant l’espèce et les espèces voisines, le genre, la famille. Il est important de connaître l’historique des informations dont on dispose. Cette littérature est locale dans un premier temps, puis internationale : une espèce qui n’a pas encore été recensée dans la région peut avoir été décrite ailleurs. Ensuite, à tout le travail d’observation, de détermination des caractères, de description du systématicien, si celui-ci décide de donner un nom à l’espèce ou la variété, il doit associer à celui-ci un échantillon de référence, le type nomenclatural de l’espèce. Cet échantillon n’est qu’un représentant officiel de l’espèce, il ne possède nullement, « en moyenne », les caractéristiques de cette espèce, mais c’est un objet matériel provenant d’un grand herbier, auquel tout botaniste, en principe, peut avoir accès s’il le désire. Cet échantillon est donc une planche d’objets ayant subi une dessication, non un specimen vivant, mais il garde ses caractéristiques morphologiques, même désséché.

139En termes de publication, l’article va donc comporter toutes ces informations, sur les types, et sur la bibliographie. Si l’on regarde par exemple l’article du genre Ardisia de la Flore du Cambodge, du Laos et du Viêt Nam, on voit qu’il y a en plus un tableau de clés des sous-genres, et à chaque division hiérarchique (genre, sous-genre) une description, en plus des bibliographies liées à chaque division.

140Au total, le genre ce présente sous la forme suivante :

  • genre : bibliographie + 250 mots de description + 14 critères
  • sous genre : bibliographie + 100 mots de description
  • espèce : bibliographie + informations sur l’espèce :
  • allure générale, inflorescence, fruits ; localisation, floraison, noms vernaculaires.

141Le commentaire de l’espèce comprend ici 250 mots.

142La présence de planches botaniques n’est pas automatique pour chaque espèce, et pour une espèce donnée toutes les parties ne sont pas forcément représentées. Souvent, la planche occupe une page de la revue, et le détail peut être millimétrique, la représentation est plus descriptive que schématique.

143La différence entre les contenus d’une telle Flore et la Flore illustrée du Viêt Nam de Phạm Hoàng Hộ montre qu’il s’agit d’ouvrages qui n’ont pas le même objectif, et explique la frustration des systématiciens qui tenteraient de s’appuyer sur sa Flore comme sur une étude classique. Les informations données par Phạm Hoàng Hộ n’ont pas la valeur incontestable des publications spécialisées, ne suivant pas la procédure bibliographique, ne se référant pas à des types. L’auteur reconnaîtrait cela lui-même, à n’en pas douter, puisqu’il dit dans sa préface son attrait pour le travail auprès d’un herbier. Mais il aurait évidemment été impossible pour un seul homme de produire une Flore ayant un champ aussi vaste en obéissant à de telles règles.

144Il est donc plus pertinent de comparer la Flore illustrée du Viêt Nam à quelques Flores françaises contemporaines destinées à une plus grande audience.

145Gaston Bonnier a produit, au début du xxsiècle, plusieurs Flores encore très utilisées, et nous avons consulté la Florecomplète illustrée en couleurs de France, de Suisse et de Belgique (Bonnier 1990), principale Flore classée aux usuels de la bibliothèque du Muséum. Il s’agit d’un ouvrage constitué de quatre volumes, deux volumes d’iconographie et deux volumes de texte, qui frappe par la qualité et la beauté de ses planches. Cet aspect est d’ailleurs celui que l’auteur met en avant dans sa préface : il s’agit de dessins faits à partir de photographies pâles en noir et blanc, rehaussées de couleur. La qualité typographique de l’ensemble est luxueuse.

146Du point de vue du contenu, la présentation est faite par famille comme dans la Floreillustrée du Viêt Nam, chaque famille étant tout d’abord présentée par un texte. Le genre est ensuite présenté : nom latin, nom savant français, avec une étymologie, puis verbalement par une centaine de lignes. L’espèce est ensuite donnée, par son nom latin, le nom savant français et une présentation de 100 à 200 mots. Dans la préface de cet ouvrage Bonnier discute la question des dénominations latines, mais présente le nom français, tout naturellement, comme une traduction du latin. Il est vrai que ces noms ont déjà une histoire d’un siècle environ.

147L’entrée de l’espèce contient des informations qui semblent analogues à celle de la Flore illustrée du Viêt Nam. Suivent des indications sur l’usage et les propriétés, qui sont aussi similaires, des noms vernaculaires, et une distribution géographique plus systématique et complète. L’ensemble des descriptions de la famille est clotûrée par un commentaire, assorti d’un schéma, sur les relations de proximité entre les genres de la famille. Puis vient une description du lien unissant cette famille aux familles voisines.

148D’un point de vue pratique, malgré son aspect visuel luxueux, cette Flore n’a pas l’avantage, présenté par la Flore illustrée du Viêt Nam, de mettre en regard les représentations des espèces d’un même genre – les planches étant dans des volumes à part – et des parties d’une espèce, d’autres parties d’une autre étant représentées sur une même planche. Les images sont bien sûr d’une fidélité photographique, mais en contrepartie elles n’ont pas l’aspect didactique des schémas. Les textes sont plus explicites, mais étant plus longs ils sont plus difficiles à comparer, il y a aussi moins d’espèces sur une page.

149Si on est loin, ici aussi, d’avoir des informations du type de ceux des publications spécialisées actuelles, on est cependant plus proche de celles-ci dans la forme parce que l’aspect classificatoire est mis en avant beaucoup plus que dans la Floreillustrée du Viêt Nam.

150En réalité, si l’on se réfère à trois Flores de référence citées par l’éditeur en 1990 dans la Flore de Bonnier, celle de P. Fournier Les quatre flores de France (1977, réimpression d’un ouvrage de 1934-1940), celle de Guinochet et de Vilmorin (1973-1983), publiée aux éditions du CNRS, celle de Tutin et al., Flora Europea (1973-1983), aucune n’a de dessins et toutes privilégient largement la présentation de la classification ! C’est sans doute que ces ouvrages sont en réalité des ouvrages proprement scientifiques qui ne sont pas destinés à un large public, contrairement à la Flore de Bonnier, qui allie une présentation visuelle à un contenu didactique.

151En fait Bonnier et de Laytens ont édité auparavant une Flore complète portative de la France, de la Suisse et de la Belgique, avec plus de 5 000 schémas explicatifs et un tableau de critères de 400 pages, qui est une présentation didactique des critères de détermination des espèces « par le haut ». Elle est en réalité un livre introductif à la Flore illustrée de Bonnier, qui en suit l’ordre et y fait référence.

152On mesure mieux le poids de l’option prise par Phạm Hoàng Hộ lorsqu’il décide de n’inclure les critères de classification qu’à très petites doses, avec un tableau de quelques pages à l’entrée de la Flore pour les divisions supérieures, et, les clés de genres pour quelques familles importantes. Son argument est que ces tables de critères sont trop volumineuses – ce qu’elles sont en effet. Mais ceci exclut la possibilité pour le lecteur de procéder à la détermination raisonnée de l’espèce, point qui, en revanche, était très cher à Bonnier, qui parle longuement en introduction du travail du systématicien. Phạm Hoàng Hộ abandonne dans sa Flore le principe d’une initiation à la systématique, préférant en faire un outil de reconnaissance visuelle. La notion de parenté des espèces est bien véhiculée par l’ouvrage, qui se distingue d’un dictionnaire de botanique où les espèces parentes ne seraient plus « en contact ». Mais les raisons de cette parenté sont peu explicitées.

153On peut comparer la structure des catégories supérieures utilisées dans sa Flore avec celle issue d’une classification plus évolutive, comme celle donnée en Raynal-Roques (1994) :

154Classification de la Flore illustrée du Viêt Nam :

155On voit que la classification de Phạm Hoàng Hộ adopte des critères qui sont souvent plus fondés sur l’aspect extérieur des plantes, des éléments saillants de la morphologie tels que tiges et racines. On observe également que la différenciation, cellulaire d’une part, entre une sexualité aquatique plus ancienne et la sexualité aérienne des phanérogames d’autre part, n’est pas exprimée dans son tableau. Ces différences sont sans doute historiques, et pour le néophyte qui explore le terrain, il est plus facile de se référer aux critères anciens, qui sont bien visibles.

156La partie volontairement omise par l’auteur est la table des critères qui permet d’aboutir aux familles, donc de descendre la structure arborescente de la classification, par exemple, en suivant le chemin :

division Angiosperme ; classe Dicotylédone ; sous-classe Asteridae ; ordre Gentianales ; famille Gentianacées.

157pour une classification actuelle, ou le chemin équivalent utilisant les catégories définies par les critères de rang 4 et 5. Il est bien probable que l’auteur ait voulu éviter de décourager les utilisateurs potentiels de son livre, et finalement le faire paraître plus abordable à une plus grande partie de la population. Peut-être connaissait-il fort bien l’état d’esprit de ses lecteurs, peut-être au contraire les a-t-il privés d’une leçon de systématique ? On comprend en tous les cas, à la lumière des choix qu’ils a effectués, que les règles pour la terminologie qu’il a énoncées dans sa première préface, dans l’élan de son premier ouvrage, n’aient pas été réaffichées dans les ouvrages suivants. Il est difficile d’expliquer la valeur de noms savants binômiaux en vietnamien si on n’explique pas ce qu’est le genre ou l’espèce. Ainsi il n’est pas si étonnant qu’une ancienne assistante universitaire de l’auteur, interrogée sur ce sujet, ait montré que, connaissant cette Flore, elle n’avait pourtant pas conscience que ces noms étaient des noms nouveaux et scientifiques. L’important n’est-il pas qu’ils soient utilisés ?

158On aimerait savoir quel est l’ancrage actuel de ces termes dans le vocabulaire, et on se demande – question qui a certainement été examinée de manière académique – ce qui a fait le succès de l’entreprise de néologie de Lamarck, dont le vocabulaire savant français est encore en usage de nos jours. Cette popularité de la terminologie s’est-elle faite avec ou pour des raisons indépendantes de l’évolution imprimée par Lamarck à la science systématique ? Par quels chemins ce vocabulaire s’est-il répandu ?

159Notre description des différentes Flores a permis de mettre en relief les aspects privilégiés par l’auteur dans l’organisation de sa Flore, et ceux qu’il n’a pas développés, sans tenir compte du contexte dans lequel l’ouvrage s’inscrit. Mais surtout il est important de rappeler à présent que ce qui distingue ce livre est qu’il est le premier ouvrage relativement exhaustif sur la Flore illustrée du Viêt Nam, en vietnamien, destiné à un large public. L’état de l’édition n’aurait sans doute permis ni planches en couleurs, ni épais papier, et il était avant tout important que cet ensemble volumineux soit accessible.

Questions ouvertes sur le rôle de Phạm Hoàng Hộ dans la diffusion de connaissances botaniques

160À ce stade, on aimerait pouvoir mesurer l’impact de la Flore illustrée du Viêt Nam sur les trois cibles que forment les amateurs de plantes, la population des étudiants et les métiers concernés par la botanique. En l’absence d’information suffisamment détaillée, ce chapitre sera une série d’indices touchant à ces questions, montrant que son auteur était très certainement désireux de s’adresser à ce large public.

161Nous souhaiterions savoir sur quel substrat de savoirs populaires la Flore est-elle censée s’accrocher. Les ethnobotanistes soulignent que Pierre Gourou, dans les années 1940, qualifiait la culture indochinoise de « civilisation du végétal », caractère qui n’est sûrement pas étranger aux préoccupations d’écologie qui ont marqué la carrière de Phạm Hoàng Hộ. Ces connaissances, se traduisant par des pratiques sophistiquées dans l’utilisation de l’environnement naturel, sont bien loin des connaissances engrangées par un étudiant à la Sorbonne ! Sur la question de la sexualité des plantes, par exemple, Đinh Trọng Hiếu (1976-1977) émet l’avis suivant :

Traditionnellement, le paysan vietnamien est-il au courant du système de reproduction sexuée des plantes ? Il semble que non. […] L’existence du pollen des fleurs (surtout des Conifères) est connue, mais son rôle échappe.

162Des témoins vietnamiens vivant à la campagne dans les années 1950 m’ont assuré avoir vu les paysans frotter les fleurs les unes sur les autres pour les féconder, mais le détail des parties de la fleur n’est pas compris en termes de sexualité. Peut-on imaginer le parcours qui mènerait d’une Flore publiée en ville à ces paysans ? Ceux-ci sont-ils, en revanche, très versés dans la reconnaissance des végétaux ? Ont-ils la connaissance d’une grande partie des plantes de leur environnement, ou seulement de celles qui leur servent ? Qu’en est-il des personnes de la ville, la barrière est-elle plutôt étanche entre la culture paysanne des plantes et la leur ? Ont-elles par exemple des revues de jardinage comme nous en avons, ou bien le savoir est-il transmis surtout de manière orale ?

163Dans notre liste, incomplète, des publications de Phạm Hoàng Hộ dans des revues, on trouve par exemple une vingtaine d’articles dans Khoa học phổ thông (« sciences générales »), une trentaine dans d’autres revues, entre 1979 et 1984 ; nous disposons de quelques articles qu’il a écrits en exil, publiés dans des magazines d’ordre général et qui indiquent partiellement le style de ce genre d’écrits.

164Parcourant la liste de ces articles encore introuvables, on voit que certains n’ont pas directement à voir avec la botanique, expliquant des points de la vie courante (deux articles sur la nourriture et la santé, comment la nourriture est utilisée par le corps, le goître, sur l’eau des robinets, sur l’origine de la vie, sur l’intelligence extraterrestre, sur les Prix Nobel de l’année) ; les autres, en revanche, s’intéressent à certains aspects des plantes ou de l’environnement. L’un deux a un titre bien botanique (« le problème des genres des espèces ») ! Plusieurs ont pour sujet des plantes familières (« l’éternel printemps des roses d’inde », « le sucre des végétaux », « précieux comme des liserons d’eau » ces légumes bien utiles). Beaucoup sont axés sur des applications des connaissances du végétal (« plantations dans des serres », « développer la culture de la cannelle », « utilisation de l’énergie des plantes vertes », « cây tro, une plante à colorant », « espoir des plantations en terre salée », « l’ananas et l’énergie », « pour augmenter la production de goyaves »), d’autres portent aussi sur la préservation de l’environnement (« la reconquête des régions arides », « le problème de l’érosion des terres », « le légume rau trai contaminé par la pollution atmosphérique », « terre et forêt : deux richesses qui déterminent notre niveau de vie »).

165Ces titres ne suffisent pas cependant à deviner leur teneur scientifique, mais il est vraisemblable, d’après les articles rédigés ultérieurement, que le style en était convivial. Phạm Hoàng Hộ aime écrire de manière très accessible, sur le ton d’une conversation amicale, en rattachant la botanique aux coutumes quotidiennes des vietnamiens. Dans « Rau sắng chùa hương », il brode un article autour du légume « Rau sắng » cité dans un poème, émettant des hypothèses sur son nom botanique, contestant avec aménité le nom proposé par une autre personnalité connue. Il n’hésite pas à partager avec ses lecteurs des moments de sa vie de botaniste : en 1959, à l’occasion de l’anniversaire de la Flora Cochenchinensis de Loureiro, tout en évoquant l’ouvrage il livre ses préoccupations du moment (la première édition de sa Flore approche), soulignant que bien des noms donnés par Loureiro sont tombés en désuétude, notant l’absence de dessins de sa Flore, décrivant les méthodes de travail du botaniste et son approche du terrain. Le ton est le même dans des articles plus tardifs, par exemple dans un article sur les fleurs du Nouvel An, où il montre comment rien n’est dû au hasard dans la nature, les formes des fleurs étant adaptées à la pollinisation par les insectes. Souvent le texte est poétique, émaillé de fausses citations littéraires en guise de plaisanterie, reflet de souvenirs heureux de son contact avec la nature (« Rivières de France, rivières du Viêt Nam », dans lequel il raconte son enfance très proche de la campagne). Sa personnalité évoquerait celle d’un « lettré confucéen », non au sens d’une extraction mandarinale, mais d’un homme de culture, intéressé par beaucoup de choses et pas seulement son domaine scientifique.

166Peut-être cela lui permet-il un certain détachement lorsque, dans « science et agriculture » (1971), il dresse un portrait amusant du chercheur et de l’ingénieur agronome. Le chercheur y apparaît comme un Einstein rêveur, mal habillé, désintéressé, cherchant à découvrir, laissant aux autres le soin de trouver des applications. L’ingénieur agronome, buriné et marqué par le travail de terrain, d’un bas niveau théorique, a pour lui son dynamisme et son réalisme. Il en conclut que la nation a besoin d’une synthèse de ces deux caractères, et l’article poursuit son cours avec un exposé positif des techniques agronomiques relatives à la culture du riz et à l’élevage des poissons.

167Ainsi l’enseignement a certainement eu pour lui la double fonction de propager des connaissances fondamentales et de former des jeunes gens utiles à la nation.

168Il s’est impliqué pleinement dans cette activité, enseignant tout au long de sa carrière la biologie végétale, la botanique systématique, la botanique appliquée, l’algologie, formulant sûrement des programmes d’enseignement, jouant le rôle lié à ses importantes fonctions, mais aussi emmenant ses élèves sur le terrain en fin de semaine, accessible et convivial. Il a été l’acteur principal de l’enseignement de la botanique en France dans les années 1960-1970 alors que ce dernier, à son retour au pays, commençait à peine. La Flore illustrée du Viêt Nam est, à l’origine, ouvertement adressée à ses étudiants.

169On a vu qu’il a le souci des applications de la botanique : agronomie, pharmacologie, écologie. D’un point de vue académique, ce souci est visible, puisque, d’une part, il a été le fondateur de l’université de Cần Thơ, université dont l’agronomie est une des vocations ; il a co-écrit un livre sur les plantes médicinales et leur analyse chimique Cây cỏ vị thuốc ở Viêt Nam ; il a publié de nombreux documents relatifs à l’écologie.

170Ces informations sont malheureusement très réduites, et on ne sait le rôle exact qu’il a joué, ni s’il a été entendu. S’il est clair qu’il voulait défendre la biodiversité et lutter contre la pollution et la déforestation, on ne sait s’il a eu quelque pouvoir en la matière, et la dernière préface de sa Flore préfère oublier tout discours politique pour suggérer simplement aux lecteurs de planter symboliquement une plante afin de préserver la flore.

171L’histoire de l’université de Cần Thơ, des enseignements qui s’y sont succédé, des étudiants qui en sont sortis serait un sujet en soi. On se demande, plus généralement, quel a été son interaction avec les différents métiers, ce qui commencerait par un recensement de ceux-ci. Qui sont les agronomes, sylviculteurs vietnamiens ? Qui sont les pépiniéristes, jardiniers ?

172Phạm Hoàng Hộ est un scientifique « moderne » au sens où il croit aux apports positifs de la science et que le scientifique ne doit pas se détacher des réalités. Parce qu’il est très attaché à son pays, il tient à rappeler ces réalités, notamment sous la forme de coutumes communes à tous les Vietnamiens. Il s’intéresse aux plantes de la médecine traditionnelle de manière moderne, en s’attachant à leur composition chimique, susceptible de servir. C’est dans cet esprit qu’il fait le lien entre tradition et science.

173Mais de quelle tradition s’agit-il ? On sait que Phạm Hoàng Hộ était un homme de terrain, bien que nous ne puissions rendre compte du détail de ses explorations. L’étendue de ses connaissances est le fruit du temps passé à sillonner le pays et à examiner sa Flore. Quel est son regard sur les gens dans leur rapport avec le monde végétal ? Nous, qui sommes d’une autre culture, aimerions le confronter au regard d’un ethnobotaniste comme Pierre Gourou, par exemple. Dans les écrits dont nous disposons, Phạm Hoàng Hộ ne parle pas des apports de la tradition paysanne, des savoirs de la médecine traditionnelle dont il ne cite que les usages. Il préfère apporter, lui, ses connaissances modernes à un public qu’il pense sensible à ses préoccupations. La teneur de sa sensibilité à la tradition, non pas urbaine mais des campagnes, demeure un mystère pour nous.

Conclusion

174Nous désirions nous attacher au parcours d’un grand scientifique vietnamien. Lorsqu’on évoque cette idée, quelques noms émergent immédiatement : Hoàng Xuân Hãn dans le domaine de la terminologie, Đào Văn Tiến en zoologie, Từ Giáng dans le domaine de la nutrition et Phạm Hoàng Hộ en botanique. Mais les informations biographiques sur Phạm Hoàng Hộ sont rares, et il a été plus aisé de se pencher sur ce qu’il considère comme son œuvre majeure, sa Flore illustrée du Viêt Nam. Nous avons voulu montrer quelle est la place de cette œuvre dans un pays où la littérature botanique est récente, et comprendre les motivations de l’auteur puis les choix faits pour la composition de cette Flore.

175Nous pensons que Phạm Hoàng Hộ a satisfait à la fois le désir de permettre à un large public de reconnaître les végétaux du pays et son ambition scientifique.

176Comme il le dit lui-même, cette Flore est une flore pratique, où les dessins jouent un grand rôle, rassemblant les informations de manière concise, accessible au public du pays, et son succès est attesté par le nombre de ses éditions.

177Elle divulgue peu sur le métier de botaniste, pourtant elle porte en elle les objectifs du systématicien, puisque l’auteur s’est confronté à un important travail de dénomination savante.

178Il faut dire enfin que les systématiciens s’accordent tous sur le fait que le travail de recensement de la flore de ce pays est immense et qu’il y a trop à faire pour cette communauté scientifique, dont l’effectif à tendance à diminuer, parce que la formation est longue (une vingtaine d’années ! dit-on, pour parvenir à être un expert en reconnaissance des plantes) et que les techniques d’identification se modifient. Dans ce contexte, il semble important qu’il y ait eu un botaniste, un individu, tel que Phạm Hoàng Hộ, pour se livrer à un travail de description – aussi exhaustif que possible – de la flore, démontrant par là même sa connaissance de l’ensemble de la végétation nationale et pas seulement de certains de ces aspects. Avec cette Flore, on est loin du travail collectif des communautés internationales et de leur procédures collectives de nomenclature. Pour elles, chaque nom botanique latin porte le poids d’une forme de justice potentielle, rendue à ses contributeurs depuis 1753, ce qui lui donne une stabilité. Qu’adviendra-t-il des dénominations crées par Phạm Hoàng Hộ ?

Haut de page

Bibliographie

BEZANÇON, Pascale, 1997, « Un enseignement colonial : l’expérience coloniale en Indochine (1860-1945) », thèse de doctorat de l’université de Paris VII.

BONNIER, Gaston & Georges de LAYENS, 1887, Flore complète portative de la France, de la Suisse et de la Belgique, Paris : Librairie générale de l’enseignement.

BONNIER, Gaston, 1990, La grande Flore en couleurs de Gaston Bonnier, réédition de la Flore complète illustrée en couleurs de France, de Suisse et de Belgique, Paris : Belin.

CROZET, Pascal, 1995, « La trajectoire d’un scientifique égyptien au xixe siècle. Mahmûd al-Falakî (1815-1885) », in Entre réforme sociale et mouvement national : Identité et modernisation en Égypte(1882-1962) (actes du colloque « Réforme sociale en Egypte », Le Caire, 1992), Alain Roussillon, éd., CEDEJ - Égypte/Soudan, p. 285-309, consultable sur .

ĐINH Trọng Hiếu, 1976-1977, « Les dénominations botaniques en vietnamien », Cahiers d’études vietnamiennes, 3 : 17-52.

ĐO Khe Ba, 1993, « The Difficult Path toward an Integrated University and Community College System in Viêt Nam », http://daihoc.tripod.com/

MÉTAILIÉ, Georges, 2003, « Les noms français des plantes chez les botanistes français », in Plantes, sociétés, savoirs, symboles. matériaux pour une ethnobotanique européenne (Actes du séminaire d’ethnobotanique de Salagon, vol. 1.), Pierre Lieuthagi & Danielle Musset, éd., Les cahiers de Salagon, 8 : 105-118.

PHẠM Hoàng Hộ, 1999 [4e éd.], Flore illustrée du Viêt Nam (Cây cỏ Việt Nam), Viêt Nam : Éditions de la Jeunesse.

RAYNAL-ROQUES, Aline, 1994, La botanique redécouverte, Paris : Belin.

RUSCIO, Alain, éd., 1989, Viêt Nam : l’histoire, la terre, les hommes, Paris : l’Harmattan.

TRỊNH Văn Thảo, 1990), « Viêt Nam : du confucianisme au communisme », Paris : l’Harmattan.

Haut de page

Note de fin

1 Selon les dires d’une de ses assistantes à l’université de Cần Thơ.

2 Un systématicien m’a dit avoir une fois, au cours de sa longue carrière, rencontré un systématicien africain dont la perception des végétaux lui semblait profondément différente au point d’influencer sa pratique du métier de botaniste. Nous n’avons pas vraiment explicité la teneur de ces différences de pratique, mais cela serait fort rare.

3 Nous n’avons pas d’informations complémentaires sur cet ouvrage.

4 La mère de l’auteur de cet article.

5 Ainsi il aurait pu choisir d’écrire “Tai tượng” pour “Acalyphe”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thiên-Nga, « Le botaniste Phạm Hoàng Hộ et sa Flore illustrée du Viêt Nam, entre science et vulgarisation », Moussons, 24 | 2014, 217-252.

Référence électronique

Thiên-Nga, « Le botaniste Phạm Hoàng Hộ et sa Flore illustrée du Viêt Nam, entre science et vulgarisation », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 27 janvier 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/3139 ; DOI : 10.4000/moussons.3139

Haut de page

Auteur

Thiên-Nga

Lê Thiên-Nga est physicienne. Ancienne élève de l’École polytechnique, elle a ensuite vécu à l’étranger où elle s’est progressivement impliquée dans l’histoire des sciences : lors de son retour en France elle s’est inscrite au master d’histoire des sciences de Paris VII, durant lequel elle a pu travailler sur la biographie de Pham Hoang Hô, en parallèle de son activité de recherche.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page