Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Histoire de la diaspora Cam, Nicolas Weber

Paris, Les Indes Savantes, 2014, chronologie, bibliographie, glossaire, index des noms propres. Index des toponymes, 192 p.
Jean Baffie
p. 276-279
Référence(s) :

Nicolas Weber, Histoire de la diaspora Cam, Paris, Les Indes Savantes, 2014, chronologie, bibliographie, glossaire, index des noms propres, index des toponymes, 192 p.

Texte intégral

  • 1 N. Weber utilise la transcription proposée par le groupe de recherche animé d’abord par P.-B. Lafo (...)

1Cet ouvrage semble être issu d’une thèse intitulée « Contribution à l’étude des communautés cam en Asie du Sud-Est (Cambodge, Vietnam, Siam, Malaisie) : intégration politique, militaire et économique », soutenue en 2005 à l’Inalco. Le terme de diaspora a sans doute été préféré ici parce que le foyer initial de la population chame au Viêt Nam n’a pas été traité dans l’ouvrage contrairement à la thèse. Il s’agit donc des Chams1 d’Asie du Sud-Est en dehors du Viêt Nam.

2Cet ouvrage est clairement une étape importante dans la connaissance des Chams, car si ceux du Champa et du Viêt Nam ont été très largement étudiés dès la fin du xixe siècle par des savants prestigieux comme E. Aymonier, A. Cabaton, E.-M. Durand, L. Finot, G. Maspero, et plus récemment P.-B. Lafont, Po Dharma, P.-Y. Manguin, G. Moussay, les Chams établis dans les pays voisins sont moins connus même si des travaux d’étudiants ont été réalisés sur les Chams du Cambodge, notamment par A. de Féo et E. Stock.

  • 2 Dans ce glossaire et dans les index suivants, comme les mots chams sont donnés en lettres chames e (...)

3La chronologie (2 pages), la bibliographie très complète, avec une large mention de sources en vietnamien et en malais (22 pages), le glossaire des mots chams, vietnamiens, khmers et thaïs2 (6 pages) et les deux index (12 pages) en font un outil de référence désormais indispensable pour les étudiants comme pour les chercheurs.

4L’ouvrage comprend cinq chapitres de longueurs très inégales puisque le premier fait 5 pages, le deuxième 16 pages, le troisième 32 pages, le quatrième 51 pages et le cinquième 20 pages. Comme les chapitres deux, trois et quatre traitent des Chams au Cambodge (soit 99 pages), on peut en conclure qu’il s’agit très largement d’un livre sur cette population ; ce qui est fort logique puisque c’est de loin le pays où les Chams sont le plus nombreux, le Viêt Nam mis à part, bien évidemment. Mais pour mériter le terme – aujourd’hui galvaudé de diaspora – le livre aurait pu inclure un dernier chapitre sur les Chams d’Europe, d’Australie et d’Amérique du Nord. Le cas du royaume de Champassak au sud du Laos est un peu différent, mais la présence de Chams dans l’histoire ne fait guère de doute et les populations locales d’aujourd’hui sont sans doute pour une part d’entre elles des Chams laocisés (cf. Archaimbault 2014).

5Le premier chapitre est sans doute le plus nouveau puisqu’il concerne les Chams de l’île de Hainan, en Chine, ainsi que ceux du royaume de Đại Việt (xe-xve siècles). On sait rarement qu’en 986-988 des centaines de réfugiés chams s’installèrent dans l’île chinoise de Hainan. Malheureusement, les informations disponibles sont très parcellaires. Pour les Chams du royaume de Đại Việt, les éléments sont plus abondants, notamment en langue vietnamienne.

6Les trois chapitres suivants sur les Chams du Cambodge sont évidemment les plus complets. Le premier concerne la constitution de la communauté chame du Cambodge à partir du xie siècle et son intégration dans l’appareil d’État (p. 21-36). Les sources sont cependant plutôt décevantes puisqu’elles ne permettent pas de déterminer les facteurs précis ayant poussé les Chams à l’émigration. La pression du royaume viêt, généralement rendue responsable des migrations pour les périodes suivantes, paraît plus douteuse pour le xie siècle. Les données sont plus nombreuses et convaincantes à partir du xve siècle. Les annales khmères et des sources viêts expliquent notamment les raisons du départ d’environ cinq mille familles chames conduites par des descendants de la famille royale (p. 23). Aussi tard que dans les années 1820-1841 d’autres migrations eurent lieu vers le Cambodge suite notamment à une épidémie et à des campagnes de vietnamisation. Les Chams furent intégrés à trois niveaux : la cour, l’administration provinciale et l’armée.

7Le chapitre suivant (p. 37-68) traite de l’intégration des Chams dans la vie politique cambodgienne du xvie au xxe siècle. Le traitement pour la période la plus ancienne est remarquable, en revanche les indications pour les décennies les plus récentes sont assez décevantes. Ainsi pour la période de Norodom Sihanouk et de Lon Nol, traitée en deux pages (p. 61-63). Le nom de Lès Kosem est à peine mentionné (p. 62) alors que, des discussions que j’avais eues à la fin des années 1980 avec Po Dharma, le grand maître actuel des études chames en France, j’avais retenu que son rôle avait été loin d’être négligeable. La période depuis les Khmers rouges a droit à de plus amples développements, mais la source principale est un ouvrage de Ben Kierman disponible en langue française (Kierman 1998).

8Le chapitre quatre est le plus long (p. 69-119) et, de loin, le plus intéressant. Il donne de précieux détails jusqu’ici largement ignorés sur les Chams du Cambodge sous les dominations việt et française. Ici, l’historien montre toute sa virtuosité et l’étendue de son savoir en faisant usage d’une quantité impressionnante de sources : archives chames, vietnamiennes et françaises, bibliographie classique de langue française, mémoires d’étudiants… Ne serait-ce que pour ce chapitre, l’ouvrage aurait largement mérité sa publication. Il montre notamment comment les autorités vietnamiennes utilisèrent les Chams pour déstabiliser le pouvoir royal khmer. L’étude minutieuse des communautés chames de Tây Ninh et de Châu Ɖốc dans les territoires nouvellement annexés par les Vietnamiens est réellement d’un grand intérêt (p. 80-106).

  • 3 Il a lui-même publié dans le même ouvrage un article dans lequel il montrait une excellente connai (...)
  • 4 Les visites effectuées avec P.-B. Lafont et Po Dharma, puis seulement avec Po Dharma à la fin de l (...)

9Le chapitre cinq, enfin, traite des populations chames au Siam (p. 122-130) et en Malaisie (p. 131-139). Pour le Siam, Nicolas Weber utilise largement certains de mes travaux, publiés ou pas, et les éléments nouveaux sont donc relativement rares pour moi, même si j’ignorais, par exemple, cette ordonnance royale cambodgienne – prise entre 1890 et 1893 – exemptant d’impôt pour une durée de trois ans les Chams et Malais du Siam désirant retourner au Cambodge (p. 115). J’ai deux regrets toutefois : d’abord que N. Weber ait renoncé à couvrir les décennies les plus récentes et notamment ce que l’on peut appeler l’âge d’or de Ban Khrua, le village-quartier cham de Bangkok, lorsque les tisserands de soie se sont associés avec l’entrepreneur américain Jim Thompson pour relancer le tissage de la soie en Thaïlande et bien sûr la longue lutte des Chams pour la survie de leur quartier (1988-2001), sur lequel j’ai écrit un long article que N. Weber connaît assurément (Baffie 2003)3 ; ensuite, il faut mentionner d’autres villages chams, notamment dans la province de Trat à la frontière cambodgienne et peut-être même au sud d’Ayutthaya, même si les musulmans de certains quartiers disent ignorer leur origine4.

10La seconde partie de ce cinquième et dernier chapitre concerne, lui, la période la plus contemporaine de l’immigration chame en Malaisie et de l’influence malaise au Cambodge. Seul le premier paragraphe, en effet, évoque les liens anciens entre la Malaisie et le Champa, mais les données sont peu nombreuses. En revanche, N. Weber propose une très bonne synthèse sur l’accueil des Chams en Malaisie après 1975 ainsi que sur le renforcement de l’influence malaise dans le Cambodge d’aujourd’hui qui intéressera beaucoup les sociologues et les politistes spécialisés sur la Malaisie.

  • 5 Le mot isan (อีสาน, également écrit อีศาน) provient du mot sanscrit pour « nord-est ».

11La conclusion est un peu rapide et comporte au moins une erreur importante en évoquant les Isan musulmans du nord de la Thaïlande, alors que les Isan habitent bien évidemment le Nord-Est5 et sont bouddhistes pour la quasi-totalité d’entre eux. Mais cette conclusion a le mérite de donner ce qui aurait dû être le titre de l’ouvrage : « la diaspora cam en Asie du Sud-Est » (p. 142).

Haut de page

Bibliographie

ARCHAIMBAULT, Charles, 2014, « Chefferie Lao. Cosmogonies, Structures Religieuses et Rituel », in Bouddhas, Nāgas et Lieux de Mémoire en R. D. P. Lao. Essais à la mémoire de Charles Archaimbault suivis d’un inédit : Chefferie Lao. Cosmogonies, Structures Religieuses et Rituel, Jacques Lemoine & Bernard Formoso, éd., Bangkok, OI Publishing.

BAFFIE, Jean, 2003, « La lutte de Ban Khrua, village des Chams/Malais de Bangkok, contre la construction de l’autoroute » in Péninsule indochinoise et Monde malais : Relations historiques et culturelles. Centenaire de l’Ecole française d’Extrême-Orient, textes réunis par Po Dharma et Mak Phoeun, Kuala Lumpur. Ministry of Culture, Arts and Tourism, Malaysia/Ecole française d’Extrême-Orient, p. 15-73.

KIERNAN, Ben, 1998, Le génocide au Cambodge 1975-1979. Race, idéologie et pouvoir, Paris, Gallimard.

WEBER, Nicolas, 2003, « Ariya Tuen Phaow : le soulèvement anti-vietnamien d’un seigneur malais au Pānduranga-Campā à la fin du xviiie siècle » in Péninsule indochinoise et Monde malais : Relations historiques et culturelles. Centenaire de l’Ecole française d’Extrême-Orient, textes réunis par Po Dharma et Mak Phoeun, Kuala Lumpur, Ministry of Culture, Arts and Tourism, Malaysia/Ecole française d’Extrême-Orient, p. 127-166.

Haut de page

Note de fin

1 N. Weber utilise la transcription proposée par le groupe de recherche animé d’abord par P.-B. Lafont et Po Dharma (p. 7). Je préfère la transcription internationale, qui correspond également à celle en usage en Thaïlande et que j’ai toujours employée dans mes articles sur les Chams de Thaïlande.

2 Dans ce glossaire et dans les index suivants, comme les mots chams sont donnés en lettres chames et les mots vietnamiens sont également donnés en caractères chinois, l’auteur aurait pu faire appel à un thaïsant et à un khmérisant pour avoir les graphies thaïes et khmères.

3 Il a lui-même publié dans le même ouvrage un article dans lequel il montrait une excellente connaissance de la langue chame (Weber 2003).

4 Les visites effectuées avec P.-B. Lafont et Po Dharma, puis seulement avec Po Dharma à la fin de la décennie 1980, ont été très décevantes à cet égard, mais, de la même manière à Ban Khrua, au début de mes recherches en 1983, les résidents refusaient de s’identifier comme Chams.

5 Le mot isan (อีสาน, également écrit อีศาน) provient du mot sanscrit pour « nord-est ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Histoire de la diaspora Cam, Nicolas Weber », Moussons, 24 | 2014, 276-279.

Référence électronique

Jean Baffie, « Histoire de la diaspora Cam, Nicolas Weber », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 29 janvier 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/3167

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherches, IrAsia, CNRS-Aix-Marseille Université.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page