Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Atlas de l’Asie du Sud-Est. Les enjeux de la croissance, Hugues Tertrais avec la collaboration de Thibault Leroy, cartographie Cécile Marin et Mélanie Marie

Paris-Bangkok, Autrement-IRASEC, annexes, chronologie, bibliographie, 96 p.
Jean Baffie
p. 290-295
Référence(s) :

Hugues Tertrais, Atlas de l’Asie du Sud-Est. Les enjeux de la croissance, avec la collaboration de Thibault Leroy ; cartographie Cécile Marin et Mélanie Marie, Paris-Bangkok, Autrement-IRASEC, annexes, chronologie, bibliographie, 96 p.

Texte intégral

  • 1 Publié en 1934, l’ouvrage de Nguyen Van Huyen s’intitulait Introduction à l’étude de l’habitation (...)
  • 2 Le chapitre 23 est consacré à « l’Indochine » au sens large, comprenant la Birmanie, la Malaisie, (...)
  • 3 Dans des atlas publiés en 1866 et 1898, c’est toute l’Asie du Sud-Est insulaire, Philippines compr (...)

1La notion d’Asie du Sud-Est a été longue à s’imposer en France1. Lê Thành Khôi et Jacques Decornoy ont été parmi les premiers à populariser l’expression dans les décennies 1950-1960. En 1960, la VIe section de l’EPHE créa une chaire consacrée à « l’ethnologie et la sociologie de l’Asie du Sud-Est et du Monde Indonésien », qui donna naissance, deux ans plus tard, au CeDRASEMI, un centre de documentation et de recherche reprenant le même nom. On a peu noté que cet intitulé pouvait porter à confusion en suggérant que l’Indonésie ne se trouvait pas en Asie du Sud-Est. Un manuel de géographie de classe de cinquième datant de 1959 consacre un chapitre à « l’Asie du Sud-Ouest » mais ne parle à aucun moment d’une Asie du Sud-Est2. Les contours de l’aire ont de fait longtemps été flous. La Birmanie, liée administrativement à l’Inde, devait-elle être rattachée à l’Asie du Sud, les Philippines à l’Amérique latine ou à la Californie, le Viêt Nam au monde chinois, l’Indonésie, qui jouxte l’Australie, au Pacifique3 ? Pour ne citer que quelques exemples, le célèbre L’Asie du Sud-Est entre deux mondes de Tibor Mende, publié aux éditions du Seuil en 1954, commence par présenter une carte de l’Asie du Sud-Est qui commence au Pakistan mais exclut les Philippines (Mende 1954: 6). En revanche, dans sa non moins fameuse Géographie de l’Asie du Sud-Est, le Que sais-je ? n° 1242 (1re édition : 1967), Jean Delvert termine son introduction par : « humainement, le Viêt-nam nous paraît si différent des autres États que nous pensons légitime de ne pas l’étudier ici. » (Delvert 1967: 10). Depuis lors, de nombreux chercheurs se sont efforcés de trouver des éléments susceptibles de rassembler l’ensemble des pays de la région, sans résultats très convaincants.

  • 4 H. Tertrais avait déjà publié, en 2007, dans la même collection, un Atlas des guerres d’Indochine, (...)
  • 5 La seule carte où il est question de Sud-Est asiatique dans la Géographie de la population de J. B (...)

2Hugues Tertrais, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, directeur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine (CHAC), propose ici le premier atlas de l’Asie du Sud-Est en langue française4. La volonté est clairement une approche régionale plutôt qu’une collection de cartes thématiques de chacun des pays qui constitue la région comme c’est souvent le cas (cf. collectif 1989). L’atlas est divisé en quatre parties. La première de ces parties, intitulée « l’émergence d’une région » (p. 9-27), est nettement historique et géopolitique. Il faut signaler un développement utile sur le temple de Preah Vihear (p. 18-19) et diverses informations sur le concept d’Asie du Sud-Est lui-même et la construction de l’Asean. On peut toutefois regretter le traitement trop rapide de la diaspora chinoise (p. 14-15), alors qu’il s’agit là, notamment du point de vue démographique et économique, d’une grande spécificité de la région5.

3La deuxième partie (p. 28-45) veut montrer la diversité des situations, principalement des points de vue démographique, ethnolinguistique, religieux et politique. C’est sans doute celle qui comporte le plus de points contestables, voire d’erreurs. La carte (p. 32) montrant la diversité des écritures comporte une faute sur Ratcha-anachak thai et il aurait été préférable d’écrire le nom complet également pour les autres pays : Sathalanalat passathipatai passasson lao, Preăh réachéanachâkr Kâmpŭchea, Cộng hoà Xã hội Chủ nghĩa Việt Nam, plutôt que simplement Pathet lao, Kâmpŭchea, Việt Nam. Mais il s’agit sans doute tout simplement de donner des échantillons des écritures locales. En revanche, la carte sur les minorités au Myanmar (p. 35) confond division administrative et répartition ethnique et de nombreux groupes (Naga, Wa, etc.) n’apparaissent donc pas. Celle sur les religions (p. 37) semble indiquer que tous les habitants de la Chine, du Viêt Nam, de Taiwan sont des bouddhistes mahayanistes et qu’il n’y a que des musulmans en Malaisie. Mais il faut souligner l’intérêt d’autres cartes comme celle de la diaspora philippine dans le monde. Le développement sur les chemises rouges (p. 43) contient quelques contre-vérités : le mouvement des « chemises rouges » est né à la fin de l’année 2006 après la dissolution du parti Thai rak thai et a surtout fait parler de lui entre 2008 et 2010 ; en outre, le texte suggère que la popularité de Thaksin était surtout due à sa générosité en période électorale, ce qui est contestable.

  • 6 Ko ayant en langue thaïe le sens d’île, on ne peut écrire île Ko Tao ou île Ko Samui (donnée dans (...)
  • 7 Il est également un peu regrettable de se croire obligé de rendre Krung Thep par « ville des anges  (...)

4La dimension économique, traitée dans la troisième partie, se prêtait davantage aux représentations cartographiques. Elle est particulièrement réussie. Les développements sur la région du Grand Mékong, l’énergie, les transports, les investissements sont présentés très clairement et seront utiles, notamment aux étudiants. Les cartes sur les performances agricoles montrent la part des pays de l’Asie du Sud-Est dans les productions ou exportations de riz, huile de palme, sucre et café. Le sujet du tourisme a droit à un traitement un peu moins convaincant. Il est bien difficile à comprendre pourquoi Ko Tao et Ko Phi Phi6 sont deux des trois (avec Chiang Mai) principaux lieux d’attraction en Thaïlande. Dépourvue d’un commentaire suffisamment développé, la carte sur les flux de touristes (p. 61) n’est guère utile. Elle montre que les touristes intra-Asean sont particulièrement nombreux pour la Malaisie et pour la Thaïlande alors que dans les deux cas il s’agit de tourismes de week-end bien spécifiques : le tourisme sexuel des Malaisiens dans le sud de la Thaïlande et le tourisme de fin de semaine des Singapouriens un peu à l’étroit dans leur île-État. Le chapitre sur l’urbanisation m’a particulièrement intéressé mais j’aurais été intéressé de connaître la source permettant de soutenir que l’agglomération de Bangkok7 rassemblerait 19 millions de personnes (p. 62). Même en comptant les cinq provinces entourant la ville, le compte me semble loin d’y être.

5La quatrième et dernière partie, sur les enjeux maritimes, est la plus originale et peut-être la plus intéressante par son actualité. Il faut se rappeler qu’Hugues Tertrais a dirigé, en 2011, un ouvrage sur La Chine et la mer dont le sous-titre était « Sécurité et coopération régionale en Asie orientale et du Sud-Est » (Tertrais 2011). La carte sur l’imbroglio en mer de Chine (p. 73), une des rares à occuper une page entière, est tout particulièrement utile pour celui intéressé par l’actualité ; elle doit être abordée avec celle de la page 83 sur les « tensions maritimes ». Les cartes sur la piraterie, les hydrocarbures off-shore et les ressources halieutiques étaient attendues ; elles complètent bien un texte certes synthétique mais largement suffisant.

6La conclusion peut laisser quelque peu dubitatif. Il est dit que les grandes puissances démographiques du futur seront l’Indonésie (mais c’est déjà le cas) et les Philippines (p. 84). On est alors en droit de s’étonner du peu de place accordé à ce dernier pays dans cet atlas.

  • 8 La photo n’est d’ailleurs pas identifiée.

7La réalisation technique de cet atlas est tout à fait acceptable. Seules les cartes de la page 43 auraient pu être rendues plus lisibles. Les extraits de textes écrits par d’autres spécialistes dans des encarts intitulés « verbatim » sont presque toujours d’un grand intérêt. Les annexes statistiques sont des repères utiles. En revanche, la chronologie (p. 90-92) et la bibliographie (p. 93-95) auraient aisément pu être améliorées. Cette dernière privilégie les publications réalisées par les chercheurs associés à l’Irasec de Bangkok, mais aurait tout de même pu reprendre les excellents atlas de pays réalisés par d’autres chercheurs français comme Christian Taillard sur le Viêt Nam et le Laos, sur la Thaïlande, Doryane Kermel-Torrès sur la Thaïlande, Rodolphe de Koninck sur Singapour. Donner une filmographie est une bonne idée, mais elle ne retient que huit titres qui n’ont guère de liens avec le propos de cet atlas. Enfin, pour un atlas plutôt orienté vers l’économie, la géopolitique et les enjeux maritimes, la couverture déroute passablement, le lecteur s’attendrait plutôt à trouver une illustration de cette croissance, mentionnée en sous-titre, plutôt qu’un paisible pêcheur du Lac Inle en Birmanie, mais sans doute est-ce une allusion à l’intérêt touristique de la région8.

  • 9 Certains sont destinés à un public de scolaire et n’ont qu’un intérêt limité pour le chercheur ; d (...)

8S’il n’existait pas encore d’Atlas de cette région en français, il en existait un petit nombre en anglais. J’en ai retrouvé quatre publiés entre 1965 et 2003 (cf. Hall, Barton, Kingsbury et Showalter, Pluvier, Cribb et Hoadley) qui auraient également pu être mentionnés. Les plus ambitieux furent ceux de Randwijk et Willems (1965) et de Pluvier (1995). Le premier est essentiellement géographique et ne donne que neuf cartes thématiques couvrant l’ensemble de la région sud-est asiatique tandis que le second est uniquement historique et beaucoup plus ambitieux avec de longs commentaires pour chacune des 64 cartes. Et même s’il n’est pas nécessaire, ici, de recenser la totalité des atlas, dans toutes les langues – dont les langues asiatiques – couvrant un pays, un groupe de pays ou l’ensemble du continent asiatique, il convient de signaler, sinon leur profusion, du moins leur relative abondance9.

  • 10 On trouve une publicité pour l’Atlas de l’Asie du Sud-Est dès la page 2. Notons que celle-ci annon (...)

9Aujourd’hui, les cartes et les atlas sont à la mode. L’émission sur Arte de Jean-Christophe Victor « Le dessous des cartes » est populaire depuis plus d’une douzaine d’années. Le magazine bimestriel Carto, le monde en cartes propose de « lire l’actualité du monde grâce aux cartes ». Il a déjà publié 24 numéros. Les éditions « La Découverte » ont consacré une série de six volumes aux « Atlas des peuples ». La Vie et Le Monde alimentent régulièrement une collection très intéressante d’atlas (des religions, des civilisations, des migrations, des mondialisations, des minorités). Le Monde diplomatique a publié au moins deux atlas, dont le premier fut publié en huit langues et tiré à plus de 400 000 exemplaires (Ramonet 2006: 7). Même le Courrier international a publié au printemps 2008 un intéressant Atlas du terrorisme. Il convient en outre de signaler la diffusion en août 2014 du numéro 402 de la revue L’Histoire consacré à un « Atlas des mondes de l’Asie ». Comme l’aire couverte va du Pakistan (voire de la Turquie) au Japon, cela permet une bonne contextualisation et complète utilement l’atlas d’Hugues Tertrais même s’il est beaucoup plus historique que géopolitique ou géoéconomique10.

  • 11 Les articles de Philippe Rekacewicz dans Le Monde diplomatique sont également très éclairants (200 (...)
  • 12 Il faut ainsi annoncer clairement que si pour quelques pays d’Asie du Sud-Est (Malaisie, Singapour (...)

10Car, comme les cartes peuvent avoir un pouvoir de fascination tout particulier, il est important de multiplier les sources cartographiques lorsque l’on aborde un phénomène. Notamment depuis l’ouvrage de Mark Monmonier (disponible en français depuis 1993), on sait que « le mensonge est facile avec les cartes » (Guermond 1994: 27911). C’est ainsi que je commence généralement mon cours sur les diasporas chinoises dans le monde à l’université d’Aix-Marseille par commenter et critiquer une dizaine de cartes montrant la distribution des Chinois à travers le monde12.

11Comme l’atlas d’Hugues Tertrais s’inscrit dans une collection des Éditions Autrement, la critique ne peut lui être faite directement. L’ouvrage qu’il a produit restera longtemps une référence incontournable qu’il faudra régulièrement mettre à jour.

Haut de page

Bibliographie

ANONYME, 1977, แผนที่ประกอบอักขรานุกรมภูมิศาสตรไทยฉบับรบัณฑิตยสถาน (phaenthi prakop akkharanukrom phummisat thai chabap ratchabandit sathan), Bangkok.

BARON, Etienne, 1959, Le Monde moins l’Europe, classe de cinquième, Paris : Les Éditions de l’École.

BARTON, Thomas F., Robert C. KINGSBURY & Gerald R. SHOWALTER, 1970, Southeast Asia in Maps, Chicago : Denoyer-Geppert.

BEAUJEU-GARNIER, J., 1958, Géographie de la population, Paris : Editions M. Th. Génin.

COLLECTIF, 1989, Grand atlas universel : Asie, Editions Maildex, Christophe Colomb, 192 p.

COLLECTIF, 2014, Inde – Chine. Atlas des Mondes de l’Asie, « Les atlas de L’Histoire », L’Histoire, 402 (août).

CRIBB, Robert & Mason HOADLEY, 2003, The Palgrave Concise Historical Atlas of South East Asia, New York : Macmillan.

DE KONINCK, Rodolphe, 1993, Singapour : un atlas de la révolution du territoire : Singapore : an atlas of the revolution of territory, Montpelier : Groupement d’intérêt public RECLUS, « Collection territoires ».

DELVERT, Jean, 1967, Géographie de l’Asie du Sud-Est, Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? », 1242 (1re édition).

DUNAN, Maurice, 1898, Atlas général des cinq parties du monde, Paris : Société française d’imprimerie et de librairie.

FIFIELD, Russell H., 1984, « “Southeast Asia and ASEAN” as Regional Concepts », in Southeast Asian Studies. Options for the Future, Ronald A. Morse, éd., Lanham : Report of a Conference at the Wilson Center (mars), p. 125-128.

KERMEL-TORRÈS, Doryane, éd., 2004, Atlas de Thaïlande, structures spatiales et développement, Paris : CNRS-Libergéo/La Documentation Française-IRD, coll. « Dynamiques du Territoire-Reclus ».

KING, Victor T., 2001, « Southeast Asia : An Anthropological Field of Study ? », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 3 : 3-32.

KING, Victor T. & William D. WILDER, 2003, The Modern Anthropology of Southeast Asia : An Introduction, Londres : Routledge Curzon, Taylor and Francis.

KRATOSKA, Paul H., Remco RABEN & Henk SCHULTE NORDHOLT, 2005, « Locating Southeast Asia », in Locating Southeast Asia : Geographies of Knowledge and Politics of Space, Paul H. Kratoska., Remco Raben & Henk Schulte Nordholt, éd., Singapour : Singapore University Press/National University of Singapore, p. 1-19.

MENDE, Tibor, 1954, L’Asie du Sud-Est entre deux mondes, Paris : Le Seuil, coll. « Esprit, Frontière ouverte ».

MONMONIER, Mark, 1993, Comment faire mentir les cartes, ou du mauvais usage de la géographie, Paris : Flammarion (traduction de How to lie with maps, university of Chicago Press, 2e édition révisée : 1996).

NGUYEN Van Huyen, 1934, Introduction à l’étude de l’habitation sur pilotis en Asie du Sud-Est, Paris : Paul-Geuthner.

OWEN, Norman G., 2014, « In search of Southeast Asian history », in Routledge Handbook of Southeast Asian History, Norman G. Owen, éd., Londres : Routledge, Taylor and Francis, p. 1-11.

PÉRIGOT, Ch., 1866, Petit atlas de géographie contemporaine à l’usage de tous les établissements d’instruction publique et des écoles primaries, Paris : Ch. Delagrave.

PLUVIER, Jean, 1995, Historical Atlas of South-East Asia, Leiden-New York : E. J. Brill.

RANDWIJK, H. M. van & G. F. Willems, éd., 1965, Atlas of Southeast Asia Djambatan-Amsterdam : Macmillan, c.r. par Denys Lombard dans le Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 1969, 55 : 260-263.

REKACEWICZ, Philippe, 2006, « La cartographie, entre science, art et manipulation », Le Monde diplomatique (février).

REKACEWICZ, Philippe, 2013, « Cartographie radicale », Le Monde diplomatique (février).

TAILLARD, Christian et VU Tu Lap, 1993, Atlas du Viêt-nam, Paris/Montpellier : La Documentation Française-RECLUS, coll. « Dynamiques du territoire », 308 cartes, trilingue français, vietnamien, anglais.

TAILLARD, Christian et Bounthavy SISOUPHANTHONG, 2000, L’Atlas de la République Démocratique Populaire Lao : les structures territoriales du développement économique et social, Paris/Montpellier : La Documentation Française-RECLUS, coll. « Dynamiques du territoire », 299 cartes, pour l’édition française et l’édition lao, Copenhague/Chiang Mai : Nordic Institute of Asian Studies/Silkworm, pour l’édition anglaise.

TERTRAIS, Hugues, 2007, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990, de l’Indochine française à l’ouverture internationale, préface de Pierre Schoendoerffer, cartographie de Krystyna Mazoyer/Paris : Éditions Autrement.

TERTRAIS, Hugues, éd., 2011, La Chine et la mer : sécurité et coopération régionale en Asie orientale et du Sud-Est, Paris : l’Harmattan.

Haut de page

Note de fin

1 Publié en 1934, l’ouvrage de Nguyen Van Huyen s’intitulait Introduction à l’étude de l’habitation sur pilotis en Asie du Sud-Est, toutefois dans le texte il est plus souvent question du « Sud-Est de l’Asie » que d’« Asie du Sud-Est » et la grande carte de la région a pour nom « extension approximative des maisons sur pilotis en Asie Sud-Orientale » (Nguyen 1934). Pour le monde anglo-saxon, il faut signaler l’article de Victor T. King dans le numéro 3 de Moussons dans lequel il examine la pertinence du concept d’Asie du Sud-Est pour les anthropologues (King 2001) et le premier chapitre de l’ouvrage qu’il publia en 2003 avec William Wilder dont le titre est à peu près identique (King & Wilder 2003: 1-24). La contribution de Kratoska, Raben et Nordholt est également d’un grand intérêt (2005: 1-19). On trouvera un point de vue de politologue chez Fifield (1984: 125-128) et celui d’un historien chez Norman G. Owen (2014: 1-11).

2 Le chapitre 23 est consacré à « l’Indochine » au sens large, comprenant la Birmanie, la Malaisie, la Thaïlande, le Cambodge, le Laos et le Viêt Nam, tandis que le chapitre 24, intitulé « L’Insulinde ou Indonésie », couvre l’Indonésie et les Philippines (Baron 1959: 196-208).

3 Dans des atlas publiés en 1866 et 1898, c’est toute l’Asie du Sud-Est insulaire, Philippines comprises, qui est rattachée à l’Océanie (Périgot 1866, pl. 20 ; Dunan 1898, 90-91). C’était encore le cas dans le Bulletin de la Société de géographie de Marseille du 4e trimestre 1905 (XXIX, 4: 448-449).

4 H. Tertrais avait déjà publié, en 2007, dans la même collection, un Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990.

5 La seule carte où il est question de Sud-Est asiatique dans la Géographie de la population de J. Beaujeu-Garnier de 1958 est celle qui présente la répartition des Chinois et des Hindous (sic) (1958, 337).

6 Ko ayant en langue thaïe le sens d’île, on ne peut écrire île Ko Tao ou île Ko Samui (donnée dans la carte de la page 60 sous la forme Samiu).

7 Il est également un peu regrettable de se croire obligé de rendre Krung Thep par « ville des anges », traduction vraisemblablement avancée par des missionnaires. Si on souhaite vraiment un équivalent français, il serait préférable de traduire par « capitale céleste » ou « capitales des divinités ».

8 La photo n’est d’ailleurs pas identifiée.

9 Certains sont destinés à un public de scolaire et n’ont qu’un intérêt limité pour le chercheur ; d’autres sont plus intéressants mais sont peu ou pas diffusés, c’est le cas des atlas publiés par des organisations internationales, des organismes militaires, ou de certains atlas publiés en langues vernaculaires (cf., pour le thaï, anonyme 1977).

10 On trouve une publicité pour l’Atlas de l’Asie du Sud-Est dès la page 2. Notons que celle-ci annonce 100 cartes alors que la page quatre de couverture de l’Atlas précise « 80 cartes et infographies ».

11 Les articles de Philippe Rekacewicz dans Le Monde diplomatique sont également très éclairants (2006, 2013).

12 Il faut ainsi annoncer clairement que si pour quelques pays d’Asie du Sud-Est (Malaisie, Singapour) le nombre de Chinois est donné après un réel recensement, pour la plupart des pays il ne s’agit que d’estimations à partir de recensements souvent partiels datant parfois d’un demi-siècle. Il n’est en outre pas neutre – comme c’est fréquemment le cas – de faire figurer la population de Taiwan, de Hong Kong et de Macao comme appartenant à cette diaspora des Chinois de l’étranger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Atlas de l’Asie du Sud-Est. Les enjeux de la croissance, Hugues Tertrais avec la collaboration de Thibault Leroy, cartographie Cécile Marin et Mélanie Marie », Moussons, 24 | 2014, 290-295.

Référence électronique

Jean Baffie, « Atlas de l’Asie du Sud-Est. Les enjeux de la croissance, Hugues Tertrais avec la collaboration de Thibault Leroy, cartographie Cécile Marin et Mélanie Marie », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 29 janvier 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/3177 ; DOI : 10.4000/moussons.3177

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherches, IrAsia, CNRS, AMU, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page