Navigation – Plan du site
In memoriam

In memoriam – Christian Pelras (1934-2014)

Antonio Guerreiro
p. 5-12

Texte intégral

1Directeur de recherches honoraire au CNRS depuis 1999, docteur en ethnologie (3e cycle), membre des comités de rédaction d’Archipel, d’Eurasie et de Moussons, membre du comité éditorial du Bulletin de l’EFEO.

2Christian Pelras est né le 17 août 1934 à Draveil (Essonne), dans une famille modeste, son père était agent de police et sa mère secrétaire. Il laisse un fils, Frédéric, et deux petits-enfants. Il nous a quittés le 19 juillet 2014 dans sa quatre-vingtième année. Il a été inhumé le 25 juillet en Alsace, au cimetière du village de Bitschwiller-lès-Thann, près de la maison familiale de son épouse. Souffrant de graves problèmes de santé, depuis 2011 il était résident d’une maison de retraite médicalisée située à Fontenay sous-Bois.

3Sa formation initiale comprenait des études littéraires classiques – français-latin-grec (hypokhâgne et khâgne) –, puis un nombre de disciplines en sciences humaines et sociales : sociologie, psychologie sociale, histoire des religions qu’il avait étudiées à l’université de Paris. Il se spécialisa ensuite en ethnologie au Musée de l’Homme, plus précisément au Centre de formation aux recherches ethnologiques, le CFRE. Enfin, il suivra une année de cours de malais-indonésien à l’École des Langues Orientales, avant son premier départ pour ce pays.

  • 1 Un fonds Christian Pelras – il s’agit surtout des sources indonésiennes (bibliothèque) – a été dép (...)

4Si Christian Pelras était surtout connu comme une autorité sur les Bugis de Célèbes (Sulawesi) en Indonésie, une population de marins et d’agriculteurs qui a essaimé dans l’archipel insulindien ou Nusantara, il avait une double spécialisation en tant qu’européaniste et indonésianiste, à côté d’autres intérêts scientifiques. Pendant quarante ans (circa 1960-2001) Christian Pelras a été actif au Musée de l’Homme et au sein d’équipes de recherches du CNRS – en tant que directeur de DEVI (Dynamique, Espace, Variation en Insulinde), 1984-1991, et co-directeur du LASEMA, 1991-1994, et du conseil de ce laboratoire –, ainsi qu’à l’association Archipel, dont il était membre fondateur et membre du comité de rédaction de la revue (avec Denys Lombard et Pierre Labrousse depuis 1970). L’ayant connu depuis les années 1980 et bénéficié de ses conseils pour mes collectes de terrain ainsi que lors de mes recherches dans les collections d’Insulinde du musée (départements d’Asie et d’Océanie), je peux témoigner de sa générosité et de sa passion dans ces activités. Il m’a également transmis lors de nos rencontres nombre de documents sur l’histoire des collections et leur contexte culturel, notamment dans le cadre de la préfiguration du musée du quai Branly, entre 1999 et 2002. Nous avons été aussi collègues au sein de la Société des études euro-asiatiques (SEEA) au Musée de l’Homme, créé en 1977, où il a occupé successivement les fonctions de secrétaire-général, de trésorier-adjoint, de vice-président et d’archiviste avant qu’elle ne parte s’installer au musée du quai Branly (2006). Il faut ajouter que de 1979 à 1999, année de son départ à la retraite, il était conseiller scientifique, à titre bénévole, pour les collections d’Insulinde du département d’Océanie. Je reviendrai sur les principales étapes de la carrière scientifique de Christian Pelras, notamment les études sur la technologie et la culture matérielle, le monde rural français, les Austronésiens, dont il était l’un des spécialistes les plus marquants en France. Il est l’auteur de très nombreux articles et ouvrages, dont avons indiqué les plus importants en fin d’article1. Cette évocation de son œuvre revient sur son itinéraire hors du commun dans la recherche sur l’Asie du Sud-Est.

5À partir de 1959, Christian Pelras effectue un premier terrain ethnologique en France : l’étude de la vie communale et des relations sociales, du xixe siècle au présent, dans une commune des Vosges alsaciennes (approche monographique pour le présent, exploitation des archives communales et départementales ainsi que de la presse locale pour le passé) : un travail poursuivi de façon discontinue jusqu’en 1967 et ayant donné lieu à des exposés mais non à des publications. Et la même année, il débute une recherche sur le tissage en Insulinde. Il commence par un inventaire et une analyse technologique des métiers à tisser en provenance de cette région conservés au Musée de l’Homme (1959-60), qu’il poursuit au Musée national de Jakarta (1960-61) et dans les musées ethnographiques de Bâle (1966), Amsterdam (1966), Leiden (1966, 1975), Göteborg (1970), Rotterdam (1975), Vienne (1986) et Delft (1987). Les recherches ethnographiques menées par Chistian Pelras révèlent qu’elles associent enquêtes de terrain et étude des archives, des collections et des sources publiées.

  • 2 Voir Cuisinier, Jeanne, 1999, Journal de Voyage : Malaisie (1933), Indonésie (1952-1955), Paris : (...)

6Son premier contact avec l’Indonésie a lieu à l’occasion d’un séjour de plus de 15 mois en Indonésie (1960-1961) avec son épouse Marie-Thérèse, grâce à une bourse indonésienne du ministère de l’Éducation et de la Culture (Departemen Pendidikan. dan Kebudayaan), qui lui a été proposée par Hélène Balfet, responsable du département de technologie comparée du musée. Avant leur départ, Christian et Marie-Thérèse Pelras se sont initiés à l’ethnologie de l’Indonésie sous la houlette de Louis Berthe (1927-1968), l’un des rares ethnologues spécialisés sur cette aire à l’époque, à côté de Jeanne Cuisinier2. Christian Pelras effectuera des enquêtes ethnographiques à Bali et en Pays sundanais à Banten, et sur la piste des mystérieux Baduy. Il suivra également des cours d’ethnologie et d’histoire à l’université d’Indonésie (Universitas Indonesia) où il rencontre Jan Avé et d’autres enseignants, dont Bachtiar Arsja et Sutjipto Wirjosuparto. Ce premier séjour du jeune couple, dans des conditions exceptionnelles, après un long voyage par bateau de Gênes à Jakarta sur le Warisono, lui permet de rencontrer un grand nombre d’indonésiens de tous les milieux socio-culturels, des universitaires aux paysans. À Jakarta, ils seront logés chez une famille ambonaise où ils découvrent les particularismes des habitants des « îles aux épices ». Mais c’est à l’occasion d’une mission en Malaisie (1967), où il mène une enquête sur le tissage, qu’il fait la rencontre des Bugis de la diaspora, début d’un travail monographique à longue haleine qu’il poursuivra à Célèbes et ailleurs en Indonésie. Il mènera ses enquêtes lors de missions puis à l’occasion d’un plus long séjour, de 1978 à 1979, en tant que directeur adjoint du Centre d’entraînement aux recherches en sciences sociales (PusatLatihan Penelitian Ilmu-ilmu Sosial), de l’université Hasanuddin, à Ujungpandang (aujourd’hui redevenue Makassar). À cette occasion, il a lié des liens chaleureux avec ses collègues chercheurs et universitaires, et également lors des séjours ultérieurs dans la région (Universiti Kebangsaan, Bangi, Malaisie), à l’ISEAS (Singapour), en Australie (Australian National University, Canberra) et en Europe (Lisbonne, Leyde), au cours des années 1980-1990.

7Il débute officiellement sa carrière scientifique comme stagiaire de recherche au Muséum national d’Histoire naturelle en 1962-1964 (Centre de recherches anthropologiques du Musée de l’Homme), chargé de l’étude monographique de la commune de Goulien, dans le Finistère-sud, ce dans le cadre d’un vaste projet dit des « enquêtes de Pont-Croix », sous la direction de Robert Gessain (1907-1986). Ce travail était destiné à fournir des éléments de comparaison aux recherches pluridisciplinaires menées à cette même époque à Plozévet ; il aboutira à une thèse de troisième cycle en ethnologie et aura des suites : de 1962 à 1966 l’étude de la commune de Goulien sera poursuivie après la soutenance (1965) et la publication de la thèse (1966), par des enquêtes complémentaires réalisées en 1969, 1970 et 1974 dans la perspective d’une deuxième étude qui aurait tiré parti de nombreuses informations non utilisées dans la thèse. Ce projet, de même que l’achèvement des recherches en Alsace et le choix d’un nouveau terrain en France n’ont pu aboutir faute de possibilité de prise en charge par un autre laboratoire que le CeDRASEMI. Finalement, c’est la retraite venue, grâce à un financement de l’Institut culturel de Bretagne, qu’il mènera une « nouvelle » recherche à Goulien. Elle aboutira à la réédition de la thèse de 1966, et à la publication de Goulien, an 2000 et à la réalisation d’une cassette vidéo intitulée « Goulien, le retour ».

8En 1966, il est recruté comme attaché de recherche au CNRS et affecté sous la direction d’André Leroi-Gourhan (1911-1986), au Laboratoire d’ethnologie du Musée de l’Homme (département de technologie comparée). À partir de 1965, il est également affilié au Centre de documentation et de recherche sur l’Asie du Sud-Est et le monde insulindien (CeDRASEMI), dirigé par Georges Condominas (1924-2012) – le CeDRASEMI constituant alors une Recherche Coopérative sur Programme (R.C.P.) ayant pour objectif principal l’établissement d’un Atlas ethnolinguistique de l’Asie du Sud-Est continentale et insulaire. À partir de 1971, lorsque ce centre a été constitué en Laboratoire associé EHESS/CNRS, Christian Pelras est affecté de façon exclusive au CeDRASEMI jusqu’à sa dissolution en 1984. Pelras a été enseignant, chargé de cours, à intervalles réguliers à l’université, dont l’INALCO, à l’EHESS, au Muséum et il a donné de nombreux séminaires et cycles de conférences, y compris des conférences « grand public » et des entretiens à la radio et à la télévision. Plus tard, il a été associé au projet de l’homme de théâtre américain Bob Wilson dans le cadre de la mise en scène de l’extraordinaire épopée bugis, « I La Galigo » à Singapour, Barcelone et Fourvière, près de Lyon (2004).

9À l’occasion des recherches menées chez les Bugis de Malaisie péninsulaire et de Célèbes, des visites donnant lieu à des enquêtes brèves, à la récolte d’information de première main sur les techniques et la vie matérielle, particulièrement le tissage, à des recueils de données ethnolinguistiques, à des enregistrements sonores, à de la documentation photographique ou à des collectes d’objets ethnographiques, ont été rendues aux groupes voisins des Bugis. On peut citer en Malaisie, les Duano (ou « gens des estuaires ») et les Orang Selétar (ou « gens de la mangrove ») et en Indonésie, les Bajo (ou « gens de la mer »), les Makassar (et particulièrement les gens de Kajang (communauté très conservatrice), les Mandar, les To Endékan, les To Duri et les Toraja, en essayant de repérer les critères qui fondent leur identité à leur propres yeux comme à ceux d’autrui. C’est dans cette optique, qu’il avait entrepris à partir de 1972 une étude de la diaspora Bugis en Malaisie et à Singapour et de leur « malayisation », étude intégrée dans une problématique plus générale, s’appuyant d’une part sur des données comparatives tirées de la bibliographie concernant d’autres diasporas malaises, et d’autre part sur une réflexion sur les identités, qui sera entre autres reprise collectivement au sein de l’équipe DEVI (voir Pelras 1995). La monographie des Bugis – 1996, révisée dans la version en Bahasa de 2005 – resitue exhaustivement ce peuple dans l’histoire de Célèbes ainsi que dans son rapport avec les sociétés voisines.

10Pour Christian Pelras, l’excellent moyen de prise de contact que constituaient les enquêtes technologiques et la collecte d’objets, accompagnées de recueil de vocabulaires et de l‘exécution de croquis, lors de visites brèves ou au début de séjours prévus pour durer plus longtemps, et par la suite la collecte systématique, peut amener à découvrir des faits dont on n’aurait pas idée a priori. Tandis que l’enquête technologique peut être un moyen privilégié pour atteindre des données moins accessibles de l’ordre du rituel, des représentations et de la symbolique. Cependant, pour être pleinement productive, la recherche concernant les faits matériels et techniques ainsi que la technologie comparée n’ont pas moins besoin de support théorique que celles concernant la parenté, le pouvoir, ou les systèmes économiques. D’où un intérêt très tôt développé pour les questions de typologie et de classification, nécessaires pour pouvoir comparer des faits comparables, soit pour aboutir à une systématique, soit pour permettre des identifications et préciser les critères d’un éventuel style ethnique, soit pour mettre en évidence et éclairer les processus de changement par innovation, évolution, diffusion, emprunt, en fournissant ainsi un outil fiable d’analyse pour la recherche ethnologique. C’est ce qui a été tenté par Christian Pelras à l’occasion de ses travaux sur le tissage en Insulinde, pour aboutir à une classification des métiers à tisser fondée sur la méthode des « degrés du fait » mise au point par Leroi-Gourhan, la même méthode étant appliquée par la suite à la cuisine, à l’architecture et à d’autres champs. Elle devait révéler les composantes d’une culture austronésienne ancienne et ses adaptations historiques dans la longue durée.

11D’un point de vue méthodologique, la perspective choisie par Christian Pelras sous-tend une prise de conscience de ce que tout fait culturel ou social étudié, qu’il soit perçu comme traditionnel ou moderne, est le résultat momentané d’un processus plus ou moins lent ou plus ou moins rapide, et qu’il est appelé à se modifier dans le temps : d’où l’intérêt de recherches inscrites dans la durée, de retours sur un ancien terrain, de visites rendues en des lieux autrefois étudiés par d’autres chercheurs. Il suppose un dialogue ouvert avec diverses disciplines des sciences humaines et sociales : histoire sociale et culturelle, géographie humaine, sociologie rurale et religieuse, science des religions (religions ethniques, hindouisme, islam), études littéraires, linguistique. Cette ethnologie globale, inspirée par le concept maussien du « fait social total » se veut aussi un dialogue entre « l’exotique et le quotidien » suivant l’idée de Georges Condominas – d’où (même s’il n’a pu être réalisé autant que souhaité) le parti, pris dès le début par Christian Pelras, de mener d’une même façon des recherches sur des sujets français et sur des sujets sud-est asiatiques, de sorte à rendre plus proche ce qui est lointain et de rendre plus distant ce qui est proche, et le souci de tenir compte pleinement du point de vue autochtone (y compris celui des chercheurs autochtones) sans renoncer pour autant à ses propres analyses.

12C’est donc sans vouloir en faire un aspect privilégié voire déterminant du tissu socio-culturel, qu’il a porté un intérêt particulier aux aspects techniques et matériels les plus importants économiquement et/ou symboliquement pour les sociétés étudiées, à savoir les techniques agricoles, l’architecture, l’aménagement de l’habitat, l’équipement domestique, la cuisine, les techniques de fabrication et, pour ce qui concerne les recherches menées en Insulinde, plus particulièrement le tissage ainsi que les bateaux, la navigation et la forge. Quant aux objets collectés (au nombre de 1 200 réunis entre 1961 et 1997 au cours de huit campagnes de collecte), ils comportent outillage agricole, équipement domestique, matériel culinaire et de service, métiers à tisser, textiles, matériel et produits de la forge, maquettes de bateaux, sans oublier, pour les collections les plus importantes l’outillage des autres formes d’artisanat, des vêtements, des jeux et jouets, des objets rituels. Un peu moins de la moitié sont d’origine bugis (1968, 1972-73, 1978-79, 1984), quelques objets provenant aussi de leurs voisins Makassar et Toraja à Célèbes. Le reste a été récolté à Java Ouest (1961, 1968), à Bali (1961, 1997), en Malaisie (1967), à Lombok (1968), Jakarta (1980), Ambon et autres îles des Moluques (1980, 1990), Aceh (1987), Sumatra-Nord (1987), Sumatra-Ouest (1987), Kalimantan-Sud (1990), Sulawesi-Centre (1990), Sulawesi-Nord (1990), Pays Lampung (1997), Timor-Ouest (1997) et Florès (1997). À partir de 1972, Christian Pelras a participé à la diffusion des connaissances à l’occasion de nombreuses expositions thématiques organisées au Musée de l’Homme, au Muséum national d’Histoire naturelle et à l’extérieur de ces établissements (jusqu’en 1997). Il faut ajouter que les collections qu’il a constituées ont été depuis transférées au musée du quai Branly, photographiées, et entreposées dans les réserves du musée.

13Christian Pelras laisse une œuvre originale et multiple qui interroge la pratique de l’ethnologie et de l’anthropologie contemporaines. Il a inspiré une génération de chercheurs qui souhaitent concilier une approche à la fois sociologique et historique des sociétés envisagées dans leur dynamique spatiale, notamment en Insulinde et en France.Elle englobe naturellement la dimension de la culture matérielle et des techniques. À Goulien, la nouvelle bibliothèque municipale portera le nom de « bibliothèque Christian-Pelras ». Quel plus bel hommage pouvait-il espérer ?

Manusia Bugis (L’Homme bugis)

Manusia Bugis (L’Homme bugis)

Couverture du livre publié à Jakarta (2005)

Haut de page

Bibliographie

Sélection bibliographique

Articles

PELRAS, Christian, 1962 « Tissages balinais », Objets et Mondes, 2, 4 : 215-240.

PELRAS, Christian, 1977, « Culture, ethnie, espace social. Quelques réflexions à propos de l’exemple bugis », ASEMI, 8, 2 : 57-79.

PELRAS, Christian & H. BALFET, 1984, « Recherche d’une méthode d’analyse ethnologique de la cuisine », actes de la Table Ronde « Technologie culturelle », Technique et Culture, nouvelle série, 1 : 35-43.

PELRAS, Christian, 1985 « Religion, tradition and the dynamics of islamization in South Sulawesi », Archipel, 29 : 107-135 (réédité en 1994 dans Indonesia, 58, Ithaca : 133-154).

PELRAS, Christian, 1989a, « Métal et métallurgie en Insulinde », in Métal, hommes et dieux, Henri-Jean Schubnel, éd., Paris : Museum National d’Histoire Naturelle, p. 53-57.

PELRAS, Christian, 1989b, « Rumah bugis di Sulawesi dan di Malaysia : suatu kajian perbandingan » [Maisons bugis à Célèbes et en Malaysia : une étude comparative], in Tamadun Melayu (Civilisation malaise), Ismail Hussein, Aziz Deraman, Abdul Rahman al-Ahmadi, éd., 2, Kuala Lumpur, p. 710-722.

PELRAS, Christian, 1993, « Tendance, degrés du fait et problèmes de diffusion : exemples austronésiens », Techniques et Culture, 21 : 165-193.

PELRAS, Christian, 1995, « Entretien avec Christian Pelras » par Franck Michel, Histoire & Anthropologie, 10, « Minorités ethniques et religieuses » : 85-92.

PELRAS, Christian, 2001a, « Ancestors’ blood : genealogical memory, genealogical amnesia and hierarchy among the Bugis », in The potent dead in Indonesia, Henri Chambert-Loir & Anthony Reid, ed., Allen & Unwin (Australia) : Hawaii University Press, p. 195-217.

PELRAS, Christian, 2001b, « Les collections d’Insulinde du Musée de l’Homme (I) : Inventaire sommaire d’un trésor méconnu », Archipel, 62 : 143-162.

PELRAS, Christian, 2005, « La Galigo, un monument littéraire méconnu enfin révélé au monde : du mythe identitaire bugis à la production scénique internationale », Eurasie, 14-15 :281-352.

Ouvrages

PELRAS, Christian, éd., 1996, The Bugis (« The Peoples of Southeast Asia and the Pacific »), Blackwell Publishers, Oxford, 386 pages, 7 cartes, 62 illustrations, bibliographie, index.

PELRAS, Christian, 1998, Dialog Prancis-Nusantara : Aneka ragam pendekatan dalam penelitian Ilmu-ilmu sosial dan budaya tentang Asia Tenggara maritim. Dialogue France-Insulinde : Diversité des approches dans la recherche en sciences sociales et humaines sur l’Asie du Sud-Est maritime (publié avec la collaboration de Marc Pain et avec l’aide de l’Ambassade de France en Indonésie), Jakarta (Indonésie), CNRS-LASEMA/Yayasan Obor Indonesia, 378 p.

PELRAS, Christian, 2001, Goulien, commune bretonne du Cap-Sizun. Entre xixe siècle et IIIe millénaire : avant-propos (p. 7-9) ; première partie : Goulien, commune rurale du Cap-Sizun (Finistère). Étude d’ethnologie globale [réédition, avec quelques corrections, de l’ouvrage de 1966] (p. 11-321) ; deuxième partie : Goulien, an 2000, (p. 324-485), Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

PELRAS, Christian, 2005, Manusia Bugis (version indonésienne, revue et augmentée de The Bugis), Jakarta : Penerbit Nalar, 9 cartes, 7 figures, 13 photos, 450 p.

PELRAS, Christian, 2010, Explorations dans l’univers des Bugis. Un choix de trente-trois rencontres, Cahiers d’Archipel, 39.

Haut de page

Note de fin

1 Un fonds Christian Pelras – il s’agit surtout des sources indonésiennes (bibliothèque) – a été déposé à Lisbonne (Universidade Nova de Lisboa), grâce aux efforts du professeur Luís Filipe Thomaz ; à la Société des études euro-asiatiques (SEEA) au musée du quai Branly par nos soins (tirés-à-part, documents, ouvrages) ; à l’université de la Rochelle (ouvrages) ; enfin des textes bugis (contes) et leurs traductions indonésiennes à la bibliothèque de l’EFEO. En ce qui concerne la Bretagne, Christian Pelras avait transmis dès 2001 ses archives à la Bibliothèque Yves-Le Gallo du Centre de recherche bretonne et celtique de l’université de Bretagne occidentale (CRBC). Elles concernent essentiellement la population, l'agriculture, l'habitat, la vie sociale de la commune de Goulien en 1962-1965 et 1989-2000 ; depuis 2001, les films tournés en 8mn par Christian Pelras ont été diffusés par la Cinémathèque de Bretagne (Brest) sous forme de cassette vidéo (« Goulien, le retour ») ; voir les précisions apportées par Pelras dans son livre Goulien, 2001, p. 7-10, et p. 487. Tandis que les enregistrements sonores qu’il a réalisés en Indonésie depuis la fin des années soixante sont conservés par le Centre de recherche en ethnomusicologie du CNRS, le CREM, à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense. Une partie de ce fonds a été numérisé et est maintenant consultable en ligne sur le site des archives du CREM ; à ce jour ses archives photographiques (diapositives, négatifs, tirages) restent à inventorier.

2 Voir Cuisinier, Jeanne, 1999, Journal de Voyage : Malaisie (1933), Indonésie (1952-1955), Paris : Cahiers d’Archipel, 31. Extraits édités par Daniel Perret, particulièrement p. 49-151.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Manusia Bugis (L’Homme bugis)
Crédits Couverture du livre publié à Jakarta (2005)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3178/img-1.png
Fichier image/png, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Guerreiro, « In memoriam – Christian Pelras (1934-2014) », Moussons, 24 | 2014, 5-12.

Référence électronique

Antonio Guerreiro, « In memoriam – Christian Pelras (1934-2014) », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 29 janvier 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/3178 ; DOI : 10.4000/moussons.3178

Haut de page

Auteur

Antonio Guerreiro

Anthropologue et muséographe, membre de l’ICOM-France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page